+1/2 milliard sur 190 milliards: le coût des guerres de François Hollande !

La France continue à surjouer. A se la jouer à l'international.coût des guerres,néo colonialisme,loi de prorammation militaire,rallonge,révolte fiscale

L'Hexagone, nation  de taille moyenne en grave  récession économique dont le gouvernement fait subir une curée fiscale à ses citoyens - au point d'un raz-le-bol fiscal et d'une révolte-  vote tranquillement une ...rallonge pour les opérations extérieures.

La rallonge :

"la loi de programmation militaire, qui fixe le cadre budgétaire de la défense pour les six ans à venir. Ces ressources exceptionnelles pourront être majorées de 500 millions d'euros pour atteindre 190 milliards d'euros en cas de besoin, pour que les engagements de dépenses, notamment sur les opérations d'armement, puissent être honorés. Cela permettra l'engagement des "principaux armements en 2013 et 2014", selon le ministre de la défense, Jean-Yves Le Drian".  cf article paru dans le Monde du 28/11/2013

Nommée "ressources exceptionnelles majorées" Pour les Op'Ex'.

Décidée par le "fait du Prince" propre au système institutionnel hyper vertical français: l'Armée peut être lancée sur un théâtre des opérations sans même l'avis du Parlement !

Et dans une problématique martiale confuse en raisonnant sur deux mandatures. Puisque la déstabilisation du Mali avec l'afflux d'armes et de jihadistes est une conséquence directe de l'intervention de Nicolas Sarkozy en Libye. Engagement  qui avait aussi pesé sur le budget de la France et qui a fait plonger le pays post-Khadafi dans l'anarchie des gangs, des tribus, des réseaux mafieux et jihadistes. Totalement désorganisé à commencer par ses ressources pétrolières.

Aujourd'hui, la France fait la guerre pour raisons ....politiques puisque son territoire n'est pas directement menacé.

A moins que son territoire ne soit celui des autres. Néo-colonialisme....

La somme  va s'ajouter à la dette déjà  abyssale  du pays. Qui comprend?

COMMENCER PAR PAYER CORRECTEMENT LES MILITAIRES, NON?

...Si encore cet argent  servait à payer les militaires en temps, en heure et en quantité...Même pas  vu la débacle en rase campagne du logiciel de paiement Louvois   récemment abandonné par la Grande Muette...

Les épouses des soldats envoyés au front en Afghanistan, au Mali se battent depuis plusieurs mois  avec les découverts bancaires pour raison d'... hyper retard dans les paiements des soldes des combattants

                                                                        Sylvie Neidinger

 

La question :

https://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2013/01/15/ca-coute-combien-une-guerre-au-mali ?

La réponse :

http://fr.news.yahoo.com/programmation-militaire-ressources-exceptionnelles-majorées

 

Commentaires

  • "COMMENCER PAR PAYER CORRECTEMENT LES MILITAIRES, NON ?" ..."Les épouses des soldats envoyés au front en Afghanistan, au Mali se battent depuis plusieurs mois avec les découverts bancaires pour raison d'... hyper retard dans les paiements des soldes des combattants ! "

    Quelques observations.
    Si la France manque de trésorerie pour payer les familles de soldats stationnés à l'étranger, ou bien pour les pensions aux familles de soldats morts sur les champs de bataille - Et on oublient les soldats eux-même, blessés de guerres et invalides - elle offre cependant certaines compensations. Aux enfants de ces familles, l'entrée dans son École Nationale d'Administration (ENA) sans exigence d'examens ni de concours qu'elle impose à l'exceptionnelle minorité (de quelques individus par an) du civil au titre de la discrimination positive, mais que celle-ci décroche au moins le baccalauréat.

    L'autre solution au naufrage de la France, serait de créer encore plus de bases à l'étranger, à l'image des USA qui en possède un millier à travers le monde. Ces bases absorberaient une partie de deux catégories de chômeurs, l'une sans qualification, l'autre très diplômée. Ces bases fonctionneraient comme représentants du pouvoir français (du type préfecture ou gouvernorat, c'est déjà vu) à l'étranger, elles jetteraient l'ancre pour l'arrivée des grandes entreprises nationales qui leur rétrocèderaient quelques prérogatives et qui leur alloueraient des aides (non comptabilisées dans le budget national).
    Entretenant des relations "privilégiées" avec les pouvoirs locaux, ces bases finiraient par devenir autonomes. Même la hiérarchie soldatesque s'enrichirait. Elle construirait son réseau et ses périmètres d'influence. Pour services rendus à la nation "métropolitaine" elle pourrait bénéficier d'impunité pour ses mœurs sociales et économiques hors de France.

    Quand les familles font la démonstration que le retard de plusieurs mois de solde ne les affecte pas outre mesure, cela prouve que leur soldat-chef de famille dispose de ressources officieuses pour subvenir.
    [...note de la blogueuse: faux: les familles sont affectées mais n'ont pas le droit de manifester par statut]

    Qu'en est-il des estropiés de guerre? S'ils n'ont pas un syndicats fort derrière eux, ils doivent batailler très longtemps - parfois en vain - pour obtenir leur dû. Les autres, non gradés, sont carrément oubliés et vivent du minimum-vieillesse et d'une aide de la municipalité de leur domicile. Cela ne va pas au-delà que 600 euros par mois, additionnés d'une centaine d'euros de cette aide.
    Le gouvernement a du mal à reconnaitre ses blessés de guerre comme doivent le faire les entreprises pour leurs employés accidentés rendus invalides.
    Lesdits pensionnés de guerre mènent périodiquement des manifestations avec leurs avocats, mais ils ne voient rien venir.

    Soldats de guerre et soldat de l'industrie, ont cette commune difficulté à faire reconnaître les accidents professionnels.

    L'armée tire ses ressources hors des frontières qu'elle n'aime pas déclarer.
    Ce qui pèse et qui grève le budget national ce sont ses obligations contractuelles sur le poste budgétaire de la Défense. Les armements, les personnels spécialisés, les opérations (instruction, formation, coopération et coordination) qui sont difficiles à rompre puisqu'ils sont les effets de la diplomatique exercée par la présidence.
    La rallonge demandée est certainement motivée par la situation économique négative sur place, c'est-à-dire là ou sont mobilisées les troupes. Lorsqu'elles ne sont pas encore installées, elles coûtent pour son fonctionnement et son investissement ne dit encore rien des retombées,
    Le cas du Mali est loin d'assurer les conditions nécessaires à une quelconque installation. Ce pays est disputé à l'interne comme à l'externe. La paix, même si elle advient, risque d'imposer à la France la reconnaissance d'un autre conflit, d'une autre guerre à gagner contre ses rivaux qui pourraient se trouver être ses alliés sur d'autres terres.

    La colonisation moderne coûte plus qu'elle ne rapporte. Elle est vraiment objet d'analyses actuellement, et de plus en plus d'experts de la défense armée décrient ce modèle inepte. Les nouvelles donnes obligent à prendre en compte l'évolution des régions mondiales en considération avec des changements géopolitiques rapides, d'autant plus que les puissances émergentes aient marqué leur présence avec d'énormes investissements pour le long terme qu'ils ne lâcheront pas facilement. Il sera difficile de rattraper son absence ou sa négligence dont la cause aura surtout été l'incapacité d'adaptation des élites.

    Mais quels gouvernements en seraient plus capables puisque ce sont les macro-finances et macro-industries qui régissent notre planète?
    La planète des esclaves c'est déjà ici et maintenant!

    Sa soumission à la politique contre-productive de l'Union Européenne et son incapacité à redresser sa propre économie nationale, ont pour conséquence pour la France, un dramatique recul dans tous les domaines qui va, ces prochaînes années, la distancer de nombre de pays considérés comme émergents.

    Donc, on est légitimés à se poser certaines questions.
    La France n'est-elle pas téméraire - voire suicidaire - à vouloir jeter des bases militaires en nombre à travers le monde?
    Les autres puissances la laisseront-ils faire? Car là où il y a déjà une base, il n'y a pas de base-amie qui vaille.
    La France a-t-elle les moyens de ses ambitions?
    Avec sa diplomatie bancale, y parviendra-t-elle?
    Si c'est NON partout? Quel sera l'avenir de la France?
    Ne devrait-elle pas plutôt songer à se retirer de l'euro monnaie pour rebâtir son économie, ses relations et restaurer sa diplomatie?

Les commentaires sont fermés.