UA-65882359-1

08/07/2017

Centenaire du Mur de la Réformation: l'expo et l'utopie

Genève est tout autant le Mur que le Jet d'eau....Voire plus.#genève,centenaire #tavel #mah,mur de la réformaton #protestantisme,utopie,parc des bastions,palais enard

A l'occasion du centenaire du célèbre monument,125 pièces papier et photos surtout sont visibles au Musée Tavel .

Une expo hautement intéressante avec les projets, contre projets...

L'imagination part en visualisant ce que  ce monument aurait pu être; ce à quoi il a échappé... ses architectes, ses ingénieurs, les travaux.

Un bémol toutefois non pas sur le contenu de l'expo mais sur le lieu.

Autant j'adore Tavel pour ce qu'est Tavel. Autant ses sous-sols sombres, tortueux sont un peu la torture du visiteur.

Certes les autorités culturelles genevoises ne pouvaient -financièrement- se permettre d'ouvrir le Rath pour accueillir les 125 éléments de  l'expo intitulée "Faire le Mur"...

                                 

 

 

    MON UTOPIE MUSEALE AUTOUR DU MUR DE LA REFORMATION

 

#genève,centenaire #tavel #mah,mur de la réformaton #protestantisme,utopie,parc des bastions,palais enardDans une vision à 200% idéale, j'aimerais tellement que:

1-Ces artefacts ne soient pas dispersés après le 29 octobre, date de fin de l'expo. Ou alors que ces documents qui doivent retourner vers  leurs propriétaires respectifs soient conservés ensemble  en fac-similés.

2-Qu'ils soient logés ...près du Mur, DANS le parc des Bastions.

OU?? Il semble que tout soit occupé (Unige, Palais Eynard...) Bon alors: reconstruire un petit pavillon???

3- Ou, autre totale UTOPIE : creuser un sous-sol moderne sous le Palais Eynard (?)  ou sous la Bibliothèque (?) pour accueillir définitivement ces docs sur l'histoire du Mur de la Réformation in situ. Bon ....trop cher là aussi ?

"Touristiquement" parlant, cela serait un plus.

Mais les deniers publics  probablement trop mis à contribution.

 En attendant que certains rêves farfelus  ne prennent corps; qui sait....on ne peut que conseiller l'achat du catalogue d'expo qui explique tout !!

C'est un morceau du Mur de la Réformation que l'on emporte avec soi et que l'on peut garder sans souci dans sa bibliothèque ! Lecture historique garantie passionnante.

 

                                                                                         Sylvie Neidinger

#genève,centenaire #tavel #mah,mur de la réformaton #protestantisme,utopie,parc des bastions,palais enard

 

 

 

 

18/03/2017

Bibliothèque gallo-romaine à Lyon Fourvière

Une info à connaître pour qui s'intéresse à l'archéologie régionale: l'existence au lyon,musee de fournière,bibliothèque gallo-romainesein du Musée gallo-romain de Lyon d'une bibliothèque spécialisée, gratuite, ouverte à tous.

http://museegalloromain.grandlyon.com/Lyon-Fourviere/Serv...

Le fonds documentaire s'étend de la pré-histoire à la période médiévale et comporte les précieux rapports de fouilles. Un lieu méconnu qui finalement mérite d'être plus fréquenté !

                                                              Sylvie Neidinger

11/03/2017

Lire Charles Bonnet sur les fouilles de la cathédrale Saint-Pierre

L'éminent archéologue genevois Charles Bonnet, toujours scientifiquement actif,  vient de s'illustrer en Afrique, avec la découvertes de trois temples circulaires au Soudan.

Personne n'oublie sa maîtrise du difficile chantier de fouilles de la cathédrale Saint-Pierre. charles bonnet,guillaume fatio,site archéologique,sous sol,cathédrale saint-pierre

Un défi tout autant d'archéologie que de génie civil: creuser sous un bâtiment imposant mais instable pour le renforcer tout en découvrant les couches anciennes par states et tout en les conservant.

Un chantier de 30 ans !

Le site ouvert au public a reçu le prestigieux prix "Europa Nostra"

Le résultat est magnifique et se visite: site archéologique de la cathédrale Saint-Pierre

Toutefois ce chantier reste complexe à comprendre même in situ. Seul un archéologue chevronné y retrouve ses petits avec toutes ces states entremêlées...

La visite peut se poursuivre d'une façon passionnante autour des deux ouvrages de synthèse rédigés par Charles Bonnet en collaboration édités par la SHAG, en vente sur le site ou en librairie.

L'un sur la période protohistorique et la fameuse (incroyable)  tombe du chef celte pile au coeur de la bâtisse.

L'autre sur la période chrétienne.

Ardu mais fort instructif.

                                                    Sylvie Neidinger

 

 

 Les fouilles de la cathédrale Saint-Pierre Editeur SHAG

SHAG : société d'histoire et d'archéologie de Genève.

22/12/2016

L'art et la manière de détruire un château médiéval

On pourrait démarrer par "c'est l'histoire d'un mec". Et c'est aussi  l'histoire d'une administration française...

Lieu: l'Ardèche, terre prisée  des Hollandais qui s'en sont pris d'amour. Ce n'est pas un plat pays.Capturessssss.JPG

Localement certains parlent même de "colonisation" tant cette population y vit en autarcie. Elle importe (presque) tout depuis son batave de pays.

Habitants qui font relativement peu tourner l'économie locale.

Ce point de vue date des années 80. Rien de  neuf....

Un certain Aalt Van Ramshorst  a investi dans un projet immobilier de taille basé sur une piste hollando-hollandaise...

Il rachète le Château de la Tour, (du  XIVème siècle a minima)  à Saint-Pierreville.

               CE NEERLANDAIS AU PROFIL DE BRAVE HOMME

L'homme qui  a tout d'un brave homme a priori vient  hier de " péter un plomb ".

Le forcené incendie son bien, tire sur les pompiers, se suicide.

Que s'est-il passé?

Un matin de  2014, il subit, lui et son château, l'assaut de la maréchaussée soit ...30 gendarmes qui interviennent à l'aube sans ménagement. Il  sera incarcéré une semaine durant, menotté.

Incrédule, il raconte sa mésaventure à un journaliste.

Son château n'est pas une petite bâtisse. C'était  effectivement assez difficile de le louer "en douce" sans alerter les services administratifs...

Ce monsieur l'avait tout simplement transformé en hôtel  ....en catimini, commerçant sa prestation de service par  annonces postées  sur le Bon Coin ou autres sites.

Il tournait avec un personnel d'une dizaine d'individus non déclarés constitué de jeunes néerlandais. Aucune déclaration officielle donc aucune "habilitation sécurité" non plus.

C'était  l'ouverture illégale d'un établissement touristique!

Ce néerlandais jouait à cacher sa réelle activité, fort importante au demeurant.

