H-Histoire avec un H - Page 8

  • Portalis, Voltaire et le manuscrit des mariages protestants

    Imprimer

    Le manuscrit de la Consultation sur la validité des mariages protestants de France (1770), avec des annotations de la main de Voltaire, a été mis en vente par l'héritier en ligne directe de Jean-Etienne Marie Portalis, le célèbre juriste.

    L'unique descendant Portalis, Cyrille vit  dans l'ouest-varois sur les terres de l'ancêtre fondateur du code civil français  au Château Pradeaux (au paradis! c'est à dire au milieu des mourvèdres de l'appellation Bandol...) Il a du se dessaisir de documents familiaux inestimables que la morsure du Temps mettait en danger.

    Le document concernant les protestants fut acheté par la Cour de Cassation qui a finalement  bien du mal à régler la facture en cette période de disette budgétaire.  Ce qui fait l'objet d'articles:

    http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/04/22/en-pleine-disette-budgetaire-la-cour-de-cassation-s-offre-des-manuscrits-hors-de-prix_4405230_3224.html

    http://www.actualitte.com/bibliotheques/des-manuscrits-de-jean-etienne-marie-portalis-achetes-par-la-cour-de-cassation-49687.htm

    Citation de l'article Johannès du 22 avril 2014 (in  le Monde) :

    "Portalis (1746-1807) a été ministre des cultes de Napoléon, a pris une grande part au Concordat signé avec le pape, et organisé le sacre de l'Empereur. Déjà tout jeune (il est devenu avocat à 19 ans), il s'est fait remarquer par de belles victoires judiciaires contre Beaumarchais ou Mirabeau, et le duc de Choiseul, ministre de Louis XV, lui confie la rédaction d'un plaidoyer en faveur de la tolérance religieuse.(...)

     Portalis a 24 ans lorsqu'il signe en 1770 le fameux manuscrit, Consultation sur la validité des mariages protestants de France, qu'un ami genevois fait porter à Voltaire. Le vieil écrivain de 76 ans annote plaisamment l'ouvrage, et le renvoie au jeune auteur. L'ensemble fait l'objet du lot numéro 5, le clou de la vente, estimé entre 120 000 et 150 000 euros. Une pièce superbe, à la reliure fatiguée et aux pages un peu mangées par le temps, qui contient en fait plusieurs manuscrits et les brouillons du même livre, de la main de Portalis ou de celle de son secrétaire.

    Les notes en marge de Voltaire – les marginalia – ne sont pas toujours très tendres : « vous l'avez déjà dit », « ce mot est inconnu à tous les bons écrivains », « tout le reste est étranger au procès et pourrait être indiqué en deux pages ». Le vieux monsieur plaisante parfois. Portalis écrit doctement, « nos Princes ne veulent qu'une église, qu'un pasteur, qu'un troupeau », Voltaire rajoute « de bœufs ». La lettre d'accompagnement est en revanche très aimable et se conclut par un « Bonsoir, mon très cher philosophe».

     Le texte juridique est  publié. Par exemple: Consultation sur la validité des mariages protestants en France, in Ecrits juridiques et politiques, 1988, p. 193—227.

    Une chose est certaine, un livre d'historien reste à écrire sur ...le principal fondateur du code civil et du concordat:  Jean-Etienne-Marie Portalis !

    Dont le rôle majeur  dans la construction juridique  de la notion de laïcité d'Etat.

                                                                                        Sylvie Neidinger

     

    COMPLEMENT D'INFORMATION  ISSU DU COMMENTAIRE DE JEAN D'HÖTEAUX REINTEGRE A L'ARTICLE:


    Jean d'Hôteaux-"En tapant " Consultation sur la validité des mariages protestants de France " dans un moteur de recherche, je découvre que l'ouvrage de Portalis, daté de 1771, a été digitalisé par Google à la Bibliothèque de la faculté de théologie de L'Eglise Libre de Lausanne et qu'il peut être consulté en ligne. Il ne s'agit bien évidemment pas du manuscrit annoté par Voltaire, mais c'est tout de même un privilège que de pouvoir se mettre dans le contexte de l'époque. Je vais m'empresser de le télécharger sur ma tablette ...

    Dans l'exemplaire en question, on relève l'annotation suivante :

    " devenu rare ... acquis par AAB (de la Biblioth. N. Weiss) 1947 "

    D'autres ouvrages de Jean-Etienne-Marie Portalis, portant sur ses activités de l'époque, peuvent également être consultés en ligne, notamment ceux sur son projet de Code civil".

                                                                         Rubrique #Protestantisme

  • L'Acropole d'Athènes rénové: conférence à la MOM

    Imprimer
    Fin de travaux à .... l'Acropole ! 
     
    Bernard Holtzmann, professeur émérite d'archéologie grecque donne une conférence demain mercredi 16 à Lyon II sur les travaux de l'Acropole d'Athènes. archéologie,athènes,acropole,mom,lyon ii,bernard holtzmannjean pouilloux

    Elle est donnée à la MOM, l'excellente Maison de l'Orient et de la Méditerranée  dans le cadre du cycle Jean Pouilloux :

    "Depuis 1975, l’Acropole est entrée dans une phase intensive de travaux qui s’approche aujourd’hui de son terme : les trois grands bâtiments classiques en marbre ont été restaurés, les milliers de fragments épars sur le plateau et sur ses pentes inventoriés, les murailles étudiées systématiquement pour la première fois. Il en résulte une connaissance renouvelée de ce site majeur de la civilisation grecque qu’atteste le regain des études le concernant. Bien des idées reçues s’en trouvent remises en cause.

    En outre, la création en contre-bas du sanctuaire d’un nouveau musée, dix fois plus grand que l’ancien lové dans un recoin du rocher, a permis de présenter les œuvres d’art célèbres découvertes lors de la fouille des sanctuaires du plateau et des pentes dans un environnement original et spectaculaire qui les met mieux en valeur."


    A savoir, un architecte franco-suisse Bernard Tschumi est à l'origine de  nouveau musée de l'Acropole, construit entre 2003 et 2009 avec le grec  Michalis Fotiadis
    Pour les amoureux de la Grèce antique et du site contemporain...

                                                            Sylvie Neidinger
     
                                                                                                                                   archéologie,athènes,acropole,mom,lyon ii,bernard holtzmannjean pouilloux
     
    A 18 heures, au grand amphithéâtre Lumière Lyon 2.

    Les conférences de la MOM sont souvent disponibles en podcast
     
     



    Crédits Images/capture d'écran/site web/ MOM

  • Google map, cartographie: la Crimée

    Imprimer

    Intéressant débat d'Histoire sur " les mots avec lesquels on décrit les faits historiques".

    Les exemples sont nombreux de la difficulté, la diversité  à décrire le réel:

    -Golfe persique ou golfe arabe?

    - Palestine ou  Territoires occupés (langage ONU du droit international) ou Judée-Samarie?

    etc.

    Le solution semble-il serait de signaler les deux appellations ? Le cas est rare.

    Petit détail découvert : le site bigbrowser vient de constater que le site américain google map rattache   la Crimée à la Russie dans sa version pour les usagers russes 

    crimée,ukraine,cartographie,google map,russie,histoire,écrire l'histoire,rome,carthage

    Aujourd'hui le net garde trace de tout. Ici le choix de Google map est  un  angle nouveau sur la lecture des événements.

    Va-t-on  donc assister à une bataille de vocabulaire et de ... cartes ?       

                                                                                         

    Sylvie Neidinger

     

     

     

     

     

     

    SUITE

    http://www.lepoint.fr/monde/ukraine-la-cia-en-sous-main-05-05-2014-1819233_24.php

    Aout 2020

    https://www.rfi.fr/fr/europe/20200810-territoires-disput%C3%A9s-crim%C3%A9e-histoire-russie-ukraine

     

     

     

    Crédits Images: capture d'écran BigBrowser.

  • Tremblement de terre et...Tsunami sur Léman (an 563)

    Imprimer

    Le tremblement de terre, magnitude 5 subi hier dans la zone sud-est de la France à 21h27(épicentre à Barcelonnette, Alpes de Haute Provence)  à 300 km de Genève témoigne d'une activité sismique certaine qui touche légèrement la Suisse, comme cette carte sismique récente  ne le prouve: intensité 1 et 2.

    Capture.GIF

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Cf: la carte  de RéNasS, le réseau qui étudie la sismicité en temps réel.

    Cet événement tellurique qui prouve que "cela arrive"  est l'occasion de rappeler d'autres typologies de  phénomènes catastrophiques.

                  TSUNAMI  SUR LAUSANNE ET GENEVE

    Il ne s'agit pas d'affoler. Juste de dire que cela s'est déjà passé Genève. Les rives lémaniques ont subi en 563 les ravages d'un tsunami meurtrier. Alors qu'il s'agit d'un lac, soit une étendue d'eau fermée et non de mer ou d'océan.

    Le scénario de la catastrophe et de sa découverte  par les géologues de l'Université de Genève lors de sondages des sédiments fut publié en 2012 dans Nature Geoscience.

    Katrina Kremer, Guy Simpson et Stéphanie Girardclos spécialisés  en limnogéologie (étude des sédiments lacustres) ont eu la-bonne-idée d'analyser les sédiments de la partie la plus profonde du plus grand lac naturel de l'Europe de l'Ouest.

