guerre civile

  • TRUMP et ses pulsions de mort: président déséquilibré, USA salis

    Imprimer

    La folie du président Trump est enfin citée en tant que telle. Cette fois par des républicains de son camp. Ce après son opposition démocrate. Nancy Pelosi  souligne rélulièrement  ses problèmes mentaux . Elle vient de demander à ce qu'il soit éloigné des codes nucléaires. Et que soit relancée -fait historique- une seconde procédure de destitution ou  impeachment ,sur la base du 25ème amendement: "Il est fou déséquilibré et dangereux il doit partir " Elle va lancer plusieurs actions cette semaine.

    La réalité mentale du président des Etats-Unis est enfin ouvertement citée par les plus hauts responsables. Dommage, un peu tard après l'épisode du Capitole pris d'assaut par des factieux en sédition suite aux ordres donnés par Donald Trump et Donald Trump Junior.

    Sa nièce Mary Trump bien informée car membre de la famille et psychologue clinicienne  avait prévenu en publiant en juillet son livre choc pour prévenir"Too Much and Never Enough: How My Fmilly Created the World's Most Dangerous Man" La saga familiale part de son grand-père lui même décrit comme sociopathe.

    Au début de la prise de pouvoir, un collège de psychologues américains avait tiré la sonnette d'alarme. En fin de pouvoir, un documentaire vient parachever le travail d'information sur le thème: "Les psychologues qui ont été interviewés dans le documentaire assurent avoir le devoir médical d'alerter l'opinion américaine sur la santé mentale de M. Trump. Selon l'un d'entre eux, John Gartner, le président des Etats-Unis présente clairement quatre symptômes clé du narcissisme malfaisant - le type de personnalité le "plus destructeur" , dont la paranoïa, le narcissisme, un caractère antisocial et le sadisme. Ce genre de dirigeants surgissent tout au long de l'Histoire et ils sont toujours extraordinairement perturbateurs", a déclaré M. Gartner à l'AFP, relevant que le même diagnostic avait été établi pour des personnages aussi sinistres que Hitler, Staline et Mussolini."

    Les psychiatres décrivent une psychose ainsi caractérisée: narcissisme malfaisant, paranoïa, sociopathe, sadique. Ignoble avec les femmes dont il se vante de toucher les parties intimes. (Un doc le montre précisément en compagnie de Epstein en phase  de "reluquer" des danseuses.)

    Son  narcissisme tellement exacerbé lui permet de s'autoproclamer  sans rire comme l'élu de dieu

                               LES TWEETS DE TRUMP: SES PULSIONS

    Lors de sa prise de fonction, les observateurs s'attendaient à ce qu'il cesse de tweeter intempestivement. Il a bien évidemment continué ce mode de communiquer parfaitement adapté à..sa pathologie. Le narcissique tweete ce qui lui passe par la tête, sûr et content de lui,  de sa bonne parole, en défense ou en attaque, agressif le plus souvent.

    Commence alors une gouvernance inversée où le MAGA président des Etats-Unis  critique voir démolit ses alliés mais valorise quelques sombres dictateurs dont il admire les méthodes fortes.

    Il va exacerber les divisions internes aux USA et outrageusement réveiller la fracture raciste. Les suprémacistes, cette extrême-droite de l'extrême droite sortent du bois. Au passage, la faune sauvage dont il autorise la destruction.

    Trump va  jeter de l'huile sur le feu d'une Amérique dont les braises de la division raciale issue de l'esclavage ne sont pas éteintes. En période préélectorale et surtout après sa défaite, sa violence verbale devient majeure, entraînant ses partisans sur le pan de la violence réelle.

    Le magnat de l'immobilier n'accepte pas sa défaite. Il chauffe à blanc ses soutiens pour d'ailleurs soutirer des fonds. Trump déverse ses  courriels agressifs contre la partie adverse. Les observateurs, jusqu'à un journal conservateur ayant appel à voter pour lui signalent sa violence folle après sa défaite, ses appels à modifier non démocratiquement cette journée du 6 janvier.

