LIRE - Page 4

  • Etienne Dumont, critique d'art-oeuvre d'art

    Imprimer

    Etienne Dumont est connu comme le loup blanc à Genève. Mais pas tellement au delà, finalement. etienne dumont,tatouages,corto maltese,critique d'art,oeuvre d'art,geneve,tdg,bilan

    Alors qu'il est l'un des hommes les plus transformés de la planète. Pour ne pas dire l'unique au monde à ce niveau de tatouages. Probablement de tous les temps. Il est journaliste.

    Cette chronique concerne l'homme public.

    Le privé, je ne le connais pas. La vie privée n'aurait d'ailleurs pas lieu d'être sur un blog.

    Nous avions croisé nos chemins une seule fois à Penthes en 2012 à propos de l'expo Corto Maltese.

    Il portait son petit bonnet. Peu loquace...(photo ici : phase du noir sa photo de blog.)

    Lui rédigeant un article de presse:  Marco d' Anna sur les traces de Corto Maltese

    Et moi un  article de blog:               Marco d'Anna en escale à Penthes

                                                          Corto Maltese refuse de quitter Genève

    Etienne Dumont  est brillant rédacteur. Il a quelquefois la dent  dure. Sur le terrain genevois et vaudois, certains éditeurs ou galeries d'art m'ont  dit être  encore   marqués par ses écrits  à leur encontre, en positif comme en négatif. Je n'ai les ai pas tous  lus et ne peux me prononcer.

    A savoir, la Presse  n'est pas Communication! Le chroniqueur est bien  dans son rôle en tant que...critique.

    Nuance toutefois. Qu'un  journaliste n'apprécie pas une oeuvre  ne signifie pas du tout  que cette dernière soit nulle. Derrière une expo, un éditeur,  il y a de l'humain. Des personnes qui se sont données autour d'un projet. Et qui n'apprécient pas que deux coups de cuillère à pot  de plume ne  ternissent leur travail.etienne dumont,social,hukuzai,irezumi,peau,formule de dubois,tatouages,corto maltese,critique d'art,oeuvre d'art,geneve,tdg,bilan

      Car, problème: l'écrit reste ! Il est ultra puissant. A l'heure des moteurs de recherche, les articles ne meurent pas ! D'où ces sentiments mitigés toujours actifs longtemps après les parutions.

    CRITIQUE CULTURELLE: LA DIFFERENCE PRESSE /BLOG

    Ici s'expose  toute la problématique de la critique du culturel. Car le journaliste est justement rémunéré pour s'exprimer en positif et aussi en... négatif. C'est son travail. Quelque part, son opinion  engage celle de  sa Rédaction dans le lien de subordination qui le lie à son employeur. Laquelle en retour le protège.

    Le blog lui ne fonctionne pas ainsi. Pas de mécanisme économique.  Le blogueur opère individuellement ses choix. (sur ce blog neidinger par exemple, j 'ai choisi  en règle générale cette option pour les données culturelles: "j'aime pas donc je n'en parle pas" L'activité blog est non rémunératrice, chronophage. Pas de temps à perdre à démolir...car déjà pas le temps de coucher sur écran la dizaine  d'articles déjà pré-rédigés en tête. Ce qui n'empêche pas au besoin évidemment une critique. Mais pas de celle qui laisse l'autre cloué au tapis médiatique)

    Presse et blogosphère sont deux planètes si proches et si  différentes; pas toujours comparables!

    I- Etienne Dumont,  chroniqueur culturel:

    On ne le lit  plus actuellement sur la Tribune. Idem, son blog TDG  est inactif. Sa dernière chronique fut rédigée le 7 mai dernier. "Tout a une fin" écrit-il sans en préciser les raisons.

    Il exerce désormais à Bilan.chetienne dumont,tatouages,corto maltese,critique d'art,oeuvre d'art,geneve,tdg,bilanetienne dumont,tatouages,corto maltese,critique d'art,oeuvre d'art,geneve,tdg,bilan

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ici sa photo professionnelle, sur le site de presse. Drôle d'indien, étonnant journaliste. Peu habituel.

     

     II Etienne Dumont oeuvre d'art

    etienne dumont,tatouages,corto maltese,critique d'art,oeuvre d'art,geneve,tdg,bilan L' homme  est probablement le plus tatoué de la terre (exploit)   et  oeuvre d'art. Il  s'est  exprimé publiquement en 2009 sur son  processus de transformation démarré par un aigle et une croix, du basique,  pour arriver au résultat sophistiqué que l'on connait aujourd'hui.

    Avec un  graphisme ethnique très sphère culturelle océan pacifique pour le visage  (Maori?) et Japonisant pour le thorax. Et plus encore.

    Son être est devenu champ expérimental. Le blanc par exemple ne tient pas sur la peau,dit-il, il vire au jaunasse sale. Il quitte donc le blanc/noir pour le ...rouge.

    Il  témoigne sur le site d'une certaine Annette Giard en février 2009 (textes en bleu):
    "j’avais vu au Musée d’Orsay, lors de l’exposition sur les moulages, le buste en plâtre d’un Néo-Zélandais, au visage couvert d’incisions soulignées d’encre. Longtemps, j’ai pensé à cette chose, sur ma table de nuit imaginaire, puis j’ai téléphoné à Dominique Lang [son tatoueur] : “On le fait.” Il n’était pas chaud. On l’a fait, en couleur. Ça m'embêtait d’avoir de la couleur sur le corps et la tête en noir et blanc, c’est comme si j’étais deux personnes. Alors on a tout refait en couleur. Ça a pris 10 mois, en tâtonnant. Il se passait toutes sortes de choses bizarres pendant les séances. Quand il plantait son aiguille dans les ailes de mon nez, par exemple, ça déclenchait des éternuements. Il fallait s’interrompre toutes les 10 secondes.

    Il a offert son corps  jusqu'à la nudité au regard public en 2009 par  une expo  de photos. Il fêtait ses 60 ans.

    Mais sans donner d'explication verbale véritable. Le cliché plus haut le présente en mode avant/après. Depuis son visage s'est encore complexifié.

    Après tout, face à une oeuvre, le spectateur de la photo ou de la toile doit lui -même se poser la question du pourquoi. L'Art sert bien à cela...L'artiste n'a pas à verbaliser ses choix !

    Silence d' Etienne Dumont  sur les motivations du recouvrement presque complet de ses cms de peau.(dont la superficie se calcule par une formule dite de Dubois qui daterait de 1916 en fonction du poids et de la taille.)

    La peau cet épithélium de revêtement,  résistant à l'abrasion et la dessication par sa couche cornée, cette enveloppe humaine,  peut atteindre 2 mètres suivant les individus.

    Le genevois   reste fondamentalement  silencieux sur les motifs de cet acte de transformisme majeur.

    Est-ce une barrière de protection?  Un outil de provocation ? A-t-il des soucis médicaux autres que la nécrose qu'il avait signalée à propos de sa corne de par le recouvrement complet? Son témoignage sur les réactions qu'il engendre, en Suisse, à Paris ou dans les pays qu'il visite?  Quid des passages en douanes? Les enfants le prennent-ils pour un personnage de BD vivant lorsqu'ils le rencontrent ? Un extra-terrestre?  Quel est le lien entre l'encre de la plume du journaliste, l'encre du tatouage et l'ancre symbolique si présente chez les  tatoués? Que pense-t-il de la notion de trace culturelle ? Narcissisme ? Auto mutilation symbolique?

    Ou au contraire hyper-valorisation de l'ego ?

    450 HEURES DE TATOUAGE SUR 15 ANS

    etienne dumont,social,hukuzai,irezumi,peau,formule de dubois,tatouages,corto maltese,critique d'art,oeuvre d'art,geneve,tdg,bilanQui le fait éternuer, tousser suivant les emplacements lors des  longues séances.

    Définition de tatouage sur wiki :

    Le mot vient du tahitien tatau, qui signifie marquer, dessiner ou frapper et dérive de l'expression « Ta-atouas ». La racine du mot, ta signifie « dessin » et atua signifie « esprit, dieu ». Le docteur Berchon, traducteur du deuxième voyage de Cook vers Tahiti en 1772, employa pour la première fois le mot tattoo ; le mot sera francisé en « tatouage» à la fin des années 1700. Il est d'abord introduit dans le Dictionnaire de l'Académie française en 1798, puis dans la première édition du dictionnaire de Littré en 1863

    Au Japon, le tatouage traditionnel pratiqué à la main est appelé irezumi (入れ墨 ou 入墨, irezumi?, littéralement « insertion d'encre ») le terme plus général pour désigner le tatouage est horimono (彫り物 ou 彫物, horimono, littéralement « sculpture »

    (suite- A Giard)

    "Il est recouvert d’encre de la tête au pied, à la seule exception des paupières, des parties génitales, de l’anus et de la paume des mains et des pieds. Etienne Dumont porte en outre, sous la lèvre, une sorte de hublot qui montre la racine de ses dents et ses gencives. etienne dumont,critique culturelle,social,hukuzai,irezumi,peau,formule de dubois,tatouages,corto maltese,critique d'art,oeuvre d'art,geneve,tdg,bilanSes oreilles sont ornées de gigantesques disques, pareilles à des décorations primitives. Il s’est fait implanter deux gros anneaux de métal qui apparaissent en relief sur le dos de ses mains. Au-dessus du front, un pédoncule semblable à un oeil globuleux d’extra-terrestre pointe comme une antenne. A l’origine, il avait deux “cornes” sur la tête. Une nécrose foudroyante l’a obligé à se débarrasser de celle de droite. Ce qui l’énerve : il aurait voulu être symétrique. Mais les lois du corps n’ont rien à voir avec l’ordre et la raison.

    etienne dumont,social,hukuzai,irezumi,peau,formule de dubois,tatouages,corto maltese,critique d'art,oeuvre d'art,geneve,tdg,bilanJ’ai appris avec ces modifications qu’il ne fallait pas avoir de plan pré-établi, dit -il. C’est peut-être la principale leçon qu’il y a à retirer d’une telle démarche. Il faut accepter d’avoir la partie droite du corps moins bien irriguée (c’est le cas pour la majorité des gens), donc moins apte à subir des modifications extrêmes. Dans le lobe de mon oreille gauche, je porte un disque de 7 cm de diamètre. Le disque de droite fait seulement 4 cm. Sur le visage, je porte un tatouage qu’il a fallu rendre dissymétrique pour qu’il ait l’air symétrique : il y a plus de lignes d’un côté que de l’autre, mais ça ne se voit pas justement. Il faut donc tricher avec les parties droites et gauches du corps. Mettre au point des illusions d’optique. J’ai l’impression d’avoir passé des années à assembler un puzzle.

    etienne dumont,social,hukuzai,irezumi,peau,formule de dubois,tatouages,corto maltese,critique d'art,oeuvre d'art,geneve,tdg,bilanVéritable oeuvre d'art que son corps puisque les tatouages sont pensés en ...illusion d'optique! En puzzle. Avec tous  ces accessoires : cornes,  piercings,  labret...

    UNE TABLE DE NUIT IMAGINAIRE COMPOSEE

    "Bien que son corps ne corresponde pas à un projet artistique global ni prémédité, Etienne Dumont en est plutôt heureux.Je l’ai fait comme quand on se promène dans un pâtisserie, explique-t-il. J’ai dit : “donnez-moi ça, et ça, et ça”. Il y a du tribal, du cyber, des estampes d’Hokusai (sur la cuisse droite, ça représente un viol, un monsieur agresse une dame, mais je l’ai choisi juste pour l’harmonie des couleurs et des volumes). Il y a aussi des crânes inspirés par des natures mortes hollandaises, des pivoines et des chrysanthèmes… On a essayé d’harmoniser le tout. Je n’attache aucun sens particulier à ces images. Il n’y a pas de symbolisme. Je n’ai fait tout ça que pour le plaisir. Et je ne me croyais pas capable d’aller jusqu’au bout. Vous savez, quand on dit aux gens : “Ce corps, c’est 450 heures de tatouages répartis sur 15 ans”, ils reculent devant ce que cela représente. Moi aussi, j’aurais reculé.

    Il se défend d’accorder à son corps une autre valeur que celle de simple support à des expériences, il  avoue quil y a quelque chose de la parade amoureuse dans ce déploiement de couleurs et de formes outrancières. “Quand on est dans mon état, on n’entre plus quelque part, dit-il. On fait une entrée. Je ne peux plus la jouer modeste maintenant. Alors j’y vais. Et j’essaye d’avoir le bon mot."etienne dumont,social,hukuzai,irezumi,peau,formule de dubois,tatouages,corto maltese,critique d'art,oeuvre d'art,geneve,tdg,bilan

    ETIENNE DUMONT DEVIENT  UN INCROYABLE CHAMPS D'EXPERIMENTATION DU LIEN SOCIAL.

