H-Généalogie: le voyage intérieur

  • Grandes manoeuvres chez les "gafas" de la généalogie

    Imprimer

    OPA, plus d' OPA, rachat...L'été 2021 a vu d'énormes restructurations  des opérateurs numériques du secteur de la généalogie.

    Ces mastodontes  collectent, structurent, les données privées...pour la bonne cause. En mode collaboratif le plus souvent.

    Le français GENEANET est racheté par l'américain ANCESTRY (Utah) Ce, juste après que l'autre hexagonal, Filiae, soit repris par My Heritage, les deux sites français n'ayant pu s'entendre.#généalogie,#geneanet,#ancestry; #filiae,#myheritage

    Geneanet tient à son modèle collaboratif ! 

    La Revue Française de généalogie explique tout:

    "Les équipes d’Ancestry ont bien compris ce qui fait la force de Geneanet : son modèle original et sa communauté. Ancestry souhaite, et s’est engagé dans ce sens, à préserver notre particularité, conscient qu’une communauté est fragile et que son adhésion repose sur la confiance", explique le portail généalogique français. Le site Geneanet.org va rester un site autonome et conservera tous ses services. Il restera géré par la société Geneanet basée à Paris avec la même équipe de salariés et dirigée par son fondateur Jacques Le Marois. Les arbres généalogiques sont et resteront la propriété des déposants et continueront à être hébergés par Geneanet. Le modèle ne changera pas et va continuer à reposer sur les mêmes bases alliant le "contributif, le collaboratif et le freemium""

    A savoir Ancestry bien que basé en UTAH n'a plus rien à voir avec les Mormons en raison de plusieurs changements de propriétaires.

    La maison mère américaine fait figure de mastodonte : Ancestry héberge plus de 120 millions d’arbres généalogiques contenant 16 milliards d’individus et dispose de la plus grande base ADN généalogique grand public avec 20 millions de profils (Ancestry s'interdit de commercialiser ses kits ADN en France pour respecter la loi française). La société emploie plus de 1400 salariés, répartis entre ses bureaux de Lehi (Utah), San-Francisco, Dublin, Londres, Munich, Berlin, Toronto, Sydney... et désormais Paris. Les détails de l'accord financier entre Ancestry et Geneanet n'ont pas été divulgués.

    Finalement face à cette révolution à caractère capitalistique, l'usager semble ne pas devoir en pâtir.

    Geneanet répond aux divers questionnements de ses usagers et éviue la cnurrence "redoutable" de My Heritage.

    Finalement, on ne n'attendait pas à ce que le "Marché de l'Etat civil en ligne" soit à tel point un univers de ..requins...

    Signe qu'il y a de l'argent en jeu, certes. Mais surtout que les "datas" privées deviennent une denrée de la plus haute importance.

                                                                     Sylvie Neidinger

     

  • Généalogie: toutes les archives suisses ne sont pas (encore) en ligne

    Imprimer

    La recherche généalogique en Suisse souffre d'un certain  retard dans la mise en ligne officielle des actes. Huit cantons ont bien démarré le traitement des registres paroissiaux.

    https://www.cgaeb-jura.ch/entraide/les-registres-paroissiaux-suisses-en-ligne/

    C'est une démocratisation en cours.                                       SN 

    Capture d’écran 2021-08-17 074045.png

  • Généalogie: la révolution génétique. Attention !

    Imprimer

    Se méfier des  tests ADN génétiques...

    Ils se présentent comme pouvant établir facilement une généalogie.

    Magique:vous frottez un coton tyge dans votre bouche, vous envoyer, vous payez et hop vous voilà informé sur votre arbre familial. 

    Erreur ! C'est peu précis.Voir ces témoignages:

    "Contrairement à la recherche généalogique, qui demande du temps et de la minutie, le test ADN récréatif a l'avantage d'offrir une cartographie de ses origines en quelques semaines seulement, sans effort. Pour une majorité de personnes, qui en usent sans savoir pour autant ce qu'ils recherchent, il est cependant bien moins précis que la première méthode". C'est d'ailleurs ce qu'a constaté Anne : ses résultats ADN ont été le point de départ d’une recherche généalogique finalement plus classique mais surtout l’amorce de discussions intimes avec son père.
    Pour Pierre-Luc Racine, l’imprécision a été une source d’amusement. “Le site m’indique que j’ai 20 % d’Amérique du Nord, Amérique Centrale et d’Amérique du Sud, ce qui est la description d’un lieu la plus large que j’ai vue de toute ma vie”, commente-t-il. Dans les deux cas, le test a partiellement répondu à une question de fond."(Le Temps

    Premier problème. Ce que promet la pub d'un site est assez général et comme le témoignage supra ne l'indique: peu précis : "Le simple test ADN." MyHeritage révélera votre origine ethnique unique et vous mettra en relation avec de nouveaux parents. Découvrez les groupes spécifiques dont vous descendez parmi les 2 114 régions géographiques, et faites passer l'histoire familiale au niveau supérieur avec le test ADN le plus abordable du marché"

    Second problème. Les tests ne mettent en lien que ...de ceux qui ont passé les tests!  Soit une info parcellaire comparée aux Etats civils écrits.

