tunisie

  • Le Printemps n'est pas Arabe

    Imprimer

    En s'immolant le 4 janvier 2011, le jeune Bouazizi, vendeur ambulant tunisien de 26 ans a lancé une onde de choc historique. Qualifiées au départ d'un nom fleuri odorant (révolution jasmin) les émeutes très "Indignées" puis l'ensemble du domino sont nommés "printemps arabe".

    Qui a désigné ainsi en premier ? Quel organisme? Quel média? L'histoire ne le dit pas encore.

    *Printemps :

    Cette appellation fait référence aux Printemps des peuples,  milieu du XIXème siècle. 1848 plus exactement (1848, l'année de la Constitution Fédérale Suisse d'ailleurs) Quand, en Europe, les systèmes politiques anciens sont secoués.On parle aussi du  Printemps de Prague, en Tchécoslovaquie . 1968, six mois de réformes avant une reprise en main. Dans une confrontation Est-Ouest.(détail intéressant à souligner...) Dans le cas de 2011,  la dénomination saisonnière  n'est pas exacte.

                                                 HIVER ARABE

    Monseigneur Al Raï, nouveau patriarche maronite, lorsqu'il vient en France en septembre  2011 pour rencontrer le Président de la république Sarkozy parle pour la toute première fois d'hiver, alors que c'est déjà très politiquement incorrect.

    Il  comprend dès le départ  combien ces événements ne sont pas de bon augure pour le Proche-Orient. Il tient un discours décalé qui ne plait pas en occident. Sa position  est partagée par diverses autorités religieuses chrétiennes orientales. Dont les orthodoxes, majoritaires. A Marseille dans son homélie à Notre Dame du Liban, le prélat  libanais parle effectivement d'hiver en rappelant que chrétiens et musulmans vivent traditionnellement en bonne cohabitation.

    Que des puissances... externes viennent diviser les peuples. Il ne précise pas lesquelles. Divisions? On pense à la période coloniale à du XIXème siècle. Et la période...indirectement coloniale actuelle. Néo-coloniale, exactement. Il avait parfaitement raison. Le temps qui a passé de 2011 à 2014 en a fait la démonstration.

    Le changement en cours doit se renommer  la "révolution islamiste" (pas islamique: attention à la nuance. L'islamisme étant  la radicalité politique)  Plus exactement la révolution islamiste inscrite dans une néo guerre froide (cf d'autres articles suivront pour préciser)

    Les régimes arabes laïcs, nationalistes, souvent "socialistes" au pouvoir depuis les Indépendances sont dans le viseur. Régimes devenus "politiquement démodés, pour l'occident et les états islamistes".(Turquie et Golfe) Et pour certaines populations en attente d'amélioration de leur sort économique.(Le président Ben Ali de Tunisie était d'ailleurs membre de l'Internationale Socialiste et proche à ce titre du Parti Socialiste français à l'époque)

    Cette révolution nommée "printemps arabe" voit les chrétiens coptes tués en Egypte, en  Libye, leurs lieux de cultes incendiés. Les syriens chrétiens - mais aussi tous les autres, sunnites et chiites -subissent la pression  incroyable de l'internationale jihadiste  venue de partout, d'Irak, de Tchétchénie, Tunisie, de Belgique, d'Angleterre, des USA, du Golfe, d'Arabie Saoudite.....

    Avec la bénédiction des occidentaux au démarrage. Beaucoup de mansuétude, avant que les autorités  ne s'aperçoivent de leur erreur ...

    Jusqu'aux ados lycéens de 15 ans  de France, bien chauffés par les médias spécifiques (Al Djézira) et les médias sociaux  qui  partent se sacrifier pour " tuer du syrien" ! (Des parents vont porter plainte pour comprendre comment des mineurs ont pu quitter le territoire sous Hollande) 

    Jusqu'à des femmes françaises jihadistes pour Al Nosra, parties en famille avec mari et enfants.

    Une internationale sombre qui vient pour tuer les syriens  dans leur propre pays. Parce que selon eux....ils  ont  l'impudence de ne pas appliquer leur charia importée.Ils importent leur  moyen-âge mental inconnu de cette contrée proche-orientale ouverte car multi-confessionnelle!