    Deux récits historiques évoquent le  raz-de-marée dénommé Tauredunum.(dénomination de la montagne valaisane effrondrée, un pan du Grammont?)tremblement de terre,limnogéologie,renass,tsunami,unige,katrina kremer,guy simpson,stéphanie girardclos,éboulement

    Villages dévastés, pont de Genève emporté : "deux historiens contemporains de l’événement ont raconté la catastrophe. Le premier s’appelle Marius. Cet évêque d’Avenches a rédigé une chronique en latin, dans laquelle il évoque cet accident: «La grande montagne du Tauredunum, dans le diocèse du Valais, s’écroula si brusquement qu’elle écrasa une ville qui était proche, des villages et, en même temps, tous leurs habitants. Sa chute mit aussi en mouvement tout le lac qui, sortant de ses deux rives, détruisit des villages très anciens avec hommes et bétail. Le lac démolit même beaucoup d’églises, avec ceux qui les desservaient. Enfin, il emporta dans sa violence le pont de Genève, les moulins et les hommes et, entrant dans la cité de Genève, il en tua beaucoup.»

    EBOULEMENT

    Attention la vague meurtrière de 13 mètres (!) à Lausanne, 8 mètres à Genève 70 mn plus tard, ne fut pas liée à un tremblement de terre mais à un éboulement généré en Valais, à 70 km de Genève à l'embouchure du Rhône dans le lac.

    Une masse sédimentaire considérable s'étend sur 10 km de long, 5 de large, 5 mètres d'épaisseur ( soit 250 millions de mètres cubes!) au plus profond des eaux.

    La science a confirmé le récit historique.

    En terme de catastrophe naturelle en zone lémanique, l'impensable a déjà eu lieu !

     

                                                Sylvie Neidinger

    Crédits Images: capture d'écran site RénasS

  • En Crimée, l'émigration des... moutons genevois à Novoi Lancy et Genevka

    Imprimer

     En cette période de forte mutation  pour la Crimée, un petit rappel des liens historiques avec Genève.

    Novoï Lancy en mer noire: La nouvelle Lancy ....grâce à Charle-René Pictet de Rochemont (1787-1856). Son métier: éleveur  diplomate !

    geneve,crimée,mouton,pictet de rochemont,novoï lancy

    A 20 ans, le fils de Charles Pictet (lui-même agronome et député de Genève) est envoyé à Odessa  pour installer sur de vastes terres en concession un élevage de mouton analogue -mais à plus grand échelle!- à l'élevage familial sis  à Lancy. L'idée est d'éloigner ce jeune homme de la conscription obligatoire....

    geneve,crimée,odessa,neydens,mouton,novoï lancy,genevka,pictet de rochemontLes Pictet à Lancy? Adelaide Sara de Rochemont mariée à Charles Pictet y achète vers 1798 la propriété Lullin, 50 hectares.

    De la verdure de bord de Rhône pour lancer l'élevage du mérinos. Et ensuite, en terres lointaines.

     

    A l'époque, Odessa intéresse au plus haut point genevois et vaudois. Après François Lefort (qui modernise la Russie de Pierre Le Grand) Les cousins de la Harpe furent conseillers de Paul 1er, pour étendre la Nouvelle Russie du Tsar en direction de la Crimée au détriment d'Empire Ottoman.

      PRODUIT COMMERCIAL VISE: LA LAINE POUR UNIFORMES MILITAIRES

    Charles Pictet  ami d'école de Frédéric César de la Harpe, alors précepteur des enfants de Paul 1er obtint du Tsar par cette relation privilégiée ... 28 000 hectares baptisés  Novoï Lancy pour  production de laine mérinos.

    Une matière première si nécessaire pour les uniformes militaires de toutes ces armées d'Europe qui engagent du soldat en nombre. A commencer par la napoléonienne...A noter, un autre célèbre genevois, Gallatin cousin de Rochemont, avait également fait fortune en vendant sa laine aux armées avant de partir s'installer en Amérique.

    archivesfamillepictet.ch/bibliographie/documents/Charles Rene-Pictet_de_Rochemont.pdf

    Ces gentlemen-farmers capitalistes  pratiquent  la sélection vétérinaire. Elle  est déjà  à l'ordre du jour en cette fin du XVIIIème siècle. Les béliers genevois proviennent de la bergerie impériale de Rambouillet.

    Le croisement se pratique pour le produit fini suivant:  la meilleure mérinos possible.

    Dans un courrier, Pictet fils  évoque un « établissement de croisements pour l’amélioration des laines ». Moderne, il entend créer une filière économique complète pour exporter les laines,  fabriquer des lainages, une école d’agriculture "sur le modèle du célèbre institut de Hofwyl fondé par son ami le Bernois Philippe Emmanuel de Fellenberg", une école de bergers etc. Il ne réussira pas à mettre tout le programme sur pied.

    Envoyé en mission exploratoire, Charles-René revient à Lancy et convainc son père de la viabilité d'une telle expédition :  "A son retour à Genève, à la fin de septembre 1808, son père,
    convaincu par son rapport et les conseils du duc, entreprend aussitôt les démarches
    nécessaires à l’exécution de son projet : octroi d’une concession de terres et de facilités
    financières, obtention d’un permis pour exporter son troupeau, organisation de son
    déplacement à travers l’Allemagne, recrutement de bergers, construction de bergeries pour abriter les bêtes, constitution de provisions de fourrage pour le premier hiver, etc"

    Concrètement 850 moutons genevois sont exportés. Problème la guerre menace entre France et Autriche et handicap le projet . " Bien que la caravane, partie de Lancy le 1er juin, soit arrivée à sa destination le 2 novembre 1809, après avoir fait un grand détour pour éviter les zones de combats, Pictet attendra encore un an avant de recevoir les 80.000 roubles, solde du prêt  convenu de 100.000 roubles. Ce manque de fonds, qui limite l’achat sur place de milliers de brebis indigènes pour les premiers croisements, entravera les débuts de l’établissement, appelé  Novoi Lancy"(p 3)

    Ensuite il y passe  cinq ans d'une vie de partie de chasse, en compagnie  sur place d'une micro-société francophone dont la genevoise.

                                        NOVOI LANCY ET GENEVKA !

     Deux autres genevois, d'Espine et Revilliod,  à l'exemple de Pictet obtiennent en 1811 l'autorisation de créer un "établissement de croisement" qu'ils baptiseront Genevka, la petite Genève près d'Odessa!

    Charles René en fera l’acquisition en 1825.

    Comment s'est terminée l'aventure ?

    "Les bergeries d’Odessa continuent certes à occuper Charles-René de loin car, comme Richelieu d’ailleurs, il ne retournera jamais sur les rives de la mer Noire.

    L’établissement continue à connaître, malgré la paix revenue, beaucoup de difficultés.

    Son histoire et celle de sa liquidation reste à  écrire.

    En 1816, son père avait vendu la moitié de Novoï Lancy, Belair et Visirofka, à ses
    deux neveux Jean-Gabriel Eynard et Jacob Beaumont, chacun pour un quart.

    La surface du domaine dépassait alors 13.110 ha. Pictet de Rochemont étant décédé en 1824, Charles René, seul, profitant peut-être d’une embellie de la conjoncture, achètera le 7 septembre 1825 à Jean d’Espine et Léonard Revilliod leur établissement de Genevka (Petite Genève), d’un peu plus de 15.000 hectares, avec son cheptel fort d’environ 7000 moutons de la race d’Espagne. Le prix convenu s’élève à 160.000 roubles faisant 346.000 florins. Les trois Genevois sont  maintenant à la tête de 28.000 ha, peuplés, selon un bilan établi le 31 décembre 1826, de 24.000 béliers et brebis, 820 bovins et 252 chevaux."

     

    geneve,crimée,mouton,novoï lancy,genevka,pictet de rochemont

    Dans la fin de sa vie, Charles-René siègera au Conseil Représentatif, le parlement genevois, de 1825 à 1841. Il sera maire de Lancy de 1827 à 1833 avant de se fixer au bord du lac à Prégny où il construira  en 1835 Rive-Belle. Son existence sera dorénavant celle d’un rentier aisé, bien oisive. Il décède en 1856. Ses enfants liquideront leurs parts criméennes.

    Informations tirées des documents disponibles de la Fondation des archives de la famille Pictet

    La famille Pictet, protestante, est originaire de Neydens en genevois.


    www.archivesfamillepictet.ch

                                                                                                   Sylvie Neidinger

     

    Crédits Images/Captures d'écran/site web/archivesfamillepictet.ch

     

  • Le Printemps n'est pas Arabe

    Imprimer

    En s'immolant le 4 janvier 2011, le jeune Bouazizi, vendeur ambulant tunisien de 26 ans a lancé une onde de choc historique. Qualifiées au départ d'un nom fleuri odorant (révolution jasmin) les émeutes très "Indignées" puis l'ensemble du domino sont nommés "printemps arabe".

    Qui a désigné ainsi en premier ? Quel organisme? Quel média? L'histoire ne le dit pas encore.

    *Printemps :

    Cette appellation fait référence aux Printemps des peuples,  milieu du XIXème siècle. 1848 plus exactement (1848, l'année de la Constitution Fédérale Suisse d'ailleurs) Quand, en Europe, les systèmes politiques anciens sont secoués.On parle aussi du  Printemps de Prague, en Tchécoslovaquie . 1968, six mois de réformes avant une reprise en main. Dans une confrontation Est-Ouest.(détail intéressant à souligner...) Dans le cas de 2011,  la dénomination saisonnière  n'est pas exacte.

                                                 HIVER ARABE

    Monseigneur Al Raï, nouveau patriarche maronite, lorsqu'il vient en France en septembre  2011 pour rencontrer le Président de la république Sarkozy parle pour la toute première fois d'hiver, alors que c'est déjà très politiquement incorrect.

    Il  comprend dès le départ  combien ces événements ne sont pas de bon augure pour le Proche-Orient. Il tient un discours décalé qui ne plait pas en occident. Sa position  est partagée par diverses autorités religieuses chrétiennes orientales. Dont les orthodoxes, majoritaires. A Marseille dans son homélie à Notre Dame du Liban, le prélat  libanais parle effectivement d'hiver en rappelant que chrétiens et musulmans vivent traditionnellement en bonne cohabitation.

    Que des puissances... externes viennent diviser les peuples. Il ne précise pas lesquelles. Divisions? On pense à la période coloniale à du XIXème siècle. Et la période...indirectement coloniale actuelle. Néo-coloniale, exactement. Il avait parfaitement raison. Le temps qui a passé de 2011 à 2014 en a fait la démonstration.

    Le changement en cours doit se renommer  la "révolution islamiste" (pas islamique: attention à la nuance. L'islamisme étant  la radicalité politique)  Plus exactement la révolution islamiste inscrite dans une néo guerre froide (cf d'autres articles suivront pour préciser)

    Les régimes arabes laïcs, nationalistes, souvent "socialistes" au pouvoir depuis les Indépendances sont dans le viseur. Régimes devenus "politiquement démodés, pour l'occident et les états islamistes".(Turquie et Golfe) Et pour certaines populations en attente d'amélioration de leur sort économique.(Le président Ben Ali de Tunisie était d'ailleurs membre de l'Internationale Socialiste et proche à ce titre du Parti Socialiste français à l'époque)

    Cette révolution nommée "printemps arabe" voit les chrétiens coptes tués en Egypte, en  Libye, leurs lieux de cultes incendiés. Les syriens chrétiens - mais aussi tous les autres, sunnites et chiites -subissent la pression  incroyable de l'internationale jihadiste  venue de partout, d'Irak, de Tchétchénie, Tunisie, de Belgique, d'Angleterre, des USA, du Golfe, d'Arabie Saoudite.....

    Avec la bénédiction des occidentaux au démarrage. Beaucoup de mansuétude, avant que les autorités  ne s'aperçoivent de leur erreur ...

    Jusqu'aux ados lycéens de 15 ans  de France, bien chauffés par les médias spécifiques (Al Djézira) et les médias sociaux  qui  partent se sacrifier pour " tuer du syrien" ! (Des parents vont porter plainte pour comprendre comment des mineurs ont pu quitter le territoire sous Hollande) 

    Jusqu'à des femmes françaises jihadistes pour Al Nosra, parties en famille avec mari et enfants.

    Une internationale sombre qui vient pour tuer les syriens  dans leur propre pays. Parce que selon eux....ils  ont  l'impudence de ne pas appliquer leur charia importée.Ils importent leur  moyen-âge mental inconnu de cette contrée proche-orientale ouverte car multi-confessionnelle!

    *Arabe.

    Cette terminologie ne convient pas du tout à la lecture des événements en cours.

    Oui: la révolution  a bien lieu dans les pays dits arabes, donc arabophones.

    Non,  elle ne concerne pas la notion d'arabité !

    Le Printemps Arabe est  anti-arabe. Carrément son anti-thèse: une vision extrême et intégriste de l'islam, installée avec la complicité des pays cités plus haut.

    En effet. Si tous les musulmans ne sont pas arabes (l'Indonésie....) tous les arabes ne sont pas musulmans. Bien évidemment tous les musulmans ne sont pas jihadistes ni intégristes. Et tous les syriens ne sont pas arabes (Tcherkess etc..)

    La population syrienne est sunnite à 85%. Sur place, combien de syriens sunnites ne sont  pas d'accord avec ces rebelles ou Daech ou EIIL qui viennent  pour imposer  une charia type saoudienne?Des coupeurs de têtes et mangeurs de foies humains, égorgeurs  au prétexte d'imposer  leur façon unique de penser le rapport à l'au-delà, de prier.

      L'ARABITE, CETTE TRANSVERSALE, REMPLACEE PAR L'ISLAMISME

    L'arabité est bien une identité ethno-culturelle, linguistique  voire politique. Après les indépendances, cette notion a fonctionné comme dénominateur commun. Une transversale qui  cherchait à unir le monde arabe au delà des frontières nationales: le pan-arabisme. Elle reposait sur une origine géographique sémite/péninsule arabique/moyen-orient mais pas sur une ligne religieuse.

    Les Etats-Nations laïcs et souvent militaires intervenaient d'ailleurs  politiquement au sein de la Ligue Arabe laquelle est   devenue inaudible aujourd'hui. En coma dépassé. Au profit des pétro-monarchies  du golfe, intégristes: wahabites, "frères" qui  mènent les opérations, financent.

    Aujourd'hui on arrive dans le cadre de cette guerre à une horreur sociétale au sens proche-oriental: des conflits confessionnels dans cet univers pluriel par essence.

    Avant cet "hiver arabe" les individus  se définissaient comme égyptiens, libanais, syriens dans le cadre des Etats-Nations (certes toujours communautaires car c'est la base de ces sociétés orientales) Désormais,  "on" qualifie d'emblée les gens par leur appartenance communautaire. Une véritable régression que cette mise en avant. Un émiettement. Diviser pour régner. Rappel. En Syrie,depuis des dizaines d'années, la mention de l'appartenance religieuse a disparu des cartes d'identité.

    Monseigneur Al Raï  et d'autres  connaisseurs du proche-orient, le vrai - pas la représentation médiatique occidentale qui en est faite ! - avaient effectivement lu les événements en ce sens par avance.

    Toutes les ethno-communautés  sont concernées,  pas spécifiquement les chrétiens.... druzes , ismaélites,  orthodoxes, sunnites, grecs melkites, alaouites, maronites, coptes, chiites, kurdes, tcherkess,  arméniens etc.

    Le "Printemps arabe" en cours n'est donc pas  du registre de l'arabité mais celui de la guerre religieuse. Avec la bénédiction de l'occident qui entend en tirer profit.Un réel  qui   se croise en plus  à une confrontation est-ouest pour une prise de possession géo-stratégique...

    Ce n'est  pas un printemps. Il est encore moins arabe.

                                                                Sylvie Neidinger

    Suite 

    *La NED, outil mis en place par  R Reagan http://www.monde-diplomatique.fr/2007/07/CALVO_OSPINA/14911

    * Complément d'info /islamisme. La Syrie est aussi, traditionnellement  terre agricole (Hauran etc...). Les femmes musulmanes qui travaillent dans les champs de blé par exemple  ne pratiquent pas la séparation intégriste radicale entre hommes et femmes. Ces villageois vivent suivant des règles plus souples.

    On entend dire sur place que les populations syriennes actuellement soumises au  joug des fous de dieu  de l'internationale  jihadiste se révoltent. N'acceptent pas ces diktats prônés chez eux par des étrangers prédateurs. Elles les combattent désormais. 

                                                             Rubrique SURYA

  • Hautecombe, la Maison de Savoie et le souvenir

    Imprimer

    Rubrique Histoire. La Maison de Savoie se réunissait samedi dernier pour une messe commémorative  en l'abbaye de Hautecombe pour honorer le 31ème anniversaire du décès de Humbert II, roi d'Italie.savoie blog.GIF

    En présence de la famille royale: le prince Victor-Emmanuel de Savoie, son épouse la princesse Marina, leur fils le prince Emmanuel Philibert, prince de Venise et de Piémont.

    abbaye de hautecombe,maison de savoie,humbert ii

    Une  cérémonie qui a dépassé un simple hommage familial, intime.

    Elle surgit du passé avec la présence en ce 15 mars 2014 de... tous les  ordres dynastiques de la Maison de Savoie lors de cette messe célébrée par Monseigneur Ballot, archevêque de Chambéry: les ordres dits " avec ou sans manteau", au Mérite ou des Saints Maurice et Lazare.

    Hautecombe, la nécropole des Princes de Savoie est sise sur la rive ouest du lac du Bourget.abbaye de hautecombe,73,savoie;maison de savoie,humbert ii

    Un site très visité. Pour sa grange batelière du XIIème siècle (classée)  et son église abbatiale en style gothique troubadour.

    Cérémonial royal pas mort.

     

                                Sylvie Neidinger

    abbaye de hautecombe,maison de savoie,humbert ii

    (crédit images/photo  capture d'écran DL et site touristique Savoie Montblanc)







    Crédits Images/captures d'écran/site web/Savoie Mont blanc tourisme et Dauphiné Libéré.com

  • Les 26 généraux suisses de Bonaparte

    Imprimer

    Les 7ème journées d'études napoléoniennes se réunissent à Morges le 8 mars prochain. 