Le jour de l'assaut des forces de l'ordre 100 clients tout de même étaient en villégiature. Pas moins.

(avantage original de cette situation : voir un château médiéval habité au XXIème siècle par une foule de 100 individus... comme à son origine ! Au moins c'est plus vivant qu'un château-musée...)

Bizarre tout de même,  cette  liberté mentale complète et l'autonomie du propriétaire...

La Hollande  est un pays qui supporte une législation. Comment  l'homme pensait-il y échapper en France?

hollandais.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A moins que les normes, trop  nombreuses  en France, n'aient empêché son projet au point de le rendre légalement impossible après achat ?

                                                    TETU !

Du genre le refus d'installer quelques ascenseurs et sorties de secours...

Le néerlandais têtu aurait alors forcé le destin du lieu. Il avait acheté la bâtisse. Il fallait qu'il poursuive son projet !            

Au risque d'ouvrir la chronique d'un dérapage incontrôlé.

D'un autre côté, l'administration française n'y est pas allée de main morte puisque qu'elle a décidé de  la CONFISCATION DU CHATEAU ! Pas moins !

 Tiré du Dauphiné Libéré:"Le propriétaire du château La Tour, Aalt Van Ramshorst, un Néerlandais, est sous le coup d'une condamnation à de la prison ferme. Le substitut du procureur, Emmanuel Garcia, précise : "Hier (mardi, NDLR) la chambre de l'application des peines de la cour d'appel de Nîmes a confirmé une décision prise par un juge d'application des peines de Privas : il doit purger au total 14 mois de prison." Le propriétaire du château a été condamné à de la prison ferme en juillet 2015 pour avoir mis le feu au véhicule de son ex compagne et pour possession d'arme. Il avait demandé un aménagement de peine et interjeté appel de la décision du JAP. La confirmation par la cour d'appel, rendue hier à Nîmes, pourrait avoir provoqué son geste, si l'hypothèse selon laquelle il a tiré les coups de feu se confirme.
Il est aussi poursuivi, depuis l'été 2014, pour avoir transformé son château en complexe hôtelier, s' affranchissant des règles de sécurité en la matière. Il avait alors fait 8 jours de détention provisoire.

            SAISIE DU BIEN : POURQUOI ?

 France Bleue évoque le fait divers:

 "Le propriétaire du château La Tour soupçonné d'avoir mis le feu [ce matin du jeudi 22] à la bâtisse puis d'avoir tiré sur les pompiers reste introuvable ce jeudi matin. Il aurait disjoncté car, suite à de nombreuses affaires judiciaires, il risquait de perdre son château et d'être envoyé en prison.

Les raisons de son accès de rage se précisent. L'homme était coincé judiciairement et il était sur le point de perdre son château et sa liberté. Il était depuis deux ans sous le coup d'une information judiciaire pour fraude et travail dissimulé pour avoir transformé son domaine en site d'hébergement touristique sans respecter aucune norme, ni aucune autorisation. A ce titre, son château faisait l'objet d'une saisie conservatoire par la justice en attendant son procès où il risquait la confiscation définitive de son bien.L'homme avait également plusieurs condamnations à purger, notamment pour avoir dégradé la voiture de son ex-femme et pour détention d'armes. Un total de quatorze mois de prison. Sa demande d'aménagement de peine venait d'être refusée. La perspective d'être envoyé derrière les barreaux aurait déclenché sa fureur.cf "

Aujourd'hui l'homme  s'est détruit en autodafé  avec son château.

Par le feu.

 La morale ou plutôt l'immorale de l'histoire?

1) Aalt Van Ramshorst a commis l'erreur de se croire en liberté d'action. Le syndrome "ardèchois" l'avait atteint. Il faisait du business en circuit fermé (donc non déclaré) par des néerlandais et pour des néerlandais et ne comprenait pas l'intrusion de l'Etat français dans son petit mécanisme autonome.

Il a tort à 100%. En même temps ce "brave homme" a consacré toute son énergie à la restauration de ce bien.

Mais dans l'autre sens,

2) la Justice hexagonale a été plus que lourde: il fut  incarcéré huit  jours en 2014 pour le délit  de réception  de clientèle touristique dans un endroit non normalisé. La justice a refusé l'aménagement de sa peine en 2016.

Le pire, le plus injuste et incompréhensible: la justice française a décidé de lui .....confisquer son bien. Une disposition du code pénal qui permet la dévolution d'un bien à l'Etat. Lequel s'en empare....gratuitement sans compensation !

Tout simplement. Un acte d'ancien régime, remis au goût du jour en 1792. Une disposition exceptionnelle et souvent liée à la grande délinquance. Probablement hyper excessive ici.

           AALT ET LE CHATEAU ONT SOMBRE

C'est un "beau" résultat...L'homme est décédé. L'Etat récupèrera une ruine détruite par le feu. Une stratégie perdant-perdant.

Lors de la disparition du propriétaire jeudi, les gendarmes engageaient une étude de personnalité pour savoir à qui ils avaient à faire.

C'est assez simplissime de comprendre que cet individu a acheté et restauré un bien hors norme de ses mains, avec énergie.

Il a voulu lui donner une viabilité économique certes par des subterfuges.

L'administration française au lieu de reconnaitre le gouffre financier pour entretenir un château médiéval, au lieu de  conseiller cet "étranger", voire l'encourager, " le remettre sur le "droit chemin économique"  a choisi la manière forte coercitive: menottes, prison puis au final confiscation du bien!!!!!!

L'individu s'est senti à juste titre volé par l'Etat français. Il a décidé de tout détruire.

Et  lui avec. Triste.

                                                 Sylvie Neidinger

 

crédit images capture d'écran sites web en lien

29/11/2016

Pétition pour sauver le paysage typique du Salève de La Chartreuse de Pomier

La responsable de la page facebook de l'association Mémoire et Patrimoine de Saint-Julien alerte sur un dommage programmé contre le ...Salève.

Ici, La pétition pro SALEVE:

"Au pied du Salève, entre Archamps et le Mont-Sion, un exceptionnel paysage créé à partir de 1170 par les Chartreux de Pomier nous est parvenu intact. Poussés par les nécessités de la vie, exploitant les techniques de leur temps, des hommes ont déboisé, planté, fait de l’élevage, créé des cheminements... En 1565, dans son célèbre tableau « L’été » ou « La moisson », Pierre BREUGHEL en avait déjà célébré la beauté.

Ce musée vivant de la relation de l’homme à la nature est aujourd’hui menacé par des promoteurs voulant transformer la ferme de la chartreuse, dite Quory ou Correrie, en 12 appartements avec 33 parkings ! Il avait été classé en zone de protection du patrimoine architectutal et urbain par le Préfet de la Région le 22 septembre 1986 et aurait dû normalement être transféré en AVAP (Aire de Valorisation de l’Architecture et du Patrimoine) ! Les vivants d’aujourd’hui peuvent-ils s’arroger le droit insensé de dénaturer un patrimoine de mille ans ?

