narcissisme pathologique

  • Une pétition...à l'attention de Harry! En réponse à son circus médiatique

    Imprimer

    En Californie, le prince Harry joue régulièrement avec les médias pour démolir consciencieusement sa famille, son pays, le pays hôte et au passage la monarchie qui  l'a nourri. Et le nourrit encore.

    L'aristocrate anglais  se défoule. Il se venge, il tape fort. Avec de fortes contrastes entre ses dires et ses actes.

    Une monarchie anglaise attaquée durement mais dont le prince apprécie lui et son épouse les titres et  avantages en parfaite hypocrisie.(cf: "Duchesse de Sussex" : nom d'auteur du livre pour enfants à paraître!) Prince du Royaume-Uni, duc de Sussex, Comte de Dumbarton Baron KilkeelCapitaine de l’armée britannique tel est son titre.

    Ils gagnent des millions à bon compte par leurs contrats commerciaux américains. N'hésitant pas d'ailleurs  à mêler leur nom à une marque de cosmétique qui commercialise des produits blanchisseurs de peau: en position paradoxale totale   avec leurs réclamations autour du racisme.

                                  MODE DE VIE ANTI ECOLO 

    Il ose vanter l'écologie depuis sa  villa de luxe surdimensionnée à 16 salles de bain parfaitement  anti écolo. Le couple use de  véhicules parfaitement anti-écolos.

     "les enfants grandissent dans un monde plutôt déprimant d'un point de vue écologique". Effectivement déprimant ce cher Harry.

    Les Sussex  lancent  de multiples procédures contre ceux qui les critiquent pour un milligramme mais n'hésite pas eux  à "crucifier" publiquement et lourdement.  Notamment le  père ( et beau-père). Un magazine va jusqu'à titrer :Le prince Charles n'en peut plus d'être torturé par Harry! 

    Eux: responsables de rien...L'enfer, c'est les autres selon le  vieil adage connu!

    L'interview-attaque de Meghan auprès de Oprah Winfrey restera un modèle du genre. De nombreux mensonges ont été relevés (17 a minima).

                                    LADY COLIN CAMPBELL LANCE UNE PETITION, UN SUCCES

    Harry  n'est pas à une contradiction près...

    Réclamant à coup de mégas mégaphones numériques une vie privée  mais dans le même temps se mettant en scène chaque semaine, lui, parfois sa femme et son fils devant des millions de spectateurs directs ou indirects.

    Jusqu'à la couche du bébé exposée...Leur enfant présent dans leurs spots commerciaux Spotify

    Le frère de William délivre régulièrement au grand public des messages  incongrus  et privés sur son ....nombril, le passé de son nombril, la forme de son nombril, la formation de son nombril. Jusque dans un bus improbable.

    Harry  "tape " sur l'éducation reçue par Charles.... donc par  son grand-père Philipp dont le décès est récent et la Reine. Il a franchi toutes les limites de la dignité.

    Cette indécence narcissique totale, qui se victimise tout en attaquant sec,  commence à lasser. Le couple décroche dans les sondages: au Royaume-Uni et même  aux USA.

                   SPECIALITE: LA LECON DE MORALE...AU MONDE ENTIER

    Le second  fils de Diana se la joue  donneur de leçons. Jusqu'au 1er amendement de la Constitution américaine qui lui déplait et qu'il commente !

    Son épouse tend elle aussi à donner des leçons de morale à la terre entière, au nom d'une "compassion" médiatique globalisante certes un peu "Côte ouest" mais surtout  hyper  mégalo. ( genre: "ne prenez pas l'avion vous. Moi le jet privé me convient"...)

    Le couple entend "améliorer le monde" pas moins...

    Harry et Meghan génèrent devant nos yeux un véritable "reality show" médiatique mondialisé. Mais  de seconde catégorie.   

    En réaction à ce circus public indigeste une pétition vient d'être lancée par Lady Colin Campbell! 