    Troisème problème. Ces tests sont intrusifs des secrets de famille voire d'alcove...

    Dans le sens négatif : des enfants apprennent que leur père n'est pas le biologique. C'est l'employeur de la Maman qui est le père. Choc brutal.

    Dans le sens positif certains se réconstruisent après avoir fait un test : ceux dont la recherche d'Etat civil est bloquée: enfants nés sous X ou d e père inconnu, ou trouvés , enfants illégitimes, enfants d'un viol etc...

    Des histoires très lourdes d'enfants sans passé peuvent se résoudre dans le bonheur. Telle cette lyonnaise  sans famille paternelle qui fait un test à 76 ans. Elle ne comprend RIEN au résultat. Elle serait d'Asie mineure?? Un monsieur d'origine arménienne se voit offrir un test par sa fille au même moment. Cela matche:   ils se retrouvent enfants du même père arménien! Elle est accueillie à  bras ouvert et avec affection dans sa nouvelle famille. Ils se nomment frère et soeur!

    Ce qui étonne dans l'histoire surtout réside dans ce coup du destin qui les fait se tester au même moment ! 

    Quatrième problème. Deux mutinationales basées hors Europe se partagent le marché. Que font-elles ensuite des données personnelles  hyper précises?

    Cinquième  problème. Si vous réalisez  le test, vous ne donnez pas seulement vos infos génétiques persos à une multinationale étrangère mais de factio celles de tous vos apparentés génétiques: vos enfants, vos frères et soeurs, vos parents....

    Vous impliquez tout le monde dans cette transparence inntrusive!

    Les problèmes générés par ces tests dits "récréatifs" sur les sites sont en réalité plus graves que les infos reçues. Le jeu n'en vaut probablement pas la chandelle.

                                               Sylvie Neidinger

  • Généalogie: la révolution numérique

    Imprimer

    Chaque être humain est identique à son voisin au sens d'avoir le même nombre d'ancêtres qui se calcule en puissance de 2. Au final: des milliers d'individus transmetteur de  vie.

    Pourtant chacun n'a pas forcément l'opportunité de "remonter les branches".

    Certains peuples tels les Aborigènes entretiennent la mémoire d'ancêtres originels  mythiques et listent soigneusement les supposés descendants. Ce qui donne souvent des séquences ethnologiques  de litanies orales.

    Par delà la tradition orale entretenue, les archives écrites permettent de conserver les données ad vitam eternam. 

    Là encore,  que de différences entre les pays dont l'archivage papier n'est pas le point fort -à commencer par les conditions de conservation hygrométriques- et les contrées qui ont pu  conserver que ce les copistes (souvent des religieux au départ)  inscrivirent soigneusement. 

                                            REVOLUTION DEMOCRATIQUE

    Globalement en Europe et sous réserve de destructions accidentelles, de guerre surtout (comme  à Saint-Lô  ou les Archives de la Manche par les bombardements américains, en Belgique par les soldats allemands entre autres et nombreux  exemples)  l'accès au passé est possible pour tout un  chacun.

    Cette  révélation du passé est  profondément démocratique.

    Auparavant, la noblesse elle seule pouvait facilement remonter les siècles! ( ce jusqu'au Xème siècle parfois).

    Par la révolution généalogique, chacun peut désormais s'y intéresser, sous réserve des vies individuelles parfois compliquées.

    En effet, les descendants d'enfants trouvés, enfants de pères et/ou mères inconnus ne peuvent reconstituer toutes les branches le plus souvent.

    Le temps  - pas si lointain- des consultations fastidieuses des microfilms dans les mairies est révolu.Par la révolution numérique les archives sont aujourd'hui accessibles gratuitement en ligne. 

    Depuis le domicile.

    D'autant que le plus souvent, le travail est fait. Il suffit sur les sites spécialisés type Geneanet  de se connecter aux "cousins" génétiques qui ont DEJA reconstitué les branches.

    Merci à eux. Merci aux contributeurs.

                                                     Sylvie Neidinger

     

    #généalogie,révolutiono généalogique

    (photo Neidinger)

  • Néolithique/Age du Bronze: la transition génomique suisse

    Imprimer

    Le blog perso  spécialisé "génétique des populations"  de Bernard Sécher est une source importante pour qui s'intéresse au sujet. Il  pratique une veille scientifique. 

    Cet ingénieur au CEA a produit le 20 avril dernier, en langue française un article sur la Suisse -avec croquis- issu d'une publication en langue anglaise Nature Communications par Anja Fürtwangler.

    La transition génomique Néolithique/Âge du Bronze en Suisse

    Extrait : Les études génétiques précédentes ont montré que deux migrations importantes ont eu lieu en Europe Centrale au début et à la fin du Néolithique coïncidant respectivement avec l'arrivée des premiers fermiers en provenance d'Anatolie et des pasteurs des steppes. Archéologiquement, le Néolithique en Suisse est dominé par les habitats en bord de lac. A la fin du Néolithique, les sépultures sont mégalithiques comme on peut le voir sur les sites de Oberbipp, Sion, Aesch et d'autres. En Suisse les sites de la culture Cordée sont trouvés exclusivement en bord de lac. Les sépultures de l'Âge du Bronze ancien se concentrent dans les régions Alpines sans habitat au bord des lacs. Jusqu'à aujourd'hui, seuls quatre anciens individus de Suisse ont été testés génétiquement: un chasseur-cueilleur du site de Bichon et trois Campaniformes du site du Petit-Chasseur à Sion."(...)Anja Furtwängler et ses collègues viennent de publier un papier intitulé: Ancient genomes reveal social and genetic structure of Late Neolithic Switzerland. Ils ont séquencé le génome de 96 anciens individus datés entre le Néolithique et l'Âge du Bronze, issus de 13 site archéologiques de Suisse, du sud de l'Allemagne et d'Alsace en France. Le site de Lingolsheim en Alsace consiste en deux nécropoles voisines. La première est du Néolithique Moyen, datée entre 4786 et 4601 av. JC., alors que la seconde autrefois attribuée à la culture rubanée est datée entre 2463 et 2208 av. JC. en plein dans la culture Campaniforme:(...)Cette étude montre que l'ascendance des steppes apparait en Suisse à partir de 2700 av. JC. La figure ci-dessous compare les dates d'arrivée de l'ascendance steppique dans quatre régions d'Europe: la Suisse, la Grande Bretagne, la région Elbe/Saale en Allemagne et la péninsule Ibérique.

    La  génétique des populations devient une source majeure et contemporaine de connaissance historique. Pour comprendre la généalogie humaine.

    On savait que les bergers des Alpes sont arrivés de l'Est proche-oriental avec leurs troupeaux au néolithique. Confirmé! 

                                                                         Sylvie Neidinger

     

    ge etique neolithique suisse.JPG

  • Bon sang, laissez vivre les tombes des grand-mères !

    Imprimer

     L’anecdote se situe à Rigny-La-Salle (Meuse). Une  parente, sympathique jeune octogénaire, ne retrouve pas la tombe d’une ancêtre commune lors d'une visite et m’alerte.

    Enquête menée, la sépulture a bien disparu! Evaporée... En fait, évacuée après un procès-verbal d’abandon litigieux qui ne mentionne pas les occupants alors que leur nom est …inscrit sur la pierre tombale! Et les noms   soigneusement conservés en mairie.

    Preuve, la mairie répond ceci : « Suite à nos recherches nous vous informons que Madame TOUSSAINT Adèle Marie décédée en 1965 a été exhumée de sa concession en 2013 après la procédure légale de reprise qui a duré 5 ans. Ses ossements reposent  ce jour à l’ossuaire. Elle était inhumée  avec MAZELIN Joséphine (+1885) et DEROBE Louis (+1884). » 

    La délibération du conseil municipal de Rigny-la-Salle date du  19 décembre 2013.

    L’Arrêté: « Considérant que ces tombes ont plus de trente ans d’existence dont la  dernière inhumation a plus de 10 ans, qu’elles sont notoirement en état d’abandon. Considérant que cette situation décèle une violation des engagements pris par le concessionnaire et leurs héritiers. Article 1 Le maire est autorisé à reprendre les tombes indiquées ci-dessous au nom de la commune et remettre en service les terrains ainsi libérés"

    Analyse de ces écrits: ce n’est pas illégal pour une mairie de « reprendre » les dépouilles familiales et  le terrain qui les accueillait (si vous oubliez une petite visite pendant 5 ans) C’est juste …immoral.

