"Ensauvagement", terme inacceptable dans la bouche d'un responsable gouvernemental. Décryptage

Imprimer

Quand la réalité d'un pays est éventuellement inflammable, tout responsable gouvernemental  qui se respecte, sérieux ne vient pas jeter de l'huile sur les flammes! 

La parole politique des dirigeants politiques porte un poids symbolique fort.

Stigmatiser au plus haut de l'Etat avec la  terminologie du "sauvage" adorée de la droite extrême  fait sombrer dans les heures sombres du populisme.

Le ministre de la Justice Dupond Moretti ne s'y est pas trompé. Il fustige son "collègue"  le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin issu du sarkozisme.

[Rappel. Sarkozy: cette présidence qui aboutit à la crise 2005 et ses centaines d'incendies de voitures puis la  non réelection en 2007.]

G. Darmanin a sorti sa kärcher " Nous assistons à une crise de l’autorité. Il faut stopper l’ensauvagement d’une certaine partie de la société. Il faut réaffirmer l’autorité de l’État, et ne rien laisser passer », déclare le ministre, avant un  déplacement à Nice sur le thème de l’insécurité.

Agir contre les comportements aberrants, rétablir la règle de l'Etat (telle  cette crise des Tchétchènes de Dijon qui entendaient faire régner leur ordre) est une bonne chose, stigmatiser en est une autre.

Employer un terme  de classification du genre humain  du 19ème siècle comme le pratique et le confirme  G Darmanin  n'est pas concevable en 2020.

Acquitator, le célèbre avocat connait le poids des mots. Intelligent, il comprend les enjeux. Il a réagi.Pourquoi ces joutes verbales au sommet de l'Etat ?

Doit-on penser que le gouvernement Macron  se sarkozise? Qu'il  usite volontairement du vocabulaire de l'extrême-droite en vue des prochaines présidentielles 2022? 

Alors, quel jeu électoral dangereux.

Le terrain est effectivement très chaud. Trop chaud pour ce vocabulaire inflammable.

"Ensauvagement" est un dérivé du vocable chevènementiste de "sauvageon" dans les années 90.

Doit-on lire que Emmanuel Macron démarre sa campagne présidentielle autour de cette thématique, en  allant racler le sable sur les terres d'extrême-droite?

Il est évident que Gérald Darmanin ne peut vivre sa vie vocabulariale gouvernementale sans validation présidentielle. E Macron contrôle la moindre mouche qui vole...

                      EN MEME TEMPS TOUT ET SON CONTRAIRE

Observation: une répartition des rôles s'est installée EN MEME TEMPS au sein du même gouvernement Castex: Gérald  Darmanin, ministre de l'Intérieur avec sa thématique d'extrême-droite, Eric Dupond-Moretti à la Justice représentant le droit. Dont  le "droit- de-l'hommisme" de gauche. L'ancien avocat connait bien la réalité sociale et signale l'impossibilité ABSOLUE de dire n'importe quoi.

Emmanuel Macron lui  est entré dans la partie, sans le dire.

Il joue lui  balle au centre puisqu'il minimise volontairement en parlant d'incivilités pour des... crimes.

Jean Castex lui réclame d'agir plutôt que parler. 

Certes mais attention,  certains mots missiles sont eux-mêmes des... actions

Les idées brunes sont montées dans les années 30 à coup de ...discours.

Quel jeu électoral dangereux! 

Si la séquence "linguistique" est volontaire:  c'est du sous-machiavel 

Si la séquence est involontaire: "quelle pétaudière" aurait dit le Général de Gaulle...

La séquence divise, affaiblit  La République en Marche. A juste titre.

                                                       Sylvie Neidinger 

 

Suite : Emmanuel Macron président méprisant se permet d'....ironiser sur le "Kamasutra de l'ensauvagement" en.... attaquant la presse  

Les policiers craignent une sarkozisation :une politique du chiffre

 

#BlogNeidingerEnsauvagementSémiologie

1) Ensauvagement : terme inacceptable dans la bouche de responsables politiques

2) Kamasutra ensauvagé d'Emmanuel Macron contre la presse

3)Avant " l'ensauvagement", le mythe du bon sauvage

4) Le "sauvage" a-t-il une âme? La controverse de Valladolid

5) Les zoos humains pour exhiber les "sauvages" jusqu'en 1930

 

 

Commentaires

  • Ce qui me frappe dans les discussion auxquelles nous assistons à la TV française, c'est qu'elles pérennisent presque toujours des affrontements sans issue. Sans issue en effet, car tout projet pour une solution exigerait tant d'efforts et de moyens, sans compter les risques politiques, qu'aucun gouvernement n'ose s'atteler sérieusement à la tâche.
    Ainsi j'ai assisté aux éclats de colère de Gérard Miller à LCI, chaque fois qu'un des autres commentateurs mentionnait les fameuses banlieues, notamment sous la formule des "territoires perdus de la République".
    Son énervement pouvait se comprendre, car il défendait les jeunes en souffrance et victime de leur sort en tant qu'immigrants sans avenir (j'utilise ces termes sans aucune ironie). Personne ne lui a fait l'observation que la critique portait tout aussi bien et même en priorité sur l'impuissance ou l'incurie des gouvernements successifs de la France à mettre les moyens d'éviter cette situation, la majorité de la population française étant par ailleurs peu disposée à donner à ces gouvernements les moyens nécessaires.
    Faire le diagnostique que les jeunes qui étaient accusés de tous le maux n'avaient eu aucun choix dans leur origine nationale, culturelle et religieuse et ne faisaient que se débrouiller avec ce que leur offrait l'entourage proche ou lointain aurait nécessairement conduit à une discussion et des constats beaucoup moins propices aux affrontements idéologiques et "médiatiques", et au constat que "la France" n'était pas ou plus en mesure de réparer les dégâts déjà faits, pour autant qu'une majorité des Français soit d'ailleurs prêts à y mettre les moyens.

  • Le problème est là:

    « L'ancien avocat connait bien la réalité sociale et signale l'impossibilité ABSOLUE de dire n'importe quoi. »

    («n'importe quoi», ici, n'étant pas à prendre dans son sens péjoratif... mais à son sens propre... si l'on a la mesure du poids des mots qu'énonce ce locuteur...)

    Donc, à force de cacher la merde au chat et de prendre des gants avec les pires criminels, on en est arrivé là: « impossibilité absolue de dire LA VÉRITÉ»

    Résultat désastreux: il faut brosser les salopards dans le sens du poil, pour qu'ils se calment !

  • Inutile de s'inquiéter c'est le mot à la ... MODE !

    Mieux vaut se souvenir du film "Le Sauvage" avec Catherine Deneuve de Rappeneau si mes souvenirs sont encore ...bons ... :-)))

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel