H-Histoire vieilles pierres

  • Saint-Elophe, gisant céphalophore illuminé par le rayon du solstice d'été

    Imprimer

    Chaque 21 juin, il s'en passe du côté de Saint-Elophe dans l'ouest vosgien! 

    Alors qu'une chavande est traditionnellement mise à feu, un phénomène solaire affecte l'église par beau temps évidemment. Un rayon  traverse le vitrail et darde le gisant céphalophore de rouge et de vert dans ce qu'il a de plus significatif: la tête portée entre les mains!solstice 23 06 2022 (10) (1).jpg

     L'aimable personne qui a capté le moment exact pour le cliché ici partagé me signale que le phénomène ne se produit pas exactement le 21 mais autour du 21.

    [Un astronome expliquerait mieux le phénomène de               décalage qui s'est fait progressivement]             Crédit photo  @Arlette Bourguignon

    Le monument rejoint la  tradition millénaire du rayon qui surgit à date notoire.

    On cite le mégalithe de Newgrange en Irlande illuminé au solstice d'hiver. Entre autres. 

     

                   DES EGLISES ELLES AUSSI DANS LA TRADITION DES RAYONS DE SOLSTICES!

    Aux bords du Vair, le phénomène a bien lieu dans ...une église. Etonnant et rare.

    Quelques lieux de cultes sont signalés pour ces jeux de lumière astronomiques à une date  significative sur le site Aleteia .vezelay chemin de lumière e.PNG 

    Telle  la basilique Sainte-Marie-Madeleine de Vézelay (Yonne) construite entre 1120 et 1150 chef d'oeuvre de l'art roman bourguignon où "les vitraux dessinent un magnifique chemin de lumière le long de l’allée centrale, tous les jours à 14 heures, autour du 21 juin. Neuf points lumineux apparaissent dans la nef et accompagnent les visiteurs jusqu’à l’autel baigné de soleil. Cette prouesse architecturale prouve toute la maîtrise des bâtisseurs, qui avaient positionné l’église le plus possible sous la trajectoire du solstice d’été, à la fin du XIIe siècle. C’est ainsi que la basilique toute entière resplendit".

    Saint-Martin de Chablis (Yonne) 9ème siècle. solstice d'été. Tâches rectangulaire qui secre.PNG déplacent vers le choeur.

    Sées (Orne) Cathédrale : rose nord projetée en double et parfaitement alignée.

    Puy-en-Velay: rayon vert

    Strasbourg: rayon vert aujourd'hui supprimé (vitrail occulté) . Il attirait les adeptes du...paganisme ou autres délires extra-religieux autour du site.

    Depuis le XIIéme siècle, des   "son et  lumière" bien... programmés  avec la complicité de l'astre solaire ! Et la lumière fut.

                                                    Sylvie Neidinger

     

    SAINT-ELOPHE

    IMG_2738.jpg

    photo Neidinger

  • Genève: Nathan Badoud, archéologue cantonal en conférence aux Archives ce soir

    Imprimer

    M Nathan Badoud présente la synthèse des activités en cours du Service d'Archéologie cantonal à 18 h 30 ce jeudi 23 juin 2022, aux Archives 1, rue de l'Hôtel-de-Ville. Ce, dans le cadre de la SHAG, Société d'Histoire et d'Archéologie de Genève. Avis aux amateurs!

    Communiqué du site Ge.ch  : Le Service archéologique du canton de Genève intervient en amont des travaux d’aménagement du territoire afin d’étudier et de protéger les vestiges enfouis. Il réalise également des analyses du bâti destinées à éclairer l’histoire du patrimoine architectural genevois. La conférence nous donnera l’occasion de présenter les récentes activités du Service sur ces deux plans, et celle de présenter quelques projets en cours de réalisation.

    Nathan Badoud dirige le Service archéologique du canton de Genève depuis le 1er mai 2021. Spécialiste du monde méditerranéen, sa carrière l’a mené de Neuchâtel à Bordeaux, Rome, Athènes, Oxford, Vienne, Harvard et Fribourg, où il a été professeur d’archéologie classique sur mandat du Fonds National Suisse.

    Toute personne que le sujet intéresse est cordialement invitée."

    photographie
    (photo: site Genève)

    #SHAG, #Genève, Nathan Badoud; #archéologie, archéologue cantonal

  • Aux JEV 2021, Journées d'études vosgiennes: hommage rendu au... bénévolat

    Imprimer

    Les Sociétés Savantes vosgiennes ont tenu leurs Journées d'études 2021, 22èmes du nom dans la Plaine, à Bulgnéville du 21 au 24 octobre à l'invitation de l'association locale Bulinei Villa.

    Trois jours de conférences historiques et visites, le dimanche consacré lui à la politique locale. 

    Cette zone géographique de l'ouest vosgien, intégrée à l'ancien Bassigny Lorrain reste relativement méconnue. Elle interpelle au plus haut point par sa position frontalière intéressante  entre Lorraine, Champagne, Bourgogne et Franche-Comté. A d'autres époques:  frontière  des Leuques et des Lingons, zone  limite du Saint-Empire germanique, centre de l'épopée johannique etc.

    Une frontière...fromagère a même été détectée en lien avec la Suisse. Ce qui promet de futurs articles de blog. Sans compter la Seigneurie de Beaufremont liée à Lausanne et Neufchâtel. Affaires à suivre!

                                        PRECIEUX BENEVOLAT

    Karine Boulanger de l'Inrap Grand Est Nord a ouvert les JEV par un hommage aux archéologues  bénévoles. Elle cite notamment Gilou Salvini, amateur d'histoire locale  qui a développé de larges compétences scientifiques. Précieux pour la recherche, il assume localement  un relais actif sur le terrain  de la prospection, gestion scientifique et diffusion. A son actif: la découverte et le sauvetage d'un bloc taillé gallo-romain "au sanglier". Plutôt gallo que romain d'ailleurs. Entre autres.

    Moult bénévoles également  sur les stands d'ouvrages proposés par les divers membres de la  Fédération FSSV  dont  le  CEL de Contrexéville, la Société d'émulation des Vosges fondée en 1825 (!) à Epinal, la   SHAB de Bourmont, l'Association pour La Mothe,  Saône Lorraine et autres  réunies à l'occasion : Amis du Vieux Mirecourt etc.

    Avec, en amont ceux qui consacrent leur énergie à faire resurgir des pans évaporés de l'Histoire par leurs recherches, leurs écrits  et leurs publications.

    A savoir le bénévolat est  constitutif des Sociétés savantes, fondées  au XIXème, autour des amateurs éclairés tout autant que des professionnels stricto sensus. Ceci dit, les professionnels de l'histoire (chercheurs, profs etc.) sont aussi bénévoles à leurs heures...

     

                                     ACTUALITE HISTORIQUE#jev,journées d'études vosgiennes,#bulgnéville,karine boulanger,shab,bourmont #inrap;bassigny,meuse,gilou salvini,bénévolat

    Merci aux organisateurs.

    *On note l'intéressante communication sur la .... résurrection (historique) de  Soeur Mathilde Raclot, née à  Suriauville, hyper célèbre au Japon où elle oeuvra pour les Missions étrangères. Elle reste  ignorée en France voire dans sa terre natale.

    *Intéressant aussi le rappel de la Bataille de Bulgnéville/Vaudoncout au XVème siècle. Fait  donné comme important historiquement. On se demande pourquoi dès lors une étude scientifique ne soit pas menée sur un site laissé en l'état, non urbanisé: scann du relief et autres techniques?

    L'urgence de la mémorisation  toponymique s'impose en l'espèce! Qui finance?

    *Je reste (un peu)  frustrée  de l'absence du thème d'actualité autour de  Henri Toussaint aux JEV. Ce médecin toujours inconnu, lui,   qui découvrit le procédé de  vaccination, plagié par Pasteur, né à Rouvres-la-Chétive soit à  16 km de Bulgnéville. Dommage qu'il n'ait pas été évoqué à ces JEV!

    Le thème de la  vaccination accompagne "notre" histoire contemporaine mondiale depuis 2020 et la crise covid.

    *La Meuse MATRICIELLE de tout cet ouest vosgien, à toutes époques,  n'a pas eu elle non plus son éclairage spécifique.

    Pas grave: il reste bien des thèmes... pour les prochaines JEV.

     

                                                         Sylvie Neidinger

  • Précieuses Sociétés savantes dont la SHAG

    Imprimer

    Savantes? La terminologie peut paraître désuète avec l'emploi du terme dix huit-ièmiste...

    Il y aurait toutefois erreur à enfermer les actuelles sociétés savantes dans la naphtaline.

    Elles interviennent dans tous les champs de la connaissance: art,histoire, littérature, sciences.

    Ces organisations possèdent souvent de précieuses archives. Leur richesse est tout autant  humaine que documentaire.

    Ces sociétés dite d'émulation  valorisent le savoir non pas à côté mais en plus de l'Université où nombre de ses membres ont été formés. 

    Mais pas seulement! Les sociétés savantes en réseaux depuis longtemps  FEDERENT la communauté d'une discipline avec des profils variés dont les érudits, les précieux amateurs éclairés en plus des classiques chercheurs, étudiants, enseignants.

    Elles  organisent  congrès et  conférences, distribuent parfois  bourses et récompenses.

    Ces associations  expertes mais ouvertes à tous  assez méconnues du grand public   publient souvent et à leur compte des travaux de recherche originaux.

    Elles valorisent tous savoirs  et savoirs-faire, les... savoirs locaux. 

                      SOCIETES SAVANTES EN RESEAU DEPUIS LE XIXEME SIECLE...

     

    Les  Sociétés savantes communiquent entre elles : un réseau de connaissance... avant l'heure de la numérisation.

    Elles partagent également avec d'autres académies,  musées, écoles, universités...

    Riches de fonds documentaires "sauvés" (par leur action!) , elles procédent parfois  à des dons de documents aux institutions régaliennes.

    En France le CTHS, le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques  instauré par le ministre Guizot pour justement  soutenir les sociétés savantes date de 1834.

    La précieuse SHAG de Genève,  dynamique, est-elle fondée en 1838. Elle est d'ailleurs membre du CTHS. 

    (site SHAG) "Depuis 1841, la SHAG contribue au rayonnement intellectuel de la Cité par la publication des Mémoires et documents (MDG), diffusés sur 3 continents grâce à plus de 200 sociétés correspondantes.
    S’y ajoute depuis quelques années la collection des Cahiers destinée à recevoir les travaux de jeunes chercheurs.
    Depuis 1891, la SHAG publie un Bulletin annuel qui suit au plus près l’évolution des sciences historiques.
    La SHAG collabore également avec la Bibliothèque de Genève pour la publication de la Bibliographie genevoise.
    Soucieuse de conserver un lien aussi étroit que possible avec le public, la Société organise chaque année une dizaine de conférences et de visites ouvertes à tous, sur les sujets les plus divers.
    Depuis septembre 2012, notre Société est reconnue d’utilité publique." 

    Dernière publication de la Société d'histoire et d'archéologie avec les Editions Slatkine:  Une jeunesse en Italie : les années de formation de Jean Gabriel Eynard , ce lyonnais si genevois.

    La SHAG: une jeune société savante  de 183 ans, hyper active. Chapeau bas.

                                                                             Sylvie Neidinger

    cths,sociétés savantes,#sociétéssavantes,recherche historique,#érudits,amateurs éclairés,#shag,#genève

     

  • Enfermée dans le Couvent des Augustins et délivrée par la...Gendarmerie ! (merci).

    Imprimer

    Ce gag est une histoire vraie puisqu'elle m'est arrivée hier 23 septembre 2021...

    Pratiquant la "route buissonnière" à savoir flâner en quittant les sentiers battus des autoroutes, je  découvre au fil du trajet, sans repérage préalable des perles qui n'attendent qu'un coup de frein pour se laisser découvrir.

    Hier : Bourmont, petite  Cité de Caractère, l'un des trois moulins de Illoud puis l'Ermitage XIIème de Brevannes-en-Bassigny, le château des Choiseul cette famille  noble connue dès l'an 1000, le Musée de la Coutellerie de Nogent-en-Bassigny, le sublime dolmen Pierre Alot (intéressant au plus haut point: affaire à suivre...)

    Inconvénient: l'agréable flânerie, au passage fait souvent passer un trajet de quatre heures au double voire au  triple sinon quadruple...

    Ayant réussi -tout de même!- à changer de département après ces péripéties haut-marnaises, je décide de filer DIRECT.

    Mais c'était sans compter  un panneau indiquant un Couvent des Augustins au 4, rue des Casernes à Champlitte, Haute-Saône.#bassigny,#gendarmerie,#champlitte,couvent des augustins

    Du coup, le pied appuie sur le frein. Je laisse le véhicule (porte non verrouillée, fenêtre ouverte   avec sac à main et ordi à l'intérieur..)  pour juste prendre quelques  photos du site. Genre 4 minutes en tout maximum.

    Entrée dans le lieu désert. Personne. De la doc sur place autour des récentes Journées du Patrimoine. Visite au pas de charge des trois galeries du Cloître.

    Problème, au moment de ressortir: la grille était fermée.

    Encloîtée !

    Bon pas emmurée vivante: la cour du Cloître était bien ensoleillée avec ce magnifique temps digne d'un été indien.

    Pas un chat. Pas une tourterelle. Pas une souris. Pas un clocheton  pour sonner l'alerte. Bigre. 

                                       ô 17 ô GENDARMERIE! 

    Par chance, je n'avais pas pris l'appareil photo basique mais bien le téléphone portable.

    Appel au 17 où j'indique 1) être enfermée dans le Couvent des Augustins 2)  ne pas avoir encore décidé d'entrer dans les Ordres. 3) encore moins  décidé de   faire voeu de silence car toujours hyper bavarde.

    Aucune volonté de porter la coule noire et d'entamer une carrière d'augustine.

    Aucune intention d'intégrer cet Ordre mendiant erémitique pontifical  comme moine. Ni comme groupie...

    Un auguste gendarme  comprend immédiatement l'humour de la situation. Il me répond qu'il allait tout mettre en oeuvre me... délivrer !

    (et ne nous soumets pas à la tentation mais délivre nous du Mal. Amen

    La Maréchaussée  a tenu sa parole (d'évangile): une responsable de la Culture de la mairie de Champlitte est assez rapidement venue ouvrir les portes du Paradis. Voiture retrouvée.#bassigny,#gendarmerie,#champlitte,couvent des augustins,maréchaussée,haute-marne,#bourmont,nogent-en-bassigny,monument historique,route buissonnière

    Tous remerciés en direct, encore remerciés ici.

    En tous cas, pas besoin de traverser la terre jusqu'au Mexique pour vivre l'Aventure...La rue de la Caserne (ô enfermement) suffit!

    Bon. Tout ceci aurait mérité in fine un petit vin de messe  (au hasard, un cru du vignoble de... Champlitte daté du Xème siècle) pour se remettre de ces émotions...

    Mais 1) quand on conduit, on reste sobre! 2) les moines hélas, ne sont plus là pour signaler la porte de la bonne cave.

     Alors, à la santé des Augustins, de la Maréchaussée, de celui ou celle  qui a fermé la grille sans vérifier. A la santé surtout de la sympatique personne qui possédait le sésame-ouvre-toi.

                                                             Sylvie Neidinger

     

    Nota

    1-visiter aussi le Couvent  des Augustins de Fribourg!

    2-Patrimoine et/Technique : un point de l'arc de voûte semble en faiblesse à Champlitte avec une pierre de l'arc décrochée.

    #bassigny,#gendarmerie,#champlitte,couvent des augustins

    #bassigny,#gendarmerie,#champlitte,couvent des augustins

  • Généalogie: la révolution numérique

    Imprimer

    Chaque être humain est identique à son voisin au sens d'avoir le même nombre d'ancêtres qui se calcule en puissance de 2. Au final: des milliers d'individus transmetteur de  vie.

    Pourtant chacun n'a pas forcément l'opportunité de "remonter les branches".

    Certains peuples tels les Aborigènes entretiennent la mémoire d'ancêtres originels  mythiques et listent soigneusement les supposés descendants. Ce qui donne souvent des séquences ethnologiques  de litanies orales.

    Par delà la tradition orale entretenue, les archives écrites permettent de conserver les données ad vitam eternam. 

    Là encore,  que de différences entre les pays dont l'archivage papier n'est pas le point fort -à commencer par les conditions de conservation hygrométriques- et les contrées qui ont pu  conserver que ce les copistes (souvent des religieux au départ)  inscrivirent soigneusement. 

                                            REVOLUTION DEMOCRATIQUE

    Globalement en Europe et sous réserve de destructions accidentelles, de guerre surtout (comme  à Saint-Lô  ou les Archives de la Manche par les bombardements américains, en Belgique par les soldats allemands entre autres et nombreux  exemples)  l'accès au passé est possible pour tout un  chacun.

    Cette  révélation du passé est  profondément démocratique.

    Auparavant, la noblesse elle seule pouvait facilement remonter les siècles! ( ce jusqu'au Xème siècle parfois).

    Par la révolution généalogique, chacun peut désormais s'y intéresser, sous réserve des vies individuelles parfois compliquées.

    En effet, les descendants d'enfants trouvés, enfants de pères et/ou mères inconnus ne peuvent reconstituer toutes les branches le plus souvent.

    Le temps  - pas si lointain- des consultations fastidieuses des microfilms dans les mairies est révolu.Par la révolution numérique les archives sont aujourd'hui accessibles gratuitement en ligne. 

    Depuis le domicile.

    D'autant que le plus souvent, le travail est fait. Il suffit sur les sites spécialisés type Geneanet  de se connecter aux "cousins" génétiques qui ont DEJA reconstitué les branches.

    Merci à eux. Merci aux contributeurs.

                                                     Sylvie Neidinger

     

    #généalogie,révolutiono généalogique

    (photo Neidinger)

  • Ganerbinat ? Le réglement de co-pro médiéval allemand

    Imprimer

    VOCABULARIA :  le ganerbinat.

    Les châteaux sont toujours d'actualité. Pas simplement le célèbre chantier de Guédelon dans l'Yonne. La chaîne Arte présente un programme allemand dédié au thème qui ne lasse pas. Surtout quand surgit du vocabulaire inédit.au détour des deux reportages  Forteresses de légende Becker/Bier 2018.

    Le vieux vocabulaire issu de l'allemand "gan-erbschafft" est juridique. Dans l'ancien droit allemand des successions, un ganerbinat (en allemand : Ganerbschaft, de gan-, corruption de gemein : commun, et -erbschaft : héritage) était un bien familial, le plus souvent une propriété foncière, possédée  en main commune par ses cohéritiers (en allemand : Ganerben).

     
    "GANERBINAT, (Hist. mod. Jurisprud.) en allemand gan-erbschafft. C’est ainsi qu’on nomme dans l’empire d’Allemagne une convention faite entre des familles nobles & illustres, sous de certaines clauses & avec l’approbation du suserain, pour se défendre mutuellement contre les invasions & les brigandages qui ont eu lieu pendant fort long-tems en Allemagne, & qui étoient des conséquences funestes du gouvernement féodal. On y stipuloit aussi que lorsqu’une famille viendroit à s’éteindre, sa succession tomberoit aux descendans de celle avec qui le pacte de ganerbinat avoit été fait. Ces conventions s’appellent aussi pactes de confraternité."in Baron d’Holbach  L’Encyclopédie, 1re éd.   (Tome 7p. 466).
     
    Le ganerbinat correspond au règlement de co-propriété médiéval pour définir les règles entre successeurs à l'intérieur d'un château où plusieurs branches ou Maisons peuvent cohabiter. L'opposé complet du droit d'aînesse français appliqué aux familles nobles uniquement qui accordait au premier enfant mâle une part prépondérante (définitivement aboli en 1849) au dépend des autres enfants masculins.
     
    Ganerbinat se compare avec le paréage, association de pairs, contrat de droit féodal assurant égalité de droits autour d'une possession en indivision, pour exploiter le bien. Il peut associer deux seigneurs par exemple un laïc et un ecclésiastique. Pas forcément la même famille, mais de même rang..
     
    Le concept se compare aussi avec le condominium, plus politique: en droit international public, plusieurs Etats souverains s'associent conjointrement au terme d'un accord formel. Exemple : le condominium anglo-égyptien sur le Soudan (1899-1956), condominium des Nouvelles-Hébrides (1906-1980)
     
    Le "condo" appartient toujours au   vocabulaire de la co-pro au Canada, Amérique du Nord et Asie.   Finalement moyen-âge ou 2020, c'est toujours la même chose: des règles de partage et de comportement entre propriétaires autour d'un lieu. Château ou pas
                                                                         
                                                                                 Sylvie Neidinger 

     

     

     

     

  • Visiter Angers!

    Imprimer

    En cette période de confinement général en Europe, parler tourisme sonne creux. Inaudible aux oreilles des enfermés que nous sommes devenus tous. Pourtant il faut voyager dans nos esprits en attendant le "présentiel".

    Angers, capitale d'Anjou, mérite la visite. La ville  compte des architectures à colombage parmi les plus anciennes du pays. La maison Adam date de 1491: (véridique: l'info  est issue d'analyses dendrochonologiques)Résultat de recherche d'images pour "angers"Résultat de recherche d'images pour "angers"

    (photos site angers.fr)

    Le moyen-âge marque la ville évidemment  par son château Plantagenêts (XIIIème) , demeure des Ducs d'Anjou en bordure, rive gauche,  de la Maine.#angers,édit de #nantes,#tourisme,maison#adam Plus précisément situé  à la confluence de trois rivières et d'une fleuve.

    L'Edit de Nantes y fut élaboré.

    La douceur angevine (dans un monde de brutes) n'est pas une illusion. Elle se ressent immédiatement...

                                                            Sylvie Neidinger

     

    Ce blog strictement non commercial  signale toutefois à Angers...l'existence de  l'Hôtel Marguerite d'Anjou. Pour trois raisons:

    1) Le paysage époustouflant qui s'impose sous les  fenêtres du lieu.

    #angers,édit de #nantes,#tourisme,maison#adam

     

     

     

    2)  HMA  joue la carte culturelle, même si actuellement perturbé. Le Café Marguerite  expose les croquis de Lorette Cochais  jusqu'en février 2020. Portraits d'Ici et d'Ailleurs. Vernissage en présence de l'artiste reporté pour motif du confinement. Lorette Cochais, artiste  autodidacte.

    3) Conciergerie : son accueil est  formidable de sympathiques conversations, intéressantes, judicieuces  en conseils de visites. L'anecdote sur  la rédaction de l'Edit à... Angers, la plaque commémorative et les futurs travaux de l'ancienne gendarmerie provient de ces échanges véritablement informatifs. J'ignorais ce détail historique. Merci.

    #angers,édit de #nantes,#tourisme,maison#adam

  • L'Edit de Nantes fut rédigé à Angers!

    Imprimer

    Peu connu: le texte qui mit fin aux terribles guerres de religions en avril 1598 entre catholiques et protestants fut rédigé... aux bords du Maine.

    L'original de l'Edit de Nantes a disparu. La BGE de Genève en possède le premier exemplaire reproduit de la première version.  Initialement l'acte ne portait pas le nom de la ville de Bretagne, vu comme un "édit de pacification".

    Il fut précédé par d'autres tentatives de mettre fin à la longue guerre tel l'Edit de Saint-Germain (1562) , dit texte d'apaisement. 

    Henri IV séjourna à Angers  du 7 mars au 12 avril 1598 aux portes de la Bretagne hostile, ville où le texte fut élaboré au couvent des Jacobins puis signé à Nantes.

    C'est bien à Angers que les Nantais et Mercoeur prennent conscience du rapport de force militaire. Ils  signeront le texte d'accord. édit de #nantes,guerre de religion,#bge,#genève,édit de pacification,édit d' #angers

    Sylvain Bertoldi, conservateur en chef des Archives d'Angers en tire une intéressante chronique publiée dans le magazine Vivre à Angers n°215, d'avril 1998, quatre siècles plus tard au mois anniversaire de...la rédaction à Angers.

    #paix,traité de paix,édit de #nantes,guerre de religion,#bge,#genève,édit de pacification,édit d' #angersUne plaque est installée dans l'ancien Couvent des Jacobins devenu gendarmerie, place Freppel.

    Dommage: les locaux religieux historiques et d'origine du XIIIème siècle sont largement détruits. Le bâtiment actuel  inoccupé, en déshérence, doit faire l'objet d'une réhabilitation.

    Dès lors, dans les lieux réels même si remaniés, il sera plus facile de rappeler cette rédaction du texte historique dans la bonne ville d'Angers, médiévale, à l'impressionnant château  siège de la dynastie des Plantagenêt.

    Pour mettre fin à l'ignominie qui consiste à s'entre tuer au motif de religion.

                                                          Sylvie Neidinger

    Visiter Angers! 

     

     

    édit de #nantes,guerre de religion,#bge,#genève,édit de pacification,édit d' #angers#paix,traité de paix,édit de #nantes,guerre de religion,#bge,#genève,édit de pacification,édit d' #angers

  • Hermine de Clermont-Tonnerre, Amédée de Lausanne

    Imprimer

    Déconfinement mortel. Hermine de Clermont-Tonnerre, jet-setteuse parisienne, mère de famille, a emprunté la moto d'un tiers, subi un accident.

    La princesse aristo-rock est décédée.

    Elle portait le titre pontifical de princesse accordé à sa famille. Elle était  duchesse.

    Une longue histoire se trame derrière un titre.

    La  Maison  de Clermont [motte castrale proche du lac de Paladru, à  Chirens] devenue de Clermont-Tonnerre compte parmi l'aristocratie la plus ancienne de France.

    La lignée commence par un baron Siboud 1er:  famille noble française subsistante d'extraction chevaleresque, dont la filiation est prouvée depuis la fin du XIᵉ siècle qui obtient un titre ducal en 1775.

    Cette lignée  est une histoire Dauphinoise et de Lausanne. Finalement très ...religieuse.

    En effet la famille de Clermont-Tonnerre compte deux... saints, saint Amédée de Clermont, seigneur d'Hauterives et son fils, saint Amédée de Clermont, seigneur d'Hauterives et prince-évêque de Lausanne au XIIème siècle.

    Egalement 26 abbés, 18 abbesses, 59 religieuses, 12 évêques et archevêques, un cardinal, maréchal de France etc.

