UA-65882359-1

14/06/2017

Concours Instagramers Geneva sur "les" MAH

Vernissage le 8 juin dernier devant le Musée d'Art et d'Histoire par Sami Kanaan, conseiller administratif en charge de la culture.

DSCN3328.JPGLe propos ?

Sont exposées in situ, devant les lieux, les photos lauréates du concours d'IGersGeneva portant sur les quatre bâtiments genevois: le Rath, la Maison Tavel, le Cabinet d'arts graphiques/Bibliothèque d'Art et d'archéologie enfin, le  Musée d'Art et d'Histoire.

16 photos (4 par lieux) ont été sélectionnées.

Les photographes : Michel Juvet, Daniel Baptista, Boris Dunand, Cèdric Favero, Jeff Oger, Olivier Micheli, Sandra Miura, Sofia Marques, Zoltan Novak, Alex Guye.

 A quoi servent des photos de lieux qui, en apparence, semblent hyper connus ?

A parler d'elles, pardi ! "Elles" au féminin... ces institutions culturelles de Genève.

Et dans le sens d'une unité :  MAH déclinée en ...quatre.

Rien ne vaut  donc une bonne petite photo pour en..."parler"... en regards publics.

Pour toujours, trouver un angle original.

Avec ici l'appui de la communauté intsagrameuse locale.

 

                                                                                 Sylvie Neidinger

 

http://www.tdg.ch/culture/quatre-mah-tirer-portrait/story/13180440

 DSCN3311.JPG

DSCN3258.JPG

DSCN3251.JPG

photos neidinger

30/05/2017

GENEVE: nouvelle carte 3D du SITG

Pour ceux qui (comme moi) adorent  le voyage immobile tout autant que le vrai.   C'est à dire chez soi, depuis son PC ou sa tablette, cliquer puis virevolter....imaginer, planer.

Au départ, il y a le musée Tavel et son diaporama évolutif du site genevois fort intéressant. Cela commence à l'ère glaciaire!

Cela monte, cela descends, cela monte. L e tournis, quoi . On comprends la propension locale à tout mesurer. C'est vital !!!!

J'ai dû le visionner une trentaine de fois ...

Puis encore plus fort,  la 3D qui vous rend  Jupiter "maître de l'espace depuis son Olympe" grâce à la magie du numérique  qui génère  un puissant imaginaire en action....

Grâce évidemment au travail du Service cantonal qui met au point cette technologie et rend ces données gratuitement accessibles au public.

 

Le SITG annonce une évolution de la cartographie 3D du canton.

                                   Sylvie Neidinger

 

genève,canton de genève,sitg,cartographie 3d,3d,jupiter

17/03/2017

Christian Goudineau sur les entrailles archéologiques gauloises de Saint-Pierre (Genève)

Trente ans de recherches ininterrompues sous la cathédrale Saint-Pierre (30, rien de moins....) aboutissent  à ce sous-sol archéologique  qui se visite et deux ouvrages synthétiques  expliquant cette fouille d'exception.

Ils sont édités par la Société d'Histoire et d'Archéologie de Genève (SHAG).

Le plus bel hommage à ce travail de titan mené par Charles Bonnet et les équipes pluridisciplinaires  se lit dans la préface de l'ouvrage n°1 "protohistoire", rédigée par le professeur Christian Goudineau:

 Ce spécialiste de la Gaule  succéda à Camille Jullian pour valoriser la période gauloise masquée par la relecture gréco-romaine du passé par le grand public.

Il apprécie infiniment cette fouille genevoise:

"Concilier restaurations et consolidations avec le désir d'explorer les entrailles
archéologiques.Composer avec les contraintes tant administratives que matérielles. S'attirer des appuis assez puissants notamment auprès de l'opinion publique - pour que cet incroyable défi soit d'abord accepté puis encouragé, au point, trente ans après le début de l'opération, de paraître naturel de relever de l'évidence.(...) Un homme qui a su entraîner avec lui (...)

Je n'insisterai pas sur les avancées méthodologiques (...) mais sur l'impression d'avoir participé au dévoilement d'une sorte de mystère. Lorsque nous fouillons des niveaux superposés couvrant une longue période (essentiellement lors d'opérations d'archéologie urbaine) nous mettons en évidence (....) qu'il y eut des superpositions d'édifices publics-notamment religieux, la chrétienté s'appropriant de hauts lieux du paganisme: Mais ici il y a davantage.

Que ce site naturel dominant le lac et le cours du Rhône ait fait l'objet d'une occupation continue depuis l'époque gauloise (...) tout cela est passionnant mais non révolutionnaire.

En revanche que, à chaque époque ait été préservé (...) un lieu de souvenir de nature funéraire, voilà qui fascine littéralement.

Un héros fondateur dont la vénération traverse le temps  On évoque tant de mythes antiques ou des personnages hors du commun -souvent d'assurance divine-établissent une ville et lui donnent son nom."

Qui est ce chef gaulois resté inconnu mais autour duquel tourne la structuration sacrée de la ville de Genève depuis sa fondation? 

