H-Mémoire d'Histoire

  • Lionel Naccache, neurologue-chercheur confirme la "spacialisation" du souvenir

    Imprimer

    Le blog  a inauguré la nouvelle rubrique Mémoire d'Histoire. Avec le souvenir de Karl. Il se souvient de la Nuit de Cristal du 9 novembre 1938 !

    Dans le même temps, par une émission radiophonique, je découvrais lundi 5 juillet 2021  les thèses et découvertes du médecin-chercheur en neurologie, le Professeur Lionel Naccache : premier interviewé de la Série Sous le soleil de Platon par Charles Pépin  (France Inter) 

    https://www.franceinter.fr/emissions/sous-le-soleil-de-platon/notre-inconscient-nous-domine-t-il

     

    Du coup s'ouvre une nouvelle rubrique Médecine-#Mémoire.

    Lionel Naccache démontre comment  : "La mémoire humaine est d'une complexité incroyable et ne peut être réduite à de petites historiettes. On connaît pour partie, les raisons de l'irruption d'un souvenir. Il faut se rappeler que le souvenir est un acte du présent. On plonge dans du passé, mais depuis le présent, c'est un souvenir d'aujourd'hui. On ne va jamais se le redonner de la même façon." En résumé, on ne replonge jamais dans le même souvenir! 

    L'émission de 51 minutes est d'une richesse inouïe. Elle aborde et confirme  la typologie  du premier souvenir de Karl ( et celle de mon premier souvenir) soit  un acte VISUEL, autour d'un LIEU

    On pourrait même évoquer une "GEO-GRAPHIE cérébrale"? [ndlr Le chercheur adore la sémantique. Moi aussi...]

    A 12 minutes de l'émission est abordé le lien entre mémoire et espace. Un lien finalement connu. Les dernières découvertes en neuro-sciences le confirment!

    Le scientifique rappelle  la technique cérébrale pour mémorisier connue  depuis 3000 ans et Cicéron! Les acteurs le savent qui mémorisent un long texte en l'associant à un lieu en s'y promenant physiquement. 

    Le médecin-chercheur redonne l'historique général des recherches sur la mémoire.

    Après la découverte des fonctions de l'hippocampe, il   signale que cet organe cartographie tel un vrai GPS cérébral! 

    Cela cartographie à toute vitesse, en avant, en arrière: comme au  cinéma! Ou plutôt: le cinéma...comme un cerveau! (à approfondir...dans un futur article) 

    Lionel Naccache rappelle  combien les recherches en neurosciences retrouvent le rapport fondamental, immémorial entre espace et mémoire consciente. 

                     GPS DE LA GEO-GRAPHIE CEREBRALE

    La conscience ne tient pas du cortex primaire. Tout se joue plutôt  dans une conversation entre plusieurs régions cérébrales  que l'on peut même physiquement quantifier par imagerie ! 

    Au passage, la conversation radiophonique de Lionel Naccache démode Freud et son inconscient finalement pas si refoulé et surtout très....conscient!!

    Mais avec beaucoup de respect. Selon Lionel Naccache "Freud est comme Christophe Collomb...il a fait une grande découverte mais s'est juste trompé de continent! "

    Je m'empresse de lire les ouvrages de Lionel Naccache pour rapporter ces récentes découvertes en neurosciences accessibles au grand public...A suivre.

    L'émission est audible en replay.

                                                                                                                 Sylvie Neidinger

     

    sous le soleil de platon,franceinter,#neurologie,#mémoire,lionel #naccache

     

  • Il se souvient de la Nuit de Cristal du 9 novembre 1938!

    Imprimer

    Le blog, désormais âgé de dix ans,  ouvre une nouvelle rubrique: H-Mémoire d'Histoire. Pour évoquer les témoignages directs de témoins directs d'évènements majeurs historiques. 

    A ma grande surprise, Karl, 85 ans, ami de famille, me confiait récemment qu'il a vécu la...Nuit de Cristal du 9 au 10 novembre 1936. Notre ami s'en souvient!

    Les dates correspondent: il avait un peu moins de deux ans. Karl est allemand.

    ( le nom de son village volontairement non cité) 

    Je valide car mon premier souvenir date de l'âge 18 mois. Portée dans des bras dans la maison voisine où une vieille dame me fit alors  peur. Elle décéda lorsque j'avais ...18 mois. Validé: on peut avoir un souvenir à 18 mois.

    Détail, ce genre de premier souvenir est uniquement visuel. 

    Karl le confirme: uniquement visuel. Sa soeur a ensuite relié verbalement et plus tard évidemment   le  "premier souvenir" de Karl à la Nuit de Cristal. Elle était à ses côtés lors des faits.

                       SOUVENIR COUPANT COMME DU CRISTAL CASSé

    De ses yeux le bambin a vu -apeuré ?- des individus entrer dans la maison de son voisin de confession juive. (Il n'y était plus, déjà parti pour New-York fort heureusement pour lui. Information donnée ultérieurement à Karl  évidemment).

    "Ils" ont tout cassé, sorti les meubles hors de la maison.

    "Ils" ont tout détruit chez un autre de ses voisins, un  prêtre qui exprimait ouvertement son opposition. "Ils" l'ont emmené. Jamais revenu.

    "Ils"? Qui: les "nazis" Et là quand, 83 ans après,  Karl prononce devant moi ce terme, ultra rapidement, cela claque comme un coup de fouet.

    Dur. Coupant. Cinglant.

    Karl prononce "nazis", comme deux coups de feu. Une dureté s'installe. Elle inonde son regard.

    Sort  de sa bouche tout un univers de peur et d'angoisse.

    Il fallait avoir VU donc vécu cette nuit d'horreur- bien qu'enfant- pour prononcer ces deux syllabes avec cette intonation coupante comme du cristal brisé devenu dangereux.

    Ce sigle n'est pas prononcé banalement comme on le ferait aujourd'hui sur des bancs d'université par de jeunes étudiants pour qui mai 68 et la chute du Mur de Berlin tiennent déjà de la préhistoire...

    Karl lui se souvient. Par ses yeux.  

                                                                                        Sylvie Neidinger

     

    Je tenais à publier ces instants d'une banale conversation privée de juin 2021. Finalement peu banale...