    Hermine de Clermont-Tonnerre avait d'ailleurs baptisé son fils du prénom de Calixte. ...Comme son ancêtre, le pape Calixte II (wiki) ."Cet homme, dont le vrai nom était Gui de Bourgogne avant son intronisation comme souverain pontife, avait pu devenir pape grâce à Siboud II (fils de Siboud I) et son armée payée à ses frais qui avaient choisi de l'installer à Rome à la place de Bourdin dit Grégoire VIII. En remerciement, le nouveau pape avait accordé aux Clermont-Tonnerre le droit d'utiliser les armoiries papales (des clefs croisées) et la devise de Saint-Pierre sur le blason familial." 

    Une histoire familiale localisée dans l'espace et dans le temps. Dans la région rhône-alpine au sens large.

                                                                                       Sylvie Neidinger

    isère,paladru,chirens,siboud 1er,siboud ii,calixte ii,hermine de clermont-tonnerre,#lausanne,amédée de lausanne,princesse arsito-rock

     

  • Bon sang, laissez vivre les tombes des grand-mères !

    Imprimer

    L’anecdote se situe à Rigny-La-Salle (Meuse). Une  parente, sympathique jeune octogénaire, ne retrouve pas la tombe d’une ancêtre commune lors d'une visite et m’alerte.  

    Enquête menée, la sépulture a bien disparu! Evaporée... En fait, évacuée après un procès-verbal d’abandon litigieux qui ne mentionne pas les occupants alors que leur nom est …inscrit sur la pierre tombale! Et les noms   soigneusement conservés en mairie.

    Preuve, la mairie répond ceci : « Suite à nos recherches nous vous informons que Madame TOUSSAINT Adèle Marie décédée en 1965 a été exhumée de sa concession en 2013 après la procédure légale de reprise qui a duré 5 ans. Ses ossements reposent  ce jour à l’ossuaire. Elle était inhumée  avec MAZELIN Joséphine (+1885) et DEROBE Louis (+1884). » 

    La délibération du conseil municipal de Rigny-la-Salle date du  19 décembre 2013.

    L’Arrêté: « Considérant que ces tombes ont plus de trente ans d’existence dont la  dernière inhumation a plus de 10 ans, qu’elles sont notoirement en état d’abandon. Considérant que cette situation décèle une violation des engagements pris par le concessionnaire et leurs héritiers. Article 1 Le maire est autorisé à reprendre les tombes indiquées ci-dessous au nom de la commune et remettre en service les terrains ainsi libérés"

    Analyse de ces écrits: ce n’est pas illégal pour une mairie de « reprendre » les dépouilles familiales et  le terrain qui les accueillait (si vous oubliez une petite visite pendant 5 ans) C’est juste …immoral.

    D'autant que le petit papier qui annonce le litige, simplement posé sur la tombe, se dégrade aux intempéries et s'envole. Alors que rechercher pour une mairie les descendants n'est pas si difficile. 

                                 PAS ILLEGAL...juste IMMORAL

     Qui est derrière le "notoire" de "notoirement abandonné"? *

    Ici on n’est pas dans une ville qui explose de son absence de  surface disponible mais dans un petit village limite désertifié au centre d’hectares de terres à vaches !

    Ô Terre vache.

     Cinq ans sans visiter une tombe peut s’expliquer facilement dans une famille. Par l’éloignement géographique. Par une génération qui entre dans l'âge avancé et se  déplace moins et la suivante qui  peut mettre un peu de temps avant de se sentir concernée par les ancêtres qui vivent sous les racines.     

    Racines généalogiques s’entend.

     Constat. La mairie en  profite ainsi pour libérer le terrain et  pouvoir  revendre la concession à d’autres. Une pratique courante, pas que dans cette commune évidemment. Dans les cimentières aujourd'hui les petits papiers pleuvent... partout. 

    Dans l'Arrêté infâme, la dite arrière-grand-mère  et ses deux grands-parents aux ossements bousculés sont administrativement qualifiés de «concessionnaires »! Bigre, c'est gonflé, voire assez spectral comme terme vu leur actuel manque de corpulence...

    Rire. L'Arrêté municipal rend juridiquement responsables des individus décédés en 1884, 1885 et 1965. Soit. Et leurs descendants, qualifiés « d’héritiers ». Bigre. 

                         DES VIOLEURS QUI S'IGNORAIENT: DIANTRE ! 

    Le langage administratif employé par la mairie de Rigny dans l’Arrêté est  culpabilisant, à gros traits.   Il  vaut son pesant d'or: cette famille aurait « violé les engagements » En résumé, mon alerte octogénaire -et autres cousinages-  et les descendants seraient coupable de... viol? Certes administratif.  Surprenant.

    Limite: des "cas sociaux " ces familles Toussaint-Derobe-Mazelin...!

    Alors soit-dit au passage que la famille Derobe est locale depuis les sources de l'Etat civil au XVIIeme et que certains furent maires.

    Un original et hypothétique  "viol de loi par omission de visite de  la tombe pendant 5 ans"  est reproché  à tous, aux morts et aux vivants par Mme le Maire. Bigre.

    Quel terme démesuré ici usité par une mairie qui procède elle, à une violation -certes LEGALE- de la sépulture! Violation de ceux qui avaient une concession éternelle  en exhumant leurs corps. Et donnant les pierres tombales à   une entreprise privée en plus.

              DEGAGEZ LA PIERRE LOCALE! PLACE AU MARBRE M'AS-TU VU

    Il n'y a donc pas de  place dans un cimetière pour une pierre tombale datant de deux siècles à poser  dans un recoin ?  Non, visiblement. Un cimetière cela doit être propret, numéroté, au cordeau, marbré italien.

    Sinon: dégagez la vieille pierre locale!

    L’état d’abandon décrit par l’Arrêté est juste un point de vue esthétique (au-delà des cinq ans sans visite qui sont reprochés) Car la tombe était du  19ème pur jus. Avec sa mousse. Belle, en fait. D'époque. Juste une question de (bon) goût.

    Remarque : le cimetière des Rois à Genève regorge de tombes XIXème et XXème moussues qui lui donnent son ambiance romantique particulière et son  esthétisme certain.pierre m'as-tu-vu,racines généalogiques,toussaint,tombe,ossuaire,rigny-la-salle,departement de la meuse,meuse,eugénisme,marie adèle toussaint,josephine mazelin,louis derobe,ossuaire de douaumont,eugénisme sépultural,#blogneidinger,marville

    La petite tombe de Rigny  n’était pas un gros gâteau de marbre type "pierre brillante m’as-tu-vu". Mais issue  d’une carrière locale. Dès lors  une tombe hyper écologique, consommant peu d'espace. Elle avait tout pour plaire !

    Elle est mignonne, non, la tombe de Adèle Marie Toussaint dont voici la photo?

    Pas affaissée ! Si  problème, il  résulte de la construction de la tombe voisine, un gros gâteau marbré dont la construction a certainement perturbé les voisins.

    Eradiquer  cette tombe toute petite, écolo,  qui ne prenait pas de place, coincée pour les nouveaux venus,  tient d'un  l’eugénisme municipal post mortem du village de Rigny-La-Salle. 

    L'Eugénisme des Eugénies...

     

                      CRISE SOCIALE DANS L’OSSUAIRE…

    A savoir, les prêtres de Rigny-La Salle  sont aussi passés à la casserole dans le  même Arrêté. Allez hop, mais eux, tous regroupés de leur côté. Juste pour  ne pas les  mélanger  avec leurs ouailles : on les compile entre eux, ces satanés gens de soutane.

     Bon,  je tiens pour pénible  cette opération intempestive mais légale puisque  effectivement pendant cinq ans « nous » avons omis de venir dire bonjour aux vieux parents décédés.

    Cinq ans dans une vie de vivant, ce n’est rien. Dans une vie de mort c’est long puisque cela peut vous envoyer en l’air.

     Certes la situation présente des  avantages pour ces ancêtres exhumés:

     En remontant à la surface, ils ont pu respirer un peu d'air  pur. Puis dans l'ossuaire collectif  de Rigny-la-Salle, en hiver, leurs os vont se réchauffer les uns contre les autres avec leurs anciens condisciples retrouvés.

    A la bonne franquette. 

    Les anciens potes accoudés  vont s’en payer une tranche à se rappeler les bonnes histoires. Ils ne peuvent malheureusement plus lever leur petit verre de …mirabelle évidemment. Leurs "nonoss"  sont bien raidis. La faute à l'arthose post-mortem.

     Attention toutefois à ne pas commettre d’impair. Par exemple,  si le tibia de Tantine  Amélie  touche le crâne du voisin Eugène  qu’elle détestait ! Les petits coquins eux, vont  peut-être s’y retrouver dans ce bric à brac, se  relancer le clin d'oeil orbital.

