jacques bouzerand konny steding

  • Coulures de sang. Konny Steding, Paris

    Imprimer

    La rubrique Graph'Urbain-Street Art ouverte récemment était supposée ne s'intéresser qu'aux visuels de  Genève. Cela n'a pas été tenable. Il  est des "rencontres de rue"  chocs à faire...partout. Ici , Impasse Guéménée, Paris. Rue calme, chic. Et pourtant...frisson.

    Art éphémère. Précisément Street Art avec Konny Steding.

    Galerie Moretti Moretti

    Graph N°2

    P1050742.JPG

    P1050743.JPG

     

    P1050744.JPG

    P1050746.JPG

    P1050748.JPG

    P1050750.JPG

     

    P1050752.JPG

    P1050753.JPG

    P1050754.JPG

    P1050755.JPG

    P1050759.JPG

    P1050758.JPG

    P1050757.JPG

    La galerie Moretti Moretti - 700 mètres carrés dans un espace historique parisien, fondations du château des Tournelles entre Bastille et Place des Vosges.

    En surface, une artiste s'en donne à coeur joie!  Librement. Konny Steding avait commencé à 14 ans en envoyant directement des pots de peinture sur le mur de Berlin.

    Activiste, toujours rebelle  elle n'hésite pas à perturber la FIAC avec ses projections intempestives! Par principe l'artiste du Street Art ne demande pas les autorisations nécessaires. Pour exposer ses coulures préférées, elle pratique la technique mixte sur support papier avec pochoir, peinture.

    Découverte d'un très beau texte de Jacques Bouzerand sur le Street Art (à trouver dans l'onglet sur l'artiste après être entré sur le site web de la galerie Moretti-Moretti)

     

    Sylvie Neidinger, novembre 2012

     

    Reproduction du texte de Jacques Bouzerand, Paris septembre 2012 sur le Street Art:

     

    "Pourquoi depuis qu’ils vivent en société les hommes ( et les femmes )

    ont-ils décidé de couvrir les parois ou les murs qui les entourent

    d’images ou de signes mystérieux ? Pourquoi ? C’est en tout cas ainsi

    d’Altamira à la Chapelle Sixtine, de Pech-Merle aux murs de la Sorbonne

    en 1968 et au Mur de Berlin (jusqu’en 1989). Partout, en tous lieux, la

    muraille, la cloison, le panneau sert de support aux icones des

    civilisations qui passent. Ce n’est pas un hasard si notre siècle en

    surfant sur ces modèles et en les démultipliant a donné vie à une des

    formes d’art les plus inventives et vivaces : le street art.

     

    Peut être, parce que les civilisations se savent mortelles, veulent-elles

    laisser sur la coquille de leurs habitacles les traces de leurs rêves, de

    leurs cauchemars, de leurs passades ou de leurs aspirations. Le bison,

    le cheval, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, les Lüftimalereien,

    ces trompe l’oeiI sur le Mur ouvrant l’espace à la liberté… tout fait

    toujours sens sur les murs et appelle à la réflexion…

     En associant dans sa pratique artistique le souci de plus en plus

    contemporain de la préservation, du sauvetage de la Planète et la soif

    généralisée d’évasion vers des paradis artificiels, Konny Steding s’est

    fait une belle réputation internationale. Du Mur de Berlin à la Rockefeller

    University, puis à Cologne, à Berlin, à Paris, ) New-York, à Londres, à

    Toronto…, Konny Steding , née à Stuttgart, a en effet ponctué ses

    séjours de performances et d’affichages remarqués. Double jeu. Double

    je. Ses performances tournent autour de la notion de déchet, de gâchis,

    de destruction, de pollution… Dans les couloirs des métros, dans les

    galeries, sur les trottoirs des villes, cette « activiste urbaine » fait de la

    poubelle l’alpha et l’omega de la société. C’est, pour elle, le symbole à la

    fois honni et adulé de la consommation poussée jusqu’à ses extrêmes

    et, qui sait, jusqu’à la perte de la civilisation. Mais, les interventions de

    Konny Steding ont aussi, à côté, en même temps, en outre, des aspects

    plus intrinsèquement artistiques et surtout moins fugaces. À grands traits

    sur de vastes surfaces, Konny Steding peint des portraits de vedettes

    de la culture punk, dont le plus mythique Sid Vicious ( 1957-1979), le

    chanteur des Sex Pistols… Ces portraits -et aussi, sans doute, le sien -

    qu’elle réalise le plus souvent sur de grandes toiles ou des affiches avant

    de les coller sur les murs des capitales qu‘elle traverse constituent un

    extravagant capital de visions contemporaines, avec leurs coulures,

    leurs graffitis surajoutés, leurs larmes ce sang de peinture… Ces images

    construisent la vaste exposition que consacre à Konny Steding « la

    galerie Moretti & Moretti » ( 6, Cour Bérard dans l’impasse Guéménée

    près de la Bastille). La galerie donne une grande place aux jeunes

    artistes du Street Art, persuadée, non sans raison, que c’est là que se

    nichent les valeurs de demain."

                RUBRIQUE MIROIR DE L'URBAIN STREET ART'