    D'autant que le petit papier qui annonce le litige, simplement posé sur la tombe, se dégrade aux intempéries et s'envole. Alors que rechercher pour une mairie les descendants n'est pas si difficile. 

                                 PAS ILLEGAL...juste IMMORAL

     Qui est derrière le "notoire" de "notoirement abandonné"? *

    Ici on n’est pas dans une ville qui explose de son absence de  surface disponible mais dans un petit village limite désertifié au centre d’hectares de terres à vaches !

    Ô Terre vache.

     Cinq ans sans visiter une tombe peut s’expliquer facilement dans une famille. Par l’éloignement géographique. Par une génération qui entre dans l'âge avancé et se  déplace moins et la suivante qui  peut mettre un peu de temps avant de se sentir concernée par les ancêtres qui vivent sous les racines.     

    Racines généalogiques s’entend.

     Constat. La mairie en  profite ainsi pour libérer le terrain et  pouvoir  revendre la concession à d’autres. Une pratique courante, pas que dans cette commune évidemment. Dans les cimentières aujourd'hui les petits papiers pleuvent... partout. 

    Dans l'Arrêté infâme, la dite arrière-grand-mère  et ses deux grands-parents aux ossements bousculés sont administrativement qualifiés de «concessionnaires »! Bigre, c'est gonflé, voire assez spectral comme terme vu leur actuel manque de corpulence...

    Rire. L'Arrêté municipal rend juridiquement responsables des individus décédés en 1884, 1885 et 1965...Soit. Et leurs descendants, qualifiés « d’héritiers ». Bigre. 

                         DES VIOLEURS QUI S'IGNORAIENT: DIANTRE ! 

    Le langage administratif employé par la mairie de Rigny dans l’Arrêté est  culpabilisant, à gros traits.   Il  vaut son pesant d'or: cette famille aurait « violé les engagements »  Eux et leur descendants ont "violé"? En résumé, mon alerte octogénaire -et autres cousinages-  serait coupable de... viol?  Surprenant.

    Limite: des "cas sociaux " ces familles Toussaint-Derobe-Mazelin...!

    Un original et hypothétique  "viol de loi par omission de visite de  la tombe pendant 5 ans"  est reproché  à tous, aux morts et aux vivants par Mme le Maire. Bigre.

    Quel terme démesuré ici usité par une mairie qui procède elle, à une violation -certes LEGALE- de la sépulture. Violation de ceux qui avaient une concession éternelle  en exhumant leurs corps. Et donnant les pierres tombales à   une entreprise privée en plus.

    Au fait, il n'y a donc pas de  place dans un cimetière pour une pierre tombale datant de deux siècles à poser  dans un recoin ?  Non, visiblement. Un cimetière cela doit être propret, numéroté, au cordeau, marbré italien.

    Sinon: dégagez la vieille pierre locale!

    L’état d’abandon décrit par l’Arrêté est juste un point de vue esthétique (au-delà des cinq ans sans visite qui sont reprochés) Car la tombe était du  19ème pur jus. Avec sa mousse. Belle, en fait. D'époque. Juste une question de (bon) goût.

    Remarque : le cimetière des Rois à Genève regorge de tombes XIXème et XXème moussues qui lui donnent son ambiance romantique particulière et son  esthétisme certain.pierre m'as-tu-vu,racines généalogiques,toussaint,tombe,ossuaire,rigny-la-salle,departement de la meuse,meuse,eugénisme,marie adèle toussaint,josephine mazelin,louis derobe,ossuaire de douaumont,eugénisme sépultural,#blogneidinger,marville

    La petite tombe de Rigny  n’était pas un gros gâteau de marbre type "pierre brillante m’as-tu-vu". Mais issue  d’une carrière locale. Dès lors  une tombe hyper écologique, consommant peu d'espace. Elle avait tout pour plaire !

    Elle est mignonne, non, la tombe de Adèle MarieToussaint dont voici la photo?

    Pas affaissée du tout !

    Eradiquer  cette tombe toute petite, écolo,  qui ne prenait pas de place, coincée entre deux gros gâteaux de marbre, tient d'un  l’eugénisme municipal post mortem du village de Rigny-La-Salle. 

    L'Eugénisme des Eugénies....

     

                      CRISE SOCIALE DANS L’OSSUAIRE…

    A savoir, les curés de Rigny-La Salle  sont aussi passés à la casserole dans le  même Arrêté. Allez hop, mais eux, tous regroupés de leur côté. Juste pour  ne pas les  mélanger  avec leurs ouailles...Pour le reste, on les compile entre eux, ces satanés gens de soutane.