    Le rendez-vous annuel toujours très couru par historiens et amateurs passionnés est organisé par la délégation suisse du Souvenir napoléonien avec la collaboration de la Société d'histoire de la Côte, de l'Association de amis du Musée militaire vaudois, les Amis du château de Penthes.

    Cette année sera consacrée aux généraux suisses par Alain Pigeard

    "La Suisse a fourni 26 généraux à Napoléon qui servirent sous la Révolution, le Directoire, le Consulat et l’Empire. Parmi eux se trouvent des noms de grandes familles suisses qui sont attachées à l’histoire militaire de ce pays. Les deux personnalités les plus marquantes et les plus discutées sont Jomini et Reynier qui feront l’objet de deux analyses plus détaillées. Le premier est célèbre, d’un point de vue napoléonien, pour avoir abandonné son service dans l’armée française; le second pour l’avoir servi fidèlement jusqu’à sa mort prématurée.

    Alain Pigeard est l’actuel président du Souvenir napoléonien. Juriste de formation et docteur en droit, il a enseigné cette matière pendant trente ans. Il a également étudié l’histoire et soutenu sa thèse à Paris-IV Sorbonne. Il est l’auteur de plus de cinquante titres en histoire militaire sur la période napoléonienne dont le Dictionnaire de la Grande Armée, le Dictionnaire des Batailles de Napoléon, la Garde impériale, l’Armée de Napoléon, etc. Conférencier, guide historique et créateur de la reconstitution militaire napoléonienne en France.

    Les conférences feront l’objet d’une publication en 2015. La publication relative à la Journée 2013 Napoléon III, visionnaire de son temps sera disponible cette année 2014.

    Rens : souvenir napoléonien Château de Morges

     

  • Archiver quoi ? Le court-métrage de Caroline Cuénod aux AEG

    Imprimer

    En cette toute dernière limite de 2013, se pose pour chacun d'entre nous le problème du tri des documents. Qu'allons nous conserver de nos petites vies ou jeter?caroline cuénod,court-métrage,aeg,archives etat geneve

    Le document en question passant alors soit en statut de détritus soit d'élément valorisable. Cruel dilemme, destinée opposée.

    caroline cuénod,court-métrage,aeg,archives etat geneveLes Archives d'Etat  ont ce souci mais démultiplié  à millions.

    Une  réalisatrice suisse Caroline Cuénod, a posé son regard à la fois hyper  professionnel et sensible sur les Archives d'Etat de Genève.

    Le  documentaire, produit par les AEG  se nomme Pièce à rêverie & autres convictions (visionner)

      Née à Nyon en 1980, elle   semble fort à l'aise dans son sujet. La jeune cinéaste étant historienne de formation  avec sa licence en histoire sur  la justice pénale au 18ème siècle ( 2006)

    caroline cuénod,court-métrage,aeg,archives etat geneveJustice, procès: grande source des Archives.

    "Archive détruite= secret gardé...."

    Rêverie originale que cette approche d'une double spécialiste à la fois de la caméra et du document d'archive.

    Avec  une sensibilité de femme, scénarisée qui transforme  un objet visuel... en formidable "courte-fiction", originale.

    Sympathique voyage au coeur de la "mémoire collective"dont la réalisatrice souligne les enjeux : de la sélection, des méthodes de conservation, autour du fil conducteur d'une lettre de sa ...grand-mère malheureusement détruite!

    Mémoire institutionnelle de l'Etat  en mètres cubes distribuée autour de 5 bâtiments en ville. Sans compter les archives privées.
    Une guerre contre la moisissure,  la rouille de l'agrafe aussi !

     Ce  docu  est bien agréable, simple d'accès,  sans morgue intellectualiste déplacée. Pas ennuyeux comme pourtant de sujet (.....les archives !) ne  pourrait le supposer.

    Sur une musique originale de Gregorio Zénon.

    Bonne idée surtout de la part de ceux qui  ont donné carte blanche et financements à cette réalisatrice helvète!

    La suite: la construction d'un hôtel de Archives qui centralisera les tonnes de documents dispersés en ville??? Le documentaire évoque la nécessité d'un tel bâtiment unique.

    Caroline Cuénod l'affirme : "archives et déchets sont issus du même processus au cour duquel on sélectionne ce qu'il faut garder. Ils sont   deux cousins d 'une même histoire de  la mémoire et de l'identité." 

    Deux cousins qui n'ont pas du tout la même chance, tout de même !

                                                                                                                         Sylvie Neidinger

     

    Post-suite.

    *Je me souviens d'une discussion passionnante avec un archiviste d'un des 5 services genevois AEG sur les supports de conservation dont les normes peuvent évoluer et devenir obsolètes, rendant inutile tout  travail faramineux de passage à un autre support ( ex: vieilles cassettes vidéo ou CD rom qui vieillissent mal ou certains supports illisibles aujourd'hui)

    *Conserver les papiers tels quels semble plus facile.....

    *Aujourd'hui toutefois  la numérisation  semble enfin la bonne technologie. Des secteurs entiers sont en cours de numérisation:

    Retrait des registres de l'Eglise protestante de Genève pour numérisation et restauration, 2013-2015  en savoir plus...

    Numérisation du cadastre genevois, dit « Cadastre Dufour » (1843-1855) : retrait des registres en octobre 2013 en savoir plus...

    *Autre problématique sur la notion de conservation...Genève ville internationale possède des archives des institutions internationales devenues "locales" dès lors qu'elles... croisent la vie de la Ville, de l'Etat de Genève. Mais pas les archives de ces Institutions, évidement.

    Question:  ces institutions ( ONU, Croix-Rouge....) tiennent-elles bien leurs propres archives ? Dans le cas contraire, des pans entiers de la Genève internationale n'auront aucune visibilité dans le temps futur.

    caroline cuénod,court-métrage,aeg,archives etat geneve

     

     

     

  • Pétards ! C'est l'Escalade...

    Imprimer

    Grand cortège historique, à Genève dimanche de 17h à 2Oh30.

    escalade 001.jpgescalade jj 001.jpg

    "Cé qué lainô, le Maître dé bataille

    Que se moque et se ri dé canaille,

    A bin fai vi, pé on desande nai,

    Qu'il étivé patron dé Genevoi.

    I son vegnule doze de Desanbro

    I'é onnai asse naire que d'ancro;

    Y érivé l'an mil si san et dou

    Qu'i veniron parla on pour troi tou.

    Dedian s man il y tin la victoire,

    Alui solet en démure la gloire;

    A ton zamai son Sain Non sai begni

    Amen, Amen, ainsi soit-y"...

     80 000 participants attendus...

    Programme complet des festivités genevoises 2013 sur www.1602.ch

    geneve,fete de l'escalade,cé qu'è lainô,compagnie de 1602

     

    geneve,fete de l'escalade,cé qu'è lainô,compagnie de 1602

    geneve,fete de l'escalade,cé qu'è lainô,compagnie de 1602

  • Zigeuner, l'extermination tsigane

    Imprimer

    Intitulé "Tsiganes, l'autre génocide" un documentaire (certes  de 2011) est  passé sur la Cinq aujourd'hui  vendredi 13 décembre 2013. Mais à une heure du matin en semaine. Soit un horaire où très peu sont devant leurs écrans.

    L'extrême marginalisation de "zigeuner" fait.... qu'on ne sait toujours rien ou peu de leur histoire récente sous les nazis.

    la cing,ziganeur,déportation tzigane,éliminationCar, en marge   des témoignages désormais bien connus sur l'extermination du peuple juif et la Geste de la résistance, le grand public, non tsigane  avait très  peu  entendu parler de cet autre génocide.

    Tuerie de populations  intra-européennes ancestrales de langue allemande, française  italienne,  romani et autres.

    Populations qui sont depuis toujours une partie du corps social local. Mais si dans une diversité ethnique -documentée depuis le moyen-âge!- qui les a rendus éternels parias...

                                                PARDON TARDIF DE L'ALLEMAGNE

    Génocide tsigane qui émerge très récemment seulement les limbes de l'oubli.

    Il faut attendre l'année 2011 seulement pour que le Parlement allemand ne demande pardon à un seul au nom de tous les autres !!!

    L'Europe n'a pas encore  engagé de travail collectif de mémoire sur les manouches  sur ce thème terrible de la destruction de masse des gens qu'une norme folle a désignés comme différents donc à supprimer.

    Le travail de recherche historique sur le sort des populations tsiganes  commence seulement.

    Or, des documents existent. Le film sorti il y a  deux ans en donne à voir une foultitude: des inédits.

    PARIAS CULTURELS ENCORE EN 2013 CAR TOUJOURS EN MARGE

    Les témoignages  directs du génocide tsigane existent.

    Il suffisait de les recueillir. Ce qu'ont fait les deux réalisatrices.   Elles ont donné la parole à des personnages forts, qui racontent, tatoués, portant sur leur peau leur numéro de camp.

    Comme ce témoin  qui a subi, enfant, les expérimentations du docteur Mengele et qui évoque les faits avec une bonhommie et joie de vivre puissants. Derrière les témoignages, les faits immondes.la cing,ziganeur,déportation tzigane,élimination

    Incompréhension par exemple   de ces hommes, des zigeuner allemands qui avaient porté l'uniforme de leur pays et puis ont été internés du jour au lendemain par voie de  destruction humaine programmée !

    Il suffisait qu'un regard se pose sur cette population interne aux pays, certes paria mais présente depuis ...toujours  en  Autriche ( tous disparus dans ce pays dans cet anéantissement ) Allemagne, Italie,  France etc...pour comprendre.

    (Yéniches de langue allemande, le hoch deutsch) et autres Rroms...

     

    Film édifiant. Mémoire des déportations zigeuner re-surgie par les réalisatrices  Juliette Jourdan et  Idith Bloch.

    Il suffisait de tendre le micro et poser les caméras. Les victimes  de la barbarie, les enfants qui ont survécu  ne demandaient qu'à s'exprimer !

    Ces populations portent la nationalité des pays d'arrestation, pays leurs ancêtres.

    Elles  ont du attendre 70 ans pour que le calvaire soit exprimé. En 2013,  dans une émission du milieu de la nuit !

    Tsigane: une population toujours en marge. La Cinq a bizarrement choisi comme jour de diffusion une date marginale le vendredi 13 de 2013 à une heure du matin!!(ils ont évité 3 heures cela aurait pu se faire..)

      Fortement conseillé en tous cas de le voir ou revoir en replay si disponible. Sinon, il est édité.

    Ce film  devrait même être en  accès permanent, comme patrimoine européen  basique à ne jamais oublier.

    Cette catastrophe invisible de leur destruction émerge bien tardivement à la conscience européenne.

    Une diversité ethnographique oubliée, mais  nôtredepuis toujours.

                                                                                                                         Sylvie Neidinger

    Reconnaissance tardive :

    Le 27 janvier  2011 au Parlement allemand de  Berlin, les excuses politiques officielles auprès d'un seul tsigane hollandais, au nom de tous les autres

    Tsiganes et Hitler toujours dans le discours politique contemporain: !

    2013/12/16/propos-sur-hitler-et-les-tsiganes-le-maire-de-cholet-au-tribunal-le-23-janvier

    JPEG - 1.8 Mo

    Auteur : Henriette Asséo, Idit Bloch et Juliette Jourdan

    Production : Kuiv Productions, Mémoire Magnétique en partenariat avec France Télévision et Région Ile de france / Marie-Hélène Ranc et Mark Edwards

    Distribution : Kuiv Productions

    contact@kuiv.com

                                                                                    

    Une femme tzigane allemande, témoin très intéressant  est devenue peintre. Elle a exprimé son vécu dans un rendu artistique curieusement proche de ...Chagall.

    la cing,ziganeur,déportation tzigane,élimination

     

    crédits images/captures d'écrans webla cing,ziganeur,déportation tzigane,élimination

  • Les blogs de chercheurs scientifiques: eux aussi veulent une identité numérique!

    Imprimer

    A cette heure-ci se tient un colloque fort intéressant à Lyon 2, au sein de la MOM Maison de l'Orient et de la Méditerranée centre de recherche historique de forte renommée.

    Quand les scientifiques eux-aussi ressentent la nécessité de bloguer !

    De se construire une identité numérique.mom,blog de chercheur,cnrs,fmsh,cléo,ifpo,laboratoire archéorient,jean pouilloux

    Je n'ai malheureusement pu me rendre à Lyon. Importerai sous cet article de futures informations si on peut en disposer ultérieurement.

               Sylvie Neidinger

    Htag de la journée:#idnum2013

     LE PROGRAMME :

    9h35-10h05 -Médias sociaux et outils numériques pour la recherche : panorama et bonnes pratiques Par Nicolas de Lavergne, responsable communication et innovation numériques à la FMSH (Fondation Maison des sciences de l’homme) Paris

     10h05-10h25-Archives ouvertes et identité numérique Par Agnès Magron, Community Manager, et Bénédicte Kuntziger, Assistance et formation sur les plateformes du CCSD (centre pour la communication scientifique directe), Villeurbanne

     10h25-10h45_Academia.edu ou l’utilité d’un réseau social scientifique pour un chercheurPar Christophe Benech, chercheur CNRS, laboratoire Archéorient - MSH MOM, Lyon

     11h20-11h40 Le canon à idées : les carnets de recherche comme outil de mise en visibilité de la recherche
    Par Pierre Mounier, directeur adjoint du Cléo (Centre pour l’édition électronique ouverte), Paris

     11h40-12h15-Le carnet de recherche : pour qui, pourquoi ?

     Débat animé par Pierre Mounier. Présentation de plusieurs carnets, 5 minutes chacun :

    + Biblindex : un carnet d’ANR, par Laurence Mellerin, laboratoire HiSoMA, MSH MOM.

    + Klinai : un carnet de doctorant, par Fabien Bièvre-Perrin, doctorant à l’université Lumière Lyon 2, laboratoire IRAA - MSH MOM, et Ariane Huteau, doctorante à l’université Paris I Panthéon-Sorbonne, laboratoire Trajectoires – MAE, Nanterre

    + ArchéOrient - Le Blog : un carnet de laboratoire, par Emmanuelle Vila, directrice du laboratoire Archéorient – MSH MOM, Lyon

    + Les carnets de l’Ifpo : un carnet de l’Institut Français du Proche Orient, Beyrouth, par Thierry Buquet, responsable-médiateur des ressources électroniques de l’Ifpo, Beyrouth

     12h15-12h35Qu’apportent les réseaux sociaux pour la communication d’un laboratoire ?

     Réflexions à partir de l’expérience de l’Ifpo, par Thierry Buquet.

     

    COMPTE RENDU

    - séance complète enregistrée en brut sur pod cast:

    http://www.univ-lyon2.fr/culture-savoirs/podcasts/identite-numerique-et-visibilite-du-chercheur-sur-le-web-maison-de-l-orient-et-de-la-mediterranee-mom--550780.kjsp?

    -Un compte-rendu de la matinée  par Mme Armand sur un blog de recherche et d'hypothèses nommé NHumérisme, Lyon.

    momd.GIF

    On signale dans cet article  le blog scientifique communautaire fort intéressant :  EcoSciences Grenoble

     

  • Suisse, Via Storia ou l'histoire des voies

    Imprimer

    Découvert par hasard ce site helvète autour de l'Histoire des... voiries.suisse,viastoria,histoire des voies

    sdfgfdsq.GIFLes itinéraires culturels.Suisse, ViaStoria, histoire des voies


    VIA STORIA.CH

    Visiter

  • Genève: histoire, palinpseste numérique et ... blogs

    Imprimer

    175 ans de la SHAG: historissimo !

    Le précédent article de blog portait sur la Société Historique et Archéologique genevoise.

    Il est complété ici.

     Lors du colloque-Jubilé, la matière Histoire avait été abordée  aux  Archives d'Etat sous une pluralité très riche de facettes.

    J'avais oublié de signaler une énième facette du rapport à l'Histoire: le fait que la société savante ait bien ouvert, elle aussi, son site internet:

    http://www.shag-geneve.ch/2010/accueil.htm

     Aucun doute, la recherche historique utilise déjà les outils numériques. Les archives se numérisent (base de données Adhémar à Genève). Les chercheurs et notamment les archéologues  sautent  aujourd'hui le pas de logiciels dédiés pour leurs approches méthodologiques.

    Cette note signale toutefois non pas dans la méthode historique  mais dans le champ d'études potentielles pour un historien genevois.... les blogs de la Tribune de Genève !

    La blogosphère est un nouveau média. La Tribune de Genève offre cet espace de liberté absolue -sinon la barrière de la Loi en cas de diffamation- sans mettre d'ailleurs le nez dans les contenus des blogs.

    (Nota en France les blogs de presse sont "validés" par les rédactions. Confirmé. Lire le commentaire de Rémi Mogenet dans cet article du blogueur HL)

    BLOGOSPHERE: UN  NEO  MEDIA SOCIAL

    Les articles numérisés sont de bons petits soldats qui ne meurent pas et rappliquent au doigt et à l'oeil. Toujours disponibles au moindre mot-clefs.

    Ils vivent leurs vies car les moteurs de recherche les référencent en autonomes. On peut même les appeler sans entrer sur le site TDG !

    TDG signale que le trafic induit par ses blogs hébergés fut de 5 millions de pages vues en 2012. On attend les chiffres 2013 avec  impatience.

    Remarque logique : la Tribune dite de Genève génère des blogs...de Genève.

    De fait ultra intéressants pour la recherche historique locale dont celle de la SHAG.

    Exemple: la dernière campagne électorale pour le Conseil d'Etat fut extraordinaire de ce point de vue: cela a ferraillé sec. Un conseiller élu par exemple Mauro Poggia- entre autres politiciens- étant  lui même blogueur (Bloggia)

    Les interventions des commentateurs furent innombrables.

    PALINPSESTE NUMERIQUE EN META DONNEES

    Au point que le futur historien de cette campagne électorale -pour ne citer qu'elle- ne pourra faire l'impasse de ce qui s'est passé sur les blogs.

    Sinon son étude ne serait alors plus qualifiée de scientifique. La blogosphère TDG ayant  bien  été partie prenante du débat démocratique!

    Ce qui fut écrit sur blog constitue une matière brute  réflexive d'une richesse inouïe d'étude. Du social en pleine activité. Du contemporain en prise directe.