    Comme critique d'art et de culture il tire des observations de son état:

    "Parfois, quand des hommes me regardent, je me demande s’ils ne sont pas intéressés par moi. Il y a une ambiguité. Mais souvent, non, ils ne me draguent pas. Ils sont juste curieux. Parfois, j’oublie mon apparence. Je n’y pense pas vraiment. Je vis avec. Parfois, j’ai l’impression d’être dédoublé. Il y a mon corps et moi derrière. C’est comme un jeu de cache-cache.” Dans la rue, ceux qui réagissent mal sont généralement des immigrés, des gens qui essayent de s’intégrer et qui trouvent choquant de vouloir sortir de la norme.En revanche, les vieilles personnes sont toujours complices. Elles approuvent. “Comme les vieux se sentent exclus, ils font preuve d’empathie avec ceux qu’ils pensent dans les marges, explique t-il.

    Etienne Dumont induit par son apparence choisie des questionnements fondamentaux sur le normal et l'anormalité humaine. Le "choc culturel" proposé par  le journaliste tatoué est un acte de création, de réflexion théorique, sociologique  proprement extraordinaire.

    Il se joue du social, sans visiblement en souffrir.

    Plus intellectuelle comme action tu meures ! Ou plus inconsciente? etienne dumont,social,hukuzai,irezumi,peau,formule de dubois,tatouages,corto maltese,critique d'art,oeuvre d'art,geneve,tdg,bilan

    A se demander même  si son intellect dirige réellement les opérations ?

    Ou si cette orientation vers ce dédoublement entre l'interne- la peau frontière et le monde extérieur se fait à son corps défendant ou non....

    Il a créé un  puzzle, un labyrinthe si compliqué. Déroutant, déstabilisant pour le "voyeur" par lui sollicité de facto. C'est à dire nous tous, le champs social.

    Tatouage ultra sophistiqué. Probablement destiné à  perdre le regard de  celui ou celle qui ose poser son oeil sur lui pour l'introspecter. Dans un magistral mécanisme de défense ?  

    Comme une peau-paratonnerre ?

    Ou bien parade amoureuse du paon ou autre oiseau rare, en magnifique plumage rouge ? 

    Ou les deux dans un "double-je" ?          

    Double jeu avec le regard de l'Autre à qui il impose impérativement d'être en position de voyeur !

                                        Sylvie Neidinger

     

    Suite en 2017 : il est qualifié  par certains de "méchant et antipathique!"

    https://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/etienne-dumont-bete-noire-critique-uvre-art/story/26785331

  • Overdose chimiques sur textile d'enfants selon WECF.

    Imprimer

    Stop à l'overdose chimique !  

    WECF basée à Annemasse informe  dans son dernier communiqué de presse et surtout dans sa toute dernière publication: woman.GIF

    "L’Europe les consomme à un rythme effréné, puisque le marché du textile enfant y pèse pas moins de 28
    milliards d’euros. Le modèle textile a pourtant grand besoin de faire peau neuve. A des conditions
    de travail inhumaines, mises en lumière par l’effondrement du Rana Plaza (Bengladesh) en avril
    dernier, s’ajoute une contamination globale de la chaine textile par des substances chimiques
    dangereuses. Sur les quelques 1900 substances chimiques qui seraient WECF, overdose chimiqueutilisées par le secteur, seules
    165 sont classées en termes de dangerosité2. Qu’en est-il des autres ? Alors que la présence de
    substances chimiques dangereuses dans les produits de consommation est un sujet de préoccupation
    majeur des Européens3.

    WECF propose un rapport complet, sa synthèse et un guide de poche pour
    faire le point sur les contaminants présents notamment dans les textiles enfants, qui exposent une
    population particulièrement vulnérable. Avec en prime l’interview d’une designer textile.

    Rapport complet publié sur Nesting

    Phtalates, retardateurs de flamme et quelques découvertes.

    Le formaldéhyde serait  réglementé plus sévèrement dans les textiles en Chine qu’en France !

     Selon le document récemment mis à disposition par WECF :"on prétend souvent que les réglementations chinoises sont systématiquement en-deçà de la réglementation européenne. Or, pour le formaldéhyde, un irritant notoire des voies respiratoires et sensibilisant cutané, classé cancérigène par l’OMS, la Chine prévoit comme la France une limitation maximale de 20 ppm dans les textiles pour bébés et nourrissons, et limite à 75 ppm sa présence dans les produits entrant en contact direct avec la peau… là où la France fixe un seuil de 100 ppm. La France agit cependant au niveau européen pour obtenir la classification du formaldéhyde comme cancérogène certain, et ainsi renforcer sa réglementation."

    Lore Macé, Designer textiles donne son sentiment de praticienne dans  une interview sur le site:

    Savez-vous par exemple quels procédés ou substances sont utilisés pour obtenir telle ou telle propriété ? Avez-vous des informations sur les substances chimiques utilisées par exemple ?
    L.M : Non, à ma connaissance, seule la composition du tissu (des fibres) est indiquée, pas le procédé de traitement ou les substances utilisées.


    Pensez-vous que cette situation est liée à une ignorance des fournisseurs de textiles, liée à des obstacles tels de communication tout au long de la chaîne par exemple ? (Des réglementations européennes comme REACH prévoient que les intermédiaires doivent justement faire remonter des informations)
    L.M : En fait, chaque intermédiaire n’est simplement pas au courant de ce qu’a fait le précédent. Pour la soie par exemple, il existe une grande variété de traitements possibles pour l’obtention du produit fini. Chaque intermédiaire ne s’intéresse pas à ce qu’a fait le précédent. C’est surtout l’intermédiaire final avec le consommateur qui est en général le plus intéressé par ces informations, car il est responsable de son produit. Mais si l’information ne remonte pas l’ensemble de la chaîne, il sera impossible de disposer de l’information pour le maillon final de la chaine."(...)

    Certaines entreprises, en Inde par exemple, font-elles preuve d’exemplarité dans les domaines de la protection de l’environnement, de la santé et de préservation des ressources ?
    Eh bien oui ! J’ai visité différentes usines dont la production était certifiée par le label GOTS, et j’ai eu une excellente surprise chez l’une d’entre elles, Aura, située dans le Sud du pays à Ahmedabad. Cette entreprise, non seulement utilisait uniquement des teintures végétales, mais en plus elle recyclait même les déchets issus de la production, comme les boues, réutilisées comme engrais dans les champs pour fertiliser la culture des végétaux dédiés à la fabrication des teintures.

    Visiblement WECF soulève un lièvre environnemental ...circulaire : un produit sain  issu obligatoirement d'un process sain.

    On conclue toutefois par ces remarques :

    -Pourquoi cette alerte textile  est-elle issue d'une ONG... féminine uniquement ?

    -Si les textiles sont "dangereux" pour les enfants, ils sont dangereux pour tout le monde, non?

    -Les femmes toujours au chiffon. Et les hommes portent toujours la culotte ? Sans se soucier de sa provenance, de sa composition, de sa chimie, de son lavage et repassage?

    Allez, Messieurs, encore un petit effort...

                                                                                                           Sylvie Neidinger

  • 18 écrivains suisses à Moscou avec le Salon du livre de Genève

    Imprimer

    Communiqué de presse publié en intégral:

    -  Le 28 ème  Salon du livre et de la presse de Genève  se tiendra à Palexpo du 30 avril au 4 mai 2014.

    -  Dix huit écrivains suisses à Moscou avec le Salon du livre :

    "La Suisse sera l’hôte d’honneur du 15e Salon du livre de Moscou, qui se tiendra du 27 novembre au 1er décembre 2013. Pro Helvetia, maître d’oeuvre de la présence suisse, a donné mandat au Salon du livre de Genève d’organiser le contenu de cette présence. Le Salon du livre de Genève invitera 18 auteurs suisses de toutes les régions linguistiques, romanche compris. A Moscou, ces écrivains participeront à des débats, des séances de dédicaces, des lectures publiques et des rencontres avec les médias, des étudiants et des artistes moscovites.  

    Un pays, quatre langues : il n’existe pas une seule littérature suisse mais quatre traditions littéraires, chacune liée à l’une des langues officielle du pays – l’allemand, le français, l’italien et le romanche. C’est ce message que le Salon du livre de Genève va porter à Moscou, en y invitant sept auteurs alémaniques, autant de Romands, deux Tessinois et un Grison d’expression romanche.
     
    Au nombre des auteurs invités, Metin Arditi, Anne Cuneo, Dominique de Rivaz et Corinne Desarzens, les écrivains alémaniques Charles Lewinski, Lukas Bärfuss ou le Russe établi en Suisse et écrivant en allemand et en russe, Mikhail Shishkin ; l’auteur romanche Arno Camenisch et l’écrivain tessinois Andrea Fazioli, ainsi que les auteurs pour la jeunesse Jürg Obrist et Haydé Ardalan. Le Salon du livre de Genève a cherché à inviter des auteurs traduits en russe ou ayant écrit sur la Russie.
     
    Durant le salon de Moscou, débats avec des professionnels du livre et avec le grand public et dédicaces alterneront avec des lectures publiques au Centre Culturel de Tchaïkovski et au Tchékov Art Theatre, ainsi qu’avec des rencontres avec les médias, des étudiants et des artistes moscovites. Anne Cuneo, spécialiste du roman historique, réalisatrice de films et metteuse en scène, auteure de « Le trajet d’une rivière », « Le maître de Garamond » ou « La Tempête des heures », et Corinne Desarzens, grande voyageuse et amoureuse de la Russie (« Un roi », « Poisson-Tambour »), parleront de la place des femmes dans la littérature suisse. Avec Andrea Fazioli et Lukas Bärfuss, Anne Cuneo évoquera le fait d’écrire en italien, allemand ou français sans appartenir à la culture de ces pays.
     
    Jürg Obrist, illustrateur de plusieurs volumes des « Enquêtes de Lenoir et Blanc », et Haydé Ardalan, créatrice du très populaire personnage Milton le chat, participeront chaque jour à des animations à l’intention du jeune public. L’identité suisse, traversée d’influences multiples, sera développée par Charles Lewinsky, auteur de « Melnitz » ou de « Retour indésirable », et Lukas Bärfuss, dramaturge et romancier, auteur notamment de « Hundert Tage » (Cent jours).
     
    La présence suisse à Moscou sera mise sur orbite fin octobre à l’occasion de la visite en Suisse de cinq journalistes russes représentant d’importants médias de ce vaste pays, Kommersant FM, Kommersant Newspaper, RBK Daily Newspaper, Russia Newspaper et ITAR TASS. Accompagné de représentants du Salon du livre de Genève, ils passeront un jour à Zurich, à Bâle, à Lausanne et à Genève, rencontrant à chaque fois des auteurs suisses.
     
    La présence suisse au salon du livre de Moscou s’inscrit dans le cadre du programme «Swiss Made in Russia. Contemporary Cultural Exchanges 2013-2015» mis sur pied par Pro Helvetia. Ce programme vise à accroître la notoriété de la scène littéraire suisse en Russie et à permettre la signature d’accords de traduction et de distribution, mais aussi à donner aux éditeurs suisses une meilleure connaissance de la scène littéraire russe et du marché du livre dans ce pays.
     

    Le Salon du livre et de la presse de Genève se tient à Palexpo du 30 avril au 4 mai 2014.
    Plus d’informations sur www.salondulivre.ch.

  • Les Terres Saintes de la République...laïque

    Imprimer

    L'auteur Olivier Marchon indique que la France est le seule puissance étrangère à posséder des lieux Saints  en ...Terre Sainte. 

    Quatre territoires :Sainte Anne de Jerusalem Eglise de l'Eléona du Pater Noster sur le Mont des Oliviers, là où Jésus apprit  le Notre Père à ses disciples, le Monastère d'Abou Gosh , le Tombeau des Rois.olivier marchon,jerusalem,le mont blanc n'est pas en france

    Domaines administrés par le Consulat de France mais régis par la loi israélienne.

    Or le Consulat fait dire des dizaines de messes par an !

    La lecture de l'ouvrage déjà signalé en rubrique LIRE intitulé "le Mont blanc n'est pas en France" présente un éclairage très précis et intéressant sur le Proche-Orient avec  son chapitre  dédié aux  Terres Saintes de la République (page 59).

    "SEIGNEUR SAUVE LA REPUBLIQUE !"

     "Au cours de ces cérémonies, les ecclésiastiques présentent évangiles et eau bénite au consul de France avant de l'encenser. Elles s'achèvent par la très officielle Prière pour la République Domine salvam fac rem republicam, Seigneur, sauve la République !"

    "A dire vrai (p 60) la présence de la France en Palestine ne date pas d'hier" rappelle l'auteur. 

    Ce pays a en effet un pied au Levant depuis un demi-millénaire. Un statut dénommé "Capitulations de l'Empire Ottoman" soit une renégociation de Traités à une époque où elle partageait un ennemi commun avec les Turcs: l'Autriche.

    Elle se voulait  protectrice mais devint propriétaire.

    Abu Gosh , Saint Anne: cadeaux du sultan. L'Eléona reconstruite et donnée à son pays par Héloise de la Tour d'Auvergne. Les banquiers parisiens, les frères Pereire offrant  eux à la République le très vénéré Tombeau des Rois.

    La présence hexagonale sera justement à son apogée en cette fin du XIXème siècle.

    Mais ce statut privilégiés, les honneurs rendus par les religieux, les fastes locaux agacent d'autres puissances chrétiennes d'Europe : Russie, Italie, Grande-Bretagne.

    Les lois de 1905 anticléricales vont mettre à mal sa position privilégiée en Terre Sainte car les chrétiens locaux ne les verront plus d'un bon oeil.

    Lors de la Grande Guerre, les ottomans, dans le camp ennemi expulsent les français de Jérusalem

    Dès 1917 les britanniques s'emparent de la Palestine.

    "En résumé, les territoires français de Jérusalem sont la trace de 400 ans de protectorat religieux que la France a exercé au Levant. Les messes consulaires qui y sont organisées ne sont que l'écho nostagique d'une époque où la France catholique était considérée comme puissance dominante au Proche-Orient.

    Cette survivance de liens honorifiques  entre république et religion perdure par ailleurs: le Président est toujours chanoine de Saint-Jean-de--Latran à Rome, proto-chanoine de la cathédrale d'Embrun, de Saint-Germain-des-Prés, le concordat alsacien....Seuls les spécialistes du droit constitutionnel y retrouvent leurs petits avec cette fille aînée de l'église bien compliquée dans sa tête !!

    Une chose est certaine, les dirigeants politiques français, les actuels comme les précédents ont toujours une tendance à se croire encore au  XIXème siècle, période  de la splendeur de la tout  puissance de la France au Levant. Dépassée.

                                                                                                         Sylvie Neidinger

     

    photo: capture d'écran site du Consulat à Jérusalem

                                 

                                          RUBRIQUE PROCHE-ORIENT SERIE SURYA

                                                                

     

  • Les Pieds dans la colophane

    Imprimer

     La  colophane, résine issue du pin est enduite par le danseur classique sous forme de poudre sur ses chaussons pour faciliter l’accroche au sol.les pieds dans le colophane,matthieu barrucand,mugette !berment,compagnie choryphée,editeur chryspée

     Détail pratique d’un univers artistique: celui du pas glissé qui veut retenir quelque peu son temps de pose entre deux envolées.

    Deux compères ont uni leurs quatre mains pour produire ce regard  introspectif sur la danse: Muguette Berment la journaliste et Matthieu Barrucand, le  danseur, chorégraphe, interprète,directeur artistique de la compagnie Choryphée.

    Ils se la dansent plutôt...  tango. Droit dans les yeux en face à face dialogué.

    L’une n’est pas vraiment  la plume de l’autre ! Les deux, si différents, produisent ensemble  un ouvrage original, polyforme, autour d’une passion commune.

    De tous styles: des pages complètes  à  la première personne du singulier (10 fois  « je » en page 19) au « nous » employé dès que le travail d’équipe est évoqué.

    Le chorégraphe  dit faire oeuvre d’artisan "face à" l’artiste danseur et au final, au public.

    Un passionné : « Que fait-on du temps imparti entre notre naissance et notre mort ? Consacrer entièrement sa vie à la danse en risquant de sombrer dans l’emprisonnement de la passion de soi à travers l’autosatisfaction dans le travail du corps ? »(p27)

    Il évoque ses premiers contacts, enfant, avec la lumière de la "vraie"scène, publique. Il est très jeune. Puis ses processus de création adultes. Ses rencontres avec Maurice Béjart et Sylvie Guillem etc.

    En 2003, il fut invité en Suisse par  Floriane Vergères à chorégraphier pour le ''Jeune Ballet du Léman''. "Dans ses productions, il intègre parfois les élèves de la région, leur permettant ainsi de côtoyer des professionnels et de susciter des vocations."est-il écrit sur le site web.

    Des passages sont traités en dialogues entre la journaliste et le chorégraphe.

    IL SE MOQUE DES "CONTENTS-POUR-RIEN"

    Plusieurs pages relèvent son point de vue sur les évolutions danse classique/contemporain. Il donne son mot sur  les divers grands chorégraphes du siècle :

    « Il y a 60 ans quand la danse était exclusivement hiérarchisée (coryphée, sujet, danseur étoile) les solistes pouvaient facilement  parader autour de leur belle personne. Les chorégraphe de l’après-guerre puis Maguy Martin, Maryse Delente  jusqu’aux chorégraphes actuels se penchent sur l’être humain. Balayant la performance technique pour la technique au profit du sensuel. Nous avons vite fait le tour du lever de jambe derrière l’oreille… » p 31.

     les pieds dans le colophane,matthieu barrucand,mugette !berment,compagnie choryphée,editeur chryspéeIl se moque des faux nez avec humour : « que c’est long une heure trente de spectacle quand les idées manquent alors ces faux chorégraphes  n’hésitent pas à demander  leurs interprètes de gigoter dans une baignoire, de ramper sous le tapis, de hurler dans un haut-parleur, de balancer des serpillières trempées éclaboussant le public » Et le problème du multi-média utilisé à outrance...

    Par respect pour la danse contemporaine, la vraie, il nomme ces inconsistants- suffisants les « contents-pour-rien » 

     Le livre "co-produit" est principalement une tranche de vie particulière, sincère  autour du chausson colophané.

     Elève de Rudy Bryans à Montpellier, qui reste  définitivement  son maître à danser et à penser Matthieu  Barrucand pose en exergue la magnifique assertion qui clôture cette note « ce n’est pas le chemin qui est difficile mais le difficile qui est le chemin »

                                                                                  Sylvie Neidinger

     

    Les Pieds dans le colophane. Isbn 978-2-919737-01-7 Editions Chrysopée. F-73000 Chambéry.

  • "Ecrire l’histoire, c’est foutre la pagaille dans la géographie" !

    Imprimer

     La phrase de Daniel Pennac (tirée de La Fée Carabine) est citée par Olivier Marchon dans le  livre qu’il consacre aux bizarreries géographiques, tout récemment publié.livre seuil mont blanc 001.jpg

    Son ouvrage «  Le mont Blanc n’est pas en France ! » est simple, plaisant à lire comme des historiettes.

    Des anecdotes significative, en fait...Avec le terme ONU qui revient à plusieurs reprises.

    L'auteur a observé avec attention les territoires enclavés, ces morceaux de souveraineté ayant « atterri » (c’est le verbe qu’il emploie page 13 )  chez les autres.

    De véritables casse-tête !

    Il évoque  également  les territoires utopiques, symboliques, rêvés...

    Que le sommet du Mont-Blanc soit disputé par l’Italie et la France n’est pas une nouvelle en soi. Ce qui est plus drôle: le sommet identifié comme étant le plus haut de la zone ( donc le…toit de l’Europe) n’est pas forcément celui que l’on croit  !

    VALLEE DES DAPPES DITE  ..."NEUTRE" POUR RAISON DE DIFFEREND ENTRE SUISSE ET FRANCE !

    Entre Suisse et France, le litige d’enclave porte sur l’Arbézie (lire bois du Rizoux, une vision côté France. On attend la vision helvète ! ) plaisanterie entre Franche-Comté et comté de Vaud autour de l’hôtel restaurant d’un certain   Marc Arbez coupé en deux par la frontière. Or, la régularisation semble difficile.

    Elle s’inscrit dans un contexte politique réel : « les résistances locales (p 163) sont grandes. Elles trouvent leurs racines dans l’histoire étrange de la vallée des  Dappes (…) Durant près de 400 ans jusqu’à la fin du XIXème siècle, les 19 kms carrés de cette vallée reculée du Jura sont laissés à l’abandon par les deux pays »

    On entre carrément dans le véritable champ politique franco-suisse:

    « Un différend entre suisses et français rend impossible le partage du lieu qui devient neutre par la force des choses. La vallée de Dappes se transforme en destination refuge. Pour ceux qui ont intérêt à se faire oublier. Sur place les hivers rudes et les autorités absentes forgent l’habitude d’indépendance des habitants. »

    Problématique qui perdure jusqu’au 8 décembre 1862 date du Traité de Dappes -  le bienvenu pour mettre tout le monde d'accord, suisses et français !

    EN BELGIQUE, LA FRONTIERE COUPE  UNE PORTE D'ENTREE DE MAISON EN DEUX !

    Les enclaves les plus significatives à la lecture de l’ouvrage ont été de mon point de vue la découverte de la pratique britannique qui accumule des situations de fait…chez les autres.

    On connaissait les Malouines, Gibraltar. Mais pas Chypre où les SBA (Sovereign Base Aeras) abritent les bases militaires de surveillance anglaises. Surveillance électronique du Proche-Orient évidemment.

    Leur statut est alambiqué : « leur administration est militaire ( p 38) mais leur police et justice civiles et appliquent une loi calquée sur la loi chypriote. Elles ne font pas partie de l’Union européenne alors que Chypre et le Royaume-Uni en sont tous deux membres !"

    En résumé les SBA sont enclaves d’un pays de l’UE dans un autre pays de l’UE mais hors de l’UE tout en étant dans la zone euro ! C’est d’un simple...encore une bizarre exception britannique !

    A savoir: en 1964, les britanniques ont cessé de payé le loyer de ces bases militaires à Chypre. Question du livre « les locataires mauvais payeurs seront-ils un jour priés de déguerpir ? »

     Au détour d’ un ouvrage original rédigé comme de petites histoires,pleines d'humour, on découvre  des données géostratégiques les plus contemporaines !

     

                                                                                Sylvie Neidinger

    Le Mont Blanc n'est pas en France. Par Olivier Marchon. Seuil Isbn 9782021074215

                     

                                                               rubrique A LIRE

  • Hommage de Genève à Jean Starobinski au Palais Eynard

    Imprimer

     Le Palais Eynard lançait un clin d’œil au ciel, ce mercredi 29 mai 2014 à 18h30. Les cieux ont bien compris le message, par une magnifique ambiance vespérale qui  imprégnait le parc des  bastions...jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genèvejean starobinsky,sami kanaan,ruthdrifuss,mrl,genève

    Dynamique amplifiée par l’intéressante  tension entre un fond d’air frais, des corps qui s’ingénient à déclarer les beaux jours ouverts et une luminosité solaire inespérée!

    La Genève politico-culturelle honorait ce jour là Jean Starobinski, de la célèbre « Ecole de Genève»  Critique Littéraire  fameuse dans le monde des Lettres.

    A l' invitation de la MRL, Maison de Rousseau et de la Littérature...

     Genève représentée à  l’échelon de l’Etat par la présence introductive du Conseiller Sami Kanaan. Représentée à l’échelon Fédéral indirectement par sa première  Présidente (1999),   Madame Ruth Dreifuss.jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

    Le  Conseiller d’Etat  à la Culture   souligna combien l’hommage se  devait d’être rendu en ce magnifique  Palais Eynard, construit sur l’emplacement d’un ancien bastion.

     UNITE DE LIEU MAIS FORT HEUREUSEMENT PAS DE TEMPS !

     L’unité de lieu de la  pièce de théatre dix-huitièmiste qui s’est jouée ce soir là fut  essentielle.

    Jean Starobinski prit la parole pour dire combien l’honneur  rendu en ce lieu précis  le touchait.

    Il  avoua que enfant, il adorait venir y jouer au football  en voisin. Et combien il   commença sa formation intellectuelle par d’intenses lectures à la Bibliothèque, juste en face.jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

    [ Bibliothèque  où sa première fiche de lecteur est aujourd’hui précieusement conservée  ]

    De facto, l’unité de temps n’avait plus de sens dans ce contexte: c’est bien de l’épaisseur d’une vie qu’il s’agit. En l’occurrence commencée en 1920.

    Voire même avant. Puisque  L'écrivain  a démarré  par évoquer sa biographie familiale.

    Au commencement …était le père qui décida  de quitter la Pologne, il y a un siècle  pour venir étudier la médecine à Genève. Vertige du temps écoulé : les "années  lycée"de son fils Jean datent  de... 1936 !

    jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

     Deux spécialistes de son œuvre entouraient ce soir là Jean Starobinski de leur compétence. En réalité de leur affection. Il les a qualifiés d’amis: Martin Rueff et Jean-Claude Bonnet.

    jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genèveCe dernier prit la parole pour souligner que le célèbre critique, écrivain, essayiste, spécialiste du XVIIIème siècle ne fut pas trop  influencé par la mode années 80  qui mettait en exergue les écrits libertins.

    Jean Starobinki est resté dans du lourd et du solide: Rousseau et Diderot !

    « Le premier, un  introverti, véritable homme des livres, le second, un  extraverti homme des feuilles » comme l’a si élégamment souligné le genevois.

    Après le Tricentenaire de la naissance de Rousseau, rideau est désormais ouvert sur le Tricentenaire de... Denis Diderot né le 5 octobre 1713.jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

    L’occasion de relire tous les ouvrages que Jean Starobinski lui a consacrés.

