A-#EspritdeGenève - Page 3

  • Psychanalyse de l'urbain: GENEVE

    Imprimer

    Vous savez  à quoi il sert le jet d'eau ?geneve,jet d'eau,romme calviniste,jean calvin

    A vous  poser l'identité de Genève comme une tour Eiffel aquatique ?

    Une simple soupape de sécurité hydraulique ?

    Un attrape-touriste sur tous les dépliants qui vantent la ville ?

    Un sympathique monument éphémère?

    Le jet  focalise effectivement tous les regards.

    Le jet concentre toutes les attentions. Un symbole. Un drapeau. Un emblème. Une star.

    Au centre du bout du Léman. Lui même centre urbain.

    Précisément sur le lieu stratégique où un lac tranquille redevient Rhône furieux pour fuir vers d'autres cieux méditerranéens.

    Où les eaux paresseuses qui se la sont un temps coulées douce doivent se remettre dare dare à la turbine...A leur plus grand regret.

    Personne ne boude  son plaisir, par forte canicule, d'aller s'y rafraîchir.... Par là, de tester le bizarre micro climat auto généré sous le panache. Avec les vents issus des curieux déplacements de ses propres masses d'air.

    INVENTION DU JET D'EAU  POUR...

    geneve,jet d'eau,romme calviniste,jean calvinMalins, les genevois ! Ils ont inventé  un jet d'eau totalement  centralisateur d'attention. Point de focale massif. Internationalement reconnu.

    Comme pour mieux "protéger",  laisser tranquille ...l'essentiel de la Ville !

    1-Protéger en premier lieu celui qui repose en paix au cimetière des Roi en sa dernière demeure: Jean Calvin, le "coeur battant" de Genève, la  Rome calviniste.

    Pas de mausolée, ni de gros gâteau superfétatoire tout de marbre monté. Pas de panthéonisation architecturale. Pas de Chantilly de Carrare.

    Pour dire vrai,  ce cimetière  également nommé de Plainpalais, panthéonise un peu tout de même. Puisqu'il reste dédié aux personnalités remarquables de Genève.geneve,jet d'eau,rochers du niton,interroge,rome calviniste,jean calvin

    Mais dans la discrétion.

    geneve,jet d'eau,romme calviniste,jean calvinL'extrême simplicité de l'extraordinaire  tombe... végétale -donc vivante- du réformateur n'empêche pas sa  présence certaine.

    A l'accueil son nom est bien inscrit sur un listing à l'allure si contemporaine.

    Bizarrement moderne: cela ressemble à  un listing d'entrée d'immeuble.. pour une date d'inhumation  ancienne d'un demi millénaire !

    La  présence évidente de Jean Calvin est affirmée.

    Jehan "Cauvin" du nom de ses parents est né à Noyon en Picardie un  10 juillet 1509 et décédé un 27 mai 1564. Il a lui même latinisé son nom en Calvinus.geneve,jet d'eau,romme calviniste,jean calvin

    Il repose paisiblement et ne fait pas l'objet de visites intempestives.  Souvent solitaire quand on y passe.

    Pas de barnum touristique telles  ces bizarres déambulations   au Père Lachaise à Paris, cimetière intégré dans les circuits de Tour Operators.

    2-Malins, les genevois le sont une deuxième fois !

    Ils indiquent un lieu précis de sépulture (707 E8)

    Mais signalent ensuite que l'emplacement exact est... inconnu. Ou que la tombe serait vide.

    Ces infos  non seulement  évasives mais contradictoires ne  sont pas dans les habitudes de la Cité ! Il y  a anguille sous roche (lémanique)...A découvrir.

    Sachant que Genève est absolument la "patrie de la mesure précise voire exacte"( mesure horlogère  du temps, mesure des chiffres bancaires, mesure des rochers du Niton) cette imprécision étonne.  Pas logique de prime abord. Pas  local. Il faut comprendre !

