fête covid-19

  • Face à la Grande Faucheuse: confinement ou fêtes-covid ?

    Imprimer

    Alors que la pandémie virale Covid-19  a pris possession du monde, le confinement est choisi comme une des solutions immédiates  pour stopper l'expansion. IMG_E4494.JPG

    Rester chez soi : la première action collective...en l'absence de masque, de tests, de  gel  hydro-alcoolique

    Couper les circuits de transmission pour soulager les hôpitaux. Ne pas "choper" le virus. Au final ne pas entrer dans le pourcentage certes faible mais réel des ...disparus.

    Je publie ici une impressionnante affiche de rue (en tissu, artisanale) 

    Elle fait 2m sur 2m. Cela ne s'invente pas : installée  Avenue du Bataillon Carmagnole Liberté.  SMH, agglo de Grenoble.

    Spontanée, fabriquée visiblement par le propriétaire du jardin, le message   incite fermement  les passants à se confiner. 

    Cette  radicale et impressionnante  mise en scène de la Grande Faucheuse, au bord d'une route passante donne un ordre : "Restez chez vous Je suis partout" avec  des petits virus pour couronner le tout.

    Le sinistre message   est en place depuis le premier jour du confinement. Il est à portée de mains. Affiche plus qu'angoissante. Personne ne l'a touchée. Personne ne l'a retirée. Affiche tissus intacte!

         BOSTON FOLLE FETE COVID-19 : POUR L'ATTRAPER !

    A l'inverse de la prévention maximale confinée, chacun chez soi, les USA offrent ce jour un curieux comportement: la fête covid-19 organisée le 4 avril dernier à Boston ...pour mieux se contaminer ! Pour mieux  soit disant s'immuniser. Ce genre de fête pour mieux s'infecter  se propage.

    Les autorités médicales américaines semblent s'arracher les cheveux. Rien ne dit que ce virus SARS-Cov-2 encore INCONNU ne développe une immunisation.  Aucune étude scientifique ne l'a montré à ce jour. Quel pari sur la ....mort !  Sa propre mort et celle des autres. Quel mépris pour le personnel médical en lutte et en danger d'exposition lui-même.

    Deux attitudes radicalement opposées à cette pandémie: les trompe-la mort dansent pour s'infecter, d'autres  imposent à la voie publique l'archétype morbide le plus absolu.

     

                                                                             Sylvie Neidinger 

     

    photo Neidinger

                                                     Rubrique Covid-19