    Les villageois ainsi réunis  peuvent  aussi se taper dessus là-dessous, se crêper ce qui reste du chignon…! L'ancien employé peut aussi profiter du chaos sous-terrain pour mordre  le petit-doigt de son ancien patron qu'il appréciait peu. Ni  vu ni connu. Crac, crac.

    Non, l'ossuaire communautaire, ce n'est pas tranquille comme situation. 

    Mes ancêtres étaient assurément mieux dans leur concession personnelle  dite ...éternelle.

    Décidément, en Meuse sévit de  l’eugénisme sépultural autour de l'ossement. Ce,  du crâne au tibia.

    Allez, c'était juste de l'humour... Noir de colère.

    Bon sang, laissez les  vivre leur vie de  défunt en paix !

                                                                 Sylvie Neidinger

     

     

                                                                                      ****************

             SUITE  OSSEMENTS EN QUANTITE INDUSTRIELLE EN MEUSE               

    En Meuse, on peut se poser la question des expositions massives d'ossements et transferts d’ossements. Toutes les civilisations n'exposent pas leurs os!

    La visite de  l’ossuaire de Douaumont   tient   du respect  pour les disparus des guerres. Les ossements des champs de bataille sont anonymes et nombreux avec ces conflits  du XXème siècle qui ont tué à millions.  On peut comprendre que laisser en état les os exposés, c’est  donner existence à  ces sacrifiés au combat.

    Toutefois, cette histoire d'ossements à la tonne peut prendre  un caractère.... touristique gênant. L' office du tourisme  de  Douaumont communique sur ce thème. Tripadvisor  donne même une bonne note aux... ossuaires.    Un problème d'éthique se pose.

    Idem à Marville. L’ossuaire non militaire  du village de  Marville est impressionnant, industriellement, irrespectueux avec ses 40 000 corps (disent-ils).

    Tourisme un peu dévoyé. On apprend que le gardien du cimetière M. Motsch les a consciencieusement rangés tout seul dans son coin au XIXème siècle. Il a même  bien pris soin de conserver  les différences sociales post-mortem ! Il manquait de place semble-t-il? Alors que la campagne alentour regorge de mètres carrés.

     

    mots clefs toussaint,tombe,ossuaire,rigny-la-salle,departement de la meuse,meuse,eugénisme,marie adèle toussaint,josephine mazelin,louis derobe,ossuaire de douaumont,eugénisme sépultural,#blogneidinger,marville

     

    Lien permanent Catégories : E-Ecologie environnement, H-Généalogie: le voyage intérieur, H-Histoire vieilles pierres, H-Histoire- Ethnologie, J- Témoin : vu entendu perso, L-Lanceur d'alerte.Société, L-Scandale, RIRE, Société- Décomposition, Société-Faits divers, Société-Notre vie quotidienne 4 commentaires
  • GTE en erreur: attention, les ancêtres des genevois sont aussi.. gaulois!!

    Imprimer

    Le Groupement Transfrontalier Européen fait parler de lui actuellement.

    A propos de Décathlon et du recrutement par l'association pour ses nouveaux magasins suisses. Affaire soulevée  par le Temps et TDG. Rétropédalage du GTE qui confirme ne pas être  une agence de placement.

    En allant visiter le site web, je soulève un autre lièvre en détectant une erreur factuelle  autour d'un article publié dans la rubrique #LaChroniqueDuFrontalier sur le journal Dauphiné Libéré à l'origine. Elle peut sembler banale et dérisoire. Elle ne l'est pas.

    https://www.frontalier.org/emploi-suisse/1122851/les-petits-genevois-vont-decouvrir-qu-ils-ont-des-ancetres-gaulois.htm

    Rédigé par Jean-François Besson, Secrétaire général du GTE, et publié sur le Dauphiné Libéré.

    Je ne me positionne pas ici sur le fond  de l'article à savoir  le thème  de la scolarisation des enfants suisses frontaliers vivant en France. Mais sur la forme.

    Laquelle forme révèle un arrière fond rédactionnel pour le moins problématique.

    gte,gaulois,#lachroniquedufrontalier,#blogneidingzer

                                                                                      ***

    Le titre et la conclusion sont erronés factuellement :

    Titre: "Les petits genevois vont découvrir [en France ndlr] qu'ils ont des ancêtres gaulois"

    Conclusion:"Si rien ne change, les petits Genevois, habitant en France, pourraient donc bien apprendre une nouvelle histoire commençant pas : nos ancêtres les Gaulois !"

    Le rédacteur n'est pas journaliste mais  Secrétaire Général du GTE. Il  intervient dans le journal DL au titre de spécialiste, titulaire d'une rubrique spécialisée.

    (Les médias accueillent de temps en temps des non-journalistes nommés alors  experts: autre débat sur l'évolution de la presse)

    Comment  le Dauphiné Libéré a-t-il laissé passer sans correction ce titre et cette conclusion ? Les journaux possèdent pourtant des services de relecture dits "secrétariats de rédactions"!

                                               IDENTITAIRE !

    Analyse :

    Ce titre est un jeu de mot "facile". L'humour et  le jeu de mot peuvent être de mise dans un titre, dans un article mais à la condition absolue de la  véracité.

    1) Ici la globalisation du titre  "les petits genevois" est exagérée. L'article évoque seulement  les enfants genevois  vivant....en France. Au final, ce n'est pas le même nombre;

    2) "Nos ancêtres les gaulois" est une antienne idéologiquement marquée issue des livres d'histoire  liés à la période coloniale. Il y a bien longtemps que coté France,  l'Education Nationale n'applique plus le terme global "d'ancêtres"  lié aux gaulois, au regard des populations  françaises ayant des origines extra territoriales.  Remettre en scène ici un avatar pédagogique lié à l'histoire coloniale, démodé, n'est pas une tournure heureuse.

    3) Les petits genevois venant habiter en France seraient supposés dans l'article venir en France et dès lors y  apprendre une histoire donnée comme différente et inconnue d'eux (!) à propos des gaulois supposés en plus  ne pas être leurs ancêtres. Généralisation exagérée. Les enfants apprennent par l'école et par d'autres voies, fort heureusement pour eux.

    4) Le rédacteur démontre une  méconnaissance de l'Histoire à imaginer que les  "gaulois" puissent être confondus avec les actuels "français"et en opposition aux suisses genevois  supposés ici non gaulois au point de facto que leur frontière s'arrête à... Annemasse/Ambilly ! C'est une vision autocentrée, ethno-centriste de l'Histoire.

     5) Jules César dans sa Guerre des Gaules:  « Ceux que nous nommons Gaulois dans notre langue, se nomment Celtes dans la leur. »

    6) Genève est un oppidum celte donc gaulois.

    7) L'article démontre ici une lacune culturelle du rédacteur.  La Suisse est bien gauloise. La civilisation celte, gauloise  est même brillamment représentée  par la Tène (Neuchâtel)  qui a marqué l'Histoire au point de représenter scientifiquement la période dite laténienne. 

    8) Les helvètes entre autres peuples celtes sont bien des gaulois.

    9)Le rédacteur ni journaliste ni historien représente toutefois la direction du  Groupement. Il a communiqué par un article sur une actualité politique franco-suisse en évoquant probablement l'Histoire de façon erronée. Certes, sans le faire avec mauvaise intention, on le conçoit.

    10) De la pire façon. Mettre en scène  maladroitement ainsi le passé, avec globalisation, voire  erreur, de surcroît autour de la notion de frontière (coeur de cible de l'association... frontalière) est très proche du mécanisme des discours populistes nauséabonds  entendus au bord du lac.

    Ceux justement  que le GTE combat avec virulence !

    11) On est dès lors proche d'un discours identitaire.

    12) Le contenu de l'article du GTE n'est pas neutre contrairement à ce qui est écrit. Il cite  un homme... politique, le maire de St Ju, Antoine Vielliard. Lequel  aujourd'hui prend la défense des frontaliers mais après avoir sur sa commune cherché impérativement à les recenser spécifiquement et parlant d'eux en termes peu flatteurs.. .

    Lequel avait aussi commis en 2014 un discours sur l'identité genevoise, là aussi, sur un média, la RTS, que ce #blogneidinger avait repéré. L'homme politique recherchait alors  des "genevois pur sucre" dans un questionnement généalogique improbable.

    Conclusion...

    Ce n'était certes pas l'intention du GTE (association fort utile qui aide,  informe sur les complexités transfrontalières, qui agit en défense du droit des frontaliers) que d'entrer dans ces méandres identitaires.

     Attention à la légèreté du propos écrit, à l'amateurisme. L'expression publique de cette association représente les dizaines de milliers d'adhérents. 

    On a l'envie de dire autour de cette affaire : à chacun son métier. On ne s'improvise pas journaliste.  La déontologie de cette profession réclame normalement de vérifier toutes les infos, de ne pas titrer ou conclure en exagération même si le bon jeu de mots fait aussi partie de la bonne écriture.

