wecf

  • Overdose chimiques sur textile d'enfants selon WECF.

    Stop à l'overdose chimique !  

    WECF basée à Annemasse informe  dans son dernier communiqué de presse et surtout dans sa toute dernière publication: woman.GIF

    "L’Europe les consomme à un rythme effréné, puisque le marché du textile enfant y pèse pas moins de 28
    milliards d’euros. Le modèle textile a pourtant grand besoin de faire peau neuve. A des conditions
    de travail inhumaines, mises en lumière par l’effondrement du Rana Plaza (Bengladesh) en avril
    dernier, s’ajoute une contamination globale de la chaine textile par des substances chimiques
    dangereuses. Sur les quelques 1900 substances chimiques qui seraient WECF, overdose chimiqueutilisées par le secteur, seules
    165 sont classées en termes de dangerosité2. Qu’en est-il des autres ? Alors que la présence de
    substances chimiques dangereuses dans les produits de consommation est un sujet de préoccupation
    majeur des Européens3.

    WECF propose un rapport complet, sa synthèse et un guide de poche pour
    faire le point sur les contaminants présents notamment dans les textiles enfants, qui exposent une
    population particulièrement vulnérable. Avec en prime l’interview d’une designer textile.

    Rapport complet publié sur Nesting

    Phtalates, retardateurs de flamme et quelques découvertes.

    Le formaldéhyde serait  réglementé plus sévèrement dans les textiles en Chine qu’en France !

     Selon le document récemment mis à disposition par WECF :"on prétend souvent que les réglementations chinoises sont systématiquement en-deçà de la réglementation européenne. Or, pour le formaldéhyde, un irritant notoire des voies respiratoires et sensibilisant cutané, classé cancérigène par l’OMS, la Chine prévoit comme la France une limitation maximale de 20 ppm dans les textiles pour bébés et nourrissons, et limite à 75 ppm sa présence dans les produits entrant en contact direct avec la peau… là où la France fixe un seuil de 100 ppm. La France agit cependant au niveau européen pour obtenir la classification du formaldéhyde comme cancérogène certain, et ainsi renforcer sa réglementation."

    Lore Macé, Designer textiles donne son sentiment de praticienne dans  une interview sur le site:

    Savez-vous par exemple quels procédés ou substances sont utilisés pour obtenir telle ou telle propriété ? Avez-vous des informations sur les substances chimiques utilisées par exemple ?
    L.M : Non, à ma connaissance, seule la composition du tissu (des fibres) est indiquée, pas le procédé de traitement ou les substances utilisées.


    Pensez-vous que cette situation est liée à une ignorance des fournisseurs de textiles, liée à des obstacles tels de communication tout au long de la chaîne par exemple ? (Des réglementations européennes comme REACH prévoient que les intermédiaires doivent justement faire remonter des informations)
    L.M : En fait, chaque intermédiaire n’est simplement pas au courant de ce qu’a fait le précédent. Pour la soie par exemple, il existe une grande variété de traitements possibles pour l’obtention du produit fini. Chaque intermédiaire ne s’intéresse pas à ce qu’a fait le précédent. C’est surtout l’intermédiaire final avec le consommateur qui est en général le plus intéressé par ces informations, car il est responsable de son produit. Mais si l’information ne remonte pas l’ensemble de la chaîne, il sera impossible de disposer de l’information pour le maillon final de la chaine."(...)

    Certaines entreprises, en Inde par exemple, font-elles preuve d’exemplarité dans les domaines de la protection de l’environnement, de la santé et de préservation des ressources ?
    Eh bien oui ! J’ai visité différentes usines dont la production était certifiée par le label GOTS, et j’ai eu une excellente surprise chez l’une d’entre elles, Aura, située dans le Sud du pays à Ahmedabad. Cette entreprise, non seulement utilisait uniquement des teintures végétales, mais en plus elle recyclait même les déchets issus de la production, comme les boues, réutilisées comme engrais dans les champs pour fertiliser la culture des végétaux dédiés à la fabrication des teintures.

    Visiblement WECF soulève un lièvre environnemental ...circulaire : un produit sain  issu obligatoirement d'un process sain.

    On conclue toutefois par ces remarques :

    -Pourquoi cette alerte textile  est-elle issue d'une ONG... féminine uniquement ?

    -Si les textiles sont "dangereux" pour les enfants, ils sont dangereux pour tout le monde, non?

    -Les femmes toujours au chiffon. Et les hommes portent toujours la culotte ? Sans se soucier de sa provenance, de sa composition, de sa chimie, de son lavage et repassage?

    Allez, Messieurs, encore un petit effort...

                                                                                                           Sylvie Neidinger

  • Menace sur la santé des femmes

    Une alerte scientifique de 133 pages : expositions aux perturbateurs endocriniens et dangers pour la santé reproductive féminine

    Des  millions de jeunes filles, de  femmes, seraient atteintes de puberté précoce, infertilité, cancer du sein ( une sur 10 en Europe!)  Des chiffres en constante augmentation.

    Avec deux moments phares d'exposition : la grossesse pour la mère et le 1er trimestre pour le foetus. Et une inquiétude liée à la latence : les effets des perturbations s'observent sur le long terme seulement.

    Initialement les études portaient sur la baisse de qualité du sperme. Quand les chercheurs ont eu la curiosité d'aller explorer la planète femme. Et de constater que son appareil reproducteur  serait également touché !

    Finalement les effets du bisphénol A (entre autres sources chimiques de perturbation: cosmétiques, colorations capillaires )  ne sont pas genrés.  Ce que l'on pouvait imaginer : encore fallait-il le démontrer !

    wecf,editions yves michel

    L'ONG WECF, évoquée dans la précédente note a dans ses attributions les actions de prévention Santé.

    Cette association fondée en 1994 "dans la dynamique" du Sommet de la Terre de Rio (1992) co-édite avec Les Editions Yves Michel cet ouvrage issu d'un Atelier consacré à l'environnement et la santé des femmes.

    Une initiative de l'Institut Commonweal basé en Californie.

    Nota : Le gapençais se définit lui-même comme "éditeur de la société civile"

    L'opuscule  mélange des données scientifiques  liée à un appel à adapter les politiques  de santé publique. Car les réglementations sont en retard.

    18 chercheurs, la participation des universités UF de  Florida, UCSF de San Francisco...

    Il fut publié en anglais sous le titre Girl Disrupted. Ceci est une adpatation pour le public francophone par Women in Europe for a common future (www.wecf.eu)

    Objectif: faire entendre la voix   des femmes dans les enjeux de développement durable.

    Le regard spécifique de 50% de  l'humanité pour équilibrer économie, santé et écologie.

    L'ouvrage  supposé destiné au corps médical principalement, se lit aisément.

                     Sylvie Neidinger

    ISBN9782364290266 septembre 2012, colletion Santé   Editeur yvesmichel.org

                                             ***********************************

    SUITEwecf,editions yves michel,uf florida,ucsf san franciscoalerte,perturbateurs endocriniens  SUR LA MEME THEMATIQUE Elisabeth Ruffinengo, chargé de mission à WECF est intervenue comme parole d'expert sur le 21 mai dernier sur le  Hufpost avec un article sur les pertrubateurs endocriniens intitulé: "Perturbateurs endocriniens, la montagne accouche-t-elle d'une souris?

     

    Elle affirme avec conviction que le temps de l'action est venu après celui déjà long de la parole et l'analyse !