    Pour mieux comprendre, de l'intérieur, en tête à tête avec le célèbre critique. Nommé avec affection Staro à Genève !                                                                                                                    Sylvie Neidinger

     

     

    jean starobinski,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève*Post scriptum. En fin de la conférence enregistrée  le public n’avait  pas trop osé casser la magie des mots prononcés et poser de questions. Finalement lors du cocktail qui a suivi, j'ai demandé à Jean Starobinsky si le fait d’être à la fois homme de lettres et médecin portait  un signification particulière ? En effet, certains médecins-écrivains  théorisent leur double –compétence. Point de cela. Il a répondu très simplement par une négation qui reclassait son ordre de préférence « la médecine n’était pas mathématique à l’époque comme elle l’est devenue aujourd’hui » Et laissé comprendre que ce métier lui a surtout permis de vivre au démarrage. De bien vivre sa passion des Belles Lettres de facto. Avec une malicieuse conclusion: "la rigueur scientifique d'un côté et l'intuition poétique de l'autre".

    *Nota. Le Conseiller  Sami Kanaan a évoqué dans sa présentation le soutien actif  de l'Etat de Genève aux lettres.jean starobinski,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève Un soutien quelquefois direct vis à vis par exemple d'un éditeur. Ce qui n'est pas évident pour tout le monde...L'homme politique n'a pas caché l'existence de véritables débats avec ses homologues de la zone suisse alémanique "qui ne voient pas du tout les choses comme nous".

    Lui  assume tranquillement sa position de l'aide culturelle pro-active.  SN.  

    *Lire article de ce blog consacré à Rousseau le  jour du Tricentenaire à Genève : Banquet républicain à Genève. Lettre à Rousseau, premier Indigné.

     

                                                               Rubrique GeneVie

    jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

    jean starobinsky,sami kanaan,ruth dreifuss,mrl,genève

     

     

  • Hollande-Caton, cet "homme de droite" ce soir sur Antenne 2

    Imprimer

    "NOUS LA DROITE". L'affaire Caton n'avait pas tellement occupé la Une pendant la période électorale 2012.

    Cette Hollandise issue d'une  Mitterandise est archi connue mais pas forcément du grand public.hollande,caton,les ambitieux; antenne 2

    C'est ce soir sur Antenne 2 qu'elle vient rattraper François Hollande....

    L'émission comparative Sarkozy/ Hollande va évoquer le sujet avec le documentaire " les Ambitieux"

    L'actuel Président de la République se serait bien passé de cette piqure de rappel que Europe 1 et d'autres nomment carrément "l'imposture".

    En 1983, François Mitterand, sur idée de Jacques Attali fait rédiger par André Bercoff  chez Fayard un  pamphet intitulé"De la reconquête" qui faussement fait  parler un "homme de droite"supposé énervé par ...la droite de l'époque.

    Le tour est joué sous le pseudonyme de Caton.

    Hollande, jeune énarque fournit la matière économique de l'ouvrage.

    Bien évidemment le journaliste Bercoff trop connu médiatiquement ne peut promouvoir la sortie de ce "fake"  sur les plateaux tv et sur les ondes, en "service après vente post publication".

    GRAVE  MANIPULATION POLITIQUE AU SEIN DE GOUVERNEMENT MAUROY

    Hollande cet inconnu va donc entrer dans cette fausse peau -de banane.

    Il osera se glisser dans la veste  d'un homme de droite qu'il est pas. Ce n'est pas un retournement de veste mais bien un mensonge. Car le  vêtement ne lui appartient pas !

    Or, il exerce tout de même à cette époque précise les fonctions de  Directeur de cabinet et Porte-parole du Gouvernement de Pierre Mauroy.

    hollande,caton,les ambitieux; antenne 2

    Il affirmera :"La vérité, c'est que le pouvoir socialiste ne tombera pas comme un fruit mûr. Ceux qui laissent entendre que, nous la droite, nous pouvons revenir au pouvoir dans les mois qui viennent, se trompent", assène le jeune conseiller, visiblement inspiré par le rôle mensonger qu'on lui fait tenir.

    Non : un rôle que François Hollande accepte volontairement de tenir !!

    Une pièce du théatre politique grand gignolesque. Du mitterando-machiavelisme à la petite semaine.

    Mentir à ce point en étant Porte parole d'un Gouvernement n'est pas clean. Rarissime manipulation politique : il fallait oser aller si loin. Surtout dans un monde où tout est enregistré.!

    Problème aujourd'hui, le même homme est...Président de la République française.

     

                                                               Sylvie Neidinger

    crédit images/captures d'écran site web

  • Mal de femme. La perversion au féminin

    Imprimer

     Le terme de "perversion" n’est pas à prendre au sens moral  Au sens d'une altération, celui d'une maladie.

     La jeune fille qui se prive de manger n'est pas une perverse au sens moral évidemment. Elle développe  une anormalité que le psychanalyse nomme un "mal de femme" et en sous-titre : la perversion au féminin.

    photo mal de femme 001.jpg

    « Elle avait dû descendre en l’espace de quelques jours à moins de 4 grammes d’hémoglobine et son teint correspondant à ce qu’on en décrit dans les livres : une pâleur essentielle, une consistance de cire empreinte dans la profondeur de la chair qui faisait de sa présence une apparition irréelle, un être venu de très loin, au-delà des frontières de la vie pour témoigner –de quelle énigme ? »

    "Quatre grammes": une mesure physique quantifiable pour une maladie psychosomatique gravissime: l’anorexie mentale. 

    Elle touche majoritairement les femmes (pourquoi ???) qui auto-sacrifient leur corps, le ravagent, le violentent au point de le rendre cadavre…vivant lorsque le mal devient paroxystique.

     L’ouvrage passionnant est paru récemment, en mars,  par Alain Abelhauser    psychanalyste, professeur en psychopathologie clinique à l’Université Rennes-2.

    Idéal à lire sur les bords du Léman à Genève, cette  patrie contemporaine des psy…

     L’auteur décrit la difficulté du corps médical à poser sur ce mal le diagnostic en raison précisément  de la perversion liée: le décalage entre «  l’exposé » par la patiente et sa réalité.

    Le  réel de « celle qui doit être obéie » comme le décrit si finement l’auteur en exergue.

    Il donne l'exemple d'une  hospitalisée en position agissante, coopérative avec le corps médical qui va jusqu’à  proposer de participer à ses soins,  de tenir elle-même sa courbe de température par exemple. Lorsque enfin, les soignants, rationnels commencent à s’apercevoir que toutes les données rendues sont …fausses ! La dame se fâche contre ceux qui ne comprennent rien. Elle   signe la décharge et quitte l’hôpital...

     L’illustration picturale  du livre choisie par l’auteur, à savoir  « Jeune fille accroupie tête baissée  » par Egon Schiele, peinture de 1918, Vienne est visuellement significative à propos des ravages auto-infligés. Rappel : Vienne : patrie… initiale des psychanalystes.

    Le corps négativé est  très à la mode, très présent  dans les magazines féminins, les mémoires d’étudiants, chez les mannequins etc.

    Pourtant l’anorexie reste terra incognita: si mystérieuse.


     [Nota Pour la clarté déontologique,  cet article va identifier par une couleur différente les commentaires  -dialectiques,  de la blogueuse inspirée par le sujet, commentaires ainsi différenciés des propositions de l'auteur. Car la  démarche est peu orthodoxe  pour une présentation d'ouvrage.]

     

    1-THEMATIQUE: Autour du SANG (Dracula)

     Quels mécanismes poussent la femme malade à devenir son propre Dracula : à se vider symboliquement de son sang ?? Le sang des menstrues, de la défloration, des accouchements   étant bien évidement une caractéristique du féminin...

    Le sang est chaud, son absence: mortifère.

    Alain Abelhauser évoque bien une vampirella (p152) Le  passage 3 du chapitre IV page 141 met en scène l’été 1816 à Genève sur les bords du lac, Villa Diodati, l’écriture de la  nouvelle « le vampire » par  Lord Byron qui deviendra mythe littéraire repris dans toute l’Europe.

     Il décrit également le cas de cette patiente d’une transparence cadavérique qui s’habille pourtant d’une robe rouge éclatant et ongles vernis du même rouge vif.

    Extraordinaires détails significatifs …Quelle provocation (ou pis-aller?) vis-à-vis des « Autres », du champ social et familial  que "se vider " en interne de son hémoglobine par graves privations  pour aller afficher en  externe, en parallèle, une substitution. Un ersatz de sang: juste la couleur rouge plaquée sur un corps au squelette rendu visible !

    La patiente décrite par l’auteur semble s’auto-jouer un clair-obscur, comme le négatif de la photo qui expulserait  l’érotisme humain pour mettre en scène un anti-érotisme de façade avec la maigreur repoussante mais peinturlurée de rouge. Un ravalement de façade, comme pour faire illusion !!!

    Pourquoi ce décharnement qui va la rendre  asexuée au point de n’être plus femme ?

    Pourquoi de fait,  toucher aux mécanismes primitifs  du cerveau et des hormones qui vous ont fait naître femme?  Pourquoi le jeu pervers de masquer ?

    L’auteur parle d’énigme. Le mystère reste total.

    Un jeu pervers ultra impératif puisque la malade impose son choix d’apparence inversée à la société qui l’observe. Mais Dracula n’explique pas tout…

    p 148 : l'auteur évoque   la "transgression" permanente non seulement entre vie et mort mais aussi humanité /animalité et les frontières si  floues...

    2-VIOL-EN-SOI 

     Le professeur de psychopathologie  ne situe pas tant la problématique dans un entre-deux des rives de la vie et de la mort (mort/vivant) Mais bien entre une problématique de violence ("viol-en-soi" voudrais-je écrire pour mieux exprimer!)"  la victime et la prédatrice prises dans une même individualité.  Lasthénie est bien Vampirella (p152)" Au bal des vampires,

    Victime et bourreau s'avèrent en définitif confondus, telle est la clef, suggère l'auteur ! (page 153)

     Oui, la malade est bien son propre auto-prédateur-permanent...inconscient.

     Elle exerce par le mental sa fascination morbide sur le champ d’expérimentation perso et facilement accessible dont elle dispose "gratuitement ": son propre corps qu'elle va martyriser sans limite!

    La frontière de l’enveloppe corporelle devient alors haïe par celle qui a déclaré une anorexie, car le champ de sa bataille se situe à  l'intérieur de sa propre peau.

    En parfait et terrible huis-clos. Intime. Silencieux. Exténuant.

    D’où probablement ces anorexies d’ado qui se déclarent précisément quand le corps se transforme justement  à cet âge.

     Très intéressant ce rapprochement par le  psychiatre entre « victime et prédatrice »

    Car les deux sont en fait   les deux faces du même sujet !!! La plaie est le couteau. Le couteau est la plaie. Réunir les deux : c’est exprimer une image unique de VIOL/ence.

     Autre remarque de type  psychanalytique: couteau et plaie représentent la  symbolique traumatique sanglante  de l’acte fondateur de la vie: l’acte sexuel. Ici vécu comme blessure. Blessure initiale du premier acte ?? Blessure initiatique…

    Réunir le masculin et le féminin revient  pour l’esprit malade à produire une image uniciste, reconstruite de corps mêlés en "un seul" indéfinissablement masculino-féminin.

    Pouvant  se transformer du masculin au féminin et vice versa!

    On comprend alors que à la fois la logorrhée et  la couleur rouge participent à  la  mise en scène du morbide sous les deux aspects.

    La femme malade se comporte comme "prédatée/prédateur  sanguinaire "agresseur inconscient  d'… elle-même ! (ou inversement prédaté masculin par prédateur féminin suivant  le cas : pourquoi pas : l'anorexie est si complexe !!!? )

    3-JANUS PATHOLOGIQUE EN UN  HUIS-CLOS ANGOISSANT

    L’anorexie mentale  maladie très grave induit une anxiété maximale. Non limitée dans le temps en plus.

    L’image la plus proche pour signifier le niveau d’angoisse généré serait probablement celle de la victime placée dans le cas suivant:  deux personnes sont  enfermées dans une cellule de prison sans contact avec l’extérieur. L’une des deux est prédatrice avec un couteau et veut tuer. L’autre: une   victime strictement sans défense, sans arme, seule, sans recours , sans REGARD externe. Sanspossibilité de fuir, l'espace étant clos.Elle  développe alors une angoisse maximale, existentielle.

    Un  face à face morbide sans témoin...Une peur réellement in-humaine : une souffrance au delà (en deça?)  du...normal.

    Le  rapport au Verbe de la femme anorexique semble lui aussi  pathologique. 

    Car, observe Alain Abelhauser, plus son corps se décharne, plus la nourriture devient obsessionnelle. Et plus elle en parle !

    En effet, elle ne parle plus que de nourriture, de son obsession à ne pas devenir grosse, à ne pas prendre un seul  gramme. Elle met en scène face aux Autres son incapacité à avaler (ou alors fait semblant et recrache) Ou alors elle passe à la phase boulimique.

    Tout comme le rhinocéros de Ionesco  grossit et envahit l’espace de vie, cette  logorrhée  monomaniaque envahit son parler alors que dans le même temps le corps se déconstruit. Fuite du psychisme par la bouche. Bouche dévolue entre autre à ...manger.

