#belgique

  • "La promenade des masques" Texte de Jean Loret (1655)

    Imprimer

    A propos de masques....

    Ici, ceux du divertissement, de l'inversion sociale. Jour de Mardi Gras à Paris, jour des masques carnavalesques diversifiés.   En Belgique à Binche existe un Musée dédié au Masque.

    Sans oublier les masques de théâtre grecs, les masques rituels...

    Ici artistiques,  à partir de ...bidons.

    Le masque médical destiné à une population complète et porté  sans restriction de temps n'était pas encore inventé.

                                                                       Sylvie Neidinger

    « Mardy, multitude de Masques,
    Qui ridicules, qui fantasques,
    Qui portans sur eux maint trézor,
    Qui brillans de perles et d'or,
    Qui vêtus de riche écarlate,
    Qui de canevas, qui de nate,
    Qui de cuirs, qui de velours raz,
    Qui d'habits blancs, qui d'habits gras;
    (Jusqu'au nombre de quatre mille)
    Etant sortis de la Ville,
    Les uns ressembloient à des Chinois,
    Des Margajats, des Albanois,
    Des Amazones, des Bergéres,
    Des Païzanes, des Harangéres,
    Des Clercs, des Sergens, des Baudets,
    Des Gorgones, des Farfadets,
    Des vieilles, des sainte-ny-touches,
    Des Jean-doucets, des Scaramouche,
    Des Gens à cheval, dos-à-dos,
    Des Scarabambombillardos,
    Et (ce qui cauzoit des extazes)
    Des carosses couverts de gazes,
    Après qui couroient les enfans,
    Et des chariots trionfans
    Tous remplis de tendres pucelles,
    Ou du moins, qui se dizoient telles.
    Pour voir tant de diversitez
    Qui brilloient de tous côtez,
    Les Bourgeois quittoient leurs négoces,
    Et plus de six mille carosses
    Tant de satin, que de velours,
    Ce jour mesme allèrent au Cours,
    Non pourtant, au Cours de la Roine,
    Mais en celui de Saint-Antoine. [...]
    Durant tant de déguizemens,
    De jeux, de divertissemens,
    D'aubades et de sérénades,
    De Momons et de Mascarades,
    Qui couroient comme dains,
    Un de nos plus sages Mondains,
    Un des bons esprits que l'on sçache,
    Sçavoir est Monsieur de l'Esclache,
    Le Dimanche, Lundy et Mardy,
    Aussi vray qu'il est Samedy,
    Expliquoit avec éloquence
    Des matiéres de conséquence
    A des Gens-de-bien et d'honneur,
    Les Commandemens du Seigneur,
    Que les seuls pécheurs trouvent rudes,
    Le Pater, les Beatitudes,
    Dont discourant moralement
    Il tiroit maint docte argument
    Pour faire en ce noble exercice
    Triompher la vertu du vice.
    Quoiqu'il semble qu'avec raizon
    Chaque chose aye sa saizon,
    Et qu'assez rarement l'on voye
    Les Sermons mêlez à la joye,
    J'aprouve son saint procédé,
    Et je suis trés-persuadé
    En faveur de ce Personnage,
    Qu'il agissoit en homme sage,
    Au mesme temps que presque tous
    Sembloient agir en hommes fous. [...]
    Fait au mois de Février le treize
    Par moy nommé Jean, et non Blaize. »

    Ce texte du XVIIème siècle fut rédigé le 13 février 1655 par Jean Loret .

    L'auteur est par ailleurs considéré comme un des précurseurs du journalisme, car inventeur d'une gazette hebdomadaire rédigée en vers. Puis imprimée.

    (wiki)"Loret eut l’idée d’adresser chaque semaine à Marie d'Orléans-Longueville, devenue plus tard duchesse de Nemours, une gazette en vers distribuée d’abord sous la forme de copies manuscrites, puis, à partir du , imprimées à un petit nombre d’exemplaires, sous le titre de Lettre en vers à Son Altesse Mlle de Longueville, comprenant la politique, le théâtre, la littérature, les divertissements de la cour, les commérages des rues. Loret rédigeait ainsi 700 à 800 vers chaque semaine sur les faits survenus qu’il fit imprimer sous le titre de La Muze historique (Paris, 1650-65, 3 vol. in-fol. ; nouv. édit., Paris, 1857, 4. vol. in-8°). *

     

     

                                                                               COVID 19

  • Puigdemont, pied nikelé, joue dangereusement avec la...vieille Histoire hispano-belge

    Imprimer

    Ce que fait actuellement l'autoproclamé président de la Catalogne, Puigdemont -Putschdemont!- en Belgique est dangereux ....pour l'Espagne certes (Catalogne comprise)  mais aussi pour la Belgique et sa propre intégrité politique !

    1-L'autoproclamé "président d'un gouvernement en exil" (pas moins...) fuit ses obligations légales espagnoles comme un lâche du genre "courage, fuyons". Ce, après avoir mis le feu...

    2-Il lance sa thématique séparatiste de "gouvernement en exil"  depuis la Belgique, pays déjà impacté par un puissant mouvement séparatiste.

        LA BELGIQUE FUT SOUS DOMINATION ESPAGNOLE

    L' action du catalan est irresponsable. Car tout de même, il  tape fort, avec sa mine de gamin en goguette, en s'invitant de force en Belgique.

    Il relance la "pagaille belge"(je cite). Se sert de la Belgique comme d'un haut-parleur.

    De plus, venu de l'extérieur comme un cheveu sur la soupe, Puigdemont  ré-ouvre implicitement une cicatrice refermée mais présente sur le "corps historique belge": l'occupation espagnole du ...XVIème siècle!

