l'autralien #wragge

  • Ida: un terrible ouragan encore nommé par un prénom de femme.

    Imprimer

    Après Carmen, Eleonore et Katrina, le Bureau météorologique américain a encore choisi de nommer le terrible ouragan qui vient d'affecter le pays dont  New-York par un prénom féminin.

    Pensée aux prénommées  Ida  dont le prénom est désormais associé à cet évènement meurtrier collectif majeur gravissime.

    On avait déjà évoqué les tempètes Carmen, Eleonor, Katrina. Et les colères féministes de voir les phénomènes météos les plus violents ainsi dénommés: 

    https://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2018/01/06/les-carmen-et-eleonor-tempetent-contre-l-usage-meteo-de-leur-288814.html

    Rien n'y fait. Rien ne change sous le soleil des tropiques...

    La règle étant que le pays qui reçoit la perturbation météorologique obtient autorisation de le baptiser. Historiquement c'est le météorologue australien Clement Lindley Wragge qui le premier, nomma les cyclones d'après des personnes. Il choisissait à l’époque des noms issus de la mythologie polynésienne ou des noms de politiciens.

    Constat: en 2021, les ouragans les plus terribles portent toujours des prénoms...féminins tels Ida.

                          EN TERMINER AVEC LES PRENOMS HUMAINS POUR UNE TEMPETE? 

    Evoquer un prénom masculin n'est pas plus judicieux...

    Actuellement  les prénommés Sam sont impactés:

    Le Centre National des Ouragans (National Hurricane Center NHC) des Etats-Unis, basé à Miami a averti ce jeudi 23 septembre que la 18e dépression tropicale dans l’Atlantique s’est renforcée ce jeudi sur l’eau libre pour devenir la tempête Sam. La saison cyclonique 2021 qui prend fin le 30 novembre a vu  six ouragans se former. Il s’agit d’Elsa, de Grace, de Henri, d’Ida, de Larry et de Nicholas.

    Avec la colère du ciel, la colère des Femmes !

    Au fond tout le système du choix des prénoms... humains inventé par l'australien Wragge- cette identification d'une tempête phénomène dramatique aux nombreux individus ainsi nommés -est probablement à revoir. 

                                                                                          Sylvie Neidinger