    Ceci explique peut-être  cette incroyable comptabilité tenue au gramme près? La personne prisonnière de son anorexie mentale  abriterait « dans sa peau » un combat à la fois mortifère et vital. Un (une ?)  prédateur veut tuer (un) une «  prédatée »

    4.AU GRAMME PRES: LA COMPTABILITE MORTIFERE SYMBOLIQUE DE L'ANOREXIE MENTALE

    L’angoisse engendrée est si violente que la malade doit peser, soupeser en permanence la terrible comptabilité du combat en cours  : 50/50 est un équilibre instable  car pathologique.

    Or, un gramme de plus avalé et c’est un point donné !! Mais à quel camp interne ???? Celui prédateur ou prédaté ???Problème carrément existentiel !

    Question que je pose: voire même peut-être dans sa comptabilité morbide du 50/50, ne cherche-t-elle pas en permanence à mesurer sa part de masculin par rapport au féminin ? Alors que la malade semble dans l'incapacité de ledistinguer ! Angoisse maximale.

    Fausse balance de cette fausse Justice maladive du 50/50...

    Or  problème, le sang repris du côté victime ne se loge pas du côté bourreau !!!Il disparait tout comme globablement le corps fond. Probablement dans la plus grande incompréhension/jouissance inconsciente de celle qui victorieusement s'inflige cette blessure interne d'une... indécente visibilité?

    5-OU PART SYMBOLIQUEMENT  LE SANG ROUGE ET CHAUD ? QUESTIONNEMENT CRUCIAL 

    La notion de "point d'équilibre morbide" est certainement à creuser...Dans sa dualité, l'anorexique parle de nourriture d'autant plus qu'elle s'en prive, expose la couleur rouge  (le cas cité) d'autant plus que l'hémoglobine se réduit.

    Tout tourne autour d'un axe central....Les chiffres  semblent si importants dans cette maladie. Comme pour s'auto-convaincre, affaiblie, qu'elle a une prise, un contrôle sur elle-même alors qu'elle ne gère que les conséquences. Si elle les gère...

    L' hospitalisée évoquée plus haut par Alain Abelhauser tenait impérativement  sa ...comptabilité médicale (température etc.) Qu'elle modifiait à sa guise. "Démasquée", elle a préféré ne plus être soignée. Tellement l'accès par un tiers observateur de sa comptabilité réelle interne était  gravissime pour elle.

    Car-question ?- le vrai livre de sa comptabilité interne allait-il  démasquer le prédateur qui agit en elle?

    Lourd secret inconscient qu'elle ne doit jamais dévoiler  mais toujours exposer ?

    Cette tenue minutieuse de comptabilité corporelle semble en tous cas extrêmement caractéristique de cette maladie.

     Le psychanalyste Abelhauser pose dans cet ouvrage  le diagnostic de l ’anorexie mentale avec un descriptif. Même si on n’a pas encore à ce jour bien   pris la mesure de  tous les mécanismes de ce Janus pathologique si compliqué…

     « Il est un mal étrange que jusqu’à ces dernières années du moins  bien peu connaissaient. Seuls quelques hématologistes y avaient été confrontés et de rares lettrés qui avaient croisé sa description romancée en savaient l’existence p 13 »

    Ignorance désormais passée: Alain Abelhauser donne à lire cette excellente synthèse sur le sujet, un pavé dense, analytique  (dont les syndromes associés : le syndrome de Meadow, de Münchhausen, de Lasthénie de Ferjol etc..)

    Pour mieux comprendre ce mécanisme féminin totalement maladif  à se transformer sous les yeux de la société en  une «Fantomatique Irréelle, en danger de s’automutiler car en prédation d’elle même. Auteur d'une comptabilité pathologique .

    Par ailleurs et en même temps étant  terrible victime en huis-clos sans témoin d'un combat qui fait rage à l'intérieur de sa peau. Avec une non réponse existentielle pour la malade: à  savoir où est passé symboliquement le sang disparu? Quelle est la part interne du masculino/féminin : 50/50 ? 

    Pour un résultat ultra visible aux yeux des Autres: un corps décharné. 

    Comprendre pour soigner.

    Pour  mieux la faire Ré-entrer dans la communauté. Après celle des « mortes-vivantes », celle des vivantes enfin libérées de combats internes épuisants.

    Une chose est certaine:  l’absolue nécessité pour la malade de se faire aider médicalement.

                                                                                                        Sylvie Neidinger

    Mal de femme. La perversion au féminin. Alain Abelhauser. Seuil Mars 2013

    ISBN 978.2.02.109296.7

    IMPORTANT .

    1 Suivi de Note de la blogueuse:

    Un peu inquiète d'avoir "poussé les hypothèses" de l'auteur au delà d'une classique critique d"ouvrage, j'ai envoyé l'article à Alain Abelhauser et reçu  son avis  :

    "Merci beaucoup Madame, pour cette note de lecture et votre intérêt pour mon travail. Son écho dans les milieux non directement spécialisés est encore modeste (alors que j'ai vraiment essayé de l'écrire pour qu'il puisse être reçu par un public aussi large que possible), ce qui me rend d'autant plus sensible vos commentaires, l'accentuation que vous faites de certains points (le bourreau et la victime, par exemple) et, de façon plus générale, la compréhension de ses enjeux dont vous faites preuve.Merci donc de votre intérêt. J'espère évidemment qu'il en suscitera d'autres. Ce pourquoi des réactions (et des rédactions) comme la vôtre sont très précieuses."        

    2 M Abelhauser signale ici  que son ouvrage rédigé pour dépasser les publics spécialisés n'a pas encore atteint le grand public. Il est vrai qu'il a fait un choix de spécialiste à la fois dans le titre " la perversion au féminin" pouvant être mal compris comme "femme perverse" au lieu de femme malade. Le choix de la première de couverture avec une reproduction d'Egon Schiele (Jeune fille accroupie tête baissée) nue et décharnée est anti-commercial et grand public. Des choix courageux car ils reflètent bien le sens du contenu?



    Crédit images: couverture de l'ouvrage, scan .


  • 27ème Salon du livre de Genève: la vedette, c'est vous!

    Imprimer

    salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo

    Le Salon du Livre et de la Presse  acceuillait en vedette américaine inaugurale  le désormais célèbre Joël Dicker. Acclamations du public.

    Véritable phénomène littéraire depuis 2012, le russo-franco-genevois de  27 ans n'avait  pas hésité à travailler dur pour coucher 670 pages de son Harry à lui.salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo

    salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpoMercredi 1er mai, fête du travail fut journée faste en nombre de visiteurs.salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo




    En réalité à Palexpo, le héros de l'Histoire, c'est vous ! Vous le visiteur, le curieux, la curieuse.

    Déambulations solitaires, amicales ou familiales. Au pas de charge stakhanoviste ou balloté au gré des courants, aspiré vers l'allée J ou A ou K. Puis D et F. Puis J ou A.

    salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo

    Le Salon est tellement protéiforme! Avec cette année comme invités d'honneur: le Mexique, l'Afrique...Entre autres livres Jeunesse,Scientifiques, Techniques, Historiques, Intellos, Polars...salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo

    Présents aussi, les "livres des sensations" avec les guides de cuisine, les ouvrages érotiques ( le vaudois Humus) les livres d'Art.

    salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo

     

     

     

     

     

     

    La "chef" épicée Manuella Magnin distribuait en direct ses petits plats et ses conseils autour d'une cuisine aménagée : Hum! On goûte.Succès.

    La graphiste Agathe  Altwegg. Le romancier-avocat Dieudonné Nkounkou...

    Lirekit et sa nouvelle idée technologique...

    Editions Encrages chères à Michel Butor, le militant du Livre Artiste ...

    Autant de découvertes déambulatoires ! Petits éditeurs, éditeurs passionnés, voire militants de la littérature ( je pense à Bernard Campiche, Orbe) grands mastodontes (Gallimard, Seuil) Eric Caboussat de Cabedita, Penthes, Xavier Casile pour Good Heidi...

    Le  très officiel Service Fédéral de la Statistique, les éditeurs franc-comtois, les Editions universitaires de Lausanne, Genève, Besançon, les Femmes, L'Hebdo, lespetitsplatons, ces philosophes de  9 à 99 ans: tout visiteur est pratiquement certain de découvrir son bonheur imprimé !

     Ce jeudi 2 mai : débat très intéressant sur le stand de la SSR autour  de Radio Bonheur, média à vocation humanitaire  et son positionnement vis à vis du terrain, des ONG.salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo

    Quelles articulations? Quel retour d'info aux donateurs? Comment ne pas être instrumentalisé par les ONG politiques ?

     J'ai bien sûr acheté un livre dédicacé. La signature importe peu. La rencontre, elle, énormément !

    Moment partagé avec Franck Bridel, ancien rédacteur de chef de la Gazette de Lausanne, corrrespondant de TDG. Une  mémoire de la Presse Romande et..parisienne: il était correspondant à Paris en 1952 et suivait les hommes politiques de l'époque dont certains pouvaient se nommer... de Gaulle.

    Le  titre de son dernier essai est plus que significatif : " Ne tirez pas sur les journalistes" aux Editions Slatkine. Genève.

                                                                                              Sylvie Neidinger

     27ème salon du livre et de la Presse. Genève Palexpo. Du 1er au 5 mai 2013salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexposalon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexposalon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexposalon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo

    salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo

     salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo

     

    salon du livre de geneve,radio bonheur.ch,salon 2013,palexpo

     

  • Menace sur la santé des femmes

    Imprimer

    Une alerte scientifique de 133 pages : expositions aux perturbateurs endocriniens et dangers pour la santé reproductive féminine

    Des  millions de jeunes filles, de  femmes, seraient atteintes de puberté précoce, infertilité, cancer du sein ( une sur 10 en Europe!)  Des chiffres en constante augmentation.

    Avec deux moments phares d'exposition : la grossesse pour la mère et le 1er trimestre pour le foetus. Et une inquiétude liée à la latence : les effets des perturbations s'observent sur le long terme seulement.

    Initialement les études portaient sur la baisse de qualité du sperme. Quand les chercheurs ont eu la curiosité d'aller explorer la planète femme. Et de constater que son appareil reproducteur  serait également touché !

    Finalement les effets du bisphénol A (entre autres sources chimiques de perturbation: cosmétiques, colorations capillaires )  ne sont pas genrés.  Ce que l'on pouvait imaginer : encore fallait-il le démontrer !

    wecf,editions yves michel

    L'ONG WECF, évoquée dans la précédente note a dans ses attributions les actions de prévention Santé.

    Cette association fondée en 1994 "dans la dynamique" du Sommet de la Terre de Rio (1992) co-édite avec Les Editions Yves Michel cet ouvrage issu d'un Atelier consacré à l'environnement et la santé des femmes.

    Une initiative de l'Institut Commonweal basé en Californie.

    Nota : Le gapençais se définit lui-même comme "éditeur de la société civile"

    L'opuscule  mélange des données scientifiques  liée à un appel à adapter les politiques  de santé publique. Car les réglementations sont en retard.

    18 chercheurs, la participation des universités UF de  Florida, UCSF de San Francisco...

    Il fut publié en anglais sous le titre Girl Disrupted. Ceci est une adpatation pour le public francophone par Women in Europe for a common future (www.wecf.eu)

    Objectif: faire entendre la voix   des femmes dans les enjeux de développement durable.

    Le regard spécifique de 50% de  l'humanité pour équilibrer économie, santé et écologie.

    L'ouvrage  supposé destiné au corps médical principalement, se lit aisément.

                     Sylvie Neidinger

    ISBN9782364290266 septembre 2012, colletion Santé   Editeur yvesmichel.org

                                             ***********************************

    SUITEwecf,editions yves michel,uf florida,ucsf san franciscoalerte,perturbateurs endocriniens  SUR LA MEME THEMATIQUE Elisabeth Ruffinengo, chargé de mission à WECF est intervenue comme parole d'expert sur le 21 mai dernier sur le  Hufpost avec un article sur les pertrubateurs endocriniens intitulé: "Perturbateurs endocriniens, la montagne accouche-t-elle d'une souris?

     

    Elle affirme avec conviction que le temps de l'action est venu après celui déjà long de la parole et l'analyse !

  • Le turbulent destin de Jacob Oberlin

    Imprimer

    L'ouvrage, rédigé en allemand, avait reçu le Prix du livre Suisse en 2011,obertin seuil 001.jpg

    sous le titre "Jacob beschliesst zu lieben".

    Mars 2013: il vient de sortir, en langue française.

    Très Mitteleuropa, le roman décrit sous forme littéraire une histoire de migration familiale.

    Au coeur du  XIXème siècle, les ancêtres du narrateur Jacob Oberlin quittent la Lorraine pour le Banat.

    Une épopée chez les germanophones de Roumanie.

    florescu 001.jpg

    L'auteur Catalin Dorian Florescu, né à Timisoara en 1967 devient citoyen suisse.


    Il exerce aujourd'hui  comme psychothérapeute.

    L'écriture du livre est alerte, humoristique.

    Tout commence par un terrible orage. Normal "le diable se cache de Dieu. Plus il a peur, plus il soulève la terre et les airs avec force."