Goudineau  évoque ici cette incroyable superposition de la tombe du chef allobroge (période de la Tène) à l'origine du site.

Sa dépouille est positionnée pile sous l'autel également lieu de la prestation de serment de l'Etat de Genève.

La Genève moderne prête serment à l'aplomb du chef gaulois initial. 

Fascinant effectivement. Mystèrieux, effectivement.

Au moins Genève a-t-elle fait connaissance avec ...son fondateur par ses ossements.

" L'archéologie est là pour informer, instruire mais aussi pour poser des questions"

"Merci Charles" conclue le spécialiste.

Chapeau bas d'un très grand scientifique spécialiste de la Gaule à son homologue  genevois tout aussi illustre.

Ici pour la maîtrise d'un chantier complexe en milieu urbain par définition en milieu vivant.

                                                                                   Sylvie Neidinger

 

 

 

charles bonnet,christian goudineau,gaulois,#genève,#shag,archéologie

 

 

 

15/12/2015

« Beyrouth mon Amour" ...si durablement détruit ! Duo d’artistes chez Analix Forever, Genève

Jeudi dernier avait lieu le vernissage chez Analix Forever au 2 rue de Hesse de l’expo consacrée à la capitale libanaise autour de deux regards plutôt complémentaires que duels.

Emmanuel Régent, ce français invité  sur la goélette scientifique Tara y accosta enbeyrouth,wadi abou jamil,barbara polla,analix,said baalbaki,emmanuel régent,gregory buchakjian,g m masucci,reconstruction,dessin,lithographie 2014. Il présente aujourd’hui les dessins liés à ce périple, tous en noir et blanc.

Ici, les ruines de Beyrouth soit le volet 2 après le premier volet nommé Les Nuits de Meltèm.

 Said Baalbaki originaire du pays vit à Berlin. Il expose pour la première fois à Genève  ses lithographies en noir et blanc. Elles sont structurées autour d’un Livre nommé « Wadi Abou Jmil » du nom de son quartier d’enfance.beyrouth,wadi abou jamil,barbara polla,analix,said baalbaki,emmanuel régent,gregory buchakjian,g m masucci,reconstruction,dessin,lithographie

 On devrait parler de quator en fait puisque deux autres invités  interviennent  autour de la galériste Barbara Polla sur le projet. 

Le napolitain Gianluigi Maria Masucci  fait flotter ses "draps  de fenêtres" sur le mur en face de Analix avec sa vidéo nommée « déclaration d’amour ».

Enfin, Grégory Buchakjian, photographe, historien d’art qui accompagne, par ses textes, le travail de Baalbaki.

Un véritable lamento:

« La Méditerranée.

Une femme était assise dans un fauteuil métallique sous le porche.

« Je vis ici » disait-elle.

beyrouth,wadi abou jamil,barbara polla,analix,said baalbaki,emmanuel régent,gregory buchakjian,g m masucci,reconstruction,dessin,lithographie« Ceci est ma maison. Je suis partie pendant la guerre, je suis revenue.”

...

Ils ont effacé le littoral.

Ils ont effacé les cafés d’autrefois.

Ils ont même effacé les traces de la guerre.beyrouth,wadi abou jamil,barbara polla,analix,said baalbaki,emmanuel régent,gregory buchakjian,g m masucci,reconstruction,dessin,lithographie

...

Expulsé de sa maison, un gamin arriva dans la Vallée avec sa famille.

Il grandit ici.

Il fut témoin de la guerre.

Il fut témoin des ruines.

Il fut témoin de la reconstruction.

...

À la fin, il ne reste plus rien – tout disparaît à la fin."

....Si, un quartier ultra sécurisé pour happy fews!

 

        VILLE, GUERRE, RUINE, RECONSTRUCTION, TEMOIGNAGE

 

beyrouth,wadi abou jamil,barbara polla,analix,said baalbaki,emmanuel régent,gregory buchakjian,g m masucci,reconstruction,dessin,lithographieRégent et Baalbaki, l’un local et l’autre venu quelques jours seulement humer l'air beyrouthin; l'un produisant sur pierre l'autre sur papier, se rejoignent en fait  dans leur démarche!

Ils ont en commun dans leur regard toute absence d être humain dans ce rendu d’après-guerre.

Une façon en creux de dire combien l’ancien monde a disparu.

Ce alors que Emmanuel Régent est hyper connu pour ses oeuvres  emplies d'humains avec ses "personnages en files d’attente"...

Ici règne le silence du  béton, du métal et de la poussière.

 Un message hyper lancinant, voire angoissant  lancé par ces artistes avec leurs structures d’archi vides de tout habitant. 

Cruel urbanisme de l'apocalypse dans ce  proche-orient victime de bouleversements majeurs: Palestine, Liban, Irak, Egypte.