    Le psychanalyste Schneider décrit son état psy et celui de ses supporters:"Mais de quelle madness s'agit-il? Paranoïaque, narcissique extrême, atteint de TDAH (trouble du déficit de l'attention avec hyperactivité), borderline, psychopathe dangereux, sociopathe avéré, schizophrène compensé, bipolaire? A lui tout seul, un vrai DSM-5 (Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux). Malade sexuel, en plus. On suppose à l'intérieur un esprit dérangé, un paysage mental vide et à l'abandon, traversé de temps en temps par des mirages et des tempêtes soudaines. Pour l'avoir vu menacer de mort sa rivale et pointer son index comme une arme sur tout ce qui ne bouge pas dans son sens, et l'avoir entendu hacher son propos d'injures grossières et de propos scabreux, il semblerait qu'on soit plutôt dans le registre de la psychose que de la névrose banale. Apparemment, pas de refoulement, peu de surmoi, beaucoup de ça et énormément de moi." L'analyste évoque dans son excellent article le mot d'ordre subliminal implicite de Donald Trump que ses fans ont compris: "Make America White Again"

                                SES PULSIONS DE MORT: IL EXECUTE

    Il se moque des lois. A l'international, il agit en dehors du droit international. L'exécution à distance du général Soleimani sera critiquée en tant que telle par les services de l'ONU comme acte illégal extra-judiciaire. Il occupe illégalement les champs pétroliers syriens. Il retire les USA de tous les organismes internationaux de régulation.

    En fin de mandat, il vient de gracier des criminels de guerre mais d'ordonner plusieurs exécutions fédérales  de condamnés à mort. L'organisme ProPublica révèle et signale leur nombre important, le refus des recours juridiques, la méthode extrajudiciaire . Il est fait appel -ô scandale démocratique-à des bourreaux inconnus, "entrepreneurs privés" payés en liquide. Les mises à mort se font de nuit.  Des  actes totalement indignes d'un état de droit moderne.

    Avec Trump, les USA sombrent à quelques siècles en arrière, au far-west.

    Donald Trump humilie profondément l'Amérique qui avec lui prend le chemin des républiques bananières. Il n'avait jusqu'alors de banane que sa chevelure improbable...

    Avec Trump les USA sont entrés dans une pulsion de mort interne qui peut se nommer guerre civile. Philippe Labro, spécialiste politique du pays résume parfaitement ce que l'on observe: la guerre de Sécession n'est pas terminée

    Jusqu'au traitement de l'assaut du Capitole dont plus remarquent la différence de moindre sévérité.

    Avec Trump et son attitude d'atteinte au droit  à l'international comme en interne, les USA perdent leur part de leadership proclamé. 

    Le monde observe. Selon Lakhdar Brahimi, de l'ONU le monde ne peut effacer les années Trump et les atteintes du droit international par son pays sous sa direction.

    Le leadership d'une Amérique marquée par le trumpisme,  devenue  autoritaire, déboussolée, hors règles semble effectivement moins accepté à l'international.

    Le lamentable spectacle de la prise d'assaut du Capitole n'est que l'épisode le plus visible d'une décomposition en cours sous les yeux du monde. Il a servi tout de même d'alerte au danger d'une guerre civile. 

    Le trumpisme à l'international est un cocktail de nationalisme exacerbé, type Amérique d'abord, de désengagement des organismes de dialogue et de droit associé à une volonté de contrôle international accru. C'est juste intenable.

    La voie globale du multilatéralisme reste la seule à emprunter!

                                                                           Sylvie Neidinger

     

    #capitole,#usa,#trump,mary trump,donald trump,#sociopathe,#narcissique malfaisant,#sadique,nancy #pelosi, #impeachment,25ème amendement,#républicains,#démocrates,#racisme,,guerre de #secession, guerre civile,#pulsion de #mort,#multilatéralisme,#maga

  • Stupéfiante proximité temporelle entre le discours haineux de Zemmour et le passage à l'acte du policier terroriste

    Imprimer

    Les policiers  sont sidérés. Sept minutes d'un passage à l'acte terroriste au coeur de la Préfecture de police de Paris. Quatre décès dont des égorgements. La France est sidérée.

    Hommage aux quatre policiers victimes.

    Quatre familles, des enfants endeuillés.

