reportage généalogique

  • La Chavande de Saint-Elophe

    Imprimer

    Pratiquant  le "reportage généalogique" pour visiter les bouts de branches, une ramure  vosgienne fut  finalement choisie.

    Les Journées Européennes du Patrimoine les 17 et 18 septembre derniers qui voient des monuments fermés à l'année s'ouvrir  incitèrent au choix. 

    Ce rameau généalogique lorrain de meuniers  mène de la Haute-Marne [Illoud, Bourmont, Gonaincourt, Romain, Nijon,  Arnoncourt-sur-Apance sur Meuse et affluents] aux Vosges.

    Dont un bien nommé Quicangrogne, ô sympathique moulin qui grogne...

    Période?  Au bout du bout du XVIIème siècle avec un certain Nicolas Drouot né en 1648 à Brancourt (sur le Vair affluent de Meuse également) et son père Claudon.

    L'avantage d'ancêtre meuniers est de pouvoir visualiser les lieux de vie. Ou ce qu'il en reste. 

    Visitant en contrebas de la Chapelle Sainte-Epéothe de Soulosse [qui fut un temps non protégée et livrée au vandalisme] rencontre avec Arlette, intervenante culturelle bénévole, compétente et attentive. Elle me signale pour le soir même un repas public autour de l'incendie d'une chavande. Evènement reporté de  juin à septembre 2022 pour cause d'été sec.

    J'avais bien repéré  une curieuse structure: un moulin  type hollandais (!)  sur un espace communautaire proche de  l'église Saint-Elophe (IVème siècle) sur la hauteur.

    A savoir, le bâtiment religieux est lieu d'un  antique pèlerinage pour espérer  ses voeux exaucés...en s'installant dans un siège en pierre au milieu du cimetière!

    Un moulin à vent sur la colline? Détail un peu humoristique pour celle qui était en repérage des moulins à eau locaux...

                    AU SOMMET, UN REPAS COMMUNAUTAIRE DE PLEIN AIR ET LE BUCHER

     reportage généalogique,#vosges,#lorraine,saint-elophe,soulosse-sous-saint-elophe,#brancourt,#beaufremont,#grand,liffol-le-grand,musée bernard counot,#gaulois,peuple #leuque,sommet,solstice d'été,feux de la saint-jean,#apollon guérisseur,#génalogieLe repas  villageois de plein air est effectivement donné juste avant la mise à feu au crépuscule. Pris avec de sympathiques personnes inconnues avec qui  forcément de l'ADN était partagé.

    La surprise fut donc  totale avec la mise à feu  dudit moulin: une tradition païenne  dont l'ampleur sidère.  Les feux de la Saint-Jean qui marquent le solstice d'été sont connus, la  version "chavande" moins.

    Ce type de bûcher est géographiquement typé: allumé sur les sommets des hautes vallées de la Moselle, de la Moselotte et de la Thur. Egalement les sommets des collines bordant les affluents de la Meuse à l'ouest des Vosges. Ici le Vair. Une localisation prononcée! reportage généalogique,#vosges,#lorraine,saint-elophe,soulosse-sous-saint-elophe,#brancourt,#beaufremont,#grand,liffol-le-grand,musée bernard counot,#gaulois,peuple #leuque,sommet,solstice d'été,feux de la saint-jean,#apollon guérisseur,#génalogie

    Par extraordinaire, la crête de cette  colline du village de Saint-Elophe fait face à Domrémy de la geste johannique et face à Grand, ce lieu guérisseur antique alors nommé Andesina. 

    Grand et  son   amphithéâtre au milieu de "nulle part", si peu connu au regard de son immense importance dans l'antiquité: l'un des dix plus grands de l'Empire Romain à 20 000 places. Aujourd'hui en zone rurale de faible densité.

    Saint-Elophe/Soulosse: une ville étape de l'Itinéraire d'Antonin, alors Solimariaca. Tout un passé en voie de redécouverte!

                                                     CHEZ LES LEUQUES

    #beaufremont,saint-elophe,#grand,liffol-le-grand,musée bernard counot,#gaulois,peuple #leuque,sommet,solstice d'été,feux de la saint-jean,#apollon guérisseur,#génalogie,reportage généalogique,#vosges,#lorraine,soulosse-sous-saint-elophe,#brancourtNous sommes en territoire Leuques, peuple celte. Précisément ce territoire  de "Haute Meuse" (actuellement dans les départements de Haute-Marne et des Vosges)

    Il semble entretenir une surprenante continuité religieuse des  temps gaulois au christianisme. D'Apollon Guérisseur à Saint-Elophe l'histoire sacrée de cette zone ouest des Vosges est à reconstruire.

    Alors que les archéologues  tentent de décrypter  ce passé enfoui, alors que les artefacts épars sont désormais protégés dans les Musées (exemple Musée Counot de Liffol-le-Grand)  après le pillage et la destruction, il est surprenant de pouvoir  vivre   un évènement potentiellement de l'âge de fer.#beaufremont,saint-elophe,#grand,liffol-le-grand,musée bernard counot,#gaulois,peuple #leuque,sommet,solstice d'été,feux de la saint-jean,#apollon guérisseur,#génalogie,reportage généalogique,#vosges,#lorraine,soulosse-sous-saint-elophe,#brancourt

    Dans ce cadre,  la "cérémonie " du bûcher traditionnel  allumé à nuit tombante fut pour moi plus qu'impressionnante. Stupéfaite de la puissance du feu inouïe puisque la structure était remplie de palettes. Les photos- sans repère pour donner l'échelle- ne rendent pas compte des dimensions impressionnantes du foyer: des flammes à 15 mètres (probablement) au plus fort. Le souffle est puissant. Les braises nous tombent retombent dessus. Pas de traditionnel "saut sur le feu de St-Jean " ici. On est ici dans une supra dimension!