    Une occupation actée "dans les corps et les esprits" ... puisque nombre de familles actuelles de  Belgique, Pays-Bas et du nord de France portent des noms espagnols ! Les généalogies font les connexions.

    Rappel. La Belgique fut sous domination... espagnole au XVIeme siècle et la mémoire collective s'en souvient.

    (je cite) "Peu avant sa mort (1594), Philippe II concéda la souveraineté sur les Pays-Bas (tant du Nord que du Sud) à sa fille Isabelle, qui épousa Albert d'Autriche. La soumission du Nord était évidemment une chimère et les archiducs régnèrent exclusivement sur le Sud. Toutefois, après un siège de quatre ans, le général Ambrogio Spinola reprit Ostende à la République. À l'initiative d'Albert, on engagea des pourparlers avec les Provinces Unies lesquels débouchèrent en 1609 sur la Trêve de douze ans qui reconnaissait de facto l'indépendance des Provinces-Unies. L'archiduc étant mort sans enfant en 1621, les Pays-Bas méridionaux tombèrent sous l'autorité directe de Madrid. En dépit des efforts de l'ambassadeur et peintre P. P. Rubens, la guerre reprit avec le Nord : elle devait durer jusqu'au traité de Westphalie (ou de Münster : 1648) qui scella l'abandon par l'Espagne de la Flandre zélandaise, du Brabant septentrional et de la majeure partie des pays d'outre-Meuse. À partir de 1635, gouvernés par de faibles favoris de Philippe III, les Pays-Bas du Sud furent impliqués quasiment en permanence dans des guerres avec la France dont ils constituaient le plus souvent le théâtre et au terme desquelles ils perdirent une part notable de leur territoire (quelque deux cinquièmes), surtout en Flandre et au Hainaut. Ils ne furent sauvés de l'annexion totale à la France que par les Provinces-Unies et l'Angleterre, qui ruinèrent le rêve de Louis XIV d'une frontière « naturelle » sur le Rhin. Les menaces françaises atteignirent leur paroxysme pendant la guerre de Succession d'Espagne (1702-1714). Le pays fut alors divisé en deux secteurs : le Nord et le Centre étaient sous gouvernement anglo-batave dont le siège était à Bruxelles ; à Namur régnait le gouverneur Maximilien Emmanuel II de Bavière, simple pion entre les mains de Philippe V d'Espagne et de son grand-père Louis XIV. L'économie des Pays-Bas du Sud, qui avait connu un essor sans précédent au cours du xvie siècle, se retrouvait presque ruinée par des hostilités interminables. Du fait de la fermeture de l'Escaut au trafic maritime (1585),"

    Forcément en Belgique la mémoire collective est impactée.

               ...PUIGDEMONT PARTI SANS PAYER LES GAMBAS!

    Puigdemont, au visage d'ado s'impose de force à la Belgique. Il compte mener sa campagne politique depuis Bruxelles en véritable agitateur. Ce président d'opérette n'hésite pas à prendre lui en otage la tranquillité belge!

    Véritable folle inconscience de Putschdemont à jouer avec l'Histoire de l'Espagne et celle ..des autres.

    Roitelet d'un royaume de CATA-strophe...

    Certains catalans étonnés de son attitude affirment en plaisantant "qu'il est parti sans payer les gambas"

    Sa place effectivement est en Espagne.

    Où? Face à la Justice qui a lancé un mandat d'arrêt européen.

    La Justice belge ne pourra que donner suite au mandat d'arrêt intra-européen délivré par la Justice espagnole.

    Rien juridiquement ne s'y oppose.

    Question de DROIT. Européen et espagnol.

                                                                       Sylvie Neidinger

     

    Autre article du blog sur Puigdemont :

    https://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2017/10/22/le-coup-d-etat-de-puigdemont-fait-reculer-la-catalogne-287253.html

     

    (suite) Cela n'a pas manqué:  le belge Bart de Wever évoque le "furie espagnole " qui date de qsatre siècle !

  • Belgique: folies meurtrières parentales inouïes: pourquoi ?

    Imprimer

    Mais que se passe-t-il en Belgique ?belgique,ârentalité malade,cronos,crimes sordides

    Tel Cronos qui mange ses propres enfants, ce pays est en proie à une série de faits divers absolument hors normes dans le champ privé (qui n'est pas ici celui des attentats publics malheureusement cet autre type de violence "moderne" et inacceptable)

    On évoque ici une typologie de crimes particulièrement violente inscrite au sein de la famille:

     En septembre, une femme tue son fils à coups de hache.

    Une mère fait griller son enfant de deux ans au barbecue.

     Un enseignant tue ses deux fils à coup de disqueuse

    Les professionnels qui ont eu à traiter ces dossiers ont eu besoin d'accompagnement psychologique face aux visions d'horreur.

    Parentalité malade. Comment expliquer ?

    Où faire  entrer cette catégorie de faits divers: "drame de la séparation"?, de la solitude ? de la dépression?  "décompensation psychiatrique"?

    Dans un autre pays, les USA, un récent fait divers intra-familial s'explique par une volonté d'imiter... un film de cinéma de la part des parents d'une fillette de huit ans, leur victime. Un couple a torturé son enfant " comme au cinéma"

    Quel est l'impact des écrans ?

    La criminalité existe depuis toujours.

    Pourtant, la violence commise sur ces enfants est indicible.

    Et probablement le signe d'une décomposition sociale avancée derrière la décomposition mortifère de la cellule familiale.

    Pourriture.

    Pas seulement en Belgique.

     

                                                                                    Sylvie Neidinger

    belgique,ârentalité malade,cronos,crimes sordides