     Bon,  je tiens pour pénible  cette opération intempestive mais légale puisque  effectivement pendant cinq ans « nous » avons omis de venir dire bonjour aux vieux parents décédés.

    Cinq ans dans une vie de vivant, ce n’est rien. Dans une vie de mort c’est long puisque cela peut vous envoyer en l’air.

     Certes la situation présente des  avantages pour ces ancêtres exhumés:

     En remontant à la surface, ils ont pu respirer un peu d'air  pur. Puis dans l'ossuaire collectif  de Rigny, en hiver, leurs os vont se réchauffer les uns contre les autres avec leurs anciens condisciples retrouvés.

    A la bonne franquette. 

    Les anciens potes accoudés  vont s’en payer une tranche à se rappeler les bonnes histoires. Ils ne peuvent malheureusement plus lever leur petit verre de …mirabelle évidemment. Leurs "nonoss"  sont bien raidis. La faute à l'arthose post-mortem.

     Attention toutefois à ne pas commettre d’impair. Par exemple,  si le tibia de Tantine  Amélie  touche le crâne du voisin Eugène  qu’elle détestait ! Les petits coquins eux, vont  peut-être s’y retrouver dans ce bric à brac, se  relancer le clin d'oeil orbital.

    Les villageois ainsi réunis  peuvent  aussi se taper dessus là-dessous, se crêper ce qui reste du chignon…! L'ancien employé peut aussi profiter du chaos sous-terrain pour mordre  le petit-doigt de son ancien patron qu'il appréciait peu. Ni  vu ni connu. Crac, crac.

    Non, l'ossuaire communautaire, ce n'est pas tranquille comme situation. 

    Mes ancêtres étaient assurément mieux dans leur concession personnelle  dite ...éternelle.

    Décidément, en Meuse sévit de  l’eugénisme sépultural autour de l'ossement. Ce,  du crâne au tibia.

    Allez, c'était juste de l'humour... Noir de colère.

    Bon sang, laissez les  vivre leur vie de  défunt en paix !

                                                                 Sylvie Neidinger

     

     

                                                                                      ****************

             SUITE  OSSEMENTS EN QUANTITE INDUSTRIELLE EN MEUSE               

    En Meuse, on peut se poser la question des expositions massives d'ossements et transferts d’ossements. Toutes les civilisations n'exposent pas leurs os!

    La visite de  l’ossuaire de Douaumont   tient   du respect  pour les disparus des guerres. Les ossements des champs de bataille sont anonymes et nombreux avec ces conflits  du XXème siècle qui ont tué à millions.  On peut comprendre que laisser en état les os exposés, c’est  donner existence à  ces sacrifiés au combat.

    Toutefois, cette histoire d'ossements à la tonne peut prendre  un caractère.... touristique gênant. L' office du tourisme  de  Douaumont communique sur ce thème. Tripadvisor  donne même une bonne note aux... ossuaires.    Un problème d'éthique se pose.

    Idem à Marville. L’ossuaire non militaire  du village de  Marville est impressionnant, industriellement, irrespectueux avec ses 40 000 corps (disent-ils).

    Tourisme un peu dévoyé. On apprend que le gardien du cimetière M. Motsch les a consciencieusement rangés tout seul dans son coin au XIXème siècle. Il a même  bien pris soin de conserver  les différences sociales post-mortem ! Il manquait de place semble-t-il? Alors que la campagne alentour regorge de mètres carrés.

     

    mots clefs toussaint,tombe,ossuaire,rigny-la-salle,departement de la meuse,meuse,eugénisme,marie adèle toussaint,josephine mazelin,louis derobe,ossuaire de douaumont,eugénisme sépultural,#blogneidinger,marville

     

  • D-Day. Omaha Beach. Hommage à Leonard Neidinger

    Imprimer

    6 JUIN 2014: 70ème anniversaire du Débarquement.

    "Hommage à", "Tribute to"  Leonard Neidinger, Houston, Texas.

    Témoignage.

    Born Nov. 10, 1920, in New York, he served during WWII in the U.S. Army with the 1st Infantry Division. He was a veteran of numerous campaigns, including the D-Day Invasion. He was a self-taught, licensed professional engineer with a distinguished career in electrical engineering, devoting 43 years to the M.W. Kellogg Company. Leonard was an avid camper, gardener, woodworker, artist, and family historian.

                                                        HEIMAT

    Mutuellement fans d'histoire familiale, lui et moi  avions pu :

    1) entrer en contact grâce à  la magie d'un intranet par le simple fait de porter le même nom et la curiosité de chercher à comprendre pourquoi.

    2) se poser la question de l'origine géographique  sans en avoir aucune idée au départ. L'Allemagne, certes mais où dans ce vaste pays ?