    Un frisson à la pensée des immolations dans des bûchers (ô Jeanne d'Arc...et les autres).

    Un autre village du secteur pratique la chavande : Beaufremont (wiki)

    Les chavandes contemporaines reproduisent remarquablement des monuments modernes : Tour Eiffel, de Pise. Une sorte de concours de beauté architecturale s'instaure.

    Toutefois le sacré -outre la zone géographique particulière-  surgit  du passage rapide de vie à trépas de l'immense brasier sous nos yeux. Une catharsis sociale de purification symbolique s'opère autour du groupe qui vit l'évènement: la parfaite définition du Sacré.

    Quelles formes alors choisies pour ces bûchers? 

    Question: les sacrifices humaines furent-ils pratiqués à ces occasions chez les celtes? Aucune réponse car aucune trace écrite. Tout est...consommé. Et consumé.

                                                                 Sylvie Neidinger

    (photos Céline-Merci- et S Neidinger)

    #beaufremont,saint-elophe,#grand,liffol-le-grand,musée bernard counot,#gaulois,peuple #leuque,sommet,solstice d'été,feux de la saint-jean,#apollon guérisseur,#génalogie,reportage généalogique,#vosges,#lorraine,soulosse-sous-saint-elophe,#brancourt

     

    '

    #beaufremont,saint-elophe,#grand,liffol-le-grand,musée bernard counot,#gaulois,peuple #leuque,sommet,solstice d'été,feux de la saint-jean,#apollon guérisseur,#génalogie,reportage généalogique,#vosges,#lorraine,soulosse-sous-saint-elophe,#brancourt

  • Le "reportage généalogique" ou comment croiser les branches avec le réel géographique

    Imprimer

    En 2022, les arbres généalogiques sont plantés, les forêts reconstituées. De nombreux sites numériques (Geneanet, Filae etc.) abritent les dites plantations.

    Si un arbre publié par un généalogiste en ligne (MERCI) correspond à un ancêtre, on peut assez souvent  remonter aux sources des registres   parfois à des dates fort anciennes. (15xx rarement ,16xx parfois, 17xx le plus souvent). 

    Une véritable démocratisation! Désormais, les familles non aristocrates trouvent  elles aussi l'intérêt  de l'information familiale de filiation ancienne. Certes sans pouvoir remonter au XIIème et sans chartrier héréditaire.

    La bonne surprise humoristique de l'activité généalogique est bien cette confirmation: oui nous avons... tous des ...ancêtres! 

    Les données informatives étant visualisées, le reportage généalogique peut alors commencer.

    Il n'est pas à confondre avec la "tournée des cimetières" où les inscriptions sont relativement récentes (2 siècles max le plus souvent)

    Le reportage généalogique consiste à croiser les branches virtuelles avec le réel.

    En démarrant par les villes et/ou villages les plus anciens jusqu'aux plus récents dans la logique temporelle de l'évolution géographique de cette branches (2/3 jours).

    Des points de compréhension surgissent!

    Si l'ancêtre était meunier par exemple, les lieux de vie  sont encore le plus souvent identifiables. Pour les autres professions, c'est plus difficile de localiser les habitats.

    Tout le monde n'est pas sensible à la recherche généalogique. Beaucoup disent regarder plutôt devant vers le futur que derrière. 

    D'autres- dont je fais partie- voient la meilleure connaissance des branches comme un facteur de compréhension de la personne apparemment unique que nous sommes individuellement mais en  réalité le fruit de tant d'histoires personnelles et culturelles croisées ! 

    Une compréhension qui rend le présent en "Réalité Augmentée"!

    Merci à ceux qui ont sauvegardé les précieux actes. Certaines villes bombardées ont tout perdu.

    Vous rencontrez parfois la Grande Histoire avec un ancêtre du XVIIIème siècle incorporé dans un régiment particulier. Vous êtes  catholique et vous retrouvez d'anciennes branches protestantes ou autres découvertes passionnantes. 

    Ce n'est absolument pas une démarche de psycho-généalogie, cette fausse voie.  

    Il s'agit de croiser  des informations plurielles pour une compréhension plus grande.

                                        EPAISSEUR DE 14 GENERATIONS PARFOIS

    Les romantiques pourront, en observant les porches des lieux de cultes, visualiser  les lieux précis où  les  ancêtres sont tous passés pour le triptyque classique: naissance/mariage/décès ( plus sympa que les visites de cimetières...)

    Toutefois, si on a la chance de l'épaisseur de 14 générations sur une branche : "2 puissance 14", cela fait bien du monde à reconnecter au réel!!

    Un travail? Non. Plutôt un bon  prétexte à des visites touristiques de région parfois inconnues. Certes pas les pyramides d'Egypte ni la forêt d'Amazonie mais la découverte des arbres enfouis au fond de nos gènesQue du bien!

    Un enfant de la famille me demandait en 2002 si j'allais chercher les ancêtres jusqu'aux dinosaures? Chiche.

                                                             Sylvie Neidinger