    Toute Communication dans les médias et réseaux sociaux, ces caisses de résonance modernes  réclame maîtrise et professionnalisme.

    Il est juste dangereux de convoquer l'Histoire dans l'écriture sans avoir absolument tout vérifié.

    De grâce, éviter  l'invocation de  l'Histoire,  des gaulois  et autres arguments, en illustration de   la -suffisamment- difficile problématique transfrontalière genevoise... contemporaine !

     

     

                                                                                  Sylvie Neidinger

     

    neuchâtel,la tène,celtes,jules césar,annemasse,ambilly,groupement transfrontalier européen,#blogneidinger,#ledauphinélibéré,le dauphiné libéré,#dl,gte,gaulois,#lachroniquedufrontalier,#blogneidingzer

     Arte présente  actuellement trois documentaires fort intéressants sur les Celtes/Gaulois dont la Gaule suisse:  la Tène. https://www.arte.tv/fr/videos/058362-002-A/les-celtes-2-3/

     

     

     

    Rubriques Journalisme, Genève Histoire , Saute-Frontière

  • Les Alpes cartographiées par Jean de Beins au XVIIème siècle

    Imprimer

    Le Musée de l’ancien Evêché (Grenoble) a la bonne idée de prolonger jusqu'au 21 mai prochain son expo dédiée à Jean de Beins,  cartographe qui sort de l’ombre par le travail récent des historiens.jean de beins,graphomètre,musee de l'évêché,#isère,perrine camus,bnf,isabelle lazier,british librairy,stéphane gal,grenoble

    Certains documents prêtés ont du toutefois rejoindre  la British Librairy et la BnF. 

    Il reste  plusieurs originaux et  fac-similés sur place.

    Le catalogue d’expo est lui fantastique.

    Il  reproduit ces cartes anciennes, lesquelles revivent dans leur essence car  parfaitement ...couchées sur papier!

     Attention aux amateurs: l'ouvrage  publié en nombre limité par le Musée se vend fort vite…Il est produit par Perrine Camus, doctorante en histoire qui propose sa lecture scientifique personnelle sous la direction de l’historien Stéphane Gal, de la Conservatrice en Chef Isabelle Lazier.

    On ne sait toujours pas comment ce patrimoine historique français (recueil original de 49 cartes)  est entré à la British Librairy au XIXème siècle...Le mystère demeure.

    L’historien cartographe britannique David Buisseret repère le volume en 1965 seulement dans le fonds de Londres. Et diffuse l'info.

    On ne peut alors parler de redécouverte mais bien de découverte...

    Celle d’un ingénieur de Henri IV, lié au connétable  prince protestant  dont Grenoble célèbre l’année.

    François de Bonne (1543-1626), sieur de Lesdiguières, gentilhomme protestant du Champsaur, chef de guerre hors du commun.

    jean de beins,graphomètre,musee de l'évêché,#isère,perrine camus,bnf,isabelle lazier,british librairy,stéphane gal,grenobleOn peut lire   dans les cartes de Beins « poésie et douceur des paysages alpins ; toutes choses qui s’effaceront devant les règles codifiées édictées par l’Académie des Sciences dans la seconde moitié du XVIIème siècle ».

    En page 190, une carte de 1607 représente Genève intitulée « carte de Faussigni » encre et aquarelle sur papier.

    En page 9, un document  présente l’usage du graphomètre (Déclaration de Philippe Danfrie, Paris, 1597)

    Le temps de Jean de Beins (p11) est « saturé par les Guerres de Religions (1562-1598) prolongées dans les Alpes par un conflit ouvert entre Savoie et Espagne ».

    En résumé, au service du roi, l’ingénieur Beins va participer à fortifier certains sites au début de sa carrière qu’il lui faudra démolir dans sa fin de vie de peur qu’ils ne passent entre les mains protestantes, le roi ayant entre temps choisi une autre messe…

    Au moins restent les cartes.

     Et nous les observons avec grand intérêt !

     

                                        Sylvie Neidinger

    jean de beins,graphomètre,musee de l'évêché,#isère,perrine camus,bnf,isabelle lazier,british librairy,stéphane gal,grenoble

     

    https://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2017/11/30/un-original-de-l-edit-de-nantes-visible-au-musee-dauphonois-288103.html

     

            Rubrique #Protestantisme

  • L'unique original des clauses secrètes de l'Edit de Nantes encore visible au Musée Dauphinois de Grenoble. Se dépêcher.

    Imprimer

    Il faut se précipiter au Musée Dauphinois, expo Lesdiguières et grimper la Bastille si l'on veut avoir sous les yeux un original du célèbre Edit de Nantes qui porte la signature de Henri IV.

    L'unique original, rescapé de l'histoire, de la partie du texte qui concerne précisément les  "clauses secrètes"de cet acte juridique. protestantisme,protestants du dauphinois,connétable lesdiguières,isère,dauphinois,#blogneidinger,musée dauplinois,farel,stéphane gzl,françois boulet,archives départementales 38,editions pug

    Se précipiter avant le changement prochain par un fac-similé.

    La pièce originale va en effet réintégrer ses pénates  protectrices aux Archives Départementales de l'Isère.

    Les protestants dauphinois sont en véritable renaissance historique. Ils se penchent sur leur passé. Et pas simplement autour de la célébration du demi-millénaire.

    Rappel: les Farel, Fazy, Eynard, bien connus des genevois (plus que des dauphinois...) sont bien des "locaux"dauphinois !

    Un renaissance grâce au  travail de fond de deux personnalités compétentes.

    Le travail scientifique de Stéphane Gal du Laboratoire Historique de Recherche de Rhône-Alpes. Dont la recherche fait ressortir l'impact du dernier connétable de France, Lesdiguières Il en publie un ouvrage édité aux PUG Issu du même milieu culturel que Farel, le gapençais.

    Le travail de recherche autour du protestantisme réalisé par le très enthousiaste  François Boulet.

    L'expo du Musée est une magnifique ...conséquence de ce travail intellectuel réalisé en amont.

                                                                        Sylvie Neidinger

     

    La signature originale de Henri IV sur cet unique exemplaire original des clauses secrètes de l'Edit de Nantes.

    protestantisme,protestants du dauphinois,connétable lesdiguières,isère,dauphinois,#blogneidinger,musée dauplinois,farel,stéphane gzl,françois boulet,archives départementales 38,editions pug

     

     crédit images Sylvie Neidinger

                                                    

                                                           Rubrique #Protestantisme

     

  • Russes blancs d'Ugine ressoudés autour de l'église orthodoxe restaurée

    Imprimer

    Il m'a été donné de rencontrer en octobre 2017 dernier  une dame d'une grande distinction, si douce, si calme, si ferme. Dans le fil de la conversation, elle me dit être descendante de Russes.

    En l'occurrence de russes blancs.

    Cette expression initialement péjorative fut attribuée par les bolcheviks dits "rouges" à ceux qui refusèrent la nouvelle réalité historique. Particulièrement  les opposants monarchistes à la néo Russie soviétique. Les partisans du Tsar et  de la Russie Impériale, qui émigrèrent en masse.  

    Le terme peut également désigner par extension les descendants des premiers émigrés.

    Ce  thème est actuellement à la pointe de l'actualité avec l'anniversaire de la révolution bolchevik il y a pile un siècle. Des événements  qui allaient marquer l'histoire mondiale. A commencer par l'histoire des propres habitants du pays, de Moscou à Vladivostok.

    C'était la première fois que je rencontrais une descendante de cette communauté.

    Bien évidemment  tout visiteur de la cathédrale de la Sainte Trinité de Paris,  de Nice, une de plus importantes hors de Russie ou de la magnifique église de Genève prend connaissance de l'importante diaspora des  Russes blancs. On les disait  tous "chauffeurs de taxis" ....En réalité, tout métier fut bon à prendre quand il s'est agi de survivre économiquement et refonder une autre vie, ailleurs.

                        L'EGLISE D'UGINE ET SON ICONOSTASE ISSUE DU NAVIRE KRONSTADT QUI EVACUA LA CRIMEE!

    Le parcours de ma très sympathique interlocutrice est lui plus... alpin, savoyard.

    Elle évoque   la communauté d'Ugine  (dont ses parents n'étaient pas issus) en cours de renaissance autour de la restauration de l'église et d'une association active.

    Tout s'explique.

     Les Aciéries  du bord de l'Arly avaient  fait venir  de 1923 à 1931 jusqu'à 2500 russes, leur proposant  un logement et un contrat de travail.

    La plupart étaient des militaires qui se sont disciplinés dans de nouveaux métiers pénibles.