    Mais se pose un sérieux problème. Comment appréhender la blogosphère comme champ d'étude? L'historien ne devra-il  pas là encore changer, adapter voire inventer  sa pratique??

    Le palinpseste numérique n'est plus cette peau lentement grattée. Les pages blanches se remplissent chaque jour de mega octets. En mega-giga-supra quantités !

    Pour aborder la gigantesque base de données, l'historien de demain devra complètement maîtriser lui même l'outil  informatique spécifique aux blogs...

    NOUVEAUX TERRITOIRES D'ETUDES

    Accéder  par mots clefs est facile.

    Mais au delà comment "travailler avec"? Comment archiver ces méta données? Comment sélectionner les info pertinentes de celles non productives ?

    La question du nombre de chercheurs  se pose aussi. L'humain  ne peut suivre ni la  vitesse ni la quantité gigantesque  d'octets !

    Combien d'historiens pour analyser l'immense masse de  ces  données sociales de l'Histoire qui se fabrique réellement sous nos yeux, en temps réel ?

    Ces débats d'idées essentiels pour comprendre l'air du temps.

    QUID DU TRAITEMENT DE" L'HISTOIRE DES DONNEES NUMERIQUES"* ?

                                                                                                       Sylvie Neidinger

    SHAG : le-plus-ancien-editeur-genevois-encore en activité

    *Au hasard des blog TDG, un nouvel élu exprime numériquement son premier mois d'expérience.

    shag,geneve,histoire,numérique,blogs

  • 175 ans de la SHAG: historissimo !

    Imprimer

    La vénérable Société d'Histoire et d'archéologie de Genève fête dignement son siècle trois quarts.

    Avec comme gâteau une Exposition  de documents visible aux Archives d'Etat jusqu'au 20 décembre prochain. Et pour cerise...le récent colloque intitulé: " L'historien  et l'archéologue dans la cité " (15-16 novembre)

    shag,geneve,société historique et archéologique de geneve,archives d'etatJ'ai pu assister à la première journée du colloque  (dommage pour la seconde...)

    Le vocabulaire culinaire semble inadéquat: il  faut parler de polyphonie  plutôt !

    Une séance introduite par Pierre Flückiger des Archives d'Etat.

    L'Histoire abordée sous toutes ses coutures. Une formidable  pluralité d'approches.

    Tout d'abord, la SHAG se raconte elle-même (ses fondateurs, ses manques de locaux, ses statuts...) avec  les exposés  de Françoise Dubosson -qui indique comment un petit groupe se réunit autour d'Henri Boissier en mars 1838. Puis celui  de Sarah Scholl  laquelle a étudié les procès verbaux de  jubilés.

    Force de constater combien les membres d'origine  se divisaient en deux visions: l'une calviniste classique et l'autre école dite  "vieille genevoise" avec les J.B.G.Galiffe (des généalogistes) et autres anticalviniens.

    Bernard Lescaze replace tous ces courants  de pensée et resitue le radicalisme. Il évoque Henry Fazy, historien, archiviste et conseiller d'Etat.

    shag,geneve,société historique et archéologique de geneve,archives d'etat

     L'aide "technique"structurante  de l'historien et archéologue  normand Arcisse de Caumont en direction de la SHAG  fut citée. Mais pas seulement.

    Furent abordées les relations avec les autres sociétés savantes helvètes.

    L'exposé de Irène Hermann  retraçait les interactions entre sociétés savantes suisses après la guerre du Sonderbund: pas si simple, pas si connectées entre elles en vérité!

    HOMMAGE AU PRESQUE CENTENAIRE QUI PUBLIE TOUJOURS: PAUL GUICHONNET

    Ce vendredi 15 novembre, le temps avait  une épaisseur de siècle clairement  mesurable.

    Vertige. Puisque qu'un hommage verbal fut prononcé par Jean-Daniel Candaux ( président de séance  très en verve) en direction du fils de Louis Blondel  (1885-1967) très âgé mais  assistant au colloque. Son père dirigea en 1913 le service du"Vieux-Genève"après des études à Genève, Paris et Munich.

    Nombreux historiens présents dans la salle ont d'ailleurs  évoqué dans les discussions leurs anciens professeurs à l'Université de Genève: hommage à la recherche universitaire.

    shag,geneve,société historique et archéologique de geneve,archives d'etatL' approche mémorielle a été complétée par un hommage - vivant donc vibrant cette fois- pour le bientôt centenaire Paul Guichonnet qui publie toujours.

    Magnifique paradoxe de Genève qui  sait toujours privilégier la compétence au besoin et suivant les circonstances.

    Elle   installa tout de même à la tête de la SHAG, haut lieu de son historiographie  locale majoritairement protestante cet érudit ...savoyard !shag,geneve,société historique et archéologique de geneve,archives d'etat

    ARCHEOLOGIE=L'HISTOIRE EN COUCHES!

    Dans l'après-midi  sont intervenus les archéologues, ces historiens  du concret.

    Spécialistes de "l'Histoire en couches", celle à  faire  "naître à la Science"  par les méthodologies de la fouille et des reconstitutions des données enfouies.

    Deux archéologues  de terrain ont pris la parole sans note aucune. Pierre Corboud retrace la naissance de la matière historique nommée"archéologie genevoise"de 1833 à 1920. L'exceptionnel  harpon préhistorique sculpté du Salève et les palafittes

    Il précise comment se met en place au coeur du XIXème siècle une nouvelle science de l'histoire: la paléo-archéologie autour du lac de Neufchatel puis des autres lacs dont le Léman.shag,geneve,société historique et archéologique de geneve,archives d'etat

    Et comment s'invente- en se nourrissant des données archéologiques- une symbolique nationale voire nationaliste autour du "suisse lacustre". Cet ancêtre, monté en mythe historique, que les peintres de l'époque ré-imaginent même.

    La belle affaire: le lacustre helvète proto-historique avait  le mérite de n'être ni catholique, ni protestant, ni germanophone ni francophone !

    Une perfection théorique pour une Unité politique nationale en voie de construction..

    Rapidement,  ce concept d'ancêtre commun fondateur et reconnu par tous sera vite abandonné au fond des eaux de la théorie...Il connut tout de même son heure de gloire.

    AVENIR DE SAINT ANTOINE?

    shag,geneve,société historique et archéologique de geneve,archives d'etatMarc-André Haldimann et Jean Terrier ont évoqué les chantiers en cours à Genève:shag,geneve,société historique et archéologique de geneve,archives d'etat

    -Rappel des premières fouilles du gallo-romaines du XIXème siècle   gravement destructrices, les méthodes archéologiques n'étant pas encore adoptées.D'ailleurs, on ne sait même pas où sont aujourd'hui  les amphores alors découvertes. Perdues, carrément !

    -Description de  l'immense chantier actuel du quartier Saint-Antoine qui permet une étude  scientifique toute facilitée par les techniques modernes. Très intéressant d'observer  l'appropriation par les genevois de leur propre passé puisque quelques uns  expriment déjà  le souhait de conserver les découvertes archéologiques en l'état.

    Oui, certes. Mais en quel état justement ? A quelles couches temporelle poser le curseur?

    Rappel: l'archéologue est un "historien fou" puisqu'il détruit son champ d'expérimentation au fur et à mesure qu'il ne l'étudie !

    shag,geneve,société historique et archéologique de geneve,archives d'etatTrès très proche-oriental  ce fonctionnement inhérent à  l'archéologie:  un peu Chronos qui mange ses enfants ou alors  Phénix qui s'auto-consume pour mieux ...renaitre.

    L'archéologue cet historien paradoxal est réellement obligé de détruire au fur et à mesure son champ expérimental pour l'analyser.

    Il procède à des choix de vie et de mort. Conserver ou détruire.

    Politiquement, Genève est aujourd'hui devant ses propres choix dans le quartier Saint-Antoine: Conserver ? Que conserver ?

    Comment détruire pour reconstruire? Les problématiques historiques sont toujours des enjeux contemporains de société.

     Le colloque dans sa richesse  a également porté sa réflexion sur d'autres facettes: la théorie générale de l'histoire.

    Ainsi fut abordée la mode  des années 80 (ouverture vers les sciences sociales, pluri-disciplinarité)   autour du concept de  l'histoire en miettes, voire de la "fin" de l'histoire (carrément !) Une vue de l'esprit plutôt que parole d'historien, semble-t-il. Une fausse crise de la discipline...

    "Dépasser les apories du localisme"..."Faire varier le jeu d'échelle selon l'objet soumis à l'analyse"...

    On conclue avec  le concept  de "variation d'échelle" indiqué  par Marco Cicchini, organisateur, dans son ...introduction.

    Ou comment l'histoire de Genève -somme toute celle d'une ville modeste en population au XIXème siècle - s'aborde aussi  dans le cadre d'une  l'Histoire plus large (helvète, européenne etc.)  Il indique alors que c'est une question  de  ligne de crêts...

    Crêts Baudet, assurément !

                                                                                                              Sylvie Neidinger

     

    shag,geneve,société historique et archéologique de geneve,archives d'etat

    Lire : Histoire de savoirs: 175 ans d'histoire et d'archéologie à Genève. shag,geneve,société historique et archéologique de geneve,archives d'etat

    Catalogue de l'expo de la SHAG, visible aux Archives d'Etat de Genève jusqu'au 20 décembre.

