trump

  • Trump, Al Baghdadi, Abu Ghraib et les chiens de guerre (2/2)

     La séquence canine de Trump a surpris, totalement atypique pour un président américain. Indécente même. Elle tient surtout de la mise en scène pour  téléréalité. (Ici 2/2)

    Trump, le chien et Al Baghdadi: sa mise en scène (1/2)

    L'hyperbole autour du chien fut probablement superflue.  D'autant que, en Irak, pays de l'autoproclamé "calife" (de l'islamisme totalitaire  salafiste)   récemment éliminé...l'usage des chiens de guerre est de sinistre mémoire concernant les... américains.

    On parle du scandale de la prison d'Abu Ghraib  (abus sexuels, sodomies, viols, exécutions, humiliations, chiens menaçants, tortures, exécutions)... autant de  violations des droits de l'homme commises  entre 2003 et 2004 par des militaires américains, des agents du renseignement, des "contractors" sous-traitants. On estime à 4000 le nombre d'exécutions pour la seule année 2004. Des ordres venus "d'en haut". Des personnels peu sanctionnés ensuite. Les maîtres-chiens us  échapperont à l'emprisonnement.

    (wiki) The New York Times rapporte, le 12 janvier 2005, d'autres témoignages sur les atrocités perpétrées à Abou Ghraib. Les soldats s'amusaient à :

    • uriner sur les détenus ;
    • sauter sur la jambe d'un détenu (sur une blessure déjà faite par balle) afin qu'elle ne puisse pas guérir correctement ;
    • continuer à tâter la jambe avec un morceau de ferraille pliable ;
    • saupoudrer de l'acide phosphorique sur les détenus ;
    • sodomiser les détenus à l'aide d'un bâton ;
    • accrocher une corde aux jambes ou au pénis des détenus et les traîner sur le sol3.Dans un premier temps, les États-Unis ont adopté en Afghanistan et au camp de Guantanamo des mesures pour contourner les restrictions juridiques posées par les conventions de Genève sur le traitement et l'interrogatoire des détenus. Le gouvernement américain a laissé ces méthodes s'appliquer en Irak : le commandant du centre de Guantánamo, le général Geoffrey D. Miller, s'est rendu à Abou Ghraib et a instauré ces méthodes dans la prison irakienne. Elles constituent des traitements inhumains et dégradants, contraires aux traités internationaux : passage à tabac, positions stressantes, humiliantes et douloureuses, privation de sommeil, électrocutions, exposition au bruit et à la musiques à un volume sonore insupportable, exposition à des chaleurs extrêmes, humiliations à caractère sexuel comme contraindre des hommes à porter des vêtements féminins, à se masturber ou à avoir des relations homosexuelles, nudité forcée, utilisation de cagoules et autres moyens de désorientation, utilisation de chiens pour effrayer les prisonniers (des photos montrent des détenus mordus et menacés d'être attaqués par des chiens, des privations sensorielles et un régime alimentaire limité à l'eau et au pain, ou l'utilisation de menottes causant des lésions aux poignets. Ces techniques constituent des actes de torture et des traitements inhumains et dégradants, ayant but de "ramollir" les détenus en vue des interrogatoires. Les membres de la police militaire ont donné comme consignes aux gardiens de la prison d'Abou Ghraib de maltraiter les détenus, ce qui explique l'arrogance avec laquelle posent sur les photos les soldats chargés de surveiller les personnes en détention.

    L'usage des chiens de guerre en position menaçante dans les prisons a marqué les esprits.

                                                          CHOW-CHOW

    L'auto proclamé calife Al Baghdadi  connut ces geôles, à Bucca , dans le sud. Pas lui seulement: neuf futurs hauts dirigeants de Daesh sont passés par ces prisons !

    Daesh serait  une des  conséquences  de l'invasion US et de la destabilisation induite de la région. 

    [Bien évidemment le fondamentalisme musulman est plus ancien que  l'invasion américaine de l'Irak. Les intellectuels Rushdie, Mahfouz en subirent les conséquences dans les années 80.]

    Dès lors, la séquence médiatique  liée à l'usage d'un  chien de guerre décoré non seulement humilie l'armée américaine réduite par Trump à l'action d'un toutou (si un seul chien suffit alors pourquoi tous ces militaires et équipements...?)

     La communication trumpiste tweetesque et "déjantée" permet surtout à tous -et ce n'était pas l'objectif recherché par Trump- de se remémorer l'usage non conforme au droit international des chiens dans les prisons gérées par les américains dans ces années 2000.

    Trump a fait son show. Son chow-chow, plutôt. 

    Le président américain est en roue libre, sans limite. Inquiétant.

                                                                                        Sylvie Neidinger

    Trump, le chien et Al Baghdadi: sa mise en scène (1/2)

    Trump, Al Baghdadi, Abu Ghraib et les chiens de guerre (2/2)

    SUITE: un programme édifiant sur l'usage des chiens en torture suite aux expériences et toute la "recherche" pour une torture qui ne laisse pas de trace. Les bourreaux n'ont pas été condamnés. 

    https://www.arte.tv/fr/videos/087405-000-A/des-bourreaux-aux-mains-propres/

  • Trump, le chien et Al Baghdadi: sa mise en scène (1/2)

    L'annonce de la mort du chef islamiste totalitaire Al Baghdadi par Donald Trump est une excellente nouvelle. Surtout si elle est vraie (car ...pas de corps). 

    Ce, même si cette élimination physique personnalisée type "wanted" ne règle pas le problème politico-religieux. La menace islamiste perdure.(Nigeria..)

    Le locataire de la Maison Blanche en tire toutefois une curieuse séquence médiatique à sa gloire, dérangeante par ses modalités.

    Il commence par ridiculiser son ennemi abattu, loin de tout langage présidentiel en mode "Fired" de TV réalité.

    Trump, homme de jeu télévisuel tire en fait son propre film  que à la fois le Pentagone et la presse remettent en cause

    1ère phase: Le terroriste qui meurt comme un chien selon lui. Nombreux  commentateurs apprécient peu ce langage qui n'est pas au niveau de sa fonction politique de Président et peut entretenir le cycle de la vengeance « un chien »« un chien.JPGlâche »« un animal trouillard »« un homme malade et dépravé ». Dès la deuxième minute de son discours introductif, Donald Trump ne peut s’empêcher de tourner en ridicule les derniers moments du calife autoproclamé de l’Etat islamique, « mort après s’être enfui dans un tunnel sans issue, en gémissant, criant et pleurant tout du long »Alors qu’al-Baghdadi avait emmené avec lui trois de ses enfants, relate Trump, « il a atteint la fin du tunnel alors que nos chiens le pourchassaient. Il a actionné sa veste explosive, se tuant avec les trois enfants ». Son corps, « mutilé par l’explosion », a pu être identifié avec certitude.« Ce voyou qui avait tenté si fort d’intimider les autres a passé ses derniers moments dans la peur, dans la panique totale et l’effroi, terrifié par les forces américaines qui s’abattaient sur lui », conclut Trump. 

    Les détails étonnent. 

    2ème phase: il glorifie d'action d'un chien militaire dont il déclassifie l'image. Sa rhétorique de récupération politique place de facto l'armée étatsunienne en porte à faux. Toute l'action de l'armée US rapportée à un toutou malinois, bigre !

    Le Pentagone gêné annonce que Trump ne pouvait voir en direct les faits et qu'ils lui sont rapportés.

    Ensuite 3ème phase , le Président met en scène le décès du chef terroriste dans une publicité télévisée à sa gloire. Il récupère l'évènement pour sa campagne électorale.

    4ème phase. La photo de la Situation Room entre Trump et ses généraux avec les fils débranchés serait elle aussi une mise en scène a posteriori: ridicule, fouilli avec les fils qui pendent de partout et non connectés.Catu.JPG

    5eme phase.Ensuite Trump publie un photo montage avec le chien décoré par lui, basé sur un cliché pris sur un véritable vétéran James McCloughan et détourné (scandaleux pour ce vétéran!)

    (Le Temps) C’est d’ailleurs ce même jour que Donald Trump a tweeté une photo du Daily Wire, un site conservateur, le montrant en train d’accrocher une médaille au chien. Une image qui a très rapidement été critiquée. D’abord, parce que le locataire de la Maison-Blanche n’avait tout simplement pas encore pu rencontrer «ce magnifique chien, très doué», encore «sur zone», blessé par des câbles électriques. Mais, surtout, parce qu’il s’agit en fait d’une image prise le jour où le président a décoré James McCloughan, un vétéran de la guerre du Vietnam, d’une Médaille d’honneur, en juillet 2017. Ce dernier appréciera. Après les honneurs, voir sa tête être détourée pour être remplacée par celle d’un chien, aussi brave soit-il, n’est, disons, pas très élégant.

    Trump déclassifie lui-même la photo, ce que l'armée ne voulait pas !

    On comprend pourquoi les militaires refusaient puisque le Président des Etats-Unis d'Amérique lance en fait un panégyrique...au chien ! "Nous avons déclassifié la photo de ce chien merveilleux (...) a fait un boulot génial dans la capture et l'élimination du chef de l'EI, Abou Bakr al-Baghdadi", a écrit le président américain sur le réseau social. 

    La relation de Trump avec les chiens dont il déteste la présence physique est complexe. "Chien " est chez lui une ..insulte récurrente. Slate résume l'usage que fait Trump de cette terminologie.

    La mise en scène autour du chien par ce président -que les psychiatres US présentent comme trump,chein conan,al baghdadi,photomontagedérangé - a quelque chose d'indécent  à la fois pour pour son pays et son armée.

    Mais comme d'habitude les pro trump ont adoré la séquence canine sans voir le problème!

    Un livre sort cette semaine  qui va témoigner de l'intérieur du comportement atypique, erratique, insultant de Donald Trump.

    Décrit comme inapte à gouverner. L'épisode canin confirme...WAF WAF.

                                                                                 Sylvie Neidinger

     

     

    Complément d'info : 

    chichi.JPG

    Les réseaux sociaux ont évidemment répliqué au photo montage  avec la même technique que celle de Trump. Il fallait s'y attendre ! Ce tweet vient de Grande-Bretagne. Il y  est noté "American Failure".

    Différence majeure :  les internautes adoptent l'humour quand Trump lui se ridiculise en prenant sa séquence Chien pour normale et correcte de la part d'un Président américain. Ce qu'elle n'est pas et le ridiculise.

    chienrsociaux.JPG

     

    Trump, le chien et Al Baghdadi: sa mise en scène (1/2)

    Trump, Al Baghdadi, Abu Ghraib et les chiens de guerre (2/2)

  • Les occidentaux annoncent la fin (supposée) de l'EI... qu'ils ont contribué à installer!

    Clap de fin, vraiment? 

    Trump, Macron....annoncent à coups  de trompettes médiatiques  la fin supposée de l'EI  ou Daesh (dawlé islamyé) ou Isis en anglais. 

    Victoire à Baghouz qu'ils s'attribuent, avec leurs alliés kurdes. 

    EI, Daech, Isis: autant d'acronymes pour une terrible réalité qui s'est installée sur les décombres de l'invasion américaine en Irak et ceux du conflit syrien importé  en 2011.

    Ces présidents se glorifient d'un bizarre succès.

    L'hyperbole prévaut. La guerre serait même gagnée par "André le français", selon un média hexagonal. 

    Or,

    1-Beaucoup des combattants de Daesh ou Etat islamique se sont "évaporés" dans la nature en novembre 2017. Le monde entier devant ses écrans les a vus, stupéfait,  quitter par colonnes la ville de Raqqa lors de sa chute. La coalition occidentale, les FDS  les  laissant partir par centaines avec armes et pick-ups. 250 combattants aguerris et les familles, en bus,  selon la BBC.

    La presse  ne pouvant masquer les images, évoqua sans ciller cette fuite organisée des jihadistes  de Daesh par les occidentaux.

    2- Moscou par la voix de son ministre Lavrov demanda vertement  en février 2018 à ce que les jihadistes issus de Daesh réinstallés autour de la base américaine de Al Tanf, évacuent ce nouveau  "trou noir"  . Ces  groupes  Daesh étant  alors  à l'offensive contre les forces gouvernementales.

    2'-Le camp de Al Hol reste une poudrière jihadiste.

    3-Le combat contre l'islamisme radical n'est pas du tout  terminé en ce 25 mars 2018. La province d' Idleb regorge actuellement de groupes du même moule idéologique issus d'Al Qaida qui s'y sont concentrés en provenance de ....partout.

    Dans cette zone frontalière avec la Turquie,  ils ne se nomment pas  Daech mais Al Nosra  (anciens protégés de Laurent Fabius, alors ministre des Affaires étrangères  de François Hollande) Ahrar Al Cham et autres....

    Une cinquantaine de factions en tout. Initialement armés par les occidentaux et pays arabes du golfe. (Arabie Saoudite, Qatar..). Il s'agit de ceux nommés "rebelles" par nos médias. Il nous  fallait même  lire "gentils rebelles" pour correspondre au film politiquement correct vendu sur nos écrans informationnels depuis le début du conflit syrien.

    En résumé, on constate un incroyable double jeu occidental autour de l'EI comme "variable", auquel s'ajoute une complexité, celle de la position instable des kurdes.

                                KURDES SYRIENS RECONNECTES A DAMAS

    Les occidentaux  ont tenté de créer par ce conflit - entre autres motifs- un Kurdistan nommé Rojava reliant l'est syrien au nord ouest irakien, projet captant ainsi ...les principales ressources pétrolières des deux pays.

    De nombreux kurdes pris au piège des annonces et défections  occidentales, des violences de cette guerre (génocide Yazidis..) n'entendent plus tant que cela quitter les pays en question: Syrie et Irak pour une hypothétique autonomie. Une semi-autonomie en réalité. Un imbroglio à la  Kosovo.

     Exemple : il n'y  actuellement pas de tribunal digne de ce nom pour juger les jihadistes occidentaux dans la zone.

    Logique: la zone kurde n'est pas un Etat!

    Plutôt que se voir écrasés par la Turquie, ils négocient actuellement leurs  bonnes relations avec... Damas.

    A Khamichlé, ville du gouvernorat de Hassaké, les familles préfèrent encore envoyer leur enfants dans les écoles gouvernementales plutôt que les nouvelles structures strictement kurdes.

    Le Kurdistan ne  trouve pas ses marques dans son environnement géographique et historique. Coincés par les puissances frontalières, ils n'entendent pas ce redécoupage prôné par les occidentaux pour leurs propres intérêts géostratégiques.

    La guerre en Syrie est  un échec au final pour la coalition.

    Leur prise de possession indirecte des zones pétrolières et leur exploitation, sous couvert de Rojava poserait un sérieux problème de légalité.

    Surtout à partir du moment où le régime de Damas n'a pas cédé contrairement aux plans et  désirs occidentaux.

    Contrairement aux compromissions avec les groupes islamistes radicaux, de quelque nature que ce soit.

                                                                                      Sylvie Neidinger 

  • Nativité 2017 à Bethléem.com

     

    caricature nativités,johnny,hallysay,marie,joseph,rubrique caricatures,noêl 2017

    24 décembre 2017-@JosephCharpentier à @Marie:

    "Ô Marie, si tu savais....j'entends une chouette chanson à la radio. D'un certain Johan(y)

    -Ca passe mal @Joseph. je ne capte rien! C'est tout brouillé par les TRUMPETTES de Jéricho!".*

     

     *Le 6 décembre Donald Trump reconnait Jérusalem comme capitale d'Israël pour les USA.

     

                                      RUBRIQUE NATIVITES

  • Honneur de la Suède et du Canada face à M Ben Salman. Alors bien solitaires...

    Les dernières infos révélées sur l'affaire Shashoggi (basées sur les enregistrements des services secrets turcs et les confirmations in situ) sont glauques. Il aurait été découpé VIVANT par un médecin légiste, un certain Salah al-Tubaigy, qui travaillait en écoutant de la musique, après l'avoir torturé, en plus. Puis, il fut découpé. Info non confirmée par double source : la tête selon un média aurait été adressée au commanditaire présumé de l'assassinat, Mohamed Ben Salman.

     La journaliste Ockrent publie justement une biographie de MBS.Toutes les pistes du meurtre mènent au prince saoudien.

    Le retentissement est mondial.Et les opinions publique touchées. Car le crime dans une représentation diplomatique donne du relief aux disparitions inexpliquées de saoudiens ou non saoudiens opposants, menées jusque dans d'autres pays et  les disparitions internes au pays.

    Il donne du relief aux errances sur la guerre au Yémen. Et toutes les atteintes au Droit (exécutions extra-judiciaires etc.)