     (site Sabaudia) "Ils nourrissent l’espoir de repartir bientôt se battre contre un régime qui ne devrait pas durer et ils vont former une communauté vivante et très présente à Ugine. Très vite sont créés une école pour enseigner le russe aux enfants, un cercle, une bibliothèque, une école de musique et de danse, un orchestre, une troupe de théâtre. Mais avant tout, les Russes demandent à la direction de l’usine un local pour installer une église. Installée dans un modeste hangar en bois, le long de la route peu avant l’entrée des gorges de l’Arly, cette église sera consacrée le 19 décembre 1926. Les fidèles y ont installé tout le mobilier liturgique conformément à la tradition orthodoxe. Seule manque l’iconostase, des draps blancs la remplacent. Quelques années plus tard, une iconostase arrive à Ugine. Elle a une histoire qui fait d’elle une véritable relique. Elle provient de la chapelle du plus gros bateau de l’escadre de la mer Noir, le Kronstadt, qui a participé à l’évacuation de Crimée en 1920. Ce bateau sera ensuite dirigé vers Bizerte avec d’autres bâtiments militaires et les 6000 hommes de la marine de guerre de la mer Noire. Les Russes vont recréer une école navale à Bizerte dans un fort dominant la ville. L’iconostase sera transférée du Kronstadt dans la casemate servant de chapelle. Lorsque l’école fermera ses portes en 1925, l’iconostase sera préservée, puis transportée plus tard à Ugine dans des circonstances que nous ignorons pour le moment."

                                             SAINT ALEXIS D'UGINE 

     Autre caractéristique de ce lieu: son premier prêtre permanent (de 1930 à 1934) Alexis Medvedkov  (martyrisé par les bolcheviks avant de rejoindre l'Estonie puis la France) a été canonisé, désormais Saint Alexis d'Ugine.

    (site Sabaudia) " Il est mort d’un cancer généralisé le 22 août 1934. Vingt deux ans plus tard, lors du déplacement du cimetière d’Ugine, son corps a été exhumé absolument intact. Il a alors été transféré dans la Crypte de l’église du cimetière russe de Sainte-Geneviève-des-Bois. Il a été canonisé en janvier 2004 par le patriarcat de Constantinople. Il repose définitivement depuis novembre 2004 au monastère Notre-Dame de Toute Protection à Bussy-en-Othe. Il est vénéré sous le nom de Saint Alexis d’Ugine."

                          RENAISSANCE DES MURS, RENAISSANCE CULTUELLE,  RENAISSANCE CULTURELLE

     L'histoire de la renaissance du lieu est originale. La première génération a complètement disparu.

    Un certain Bruno Giraudy -non orthodoxe!- s'est pris d'affection pour ce local en décrépitude, ancien hangar en bord de route.

    russes blancs,#russie,eglise orthodoxe d'ugine,révolution bolchevic,1917,diaspora,saint¬alexis d'ugine,#blogneidinger

    Parce qu'il avait un copain d'enfance russe. De fil en aiguille, la communauté se ressoude. La troisième génération fait revivre le lieu après un quasi abandon.A savoir, il ne reste qu'une trentaine de familles sur les 2500 individus d'origine.

                         COMMENT GERER LE PASSE CULTUREL FAMILIAL

    Pour revenir à ma charmante interlocutrice, je lui demande si sa fratrie est tout autant concernée qu'elle par ses racines russes.La réponse est non. 

    Deux attitudes tout aussi respectables co-existent.

    L'une des deux soeurs semble non concernée par son passé. L'autre non seulement s'est intéressée à l'église d'Ugine et son association  mais elle a visité cette Russie familiale à la découverte des lieux d'origine. En véritable voyage pèlerinage de  retour aux sources.

    A Ugine, le rite orthodoxe revit principalement  lors des périodes religieuses majeures de Noël et de Pâques. Avec probablement  plus de langue française lors de l'office et moins de slavon liturgique (? )cette langue issue du vieux slave... 

    Troisième  voire quatrième  génération oblige!

                                                                                                    Sylvie Neidinger

     

    *Association " la Communauté Russe et Ugine "
    chez Bruno Giraudy,
    2323 route de la Cry, 74920 Combloux

    e-mail : bgiraudy@aol.com

    * Elisa Jaffrennou et Bruno Giraudy, Les Russes d’Ugine et l’église orthodoxe Saint-Nicolas, Beaufixe, 128 p., 60 photos, 25 euro.russes blancs,#russie,eglise orthodoxe d'ugine,révolution bolchevic,1917,diaspora,saint¬alexis d'ugine,#blogneidinger

     

     

     

     crédit images captures d'écran  du site web  cité en lienhttp://www.savoie-archives.fr/archives73/dossiers_sabaudia/russes-d-ugine/images/Image7.gif

  • Ambiance automnale aux Bastions

    Imprimer

    En ce jeudi 9 novembre, pas un chat à l‘Uni-Bastions.IMG_6323.JPG

    Ambiance calmissime, pluvieuse et nostalgique.

    BGE   fermée de même que la bibliothèque de l’Unige.

    Pas un chat du côté des jeux d’échec –et de réussite…- non plus.

     Dans le parc, des travaux préparatoires s'activent sous l’œil impassible des Quatre vénérables.

    Les Farel  Calvin, de Bèze et Knox , vêtus de la docte "robe de Genève", bible en main, observent attentivement la soudaine agitation sous leur nez, à leur barbe.

     Ils en restent de marbre.

     

                                                                            Sylvie Neidinger

     

     crédit images  @NeidingerIMG_6335.JPG

  • Centenaire du Mur de la Réformation: l'expo et l'utopie

    Imprimer

    Genève est tout autant le Mur que le Jet d'eau....Voire plus.#genève,centenaire #tavel #mah,mur de la réformaton #protestantisme,utopie,parc des bastions,palais enard

    A l'occasion du centenaire du célèbre monument,125 pièces papier et photos surtout sont visibles au Musée Tavel .

    Une expo hautement intéressante avec les projets, contre projets...

    L'imagination part en visualisant ce que  ce monument aurait pu être; ce à quoi il a échappé... ses architectes, ses ingénieurs, les travaux.

    Un bémol toutefois non pas sur le contenu de l'expo mais sur le lieu.

    Autant j'adore Tavel pour ce qu'est Tavel. Autant ses sous-sols sombres, tortueux sont un peu la torture du visiteur.

    Certes les autorités culturelles genevoises ne pouvaient -financièrement- se permettre d'ouvrir le Rath pour accueillir les 125 éléments de  l'expo intitulée "Faire le Mur"...

                                     

     

     

        MON UTOPIE MUSEALE AUTOUR DU MUR DE LA REFORMATION

     

    #genève,centenaire #tavel #mah,mur de la réformaton #protestantisme,utopie,parc des bastions,palais enardDans une vision à 200% idéale, j'aimerais tellement que:

    1-Ces artefacts ne soient pas dispersés après le 29 octobre, date de fin de l'expo. Ou alors que ces documents qui doivent retourner vers  leurs propriétaires respectifs soient conservés ensemble  en fac-similés.

    2-Qu'ils soient logés ...près du Mur, DANS le parc des Bastions.

    OU?? Il semble que tout soit occupé (Unige, Palais Eynard...) Bon alors: reconstruire un petit pavillon???

    3- Ou, autre totale UTOPIE : creuser un sous-sol moderne sous le Palais Eynard (?)  ou sous la Bibliothèque (?) pour accueillir définitivement ces docs sur l'histoire du Mur de la Réformation in situ. Bon ....trop cher là aussi ?

    "Touristiquement" parlant, cela serait un plus.

    Mais les deniers publics  probablement trop mis à contribution.

     En attendant que certains rêves farfelus  ne prennent corps; qui sait....on ne peut que conseiller l'achat du catalogue d'expo qui explique tout !!

    C'est un morceau du Mur de la Réformation que l'on emporte avec soi et que l'on peut garder sans souci dans sa bibliothèque ! Lecture historique garantie passionnante.

     

                                                                                             Sylvie Neidinger

    #genève,centenaire #tavel #mah,mur de la réformaton #protestantisme,utopie,parc des bastions,palais enard

     

                                                       Rubrique#PeaudeMur

     

                                                    Rubrique #Protestantisme

  • Bibliothèque gallo-romaine à Lyon Fourvière

    Imprimer

    Une info à connaître pour qui s'intéresse à l'archéologie régionale: l'existence au lyon,musee de fournière,bibliothèque gallo-romainesein du Musée gallo-romain de Lyon d'une bibliothèque spécialisée, gratuite, ouverte à tous.

    http://museegalloromain.grandlyon.com/Lyon-Fourviere/Services

    Le fonds documentaire s'étend de la pré-histoire à la période médiévale et comporte les précieux rapports de fouilles. Un lieu méconnu qui finalement mérite d'être plus fréquenté !

                                                                  Sylvie Neidinger

  • Lire Charles Bonnet sur les fouilles de la cathédrale Saint-Pierre

    Imprimer

    L'éminent archéologue genevois Charles Bonnet, toujours scientifiquement actif,  vient de s'illustrer en Afrique, avec la découvertes de trois temples circulaires au Soudan.