    3-On trouve finalement une  réponse acceptable.

    Confirmée  sur le site InterroGe : pas de localisation pour éviter l'instauration d'un culte  mortuaire. Dans la logique de la simplicité de la Réforme.


    "On peut lire dans « Le vrai visage de Calvin » de Jean Rilliet http://data.rero.ch/01-0436431 que « l’ensevelissement se déroula au milieu d’un grand concours de peuple, avec la simplicité souhaitée par le Réformateur. Le cercueil de bois fut porté au cimetière de Plainpalais [...] Aucun monument funèbre ne signala la place où reposaient les restes du serviteur de Dieu. ».

    On ne sait donc pas exactement où dans le cimetière de Plainpalais (aujourd’hui cimetière des Rois), Jean Calvin fut enterré. Ceci a été décidé afin d’éviter tout culte à Jean Calvin (tel celui porté à un saint) et d’assister à un pèlerinage sur sa tombe. Le texte de Théodore de Bèze « L’histoire de la vie et mort de Calvin » le confirme : « Il faut cependant canaliser la piété spontanée de la foule, éviter les débordements de la multitude. La mort doit conserver son mystère. » et encore « Mais pour obvier à toute calomnie, il fut enseveli ... comme aussi il l’avait ordonné, au cimetière commun, appelé Plainpalais, sans pompe, ni appareil quelconque, là où il gît aujourd’hui ».

    Comme on peut le lire dans « Une visite du cimetière de Plainpalais » de Patrice Rossel, au XIXe siècle, même si l’emplacement exact de la tombe de Jean Calvin est inconnu, une pierre tombale fut ajoutée pour marquer la tombe traditionnellement considérée comme étant la sienne http://data.rero.ch/01-1945054 ou http://bit.ly/19MmHvL."

    Par ce texte se visualisent les raisons de l'imprécision totalement mesurée au micron près  de la part des autorités genevoises qui  décidèrent volontairement d'un lieu... indéterminé.

    Pourquoi cette option?

    geneve,jet d'eau,tour eiffel aquatique,rochers du niton,interroge,rome calviniste,jean calvinJe propose cette explication: si  ce geste  de discrétion  témoignait bien  de l'esprit de la Réforme (qui réfute tout  culte de la personnalité, toute sanctification)  il courait paradoxalement un autre risque.   Car, dans l'autre sens, cette "disparition du tombeau" faisait prendre à Jean Calvin carrément le risque d'une dimension gigantesquement ...christique !

    Une orientation évidemment non souhaitée.

    La voie médiane a été sagement retenue. Jean Calvin est peut-être là ou peut être pas.

    Diplomatie !

                                               ESPRIT DE GENEVE

    Trois fois malins, les genevois...En étant  là sans être là, Jean Calvin est finalement....partout dans la ville ! Sa pensée, son mode d'être.

    Certes, il  ne compose pas à lui seul l' "Esprit de Genève...". Mais y participe amplement.

    Et  je vais vous faire une confidence: cet esprit actif   bouge, virevolte....

    Hier il montait la garde devant l'Opéra. Face  à l'Uni Bastions, le Mur de la  Réformation, aux pieds de l'Etat de Genève par la rampe de la Treille.

    Bien vivant : il chantait à tue-tête !                                            

                                                                               Sylvie Neidinger

    Crédit images photos Neidinger et capture écran site web pour le plan

    geneve,jet d'eau,rochers du niton,interroge,rome calviniste,jean calvin

  • Hommage de Genève à Jean Starobinski au Palais Eynard

    Imprimer

     Le Palais Eynard lançait un clin d’œil au ciel, ce mercredi 29 mai 2014 à 18h30. Les cieux ont bien compris le message, par une magnifique ambiance vespérale qui  imprégnait le parc des  bastions...jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genèvejean starobinsky,sami kanaan,ruthdrifuss,mrl,genève

    Dynamique amplifiée par l’intéressante  tension entre un fond d’air frais, des corps qui s’ingénient à déclarer les beaux jours ouverts et une luminosité solaire inespérée!

