bourse

  • Historique: le pétrole WTI texan à "moins de zéro" dollar !

    Imprimer

    LUNDI NOIR. 21 AVRIL 2020.

    En phase ultime, la santé donc la médecine passe devant l'économie. Nous en avons encore ici la démonstration.  

    L'actuelle  pandémie le souligne avec force. Le  pétrole (roi pétrole...)  base de l'activité mondiale, source de conflits pour le contrôle de ressources, de dominations, moteur de croissance,  passe à la trappe quand l'être humain subit une telle atteinte sanitaire.

    Ce 20 avril, la cotation boursière du WTI  vire au  noir à New-York: le baril texan serait à "moins de zéro" ! Le brent étant lui à 26 dollars ( ce qui est peu...mais mieux que zéro!!)

    [Figaro] "C'est tout simplement du jamais vu dans l'histoire pourtant tumultueuse du marché du pétrole. Le prix du baril de brut texan, le WTI, référence du marché américain, s'est littéralement effondré lundi. Sa valeur s'est volatilisée, annihilée même. En début de soirée à Paris, il cotait moins de 1 dollar. Puis il a basculé en territoire inconnu, en-dessous de zéro! Une chute de 95% dans la journée, atteignant finalement 100%, qui défie le sens commun.
    Cette incongruité est bel et bien une conséquence de la pandémie de Covid-19 et du «Grand confinement», comme le désigne le Fonds monétaire international (FMI).
    Cette chute vertigineuse du WTI sur le marché américain ne signifie pas pour autant que le pétrole ne vaut absolument plus rien dans le monde entier. Le baril de Brent, produit en mer du Nord, la principale référence du marché mondial, a certes dévissé, mais d'«à peine» 6% et oscillait autour de 26 dollars."

    Explication  La consommation a brutalement chuté, les capacités  de stockage...débordent.

    Aux USA, les producteurs sont obligés de produire (équipements difficiles à stopper) les traders ont des contrats d'achat désormais non tenables à honorer. 

    [Figaro]"le contrat sur le baril de WTI pour livraison en mai expirait ce mardi. Les traders qui détenaient ces contrats étaient tenus de trouver des acheteurs des volumes physiques correspondants, au plus vite. Problème, la demande mondiale - et américaine - s'est effondrée à cause du confinement généralisé et les stocks approchent de la saturation. Résultat, les détenteurs de WTI à échéance mai se sont mis à brader leurs prix pour trouver preneurs. Ils préfèrent même payer pour se débarrasser de ces volumes."

    Ce lundi, les traders  faute de capacités de stockage ...paient pour se débarrasser du pétrole WTI: historique! 

                                                         Sylvie Neidinger

     

                                           CRISE COVID-19

     

  • Ich bin ein Deutsch

    Imprimer

    Pour la seconde fois en une semaine, l'administration suprémaciste Trump attaque violemment l'Allemagne.

    Alors ICH BIN EIN DEUTSCH en solidarité (certes au niveau modeste d'un individu)

    Qu'ont donc fait ces pauvres allemands pour justifier l'agressivité sans borne du camp de Bazooka-Trump

    Rien contre l'amérique du nord.

    La folie s'est emparée de Washington.

    L'euro  serait soit-disant  "volontairement" sous-évalué par le pays de Goethe "pour exploiter les Etats-Unis" dixit.

    Sidération mondiale de voir les USA attaquer frontalement ses alliés de l'après-guerre. Jusqu'au président iranien- dont le pays est  victime des premières actions atlantiques -qui fait la leçon sur le nouveau président us dit " novice."

    Démolir l'UE. Tout démolir.

    C'est une maladie mentale.

    Penser que démolir les autres permet de se grandir soi-même.

     

    http://www.lalibre.be/economie/conjoncture/l-euro-grimpe-un-conseiller-de-trump-accuse-l-allemagne-de-largement-sous-evaluer-l-euro-pour-exploiter-les-etats-unis-5890a19bcd70e747fb6f46d5

    http://www.romandie.com/news/Leuro-en-hausse-face-au-dollar-inquietudes-sur-Trump/771109.rom

    https://www.zonebourse.com/actualite-bourse/L-euro-monte-nettement-face-a-un-dollar-deprime-par-le-camp-Trump--23788967/.

                                                     

      Extrême inquiétude des marchés financiers mondiaux, effectivement.

    Mais ...pas en raison de l'Allemagne!  

     

                                                                           Sylvie Neidinger

    .