    *Arabe.

    Cette terminologie ne convient pas du tout à la lecture des événements en cours.

    Oui: la révolution  a bien lieu dans les pays dits arabes, donc arabophones.

    Non,  elle ne concerne pas la notion d'arabité !

    Le Printemps Arabe est  anti-arabe. Carrément son anti-thèse: une vision extrême et intégriste de l'islam, installée avec la complicité des pays cités plus haut.

    En effet. Si tous les musulmans ne sont pas arabes (l'Indonésie....) tous les arabes ne sont pas musulmans. Bien évidemment tous les musulmans ne sont pas jihadistes ni intégristes. Et tous les syriens ne sont pas arabes (Tcherkess etc..)

    La population syrienne est sunnite à 85%. Sur place, combien de syriens sunnites ne sont  pas d'accord avec ces rebelles ou Daech ou EIIL qui viennent  pour imposer  une charia type saoudienne?Des coupeurs de têtes et mangeurs de foies humains, égorgeurs  au prétexte d'imposer  leur façon unique de penser le rapport à l'au-delà, de prier.

      L'ARABITE, CETTE TRANSVERSALE, REMPLACEE PAR L'ISLAMISME

    L'arabité est bien une identité ethno-culturelle, linguistique  voire politique. Après les indépendances, cette notion a fonctionné comme dénominateur commun. Une transversale qui  cherchait à unir le monde arabe au delà des frontières nationales: le pan-arabisme. Elle reposait sur une origine géographique sémite/péninsule arabique/moyen-orient mais pas sur une ligne religieuse.

    Les Etats-Nations laïcs et souvent militaires intervenaient d'ailleurs  politiquement au sein de la Ligue Arabe laquelle est   devenue inaudible aujourd'hui. En coma dépassé. Au profit des pétro-monarchies  du golfe, intégristes: wahabites, "frères" qui  mènent les opérations, financent.

    Aujourd'hui on arrive dans le cadre de cette guerre à une horreur sociétale au sens proche-oriental: des conflits confessionnels dans cet univers pluriel par essence.

    Avant cet "hiver arabe" les individus  se définissaient comme égyptiens, libanais, syriens dans le cadre des Etats-Nations (certes toujours communautaires car c'est la base de ces sociétés orientales) Désormais,  "on" qualifie d'emblée les gens par leur appartenance communautaire. Une véritable régression que cette mise en avant. Un émiettement. Diviser pour régner. Rappel. En Syrie,depuis des dizaines d'années, la mention de l'appartenance religieuse a disparu des cartes d'identité.

    Monseigneur Al Raï  et d'autres  connaisseurs du proche-orient, le vrai - pas la représentation médiatique occidentale qui en est faite ! - avaient effectivement lu les événements en ce sens par avance.

    Toutes les ethno-communautés  sont concernées,  pas spécifiquement les chrétiens.... druzes , ismaélites,  orthodoxes, sunnites, grecs melkites, alaouites, maronites, coptes, chiites, kurdes, tcherkess,  arméniens etc.

    Le "Printemps arabe" en cours n'est donc pas  du registre de l'arabité mais celui de la guerre religieuse. Avec la bénédiction de l'occident qui entend en tirer profit.Un réel  qui   se croise en plus  à une confrontation est-ouest pour une prise de possession géo-stratégique...

    Ce n'est  pas un printemps. Il est encore moins arabe.

                                                                Sylvie Neidinger

    Suite 

    *La NED, outil mis en place par  R Reagan http://www.monde-diplomatique.fr/2007/07/CALVO_OSPINA/14911

    * Complément d'info /islamisme. La Syrie est aussi, traditionnellement  terre agricole (Hauran etc...). Les femmes musulmanes qui travaillent dans les champs de blé par exemple  ne pratiquent pas la séparation intégriste radicale entre hommes et femmes. Ces villageois vivent suivant des règles plus souples.