    La Genève politico-culturelle honorait ce jour là Jean Starobinski, de la célèbre « Ecole de Genève»  Critique Littéraire  fameuse dans le monde des Lettres.

    A l' invitation de la MRL, Maison de Rousseau et de la Littérature...

     Genève représentée à  l’échelon de l’Etat par la présence introductive du Conseiller Sami Kanaan. Représentée à l’échelon Fédéral indirectement par sa première  Présidente (1999),   Madame Ruth Dreifuss.jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

    Le  Conseiller d’Etat  à la Culture   souligna combien l’hommage se  devait d’être rendu en ce magnifique  Palais Eynard, construit sur l’emplacement d’un ancien bastion.

     UNITE DE LIEU MAIS FORT HEUREUSEMENT PAS DE TEMPS !

     L’unité de lieu de la  pièce de théatre dix-huitièmiste qui s’est jouée ce soir là fut  essentielle.

    Jean Starobinski prit la parole pour dire combien l’honneur  rendu en ce lieu précis  le touchait.

    Il  avoua que enfant, il adorait venir y jouer au football  en voisin. Et combien il   commença sa formation intellectuelle par d’intenses lectures à la Bibliothèque, juste en face.jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

    [ Bibliothèque  où sa première fiche de lecteur est aujourd’hui précieusement conservée  ]

    De facto, l’unité de temps n’avait plus de sens dans ce contexte: c’est bien de l’épaisseur d’une vie qu’il s’agit. En l’occurrence commencée en 1920.

    Voire même avant. Puisque  L'écrivain  a démarré  par évoquer sa biographie familiale.

    Au commencement …était le père qui décida  de quitter la Pologne, il y a un siècle  pour venir étudier la médecine à Genève. Vertige du temps écoulé : les "années  lycée"de son fils Jean datent  de... 1936 !

    jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

     Deux spécialistes de son œuvre entouraient ce soir là Jean Starobinski de leur compétence. En réalité de leur affection. Il les a qualifiés d’amis: Martin Rueff et Jean-Claude Bonnet.

    jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genèveCe dernier prit la parole pour souligner que le célèbre critique, écrivain, essayiste, spécialiste du XVIIIème siècle ne fut pas trop  influencé par la mode années 80  qui mettait en exergue les écrits libertins.

    Jean Starobinki est resté dans du lourd et du solide: Rousseau et Diderot !

    « Le premier, un  introverti, véritable homme des livres, le second, un  extraverti homme des feuilles » comme l’a si élégamment souligné le genevois.

    Après le Tricentenaire de la naissance de Rousseau, rideau est désormais ouvert sur le Tricentenaire de... Denis Diderot né le 5 octobre 1713.jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

    L’occasion de relire tous les ouvrages que Jean Starobinski lui a consacrés.

    Pour mieux comprendre, de l'intérieur, en tête à tête avec le célèbre critique. Nommé avec affection Staro à Genève !                                                                                                                    Sylvie Neidinger

     

     

    jean starobinski,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève*Post scriptum. En fin de la conférence enregistrée  le public n’avait  pas trop osé casser la magie des mots prononcés et poser de questions. Finalement lors du cocktail qui a suivi, j'ai demandé à Jean Starobinsky si le fait d’être à la fois homme de lettres et médecin portait  un signification particulière ? En effet, certains médecins-écrivains  théorisent leur double –compétence. Point de cela. Il a répondu très simplement par une négation qui reclassait son ordre de préférence « la médecine n’était pas mathématique à l’époque comme elle l’est devenue aujourd’hui » Et laissé comprendre que ce métier lui a surtout permis de vivre au démarrage. De bien vivre sa passion des Belles Lettres de facto. Avec une malicieuse conclusion: "la rigueur scientifique d'un côté et l'intuition poétique de l'autre".