    L'orage est aussi familial avec ce père qui surgit en 1924 . Et qui avait largement pactisé  avec le diable!

    Le premier mort ne s'était pas fait attendre.

    Peut-être était-ce l'effet du schnaps ?"Ca brûle dehors mais son cerveau nage"... dans la célèbre boisson.

    Jakob, son village de Triebswetter où les cloches sonnent à la voléee tout  au long  du récit: truculent!

    Mais sous la plaisanterie sourde une angoisse existentielle. On croise marchand de chevaux et voleurs d'or. Les camps de concentration aussi.

    Retour menteur de déportation. C'était pas vrai. Le coquin de fils de Jakob  en profite avec un tout petit remord, tout de même. On le couvre de cadeaux, de nourriture, en mémoire de ceux qui ne reviendront jamais.

    "La peur de rester éternellement un étranger chez soi (p351) était reliée par une autre peur, celle de n'être qu'un étranger dans un lieu dont on ne savait même pas correctement prononcer le nom.

    "Certains pour s'occuper commencent à déterrer leurs morts.  Johanna justement avec sa boîte..."

                                                                                                           Sylvie Neidinger

    Le turbulent destin de Jacob Oberlin par Catalin Dorian Florescu . Editions du Seuil. Collection Prohelvetia. Isbn 9782021064629

     Complément :

    Le Banat, région germanophone de Roumanie

     

     

     

     
  • Bérézina 1812-2012. Plus de 7000 morts helvètes. Relecture Suisse avec les Editions Cabédita

    Imprimer

    L’interminable hiver 2012/2013 qui n’en finit pas avec ses froideurs inédites n’a-t-il pas tout simplement marqué le souvenir de l'hiver 1812 ? Celui qui vit l’enlisement des troupes napoléoniennes du côté de la Bérézina dans le cadre de la campagne de Russie ?berezina2012,editions cabédita

     Les Editions Cabédita ont marqué l’anniversaire de  cet épisode tragique de l’histoire ouest- européenne par une publication. « La Bérézina : Suisses et Français dans la tourmente de 1812 »  

    Le document ajoute à historiographie générale la version de la  Suisse, ce pays  non pas   «guerrier » mais » « ce pays de guerriers » qui s’engageaient alors dans les combats des Autres.

    On parle de quatre régiments helvètes carrément disparus...

    Soldats capables de la « furie du désespoir », pontonniers et 2ème corps  qui ont permis le passage sur la rivière et évité humiliation de la Grande Armée.

    A quel prix ? Rien que pour  les Helvètes,  une estimation à plus de 7000 pertes, 400 survivants, seul ce dernier chiffre étant certain. [selon les ouvrages de 5000 à... 10 000 morts suisses] Le chiffre global du retour dans l'Empire français fut de 5 %.

     Le livre qui décrit cette ancienne bataille biélorusse est publié dans la collection bien nommée  « Archives vivantes » L’ouvrage, très riche en informations est aussi un guide de voyage pour ceux qui par loisir pérégrinent in situ  sur les champs de bataille.

     Eric Caboussat a l’histoire active !

    Il fonde sa maison d’édition en 1988  dans le petit village de Bière sur la base de ce slogan imparable: « connaitre son histoire aide à prendre les bonnes décisions. »

    berezina2012,editions cabéditaCe véritable « militant de l’Histoire avec un grand H »  indique dans l'Introduction :« en tant qu’éditeur et délégué du Souvenir napoléonien pour la Suisse, je suis heureux d’être l’initiateur d’un projet de livre à double détente puisqu’il nous offre plusieurs grilles de lecture de cette tragique campagne. Il est étonnant d’ailleurs que cette expédition réunissant vingt nations et qui va entraîner le bouleversement de l’Europe toute entière n’ait jamais été perçue que sous l’angle russe  ou à travers le prisme français, les autres protagonistes étant relégués à de la simple figuration. Croates, Italiens, Suisses et Polonais font nombre mais restent des seconds rôles. C’est cette perspective que nous avons voulu rompre ici. »

    Les troupes Suisses s’illustrent dans ces combats des 26 au 29 novembre 1812: un désastre humain. Hommes brûlés par les morsures du froid glacial à moins 28°, sans équipement, sans nourriture.

    Intéressante relecture avec la loupe helvète,  à la fois par la méticuleuse description des évènements dans leur précision historique  et par le  regard contemporain re-posé sur  les faits :« Un silence de plomb  a pendant des mois entouré le sort des régiments suisses en Russie. Aucune nouvelle ne parvenait du septentrion de l’Europe. Et la censure se chargeait d’interdire toute mention  » (p135) «  Hôpitaux devenus épouvantables charnier » (p126)

    Soldats tombés par milliers. Retour inimaginable de souffrances car « la sortie de la Russie ne signifiait pas la fin du calvaire. » p130.berezina2012,editions cabédita

     Mais le chapitre le plus surprenant est probablement celui consacré à la Confédération Suisse (1803-1813) Il peut étonner les nationalistes contemporains de tous poils avec ce titre de chapitre: « Napoléon Bonaparte refonde la Suisse»

    Paradoxal, ce rôle de la France voisine autour de l'Ancienne confédération !

     « Nous partons de la petite Suisse pour mieux cerner le caractère exceptionnel de cette gigantesque campagne qu’il fallait appréhender dans sa globalité »

    Oui, Eric Caboussat est un "hyper- suisse" ! Au sens où il part effectivement  de la dimension  locale (Bière-Vaud-Romandie) Mais  pour mieux se connecter à de complexes relations intra-européennes.

    Ce, dans l' ouvrage en question. Egalement dans sa démarche entrepreneuriale d'éditeur romand.

    Car son champ d’action s'étend particulièrement sur la région Rhône-Alpes, la Suisse romande, la Franche-Comté, la Bourgogne et l'Alsace, soit une  frange-Est de la francophonie.

    En zone de diffusion, certes. Mais aussi en zone de création littéraire. Editeur bien installé sur deux jambes...

    Originales, au final, ces connexions "interrégionales supranationales" d'un éditeur...étonnant.

                                                                                                   Sylvie Neidinger

     « La Bérézina : Suisses et Français dans la tourmente de 1812 »par Thierry Choffat et Alain-Jacques Czouz-Tornare. Editions Cabédita 2012 Isbn 978-2-88295-629-3

     La maison d’édition CABEDITA, Bières. www.cabedita.ch

    berezina2012,editions cabéditaUne philosophie soutend la démarche éditoriale. Cabédita publie chaque année une trentaine de livres (pas qu’historiques…) Soit une vente de 60 à 70 000 livres

    Une  formidable usine à revisiter l’histoire, la littérature avec le  vocabulaire entrepreneurial voire de stratégie militaire: équipes organisationnelles, cohérence éditoriale, avec même une « task force": une force d’intervention rapide  sur un ...sujet précis !

     Il dit lui même  avoir  "investi un créneau" celui du " littéraire consacré à l’histoire, la mémoire, le patrimoine et les traditions."

     

    Complément:

    *Gruyère célèbre seule les 200 ans de la Bérézina Le Matin

    *une bataille vieille de 200 ans unit et divise la Suisse swissinfo

    *Dans le canton de Fribourg, la ville de Villars-sous-Mont, en Gruyère est la seule à rendre hommage aux morts suisses. La Gruyère et la Bérézina

    *1812, la Bérézina des Suisses, victimes du  duel entre deux empereurs Les observateurs.ch

    *Centre d'Etudes Napoléonniennes; Bérézina2012.

    berezina2012,editions cabédita

     

  • Bénédict de Tscharner: infolio sur Ulrich Ochsenbein

    Imprimer

    La Fondation pour l'histoire des Suisses dans le monde vient de changer de direction, début mars. L'Ambassadeur Imhoof va poursuivre l'action de son prédécesseur, l'Ambassadeur Bénédict de Tscharner qui lui, quitte en beauté ..intellectuelle.benedict de tscharner,etat de genève,schoop,holenstein,nidau,ulrich ochsenbein,musée de penthes,musée des suisses dans le monde

    Il ajoute encore une petite pierre  à l'édifice de l'Histoire suisse. Car, en prenant ses fonction dès  2005, il avait initié, avec sa monographie  sur Johann Konrad Kern  une activité pédagogique  d 'éclairage du grand  public autour de thématiques historiques helvétiques.

    Bénédict de Tscharner mettait alors à disposition du public romand la synthèse d' un ouvrage déjà épuisé de l'historien Albert Schoop rédigé en dialecte thurgovien.

    Jeudi dernier, il présentait devant les  Amis de Penthes et autres invités dont le Cercle Général Dufour, des éditeurs, des  passionnés d'histoire.... le dernier-né de la série infolio sur Ochsenbein, brillant juriste, homme d'Etat bernois, père de la Constitution fédérale de 1848.

    En suivant la même logique: celle de la mise à disposition d'un ouvrage uniquement disponible en langue allemande. Ce livre se fonde sur la biographie de Rolf Holenstein  (Ochesenbein, Erfinder der modernen Schweiz  publié chez Echtzeit Verlag. Bâle 2009)

    La ville de Nidau qui a participé à la publication était également représentée lors de la  soirée.

    A savoir.Les Editions de Penthes déclinent en livre de poche la collection infolio qui valorise les Suisses célèbres: Gallatin, Motta jusqu'au professeur de.... Lénine Jacques -Alexis Lambert etc. Le château et son magnifique parc, propriété de l'Etat de Genève accueille un Centre de ressources documentaires...qui laisse présager la parution de futures études helvétiques !

    benedict de tscharner,etat de genève,schoop,holenstein,nidau,ulrich ochsenbein,musée de penthes,musée des suisses dans le mondeLa discussion qui a suivi fut des plus passionnantes : Ochsenbein fut même comparé à un Bismarck ...dans ses aspects positifs de celui qui "fait bouger" les lignes...

    Un auditeur eut cette conclusion à propos de la Guerre de Sonderbung "Nous en Suisse, on se bat mais au final, on se retrouve autour d'une issue qui évite le pire. Dans la même situation, les français se seraient massacrés"      100% vrai!

    Le plus mémorable   lors de cette soirée du 26 février à Penthes fut de réunir des passionnés, souvent fins  spécialistes  de l'histoire helvète qui n'ont en fait qu'une idée : mieux comprendre le présent voire le futur de la démocratie suisse!

    ( nota. Mon carnet de notes de cette soirée regorge d'éléments si intéressants qu'ils pourraient faire l'objet spécifiquement  d'un éventuel article sur justement la démocratie suisse.)

    En réalité,   le Président ne quitte pas du tout les lieux. Il est un peu chez lui à Pregny. Définitivement. Car le Musée historique regorge de souvenirs du ...Régiment Bernois de Tscharner!

                                                                                           Sylvie Neidinger

     

     Bénédict de Tscharner, auteur de plusieurs ouvrages sur la diplomatie dont un - épais- sur son expérience d'Ambassadeur à Paris. Né à Trub (Berne) en 1937, il est docteur en droit, ancien Ambassadeur à Bruxelles UE, Vienne OSCE, Paris

    benedict de tscharner,etat de genève,schoop,holenstein,nidau,ulrich ochsenbein,musée de penthes,musée des suisses dans le monde

    Editions  de Penthes



    Cercle Dufour

     

     Ulrich Ochsenbein (1811-1890) homme d'Etat suisse général en France. Bénédict de Tscharner. infolio.ISBN978-2-88474-674-8

     

     

  • Les Mensch de Nicolas Couchepin en librairie aujourd'hui

    Imprimer

    Les éditeurs vous le disent : il suffit de lire une  seule page d'un manuscrit pour savoir si le livre est à publier.

    Pour présenter son ouvrage, disponible aujourd'hui en librairie, laissons s'exprimer l'écrivain Suisse Nicolas Couchepin en direct car son narrateur nous interpelle frontalement:

    "L'histoire des Mensch, avec ce petit quelquechose d'américain dans sa démesure et sa folie, s'est déroulée dans la rue où vous vivez peut-être.  Elle est arrivée près de chez vous. Comme tout le monde. Vous avez eu souvent l'occasion de croiser Muriel Mensch cette femme absolument banale  au tabac du coin (c'est une fumeuse comme vous) Comme tout le monde vous avez eu souvent l'occasion de désapprouver le caractère le caractère imprevisible  de la jeune Marie Mensch.

    nicolas couchepin,les mensch,edition duseuil(...)

    Et quand vous saurez enfin ce qui s'est passé, comme tout le monde vous ressentirez de la pitié mélangée à une certaine indifférence. Voici donc l'histoire de la famille Mensch."

    Une entrée en matière bien attirante  pour aller rendre visite -mais dans leur cave !- à cette famille présentée comme "normale de chez normal"

    La cave comme pièce la plus importante de la maison ? La "normalitude" de cette famille Mensch qui habite ...près de chez tout le monde en réalité- selon Nicolas Couchepin- a vraiment ses limites !

    Sylvie Neidinger

    Nicolas Couchepin est né en 1960 à Lausanne. Educateur (diplomé de l'Ecole d'Etudes sociales et pédagogiques de la même ville et de lUniversité de Genève en politique sociale ) il choisit ensuite de se consacrer à l'écriture. Il est l'auteur de plusieurs romans, dont Grefferic (1996) et Le Sel (2000) aux éditions Zoé, La Théorie du Papillon, Editions infolio, Collection Littérature, 2008. Il fut responsable de l'Antenne romande et vit actuellement à Cormérod dans le canton de Fribourg.

    Cultureactif suisse "site internet basé à Lausanne,  au service de la création et des échanges littéraires en Suisse".    fiche de l'auteur

    Les Mensch par Nicolas  Couchepin Editions du Seuil Isbn 9782021063295

  • La Fabrique de l'intime

    Imprimer

     L’ouvrage publié en ce mois de janvier  chez Robert Laffont  par l’universitaire Catriona Seth tient du féminisme de bon aloi : il donne à lire les textes de douze dames   nées entre 1675 et 1777.

     Le livre évoque  des femmes,  chères  bavardes…

     Pas  celles évoquées dans la maxime  «  derrière le grand homme cherchez la femme » cet être  pygmalion caché derrière  le masculin . Caché où ?  Dans l’alcôve   évidemment…comme épouse ou maîtresse.

     Sous- titré «  Mémoires et journaux de femmes du XVIIIème »  le corpus ici  réuni présente le grand intérêt d’avoir donné la parole  à quelques unes de  classes sociales et nationalités  différentes.fbrique intime 001.jpg

    Celles qui ont aimé   lire, écrire, tenir un salon littéraire ou simplement fréquenter un « cabinet de lecture » cette première bibliothèque.

    Qui en fait, ont utilisé  leur « temps de cerveau disponible » à produire-chose insensée pour les écervelées du deuxième sexe !- du sens.

     Aristocrates telles Isabelle de Bourbon-Parme, femmes du peuple comme  Victoire Monnard petite employée sous la révolution ou actrices telle  Mistriss Robinson qualifiée de « plus belle femme de son époque » 

    Toutes écrivains de talent.

    LA SUISSE EN FORCE DANS CE LIVRE

    L’Helvétie est citée à multiples reprises évidemment par l' entrée- clef du Siècle des Lumières : Rousseau que ces dames se plaisent à lire ou critiquer.

    Mais aussi les Necker ces  protestants lémaniques  qui font  carrière  à Paris dans la finance  ou ...oeuvre littéraire côté femme: la mère et  la fille -unique.

    Louise-Suzanne  Curchod, fille d’un pasteur vaudois et de son épouse huguenote «très  instruite , élégante et jolie la jeune femme fait les délices de la bonne société lausannoise » (p255) Devenue   Necker, elle va tenir l’un des salons parisiens les plus courus.

    Sa fille Anne-Louise Germaine Necker,  baronne de Staël-Holstein, publie, elle, « Mon journal » non sans raillerie de la part de son banquier de Papa lequel  la qualifie de « Monsieur de Saint-Ecritoire » ! Drôle de masculin…

    Un auteur présenté par  Catriona Seth intéresse particulièrement: la versaillaise Aimée Guichelin, fille de gens modeste exceptionnellement précoce (poête)

    Un aristocrate suisse, M Steck (p 994) éperdu d'amour fera tout pour épouser en 1797 celle qui, socialement si lointaine devient  la femme de sa vie.

    Les écrits de Aimée  Guichelin-Steck interpellent par la modernité des thématiques abordées. Comme rédiger combien  en tant que femme il est difficile  d' écrire et d'assumer toutes les tâches !

    A l'époque, déjà...

     "Berne 24 février 1799. Depuis que j’ai écrit les pages précédentes, quelques évènements de ma vie ont eu lieu Une petite révolution politique  nous a rendus à nos foyers  et au bonheur, je suis devenue mère » Le gouvernement de la République helvétique pour lequel son mari est Secrétaire déménage en effet de  Aarbourg à Berne, chez eux.

    Devenue veuve d’un mari aimé, elle  saura taire cette douleur. Elle doit travailler. Mais, grande âme, se refusera à rédiger de la poésie sur commande  « ce qui équivaudrait pour elle à se promener dans la rue en sous-vêtements » Parole...concrète. Opinion ferme.

    Elle n’a pas consacré tout le temps nécessaire à sa compétence d’écrivain. Maîtrisant plusieurs langues dont excellemment l’allemand elle pratiqua la traduction sans que son nom n'apparaisse toujours.

    La versaillaise devenue suissesse fera connaître Jean de Müller, Bonstetten, Boutewek...Elle deviendra de ce fait un « passeur de culture"

     Aimée Steck-Guichelin ne se donne en apparence d’autre destination qu’elle-même. C'est la définition des écrits intimes ! Or les conseils de cette Grande dame, ses observations sur le genre humain n’ont pas pris...  une ride.

                                                                              Sylvie Neidinger

     

     "La fabrique de l'intime" par Catriona Seth Robert Laffont Bouquins ISBN 9782221109717

    Catriona Seth , spécialiste des idées au siècle des lumières offre un ouvrage documenté sur 1200 pages, avec index, bibliographie.seth.GIF

    Elle est professeur de littérature française à l’Université de Lorraine (après Rouen)et professeur associé  au département d’histoire de l’Université Laval Québec      .   

     Complément de lecture suggéré:

    -« Une singulière famille Jacques Necker, Suzanne Necker et Germaine de Stael », Paris, Fayard,1999 par Jean-Denis Bredin.

    -Article "Les Réseaux franco-helvétiques de Mme Steck-Guichelin »Catriona Seth

    -« Les Ecrivains suisses alémaniques et la culture francophone au XVIIIème siècle » actes du Colloque de Berne 24-26 novembre 2004, Genève, Slatkine 2008 p.371-380

  • ADONIS, le nobelisable syrien publie son « kitâb II »

    Imprimer

    Le Seuil publie en ce  mois de janvier un gros pavé. Du lourd, du solide, même si ce représentant majeur des Lettres arabes contemporaines  n’est pas connu du grand public.

    Un kilo d’une épopée poétique,  la parole d’un vivant pour restituer celle des morts ou des mondes disparus. Et vice versa ?

    Ali Ahmad Saïd Esber, né le 1er janvier 1930 à Qassabine sur la côte syrienne mérite bien son pseudonyme lié à ce Dieu canano-phénicien  de la renaissance annuelle.adonis 001 (2).jpg

     Adonis, aujourd'hui  titulaire de la nationalité libanaise,  est récipiendaire de multiples prix littéraires dont le célèbre Prix Goethe de poésie  en 2011 comme dernier lauréat.

    Qu’il ne soit pas très connu importe peu...

    Lors de la proclamation du prix Nobel de  1985 accordé au français  Claude Simon, peu de gens  avaient même soupçon de l’existence de cet auteur.

    Souvenir personnel de rédactions parisiennes stupéfaites, carrément vexées car prises au piège de l'ignorance...Les  véritables intelligences d'écrivains majeurs  ne perdent pas leur  temps sur les plateaux télé, ni à entretenir le cirque médiatique !

    L'ouvrage d'Adonis, Al-kitâb II se présente comme un manuscrit retrouvé du poète Al-Mutanabbî (915-965)

    Excellente préface du recueil par  Houria Abdelouahed « dans ce second volume devant les atrocités cauchemardesques qui pétrifient jusqu’aux rêves et capacités langagières, le narrateur demande de poursuivre seul le chemin vers la gehénne du natal(…) La matière langagière et linguistique  se  décompose, se dilue, se sépare, se délie pour devenir lieux et  villes »

    Le retour au natal chez Adonis diffère, selon la préfacière,  de celui d’Hölderlin chez qui le   « heimkunft »  serait marqué par  la rencontre avec le familier.  Chez Adonis tout reste étrange.

    Pulsion d’exhumer et de dire la vérité sur l’Age d’or des Arabes : une épopée a-théologique:

    Ecoutons les vers :

    « Comment ne pas répondre à la question

    Laissant les vaisseaux de la nuit

    Naviguer sous le soleil  d’Antioche

    Adieu, adieu Antioche ?

    Serait-elle ma seconde naissance ? » page 25

    ADONIS CRITIQUE

    Patientant dans l’antichambre du Nobel en excellente position en 2011, l’auteur   semble désormais  moins attractif à Stockholm. (Lui même certainement s'en moque, au dessus de cette mêlée. Mais un  Prix  est aussi accordé à la culture portée qu'il valorise. Ici : la littérature arabe)

    La cause ? Avoir clairement pris position contre la rébellion de son pays  soutenue par l’occident.

     Les opposants le fustigent. L'intellectuel a persisté et signé. Il n’apprécie peu  ce « printemps arabe » piloté par les anciens colonisateurs. Il est  contre l’idéologie islamiste étant LAIC .adonis 2.GIF

     Adonis  est contre le fait que les femmes se voilent. Tout simpement.

    Rappel : il s’est, tout de même,  choisi comme pseudonyme le nom d’un Dieu néo-lithique. Son ouvrage évoque l'a-théologisme...

    Effectivement, Ali Esber n’est pas du tout  en accointance idéologique avec cette évolution religieuse intégriste de la Syrie. Il récuse directement l'idéologie islamiste Lire l'Orient le jour.

    Imaginer une seconde qu’il le fût  tient du délire.

     Qui comptait récupérer, contrôler, ordonner  l’âme immense et immensément libre du Poète, "ruh' cha'her" ???

    Qui a contrôlé les vers sublimes du Perse Omar Khayyam (1048-1131) en son temps, même ceux dédiés à l’alcool et aux femmes, ou à  « son ivresse de dieu »ou son  « infidélité croyante » ?

    Qui peut aujourd'hui donner un ordre à l’intellectuel Adonis ou le dénigrer ? Qui ?

    Qui ose?

    Au nom de quel droit ? De quelle loi ?

    C’est comme vouloir enfermer tout le mythique Mont Sapon, ses tempêtes,  Ugarit  et ses Baals antiques dans une chaussure.

    Ridicule.

    Sylvie Neidinger

     

    ADONIS Le Livre II(al - Kitâb) Editions du Seuil Janvier 2013 ISBN 978.2.02.109330

    Série Surya sur blog TDG "neidinger" : Adonis N°8

  • Solarsystem, roman hyper réel de Laurent Schweizer

    Imprimer

    laurent schweizer,editions du seuil,oms,drone,jeux video,cialausanne Vous pensiez que le livre intitulé Solarsystem publié par  Laurent Schweizer  il y a cinq jours aux Editions du  Seuil  est un roman ???

    Erreur. L’auteur suisse pousse juste le bouchon  de la réalité augmentée un peu plus loin... Disons, bientôt. Disons, aujourd’hui. Déjà.

    Car sa thématique est redoutablement d’actualité.Militairement parlant. Son narrateur exerce à Dubai pour le compte de la CIA.  Il infiltre un système de jeux vidéos.

    De fait, il  manipule des ados (16-18 ans ) ces  "branchés de la console" rendus  Warriors pour qu’ils deviennent... tueurs ! « Le développement de la guerre électronique (page 11)  était devenu des millions de fois plus prometteur que la physique nucléaire ne l’avait été avant et après Trinity, Hiroshima, Nagasaki. Dans cette nouvelle ère, je participais à l’une des périodes le plus spéciales de la domination technologique américaine. Une expérience partagée avec des milliers de militaires morts ou vivants, au-delà des règles de logique, au-delà des informations pouvant être intégrées aux systèmes d’analyse et de simulation (…)

     J’avais recherché cette dynamique en quittant l’industrie du divertissement (… )Si la destruction était une forme de consommation, les contraintes temporelles, physiques et psychologiques des combats réels ne pouvaient ni être exprimées ni ressenties dans les meilleurs jeux disponibles»

    Alors le jeu video  devient jeu de guerre. En vrai. Ou peut-être encore en virtuel ? Allez savoir...

    « Les logiciels militaires se distinguaient des manipulations et des émotions ludiques (….) En créant des modélisations graphiques pour des interface de simulations de vol et d’engagement, je contribuais à rendre un nombre croissant d’opérateurs de drones américains plus rapides, plus forts (..) dans les déploiements de Predator, de Reaper  en Afghanistan, en Irak, au Pakistan, en Iran, au Yémen. En Somalie, en Lybie, au Mexique, en Syrie. Sur les villes américaines ».

     Ce roman où la guerre et le monde ludique se confondent pose le problème du statut du réel . Et de la toute puissance distributrice de tueries géographiquement dissociées.

    L’individu ne sait plus vraiment s’il travaille pour le jeu ou l’armement. Son cerveau a été pris d’assaut, contrôlé véritablement  "à distance" tout comme« les derniers systèmes de synchronisation permettaient de guider un drone par ondes cérébrales »

     A Hollywood  dans la réalité, l’industrie de l’armement US est main dans la main avec le secteur du jeu vidéo.

    A Lausanne, dans la réalité, un auteur,  Laurent Schweizer,  forcément sérieux (car  docteur en droit ayant travaillé à l’OMS) fait entrer son lecteur dans un thriller ado-technologico-militaire finalement d’actu.

