veme république

  • En "jupitant" Macron achève la Vème république

    Imprimer

    La constitution de la Vème république taillée sur mesure par le général De Gaulle avait ses détracteurs, avant la venue de Emmanuel Macron. Mais ce dernier l'a portée au bord du précipice.

    Des pays dits démocratiques, la France  est celui qui donne le plus de pouvoir à son élu central. 

    Le président  de la république peut décider seul d'une guerre sans en référer au Parlement, sinon une information a posteriori.

    Soit une présidence hyper centralisée dans un pays hyper centralisé.

    Le citoyen vote une fois tous les cinq ans pour valider électoralement  un  exercice du pouvoir  qui s'apparente dans l'hexagone à celui  d'un monarque républicain. Lustres et palais avec.

    Une fois le bulletin dans l'urne le débat est confisqué, en France. 

    Dès lors tout pleut du ciel.Du temps des Gaulois comme du temps des Gaulois Réfractaires...

    Avec  Macron qui sans vergogne s'est comparé à Jupiter, ( à Jeanne d'Arc voire à Jésus !) Le vertical mène la danse avec une équipe restreinte limite secrète  quelques "boys" dits les "Mormons" souvent énarques et/ou hauts fonctionnaires. Ceux qui se disent "élites" parisiennes et déconnectées. #Benalla aussi...

    Macron en représentation. Sa formation attestée et ancienne de théâtre le laisse apparaître comme jouant une comédie. Il récitera  des scènes à l'Elysée devant public comme le fit un certain Louis XIV (ô délire...) Il usite à la fois d'anglicismes bruts de décoffrage et de langage désuet type pièce de théâtre XVIIIème.

    Son gouvernement  a pu imposer à la population les 80 km/h brutalement et sans débat.

    Il s'est passé des corps intermédiaires, syndicats , élus de terrain, partis.... Voire les a MEPRISE.

    Macron, débutant en politique, a confondu la direction d'un pays avec celle d'une entreprise.

    Il s'est entouré de ministres issus du monde DRH (M  Pénicaud, E. Wargon) Quand il cherche une plume (Sylvain Fort ayant démissionné) c'est une annonce... d'emploi qui est posée. Start up nation oblige!

    Le principe d'une entreprise, communauté privée fermée est qu'il y a ceux qui sont dedans . Ceux qui sont dehors. Ce n'est pas un Etat qui inclut tous ses citoyens.

    Emmanuel Macron dès lors  insulte régulièrement par ses petites phrases , contrôlées ou non la population qui selon lui semble en dehors.

                                    ELITISME MEPRISANT DECONNECTE DU PAYS

    Macron   pousse à son paroxysme l'élitisme française puisque c'est son mode de fonctionnement personnel. Il clive.

    Le mouvement des Gilets Jaunes démarre en novembre 2018 par véritable "ras de bol" de l'hyper taxation. Il  fonde  ses piliers argumentaires sur le référendum (RIC) manière de demander l'avis de la population et sur la fin de la Vème république, la fin de l'élitisme au sens de l'égalité  de LIBERTE EGALITE FRATERNITE. Le mouvement impressionne les commentateurs et historiens: tout le vocabulaire de la révolution française de 1789, les drapeaux...jusqu'à l'échafaud ( pour Macron!)

     Il tente de jouer la partition du "nous" tellement difficile pour lui. Il pousse la fonction présidentielle à ses limites.

     

                         GRAND DEBAT PRETEXTE A EXERCICE  NARCISSIQUE 

     

    Le grand débat le voit actuellement certes mouiller sa chemise . Mais en réalité occuper le débat des heures durant à lui-tout seul. Le grand débat: un exercice de com dit chantal Jouanno.

    Les thèmes en  sont retenus par Macron lui-même.

    Il fait venir à Paris les représentants des outre-mer   (de loin donc, Antilles Réunion..etc) pour leur confisquer la parole, le micro !! Leur donner deux minutes la parole. Un "débat" scandaleux.

    Macron raconte n'importe quoi sur le chlordécone à cette occasion !

    Macron qui se vit vedette leur vole carrément  la vedette:

    "Sur France Ô, le one-man-show d’Emmanuel Macron s’éternise. « J’ai terminé, dit un élu se tournant vers un de ses collègues. Je te passe le micro. » « Non, s’il vous plaît, on ne va pas passer le micro, s’interpose Emmanuel Macron. Est-ce qu’il y a des questions qui n’ont pas été posées ? J’en prends deux… » Les élus protestent. « Non, les enfants ! » Ecoutez votre gentil papounet. « Non, vous avez déjà parlé, monsieur le maire. Non-non, ça marche pas comme ça ! Non, monsieur le maire, c’est moi qui donne le micro. » Le président lui prend le micro des mains. Comme ça, c’est réglé. « C’est pas une communauté autogérée. » On est à l’Elysée. « Je vous demande de vous assoir. Voilà, donc, vous vous asseyez. » Non mais." (*)

     

    Ne compte que ce que LUI va raconter ! L'hyper présidentialité poussée à son extrême. 