    *Nota. Le Conseiller  Sami Kanaan a évoqué dans sa présentation le soutien actif  de l'Etat de Genève aux lettres.jean starobinski,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève Un soutien quelquefois direct vis à vis par exemple d'un éditeur. Ce qui n'est pas évident pour tout le monde...L'homme politique n'a pas caché l'existence de véritables débats avec ses homologues de la zone suisse alémanique "qui ne voient pas du tout les choses comme nous".

    Lui  assume tranquillement sa position de l'aide culturelle pro-active.  SN.  

    *Lire article de ce blog consacré à Rousseau le  jour du Tricentenaire à Genève : Banquet républicain à Genève. Lettre à Rousseau, premier Indigné.

     

                                                               Rubrique GeneVie

    jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

    jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

     

     

  • Une médium genevoise chez Victor Hugo : Catherine Elise Müller

    Imprimer

     La Maison Victor Hugo accueille cette médium suisse dans le cadre de l’expo « Entrée des médiums - Spiritisme et art d’Hugo à Breton» visible  jusqu’au 20 janvier.

    (Musée Hugo, place des Vosges à Paris à une seule station de métro de la gare de Lyon, terminus du TGV de Genève…)

    Catherine Élise Müller dite Hélène Smith (née le 9/12/1861 à Martigny et décédée le 10 juin 1929 à Genève) est présente sur une demi-salle. Les documents la concernant prêtés principalement par la Bibliothèque de Genève et la Collection Flournoy.maison victor hugo,geneve,psychanalyse,andré breton,theodore flournoy,helene müller,daumier

    Cette Entrée des médiums  se bâtit sur deux dates extrêmes. Elle démarre par les caricatures de Daumier consacrées au spiritisme en vogue au XIXème siècle. Le dessinateur croque  ces tables qui tournent. Mais chez les Hugo, l’exercice était des plus sérieux. Vital même. Il ne s’agissait pas moins que d’entrer en contact par tous moyens imaginables  avec la fille chérie trop tôt disparue. Traumatisme familial inconsolable. Le romancier, poête, dramaturge à terre. Léopoldine devenue mythe littéraire.

     La date de fin est l’année 1933. André Breton publie alors  dans la revue Minotaure « Le Message automatique » qui va faire entrer  les médiums sur la scène artistique par la grande porte. En les connectant avec le monde artistique  de la création.

    Par sa présence dans l'univers hugolien, Catherine Müller apporte indirectement  un vent spécifique lémanique. La Psychanalyse genevoise entre avec elle dans l'écrin  qu'est l' Hôtel des Rohan-Guéménée. Théodore Flournoy son mentor psychologue était  connu pour ses travaux sur le spiritisme et les pouvoirs parapsychiques. Il la rendit célèbre sous le pseudo de "Hélène Smith". A l'époque,  elle eut contact direct avec Victor Hugo. maison victor hugo,geneve,psychanalyse,andré breton,theodore flournoy,helene müller,daumier

    LA PRISE DE CONSCIENCE DE... L'INCONSCIENT

    La perspective historique de la révélation de l’Inconscient en partant de tables qui tournent pour arriver à l’écriture automatique- certaines  pages griffonnées sont exposées, de même que le Manifeste du Message automatique  - rend cette visite plus qu’intéressante.

    Essentielle pour relier au départ un  spiritisme XIXème de goguette sinon de foire.. à  la naissance de la psychanalyse puis à  un mouvement artistique  plus global.

     L’inconscient, cette « terra incognita » enfin défrichée. Et cela passa par l’écriture !

    Nota   Hélène Müller  écrivait entre autres en martien, disait-elle...( curieux alphabet qui fait songer plutôt à l'écriture arménienne !) cv.GIF

    Rien ne manque dans cette riche synthèse exposée, pas même le …..folklore " Grand n'importe quoi" du spiritisme. Celui  que Daumier ne manquait pas de moquer : de la caricature aux impressionnantes photos de séances folles de spiritisme échevelé. Beaucoup de cinéma tout de même pour entrer en contact avec les forces cachées !

    Drôle d' exercice finalement que de conctater l'au-delà pour mieux finalement rencontrer l'en-delà psychanalytique.

    Le tout démarre au coeur du fameux XIXème siècle qui voit naître le dessin de presse, la photo, la peinture de masse. Naissance du mass-média en fait, sous toutes ses formes.

    La communication moderne en fait.

    Observation du paradoxe relevé plus haut . Il fallait probablement  la naissance de  ces outils….publics de com' pour que l’on entrât dans les frontières intérieures de la psychanalyse ???? Au coeur intime de l'individu?

    Surprise de découvrir pareille entreprise liée à « l’histoire moderne des mentalités » en la demeure d'un  Victor Hugo visiblement toujours d'actualité.

    Pour ceux qui ne peuvent physiquement faire un petit tour place des Vosges. Et bien évidemment après la clôture du 20 janvier: un ouvrage, précis et exhaustif   édité relate cette véritable épopée. Tout y est parfaitement résumé et illustré.

    Sylvie Neidinger

     

    Maison Hugo Hôtel de Rohan-Guéménée
    6, place des Vosges
    75004 Paris
    Tél. : 01 42 72 10 16

    Métro: Bastille, Saint-Paul ou Chemin-vert

    Collection Paris Musée Maison de Victor-Hugo  "Entrée des médiums Spiritisme et Art, de Hugo à Breton Isbn 978-2-7596-0186-8 (35 euros)

     

    maison victor hugo,geneve,psychanalyse,andré breton,theodore flournoy,helene müller,daumier

     

  • Genève, antidépresseur hydraulique local...

    Imprimer

      caricature ok 2 001.jpg

                                                 LE JET  D'EAU DE GENEVE??

    L’Employée  des Services Industriels (Sig) :« le jet ? Une nécessaire régulation des pressions en sous-sol »

    Le Psychanalyste :« force souterraine qui jaillit en Conscience visible »

    Le Banquier : «modèle mathématique de  flux puissants »

    L’Emir et  son trader, fins  connaisseurs du brut noir :« joli puits d’or… blanc »

    L’Horloger : « métaphore du temps qui passe »

    Le Traducteur : « Geneva Lakefront  »

    L’Ingénieur :«mécanique des fluides, Qualité Suisse »

    L’Observatoire Technologique de Genève et le Sitg (Sytème d’information du Territoire Genevois) : «colonne 3D… humide ! »

    Le Suisse non romand : « Genferei ? »

    Le Fonctionnaire de l’ONU depuis son palais en surplomb: «un rêve de  bombe bio …inoffensive »

    Le brasseur de bière Calvinius «elle semble  goûteuse, cette Pression sans mousse ! »

    Verdict du  Service de la Mensuration Officielle Genevois : « 140 mètres »

    Le Chocolatier: « Et si la fontaine coulait en cacao ?

    Jean-Jacques Rousseau : «objet philosophique non répertorié qui m’est inconnu !»

    Le Touriste Marcel à sa tendre  moitié : « un peu cliché non, le jet d’eau à Genève? »

    Réponse « Ne serait-il  pas  un petit antidépresseur… hydraulique…local ? »

    Sylvie Neidinger

     

    jet d'eau,geneve,bombe bio,neidinger,services industriels genevois sig,calvinius,observatoire technologique de geneve,sitd,smog

     

  • Banquet républicain à Genève. Lettre à Rousseau, premier Indigné.

    Imprimer

    Monsieur  Jean-Jacques Rousseau,

    Je vous  remercie d'être né  le 28 juin 1712.  Car cela m'a permis de passer une bonne soirée  jeudi dernier   28 juin 2012, au parc La Grange  avec la douce ondée vespérale qui montait des rives du Léman et caressait les esprits.Captureule recadré.PNG

    Genève organisait un banquet républicain en l'honneur du  Tricentenaire de son célèbre citoyen: vous-même.
     
    Célèbre  est trop faible, un mythe, une aura, un halo...
     

    Luc Ferry est venu philosopher de France pour rappeler à juste titre que vous êtes assurément  Suisse. Ce que la machine hexagonale à panthéoniser, franciser, parisianiser tout ce qui brille du monde francophone oublie régulièrement ! Seul votre lointain ancêtre Denis Rousseau venu trouver refuge protestant  à Genève en 1549  était parisien, comme vous le savez.

    Les genevois eux,  ne doutent pas de vos origines.

    Vous avez été encensé ce soir là par les voix du Maire de Genève Rémy Pagani, de Mme Micheline Calmy-Rey, personnalité politique féminine de premier plan, du Conseiller d'Etat Charles Beer, de M. Sami Kanaan,  philosophes, artistes, invités....

    Et tout ce beau monde de scruter votre « modernité ». Bizarre car le terme n'existait probablement pas au XVIIIème siècle ?

    Vous concernant, je préfère largement parler d'Ombre des Lumières, l'intitulé du spectacle original qui a suivi le banquet, avec le  son  produit en direct par le Big Bang Orkhestrâ. Bel hommage à votre activité de musicien.

    Oui, Monsieur Rousseau, vous êtes hyper contemporain  par le souffle lancé au-delà des siècles  qui agite encore nos consciences.

    Qualifié de Premier Philosophe politique, vous avez effectivement défini les bases de nos Droits de l'homme -et de la femme !- de  citoyen, droits éducatifs etc. Votre lien majeur avec la nature se nomme aujourd'hui l'écologie.

    ROUSEAU, L'INDIGNé PARADOXAL ISSU D'UNE TRAGEDIE SANS NOM !!!!!

    Vous avez effectivement ouvert la renaissance idéologique du siècle des Lumières. Mais ....à votre corps défendant !

    Cette magnifique date de naissance dignement célébrée est en réalité celle d'une tragédie. Vous naissez. Votre mère meurt.

    La vie, la venue au monde, c'est habituellement 1+1=2.

    Votre équation personnelle c'est (+1-1) = 0.

    Une naissance pour une mort. Une naissance contre une mort.P1040151.JPG

    Dame nature a cassé votre contrat social initial au premier jour de votre existence.

    Le pacte que chaque être vivant reçoit en cadeau de la Vie, celui de naître d'une mère et d'en être aimé, vous a été refusé au départ.

    Vous ne pourrez dans votre petite enfance vous fondre en elle pour ensuite mieux vous en séparer et construire votre individualité.

    Durant toute votre existence, vous  rechercherez cette mère perdue  en vous étourdissant de relations avec les femmes,  trompant votre épouse Marie-Thérèse à plus va.

    Pour mieux les séduire toutes et détecter en elles ce que chacune peut raconter de votre chère disparue.

    En  grand séducteur  que vous êtes, vous passerez votre temps à les rassurer, à réparer. A tenter de réparer l'irréparable.

    Il vous a été interdit d'être fils par cette perte originelle. Vous ne réussirez jamais à être père. Vous abandonnerez vos cinq enfants.

    Votre lien social naturel étant rompu au départ,  vous considérez qu'il faut le fabriquer mais ...autrement. Vos véritables enfants seront en réalité...vos livres !

    La bibliothèque de votre mère constituait votre unique lien physique, visuel  avec Elle. En plus des soupirs de votre Père face à cette délicieuse épouse perdue... ô Paradis perdu.

    Votre reconstruction personnelle -thérapeutique ?-passera par  une impressionnante  élaboration intellectuelle philosophique associée  à une  recherche éperdue,  irrépressible  de sensualité.

    En composant la Nouvelle Héloise, vous ouvrez les portes du romantisme  et de l'expression individualiste si forte aujourd'hui. Du sentiment amoureux. De l'intime. De l'intimité perturbée, matière à psychanalyse (si genevoise...)

    Votre système de  pensée reste plus que paradoxal. Donc hyper moderne ! Vous allez démontrer  comment tout citoyen en votant librement pour telle option politique, met en place le système légal des lois  qui va le contraindre et auquel il devra s'assujettir.

    Votre tragédie initiale vous a probablement rendu le premier Indigné de l'histoire comme homme en tension et du malheur ?

    Indépendant, aussi. Vous vous autorisez à vous affranchir allègrement des règles sociales qui vous pèsent  en totale liberté. Que cela soit  accepté ou non par les autres, peu vous importe !

             HOMME DE PARADOXES PLUTÔT QUE DE PREJUGéS

    "Pragmatique idéaliste ", vous avez une singulière manière de mettre en pratique vos idées. Vous allez jusqu'à parjurer votre foi calviniste pour mieux goûter aux charmes de Madame de Warens à Chambéry «  votre miel, votre pervenche » la première fleur que vous faites entrer à l7 ans dans votre herbier personnel.

    Problème : elle est une mère de substitution puisque vous la nommez  « maman » Et elle de vous répondre « petit » !! (l'histoire dit peu que  cette dame était une  vaudoise d'origine ayant abjuré, elle aussi.)P1040115.JPG

    Lorsqu'elle vous quitte, vous quittez la foi catholique pour revenir au bercail par mouvement pendulaire !

    En assumant l'évidente contradiction, sans crainte, vous,  esprit si  libre !

    Et de continuer à herboriser les femmes pour goûter de chacune  son parfum...portable.PNG

    D'ailleurs, jeudi dernier, Jean- Jacques, j'ai cru vous apercevoir à côté d'une charmante, en pleine cueillette...

    Non ! Il s'agissait en réalité d'un acteur moderne puisqu'il  a finalement sorti de sa poche son ...téléphone!

     ANTIQUE CHOEUR FEMININ LEMANIQUE

    Jean-Jacques, cette confidence....

    Il n'y avait plus de place assise au banquet en raison de son succès populaire. Je me suis donc installée sur les bancs externes, me retrouvant en compagnie de quatre charmantes genevoises très âgées qui, ne pratiquant pas internet,  ne s'étaient inscrites non plus au repas.

    Vous auriez tellement adoré, tout comme moi, avoir passé la soirée en si charmante compagnie !

    Brillantes, spirituelles, toutes confessions représentées, elles connaissaient  leur monde local sur le bout des doigts. Tel  monsieur qui passait devant nous fut qualifié de  « très très vieille famille genevoise » tel autre de  «  brillant historien »  L'une d'elles  avouait, malicieuse, regard pétillant   avoir été le professeur du Conseiller d'état présent au banquet...alors âgé de  12 ans.

    Finalement, je suis intimement convaincue que jeudi dernier,  Jean Jacques, vous assistiez bien à ce  banquet républicain. Mais formellement placé.... parmi ce chœur antique de délicieuses dames mémorables, si fatiguées car  appuyées sur leurs cannes  et si vives ...d'Esprit de Genève!

    Tout comme vous !

    Sylvie Neidinger.

    1) ville de Genève culture

    château de penthes,rousseau,geneve,indignés,28 juin 17122)Centre de recherche rousseauiste

    3)Nota cet article visiblement a "séduit" . Il est cité dans le compte rendu de l'année Rousseau MRL page 11

    Tags : rousseau, genève, philosophie des lumières,micheline calmy-rey, charles beer,sami kanaan, luc ferry,MRL

     

    crédit images photos Neidinger

     

    Rubrique #Protestantisme