LA CULTURE NE DOIT PAS ÊTRE ABANDONNÉE AUX RÈGLES DU MARCHÉ. NOUS NOUS OPPOSONS À CETTE BRÈCHE IRRÉPARABLE DANS CE PATRIMOINE DU GENEVOIS."

                                 ****

 

Un paysage protégé en 1985 est en danger en 2016.

Je voudrais dire ici combien au delà du paysage cette zone est patrimoniale pour toute l'aire genevoise.

La Chartreuse Notre Dame de Pomier appartient  à un passé historique identifié car fondée en 1170 grâce à une donation de Guillaume 1er Comte de Genève et de Vaud.

Mais quid du patrimoine non identifié, proto-historique, antérieur de la dite zone. Proche du sommet nommé Sion, avec des toponymes significatifs "kern", Mikerne exactement.

Un lieu chrétien qui s'installe pile près du "kern" (cairn....) comme une classique superposition chrétienne sur des zones dite "paiennes".

Pile dans la descente du Mont Sion, vers la pente, Pomier, premier lieu qui visualise le lac.

Une vue superbe sur Genève.

L'INRAP devrait y mettre son grain de sel.

 

En tous cas signer cette pétition semble le minimum.

On se souvient de l'abri sous roche de Veyrier (Etrembières), préhistorique,  scandaleusement concassé, disparu, envolé par l'inculture.

                                                         Sylvie Neidinger

                                

 

 

 

 

 

 

mémoire et patrimoine de saint-julien -en-genevois,association,salève,chartreuse du pomier

16/04/2016

NUIT ANTIQUE à Genève

C'est un peu Guédelon-sur-Leman: une formidable idée que de reconstituer le passé in situ: à Genua, le village antique.geneve,bastions,celte,romain,grec,mah,carouge la romaine,unige,nuit antique

Bizarres rencontres hier et aujourd'hui au Parc des Bastions.

Casques, glaives, ostracons, calames....

Et trois sangliers à rôtir sur le feu lorsque je suis passée. Sept seront dévorés en tout.

geneve,bastions,celte,romain,grec,mah,carouge la romaine,unige,nuit antiquePar Toutatix, le temps n'a pas été très tendre avec la valeureuse troupe.

Pour la seconde année,  les départements universitaires de recherche sur l'antiquité: grecque, romaine (Genève) et celte (Lausanne) se mobilisent avec-on s'en doute- un immense travail amont pour préparer la Nuit Antique.

Une manifestation grand public et gratuite.

www.nuitantique.ch

geneve,bastions,celte,romain,grec,mah,carouge la romaine,unige,nuit antiqueLe programme se complète in situ avec les  visites de Carouge la Romaine, Madeleine, Palais de Justice, des inscriptions latines du MAH etc.

Entre autres saynètes mésopotamiennes, égyptiennes, concert avec  instruments, antiques, écriture cunéiforme, ugaritique....

Les enfants, les passants assistent aussi à la fabrication d'une poterie par le Tour à bâton avec le céramiste Pierre-Alain Capt.

 

                           Le ciel nous est tombé sur la tête

 

Un drôle d'ostrogoth par ailleurs formidable numismate de l'atelier Ciel &Terre affirme combien,  concrètement, frapper  la monnaie par la méthode antique permet de résoudre des problèmes techniques inédits et de progresser dans la connaissance. Il me dit participer régulièrement à  Guédelon (ce projet fou de reconstruire un château-fort.)geneve,bastions,celte,romain,grec,mah,carouge la romaine,unige,nuit antique

Autant de stands intéressants: tel celui des chaussures reconstituées suite aux données scientifiques issues de fouilles archéologiques. Elles sont classées par siècle.

Il s'agit de la collection de   la spécialiste mondiale, présente sur stand (en costume évidemment ) et disponible à la conversation. Elle me montre sa publication, un pavé sur le sujet fruit de 16 ans de recherche universitaire.

Je ne me suis pas trop attardée à l'Archéo-fashion car hyper attirée par les légionnaires.

Dans le gallo-romain, j'ai tendance à choisir le gallo...

Fort intéressant d'apprendre tout ce que l'équipement militaire romain doit aux celtes-gaulois (=la même chose): la côte de maille, le casque...geneve,bastions,celte,romain,grec,mah,carouge la romaine,unige,nuit antique

Et les historiens de le démontrer en montrant les casques. Tout simplement.

L'expliquer avec moult pédagogie, patience et précision. Merci !

Bigre, ce n'est pas tous les jours que l'on croise un carnix...

Je n'ai pourtant pas entendu tonner la sinistre trompette trompe-la-mort...

OUF me voilà rassurée: aucune guerre ne se prépare à Genève.    Malgré les apparences.

                        Sylvie Neidinger

 

 Nota: sur Arte, ce même samedi  16 avril pour prolonger la Nuit Antique : 3/3 émissions très synthétiques consacrées aux Celtes (la Tène etc...)

http://www.arte.tv/guide/fr/058362-001-A/les-celtes-1-3

 Sur le site de Trintignac, Corrèze. Sous les couches gallo-romaines, des VRAIS Carnix

http://www.inrap.fr/tintignac-un-temoignage-exceptionnel-...

 

crédit photos Neidingergeneve,carnix,bastions,celte,romain,grec,mah,carouge la romaine,unige,nuit antique

geneve,carnix,bastions,celte,romain,grec,mah,carouge la romaine,unige,nuit antique

geneve,bastions,celte,romain,grec,mah,carouge la romaine,unige,nuit antique

Lire la suite

14/05/2015

Gen'Eva, Genua, la fondatrice

J'aime les musées, Genève et donc les musées de Genève.genève,archéologie,mah,genova,statue,rhône

On ne peut comprendre le présent sans l'épaisseur de l'histoire. Nous sommes forgés par le passé.

Dans la salle du MAH -musée gratuit- dédiée à l'archéologie régionale, le visiteur a rendez-vous avec une genevoise parmi les plus charmantes et girondes.

LA GENEVOISE, Genua?

En fait une tête dite de "déesse au diadème" [et boucles d'oreilles ma chère] surgie des eaux sur le bras gauche du Rhône près de l'île, lors des travaux des Forces Motrices en 1884.

Elle date d'un atelier gallo-romain, conçue en marbre de marmara.

Certains voudraient qu'elle fût la déesse locale Genova ou Genua.

Mais la mystérieuse reste de marbre. Bouche fermée. Muette sur son identité.

Historiquement l'artefact archéologique sauvé des eaux -par miracle !- est non informatif. Aucune dédicace, rien.


Elle a même subi décapitation et nez disparu, dégradations dues à  l'immense orgueil humain qui croit faire table rase du passé en détruisant des objets sans défense.( Cela produit actuellement au Proche-orient au marteau piqueur et à la dynamite par des ignorants....)