    2) ensemble découvrir que nos ancêtres  était frères en...1720 !

    Au XVIIIème siècle une importante émigration économique a touché  le Bade-Wurtenberg en direction de l'ouest:  France, Luxembourg,  Belgique...Voire le grand ouest jusqu'aux Etats-Unis.

    Quelle chance d'avoir pu, avec Leonard,  parcourir ensemble cette piste d'investigation qui mena à un petit village au sud d'Heidelberg: Elsenz où existe toujours une branche locale portant le patronyme, celle de Hermann.

    Notre Heimat à nous, comme un travail opiniâtre, accompli en commun par courriels mais aussi par courriers papiers qui traversaient l'Atlantique dans les deux sens.

    Créant de la complicité. On a pu se nommer "cousins" à la fin, une fois le travail accompli. En reconnaissance mutuelle.  Ce, avec un évident brin d'humour.

    Il n'y a pas de mensonge. Certes anciens, les chromosomes partagés sont bien réels !

    Leonard m'avait offert, voyageant ppar voie postale,  le... Giono de l'homme qui plantait des arbres. Rire de recevoir cet  ouvrage en langue anglaise car les forêts du pays de Giono sont un peu  les miennes, en vrai, de temps en temps, avec l'accent provençal, le vrai. Il l'ignorait.

    Nous étions finalement dans cette "chasse aux ancêtres", deux complices arboriculteurs et inspecteurs de ...canopées! 

                                                   OMAHA BEACH

    Sa volonté de pratiquer la généalogie  s'apparentait de fait  à une force vitale de comprendre nos racines. De transmettre. Un défi à la mort qu'il a vue de près.

    Pour moi, ce fut  l'immense honneur de communiquer avec un.... vétéran de Omaha Beach, si simple, si gentil.

    D'une génération différente, nous étions bizarrement sur la même longueur d'onde.

    Il est parti trop tôt pour connaître la suite de l'histoire: la  source du nom de famille se situant tout au sud du Bade-Wurtenberg à Neidingen (Beuron. Arrondissement de Sigmaringen)

    Aux bords du Danube, dans la phase de sa naissance.

    La vie aurait dû  permettre aux deux improbables "complices de généalogie", connectés par les moyens modernes  de parcourir ensemble, à pied, ces villages de Bade-Würtenberg: Elsenz,  Neidingen.

    Observer ensemble ces flots mythiques. Dommage ...

    Une Forêt Noire et un fleuve de légende  pour ceux qui éloignés- voire fort éloignés, Leonard vivant à Houston, Texas- se prenaient à rêver autour de ces racines germaniques nouvellement découvertes.

                                           DES VAGUES D'HOMMES

    Mon rêve secret était de  le retrouver, lui, Leonard  pour qu'il me parle plus précisément du D-Day- notamment  de cette eau salée tout aussi mythique.

    Cela restera un rêve....

                                               SA VISITE EN EUROPE

    Après "nos" découvertes de racines, il était effectivement venu en Europe. Pèlerinage en Allemagne et en ..Normandie ! Je n'avais malheureusement pu me déplacer en cette période  pour le rejoindre. Ni le rencontrer en vrai. Dommage. Mille regrets.

    Le vétéran qui avait réellement vécu le Débarquement portait probablement des souvenirs  ultra concrets. Ceux d'une eau froide?  Lorsqu'on a débarqué face au feu de l'ennemi , que garde la mémoire?

    Se souvient-on plutôt de  l'eau (dangereuse) ou de l'air tout aussi dangereux ??

    Une eau bizarre comme le dit à cette heure-ci, 11h26 précises aujourd'hui  le 6 avril 2014 Barack Obama à Colleville-sur-mer, Normandie ...Car faite de "vagues et vagues" d'hommes.

    Leonard  savait la température de l'eau.  Il avait vécu le débarquement  sur la côte. Tout comme les Alliés, Britanniques, Canadiens, Néo-Zélandais, Australiens et autres nations sur d'autres plages.

    C'est son secret qui ne se partage pas. Survivant du carnage. Bloody Omaha.

    A l'époque de nos courriers, les USA entraient  en guerre en Irak. Nous cherchions à comprendre l'actualité. Il évoqua au début le "devoir moral" de son pays d'entrer dans ce conflit.

    Pas d'accord, je répondais que  cela ne règlerait pas forcément les  problèmes posés. Il fut moins assuré ensuite, comme la majorité de ses concitoyens sur ce conflit là.

    Echanges épistolaires passionnants...Notamment des réflexions pas toujours du même avis  sur le rôle de la guerre dans le monde contemporain  toujours à la croisée d'enjeux géostratégiques.