Aujourd'hui la Syrie  aux villes ruinées, coeur de l'actualité chaude.

 beyrouth,wadi abou jamil,barbara polla,analix,said baalbaki,emmanuel régent,gregory buchakjian,g m masucci,reconstruction,dessin,lithographieUn quartier tel que Wadi Abu Jamil se voit détruit et c’est tout l’ univers cosmopolite proche-oriental de communautés si diverses et vivant côte à côte qui s'évapore. Avec ses mosquées, églises et synagogues, ses arméniens, assyro-chaldéens etc...

 « Ils » ont effacé le littoral, les cafés d’autrefois et même les traces de la guerre…regrette Buchakjian.

Oui,  l’urbanisme de la reconstruction remodèle la société avec une déperdition de la diversité culturelle.

Monde englouti.

Précisément dans ce quartier Wadi Abu Jamil poussent aujourd’hui des résidences de luxe sécurisées repliées sur elles-mêmes. L’anti-thèse de ce que signifie le vivre ensemble de cette façade Est Méditerranéen.

Un blog évoque ces destructions silencieuses bien postérieures aux combats violents.

                                       DUO SAUTE FRONTIERE

 

Barbara Polla ne sait pas combien elle est elle même en duo-duel; puisque à quelques encablures rhodaniennes aval, à Lyon, le paysage beyrouthin est l'objet de conférences et expositions à la Maison de l'Orient et de la Méditerranée.

En fait , le "coeur de métier" de la MOM !

Ici le podcast de l'intervention  de Nicolas Jacob-Rousseau, maître de conférences à l’université Lumière Lyon 2, laboratoire Archéorient
  De la terre à la ville. Crises et trajectoires paysagères au Liban vues par la photographie. XIXe - XXIe siècles"
http://www.univ-lyon2.fr/culture-savoirs/podcasts/cycle-j...

 Encore visible, l'expo à la MOM L'homme et le paysage au Liban"uniquement sur RV en raison de vigipirate.

 

Beyrouth, notre amour...

                                                          Sylvie Neidinger

 Sur le blog de Barbara Polla

Analix Forever

2, rue de Hesse

CH 1204 Genève

 

crédit images photos Neidinger+1capture d'écran

21/05/2015

Champel, vu du... Centre Iconographique de Genève

Genève au fil du temps et des flots...

La Tribune publie sur son site web un intéressant diaporama sur Champel issu du fonds documentaire du Centre Iconographique de la Bibliothèque de Genève, le CIG. tribune de geneve,geneve,champel,diaporama,centre commercial iconographique de la bibliothèque de geneve

              Sylvie Neidinger

 

http://www.tdg.ch//geneve/actu-genevoise/galeries.html?id=183346

 

tribune de geneve,geneve,champel,diaporama,centre commercial iconographique de la bibliothèque de geneve

20/05/2015

TEDxGeneva 2015: reconstruire après un tremblement de terre.

L'architecte Corine Mermillod donnait une conférence le 16 avril dernier dans le cadre du TEDxGeneva 2015 à l'auditorium Arditi.tedxgeneva,tremblement de terre

Elle évoquait l'architecture spécifique d'urgence pour reconstruire après séisme.

Neuf jours plus tard, le 25 avril, le Nepal se réveillait détruit par un très fort tremblement de terre.

7.9 sur l'échelle de Richter.

A Genève, Plainpalais, la  professionnelle signalait justement  un aspect méconnu de la reconstruction rapide en évoquant la nécessité absolue de s'adapter aux conditions culturelles locales, quelquefois en dépit des critères  internationaux pré-établis.

Explications: des agences internationales  organisent les collectes de dons pour reconstruction suivant des cahiers des charges précis concoctés  pour... rassurer les donateurs du bon usage de leur argent. 

Certes.

Mais les critères "occidentaux" type "reconstruire des pavillons individuels" aptes à séduire.... ceux qui donnent  ne correspondent pas forcément aux besoins locaux!

Quand les absolues bonnes volontés peuvent se heurter aux réalités: intéressant dilemme.

 Voir les vidéos 2015 dont cette intervention C Mermillod sur site...

Make it work !tedxgeneva,tremblement de terre

                             Sylvie Neidinger

 

Succès du format TEDx en Suisse et ailleurs

TEDx Geneva, sous l'organisation de Théo Bondolfi.

 

 

 

 

 

08/05/2015

Auch: scrollitelling sur chantier urbain expérimental

En surfant sur le net au hasard des spots, j'ai découvert un reportage très intéressant dans sa forme qui m'a incitée à lire et partager le fond.

Il s'agit des nouvelles écritures  du journalisme, le scrollitelling ou récit média immersif:

www.miseajournalisme.com/scrollitelling-quel-outil-pour-vos-recits-multimedias-immersifs

art-scrollitelling-3-applications-pour-vous

Le reportage sur Auch est publié le 30 avril 2015 par Agnès Maillard.

Il est lisible au départ dans sa version web ordinaire sous le titre "au coeur des ruelles médiévales des habitants rénovent un lieu hors du commun pour vivre autrement"

Puis on peut cliquer sur la version longue. Pas simplement une question de longueur. C'est un nouveau format du  web- journalisme qui s'ouvre, celui du scrollitelling.

C'est en défilant l'article que s'ouvrent des fenêtres multimédias. Testez:

!http://www.bastamag.net/Habitat-partage-un-collectif-renove-un-lieu-hors-du-commun-pour-vivre-autrement

                                  A AUCH, EXPERIMENTATION URBANISTIQUE

La problématique décrite est celle d'un immense bâtiment à l'abandon au centre d'un périmètre médiéval et accessible uniquement à pied. L'institution qui le possédait ne pouvait le mettre aux normes. Un collectif d'habitants a relevé le défi et s'en est rendu propriétaire ....au quart de la valeur initiale. A ce prix, les  promoteurs immobiliers ont lancé un contreprojet. Mais vite jeté l'éponge. Ils sont soumis eux, à l'obligation d'accessibilité voiture. L'ascenseur à voitures, onéreux  a plombé leur contre-initiative.
auch,agnes maillard,nouvelle écriture journalistique,scrollitelling,récit édia immersif,habitat médiéval

Entre temps, le  collectif a grandi en nombre  et plusieurs particuliers ont investi.

En bonne intelligence, des architectes font même partie du projet dont un spécialisé Bâtiments Historiques.

Les travaux décrits sont inédits dans leur forme avec d'énormes problèmes techniques à résoudre qui furent  résolus (pas d'accès du chantier avec   des équipement hors la sueur du front dans certaines zones)

Jusqu'aux  amis des amis ont participé...

Le notaire a été de précieux conseils. Le collectif a signé pour une organisation expérimentale communautaire basée sur une association.

Mais si le système se délite avec le temps, si les disputes arrivent,  ce seront les tantièmes d'une co-propriété  classique qui feront force de loi. Intéressant.

On présente  cette expérience humaine urbanistique  comme moderne et  innovatrice. Dans le fond, on oublie finalement que, à la période médiévale de la construction du coeur de la ville ancienne, les habitations peu accessibles furent construites sous ce mode ...communautaire.

Et c'est l'aspect hyper intéressant que cette expérimentation urbanistique:  pour sauver un bâti médiéval et ses contraintes d'accessibilité il aura fallu retrouver le mode... social de construire de l'époque !

                                                         Sylvie Neidinger

crédit images: capture photo article web

23/11/2014

Grenoble, 1ere ville européenne sans pub

Grenoble: Eric Piolle, premier maire écologiste d'une ville de cette importance (environ 160 000 habitants) a décidé de la suppression de la publicité affichée en ville.

Le contrat avec JCDecaux qui arrivait à échéance n'est pas renouvelé.

Restent les pubs des abris bus, programmées à ne pas être conduites lors de leur future échéance.

http://www.lefigaro.fr/societes/2014/11/23/20005-20141123ARTFIG00079-grenoble-bannit-les-publicites-de-ses-rues.php

http://www.francetvinfo.fr/monde/environnement/grenoble-dit-stop-a-la-publicite-dans-ses-rues_752315.html

Les 326 panneaux en fait, changent d'affectation. Ils seront utilisés pour de ...l'affichage dit " culturel" , citoyen?!  A voir le résultat....

Ou à certains endroits, carrément supprimés pour être remplacés par des arbres. Acte symbolique.

Expérimentation urbaine à suivre.

                                              Sylvie Neidinger

15:15 Publié dans E-Economie, U-Peau de mur, U-Urbanisme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : grenoble, #blogneidinger, publicité, piolle, écologistes | |  Facebook | | | |

20/11/2014

Cinéma et Architecture: ouverture des 15ème rencontres internationales d'Annecy

 Ce soir,  20 novembre à 19h30, inauguration du Festival  Cinéma et Architecture  en présence de Sandra Calligaro, réalisatrice, de la créatrice sonore Julie Rousse ( Mumbaï 2014, George Rousse, sur le plus grand bidonville au monde en Inde) et du photographe Pierre Vallet (pour son expo associée sur le  viaduc Saint-Gervais) festival,cinema,sandra calligaro,architecture,annecy

Vingt neuf films programmés dont certains à voir "hors le murs" en l'occurrence à Annemasse et Saint-Julien (ciné rouge et noir)

      QUESTION DE BASE: UN BATIMENT PEUT-IL CHANGER LA VIE D'UN QUARTIER?


Elle est posée par les initiateurs des rencontres, la Maison de l'Architecture de Haute Savoie, ...maître d'oeuvre et maître d'ouvrage  de ce festival :"Les films sélectionnés pour cette 15e édition des Rencontres Cinéma & Architecture nous conduisent de Sydney à Paris, des écuries royales aux logements sociaux ou des grandes mégapoles aux petits villages, à la rencontre des utopies des grands architectes et de l’inventivité des habitants et des passants qui animent les lieux. Un bâtiment peut-il changer la vie d’un quartier, modifier l’image d’une ville, tisser de nouvelles relations entre les gens ou concrétiser des approches écologiques ? Les architectes expliquent, les cinéastes explorent, les usagers témoignent."

festival,cinema,sandra calligaro,architecture,annecy

Un exemple à visionner : Sous la peau de Phyllis Lambert, militante urbaine." par les films de la Perrine, ONFC, Philia films du Canada.Ou celui sur la métamorphose des écuries de Versailles autour d'un certain Bartabas par les Film de Tamarin....

S'intéresser aux messages bien particuliers mais à vocation urbaine donc collective  des réalisateurs de films d'archi !

                                                                            Sylvie Neidinger

festival,cinema,onfr,philia films,films de la perrine,sandra calligaro,architecture,annecy

 

festival,cinema,onfc,les films du tamarin,philia films,films de la perrine,sandra calligaro,architecture,annecy


27/10/2014

Photographe d'archi: Sun and Shadow, Breuer par Pierre Vallet.

 Surprise en visitant une expo à Annecy, le 15 octobre dernier de se retrouver par le plus grand hasard*  face au  photographe Pierre Vallet photographiant sa propre expo baptisée Sun and Shadow.

caue haute savoie,gérard chervaz,marcel breuer,pierre vallet,flaineElle est  programmée dans les locaux  du Conseil d'Architecture, d'Urbanisme et d'Environnement  jusqu'au 15 janvier prochain.

L'artiste a aimablement accepté que je ...photographie le photographe photographiant ses photographies.

Une quarantaine de clichés, en noir et blanc, sur la station hivernale de Flaine, liés à la sortie dans la collection Portrait   d'un ouvrage consacré à l'architecte  mondialement connu sur Marcel Beuer en avril 2014.

Lorsque je demande à Pierre Vallet ce qui lui semble le plus important dans ces -et ses- photos de Flaine. Sa réponse directe et simplissime  tient en deux mots: la lumière !  Econome...

Facile: c'est le credo de tout capteur d'image, de tout peintre !caue haute savoie,gérard chervaz,marcel breuer,pierre vallet,flaine

Sauf qu'ici la lumière et son alter ego, l'ombre, entrent totalement dans le concept architectural initial comme le célébrissime Breuer ne l'indiquait lui-même :

"L’architecture de Flaine est un exemple d’application du principe d’ombre et de lumière que j’ai adopté. Les façades des bâtiments sont taillées comme des pointes de diamant. Les rayons du soleil frappent leurs facettes sous des angles différents; des éclairages contrastés résultent de leur réflexion."Marcel Breuer, Sun and shadow. New York, éd. Dodd, Mead & Company, 1955.

De la découpe cubiste en fait !

L'expo tire  bien son appellation anglophone de l'ouvrage  produit par le concepteur en 1955.

Marcel Breuer  est  un  moderniste influent, américain d'origine hongroise  passé par le Bauhaus (période  Weimar) Egalement designer, il créé la chaise B3.

                                 LUMIERE POUR LA DECOUPE = SUN &SHADOW


Après avoir conçu le bâtiment de l'Unesco à Paris en 1953, il rejoint une équipe en charge de Flaine. Une "station intégrée"(voitures exclues du centre) créée en 1968 dans un cirque naturel en respectant l'environnement, un choix révolutionnaire à l'époque.

L'architecte suisse Gérard Chervaz faisait également  partie des concepteurs. La couleur béton répondait aux couleurs calcaires.

La station expérimentale à l'époque (premiers canons à neige etc.)  est désormais classée monument historique pour son ....architecture dont  l'Hôtel de Flaine.caue haute savoie,gérard chervaz,marcel breuer,pierre vallet,flaine


  L'ARCHITECTE ET LE PHOTOGRAPHE D'ARCHI EN INTIMITE

Pierre Vallet exprime son enthousiasme à avoir photographié, -donc cotoyé-  l'oeuvre alpine de Marcel Breuer. Voire  sa fascination:

"L'oeuvre de Marcel Breuer à Flaine est une mine pour le photographe -exercices de style, gammes ininterrompues d’images, une suite et ses variations sur le thème de la lumière-. Là, le noir et blanc se prêtent au plus juste du coloris, du grain, de la texture, de cet alphabet capté par l’image. [...] La silhouette de l'hôtel Le Flaine se découpe ; tel un navire altier, fier, il surplombe la falaise dans toute sa majesté ; mais cette colossale sculpture fait partie intégrante du minéral, plein Sud. Presque accolé à Bételgeuse, de son côté Est, la variation de lumière sur les pointes de diamant trouve ici sa plénitude ; "presque" accolé, car l'interstice entre les deux bâtiments est la partie qui m'a le plus frappé, fasciné."

La relation entre l'architecte et le photographe d'archi  est la plus intime qu'il soit donné.

Une connivence compréhensive au delà du temps qui passe. L'un pouvant des années après, passer du temps sur place, devant le bâti,  à l'observer, l'analyser au fur et à mesure du trajet de l'astre lumineux.

Guetter l'apparition de détails que l'architecte ne soupçonnait pas et que le photographe va finalement rendre réels.

Guetter les découpes intéressantes qu'il ne sert, effectivement,  à rien de décrire par l'écrit ou la parole mais juste à capter sur image. Point barre ou plutôt ...Pixel barre.

Pierre Vallet me l'a répété, confirmé "oui l'homme est muet devant l'image"

       

                                                      Sylvie Neidinger

 

caue haute savoie,gérard chervaz,marcel breuer,pierre vallet,flaine

 

*Le hasard fait bien les choses, le 5 février 2013, je rencontrais également  par surprise le photographe Duncan.

Blog Neidinger rubrique architecte

Derniers jours pour la Biennale internationale d'architecture à Venise

 

                                                              Crédit images photos @Neidinger

 

 PHOTOGRAPHES A LA UNE:

1-MARCO D'ANNA

2-DAVID DUNCAN

3-ERIC DESSERT

4-RENE BURRI

5-PIERRE VALLET

 

 

07/10/2014

La Tour Eiffel, un peu suissesse avec Koechlin. Le signaler.

La Dame de fer vient de subir un lifting qui l'envoie au 4ème ciel.

Cure d'amaigrissement  et nouvelle optique: un sol de verre, au premier étage  pour mieux la voir et s'en faire voir.tour eiffel,suisse;statue de la liberté,paris,maurice koechlin

tour eiffel,suisse;statue de la liberté,paris,maurice koechlinElle se la joue parisienne.

Les quatre fers en terre solidement  posés en bord de Seine sur son Champ de Mars.

Mais la Suisse est intégralement liée à sa conception tout autant que la réalisation par l'ingénieur Maurice Koechlin, du Polytechnikum de Zurich, spécialiste du métal lequel a également planché sur les structures de la Statue de la Liberté. Koechlin en a eu l'idée.tour eiffel,suisse,paris,maurice koechlin

"Il participa au projet et à la construction du viaduc de Garabit (1880-1884).

Il dessina l'ossature métallique de la statue de la Liberté conçue par Frédéric Auguste Bartholdi.

C'est à Maurice Koechlin que l'on doit l'idée de la construction d'une tour en métal à Paris à l'occasion de l'Exposition universelle, idée qu'il suggéra à Gustave Eiffel dès le mois de juin 1884. Il fut secondé par l'ingénieur Émile Nouguier dans la conception de ce projet et le brevet d'invention, déposé en septembre 1884, fut par la suite racheté par Gustave Eiffel. Maurice Koechlin termina les travaux en mars 1889 puis dirigea l'entreprise Eiffel, à la retraite de son patron."

Et ceci  n'est jamais évoqué en France.

La Suisse certes ne revendique aucunement ce monument, hors de son sol.

Mais un petit rappel historique à Paris du fait que le concept de la tour Eiffel vient de l'ingénieur initial helvète serait juste bienvenu question exactitude scientifique et cuturelle.

La famille Koechlin a publié son historique généalogique: on n'est jamais si bien servi que par soi-même.

                                                                Sylvie Neidinger

 

crédit images/captures d'écran site Famille Koechlin et Huffington Post, caricature  Migros

 

 

01/04/2014

Cornavin, un peu cathédrale

Les travaux de la gare de Genève semblent en voie d'achèvement.

Après avoir été désossée, la façade droite se remplume....cornavins fin des travaux,architecture

cornavin, fin des travaux,architectureOn apprécie au plus haut point le nouveau traitement de l'entrée, avec son mur-hublots.

A l'intérieur de cette haute salle des pas perdus, un sublime sentiment d'être emporté par l'architecture très structurée.

Art  institutionnel de la gare Cornavin. L'antithèse de l'intimité du bâti-logement.

cornavin,fin des travaux,architectureContraste de la ligne croisée et du cercle.cornavin,fin des travaux,architecture

Couleur de lumière.
cornavin,fin des travaux,architecture


Juste en traversant, le piéton se sent bizarrement devenir tout "architecturé" ...de l'intérieur.  

Emporté du regard...vers le haut.

Comme dans une cathédrale.

Quand l'architecture transcende la sensation physique !  

            

                                                 Sylvie Neidinger   

                

cornavin,fin des travaux,architecture

               cornavin, fin des travaux,architecture

cornavin, fin des travaux,architecture

                     
    Crédits photos ©Sylvie Neidinger

                                                 

                                                            

10:31 Publié dans A-GeneVie, U-Urbanisme | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cornavin, gneve, gare, architecture monumentale, fin des travaux, architecture | |  Facebook | | | |

04/10/2013

"Envoyé spécial" assassine la Villeneuve, Grenoble

Pseudo-journalisme...grenoble,envoyé spécial,26 septembre 2013,journalisme trash,la villeneuve,rève brisé

"La Villeneuve, le rêve brisé"....le reportage passé le 26 septembre sur France2 a engendré la colère.

Colère vécue contre ce docu lourdement à charge qui n'a rien à voir avec une enquête de terrain équilibrée.

Pas de parole donnée aux associations de terrain à l'action et la vision positives.

Juste, de la tv trash d'une violence extrême. Un montage nerveux, angoissant.

Signalé comme "interdit aux moins de 10 ans". Interdit aux moins de 120 ans, plutôt !

Confirmé le lendemain par les réactions  locales inhabituelles: deux pétitions sont lancées. L'une par les politiciens du cru  et l'une par la population dont certains habitants voulaient aller jusqu'à  manifester devant la dite chaîne de TV à Paris  (google regorge d'articles  dits "de suite".)

Discorde

Colèregrenoble,envoyé spécial,26 septembre 2013,journalisme trash,la villeneuve,rève brisé

La ville est en émoi depuis. Le soufflé local ne retombe pas: conseils municipaux houleux. Colère qui déborde de partout.

Les "journaleux envoyés spécialement de Paris" ont allumé un briquet dans un contexte local au gaz  lourd.

Appuyant leur  démonstration à charge sur un fait divers douloureux: le double assassinat horriblement gratuit  de Kevin et Sofiane intervenu... pile un an avant la diffusion,  le 28 septembre 201 (instrumentalisation ?).

 Effet Streisand sur l'image de  la police en intervention

Si l'on analyse ce  programme diffusé, on y détecte un effet Streisand. C'est à dire un résultat inverse de ce qui était  prévu par les responsables de la chaîne.  

1-Notamment à propos du rôle de  la police dans ce film.  Les policiers exercent un métier difficile. Le terrain Villeneuve peut être difficile. Il n'y a aucun  doute. Il est bon de rappeler leurs fonctions régaliennes,  le fait qu'aucun espace du territoire ne peut échapper à leur vigilance.

  Or, paradoxalement ce reportage mal ficelé renvoie au grand public un effet inverse  de leur action sur le terrain: une image plutôt...négative.

grenoble,envoyé spécial,26 septembre 2013,journalisme trash,la villeneuve,rève briséL'épisode police démarre avec le doc et dure 5 longues minutes. Le téléspectateur  suit dans la nuit une brigade. Choc  de voir les chiens de la brigade canine lancés contre des jeunes. Spontanément,  le téléspectateur  se met  en empathie, en sympathie évidemment  avec ceux qui sont face aux crocs.

Des chiens lancés en direction d'une population sont une image d'une violence plus qu'extrême.

A la fin du reportage, presque négligemment, la pseudo journaliste lance qu'on va songer à une police de proximité à la Villeneuve. Question: combien de  chenils sur place ? Et  sponsorisés par Canigou-croquettes..

2- PROBLEME DU TIREUR. Gravissime, la pseudo journaliste demande à un tireur qu'elle affirme sans preuve "être un habitant de la cité"  de 1)montrer à la caméra une arme de gros calibre et 2) de tirer plusieurs fois la nuit au coeur des immeubles.

Ce qui est illégal. Et très lâche, car sans prouver l'identité visuelle de l'individu puisque le tireur  est... masqué.

Résumé. Un tireur non identifié va lancer ses balles réelles dans le nuit devant la caméra rendue complice.

Il peut être d'ailleurs  un acteur rémunéré par le média? Ou un membre de l'équipe de tournage? Il est masqué. Toutes les hypothèses sont de facto juridiquement ouvertes.

Or l'équipe de tournage sait, elle, qui en réel a tiré.

Résumé factuel : France 2 provoque donc  les tirs qui se font bien  à sa demande.

Ensuite  la pseudo journaliste lance cette remarque inouïe d'indécence morale "personne dans la Cité n'a porté plainte le lendemain suite à ces tirs nocturnes"(remarque : par elle initiés)grenoble,envoyé spécial,26 septembre 2013,journalisme trash,la villeneuve,rève brisé

Problème: on imagine bien que officieusement des  "responsables " grenoblois doivent savoir  qui a tiré...Scandale.

Les autorités  locales, nationales ne demandent pas de comptes à France2 qui, pour son émission de  téléréalité à scandale fait tirer à balles réelles la nuit au coeur d'une cité de ...14 000 habitants ?

Un petit délinquant qui tirerait  serait évidemment arrêté et c'est parfaitement normal.

Une chaîne de TV, France 2, qui provoque pour les filmer  des tirs à balle réelle  dans la plus grande lâcheté car de nuit, dans la noire obscurité, n'ont pas eux à même être convoqués une seconde dans un commissariat.

Le CSA: il valide ?

En résumé. Dans ce reportage trashissime, les chiens sont lancés sur les jeunes et la journaliste en pleine délinquance médiatique s'en sort avec les compliments de sa direction qui évidemment la soutient.

Normal qu'ils se défilent:  les responsables du programme  ont commandé cet objet télévisuel et son angle  particulier...Ils doivent eux aussi rendre des comptes. Ils fuient en donnant dans la leçon de morale sur la profession de journaliste.

Erreur : ici il ne s'agit pas de journalisme mais bien de téléréalité.

Les 14 000  citoyens de la Villeneuve sont en droit de   demander à "Envoyé Spécial"d'aller rapidement officiellement dire, elle et son équipe de tournage,  à la Police de Grenoble qui a tiré, non ? Qui a tiré à la demande de cette "envoyée spéciale Tirs".
(adresse de la police: avenue du Général Leclerc à Grenoble)

La déclaration aux autorités policières grenobloises peut-être faite évidemment par les responsables nationaux de la chaîne de service public France 2, s'ils ont de la rigueur morale, du remords et du respect du Droit.

Or ni la "journaliste" ni son média employeur ne vont le faire. Elle va  se... protéger derrière  la Loi de la protection des sources. Ou sa propre liberté d'expression: facile !

Car  la journaliste est bien à la source des balles de nuit.

L'épisode choquant des tirs de nuit, monté par France 2  a bien entendu été immédiatement repris en boucle par d'autres médias (dont Morandini Zap). Ce qui va engluer encore plus la Villeneuve dans ses problématiques réelles ou l'image qui en est faite ...

L'aspect manipulation est augmenté par la concomitance des deux actions du film :1-une lourde présence policière en début de reportage puisque la caméra filme dans le sillage de la brigade et 2- un tireur de nuit embêté par.... personne. A qui  personne   ne semble demander de comptes.

 3-Le timing surprend. Le film tourné en hiver sort en septembre. Soit pile un an après l'assassinat. Une enquête judiciaire est en cours. Ce film est de facto très intrusif de ce dossier précis. Il se joue d'un fait divers.

3-Cette typologie de reportages  est  insérée dans une programmation voulue puisque France 2 décline actuellement la thématique police sous toutes les coutures.

Sauf qu'ici, il ne s'agit pas de journalisme mais de provocation racoleuse d'audience, les dégâts derrière sont majeurs. A commencer par l'image de la police atteinte. Policiers sur un  terrain difficile toute l'année alors que les  auteurs du documentaire inique, dorment dans leurs petites grenoble,envoyé spécial,26 septembre 2013,journalisme trash,la villeneuve,rève briséchaumières.

LES URBANISTES FOUS ONT CREE UN "QUARTIER MENOTTES"

Un prochain article reviendra sur les utopies urbanistiques et le titre "rêves brisés". On ne peut s'empêcher de comparer la plan de la Villeneuve à des menottes. Une architecture enfermée, comme la maquette ne le montre.

Pour conclure et donner la parole à un jeune habitant ....Il dit que c'est l'hiver, les stations de ski sont à trois quart d'heure du centre ville (exceptionnelle proximité de Grenoble et de ses pistes olympiques)

Mais des  stations où nombreux jeunes de la Villeneuve n' ont jamais ou très peu mis un pied.

Oui, certains jeunes (pas tous heureusement!)  sont bien enfermés dans le "rêve" cauchemardesque  des urbanistes, enfermés dans l'urbanisme menotte, dans leurs éventuelles addictions.

Dans leurs actes délictueux quelquefois,  inacceptables pour le Vivre ensemblegrenoble,police,envoyé spécial,26 septembre 2013,journalisme trash,la villeneuve,rève brisé.

Dans leur manque  de travail, dans leur manque de marché du travail ouvert.

Enfermés dans l'image de la Villeneuve, Balladins, Arlequin, Heilbroner etc...

Enfermés dans leurs têtes aussi.

Mais pas toujours attention aux clichés: les actions positives, les jeunes qui se battent pour étudier, créer leur job vivent aussi à la Villeneuve.

 Comment dérouiller tout l'ensemble ?

En commençant par rejeter un reportage honteux d'une posture intellectuelle immorale.

Immoral car paradoxal. Envoyé spécial scénarise en allant  jusqu'à  monter  des scènes violentes illégales (tirer la nuit dans une cité!) pour.... dénoncer  la violence locale de la Cité dont il désigne les auteurs: les jeunes évidemment. Facile .

 Le "rêve brisé"enfonce plus encore un réel si complexe.

En choisissant d'enfermer la police, les jeunes et la Villeneuve dans une posture caricaturale, cliché.

Envoyés spécialement de Paris pour un raid médiatique punitif.

                                                                                                     Sylvie Neidinger

*Le Club de la presse de Grenoble : avis pour et contre Lire

*La Justice doit se prononcer le 26 juin 2014 suite à la plainte des habitants Lire

 *Une émission d'Envoyé spécial avait déjà été signalée négativement par le CSA pour violence d'image en février 2013

grenoble,envoyé spécial,26 septembre 2013,journalisme trash,la villeneuve,rève brisé

Suite:

 

http://www.ledauphine.com/isere-sud/2014/01/04/des-grenoblois-portent-plainte-contre-le-president-de-france-televisions

Le CSA soutient la plainte des habitants

-envoye-special-a-foutu-en-l-air-notre-vie-de-quartier-no...

http://rue89.nouvelobs.com/2013/10/03/lettres-a-envoye-sp...

 

La stigmatisation caricaturée  des banlieues par les médias se reproduit avec l'émission  Zone Interdite en avril 2015 :

http://rue89.nouvelobs.com/2015/04/16/zone-interdite-les-...

Crédits images : capture écran site web FT et capture écran wiki