    Un opposant installé au Canada témoigne de ses contacts pour  projets avec Jamal Khashoggi. Il décrit  ce qu'il subit 

    L'Arabie Saoudite espionne activement ses opposants basés à l'étranger par des technologies sophistiquées (vendues par qui....??.) Elle  agit par mesures de rétorsion sur la famille  du/de la "surveillée"   localement. 

     

                   SUEDE ET CANADA EN SOLITUDE DIPLOMATIQUE

     

    Le "crime du consulat" fait porter attention aux dérives présentes et anciennes du Royaume sur les droits de l'homme et de la femme.

    Deux pays  ne se sont pas laissés faire: La Suède et le Canada..

    La Suède a refusé en 2015 la prolongation de l'accord bilatéral de  vente d'armes. Une femme Margot Wallström, la ministre des affaires étrangères n'a pas mâché ses mots. Sur plusieurs  sujets dont la guerre au Yémen,  le cas de Raouf Badawi. 

    La Suède  dut subir les foudres de l'Arabie Saoudite... en grande solitude. Peu  de solidarité internationale  constatées alors ! 

    Pas même de ceux qui se gargarisent du respect essentiel des droits de l'homme.  

     Au mois d'août 2018, le Canada et l'Arabie  Saoudite s'écharpent autour de l'appel à la libération de Samar Badawi par  tweet de la ministre des Affaires Internationales, Chrysta  Freedand. Laquelle se dit fière de ne pas avoir capitulé.

    La réaction saoudienne est immédiatement violente  dès lors que le pays est  questionné  sur les droits de l'homme et de la femme: sanctions économiques, 4000 étudiants saoudiens immédiatement  rappelés et les liaisons aériennes annulées. Le gouvernement Trudeau a courageusement maintenu sa position !

    Ni le Canada, ni la Suède ne sont alors ouvertement soutenus par leurs homologues politiques internationaux!!!Ni les USA de Trump, partenaire principal des saoudiens, ni l'Europe.

     

     DEUX SENATEURS CONSERVATEURS EN RUPTURE DE BMS : GRAHAM ET RUBIO

     

     Deux voix  importantes car au coeur de l'appareil politique conservateur américain, deux proches de Donald Trump se font entendre. Celles des sénateurs  conservateurs Lindsay Graham et Marco Rubio.

    Lindsay Graham accuse MBS d'être un engin de démolition. Il  appelle clairement au départ de MBS.:

    "J'ai défendu à chaque fois l'Arabie saoudite au Sénat parce que c'est un bon allié.  », a-t-il souligné. « La personnalité de MBS est toxique selon moi. Il ne pourra jamais être un dirigeant mondial sur la scène mondiale »

    Mohamed Ben Salman avait "vendu"  au monde une modernisation de son pays,  et compte vendre encore plus ce futur technologique et touristique  par son Davos du désert.

    Mais la dérive de sa gouvernance sanguinaire est désormais visible. Elle pose désormais problème aux dirigeants internationaux qui soutiennent le régime saoudien (notamment  les vendeurs d' armes)

    Ils doivent se poser les questions de leurs accords bilatéraux face à l'opinion publique.

     Marco Rubio,  autre sénateur républicain de premier plan, a balayé les réserves émises par Donald Trump sur des sanctions qui risqueraient d'affecter des milliards de dollars de contrats passés avec Ryad, notamment des ventes d'armes sources d'emplois aux États-Unis.

    « Je m'en fiche de savoir combien d'argent cela représente. Aucune somme au monde ne pourrait racheter notre crédibilité sur les droits de l'homme et la façon dont les nations doivent se comporter », a déclaré l'ancien rival de Donald Trump à la présidentielle américaine, sur CNN.  

    « C'est une crainte que nous avions depuis longtemps, que le jeune prince héritier soit ce jeune homme agressif qui surestime la latitude qu'il a pour agir », a poursuivi Marco Rubio. 

    Tout est dit. Le Congrès semble vouloir forcer à main à Donald Trump (et son gendre Jared Kushner...) sur le dossier de la relation bilatérale avec l'Arabie Saoudite.

    Une bonne chose  face à l'inconcevable pratique saoudienne du pouvoir, si cela est vraiment le cas.

    Car Mohamed Ben Salman fut adoubé par son père Roi et directement par ...Donald Trump !