    On entend dire sur place que les populations syriennes actuellement soumises au  joug des fous de dieu  de l'internationale  jihadiste se révoltent. N'acceptent pas ces diktats prônés chez eux par des étrangers prédateurs. Elles les combattent désormais. 

                                                             Rubrique SURYA

  • Mort du tourisme en Tunisie

    Imprimer

    Ite missa est.

    http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20130730.OBS1567/la-tunisie-est-devenue-un-nouveau-front-pour-aqmi.html

    Excellente analyse géostratégique du spécialiste du terrorisme Mathieu Guidère.

    Très connu en zone lémanique: il fut professeur en veille stratégique multilingue à l'Université de Genève de 2007 à 2011.

    Il est auteur de nombreuses publications   pertinentes.

    Bien évidement le professeur Guidère ne conclut pas lui à la mort du tourisme en Tunisie.

    C'est juste ...ma conclusion de touriste potentielle face à ces informations... chaudes.

    Alors que ce pays, tout comme l' Egypte, comptait une importante part de ses ressources issues de l'industrie touristique.

    Quelle autorité administrative, politique peut-elle "garantir" désormais du bon déroulement d'un séjour? Strictement aucune.

    Economies touchées de plein fouet.

            Sylvie Neidingersalafistes,mathieu guidère,tunisie,tourisme

     

     

     

     photo=capture d'écran

     

     

     

     

     

     

    Bibliographie (source wiki)

    • Les Cocus de la révolution (Éditions Autrement, 2013)
    • Le Printemps islamiste : Démocratie et charia (Éditions Ellipses, 2012) (ISBN 978-2-7298-7357-8)
    • Atlas des pays arabes : Des révolutions à la Démocratie ? (Éditions Autrement, 2012) (ISBN 2746732068) .
    • (en) Historical dictionary of Islamic fundamentalism, Lanham, Md, Scarecrow Press, 2012 (ISBN 978-0-8108-7821-1) [présentation en ligne].
    • Le Choc des révolutions arabes, Paris, Autrement, 2011 (réimpr. Nouvelle édition revue et augmentée, 2012) (ISBN 9782746730298)
    • Les Nouveaux Terroristes, Paris, Autrement, 2010 (ISBN 9782746714335)
    • Obama inchallah (Éditions Le Manuscrit, 2009).
    • Riche comme un oignon (Éditions Ellipses, 2008).
    • Introduction à la traductologie (Éditions De Boeck, 2008)
    • La communication multilingue (Éditions De Boeck, 2008)
    • Al-Qaida à la conquête du Maghreb (Éditions du Rocher, 2007).
    • Irak in Translation ou De l'art de perdre une guerre sans connaître la langue de son adversaire (Éditions Jacob-Duvernet, 2008).
    • Le Manuel de recrutement d'Al-Qaida (Éditions du Seuil, 2006).
    • Les Martyrs d'Al-Qaida (Éditions du Temps, 2005).
    • La Poésie arabe classique (Éditions Ellipses, 2005).
    • La Traduction arabe (Editions Ellipses, 2005
    • Dictionnaire multilingue de la Défense (Éditions Ellipses, 2004
    • Méthodologie de la recherche (Éditions Ellipses, 2004).
    • Kalimât : le vocabulaire arabe (Éditions Ellipses, 2003).
    • Manuel de traduction français-arabe (Éditions Ellipses, 2002).
    • Lexique bilingue de l'arabe d'aujourd'hui (Éditions du Temps, 2001).
    • Publicité et traduction (L'Harmattan, 2000).

    Suite : Confirmation et intensification en octobre 2013 .nouvelobs.com/monde/20131031.OBS3602/tunisie-les-lieux-touristiques-nouvelles-cibles-des-terroristes.html

    2015 Attentats en zone touristique

    http://www.lexpress.fr/actualite/monde/attentat-du-bardo-un-deuxieme-marocain-recherche-arrete-en-tunisie_1684001.html

    http://afrique.lepoint.fr/actualites/tunisie-27-morts-dans-la-zone-touristique-d-el-kantaoui-26-06-2015-1940224_2365.php