royaume uni

  • 10, Drowning Street, le plongeon

    Imprimer

    Encore un changement de locataire au 10 Downing Street. 

    Liz Truss la néo dame de fer qui n'était que chewing-gum a tenu... 44 jours au pouvoir:  record  négatif!

    Juste le temps de créer une panique financière laquelle a fait plonger (= to drown) la livre et généré des rappels jusqu'aux organismes internationaux type FMI, L'intervention active de la Banque d'Angleterre (BoE). 

    Suite à son programme économique irréaliste, autoritaire, idéologique, sans lien avec la réalité,  les marchés du pays de la City ont dévissé . La puissante Angleterre en prend un coup dans son  orgueil. Surtout l'inquiétude est grande..

    Cette première ministre élue par des élection internes au Parti Conservateur succédait à Boris Johnson, farfelu, improbable et déformant la réalité car pris en flagrant délit de mensonge! 

    UK.. en panique financière comme un état tiers. Difficile pour ce pays qui s'était fait illusion avec le Brexit cette tromperie vendue par Nigel Farage et autre Bojo toujours décoiffé. Une approche politico-idéologique loin du pragmatisme légendaire du pays! 

                                BREXIT OU L' ILLUSION D'EMPIRE

    Le PM  David Cameron avait en 2016 lancé l'idée d'un  référendum sur la place du Royaume-Uni au sein de l'UE pour "sauver sa peau" Bien mal lui en prit.

    L'UE étant alors taxée  de tous les mots et tous les maux par les populistes locaux. Avec en idée sous-jacente que une fois l'Europe et toutes ses contraintes législatives évacuées: le soleil de UK allait à nouveau briller en tous points de l'Empire.

    Le souvenir nostalgique de l'Empire britannique -celui où le soleil ne se couchait jamais- allait surgir comme par magie. 

    Résultat en octobre, un Royaume Uni ultra fragilisé économiquement. Terriblement seul. Non pas seul de son Splendide Isolement. Mais terriblement seul de son isolement économiquement mortifère. Pas splendide. Inquiétant sabordage national

                                                               Sylvie Neidinger

     

    *Les européens ne s'y frottent plus: échanges, étudiants qui partent en Irlande, tourisme, main d'oeuvre, voies logistiques....fffasccho .PNG

    *Le Royaume-Uni présente de sérieux risques de fissures: Ecosse, Irlande du Nord et l'accord du Vendredi Saint

    *Liz Truss a eu tout faux  jusqu'au code vestimentaire repris de la série Years and Years imitant  un personnage... fascisant dans le scénario. Ce, le 5 octobre 2022 à la réunion du Conservative Party. 

    *Brexit: un échec à l'image du Festival du Brexit.

    *Royaume-Uni : pour le Parti conservateur, un poison lent et violent nommé Brexit Témoignage hyper intéressant dans l'article : "Mon fils a connu quatre chanceliers de l'Echiquier, trois ministres de l'Intérieur, deux Premiers ministres et deux monarques. Il est âgé de quatre mois." La blague signée d'un jeune papa, et "likée" en quelques heures par un demi-million de personnes sur Twitter, n'offre qu'un exemple parmi bien d'autres de l'humour déployé par les Britanniques pour tenter de digérer la grave crise politique que traverse leur pays. Leur quatrième Premier ministre en six ans, Liz Truss, ne sera donc restée au pouvoir que quarante-quatre jours." 

  • BREXIT: poker menteur britannique

    Imprimer

    Cet article des Echos a retenu mon attention :

    http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-165844-brexit-la-strategie-du-poker-menteur-des-britanniques-2062705.php

  • Brexit...exit

    Imprimer

    Nombreux sont ceux qui pensent désormais que la sortie du Royaume-Uni, ce pays qui négocie autoritairement et "à la carte",  sera bienvenue.

    Il vient d' obtienir par chantage des dérogations non réciproques.

    Rappel du résultat: le Royaume-Uni pourra discriminer des citoyens européens sur l'accès à certaines prestations tout en sachant que les 27 autres pays ne pourront pas appliquer une telle règle aux citoyens britanniques présents sur leur sol !

    Idem pour la City et ses banques non assujetties aux mêmes règles.

    Alors que formellement, je cite marianne:restant dans l’Europe (si les électeurs britanniques le décident lors du référendum qui aura lieu, a-t-on appris ce samedi, le 23 juin), Londres gardera toutes les prérogatives d’un pays membre éminent : aucune réunion formelle d’aucune institution de l’UE ne peut avoir lieu sans la présence de représentants de la Grande-Bretagne : les juges britanniques de la cour de justice européenne, par exemple, tranchent les litiges relatifs à l’euro ou à l’espace Schengen, ou à la charte des droits européens, ou a l’espace de justice européen, alors que l’Angleterre est exempte d’appliquer ces volets des traités. C’est vrai aussi pour le Parlement européen, le conseil écofin (la zone euro est « informelle »)… Etc "

                                                LA CHANCE DU BREXIT... POUR LES 27

    Le futur vote... anti-européen (?) lors du référendum du 23 juin prochain par le  peuple britannique qui veut le beurre et l'argent du beurre, les avantages d'un grand marché sans les inconvénients, contrôler la zone euro sans en faire partie et autres contradictions à l'avenant sera donc  une chance...pour l'Europe.  

    De nombreux britanno-sceptiques naissent  de la dernière séquence bruxelloise.

    Quand un dirigeant, tout seul, Davis Cameron force les 27 autres, devant les caméras du monde entier.

    Ses arrivées tonitruantes...

    Ne manquait que le colt ....

    Dans un égoïsme absolu et nombriliste alors que les discussions devaient porter sur la crise migratoire.

    Dirigeant  souverainiste pour lui mais en même temps libéral... pour les autres que surtout il entend... diriger. Comment les 27 chefs d'Etat ont-ils pu laisser faire?

    Ceci dit, le futur vote va permettre de clarifier une bonne fois pour toutes la relation ambigüe( que certains voient comme... hypocrite) du Royaume-Uni.

    Une dame de 80 ans me disait hier que l'Angleterre ne peut être en même temps dedans et dehors.

    C'est évident.

       Brexit... Exit.                                                                       Sylvie Neidinger

     

     

     

    SUIVI D'INFOS

    http://www.franceinfo.fr/fil-info/article/brexit-je-me-demande-si-ce-n-est-pas-une-chance-pour-l-europe-chalmin-economiste-767695

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/02/24/pour-la-premiere-fois-depuis-2009-la-livre-britannique-tombe-au-dessous-de-1-40-dollar_4870540_3234.html

    http://www.lesechos.fr/monde/europe/021739520956-macron-met-en-garde-le-royaume-uni-contre-le-brexit-et-cree-la-polemique-1204485.php