    Une question essentielle reste  à traiter: qui, quel Etat  vendait à Mohamed Ben Salman ses technologies de surveillance sophistiquée....?

    Pour la scie à découper. On a compris. Elle s'achète au bazar du coin...

                                        Sylvie Neidinger

     

    Nota on apprend ce 18/10 qu'un des 15 membres du commando de tueur est décédé en Arabie Saoudite d'un accident suspect.

    Nota  Remarque, ceux qui sont très motivés à évoquer les pratiques de l'Arabie Saoudites sont des "celles". Juste dans cet article : Mme Freeland, Wallström, (+Ockrent, ...la blogueuse #blogneidinger). Et autres dans les ONG, ailleurs Probablement une question de droits de l'homme et de la femme !

    Honneur aux deux ministres...Ici, Chrystia Freeland du Canada ( la presse

    cr

    canada,trudeau,chrystia freeland,suede,droits de l'homme et d elaz femme,arabbie saoudite,bms,diplomatie,femmes,samar badawi,graham,trump,margot wallstrôm,crime du consulat,yémen,honneur,opinion publique

  • Définition de "Consulat": pour protéger le ressortissant (pas pour le découper vivant)

    L'affaire Shashoggi a un retentissement mondial.

    Au départ, les médias turcs et  arabes évoquaient plus ce dossier car le journaliste y est hyper connu. Il intervenait régulièrement pour représenter l'opinion de son pays, développant   une opinion critique après la gouvernance autoritaire Salmane/Ben Salman.

    Puis, une dizaine de jours après,  devant l'énormité  inédite de l'assassinat, un questionnement médiatique international croissant se fait jour.

    Résonance assez rare quand il s'agit de la mort d'un seul homme, au regard des conflits iniques  qui tuent  des milliers sans que le monde ne s'en émeuve: le cas du Yémen.

    La tuerie du  2 octobre au Consulat d'Istanbul rappelle au monde TOUTES les disparitions et jugements extra judiciaires commis par l'Arabie Saoudite et particulièrement sous M Ben Salman. Des atteintes gravissimes aux droits de l'homme et de la femme.

    L'assassinat du journaliste-opposant ( qui se sentait tellement en danger qu'il avait quitté son pays pour les USA)  a lieu dans un CONSULAT, lieu dédié à la protection d'un ressortissant en pays étranger !! (voir infra définition wiki)

    Lieu diplomatique au statut fixé par la convention de Vienne (1963) On y porte assistance aux ressortissants.

    Ici Jamal Khashoggi meurt peu de temps après son entrée. Il subit une piqûre (enquête) et sera découpé . Une équipe de 15 individus proche de MBS étant arrivée d'Arabie Saoudite avec une scie, dans le cadre du guet-apens.

     

    MBS PRINCE HéRITIER INCONTROLé : SES ALLIES SOUS PRESSION

     

    Des sources non  vérifiées signalent que la tête du journaliste aurait  été remise à MBS

    Plusieurs membres de la famille royale quittent actuellement le pays effrayés.

    Le prince despote avait déjà fait parler de lui en retenant en otage plusieurs hauts dignitaires contre rançon. En retenant en otage le premier ministre en exercice  du Liban en exercice Hariri, premier scandale diplomatique de MBS.

    Sa guerre au Yémen, les disparitions, ..Cauupture.PNG

     Soutenir ce despote devient difficile. La directrice du FMI vient de renoncer au prochain Davos du désert après avoir tergiversé. Trump n'est pas clair actuellement. Le quotidien britannique The  Daily Mail met en cause le gendre Jared Kushner d'avoir donné des listes CIA d'opposants à éliminer !!! ( à suivre...)

    Les Etats-Unis sont les premiers soutiens de ce régime ( avec le Royaume-Uni et la France) 

    A noter la réaction forte  du sénateur conservateur républicain  Lindsey Graham contre toute tergiversation sur la nature de la tuerie et du commanditaire.

    L'Onu demande la levée de l'immunité diplomatique des responsables impliqués dans l'assassinat.

                                                                Sylvie Neidinger

     

    (wiki) Un consulat est le service d'un État chargé des relations avec les ressortissants de l'État accréditant (l'État qui dirige le service) au sein de l'État accréditaire (l'État où est situé le service) et son rôle est avant tout la protection de sa communauté. Il est dirigé par un consul, qui ne doit pas être confondu avec un ambassadeur, ce dernier étant le représentant de son État dans l'État d'accueil.

