Rungis entrepôt de stockage...de viande.

Imprimer

Il semble que la réquisition vienne de la Préfecture de Police de Paris.

Encore une idée du fameux préfet Lallement ? [Celui qui vient de déclarer que "les personnes décédées en réa sont celles qui ne se sont pas confinées"]

Les Autorités pour faire face au nombre de décès de la mégapole parisienne ont réquisitionné un entrepôt de Rungis afin d'y stocker les...corps défunts

Quelle idée d'associer Rungis, l'actuel ventre de Paris (le premier "ventre" était aux Halles, 1er arrondissement) à  une...morgue? 

Petite sémiologue rapide: les deux images s'autodétruisent!  Il semblait impensable de les associer.

Rungis est le centre logistique de l'approvisionnement alimentaire de la région parisienne, soit une douzaine de millions d'habitants en 2019.

Des halls de  fruits et légumes, poissons, viandes: royaume des carcasses. Celui spécifique de la viande de porc attend d'ailleurs son inauguration, reportée pour raison de coronavirus.

Aller entreposer des corps défunts dans le monde-actif-  de la viande alimentaire tient d'un esprit probablement pervers. ô Rungis.

D'un autre côté, pour les familles voir le corps de leurs êtres chers "entreposé" au même titre que de la barbaque vendue du kilo à vocation de découpe en steacks, de futures saucisses est un choc.

Un esprit réaliste dira que la  crise coronavirus est en elle-même anormale. D'où une mesure anormale. Les capacités funéraires de la région parisienne sont dépassées à plus de 200 corps par jour en région parisienne par moments. Le lieu  est ...réfrigéré. Donc mieux qu'un camion frigorifique devant un hôpital ...pour le stockage.  Une façon de voir le verre à moitié plein !

Derrière ce premier scandale, dû à la situation de crise, s'est développée en outre  une seconde polémique.

Sandrine Thefine des Pompes funèbres de France s'est insurgée du coût d'accès. La Préfecture de police de Paris réclame 250 euros pour entreposer et 50 euros pour accéder !

L'appel a été entendu. L'Etat vient mettre son nez dans cette affaire de coût.

Le monde de la logistique (transport, stockage, manutention, gestion de l'info...)  est  encore sidéré de cette situation hors norme  dans ses lieux,  à Rungis.

Emile Zola c'est certain, aurait ajouté un chapitre à son Ventre de Paris, qu'il trouvait déjà à l'époque ....monstrueux en tant que tel. 

                                                                             Sylvie Neidinger

 

http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/coronavirus-pres-de-800-corps-entreposes-au-funerarium-geant-du-marche-de-rungis-18-04-2020-8301675.php

https://www.lci.fr/population/video-coronavirus-comment-le-marche-de-rungis-tient-il-le-coup-2151342.html

#rungis,#morgue,entrepôt,covid-19,ventre de paris

Suite Edwy Plenel publie une photo interdite de l'intérieur du site 

Comme dans tout entrepôt de stockage, la manutention est mécanique....Mais ici des transpalettes pour... les corps ! 

#rungis,#morgue,entrepôt,covid-19,ventre de paris,émile #zola

                                               Crise covid-A19

         

Commentaires

  • Les dépouilles entreposées à Rungis, ce n’est pas vraiment une nouveauté : souvenez-vous, Sylvie, de la canicule de 2003… On avait alors usé de même avec les entrepôts frigorifiques des Halles de Rungis, les morgues submergées par une avalanche de cadavres en plein mois d’août n’y arrivant plus…

    Les personnes âgées seules chez elles mourraient de déshydratation, tombant comme des mouches dans un assourdissant silence, c’était l’été, le pays en vacances, tout le monde ou presque s’en foutait. Chapeau rétrospectif aux pompiers de l’époque…On avait même eu droit à une déclaration du ministre de la Santé, un cardiologue réputé, en polo dans son jardin, qui avait eu un effet assez réussi au plan com’ et dévastateur pour son plan de carrière. Des photos avaient circulé par la suite, secouant un peu l’inertie.

    Je comprends bien que si l’on n’y est pas habitué, le spectacle de ce que devient notre enveloppe charnelle, une fois passés ad patres, puisse être choquant. Je me souviens de ma première visite à l’entrepôt frigorifique où étaient conservés, dans une cour de l’ancienne Ecole-de-Médecine, les corps en attente de dissection anatomique. Tous enveloppés en des sacs plastiques transparents, j’avais pensé aux poulets des surgelés de grandes surfaces. On est bien peu de choses, ma pauvre Dame…

  • Exact @Gislebert, l'entrepôt a déjà servi et au même usage...en 2003.
    Vous le rappelez avec justesse

  • Mais quand même avec des chariots de manutention pour effectuer l'entreposage?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel