schoelcher

  • Victor Schoelcher déboulonné

    Imprimer

    Alors que la Préfecture de Martinique retire une affiche covid-19 pro-distanciation sociale qui fit scandale car pouvant être lue comme raciste cette semaine et  s'excuse, l'actualité s'échauffe autour de la thématique de ...l'esclavage..

    Deux statues de Victor Schoelcher se voient vandalisées, détruites le 22 mai dernier en mémoire du 22 mai 1848  date de la fin de l'esclavage en Martinique. Le décret d'abolition de l'esclavage étant lui signé à Paris le 27 avril, porté par le dit Victor Schoelcher. Profession: journaliste.

    Une ville de Martinique et un bibliothèque portent d'ailleurs son nom. Les militants qui revendiquent cette destruction veulent rebaptiser la ville du nom d'autres intervenants ayant lutté contre l'esclavage: Franz Fanon, Simeline Rangon etc..

    Certains, en Martinique  dénoncent la trop grande importance  accordée au journaliste au dépend d'autres acteurs, notamment "noirs" pour utiliser ce terme.

    Rappel : le normand Pierre Belain d'Esnanbuc part en expédition en 1625. Il prend possession des îles pour lui-même et pour la France  en chassant les Espagnols de la zone. Martinique le 15 septembre 1635, il aborda avec 100 hommes pourvus de tout ce qui était nécessaire pour former des habitations sur la côte occidentale de l’île, dans l’endroit nommé le Carbet, à 2 kilomètres environ de l’emplacement où s’éleva plus tard la ville de Saint-Pierre.

    Principe de la colonisation: la terre est supposée vierge mais la population autochtone ...indienne décimée. Une économie s'installe au profit de planteurs dits créoles  (béké terme à l'origine incertaine. Toutefois "blanc" se dit beke chez les Ibo) et d'une main d'oeuvre dite "noire" en esclavage.

    wiki"L'esclavage avait déjà été aboli en France, pendant la Révolution française le 16 pluviôse an II, puis rétabli par Napoléon Ier par la loi du 20 mai 1802. Victor Schœlcher, nommé par Lamartine président de la commission d'abolition de l'esclavage, est l'initiateur du décret du 27 avril 1848 abolissant définitivement l'esclavage en France."

    Lorsque cesse l'esclavage curieusement et comme pour Haïti, les anciens propriétaires d'êtres humains sont... indemnisés. Pas les victimes... Problème....

    Une situation que de jeunes activistes dénoncent avec virulence. 

    MAIS.  Le "mais" est important. Venir relire le XIXème siècle avec les yeux de 2020 c'est faire de histoiro-centrisme déplacé. D'ailleurs en Martinique combien sont descendants des anciens maîtres par ailleurs. Le sang commun des anciens maîtres et esclaves coule dans les veines!

    Autre chose: un  activiste, un indigéniste  de 2020 n'a RIEN à voir avec un esclave d'hier. Il vit dans une autre société et ne peut surjouer en endossant un habit qui n'est pas le sien. La lourde problématique de l'esclavage est commune à tous. 

    Pour revenir à Schoelcher, certains écrits de  George Sand amie de Schoelcher sont juste illisibles aujourd'hui, racistes. Datés. On ne peut en 2020 revenir faire le procès a posteriori

    Avec un regard de 2020, Schoelcher a effectivement tout faux :

    (wiki) "Le discours abolitionniste de Schœlcher évolue au cours de sa vie. En 1830, dans un article de la Revue de Paris, « Des Noirs »10, après avoir fait une description terrible de la situation des esclaves, et montré comment l'esclavage transforme ces hommes en brutes, il se prononce contre l'abolition immédiate, car pour lui, « les nègres, sortis des mains de leurs maîtres avec l'ignorance et tous les vices de l'esclavage, ne seraient bons à rien, ni pour la société ni pour eux-mêmes » ; « je ne vois pas plus que personne la nécessité d'infecter la société active (déjà assez mauvaise) de plusieurs millions de brutes décorés du titre de citoyens, qui ne seraient en définitive qu'une vaste pépinière de mendiants et de prolétaires » ; « la seule chose dont on doive s'occuper aujourd'hui, c'est d'en tarir la source, en mettant fin à la traite »"

    Pourtant Aimé Césaire, le chantre de la négritude, immense intellectuel auteur du "Discours sur le colonialisme" l'a valorisé !

    L'écrivain Patrick Chamoiseau ne s'y trompe pas " L'ennemi n'est pas Schoelcher mais le Schoelchérisme" affirme-t-il dans son tweet.

    Capture.JPG

    Où l'on apprend, au passage que la Martinique a toujours  un ...ennemi ! Une blessure mémorielle ouverte.

                                          COUP D'ECLAT ERRONE

    Le passé n'est pas digéré. Mémoire de l'esclavage encore vive.

    Pourtant l'historien et militant politique des années 60/70  Gilbert Pago désapprouve l'acte inutile  de démolir des statues,  baptisé "coup d'éclat erroné'. Il replace la perspective historique:"Les historiens-chercheurs de Martinique (parmi lesquel-le-s je me place) eurent cependant à mettre en lumière que la disparition du statut juridique d’esclave reste l’aboutissement de plusieurs éléments diversifiés ; éléments que nous ne devons pas opposer mais appréhender comme systémiques (c’est à dire complémentaires voire interdépendants).
    Sur les deux-cent vingt-trois ans du système esclavagiste chez nous (1635-1848), les 59 dernières années, de 1789 à 1848 ont vu s’accélérer les insurrections d’esclaves entre Saint-Pierre en août 89 jusqu’à Gradis en 1847, en passant par les révoltes nombreuses de 1791-1792, les révoltes de Compère Général Fayance en 1794, les tentatives de Tiberge et de Fourne en 1795, les séditions du carnaval de 1797, la révolte de Kina en 1800, la révolte de Basse-Pointe de 1809, la révolte de septembre 1811 à Saint-Pierre, le soulèvement du Lamentin en 1820, la révolte partie du Canari cassé au Carbet de 1822, la révolte de Saint-Pierre de 1831, l’affaire de Spoutourne à Trinité en 1831, la sanglante répression de Fonds Massacre à Grand-Anse (Le Lorrain) en 1833. C’est essentiel pour nous de connaître tout cela, mais ce n’est pas sûr que tous, nous nous attachons à les connaître à fond et à les méditer."

    La Justice est saisie sur les actes délictueux, revendiqués de destruction de statue. Malheureusement, les activistes trouveront gloriole à se voir inculper...

    La mémoire historique reste un enjeu majeur. Qui connait le Chevalier Saint Goerges, autre Mozart...noir? Des étudiants de Lille veulent absolument le faire connaître! A juste titre.

                                                                Sylvie Neidinger

    #martinique,bbekké,schoelcher,franz fanon,histoiro-centrisme,esclavage,statues,aimé césaire,patrick chamoiseau,négritude,schoelchérisme,préfecture,gilbert pago