    Au final nous étions  toujours en accord, en union  sur la notion de Paix.

    Une certitude nous réunissait. Le constat que, qu'elle que soit notre opinion, ces problématiques d'entrées en guerre dépassent totalement  les hommes!

    L'histoire fait des pieds de nez aux vies individuelles.

    En l'occurrence, d'origine allemande, le soldat américain Neidinger allait combattre des allemands. Certes  une Allemagne qui avait alors viré de bord.

    Leonard, lui, était forcément plus conscient que tout le monde de ce que "Sacrifice individuel" signifie pour une cause commune- ici la lutte contre le nazisme, donc la liberté.

    Il a survécu. Il a fondé une famille. Graines d'arbres.

    Hommage à Léonard.  Du fond du coeur.

                                                               Sylvie Neidinger

    http://www.lepoint.fr/histoire/en-direct-debarquement-6-juin-1944-13-heures-rommel-quitte-l-allemagne-pour-la-normandie-06-06-2014-1833036_1615.php

  • La ligne éditoriale de ce blog est celle du "vieux couple-franco-suisse

    Imprimer

     

                                         LA  LIGNE EDITORIALE DU BLOG

     

    "dubordduboutdulac"...Ce blog désormais  nommé blog Neidinger par commodité a démarré  le 22 juin 2011 autour d'une réflexion ...transfrontalière.

    Le bord du bout du lac est un lieu indéfin, à la fois en Suisse et en France.  Grand Genève avant l'heure.

    Aujourd'hui, la ligne éditoriale reste la même et traite des deux cotés. Définitivement un blog grand genevois.

    "Le vieux couple franco-suisse                        (article initial du blog)

    Surprise à la lecture des Une de presse, lorsque vous arrivez en genevois. Avec un drôle d'objet médiatique "non identifié" bien  local, du cru : le frontalier, découvert à cette occasion. Jamais entendu parler avant ! Son  statut bizarre et convoité  "tombe" littéralement sur celui qui a l'idée de travailler à Genève. Comme une seconde peau qu'il lui faut endosser de force. Une image qui se plaque.

     Côté français, il est vu comme un chercheur d'or qui aurait trouvé le filon. Côté suisse, un mal à supporter avec patience, juste pour faire tourner l'économie, voire un envahisseur selon le parti politique qui s'exprime.

    Je ne suis moi qu'une simple saute-frontière, une curieuse [donc pas une frontalière stricto senson] hyper observatrice, analytique..

    Profitant de cette arrivée  à proximité  de  la fameuse ligne de séparation entre deux Etats,  je pris l'initiative d'un passe-temps favori nommé : " la chasse aux grand-mères". A savoir: remonter une branche généalogique locale du début XXème siècle.

    Nous ignorions tout de cette Suzanne du cru. Sa réalité dépasse..... l'imagination transfrontalière.

    Elle est fille d'un haut-savoyard de Samoëns et Mieussy ( Joseph Baudet 1820-1877) et d'une vaudoise né à  Morges ( Louise Adèle Dill 1837-1917)

    Des Suisses  tailleurs de pierre venus de Berne, de Vinelz et Nidau précisément  . En fait  toute une lignée protestante  aux noms germaniques.

    Cette ancêtre unit dans mon sang.... Berne,  pays de  Vaud et Haute-Savoie, Suisse et France, bord de lac et haute montagne, catholicisme et protestantisme. Elle fait plonger aux racines de l'Etat civil savoyard avec ses dates extrêmes du XVIème siècle.mcg,frontalier

    Et fait partir l' ascendance du côté bernois vers des archives à  l'écriture gothique pour les recherches en langue suisse allemande.

    Mais où donc vivait cette famille franco-suisse???

    Pile.....à la frontière, bien sûr. Comme négociants d'étoffes à Etrembières, bien placés pour vendre à tout chaland qui franchissait le fameux axe de séparation.

    Finalement, les magnifiques paysages locaux des deux bords  sont aussi mes paysages génétiques !

    Appartenir par le sang aux deux côtés devient carrément une information pétillante d'humour pour une néo-saute-frontière qui l'ignorait....

    Au fait : qu'est ce qu'une frontière sinon un insurmontable problème philosophique?

    Cette ligne invisible relie aussi ce qu'elle sépare. Sépare ce qu'elle unit.

    Oui, le no man's land imaginaire supposé frontal rassemble  côte à côte, ce qu'il différencie dans un rapport de proximité immédiate.

    La meilleure option métaphysique serait de considérer les espaces franco-suisses issus de la coupure axiale comme ....un vieux couple sage.