    Dernière nouvelle: expo prolongée jusqu'en avril 2014

    Archives d'Etat de Genève


    Rue de l'Hôtel-de-Ville 1
    Case postale 3964
    CH-1211 Genève 3

    Dernière nouvelle ( mai 2014) les données de l'expo sont disponibles en ligne

     

     

  • Genève, clef de Suisse

    Imprimer

    Document.pdf: Histoire de Genève.

    Source © Helvetia Genevensis 2006. Où l'on comprend  la symbolique de la clef des Armoiries: basiquement géostratégique.clef de suise,geneve,histoire

    "Fribourg et Berne avaient reconnu l'importance stratégique de
    Genève pour leur sécurité. Une expression frappante prononcée pour la première fois en
    1476 énonce bien cette idée: « Genève, clef de la Suisse ». Elle sera souvent employée par
    la suite comme argument pour faire entrer la ville dans la Confédération suisse..

    ["Le document n'est pas paginé. Dommage. L'extrait cité se trouve  dans la rubrique Genève et les Suisses.]

    Une clef, un verrou de passage , dès l'époque romaine, d'ailleurs...
    Jules César la cite la première fois sous le vocable Genua dans ses Commentaires sur la guerre des Gaules Livre I/ Helvètes.     Des notes rassemblées vers 51-52 avant Jésus-Christ.


    En étymologie, il semble que la ville lémanique partage la même racine que  Genova en Italie. Dans le fait d'être "embouchure " entre fleuve/mer pour Gênes ou fleuve/lac pour Genève..

    [Source Wiki :Du latin Genava, variante de Genua, d'un terme ligure [1] qui fait allusion à la proximité d'une nappe d'eau, ou d’un mot gaulois genaua signifiant embouchure (Dictionnaire de la langue gauloise, Xavier Delamarre.]

    Or, l'onomastique de GNV est bien plus complexe en réalité. Car les langues ont, elles aussi, leur histoire d'engendrement au fil du temps.

    Le dit terme GNV pouvant avoir pour origine une racine  plus ancienne, bien plus large que le latin ou celte cité par wiki. Question compliquée de linguistique: les sources du latin et du celte... D'ailleurs, d'autres langues usitent aussi du "GN" : ex genusus désignerait le fleuve en illyrien.

    "Genève"reste dans une lignée lexicale de mots portant racine GN (génétique, genre, géniteur, gérer) soit: un processus de création/naissance. A démontrer.

    Pour revenir à la symbolique de la clef genevoise: elle semble elle aussi un peu plus compliquée que ce que le texte de synthèse ne signale.

    Car cet outil de fer  permet également d'ouvrir la porte...des deux côtés !

                                                                                                                                Sylvie Neidinger

  • Guérilla... rurale des bonnets rouges

    Imprimer

    Finistère, Morbihan en révolte contre les portiques taxophiles.

    1- Guérilla ...ruraleecotaxe,bretagne,bonnets rouges

    Le Préfet de Région lui même n'en revenait pas, devant les caméras de l'intensité du  niveau de violence atteint. Il  signalait ce que signifierait cette violence si elle était transposée en secteur urbain. Beyrouth-sur atlantique.

    Blessés, dégâts importants  sur les infrastructures  routières.

    La campagne n'a rien à apprendre de la ville.

    Inquiétudes des élus:  la manifestation de samedi à Quimper n'est pas annulée malgré le recul du gouvernement qui vient de suspendre l'application de la taxe au 1er janvier 2014.

    ecotaxe,bretagne,bonnets rougesLes RG parlent de jacquerie et d'actions très dures.

    Avec des conjonctions pluri-sectorielles : paysans, transporteurs, pêcheurs, artisans, ouvriers...qui à elles seules imposaient au gouvernement de faire machine arrière. Ce qu'il a fait aujourd'hui.

    2-Bonnets rouges

     La France est prompte à manifester. Révolution de 1789 contre les hausses du  prix du pain. Trop d'impôts tue l'impôt. Adage  de saison.

    Les bretons- qui votent majoritairement à gauche ... - ressortent  des limbes de leur mémoire régionale la violente révolte anti-taxation dite des   bonnets  rouges datant de.... 1665 !   Elle se nomme également la révolte du papier timbré,

    Aujourd'hui,  un  raccourci humoristique  se mêle à la partie historique comparée. Mauvaise chance pour le Président de la République qui a décidément la poisse...

      En 1665, Louis XIV voulait  une forte levée d'impôts  en Bretagne pour financer sa guerre contre la Hollande, déclenchant une révolte régionale massive.

    En octobre 2013, c'est toujours contre...Hollande que cela se passe.

                                                                                                                       Sylvie Neidinger

     

  • Le trajet huguenot: Fort Barreau Genève

    Imprimer

    Après 1 et 2 ...3

    Article n°1) - Visite du Fort-Barraux en Isère et la découverte du lien très fort de ce lieu  avec l'histoire du protestantisme par le passage des huguenots.https://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2013/08/24/randos-huguenotes-245968.html

    En Suisse : stiftung-via.ch/fort-barraux,isere,base kora,centre ionographique de geneve,rue fort-barreau,geneve

                                                                   *************

    Article n°2)- Lien établi avec la rue Fort Barreau à Genève  https://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/tag/fort-barraux Le nom serait  lié à une auberge construite en 1663 et démolie en 1900.

                                                                 **************

    Article n°3)-Suite de l'enquête mémorielle autour de cette "auberge" dite le Fort de Barreau, lieu genevois que l'on va essayer d'analyser  en fonction du ...peu d'éléments dont on dispose.

    En s'aidant du fonds du Centre iconographique de Genève par la base Kora.

    fort-barraux,isere,rue fort-barreau,geneve

     a) La date de sa construction du lieu (1663) est légèrement antérieure à la révocation de l'Edit de Nantes (1685) Et correspond bien au   démarrage de l'exil huguenot.

    b) Son usage dit d' "hôtel" signifie par définition un  lieu d'hébergement  pour gens de passage. Sur un trajet, en direction soit du nord vers l'Allemagne. Soit en entrant à Genève par la porte du Bastion Cornavin.

    c) Son nom reprend bien celui du Fort-Barraux de France, distant de 110 à km. Logique. Ce fortin d'Isère correspond à une sorte de lieu de passage difficile. Une épreuve pour les huguenots. D'autres explications au choix du nom sont bien évidemment possibles.

    Fort de Barreau. Le fait de porter le nom de la précédente étape permet de visualiser le trajet Fort-Barraux/Genève. Ce nom de lieu genevois  est fort ancien. Probablement dès sa construction. Il est déjà mentionné  sur un plan de 1715.fort-barraux,isere,rue fort-barreau,geneve

                                           Le Fort-Barreau de Genève :fort-barraux,isere,rue fort-barreau,geneve

    fort-barraux,isere,rue fort-barreau,geneve

    Observations: Fort de Barreau est une construction hors les murs. Unique bâtisse  dans un champ. Extraordinairement bien placée:

    a) Pile face à la porte d'entrée de la ville de Genève  dite Cornavin

    b) Et pile à la croisée de trois routes , celle qui vient du sud (Chambéry, Fort-Barraux) nommée "chemin de Peney à Genève." Celle nommée "chemin de France à Genève"(direction Gex, Jura)Enfin "chemin de Suisse à Genève"vers Lausanne.

    fort-barraux,isere,rue fort-barreau,geneve

    fort-barraux,isere,rue fort-barreau,geneve

    Les plans suivants montrent  que le nom de Fort de Barreau est hyper valorisé, comme un nom de quartier pratiquement.

    1851
    fort-barraux,isere,base kora,centre ionographique de geneve,rue fort-barreau,geneve

    fort-barraux,isere,base kora,centre ionographique de geneve,rue fort-barreau,genevefort-barraux,isere,base kora,centre ionographique de geneve,rue fort-barreau,geneve



     

    et 1854
    fort-barraux,isere,base kora,centre ionographique de geneve,rue fort-barreau,geneve


    fort-barraux,isere,base kora,centre ionographique de geneve,rue fort-barreau,geneve

     

     

     

     

     

     

     

    Toute info complémentaire sur l'hôtel Fort de Barreau est toujours la bienvenue.         

                                                                                                                              Sylvie Neidinger

     

                                                                            Rubrique #Protestantisme

                                             

     

     

     

  • InterroGe.ch fonctionne bien! Testé sur "rue Fort-Barreau"

    Imprimer

    Ce blog avait signalé le nouveau service offert par les Bibliothèques genevoises-donc par la Ville de Genève:  répondre aux Interrogations émises par le public, par le biais d'un site numérique : InterroGe.ch

    Le test s'est effectué sur la base d'un commentaire bâtisseur. C'est ainsi que je nomme les commentaires qui apportent de la matière à un article, qui l'enrichissent.

    L'article en question est publié sur ce blog Neidinger le 24 août à propos de Fort-Barraux, place forte  isèroise aux porte de la Savoie. Dont la basique visite touristique en août avait montré combien ce site était lié à la Suisse. Une garnison de Neufchatel  l'ayant  même gardé.ville de genève,gresivaudan,rue fort-barreau,fort-barraux,barraux,isère,interroge.ch,blog neidinger

    Ce fortin est désormais inscrit dans le parcours huguenot composé par l'association surlespasdeshuguenots.

