liffol-le-grand

  • La Chavande de Saint-Elophe

    Imprimer

    Pratiquant  le "reportage généalogique" pour visiter les bouts de branches, une ramure  vosgienne fut  finalement choisie.

    Les Journées Européennes du Patrimoine les 17 et 18 septembre derniers qui voient des monuments fermés à l'année s'ouvrir  incitèrent au choix. 

    Ce rameau généalogique lorrain de meuniers  mène de la Haute-Marne [Illoud, Bourmont, Gonaincourt, Romain, Nijon,  Arnoncourt-sur-Apance sur Meuse et affluents] aux Vosges.

    Dont un bien nommé Quicangrogne, ô sympathique moulin qui grogne...

    Période?  Au bout du bout du XVIIème siècle avec un certain Nicolas Drouot né en 1648 à Brancourt (sur le Vair affluent de Meuse également) et son père Claudon.

    L'avantage d'ancêtre meuniers est de pouvoir visualiser les lieux de vie. Ou ce qu'il en reste. 

    Visitant en contrebas de la Chapelle Sainte-Epéothe de Soulosse [qui fut un temps non protégée et livrée au vandalisme] rencontre avec Arlette, intervenante culturelle bénévole, compétente et attentive. Elle me signale pour le soir même un repas public autour de l'incendie d'une chavande. Evènement reporté de  juin à septembre 2022 pour cause d'été sec.

    J'avais bien repéré  une curieuse structure: un moulin  type hollandais (!)  sur un espace communautaire proche de  l'église Saint-Elophe (IVème siècle) sur la hauteur.

    A savoir, le bâtiment religieux est lieu d'un  antique pèlerinage pour espérer  ses voeux exaucés...en s'installant dans un siège en pierre au milieu du cimetière!

    Un moulin à vent sur la colline? Détail un peu humoristique pour celle qui était en repérage des moulins à eau locaux...

                    AU SOMMET, UN REPAS COMMUNAUTAIRE DE PLEIN AIR ET LE BUCHER

     reportage généalogique,#vosges,#lorraine,saint-elophe,soulosse-sous-saint-elophe,#brancourt,#beaufremont,#grand,liffol-le-grand,musée bernard counot,#gaulois,peuple #leuque,sommet,solstice d'été,feux de la saint-jean,#apollon guérisseur,#génalogieLe repas  villageois de plein air est effectivement donné juste avant la mise à feu au crépuscule. Pris avec de sympathiques personnes inconnues avec qui  forcément de l'ADN était partagé.

    La surprise fut donc  totale avec la mise à feu  dudit moulin: une tradition païenne  dont l'ampleur sidère.  Les feux de la Saint-Jean qui marquent le solstice d'été sont connus, la  version "chavande" moins.

    Ce type de bûcher est géographiquement typé: allumé sur les sommets des hautes vallées de la Moselle, de la Moselotte et de la Thur. Egalement les sommets des collines bordant les affluents de la Meuse à l'ouest des Vosges. Ici le Vair. Une localisation prononcée! reportage généalogique,#vosges,#lorraine,saint-elophe,soulosse-sous-saint-elophe,#brancourt,#beaufremont,#grand,liffol-le-grand,musée bernard counot,#gaulois,peuple #leuque,sommet,solstice d'été,feux de la saint-jean,#apollon guérisseur,#génalogie

    Par extraordinaire, la crête de cette  colline du village de Saint-Elophe fait face à Domrémy de la geste johannique et face à Grand, ce lieu guérisseur antique alors nommé Andesina. 

    Grand et  son   amphithéâtre au milieu de "nulle part", si peu connu au regard de son immense importance dans l'antiquité: l'un des dix plus grands de l'Empire Romain à 20 000 places. Aujourd'hui en zone rurale de faible densité.

    Saint-Elophe/Soulosse: une ville étape de l'Itinéraire d'Antonin, alors Solimariaca. Tout un passé en voie de redécouverte!

                                                     CHEZ LES LEUQUES

    #beaufremont,saint-elophe,#grand,liffol-le-grand,musée bernard counot,#gaulois,peuple #leuque,sommet,solstice d'été,feux de la saint-jean,#apollon guérisseur,#génalogie,reportage généalogique,#vosges,#lorraine,soulosse-sous-saint-elophe,#brancourtNous sommes en territoire Leuques, peuple celte. Précisément ce territoire  de "Haute Meuse" (actuellement dans les départements de Haute-Marne et des Vosges)

    Il semble entretenir une surprenante continuité religieuse des  temps gaulois au christianisme. D'Apollon Guérisseur à Saint-Elophe l'histoire sacrée de cette zone ouest des Vosges est à reconstruire.

    Alors que les archéologues  tentent de décrypter  ce passé enfoui, alors que les artefacts épars sont désormais protégés dans les Musées (exemple Musée Counot de Liffol-le-Grand)  après le pillage et la destruction, il est surprenant de pouvoir  vivre   un évènement potentiellement de l'âge de fer.#beaufremont,saint-elophe,#grand,liffol-le-grand,musée bernard counot,#gaulois,peuple #leuque,sommet,solstice d'été,feux de la saint-jean,#apollon guérisseur,#génalogie,reportage généalogique,#vosges,#lorraine,soulosse-sous-saint-elophe,#brancourt

    Dans ce cadre,  la "cérémonie " du bûcher traditionnel  allumé à nuit tombante fut pour moi plus qu'impressionnante. Stupéfaite de la puissance du feu inouïe puisque la structure était remplie de palettes. Les photos- sans repère pour donner l'échelle- ne rendent pas compte des dimensions impressionnantes du foyer: des flammes à 15 mètres (probablement) au plus fort. Le souffle est puissant. Les braises nous tombent retombent dessus. Pas de traditionnel "saut sur le feu de St-Jean " ici. On est ici dans une supra dimension!