    Pour que ce couple choisisse entre le beurre, l'argent du beurre et la tablier de la crémière. Et clarifie, une fois pour toutes.

    https://www.change.org/p/the-public-invitation-to-prince-harry-to-request-the-queen-to-put-his-titles-into-abeyance

                                                                                Sylvie Neidinger

                                                  

     

    "The purpose is to invite Prince Harry to voluntarily ask The Queen to put his royal style, titles and rank into abeyance, thereby freeing him from the diplomatic, political and constitutional constraints that are an inevitable part of royal rank, and further freeing him from the constitutional conflicts which his beliefs are creating, with all their  implications at home and abroad, in particular in the United Kingdom and the United States of America, where his articulated beliefs are in open conflict with the accepted tenets of  both the United Kingdom and American Constitutions.  As a purely private citizen, with no royal rank, style or title, he will be able to indulge his personal beliefs, as is the right of all private citizens, without the consequential possibility of damaging the institution of the Monarchy or  relations between Friendly Powers, and will be free to articulate beliefs, no matter how objectionable, without the fallout  that is otherwise inevitable as long as he possesses royal status.  His invitation to The Sovereign, being of his own accord,  will resolve conflicts that would otherwise be inevitable, and will permit him to enjoy the credit of having put both national and international interests above his own, personal ones, in the process gaining him respect that he otherwise will not enjoy."

    Soit 

    "Lady Colin Campbell a lancé cette pétition adressée au public

    Le but est d'inviter le prince Harry à demander volontairement à la reine de mettre en suspens son style royal, ses titres et son rang, le libérant ainsi des contraintes diplomatiques, politiques et constitutionnelles qui font inévitablement partie du rang royal et le libérant davantage de la situation. Conflits constitutionnels que ses convictions créent, avec toutes leurs implications au pays et à l'étranger, en particulier au Royaume-Uni et aux États-Unis d'Amérique, où ses convictions articulées sont en conflit ouvert avec les principes acceptés des Constitutions du Royaume-Uni et des États-Unis.  En tant que citoyen purement privé, sans rang, style ou titre royal, il pourra se livrer à ses convictions personnelles, comme c'est le droit de tous les citoyens privés, sans la possibilité conséquente de nuire à l'institution de la monarchie ou aux relations entre puissances amies et sera libre d'articuler ses croyances, aussi répréhensibles soient-elles, sans les retombées autrement inévitables tant qu'il possède le statut royal. Son invitation au Souverain,de son propre chef, résoudra des conflits qui seraient autrement inévitables, et lui permettra de jouir du crédit d'avoir mis les intérêts nationaux et internationaux au-dessus des siens, dans le processus lui gagnant le respect. qu'il ne jouira pas autrement."

    #harry,pétition,#uk,#usa,santé mentale,hypocrisie

    
    
  • Macron, vulgaire, insulte sa population. Tout ...comme Trump: ils se ressemblent !

    Imprimer

    Beaucoup voient du Sarkozy en Macron. Le supposé côté "président des riches", bling-bling, people, l'absence de sur-moi qui lui fait dire n'importe quoi, sans filtre.

    Quoique Sarko se tenait un peu mieux que Macron...

      L'ancien président s'était certes fendu d'un "cass"toi pov'con"  adressé à un individu, comptait karchériser des quartiers entiers. C'était comme incontrôlé.

    Des dérapages...mais finalement relativement limités en nombre sur le quinquennat.

    Sarkozy avait une expérience politique certaine. Il avait pris la tête de son parti avant la conquête du pouvoir présidentiel. Aucun doute sur sa légitimité.

      Macron le néophyte lui, insulte régulièrement des catégories entières  de population, ceux qui ne sont pas énarques ni hauts fonctionnaires, banquiers, people, philosophes  etc. Qui finalement ne sont rien. Dixit.

    Il plane à 5000. Seul avec Brigitte.

    Il présente un inouï mépris de classe, dans ses "sorties de route" ultra fréquentes, provocatrices et inquiétantes pour la démocratie...

    Du préjugé social à la louche.

    Les ouvrières seraient  analphabètes, les gens du nord alcoolos, les comoriens des noyés en puissance, les femmes africaines des pondeuses d'enfants, les fénéants...Bizarre comme mode d'expression politique !

    Un président doit régler les problèmes du pays avec le consensus maximal.

    Son vocabulaire  vulgaire détonne, de  "foutre le bordelà "les gens qui ne sont rien" (expression sans vocabulaire  insultant mais d'une violence sociale  rare.)

    Il semble méconnaître le fonctionnement des médias? D'une manière évidente dire "foutre le bordel" à propos d'ouvriers menacés de licenciement dans la Creuse,   terre relativement désertifiée va créer le buzz et se SUBSTITUER à l'info qu'il comptait transmettre: ici l'apprentissage.

    Ou trop le connaître ?

    Deux solutions :

    1) il le fait EXPRES. Alors le président de la république joue à la téléréalité. Indigne de sa fonction.

    2) cela lui échappe. Alors il est en roue libre, psychologiquement parlant. Indigne de sa fonction, aussi...

    En tous cas cette attitude le dessert et brouille son image. D'une part il veut jouer au roi de France ou sa version Empereur et rendre la dignité  à la fonction.. Mais d'un autre côté il évoque ceux qui "foutent le bordel".

     

                          TRUMP, MACRON: MEME NARCISSISME PATHOLOGIQUE

     

     Macron ressemble  probablement plus encore à Trump qu'à Sarko par le maniement régulier d'insultes 1) devant médias alors que 2) les deux sont présidents et  3) par des diatribes dirigées entre autres contre la..... population qu'ils représentent.

    Rappel  Trump a carrément  nommé certains sportifs américains "fils de pute"la semaine dernière. D'une élégance rare.

    Les latinos, il n'aime  pas trop, les afro-américains pas trop, les Porto-Ricains, pas trop non plus, les écolos pas du tout..

    Problème, ces "sorties" régulières qui stigmatisent, avec un vocabulaire de gros mots contredisent l'exigence de présidentialité liée à la fonction.

    Macron et Trump ont également en commun un narcissisme aigu.

    Le profil narcissique est une caractéristique de nombreux dirigeants et leaders. En soi c'est un possible moteur d'action potentiel de la part de ceux qui croient hyper fort  en leur étoile perso...Un plus, un atout positif.

    Problème,  chez ces deux dirigeants le narcissisme semble pathologique. Il dépasse les bornes.

    De fait, tout ce qu'ils engagent eux serait... merveilleux ( Trump parle ainsi de lui-même et décrit son action en des terme dignes de contes de fée kitchs)

    Macron s'est modestement auto-comparé au Christ et à Jupiter, dieu des dieux et à bien d'autres... dont Napoléon, celui qui voulait mettre au pas l'Europe par la guerre.

    Jupiter comme toute déité qui se respecte châtie tout autant qu'il accorde ses faveurs. Macron châtie bien.

    Sa pensée serait si complexe que les commentateurs n'ont rien à commenter. Ces dires signent un délire grave sur la représentation verticale que le président français se fait de lui-même.

    Comme Trump, il bat le pavé chaque jour. Il communique, sur le terrain. Au risque du dérapage incontrôlé (comme l'expression "ils foutent le bordel" enregistrée en Corrèze). Incapable de se remettre en cause il accuse les journalistes. Facile..

                                                      LEUR MONDE FAKELAND

    Le fonctionnement narcissique repose sur une dualité. Tout ce qui va bien vient de l'individu.

    Pour Trump comme pour Macron , tout ce qui ne va pas vient évidemment des autres,  des collaborateurs, des ministres, des députés, du parti et surtout  du monde baptisé " fakes", hautement représenté par la presse selon leur vision déformée. Les deux hommes ont en commun d'abhorrer et d' agonir les journalistes.

    Du coup Trump et Macron n'ont aucun problème de sur-moi, de conscience. 

    Ils sont en roue libre pour insulter à tout va.

    Signe de décomposition politique que de voir précisément ces profils là: 1) avoir été élu pourtant inconnus en politique . Donc non testés par les voies démocratiques avant l'élection majeure : la présidentielle.

    2) élus dans une ambiance délétère, populiste.

     3) diriger  de cette manière  leur Etat et ainsi des affaires du monde...

    Les deux ont en commun de ne pas appartenir au sérail politique.

    Le danger de personnages jamais élus, donc jamais testés  "sortis de nulle part" pour prendre le pouvoir suprême par fulgurance.

     

                                                                    Sylvie Neidinger