    Fait ultra  surprenant: le terroriste est  un membre du personnel... policier handicapé que l'enquête révèle comme radicalisé. On parle tout de même,  d'un fonctionnaire informaticien au sein de la Direction du... Renseignement !

    L'individu habilité secret défense avait accès aux adresses  des fonctionnaires soit-dit en passant ! Sidérant.

    L'opposition LR réclame une commission d'enquête et stigmatise le ministre de l'Intérieur Castaner qui a parlé trop vite sur la nature de l'individu (Castaner parle souvent  trop vite et sans poser de réserve. Il commet des "fake news" parfois..)  Marine Le Pen monte aussi au créneau sur le même registre. 

    Ces politiciens professionnels doivent porter plus loin leur analyse et surtout balayer devant leur porte ! 

    Le terroriste serait un converti à l'islam, voire même proche de salafistes (sous réserve de l'enquête) 

    On ne peut que signaler le temps très court entre l'acte criminel et  le  discours haineux de Zemmour  lors de  la  Convention dite faussement "de la droite" de Marion Maréchal, véritable réunion  de l'extrême-droite.

    Le CSA,  la Justice se sont saisis des récents propos haineux dont certains à l'encontre d'une religion prise dans son intégralité.  Ce discours a profondément choqué en république française et largement au delà de ceux dont c'est la religion. Selon  l'historien Gérard  Noiriel: cela fut un véritable appel à la guerre civile. 

    Le discours nauséabond  est passé en intégral sur LCI. Une  provocation majeure inutile, dans le contexte français déjà tendu autour de cette religion dans son extrémisme.

    Le terroriste Harpon a été fort heureusement abattu rapidement  par un jeune policier. Mais, on ne saura dès lors jamais le mécanisme précis de son  passage à l'acte.

    Le  lien avec Zemmour comme facteur déclencheur  reste donc ... de l'ordre du probable. Pourtant le timing interroge. Le dit Harpon, avait hurlé le cri jihadiste dans les nuits précédentes chez lui selon un voisin policier également (selon les infos récentes).

    Bien évidemment le policier terroriste islamiste  habilité secret défense pouvait passer à l'acte indépendamment du discours  du "polémiste". Sauf que le passage à l'acte a bien lieu peu de jours  après le discours extrémiste de Eric Zemmour lors de la Convention Maréchal-Le Pen. 

                            ZEMMOUR A TABLE OUVERTE POUR DEVERSER SON FIEL!

    L'affaire Zemmour  est un scandale dans son ensemble car il  a table médiatique massivement  ouverte.

    Cette chimère parisienne  joue sur deux tableaux:

    1-Il s'exprime comme acteur politique d'extrême-droite. 2- Il s'exprime comme journaliste donc disposant d'une incroyable exposition dans plusieurs émissions. 

    Eric Zemmour  vient d'être condamné en appel pour provocation à la haine religieuse. Il continue ses tribunes pour autant. 

    Les médias ont créé ce "monstre" (dixit)

    La  Société des Journalistes du Figaro un des employeurs de Zemmour réclame des comptes. Colère.

    Pour revenir au terroriste Harpon, ses collègues directs avaient -semble-il- signalé son comportement difficile. Ils ne furent pas  écoutés car l'homme était  en catégorie professionnelle handicapé (surdité). La hiérarchie aurait traîné des pieds à écouter ces avis pour ce motif  "politiquement correct" assez légitime car lié au handicap.

    Tout ceci ...selon les dernières infos. Car le profil de l'agent  tueur change chaque jour: on est passé de coup de folie au départ  à islamiste radicalisé aujourd'hui. C'est peut être les deux, d'ailleurs.

    Choc.

    En résumé c'est assez inadmissible que pour Marine Le Pen, Dupont-Aignant, certains LR et  autres de cibler à fond la responsabilité du  ministre de l'Intérieur Castaner et d'oublier l'impact des paroles de Eric Zemmour chez... Marion Maréchal Le Pen.

    Selon l'historien Gérard Noiriel, l'histoire de l'antisémitisme, du racisme, de la xénophobie montre que cela mène à la guerre".

     

                                                                                            Sylvie Neidinger