    Personne n'oublie sa maîtrise du difficile chantier de fouilles de la cathédrale Saint-Pierre. charles bonnet,guillaume fatio,site archéologique,sous sol,cathédrale saint-pierre

    Un défi tout autant d'archéologie que de génie civil: creuser sous un bâtiment imposant mais instable pour le renforcer tout en découvrant les couches anciennes par states et tout en les conservant.

    Un chantier de 30 ans !

    Le site ouvert au public a reçu le prestigieux prix "Europa Nostra"

    Le résultat est magnifique et se visite: site archéologique de la cathédrale Saint-Pierre

    Toutefois ce chantier reste complexe à comprendre même in situ. Seul un archéologue chevronné y retrouve ses petits avec toutes ces states entremêlées...

    La visite peut se poursuivre d'une façon passionnante autour des deux ouvrages de synthèse rédigés par Charles Bonnet en collaboration édités par la SHAG, en vente sur le site ou en librairie.

    L'un sur la période protohistorique et la fameuse (incroyable)  tombe du chef celte pile au coeur de la bâtisse.

    L'autre sur la période chrétienne.

    Ardu mais fort instructif.

                                                        Sylvie Neidinger

     

     

     Les fouilles de la cathédrale Saint-Pierre Editeur SHAG

    SHAG : société d'histoire et d'archéologie de Genève.

  • L'art et la manière de détruire un château médiéval

    Imprimer

    On pourrait démarrer par "c'est l'histoire d'un mec". Et c'est aussi  l'histoire d'une administration française...

    Lieu: l'Ardèche, terre prisée  des Hollandais qui s'en sont pris d'amour. Ce n'est pas un plat pays.Capturessssss.JPG

    Localement certains parlent même de "colonisation" tant cette population y vit en autarcie. Elle importe (presque) tout depuis son batave de pays.

    Habitants qui font relativement peu tourner l'économie locale.

    Ce point de vue date des années 80. Rien de  neuf....

    Un certain Aalt Van Ramshorst  a investi dans un projet immobilier de taille basé sur une piste hollando-hollandaise...

    Il rachète le Château de la Tour, (du  XIVème siècle a minima)  à Saint-Pierreville.

                   CE NEERLANDAIS AU PROFIL DE BRAVE HOMME

    L'homme qui  a tout d'un brave homme a priori vient  hier de " péter un plomb ".

    Le forcené incendie son bien, tire sur les pompiers, se suicide.

    Que s'est-il passé?

    Un matin de  2014, il subit, lui et son château, l'assaut de la maréchaussée soit ...30 gendarmes qui interviennent à l'aube sans ménagement. Il  sera incarcéré une semaine durant, menotté.

    Incrédule, il raconte sa mésaventure à un journaliste.

    Son château n'est pas une petite bâtisse. C'était  effectivement assez difficile de le louer "en douce" sans alerter les services administratifs...

    Ce monsieur l'avait tout simplement transformé en hôtel  ....en catimini, commerçant sa prestation de service par  annonces postées  sur le Bon Coin ou autres sites.

    Il tournait avec un personnel d'une dizaine d'individus non déclarés constitué de jeunes néerlandais. Aucune déclaration officielle donc aucune "habilitation sécurité" non plus.

    C'était  l'ouverture illégale d'un établissement touristique!

    Ce néerlandais jouait à cacher sa réelle activité, fort importante au demeurant.

    Le jour de l'assaut des forces de l'ordre 100 clients tout de même étaient en villégiature. Pas moins.

    (avantage original de cette situation : voir un château médiéval habité au XXIème siècle par une foule de 100 individus... comme à son origine ! Au moins c'est plus vivant qu'un château-musée...)

    Bizarre tout de même,  cette  liberté mentale complète et l'autonomie du propriétaire...

    La Hollande  est un pays qui supporte une législation. Comment  l'homme pensait-il y échapper en France?

    hollandais.JPG

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    A moins que les normes, trop  nombreuses  en France, n'aient empêché son projet au point de le rendre légalement impossible après achat ?

                                                        TETU !

    Du genre le refus d'installer quelques ascenseurs et sorties de secours...

    Le néerlandais têtu aurait alors forcé le destin du lieu. Il avait acheté la bâtisse. Il fallait qu'il poursuive son projet !            

    Au risque d'ouvrir la chronique d'un dérapage incontrôlé.

    D'un autre côté, l'administration française n'y est pas allée de main morte puisque qu'elle a décidé de  la CONFISCATION DU CHATEAU ! Pas moins !

     Tiré du Dauphiné Libéré:"Le propriétaire du château La Tour, Aalt Van Ramshorst, un Néerlandais, est sous le coup d'une condamnation à de la prison ferme. Le substitut du procureur, Emmanuel Garcia, précise : "Hier (mardi, NDLR) la chambre de l'application des peines de la cour d'appel de Nîmes a confirmé une décision prise par un juge d'application des peines de Privas : il doit purger au total 14 mois de prison." Le propriétaire du château a été condamné à de la prison ferme en juillet 2015 pour avoir mis le feu au véhicule de son ex compagne et pour possession d'arme. Il avait demandé un aménagement de peine et interjeté appel de la décision du JAP. La confirmation par la cour d'appel, rendue hier à Nîmes, pourrait avoir provoqué son geste, si l'hypothèse selon laquelle il a tiré les coups de feu se confirme.
    Il est aussi poursuivi, depuis l'été 2014, pour avoir transformé son château en complexe hôtelier, s' affranchissant des règles de sécurité en la matière. Il avait alors fait 8 jours de détention provisoire.

                SAISIE DU BIEN : POURQUOI ?

     France Bleue évoque le fait divers:

     "Le propriétaire du château La Tour soupçonné d'avoir mis le feu [ce matin du jeudi 22] à la bâtisse puis d'avoir tiré sur les pompiers reste introuvable ce jeudi matin. Il aurait disjoncté car, suite à de nombreuses affaires judiciaires, il risquait de perdre son château et d'être envoyé en prison.

    Les raisons de son accès de rage se précisent. L'homme était coincé judiciairement et il était sur le point de perdre son château et sa liberté. Il était depuis deux ans sous le coup d'une information judiciaire pour fraude et travail dissimulé pour avoir transformé son domaine en site d'hébergement touristique sans respecter aucune norme, ni aucune autorisation. A ce titre, son château faisait l'objet d'une saisie conservatoire par la justice en attendant son procès où il risquait la confiscation définitive de son bien.L'homme avait également plusieurs condamnations à purger, notamment pour avoir dégradé la voiture de son ex-femme et pour détention d'armes. Un total de quatorze mois de prison. Sa demande d'aménagement de peine venait d'être refusée. La perspective d'être envoyé derrière les barreaux aurait déclenché sa fureur.cf "

    Aujourd'hui l'homme  s'est détruit en autodafé  avec son château.

    Par le feu.

     La morale ou plutôt l'immorale de l'histoire?

    1) Aalt Van Ramshorst a commis l'erreur de se croire en liberté d'action. Le syndrome "ardèchois" l'avait atteint. Il faisait du business en circuit fermé (donc non déclaré) par des néerlandais et pour des néerlandais et ne comprenait pas l'intrusion de l'Etat français dans son petit mécanisme autonome.

    Il a tort à 100%. En même temps ce "brave homme" a consacré toute son énergie à la restauration de ce bien.

    Mais dans l'autre sens,

    2) la Justice hexagonale a été plus que lourde: il fut  incarcéré huit  jours en 2014 pour le délit  de réception  de clientèle touristique dans un endroit non normalisé. La justice a refusé l'aménagement de sa peine en 2016.

    Le pire, le plus injuste et incompréhensible: la justice française a décidé de lui .....confisquer son bien. Une disposition du code pénal qui permet la dévolution d'un bien à l'Etat. Lequel s'en empare....gratuitement sans compensation !

    Tout simplement. Un acte d'ancien régime, remis au goût du jour en 1792. Une disposition exceptionnelle et souvent liée à la grande délinquance. Probablement hyper excessive ici.

               AALT ET LE CHATEAU ONT SOMBRE

    C'est un "beau" résultat...L'homme est décédé. L'Etat récupèrera une ruine détruite par le feu. Une stratégie perdant-perdant.

    Lors de la disparition du propriétaire jeudi, les gendarmes engageaient une étude de personnalité pour savoir à qui ils avaient à faire.

    C'est assez simplissime de comprendre que cet individu a acheté et restauré un bien hors norme de ses mains, avec énergie.

    Il a voulu lui donner une viabilité économique certes par des subterfuges.

    L'administration française au lieu de reconnaitre le gouffre financier pour entretenir un château médiéval, au lieu de  conseiller cet "étranger", voire l'encourager, " le remettre sur le "droit chemin économique"  a choisi la manière forte coercitive: menottes, prison puis au final confiscation du bien!!!!!!

    L'individu s'est senti à juste titre volé par l'Etat français. Il a décidé de tout détruire.

    Et  lui avec. Triste.

                                                     Sylvie Neidinger

     

    crédit images capture d'écran sites web en lien