    Deux individualités qui par leur communauté de vie forment une entité juridique supérieure "pour le meilleur et pour le pire" suivant les termes du contrat conjugal privé.

    Les enfants sont élevés, les disputes pimentent un peu la vie: place au mariage de raison devenu sérénité mature.

    D'ailleurs le vocabulaire témoigne de la connivence : Genève (Suisse) pays... genevois (France).

    Le lac sans le Salève serait comme un soleil sans chaleur...

    Depuis des centaines d'années, la complémentarité territoriale et....mentale régit les inter-relations, au delà des bisbilles de forme.

    De facto. Cette réalité là, personne ni aucun Parti politique ne peut la contester !

                                                                  Sylvie Neidinger            juin 2011


                                                             

                                                                                            

     
  • Le vieux couple franco-suisse

    Imprimer

    Surprise à la lecture des "Une" de presse, lorsque vous arrivez en genevois.

    Avec un drôle d'objet médiatique "non identifié", bien  local, du cru: le frontalier.

    Ce statut bizarre et convoité de "frontalier"   tombe littéralement sur celui qui a l'idée de travailler à Genève. Comme une peau qu'il lui faut endosser de force. Une image qui se plaque.

     Côté français, il est vu comme un chercheur d'or qui aurait trouvé le filon. Côté suisse: un mal à supporter avec patience, juste pour faire tourner l'économie.

    Voire un envahisseur selon le parti politique qui s'exprime.

                                                             ****

    Je ne suis qu'une simple saute-frontière non frontalière au sens professionnel.

    Passion Genève, en fait.

    Profitant de cette arrivée -juste à 500 mètres de  la fameuse  ligne-  je pris l'initiative d'un passe-temps favori nommé : " la chasse aux grand-mères". A savoir: remonter les branches généalogiques dont une  locale.

    Nous igniorions tout de cette Suzanne du cru. Sa réalité dépasse..... l'imagination transfrontalière.

    Elle est fille d'un haut-savoyard de Samoëns et Mieussy (Joseph Baudet 1820-1877) et d'une vaudoise né à  Morges ( Louise Adèle Dill 1837-191 )  suissesse d'une famille de  tailleurs de pierre venus de Berne, Vinelz et Nidau. En fait  toute une lignée germanophone.

    Cette ancêtre unit dans mon sang.... Berne,  pays de  Vaud et Savoie, Suisse et France, bord de lac et haute montagne, catholicisme et protestantisme.

    Elle nous fait plonger aux racines de l'Etat civil savoyard avec ses dates extrêmes du XVIème siècle. Et partir du côté bernois vers l'écriture gothique pour les recherches en langue suisse allemande.

    Mais où donc vivait cette famille franco-suisse au XIème siècle??? Pile.....à la frontière, bien sûr. Comme négociants d'étoffes à Etrembières, bien placés pour vendre à tout chaland qui franchissait le fameux axe de...séparation.

    Finalement, les magnifiques paysages locaux des deux bords  sont aussi mes paysages génétiques !

    Appartenir par le sang aux deux côtés devient carrément une information pétillante d'humour pour un  une néo-saute-frontière qui l'ignorait....

               Ö FRONTIERE QUI UNIT CE QU'ELLE SEPARE ET SEPARE CE QU'ELLE UNIT

     

    Au fait: qu'est ce qu'une frontière sinon un insurmontable problème philosophique ?

    Cette ligne invisible relie aussi ce qu'elle sépare. Sépare ce qu'elle unit.

    Oui, le no man's land imaginaire supposé frontal rassemble  côte à côte, ce qu'il différencie dans un rapport de proximité immédiate.

    La meilleure option métaphysique serait de considérer les espaces franco-suisses issus de la coupure axiale comme ....un vieux couple sage.

    Deux individualités qui par leur communauté de vie forment une entité juridique supérieure "pour le meilleur et pour le pire" suivant les termes du contrat conjugal privé.

    Les enfants sont élevés, les disputes pimentent un peu la vie: place au mariage de raison devenu sérénité mature.

    D'ailleurs le vocabulaire témoigne de la connivence de fait: Genève (Suisse) pays... genevois (France) devenu  en 2012 Grand Genève.

    Le lac sans le Salève serait comme un soleil sans chaleur.

    Depuis des centaines d'années, la complémentarité territoriale et....mentale régit les inter-relations, au delà des bisbilles de forme.

    De facto. Cette réalité là, personne ni aucun Parti politique ne peut la contester !

                                                                                       Sylvie Neidinger

     

     

    rubrique saute-frontière blanc.png