    Cette frontière ultra précise entre France et Savoie est très symbolique pour les protestants. S'ils étaient attrapés par le Duc de Savoie en la franchissant, ils étaient renvoyés côté France à Fort-Barraux justement. D'où ils partaient en exil pour les galères. Une mort assurée.

    A la lecture de cet article sur Fort-Barraux,  Jean d'Hôteaux émet son commentaire avisé:

    "Merci pour ce billet et les liens qui y sont assortis. Le tout fort intéressant !En découvrant Fort-Barraux (Isère) par le biais de votre blog, j'ai immédiatement pensé à la rue du Fort-Barreau à Genève, en me demandant si il pouvait y avoir une relation entre les deux, ceci malgré une orthographe différente ?
    Je me suis parfois demandé d'où cette rue, qui se trouve derrière la Gare Cornavin, tirait son nom. Serait-ce une trace des Huguenots de passage à Genève ? Cordialement !

    Le lien entre le Fort-Barraux lié au protestantisme et une rue de Genève nommée était très judicieux de la part du commentateur. Ce malgré la différence d'orthographe.

    Personne n'ayant pû ensuite donner la moindre information en commentaire, j'ai décidé de tester justement InterrGe sur le sujet.

    Le thème  correspond d'ailleurs parfaitement à la typologie de question à proposer à un service de bibliothèques. On peut comprendre qu'une question trop large du genre  : "pourquoi les oiseaux volent ?" ne conviendrait  pas trop à leur offre de service. Car les réponses dans ce cas partiraient en multiples directions : de histoire des espèces à  la portance de l'air. Soit plusieurs thèses universitaires avec bibliographies fournies...

    Retrouver le lien historique entre  Fort-Barraux et rue Fort-Barreau  est, lui,  à 100 % coeur de cible de cette recherche en ligne sur InterroGE. Car les bibliothèques genevoises possèdent effectivement  à la fois les ouvrages locaux et le savoir-faire des bibliothécaires qui connaissent leur fonds.

    Voici leur réponse :

    "Bonjour, Nous vous remercions d'avoir fait appel au service InterroGE, voici le résultat de nos recherches :

    La rue du Fort-Barreau, située dans le quartier des Grottes à Genève, nous est décrite dans "Le Dictionnaire des rues de Genève" de Jean-Paul Galland,
    http://data.rero.ch/01-1071672, à la page 62 :
    "Une auberge de ce nom était située dans cette rue. Elle existait depuis 1663 et fut démolie en 1900."

    Nous avons également consulté l'ouvrage d'Eugène-Louis Dumont "La Genève des Grottes" où la rue du Fort-Barreau est citée à deux reprises, mais sans plus d'explication, http://data.rero.ch/01-0983942.

    C'est le récit de Jean-Michel Olivier "Notre-Dame du Fort-Barreau" qui nous apprendra toute l'histoire, lisez à la p. 31 :
    http://bit.ly/1edmweN
    "... la rue du Fort-Barreau : Le nom est une réminiscence de l'occupation française : de 1798 à 1813, Genève devient un département de l'Empire napoléonien. Mais alors Fort-Barreau ? C'est le duc de Savoie, Charles Emmanuel 1er, vaincu par Lesdiguières, qui fait construire dès août 1597 un fort à Barraux, petit village de l'Isère sur la route qui mène de Chambéry à Grenoble. (...) Le Fort Barreau (ou Barraux) apparaît aussi dans les fameux "Voyages dans les Alpes" d'Horace-Bénédict de Saussure."

    Il y a donc bien un lien entre cette rue genevoise et le village de Barraux et son fort, situés dans la vallée du Grésivaudan en Isère.

    L'histoire de ce fort peut se découvrir à travers plusieurs sites web : http://www.fort-barraux.fr/ et http://barraux.reseaudescommunes.fr/fr/information/19159/fo
    rt-barraux
    et http://www.isere-annuaire.com/chateau/fort_barraux.htm.


    Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.  Cordialement,

    La Bibliothèque de Genève pour InterroGE

    http://www.ville-ge.ch/bge
    http://www.interroge.ch"

    Cette réponse nous apprend que le nom de la rue Fort-Barreau est lié à une auberge genevoise construite dans cette rue en 1663 et démolie en 1900.

    L'information InterroGe n'est pas complète. Il manque le rapport avec la protestantisme, avec le parcours huguenots, la montée de la Drôme, des Cévennes en direction de la Rome protestante !

    ville de genève,gresivaudan,rue fort-barreau,fort-barraux,barraux,isère,interroge.ch,blog neidingerIl manque la liaison  entre deux histoires transnationales, celle d'un bâtiment en France, gardien de la croisée des vallées dont celle du  Grésivaudan [qui voit la montée des protestants de la Drôme et de plus loin encore en direction de Genève] et celle de cette rue proche de Cornavin en Suisse.

    Les deux sites semblent liés par...la trace du passage des huguenots.

    Info extraordinairement significative:  l'existence d'une AUBERGE dans cette rue  signale justement une problématique de voyage, de déplacements.

    Des huguenots?

    Et cette découverte du lien entre Fort-Barraux et le protestantisme est justement celui décrit  dans  ....l'article du blog Neidinger daté du 24 août.

    La boucle est bouclée: l'info part du blog, se booste par un commentateur actif (merci à lui)   passe par InterroGe et revient au blog pour conclusion provisoire sous réserve de recherches plus approfondies

    La "petite note d'un simple blog" vient d'aider à remettre en actualité numérique Fort-Barraux, perdu dans sa somnolence depuis la magnifique vallée du Grésivaudan qu'il domine.

    Le fortin  que des passionnés essaient de sauver de l'outrage du temps, s'avère être un site majeur dans l'histoire mémorielle  du protestantisme dans sa version douloureuse.

     Dont l'histoire précise  est très certainement à découvrir plus amplement encore.

    Par des recherches aux archives et ... dans les bibliothèques. De France et de Suisse.

    Et par les "Enquêtes-Blog" !

                                                                                                                                                                                                Sylvie Neidinger

                                                                                       

    ville de genève,rue fort-barreau,fort-barraux,barraux,isère,interroge.ch,blog neidinger

    ville de genève,gresivaudan,rue fort-barreau,fort-barraux,barraux,isère,interroge.ch,blog neidinger

    Rubrique #Protestantisme

     

     

     

  • Yéniches, peuple celte ?: merci pour le témoignage réel.

    Imprimer

     L'article publié il y a 2 ans le 23 novembre 2012 est parmi les plus lus du blog Neidinger.

    Sa genèse: alors que la fête de Halloween battait son plein commercial et surtout laissait croire médiatiquement que la  celtitude était ouest-européenne (Bretagne, Irlande, GB puis USA) j'ai voulu rappeler une vérité scientifique issue de l'archéologie: l'épicentre culturel celte est bien de Suisse, d'Allemagne, de Lorraine, d'Autriche, sud Belgique.

    En travaillant le sujet, je découvre qu'un peuple européen, nomade, continue à se dire celte dans sa tradition orale: les Yéniches. Ils l'évoquent sur leurs forums. D'une manière têtue mais sans pouvoir donner de preuve.

    Population souvent oubliée,  qui n'a pas souvent l'honneur de la Une.(Depuis quelques années, après une période noire, ils sont spécifiquement reconnus et officiellement inscrits en Suisse comme un des peuples du pays.)

    D'où mon article "original"  alors que rien n'était écrit sur le sujet Yéniches/Celte !!

     Yéniche, ce petit peuple qui se dit Celte

    Ma découverte: je compare les cartes de lieux de vie des Yéniches, celle du parler Yéniche (haut allemand)  et l'épicentre culturel celte: elles se superposent !

    L'hypothèse est très intéressante mais comment continuer à accumuler des données en vue d'étayer la thèse puis la  valider???

    Une des pistes: l l'ethno-génétique mais avec toutes les prudences scientifiques qui s'imposent.

    Un appel à témoignages de tous ordres était lancé sur le blog en fin d'article, la blogosphère étant un parfait lieu pour réunir les preuves car les articles ne meurent pas. Et sont lus longtemps après.Des clics se produisent en permanence sur ce thème...

    Comme une sorte de "recherche rationnelle" menée à plusieurs pour réunir tous  docs et infos sur le sujet.

    Et ce matin  un commentaire de M Bony parvient.

    Il est ici remercié car il donne des informations qui lui sont personnelles:

    "Bonjour Mme Neidinger,

    Merci pour votre article, très complet que je viens de découvrir.
    Je suis la deuxième personne "yéniche" ayant fait des recherches génétiques que Romain cite dans son message.
    Les résultats sont plutôt intéressants, je possède le marqueur I-L38, faisant de moi un I2B2 .. petit sous groupe génétique qui semblerait-il aurait vu le jour en Allemagne à l'époque dite de La Tène.
    Plusieurs squelettes I2B2 ont été retrouvé dans une grotte allemande .. c'est la plus grande découverte concernant cet haplogroupe .. cela remonterait à l'urnenfelderkultur". Voici le lien, cela peut vous intéresser :

    https://sites.google.com/site/haplogroupil38/summary/on-the-lichtenstein-cave"

    Hyper Intéressant pour notre...enquête commune.

    MERCI !               Sylvie Neidinger