     Hier le 15 février en visite à Bar-le-Duc - on se pince- l'épouse du président Brigitte Macron   ose prendre la parole dans ce climat délétère... Elle n'a aucun rôle institutionnel. Pourtant, elle commente carrément les ...Gilets Jaunes devant micros. 

    " Ils ne savent pas ce qu'ils font. » La phrase, pour moitié, est celle dite par Jésus-Christ, agonisant sur la croix, sauf que lui ajouta « pardonnez-leur ». On le lui fait remarquer, elle ne reprend pas ce thème du pardon, mais précise sa pensée. « J'ai été saisie par ce qui s'est passé. Ils n'ont pas compris ce qu'ils faisaient, il faut leur expliquer. Le dialogue a été rétabli. Il faut que les gens de différents horizons se voient, qu'ils se parlent. Cela n'est pas assez fréquent, et c'est un problème. »In Le Point.

     Méprisante elle aussi. A côté de la plaque " ils ne savent pas ce qu'ils font "dit elle. Paraphrase  de Jésus-Christ sur la Croix....

    Elle indique qu'il faut "dialogue entre nous" Mais son époux insulte régulièrement des catégories de population volontairement ou par inconscience.

    La France décidément sur le chemin de croix institutionnel. Celui de la  Vème et son hyper présidentialisation que Macron pousse à l'extrême. Au risque de l'ingouvernabilité. Car la population désormais réagit à la centralisation verticale. Le mouvement des Gilets Jaunes perdure. Mais encore. Quelle suite?

                                                                                  Sylvie Neidinger

     

    * https://www.lagazettedescommunes.com/604938/grand-debat-les-maires-doutre-mer-au-bord-de-la-rupture/

    "D’autres élus avaient quitté l’Elysée au milieu des débats, dénonçant une mascarade. « Les personnes qui s’expriment sont déjà désignées à l’avance. C’est la ministre des Outre-mer, madame Girardin, qui annonce les personnes qui vont prendre la parole » s’est insurgé Jean-Hugues Ratenon, député (La France insoumise) de La Réunion."

    https://www.telerama.fr/television/outre-mer-emmanuel-macron-confisque-les-micros-et-le-debat-sur-le-chlordecone,n6118906.php

     

    overdose fiscale,#giletsjaunes,17 novembre,révolutionnaires,1789,#macron,#blogneidinger,#carburant,#csg,ecologie punitive,benjamin #griveauxRubrique #GiletsJaunes

     

  • Démocratie suisse et ses référendums: modèle des Gilets Jaunes !

    Imprimer

    Et vous en Suisse??? Plusieurs suisses sont stupéfaits de se voir interrogés sur leur système politique.

     Jean-Noël Cuénod témoigne -entre autres- de ces questionnements qui lui sont faits et propose son analyse. Il décortique le fonctionnement de  la démocratie directe sur son blog.

    C'est original de voir les français et les médias français commencer à observer le système politique suisse ! Car cela fait plusieurs siècles que les deux pays sont...voisins.

    Un politologue suisse compare les systèmes politiques.

    Les #GiletsJaunes très tendance 1789, réclament à corps et à cris un RIC, référendum d'initiative citoyenne.

    La République dans sa version Vème est à bout de souffle.

    Trop de pouvoirs concentrés dans les mains d'un président, trop de verticalité.

    Et ce n'est pas simplement une lubie portée par les mélenchonistes.

    Le tract de Laragn-Montéglin, 3500 habitants au coeur de la ruralité témoigne de cette volonté ferme de changement institutionnel.

    La   revendication d'un référendum est ferme.

    78 % des français plébicitent le RIC !

    La crise aigüe de la représentation politique française va probablement  se traduire dans les urnes.

    Les #GiletsJaunes entendent porter des candidats aux prochaines élections européennes.

                                                                                       Sylvie Neidinger

     

    overdose fiscale,#giletsjaunes,17 novembre,révolutionnaires,1789,#macron,#blogneidinger,#carburant,#csg,ecologie punitive,benjamin #griveauxRubrique #GiletsJaunes

     

  • France, toujours dans la Chambre-Publique !-du Roi

    Imprimer

    La France moderne fonctionne étonnement comme une ....monarchie républicaine. Le pays  qui a brutalement coupé la tête à ses rois, reines et consors, qui a tué en masse les "sang bleu" avec la célèbre guillotine -dont un exemple est visible au Musée Tavel de Genève -qui  a détruit le patrimoine commun, châteaux, autodafés de tableaux, livres....

