#protestant

  • Irlande/France : l'envol méconnu des Oies sauvages jacobites

    Imprimer

    Drôle d'espèce  sauvage! Les dites "oies sauvages... jacobites"  se sont bien installées massivement en France, Espagne, un peu en Autriche, Russie,  Etats-Unis (Louisiane surtout) : un évènement historique du XVIIème siècle finalement méconnu dans les pays d'installation.

    Le terme est péjoratif. Leurs détracteurs dont nombre d'anglais   nommèrent  "Flight of the wild geese" par dérision ces...soldats irlandais  qui combattaient  pour le roi catholique Jacques II et  le   suivirent en exil.oies sauvages #jacobites,#irlandais de #nantes

    Les évènements datent de 1690: bataille de la Boyne et 1691: chute de Limerick. Ceux-ci, dont les nobles se mettent alors au service du pays d'accueil comme mercenaires. Cette brigade irlandaise fournira à l'armée française  quatorze de ses lieutenants-généraux et dix-huit maréchaux de camp. Ils  se sont assurés un quasi-monopole des hauts postes de l'empire colonial français dans la seconde moitié du XVIIIème siècle. D'où leur présence très forte aux Antilles et en Louisiane.

    C'est à la base une conséquences des  "guerres de religions" :  "L'historien Gabriel Audisio raconte que dans l'armée du duc de Savoie et du marquis de Pianezza, qui participe à la répression des Pâques vaudoises de 1655, on trouve des soldats catholiques irlandais victimes de Cromwell"(in wiki Irlandais de Nantes)

    oies sauvages #jacobites,jacques stuart vii d'ecosse,#jacobites,jacques ii d'#angleterre,#irlandais de #nantes"Jacobites"? Soit : les adeptes de Jacques Stuart VII d'Ecosse et II d'Angleterre, le dernier roi catholique de la monarchie britannique.

    Louis XIV les accueille à bras ouverts. Ces aristocrates disposent même d'une cour: "La cour jacobite de Saint-Germain en Laye, formant une population aristocratique estimée à 2500 personnes de 1690 à 1702 (source: registres paroissiaux de la ville.

    La plus forte communauté de ces aristocrates  Irlandais "voyageurs" fidèles à leur roi  s'installe à  Nantes. Ils sont nommés comme tels : les "Irlandais de Nantes". Cadix est également une importante ville d'accueil.

    "Ce sont pour une grande part des aristocrates, rompus au maniement des armes et à la direction des soldats ; ils vont se lancer, avec leurs descendants, dans le grand commerce colonial avec les Antilles, parfaitement s'intégrer dans la ville de Nantes, multiplier les mariages avec des filles de la noblesse locale, et créer de nombreuses compagnies coloniales françaises"

    On compte dans cette communauté les premiers opérateurs du commerce triangulaire", "Nantes est le premier port d'attache de leur flotte. Sur 60 raisons sociales de maisons de commerce jacobites en Europe au milieu du XVIIIème siècle, les deux tiers sont hébergées dans quatre ports : une douzaine dans l'ensemble StockholmGöteborg (mais essentiellement des filiales), 12 à Nantes, 9 à Bordeaux et 8 à Cadix."( in wiki Irlandais de Nantes)

    Nombreux domaines viticoles actuels du Médoc sont tenus par leurs descendants.

    Patrick Clarke de Dromantin est l'un des leurs. Il est l'historien spécialiste des Jacobites frnçais (de l'ouest surtout) et  de leurs descendants. 

    Charles-Edouard Fixary, inventeur oublié du groupe frigorifique était un descendant du jacobite Fitz Harry installé lui en Lorraine.

                                                                                             Sylvie Neidinger

  • Téléscopage d'actu: Elisabeth II, Washington et le bébé royal: ancêtres partagés!

    Imprimer

    Alors qu'une visite officielle se joue aux USA avec un dîner entre Donald Trump et Emmanuel Macron à  Mount Vernon, résidence de George Washington (signe d'un excellent accueil diplomatique) la famille royale issue d'Elisabeth II s'agrandit.

    Charlotte et Georges accueillent un petit frère, ce lundi.

    Les deux infos du jour n'ont à priori rien à voir.

    En fait elles sont totalement liées.

    Le bébé à naître petit fils/fille de la reine d'Angleterre partagent des chromosomes avec Georges Washington.