     Martial.                                                               Sylvie Neidinger

     

     

    Laurent Schweizer, né en 1967, est un écrivain vaudois. Ce juriste (docteur de la  Faculté de droit de Lausanne, 1995) a travaillé au sein de l’OMS.

    Ses publications :

    2001 : Naso lituratus, roman, Actes Sud

    2004 : Prions, roman, Seuil

    2008 : Latex, roman, Seuil

    2013 : Solarsystem, roman, Seuil janvier 2013. Isbn 978.2.02.107301.0

    Complément d'info:

    Jeux video contrôlés par la force du cerveau. Nouve Obs

    On peut lire ce roman Solarsystem comme de la prospective militaire:

    Robots armes

    2015 Jeux vidéos surveillés car pouvant être outil de communication de gens mal intentionnés :

    http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/11/16/32001-20151116ARTFIG00307-les-consoles-de-jeu-sont-aussi-dans-le-viseur-des-services-de-renseignement.php

    crédit images/photo / couverture

     

  • Une médium genevoise chez Victor Hugo : Catherine Elise Müller

    Imprimer

     La Maison Victor Hugo accueille cette médium suisse dans le cadre de l’expo « Entrée des médiums - Spiritisme et art d’Hugo à Breton» visible  jusqu’au 20 janvier.

    (Musée Hugo, place des Vosges à Paris à une seule station de métro de la gare de Lyon, terminus du TGV de Genève…)

    Catherine Élise Müller dite Hélène Smith (née le 9/12/1861 à Martigny et décédée le 10 juin 1929 à Genève) est présente sur une demi-salle. Les documents la concernant prêtés principalement par la Bibliothèque de Genève et la Collection Flournoy.maison victor hugo,geneve,psychanalyse,andré breton,theodore flournoy,helene müller,daumier

    Cette Entrée des médiums  se bâtit sur deux dates extrêmes. Elle démarre par les caricatures de Daumier consacrées au spiritisme en vogue au XIXème siècle. Le dessinateur croque  ces tables qui tournent. Mais chez les Hugo, l’exercice était des plus sérieux. Vital même. Il ne s’agissait pas moins que d’entrer en contact par tous moyens imaginables  avec la fille chérie trop tôt disparue. Traumatisme familial inconsolable. Le romancier, poête, dramaturge à terre. Léopoldine devenue mythe littéraire.

     La date de fin est l’année 1933. André Breton publie alors  dans la revue Minotaure « Le Message automatique » qui va faire entrer  les médiums sur la scène artistique par la grande porte. En les connectant avec le monde artistique  de la création.

    Par sa présence dans l'univers hugolien, Catherine Müller apporte indirectement  un vent spécifique lémanique. La Psychanalyse genevoise entre avec elle dans l'écrin  qu'est l' Hôtel des Rohan-Guéménée. Théodore Flournoy son mentor psychologue était  connu pour ses travaux sur le spiritisme et les pouvoirs parapsychiques. Il la rendit célèbre sous le pseudo de "Hélène Smith". A l'époque,  elle eut contact direct avec Victor Hugo. maison victor hugo,geneve,psychanalyse,andré breton,theodore flournoy,helene müller,daumier

    LA PRISE DE CONSCIENCE DE... L'INCONSCIENT

    La perspective historique de la révélation de l’Inconscient en partant de tables qui tournent pour arriver à l’écriture automatique- certaines  pages griffonnées sont exposées, de même que le Manifeste du Message automatique  - rend cette visite plus qu’intéressante.

    Essentielle pour relier au départ un  spiritisme XIXème de goguette sinon de foire.. à  la naissance de la psychanalyse puis à  un mouvement artistique  plus global.

     L’inconscient, cette « terra incognita » enfin défrichée. Et cela passa par l’écriture !

    Nota   Hélène Müller  écrivait entre autres en martien, disait-elle...( curieux alphabet qui fait songer plutôt à l'écriture arménienne !) cv.GIF

    Rien ne manque dans cette riche synthèse exposée, pas même le …..folklore " Grand n'importe quoi" du spiritisme. Celui  que Daumier ne manquait pas de moquer : de la caricature aux impressionnantes photos de séances folles de spiritisme échevelé. Beaucoup de cinéma tout de même pour entrer en contact avec les forces cachées !

    Drôle d' exercice finalement que de conctater l'au-delà pour mieux finalement rencontrer l'en-delà psychanalytique.

    Le tout démarre au coeur du fameux XIXème siècle qui voit naître le dessin de presse, la photo, la peinture de masse. Naissance du mass-média en fait, sous toutes ses formes.

    La communication moderne en fait.

    Observation du paradoxe relevé plus haut . Il fallait probablement  la naissance de  ces outils….publics de com' pour que l’on entrât dans les frontières intérieures de la psychanalyse ???? Au coeur intime de l'individu?

    Surprise de découvrir pareille entreprise liée à « l’histoire moderne des mentalités » en la demeure d'un  Victor Hugo visiblement toujours d'actualité.

    Pour ceux qui ne peuvent physiquement faire un petit tour place des Vosges. Et bien évidemment après la clôture du 20 janvier: un ouvrage, précis et exhaustif   édité relate cette véritable épopée. Tout y est parfaitement résumé et illustré.

    Sylvie Neidinger

     

    Maison Hugo Hôtel de Rohan-Guéménée
    6, place des Vosges
    75004 Paris
    Tél. : 01 42 72 10 16

    Métro: Bastille, Saint-Paul ou Chemin-vert

    Collection Paris Musée Maison de Victor-Hugo  "Entrée des médiums Spiritisme et Art, de Hugo à Breton Isbn 978-2-7596-0186-8 (35 euros)

     

    maison victor hugo,geneve,psychanalyse,andré breton,theodore flournoy,helene müller,daumier

     

  • Littérature et web 2.0 à la Muse

    Imprimer

     L’espace genevois de « co-working »  rue de la Muse, Plainpalais, accueillait mardi 20 novembre dernier  la remise du prix littéraire Webstory.ch.

     La plateforme d’écriture sur internet, lancée lors du  dernier Salon du livre de Genève a réussi son pari. Plusieurs  « webwriters » bien inspirés ont envoyé leurs textes .14 au total. Ecrits  lisibles en ligne.;

    « Requiem pour Sandy » Aydan, a reçu  le 1er prix Ont été également honorés : Thierry Villon, Camille et Carmen Chamorel.

    webstory.ch; helene zanelli,barbara polla,nicoals couchepin,lettres suisses,aydan,ecriture web,réferencement,neidingerHelèna Zanelli, la fondatrice du site a  réussi, en chef d'orchestre, à mobiliser un jury  d’exception des Lettres suisses romandes avec l’écrivain Nicolas Couchepin (pas très web mais très très lettres) Barbara Polla en pool avec  Michka Comtesse, artiste peintre et Fanny Arminjon opticienne et grande lectrice.

     Après la lecture d’extraits  par une souriante Mazala Tajmouati, Barbara Polla,  que l’on ne présente plus s’est exprimée (galeriste, médecin,écrivain, chroniqueuse pour de nombreux magazines, notamment sur Les quotidiennes. Elle vient de publier son dernier  livre «Tout à fait femme» aux éditions Odile Jacob)

     La grande dame genevoise a affirmé combien le texte primé qui traite de l' agonie était puissant.  

    Elle s’est ensuite livrée. En effet, elle a évoqué son propre processus littéraire et par là a balisé les pôles de la différence entre un texte de témoignage et une œuvre d’art.webstory.ch; helene zanelli,barbara polla,nicoals couchepin,lettres suisses,aydan,ecriture web,réferencement,neidinger

    Un jour, sa propre mère lui demanda de l’aider à coucher sur papier ses souvenirs. Et l’auteur-médecin-galeriste-féministe-ancienne politique  de nous décrire comment la relation de travail,  personnelle entre les deux a évolué. Comment au final de banales  anecdotes se sont transcendées en texte littéraire (son premier ouvrage)  qui a sublimé la banale mémoire familiale. Par l’écriture.

    Elle a partagé –et découvert- les instants de vie de  sa propre mère normalement enfouis dans la mémoire. Une porte normalement fermée entre générations fut entre ouverte. Souvenirs de ce Friedrich Dürrenmatt, ami –peintre autant que littérateur- de sa maman elle-même peintre.

     Moment fort de sincérité, d’exception. Applaudissements de la salle. Jamais je n’ai entendu si bien énoncé le …processus de création artistique. Reste-il un enregistrement ? Les 10 mn de son intervention furent magistrales.

     Problème : après de telles confidences,  il était impensable de prendre la parole...C’est donc sur le blog  que je termine de ce que voulais dire ce soir là !

    J'ai noté que la cérémonie fut classiquement littéraire. Or, n’oublions pas qu’il s’agit d’écriture…sur site web ! La Muse qui met  ses locaux à disposition à l'un de ses membres est un espace "net up"dédié aux nouvelles technologies/ nouvelles entreprises. Tout de même.

    REFERENCE LITTERAIRE PAPIER PAS MORTE !

    Là n’est pas le moindre des paradoxes. Et fort  intéressant comme enseignement. Webstory.ch  s'annonce comme générant une « écriture d’un genre nouveau » Or, les références culturelles de la soirée sont restées tout a fait classiquement... livresques.

    Le papier reste un référent incontournable. a ce propos, les Japonais, ce peuple technologique sont en train d'inventer un futuriste ...papier numérique à énergie intégrée en remplacement des tablettes....

    Lors du petit raout, les auteurs étaient d’ailleurs tous  identifiés par un stylo offert. Un stylo à encre, qui tache éventuellement. Pas une souris à impulsion électrique. Hélèna Zanelli est volontaire. Elle investit en pionnière  l’espace technologique numérique. Avec son site d’écriture en ligne, elle  a fondé une  maison... digitale d’accueil des écrivains.

    C’est d'ailleurs ce qui m‘avait intéressé lors de notre première rencontre au Salon du Livre de Palexpo.

    webstory.ch : histoire d'écrire

    Rédigez en ligne votre roman de l'été 

    Nota. D'autres sites dont le grenoblois Short Edition, tentent l’aventure de l’édition en ligne.Webstory est formaté pour accueillir des écrits de dizaines de pages. Short Edition a décidé lui de rester dans le court propre à la lecture web. Deux approches différentes du travail "d'auteur littéraire numérique"  Court mais bon, Short Edition

    La question fondamentale reste la suivante: est-ce que le fait d’écrire sur site web a modifié chez l’auteur son type d’écriture ??? Existe-il une web-écriture littéraire ?

     Les auteurs que j'ai pu  interrroger à la Muse ce soir là, n’allaient pas dans ce sens. Selon   « Carmen » le net  lui a permis de faire revivre et partager des écrits papier  cachés dans un tiroir et connus de ses proches seulement. Alors dans ce cas Webstory aura servi….d’éditeur ! Ce qui est énorme de toutes façons.

    Carmen me disait aussi participer à un atelier d’écriture à Carouge où elle lit ses textes devant public réel. Sur le site web, elle trouve un autre type de groupe de contact. Les deux démarches lui sont totalement complémentaires pour un écrivain néophyte ou non.

    Alors si l’écriture littéraire sur web ne modifie pas intrinsèquement l’acte d’écriture artistique…qu’apporte internet ? Ceci dit, cette affirmation de "non transformation du mode d'écrire"sera à vérifier avec le temps….. Concernant l’écriture journalistique sur web, on s’oriente déjà   vers de nouveaux codes de rédaction avec surtout l'uage des liens hypertexte.

     A y réfléchir, on peut affirmer que le web est un redoutable instrument. Un "scanner du réel en quantité et en  temps immédiat". Avec des instruments hyper puissants tels  Google Analytics

    Un éditeur classique, lui, va publier sur papier couverture carton   un titre en 1000, voire 10 000 exemplaires. Ces livres vont ensuite se volatiliser dans la nature. Combien de fois l’acte de lire sera commis? Impossible de le savoir, de le définir.

    Alors que la web littérature, comme tout domaine numérique, sera multi-scrutée en "Temps réel". Donc en permanence!  Ce temps orwellien, fiction littéraire devenue réalité de notre quotidien voire de notre intime...Combien de personnes connectées à cette heure ci, combien de pages lues en direct, combien de pages... écrites en direct, combien de secondes sur une page, combien de clics et de "jaime"?

    Redoutable instrument de mesure de nos petites vies...

     La fondatrice de Webstory  affirme que le site va prochainement  être optimisé pour une meilleure ergonomie. Il devrait (éventuellement ? car il ne l’est pas actuellement... ) se faire référencer sur le grand portail littéraire du monde francophone : Babelio , 700 000 connexions par mois au minimum

    L’univers web -même  dédié à la littérature-   est une donnée ultra contemporaine  informative. Comme un instant brut de vie, tranché, scanné dans toutes ses mensurations qualitatives, économiques et quantitatives.                   

             Sylvie Neidinger

    (photos Neidinger)

     

    webstory.ch;temps orwellien,google analytics,helene zanelli,dürrenmatt,auteur littéraire web,barbara polla,nicoals couchepin,lettres suisses,aydan,ecriture web,réferencement,neidinger

    RUBRIQUE BARBARA #POLLA