Toutefois, la symbolique de cette dame si bien coiffée malgré quelques siècles d'immersion est ultra puissante, comme ...pour signifier qu'elle est importante pour la ville. Voire fondatrice.

Car la  naïade revoit le jour,  trouvée non seulement au coeur du système urbain local mais au fond du Rhône - lequel est lui même identificatoire de la ville qui se créé en confluence du lac, du fleuve et de l'Arve.

L'endroit effectivement le plus symbolique de la ville. La statue  prend de facto sa  dimension mythique en tout état de cause.

Qu'elle soit la statue vénérée au IIIème siècle au titre de la déesse attestée nommée Genua/Genova ou... sa parèdre.

Son long baptême aquatique  permet de proposer de la nommer... Gen'Eva !??

                                                                         Sylvie Neidinger

Musée d'Art et d'Histoire  MAH de Genève

genève,archéologie,mah,genova,statue,rhône

 crédit photos Neidinger

26/04/2015

Mythique Via Romana suisse sur Arte+7

La chaîne franco-allemande rediffusera vendredi 1er mai prochain à 11h40 et le jeudi 7 mai à 18h15  un documentaire de 44' intéressant vu hier samedi 27 avril 2015.émission tv,ziert glocke,absinthe,avenches,val de travers,automates,arte+7,tupin,sainte-croix,pré-giroud,via romana,route mythique,jules cesar,suisse,arte,rediffusion

Il s'inscrit dans le cadre d'une série sur les voies mythiques antiques en Europe (Via Julia, Aquitania, Cassia, Publicae) 85 000 km en Europe.

 Dont la Via Romana helvète.

Rigolo de trouver sur le trajet  de "Jules César" entre Gallia Belgica et Gallia Narbonensis le port antique de "Lousonna", certes mais aussi les toupins  aux 25 sons différents,  fromages et vaches, le fort de Pré-Giroud, Sainte-Croix, les automates, l'absinthe, le Val démission tv,ziert glocke,absinthe,avenches,val de travers,automates,arte+7,tupin,sainte-croix,pré-giroud,via romana,route mythique,jules cesar,suisse,arte,rediffusione Travers, Avenches,  la Ziert Glocke de Berne, son impressionnante salle de l'horloge et surtout son horloger, les jeux de rôle de mercenaires bien en chair, "par amour pour ce qui est militaire et romain" l'équipement, le ravitaillement, les armures. Augst, Augusta Raraurica.

Une Suisse bien contemporaine vit autour de l'antique trajet !! 

         Sylvie Neidinger    via romana,route mythique,jules cesar,suisse,arte,rediffusion

Citation "La Via Romana avait un intérêt hautement stratégique car elle reliait Genève (Genava) à Augst (Augusta Raurica). César en fit améliorer la qualité durant la guerre des Gaules. À Bière, près de Genève, se trouvait une forteresse romaine. Plus loin sur les bords du Lac Léman, la Via Francigena passait par Vidy, où a été mis au jour le site archéologique de Vicus Lousonna (devenu Lausanne). via romana,route mythique,jules cesar,suisse,arte,rediffusionLa campagne de César le mena jusque dans le Jura et le village de Sainte-Croix. Depuis 1995, Boveresse y distille l’absinthe, qui vient du nom latin de la plante artemisia absinthium. Le réalisateur a poursuivi son périple dans le canton d’Argovie, où il a rencontré, près de l’ancien camp romain de Vindonissa, le groupe de la Vex Leg XI CPF. Celui-ci reprend très sérieusement les formes d’entraînement militaire et le mode de vie de l’ancienne XIe légion romaine. Pour finir, cap sur Augusta Raurica, près de Bâle, qui fut une très importante cité romaine habitée par 15 000 personnes."

 

émission tv,ziert glocke,absinthe,avenches,val de travers,automates,arte+7,tupin,sainte-croix,pré-giroud,via romana,route mythique,jules cesar,suisse,arte,rediffusion

via romana,route mythique,jules cesar,suisse,arte,rediffusion

crédits photos=capture d'écran site émission

24/11/2014

Un menhir retrouvé à Genève

Genève sort rarement des menhirs de ses entrailles... geneve, grand saconnex, archéologie, archéologie préventive, menhir

Or un champ du Grand-Saconnex vient de sourire aux archéologues du Canton....

Grâce à une parfaite démarche d'archéologie préventive!

A l'occasion d'un futur chantier routier, les historiens de la truelle n'ont pas attendu qu'une pelleteuse découvre -sinon écrase- des reliquats.

Quelquefois, une pelleteuse de travaux publics, quand elle touche un artefact du passé peut devenir aveugle...

  Ici, les archéologues ont sondé le terrain eux-mêmes.

Et ...bingo: un lieu de culte surgit dont un menhir (lire TDG).

On n'est jamais si bien servi que par soi-même. Futures découvertes à suivre...

                                                                                     Sylvie Neidinger

 

L'exemple de fouille "préventive" à ne pas suivre: place baudoyer, Paris, 1995.



 

28/06/2014

Archéologie/Genève/groupe épiscopal

On signal ici l'article Aux origines du groupe épiscopal de Genève.  rédigé par le célèbre archéologue suisse Charles Bonnet à lire dans la revue Archéologie n°363 de mai-juin 2014 consacrée aux "Premiers édifices chrétiens", aux Editions Faton.

 Couverture:" Lyon, Poitiers, Grenoble, Genève"... 

  Charles Bonnet est docteur es lettres en archéologie médiévale, de Lyon II,  pôle scientifique rhône-alpin  pointu  en archéo médiévale, justement mais aussi   proche-orientale et histoire religieuse.

Le chercheur né en 1933  mène sa  carrière à Genève et transmet ses connaissances bien au delà.

                    Sylvie Neidinger

08/04/2014

Tremblement de terre et...Tsunami sur Léman (an 563)

Le tremblement de terre, magnitude 5 subi hier dans la zone sud-est de la France à 21h27(épicentre à Barcelonnette, Alpes de Haute Provence)  à 300 km de Genève témoigne d'une activité sismique certaine qui touche légèrement la Suisse, comme cette carte sismique récente  ne le prouve: intensité 1 et 2.

Capture.GIF

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cf: la carte  de RéNasS, le réseau qui étudie la sismicité en temps réel.

Cet événement tellurique qui prouve que "cela arrive"  est l'occasion de rappeler d'autres typologies de  phénomènes catastrophiques.

              TSUNAMI  SUR LAUSANNE ET GENEVE

Il ne s'agit pas d'affoler. Juste de dire que cela s'est déjà passé Genève. Les rives lémaniques ont subi en 563 les ravages d'un tsunami meurtrier. Alors qu'il s'agit d'un lac, soit une étendue d'eau fermée et non de mer ou d'océan.

Le scénario de la catastrophe et de sa découverte  par les géologues de l'Université de Genève lors de sondages des sédiments fut publié en 2012 dans Nature Geoscience.

Katrina Kremer, Guy Simpson et Stéphanie Girardclos spécialisés  en limnogéologie (étude des sédiments lacustres) ont eu la-bonne-idée d'analyser les sédiments de la partie la plus profonde du plus grand lac naturel de l'Europe de l'Ouest.

Deux récits historiques évoquent le  raz-de-marée dénommé Tauredunum.(dénomination de la montagne valaisane effrondrée, un pan du Grammont?)tremblement de terre,limnogéologie,renass,tsunami,unige,katrina kremer,guy simpson,stéphanie girardclos,éboulement

Villages dévastés, pont de Genève emporté : "deux historiens contemporains de l’événement ont raconté la catastrophe. Le premier s’appelle Marius. Cet évêque d’Avenches a rédigé une chronique en latin, dans laquelle il évoque cet accident: «La grande montagne du Tauredunum, dans le diocèse du Valais, s’écroula si brusquement qu’elle écrasa une ville qui était proche, des villages et, en même temps, tous leurs habitants. Sa chute mit aussi en mouvement tout le lac qui, sortant de ses deux rives, détruisit des villages très anciens avec hommes et bétail. Le lac démolit même beaucoup d’églises, avec ceux qui les desservaient. Enfin, il emporta dans sa violence le pont de Genève, les moulins et les hommes et, entrant dans la cité de Genève, il en tua beaucoup.»

EBOULEMENT

Attention la vague meurtrière de 13 mètres (!) à Lausanne, 8 mètres à Genève 70 mn plus tard, ne fut pas liée à un tremblement de terre mais à un éboulement généré en Valais, à 70 km de Genève à l'embouchure du Rhône dans le lac.

Une masse sédimentaire considérable s'étend sur 10 km de long, 5 de large, 5 mètres d'épaisseur ( soit 250 millions de mètres cubes!) au plus profond des eaux.

La science a confirmé le récit historique.

En terme de catastrophe naturelle en zone lémanique, l'impensable a déjà eu lieu !


                                            Sylvie Neidinger

Crédits Images: capture d'écran site RénasS

17/03/2014

Hautecombe, la Maison de Savoie et le souvenir

Rubrique Histoire. La Maison de Savoie se réunissait samedi dernier pour une messe commémorative  en l'abbaye de Hautecombe pour honorer le 31ème anniversaire du décès de Humbert II, roi d'Italie.savoie blog.GIF

En présence de la famille royale: le prince Victor-Emmanuel de Savoie, son épouse la princesse Marina, leur fils le prince Emmanuel Philibert, prince de Venise et de Piémont.

abbaye de hautecombe,maison de savoie,humbert ii

Une  cérémonie qui a dépassé un simple hommage familial, intime.

Elle surgit du passé avec la présence en ce 15 mars 2014 de... tous les  ordres dynastiques de la Maison de Savoie lors de cette messe célébrée par Monseigneur Ballot, archevêque de Chambéry: les ordres dits " avec ou sans manteau", au Mérite ou des Saints Maurice et Lazare.

Hautecombe, la nécropole des Princes de Savoie est sise sur la rive ouest du lac du Bourget.abbaye de hautecombe,73,savoie;maison de savoie,humbert ii

Un site très visité. Pour sa grange batelière du XIIème siècle (classée)  et son église abbatiale en style gothique troubadour.

Cérémonial royal pas mort.

 

                            Sylvie Neidinger

abbaye de hautecombe,maison de savoie,humbert ii

(crédit images/photo  capture d'écran DL et site touristique Savoie Montblanc)







Crédits Images/captures d'écran/site web/Savoie Mont blanc tourisme et Dauphiné Libéré.com

03/12/2013

Pierre à poissons et ... mémoire de Farel

Une pierre-banc de vente de poissons, datant du moyen-âge, sise à Montbéliard, porte en mémoirepierre à poisson,montbéliard,guillaume  farel,prédication,protestantisme collective, sans trace écrite aucune,  la prédication de Guillaume Farel : la pierre à poissons.

Farel est gapençais: un article serait  à rédiger sur le lien entre naissance du protestantisme et cette région précise de moyenne montagne autour de Gap...   SN

pierre à poisson, montbéliard, louis farel, prédication, protestantisme

19/11/2013

Genève-le plus long banc du monde:120,21 mètres- à l'envers !

 Genève détient un record mondial: celui du plus long banc en bois de l'univers: 120,21 mètres portés par 61 pieds...geneve,conseil d'etat,banc,reord du monde,promenade de la treille

L'objet est long parce que la Promenade de la Treille est longue, tout simplement. Il en épouse la dimension.

Il n'est d'ailleurs là que pour les beaux yeux de cette charmante dame du 18ème siècle: la "promenade" urbaine, haut lieu social et socialisant.

geneve,conseil d'etat,banc,reord du monde,promenade de la treilleVénérable objet car présent  depuis 1767.

Genève pour autant ne  fait pas homologuer sa dimension hors norme  dans le Guinness book des records.

 Pas de compétition absurde qui verrait  un quelconque  Etat fabriquer un banc encore plus grand juste pour dire qu'il a battu la cité de Calvin !  (Rien de plus facile pour défier: juste   du bois et un peu de métal...)

Non. La  fonction de cet objet  précise est d'une toute autre nature...

Il étonne à première vue par  son orientation  originale.

Il  tourne carrément le dos au magnifique paysage panoramique de la ville, le parc, Plainpalais, l'Uni Bastions avec en fond de regard lointain le  Vuache et  le  Salève en  France voisine.

SYMBOLIQUE VOIRE... PSYCHANALYSE.... URBAINE ?

geneve,conseil d'etat,banc,reord du monde,promenade de la treille

Ce banc couleur verte.....ne serait-il pas en fait   une toute dernière trace symbolique des magnifiques bastions dans lesquels s'était enfermée Genève?

Une ligne Maginot imaginaire?

Souvenir de ces barrières de protection, signes  du repli "entre soi"...que le XIX ème siècle a vu démolies pour  donner sa nouvelle dimension internationale à la  Ville-Monde.

GENEVE ENCORE HYPER SECRETE

Toute pré-occupée d'elle-même en paysage intérieur...

Mythique promenade  tournée vers l'espace de  jeu des enfants (son avenir) et vers ses Institutions (son présent) avec  le Conseil d'Etat qui semble veiller avec soin  sur les chers petits, depuis les baies vitrées.

geneve,conseil d'etat,symbolique urbaine,banc,reord du monde,promenade de la treilleL'espace de la Treille accueille d'ailleurs  à chaque fin d'année scolaire les écoles de la ville. En raout de clôture d'une année méritante.

Il ne me semble pas délirer en comparant  l'extraordinaire position du banc genevois tourné non pas direction open space  mais  vers l'intérieur, vers l'oppidum  historique,  vers de la Ville citadelle fermée telle qu'elle fut dans sa phase de splendide isolement insulaire.

Car un autre détail intéresse au plus haut point: la position des petits chevaux de bois ... frontalement placés  face au panorama, eux ! De facto face au monde  extérieur dont la Savoie.... Comme des sentinelles, là  encore  symboliques, en protection  d'une mythique escalade.

Brave petits cavaliers et  chevaliers de la Tour Baudet..geneve,conseil d'etat,symbolique urbaine,banc,reord du monde,promenade de la treille.

Ici, les petits chevaux ne se regardent pas entre eux, en vis à vis,  comme dans tous les parc d'enfants du monde où les bambins jaugent leurs exploits à l'aune du voisin. Chevaux croisés.

Non, les  petits cavaliers genevois sont tous en position de sentinelles. Leurs regard ne se croisent pas individuellement mais se tournent collectivement vers l'extérieur. En garde !

Etonnant.

 BELLE RENCONTRE

geneve,conseil d'etat,symbolique urbaine,banc,reord du monde,promenade de la treilleConcrètement, l'usage du banc tourné vers l'intérieur est de facto incongru pour qui veut basiquement observer le paysage.

Se poser en lui tournant le dos ne sied pas forcément. Regarder avec une position corporelle inversée fait risquer un grave torticoli.

Nombreux sont ceux qui  littéralement transgressent les gestes ordinaires. Ils s'assoient, en fait  à l'envers et passent leurs jambes !geneve,conseil d'etat,symbolique urbaine,banc,reord du monde,promenade de la treille

Il suffit  en fait, sportivement, d'enjamber le dispositif  dans l'autre sens et de transformer le dossier en ventral ! Jupes s'abstenir.

C'est tout de même hyper original (photo) mais bien l'unique méthode pour apprécier la vue panoramique.

L'autre jour, une dame d'un âge certain  était justement en méditation dans cette position quelque peu  saugrenue. Je m'approchai et lançai en imitation  les jambes dans la manoeuvre si spéciale mais obligatoire ici.

Et toutes les deux de rire. Puis de plaisanter aimablement   sur les particularités genevoises.

Après une demi-heure d'échanges sur la ville, passion commune visiblement, l'Inconnue me posa alors une surprenante question. "avez-vous 10 mn, je peux vous faire une surprise".

Oui évidement: j'ai même en réserve des heures pour les surprises...

Elle me demande alors de la suivre.

Elle habite un des palais historiques de la zone, bâtisse privée, totalement inaccessible à la visite. Dont la lourde porte s'ouvre sur deux magnifiques cours intérieures.

Hôtel particulier aristocratique, du protestantisme le plus ancien.

Genève architecturale ultra secrète...

Belle rencontre, grâce  à l'humour.

Merci, le banc. Record mondial : 120,21 m précisément. Mesure garantie exacte au cm près. Précise, exacte: à la genevoise.

                                                                              Sylvie Neidinger

geneve,conseil d'etat,symbolique urbaine,banc,reord du monde,promenade de la treille

                                                                                            

Cet article est cité sur wikipedia à propos de la Promenade de la Treille: wikipedia.org/wiki/Promenade_de_la_Treille

                                                                         crédit images photos Neidinger          

15/10/2013

InterroGe.ch fonctionne bien! Testé sur "rue Fort-Barreau"

Ce blog avait signalé le nouveau service offert par les Bibliothèques genevoises-donc par la Ville de Genève:  répondre aux Interrogations émises par le public, par le biais d'un site numérique : InterroGe.ch

Le test s'est effectué sur la base d'un commentaire bâtisseur. C'est ainsi que je nomme les commentaires qui apportent de la matière à un article, qui l'enrichissent.

L'article en question est publié sur ce blog Neidinger le 24 août à propos de Fort-Barraux, place forte  isèroise aux porte de la Savoie. Dont la basique visite touristique en août avait montré combien ce site était lié à la Suisse. Une garnison de Neufchatel  l'ayant  même gardé.ville de genève,gresivaudan,rue fort-barreau,fort-barraux,barraux,isère,interroge.ch,blog neidinger

Ce fortin est désormais inscrit dans le parcours huguenot composé par l'association surlespasdeshuguenots.

Cette frontière ultra précise entre France et Savoie est très symbolique pour les protestants. S'ils étaient attrapés par le Duc de Savoie en la franchissant, ils étaient renvoyés côté France à Fort-Barraux justement. D'où ils partaient en exil pour les galères. Une mort assurée.

A la lecture de cet article sur Fort-Barraux,  Jean d'Hôteaux émet son commentaire avisé:

"Merci pour ce billet et les liens qui y sont assortis. Le tout fort intéressant !En découvrant Fort-Barraux (Isère) par le biais de votre blog, j'ai immédiatement pensé à la rue du Fort-Barreau à Genève, en me demandant si il pouvait y avoir une relation entre les deux, ceci malgré une orthographe différente ?
Je me suis parfois demandé d'où cette rue, qui se trouve derrière la Gare Cornavin, tirait son nom. Serait-ce une trace des Huguenots de passage à Genève ? Cordialement !

Le lien entre le Fort-Barraux lié au protestantisme et une rue de Genève nommée était très judicieux de la part du commentateur. Ce malgré la différence d'orthographe.

Personne n'ayant pû ensuite donner la moindre information en commentaire, j'ai décidé de tester justement InterrGe sur le sujet.

Le thème  correspond d'ailleurs parfaitement à la typologie de question à proposer à un service de bibliothèques. On peut comprendre qu'une question trop large du genre  : "pourquoi les oiseaux volent ?" ne conviendrait  pas trop à leur offre de service. Car les réponses dans ce cas partiraient en multiples directions : de histoire des espèces à  la portance de l'air. Soit plusieurs thèses universitaires avec bibliographies fournies...

Retrouver le lien historique entre  Fort-Barraux et rue Fort-Barreau  est, lui,  à 100 % coeur de cible de cette recherche en ligne sur InterroGE. Car les bibliothèques genevoises possèdent effectivement  à la fois les ouvrages locaux et le savoir-faire des bibliothécaires qui connaissent leur fonds.

Voici leur réponse :

"Bonjour, Nous vous remercions d'avoir fait appel au service InterroGE, voici le résultat de nos recherches :

La rue du Fort-Barreau, située dans le quartier des Grottes à Genève, nous est décrite dans "Le Dictionnaire des rues de Genève" de Jean-Paul Galland,
http://data.rero.ch/01-1071672, à la page 62 :
"Une auberge de ce nom était située dans cette rue. Elle existait depuis 1663 et fut démolie en 1900."

Nous avons également consulté l'ouvrage d'Eugène-Louis Dumont "La Genève des Grottes" où la rue du Fort-Barreau est citée à deux reprises, mais sans plus d'explication, http://data.rero.ch/01-0983942.

C'est le récit de Jean-Michel Olivier "Notre-Dame du Fort-Barreau" qui nous apprendra toute l'histoire, lisez à la p. 31 :
http://bit.ly/1edmweN
"... la rue du Fort-Barreau : Le nom est une réminiscence de l'occupation française : de 1798 à 1813, Genève devient un département de l'Empire napoléonien. Mais alors Fort-Barreau ? C'est le duc de Savoie, Charles Emmanuel 1er, vaincu par Lesdiguières, qui fait construire dès août 1597 un fort à Barraux, petit village de l'Isère sur la route qui mène de Chambéry à Grenoble. (...) Le Fort Barreau (ou Barraux) apparaît aussi dans les fameux "Voyages dans les Alpes" d'Horace-Bénédict de Saussure."

Il y a donc bien un lien entre cette rue genevoise et le village de Barraux et son fort, situés dans la vallée du Grésivaudan en Isère.

L'histoire de ce fort peut se découvrir à travers plusieurs sites web : http://www.fort-barraux.fr/ et http://barraux.reseaudescommunes.fr/fr/information/19159/fo
rt-barraux
et http://www.isere-annuaire.com/chateau/fort_barraux.htm.


Nous espérons que ces éléments vous aideront dans votre recherche. N'hésitez pas à nous recontacter pour tout complément d'information ou toute autre question.  Cordialement,

La Bibliothèque de Genève pour InterroGE

http://www.ville-ge.ch/bge
http://www.interroge.ch"

Cette réponse nous apprend que le nom de la rue Fort-Barreau est lié à une auberge genevoise construite dans cette rue en 1663 et démolie en 1900.

L'information InterroGe n'est pas complète. Il manque le rapport avec la protestantisme, avec le parcours huguenots, la montée de la Drôme, des Cévennes en direction de la Rome protestante !

ville de genève,gresivaudan,rue fort-barreau,fort-barraux,barraux,isère,interroge.ch,blog neidingerIl manque la liaison  entre deux histoires transnationales, celle d'un bâtiment en France, gardien de la croisée des vallées dont celle du  Grésivaudan [qui voit la montée des protestants de la Drôme et de plus loin encore en direction de Genève] et celle de cette rue proche de Cornavin en Suisse.

Les deux sites semblent liés par...la trace du passage des huguenots.

Info extraordinairement significative:  l'existence d'une AUBERGE dans cette rue  signale justement une problématique de voyage, de déplacements.

Des huguenots?

Et cette découverte du lien entre Fort-Barraux et le protestantisme est justement celui décrit  dans  ....l'article du blog Neidinger daté du 24 août.

La boucle est bouclée: l'info part du blog, se booste par un commentateur actif (merci à lui)   passe par InterroGe et revient au blog pour conclusion provisoire sous réserve de recherches plus approfondies

La "petite note d'un simple blog" vient d'aider à remettre en actualité numérique Fort-Barraux, perdu dans sa somnolence depuis la magnifique vallée du Grésivaudan qu'il domine.

Le fortin  que des passionnés essaient de sauver de l'outrage du temps, s'avère être un site majeur dans l'histoire mémorielle  du protestantisme dans sa version douloureuse.

 Dont l'histoire précise  est très certainement à découvrir plus amplement encore.

Par des recherches aux archives et ... dans les bibliothèques. De France et de Suisse.

Et par les "Enquêtes-Blog" !

                                                                                                                                                                                            Sylvie Neidinger

                                                                                   

ville de genève,rue fort-barreau,fort-barraux,barraux,isère,interroge.ch,blog neidinger

ville de genève,gresivaudan,rue fort-barreau,fort-barraux,barraux,isère,interroge.ch,blog neidinger




17/09/2013

Saint-Ju, patrimoine Grand Genevois

Une équipe universitaire de l'UNIGE sous la direction du Professeur Leila El Wakil a porté son attention sur le patrimoine de Saint-Julien-en-genevois. Le tout dans un cadre écrit structuré signé entre les deux entités: l'Université de Genève qui a produit ce séminaire d'étude (intitulé "Inventaire et valorisation") et la dite commune.

Onze étudiants ont donc traversé la frontière, voire poussé le périple jusqu'à Annecy, aux Archives Départementales où selon  le professeur "nous avons été extrêmement bien reçus"

L'historienne d'art donnait jeudi soir dans les locaux de l'Institut National Genevois (1, Promenade du Pin) une conférence en avant première.

Fort intéressante.

Elle qualifie Saint-Julien de  "ville rue" dont le nom, en fait, pourrait être sur tout le parcours"rue de Genève" puisque c'est l'axe de direction !

Ville bien implantée dans son environnement grand genevois. Son noyau villageois présente des similitudes visuelles avec Carouge, Chêne-Bougerie, Thônex, Plan-les-Ouates.

La spécialiste a souligné lors de son intervention, son étonnement  face à la qualité intrinsèque du bâti qu'elle découvrait. Très souvent des villas d'architectes plantées sur des surfaces arborées volumineuses. Un Hôtel de ville d'une belle facture, construit en 1862 par César Pompée.

césar-auguste popée,alfred olivet,maurice novarina,journées du patrimoine,unige,institut national genevois,grand geneve,saint-ljulie-en-genevois,leila al wakil

Tout un pan de la mémoire patrimoniale  est ressorti lors de l'étude. Notamment celle des grands chefs de la cuisine urbaine, ceux qui construisaient: les architectes justement , les  César-Auguste Pompée, Alfred Olivet, Maurice Novarina...

Problème, ces belles villas d'architectes sont actuellement en grave danger de ....promotion immobilière, Grand Genève oblige. Comme cet exemple cité par un élu local, M Vielliard en 2012 :

http://portevoix.blog.tdg.ch/archive/2012/07/20/une-villa...

D'où justement l'intérêt de cette étude universitaire scientifique sur le thème. Pour donner du grain  à moudre à la réflexion. Et aux projets urbanistiques locaux.

Madame el Wakil ne s'est pas cachée derrière une langue de bois ce soir là à l'ING. Selon elle:

1- Les architectes contemporains -(et urbanistes et administratifs qui autorisent ) lorsqu'ils construisent sur de l'existant, se doivent d'une plus grande prudence vis à vis de l'existant et du respect de leurs confrères antérieurs.

2- C'est l'usage que l'on redonne  au bâtiment ancien qui va sauver le dit  bâtiment ancien.césar-auguste popée,alfred olivet,maurice novarina,journées du patrimoine,unige,institut national genevois,grand geneve,saint-ljulie-en-genevois,leila al wakil

3- Les lois cantonales genevoises sont plus protectrices que leur équivalent en France. La villa Taponier est un cas de destruction récente (2012) signalé plus haut. Dommage car  la première mention sur document   de Saint-Ju date de 1253....

 Cette moindre protection côté français a des conséquences directes que la conférence de l'érudite n'a pas manqué de souligner:

4- L'incroyable raté d'un des châteaux médiévaux de Ternier, car il n'était pas protégé !  Info cruelle: l'actuel propriétaire, un allemand, avait  les moyens financiers et la volonté de bien faire ! Mais il avait commencé la restauration dans son coin il y a plusieurs années. Ses maçons turcs  apportaient leur savoir-faire mais d'une toute autre culture. Avec des résultats catastrophiques au sens de l'histoire de l'art et de la protection...comme des mansardes type 19 ème sur le bâti austère médiéval !!

Ce propriétaire, heureux de l'attention des spécialistes genevois a  déploré de ne pas avoir rencontré Mme el Wakil et ses étudiants plus tôt. En réalité c'est un service français de protection du patrimoine qu'il aurait dû le contacter !

5- Mais le scandale  urbanistique majeur de Saint -Julien  est ailleurs: c'est bien  cette maison peinturlurée de jaune à balcons et grandes fenêtres qui pose problème. Elle est tout simplement une tour médiévale...historique majeure !!!césar-auguste popée,alfred olivet,maurice novarina,journées du patrimoine,unige,institut national genevois,grand geneve,saint-ljulie-en-genevois,leila al wakil

Elle porte cette inscription sur une des façades :césar-auguste popée,alfred olivet,maurice novarina,journées du patrimoine,unige,institut national genevois,grand geneve,saint-ljulie-en-genevois,leila al wakil

 "1603-1903. Dans cette Tour, du 11 au 21juillet 1603 a été discuté et signé le Traité de Paix de Saint-Julien qui a mis fin à une guerre longue et cruelle et ayant dévasté, ruiné  et dépeuplé toute la contrée.

Trois cents ans après pour rappeler cet évènement mémorable le Conseil Municipal et les habitants e Saint-Julien ont érigé cette plaque le 14 juillet 1903. Fête Nationale de la République."

La maison a bien vu la signature d'un traité de paix protestant-catholique genevo-savoyard suite à la défaite des ...savoyards lors de  l' Escalade !

Verdict docteur: à une certaine époque, moderne- donc récemment !-un conseil municipal et les  Saint-Juliennois  ont bien perdu la boule pour oser transformer une Tour Médiévale mémorielle en un laid canari jaune  à plumes blanches !

                                                                                                                 Sylvie Neidinger

Architecture:

Leila El Wakil Université de Genève Unige Historienne de l'art

Saint-Julien-en-genevois : découvrir la ville

13-15 septembre: journées européennes du patrimoine

Traité de Saint-Julien-en Genevois de 1603:

http://www.savoie-archives.fr/archives73/dossiers_sabaudia/traite-st-julien/scientifique3.php

http://fr.wikipedia.org/wiki/Trait%C3%A9_de_Saint-Julien

http://www.savoie-archives.fr/archives73/dossiers_sabaudia/traite-st-julien/bibliographie.php

http://www.st-julien-en-genevois.fr/1/decouvrir-la-ville/1/saint-julien-et-le-genevois/10/saint-julien-hier.html

24/08/2013

Randos... huguenotes

Découvert à l'occasion de la visite de Fort-Barraux (Isère) un chemin mémoriel international dans lequel s'insère cette place forte.surlespasdeshuguenots,huguenots,fort-barraux

Ce balisage de l'itinéraire d'émigration des huguenots en direction de la Suisse et de l'Allemagne est mis en place par l'association surlespasdeshuguenots.eu

L'association basée dans la Drôme à....Dieulefit (!) évoque même une démarche  de pèlerinage.

C'est une sorte de Saint-Jacques de Compostelle pour le monde protestant qui se met en place?

Un chemin de souffrances aussi. L'historien de garde ce jour m'expliquait que Fort-Barraux aux portes de la Savoie était une frontière relativement dure.

Ceux que le duc de Savoie attrapait étaient renvoyés côté France et partaient immédiatement aux galères.

                                Sylvie Neidinger

* A noter : Inauguration du tronçon suisse de Lenzbourg,Schafisheim, Staufen en Argovie le 29 septembre prochain

*Des garnisons suisses de Neufchâtel semblent  avoir été affectées  de Fort-Barraux. Je complèterai l'info dès qu'elle sera précisée.

 

surlespasdeshuguenots,huguenots,fort-barraux


15/06/2012

XIIème siècle, diocèse de Genève, carrière de molasse en Chablais

Deux archéologues médiévistes ont déposé récemment sur le site de  la Maison de l'Orient et de la Méditerranée,  Université  Lumière Lyon un article qui semble totalement rédigé pour nos contrées lémaniques !

Capture molasse mom2.PNGLes scientifiques Anne Baud et Anne Schmitt révèlent une page historique locale, photos et texte à retrouver sur le site directement :

« Gisement et transport de la molasse en Chablais au moyen-âge » webCapture molasse lyon.PNG

« Dès la deuxième moitié du XIIe siècle, les territoires correspondant à l'ancien diocèse de Genève, principalement soumis aux comtes et aux évêques de Genève, voient la formation de deux grandes seigneuries (Gex sur la rive droite du Rhône et Faucigny sur le cours de l'Arve) puis l'installation au nord-ouest du Petit-Lac des comtes de Savoie. Aux côtés de divers ordres religieux - chartreux, cisterciens, clunisiens et augustiniens - établis pour les premiers dès la fin du XIe siècle, de nouvelles fortifications contrôlent les cols, les vallées étroites et les avant-péages. Au XIIIe siècle, Annecy est capital des comtes de Genève.
(...)

La molasse permet un travail que l'on ne pourrait obtenir au cours du Moyen Age avec d'autres roches locales tels les très durs calcaires alpins. En revanche, lorsque la molasse est absente, c'est-à-dire dans le massif du chablais et les vallées alpines, les édifices sont construits en tuf, exceptés certains édifices comme l'église de Viuz-Faverges et l'abbaye d'Abondance pour lesquels le décor architectural nécessitait cette roche plus tendre.
Les comptes de châtellenie donnent parfois des informations sur l'origine des carrières. Sur la rive du lac Léman (château de Ripaille, abbaye du Lieu), les carrières se situent à proximité de Genève, sur le rivage opposé ou dans le lac ; le transport se fait par bateaux sur le lac. Au château de Bonneville, elles se trouvent à une distance de deux lieux du chantier et l'approvisionnement est par voie de terre. Seuls les bois sont transportés par radeaux sur l'Arve
. »

 

Maison de l'Orient et de la Méditerranée web

SN

Tags : molasse, MOM, université Lyon 2, chablais, genève, arve, archéologie médiévale, Anne Baud, Anne Schmitt, Haute-Savoie, Gex, Faucigny,Lausanne