    Par leur ancêtre commun français : le huguenot Nicolas Martiau.

                                                                                Sylvie Neidinger

     

    #huguenot,#protestant,#usa ; goerges washington,#washington,nicolas matiau,naissance royale

     crédit image capture d'écran site web en lien

  • 500 ans de protestantisme fêtés aujourd'hui 31 octobre 2017. Notamment à Grenoble

    Imprimer

    Le 31 octobre 2017 fait date pour l'histoire du protestantisme. Un demi-millénaire pile! protesrtantisme,500 ans,grenoble,martin luther,guillaume farel,calvin,pierre bolle,françois boulet,patrick cabanel; anniversaire

    En ce jour de 1517,  Martin Luther, moine allemand affichait  sur la porte de l'église du château de Wittenberg (Saxe) ses 95 thèses contre les indulgences et leur commerce par l'Eglise catholique: la Dispute.

    Globalement les médias hexagonaux, à part quelques articles souvent arrivés en fin de journée sont passés  à côté de cet anniversaire extraordinaire de "500 ans jour pour jour", la tv surtout. Toutefois quelques articles sont publiés sur le thème dont celui de   l'express.

    protesrtantisme,500 ans,grenoble,martin luther,guillaume farel,calvin,pierre bolle,françois boulet,patrick cabanel; anniversaireLes protestants de Grenoble ont marqué l'événement en ce jour précis  avec  une initiative, la conférence-visite du "Grenoble protestant" par l'historien et très enthousiaste,  professeur agrégé d'histoire François Boulet et par Olivier Cogne, directeur du Musée Dauphinois. Ce, en partenariat avec l'église protestante unie de Grenoble et le comité d'organisation "Luther et les 500 ans de la Réforme".

    La visite terminera son spectre historique à la deuxième guerre mondiale. Un demi-millénaire balayé en trois heures.

                      GRENOBLE, TETE DE PONT DU PROTESTANTISME 

     Grenoble est très tôt au contact des nouvelles idées ....dès  1523.

    Moins de 5 années pour passer de Wittenberg au Dauphinois.

    Des fondateurs majeurs dont un certain Pierre de Séviville, Guillaume Farel  issu du  gapençais voisin, lequel fera venir Calvin à Genève. Grenoble suivra plutôt cette tendance calviniste. L'évocation  du protestantisme grenoblois et de tout le Dauphiné...passe par le Triève, Mens, Tréminis, le Diois.  Rappel des échanges  avec Vaud sont instaurés depuis le moyen-âge. Citation du lyonnais Aimé Maigret,

    Apprendre que la ville confluente du Drac et del'Isère fut 100 % protestante.... trois semaines durant avant de connaître une puissante contre-réforme, étonne. Grenoble est une ville importante. Troisième parlement autonome de France après Paris et Toulouse.

    La ville va compter une Chambre de l'Edit pour gérer les relations religieuses. Cette Chambre va avoir compétence jusque sur les régions de  Provence, Languedoc et Bourgogne. Elle sera supprimée en 1679 à la veille de Révocation de l'Edit de Nantes.

    Grenoble ne connaîtra pas de Saint-Barthélemy, cet événement français qui interpelle aujourd'hui encore l'historien François Boulet . Comment comprendre cette tuerie de voisin à voisin.  Du voisin avec qui on vit depuis toujours !!!

    Grenoble sera toutefois impactée par ce massacre. Les protestants prennent peur.

    Soit ils  abjurent. Soit ils commencent le départ vers le nord par Genève, jusqu'en Allemagne, Hollande voire en Afrique du sud.

    La perte de ses forces-vive par l'Hexagone une hémorragie....

    A noter, ce blog avait déjà rédigé quelques articles sur ce trajet huguenot, à Fort-Barraux 

                                           RUE VIEUX-TEMPLE DISPARU

    Les trois heures de conférence-visite érudites  ne se résument aisément.

    Visite in situ  fort complète avec même celle du   premier Temple  disparu dont la rue continue à porter le nom. Aucune image n'en reste. Il se dit qu'il était l'un des plus beaux de France. Ensuite, la pérégrination passe par le  Ntsmb, Nouveau Théâtre de Sainte-Marie-d'en-bas ...Son directeur/artiste Antonio Placer évoque alors  son lieu culturel, une "église laïque ouverte à tous".