    Le pays qui a coupé la tête de son  monarque a recréé une royauté contemporaine  version élective, aggravée par:

    -le choix d'une personne à la tête de la pyramide politique

    -la centralisation jacobine

    -la spécificité des institutions présidentielles de la Vème république qui donnent au président de la République française le  plus grand pouvoir parmi tous les dirigeants de l'OCDE (Barak Obama aux USA est obligé lui, de composer avec le Congrès!)

    Il peut effectivement décider d'une guerre sans en référer à son parlement. Juste tenu de l'informer.

    Pouvoir trop présidentiel qui fait tout remonter à une seule personne.

    Les différents présidents ont pu se plaindre de l'effet Tour dorée,  de la solitude, de ce poids. Un immense orgueil peut aussi les envahir.

    Et cela devient catastrophique quand la vie privée déborde!

    Humain trop humain...

    Face à ce Pouvoir centralisé, combien d'émissions politiques hexagonales passent leur temps matin et soir à "bavarder" avec une question lancinante qui revient toujours (alors qu'inintéressante) "va-t-il se représenter en 2017"  Comme si le problème majeur était de connaitre le nom du futur roi plutôt que de bien comprendre sa gouvernance actuelle.

    Etonnants commentaires  sur  son humeur, sur  la forme de sa cravate qu'ils scrutent. La grande déférence des journalistes hexagonaux  lors des conférences de presse élyséennes (celle de janvier 2014...)  étonne bien  des confrères  étrangers...

    Sans le faire exprès, ils reproduisent un peu  le comportement de cette cour qui passait son temps à observer le roi ...soleil.

    Le miroir de la Galerie des glaces de Versailles renvoyait la  brillance d'un monde qui  assistait au petit lever du Roi, au grand lever. Jusqu'au coucher. Tout  était public. Les repas même.
    lace.GIF

    L' univers de la Chambre du roi, son étiquette  est donc quasi-public.

    Rien de ce qui touche la tête d'un Etat  si centralisé individualisé ne peut être 100 % privé !

    A l'époque de Louis XIV  et en 2014!

    Le livre de la compagne Trierweiler,  à l'Elysée, est en ce sens infiniment politique dans son résultat.

     

    Même si ultra voyeuriste car décrivant des scènes de la chambre à coucher présidentielle devenue de facto publique.

    Il a bien ébranlé l'Etat.

    Non pas ses institutions qui  protègent le président car il ne  peut être éliminé, fort heureusement.

    Mais un Etat ébranlé dans ses fondations sur la réalité de ce président pas si normal que cela, de ses femmes, de ses frasques, de la brutale -innommable- répudiation qui génère une vengeance inédite (car tournée contre un président en exercice...) de ses phrases vagues sur ses projets, avec des verbes au futur, des annonces sans lendemain, sans financement

    Frasques personnelles (le casque  sur du Cirque!) mises en perspective face aux  choix économiques désastreux des deux premières années du quinquennat qui ont accentué le déficit, tué la confiance, la consommation avec la logique comptable d'augmentation massive des impôts....(Moi, ennemi de la finance , taxation 75% etc...)

    Un ministre qui ne déclare pas ses impôts et veut rester député,doux dingue qui se dit victime de "phobie administrative" par lui inventée, des basiques  conseillers (Aquillino Morelle ) qui expriment ouvertement leurs griefs.

    Déliquescence...Débandade ! Chienlit aurait -il le général De Gaulle.

    Pays en panne qui cherche à comprendre la vraie nature de celui qui le dirige.

    Régime ultra présidentiel de la 5ème à bout de souffle.

    Le livre de Valérie Trierweiler est un  retour de  monnaie de la pièce Hollande et son cirque personnel. L'ouvrage est  désapprouvé mais... acheté en masse!

     Son impact,  a démontré combien cette personnalisation /présidentialisation à la tête de tout l'édifice institutionnel France est désormais inadaptée.

                                                         Sylvie Neidinger

    *un magazine people a joliment baptisé le livre de Trierweiler :

    le peste-seller !

      crédit images capture wiki                                        

     

     

    #BlogNeidinger Blog-Série n°7:  Sans-dents

    4-France, toujours dans la Chambre-Publique -du Roi
    3-Sans-dent aussi fort que sans-culottes

    2-Sans-dents: quand l'humour ravage un président plaisantin

    1-Dent dure autour du Président qui n'aimait pas les sans-dents: étonnant succès commercial