    Un frisson à la pensée des immolations dans des bûchers (ô Jeanne d'Arc...et les autres).

    Un autre village du secteur pratique la chavande : Beaufremont (wiki)

    Les chavandes contemporaines reproduisent remarquablement des monuments modernes : Tour Eiffel, de Pise. Une sorte de concours de beauté architecturale s'instaure.

    Toutefois le sacré -outre la zone géographique particulière-  surgit  du passage rapide de vie à trépas de l'immense brasier sous nos yeux. Une catharsis sociale de purification symbolique s'opère autour du groupe qui vit l'évènement: la parfaite définition du Sacré.

    Quelles formes alors choisies pour ces bûchers? 

    Question: les sacrifices humaines furent-ils pratiqués à ces occasions chez les celtes? Aucune réponse car aucune trace écrite. Tout est...consommé. Et consumé.

                                                                 Sylvie Neidinger

    (photos Céline-Merci- et S Neidinger)

    #beaufremont,saint-elophe,#grand,liffol-le-grand,musée bernard counot,#gaulois,peuple #leuque,sommet,solstice d'été,feux de la saint-jean,#apollon guérisseur,#génalogie,reportage généalogique,#vosges,#lorraine,soulosse-sous-saint-elophe,#brancourt

     

    '

    #beaufremont,saint-elophe,#grand,liffol-le-grand,musée bernard counot,#gaulois,peuple #leuque,sommet,solstice d'été,feux de la saint-jean,#apollon guérisseur,#génalogie,reportage généalogique,#vosges,#lorraine,soulosse-sous-saint-elophe,#brancourt

  • Fixary, inventeur oublié du groupe frigorifique était aussi un... Fitz Haris irlandais

    Imprimer

    La mémoire de Charles-Edouard Fixary, liffolois né en 1830 sort doucement de l'oubli. Allié à Otto pour le moteur, le nom du  procédé Otto-Fixary reste associé à la "machine industrielle pour faire de la glace". Après Ferdinand Carré et Charles Tellier, le vosgien améliore les procédés de Froid. [ensuite: le physicien ....genevois Raoult Pictet]

    Il  part à la Nouvelle-Orléans  où le désormais Edward Fixary y brevète sa premier invention en 1878 sous le numéro 204 961: un compresseur horizontal double effet à ammoniac. Immédiatement, la technologie du  groupe frigorifère couvre un besoin essentiel  puisqu'utilisé dans les brasseries, patinoires (Paris 1892, procédé Fixary Stoppani), abattoirs (Chambéry 1900), bateaux de pêche, morgues...

    Christian Wagner déplore l'absence de données  biographiques précises sur son  parcours de formation. La monographie qu'il lui consacre  est-elle parfaitement documentée sur son process industriel  de production de froid largement  reconnu lui. L'historien lorrain rédige ici  la première synthèse sur cet ingénieur.

    Charles-Edouard Fixary dépose plusieurs brevets que huit diplômes, vingt médailles viendront couronner de succès.

    Son invention  représentée aux expos universelles de Paris 1889 et 1900 reste  massivement utilisée  dans le secteur industriel de 1880 à 1920. Soit longtemps après le décès survenu en 1888.

    Des groupes frigorifiques Fixary équipont la ...ligne Maginot par la SMIM devenue Schneider. Sans oublier la congélation des sols pour le fonçage des mines...

    Dommage la page wikipedia Fixary n'a pas été créée. Qui se lance? 

                ORIGINES IRLANDAISES: UNE SECONDE HISTOIRE DERRIERE LA PREMIERE

    A savoir, Fixary est l'origine un Fitz Haris, racine certes lointaine de ce nom de famille francisé depuis l'ancêtre... irlandais, un "jacobite" installé en France au XVIIème siècle. Le capitaine Albert Fitz Haris (ou Harris ou Hary) est  né dans le  Comté de  Limerick province de Munster.

    Ici s'ouvre le pan relativement méconnu de l'immigration irlandaise catholique dite "jacobite"  en Lorraine en lien avec l'exil du roi.

    Patrice Fixary, un descendant qui porte le patronyme note sur son arbre Geneanet: " ...noms de famille :FIXARIS, FIXARI, FIXARY variants eux-mêmes des noms FITZHARIS, VITHARIS, FITZHARRIS, FITZHARI, FITZARIS, FUTZHARY, FITZHARY, FUXARY, FIXHARIE. (...) Un très grand MERCI à M. Robert BOEHM pour son livre de décembre 2002 sur "Le Capitaine Albert FITZHARIS et ses descendants". Un merci identique à M. Georges FIXARI pour ses deux articles parus dans Généalogie Lorraine revues trimestrielles n°116 et 118 de juin 2000 sur le couple "FITZHARIS - BIGIN à l'origine des FIXARIS, FIXARI et FIXARY."

    L'ancêtre a suivi de l'autre côté du channel  le roi d'Angleterre Jacques II Stuart défait lors de la bataille de la Boyne (12 juillet 1690) 

    Le Capitaine  se fixe alors à Phalsbourg. La famille essaime en Lorraine.

                                                                                  Sylvie Neidinger

     

    Christian Wagner "Un inventeur vosgien au siècle de la révolution industrielle: Charles-Edouard Fixary (1830-1888)" Isbn 978-2-9528593-1-8 Publié  en lien avec l'Association du Musée de Liffol.

    smim,ligne maginot,groupe frigorifique,fixary,liffol-le-grand,procédé otto-fixary,fitz-hary

    Froid industriel Ademe notice historique. CharlesEdouard Fixary en page 14