                     LES HISTORIENS GRENOBLOIS REDECOUVRENT 

    Un colloque il y a un an avait éclairé le sujet du protestantisme dauphinois en hommage au chercheur Pierre Bolle. Bonne nouvelle : les données seront bientôt être accessibles car prochainement publiées.

    500 ans gre 001.jpgPlusieurs expositions marquent cet anniversaire. L'une au Musée Dauphinois consacrée au prince protestant  François de Bonne, Lesdiguières.

    "Issu de la petite noblesse du Champsaur, François de Bonne (1543 - 1626), duc de Lesdiguières, connaît une ascension fulgurante. Chef de guerre des protestants du Dauphiné au temps des guerres de Religion, il contribue à la toute fin du XVIe siècle à la pacification de la province et à l'application de l'édit de Nantes. Militaire, fin politique, proche d'Henri IV, il concentre les pouvoirs au début du XVIIe siècle tel un « prince » dans la capitale dauphinoise. Bâtisseur, il modifie considérablement la physionomie urbaine de Grenoble à cette époque. Sensible aux arts et aux lettres, il fait appel à des artistes français et étrangers pour ses propriétés dauphinoises et son hôtel particulier à Paris."

    L'autre expo est  visible à l'Hôtel de Ville. Hier 31 octobre  était le vernissage, date évidemment très forte.

           HUGUENOT 

    De cette visite j'ai appris le définition du terme "huguenot" visiblement de l'allemand EIDGENOSSEN soit carrément un ...schismatique !!

                                                            Sylvie Neidinger

    Huguenot, ote
    Nature : s. m. et f.
    Prononciation : hu-ghe-no, no-t'
    Etymologie : On a donné un grand nombre d'étymologies de ce mot. Voyez celle qui est rapportée à l'historique de hugon, et qui, avant d'Aubigné, est donnée aussi par Pasquier : On a commencé de donner à tout le nouveau monde de ceste faction le nom et tiltre de huguenaux ; d'autant que la premiere descouverte que l'on en a faite a esté en la ville de Tours, où ils ont opinion qu'il y a un rabast [esprit] qui revient de nuit, qu'ils appellent le roy Hugon, et y appelle l'on dès pieça hugenaux tous ceux qui sont de la secte de Calvin, pour faire leurs assemblées et conventicules de nuit comme si en cecy ils fussent disciples et sectateurs de cest esprit, Lett. t. I, p. 180. Voyez aussi l'étymologie que donne Castelnau ci-dessus. D'après de Brieux, un orateur protestant commença ainsi sa harangue : Huc nos venimus, huc nos..., et resta court ; de là Huguenot. Tout cela est sans fondement. Une étymologie plus vraisemblable qu'on a indiquée est le mot allemand Eidgenossen, confédéré, de Eid, serment, et Genosse, compagnon ; la forme aignos dans les Mémoires de Condé l'appuie. Mais on a objecté que le sens n'était pas favorable à cette étymologie, confédérés s'appliquant mal à une secte religieuse ; que ce mot ne constituerait pas un terme d'injure comme les calvinistes l'envisageaient eux-mêmes, et qu'il ne pourrait s'appliquer qu'aux Suisses protestants, qui pourtant n'ont jamais porté ce nom ; eidgenossen est le titre que se donnent les citoyens de la Suisse, tant protestants que catholiques. Ce fait donne, on peut dire, la certitude à la conjecture de Mahn, qui sans le connaître, a dit que huguenot est un diminutif de Hugues, et que le nom, en tant que terme d'injure, se rattache à quelque hérétique de ce nom. Ce mot, au sens de calvinistes, paraît se trouver pour la première fois sous la forme de huguenaulx, dans une lettre du comte de Villars, lieutenant général en Languedoc, du 11 novembre 1560 (voy. VAISSETTE, Hist. du Langued. t. V).

                                                               

    anniversaire,protesrtantisme,françois boulet,500 ans,grenoble,martin luther,guillaume farel,calvin,pierre bolle

     

    *Autre historien du protestantisme français, Cévennes etc. Patrick Cabanel

    *Célèbration à Wittenberg avec Angela Merkel, fille de pasteur

     

    crédit images photos neidinger

                                                     Rubrique #Protestantisme