    Le statut international des consulats et des consuls est fixé par la convention de Vienne sur les relations consulaires de 1963. L'établissement de relations consulaires entre deux États se fait par consentement mutuel mais n'est pas obligatoirement lié aux relations diplomatiques. L'ouverture d'un poste consulaire, qu'il soit principal (consulat ou section consulaire d'une ambassade) ou secondaire (vice-consulat ou agence consulaire) est toujours liée au consentement de l'État accréditaire (ou d'accueil).

    Le consul est nommé par le chef de l'État d'envoi et ne peut exercer sa mission qu'après avoir reçu l'exequatur du pays d'accueil, procédure comparable à la remise des lettres de créance d'un ambassadeur.

    À l'inverse d'une ambassade, qui est presque systématiquement implantée dans la capitale de l'État accueillant, il peut y avoir plusieurs consulats (ou agences consulaires) installés dans les plus grandes villes du pays. Les compétences consulaires peuvent être exercées dans les capitales au sein d'une section consulaire par l'autorité diplomatique (ambassade). En conséquence, les consulats sont souvent situés hors de la capitale, plutôt dans les principales villes de province.

    Le consulat est chargé de recenser et de porter assistance à tous les ressortissants du pays que l’ambassade représente, dans le respect de la légalité et de l'ordre public local. Il remplit également les fonctions de mairie et de notaire pour les expatriés. Il tient l'état-civil, délivre des pièces d'identité et des passeports à ces ressortissants et des visas aux nationaux ou résidents du pays d'accueil, dresse des actes notariés et organise les élections. Il peut aussi porter assistance à ses ressortissants en cas de difficultés avec les autorités locales, y compris dans le cadre de procédures judiciaires, notamment pour vérifier que le déroulement des procédures est bien respecté. Il peut être amené à organiser l'évacuation de ses concitoyens. Il a le droit d'intervenir auprès des navires et aéronefs immatriculés dans le pays accréditant, dans le cadre de contrôle ou d'assistance. Il est, plus généralement, le lien entre le pays d'origine et le pays d'accueil.

    Depuis la création de la charge, le consul est habilité à recueillir des informations commerciales et à favoriser le développement de relations commerciales, économiques, culturelles et scientifiques entre les deux États.

  • La montre connectée de Khashoggi a tout révélé du crime au consulat saoudien. Quid des réactions ?

    La presse turque et arabe évoque ceci avec force  depuis le 3ème jour de l'assassinat  du journaliste (ayant eu lieu  le 2 octobre dernier).

     

    Les preuves sortent dans les médias occidentaux le... 12 octobre.

    Le journaliste se sentant en danger  se méfiait à juste titre.

    Il portait alors une montre connectée, qui géolocalisait sa fiancée attendant dehors, avec le téléphone de Jamal Khashoggi 

    La torture puis l'assassinat  par l'équipe de 15 tueurs venus spécialement de l'Arabie saoudite  ont été ENREGISTRES( pas tant par la montre semble-t-il que par des caméras espions turques)

    Les quinze tueurs venaient par deux avions privés séparés. La police turque les a identifiés. Ils  sont proches de la famille royale saoudienne.

    Ils portaient  une scie. Un des tueurs est médecin légiste. Les restes du journaliste ont été distribués dans des contenants. Un véhicule immatriculé du consulat a été vu dans une forêt.khashoggi,meurtre,trump,trudeau,canada,macron,montre connectée,turquie,istanbul,espagne,droits de l'homme et de la femme,chrystia freeland,#ue

    Un ridicule sinistre entoure l'action de ces barbouzes. 

    En effet, il se dit que  la montre connectée de Khashoggi  a été récupérée sur place lors du crime par un membre du consulat, le Consul semble-t-il. Lorsque celui-ci a fait visiter le local les jours suivants aux officiels turcs et autres   pour prouver au monde que le journaliste n'y était pas, la montre connectée était encore dans la poche du responsable saoudien !!!! Elle géolocalise.

     Le scénario du crime n'est pas encore bien établi. Le journaliste entre dans le consulat. N'en ressort pas.

    Un van noir quitte le consulat pour la résidence personnelle du consul. C'est en ce lieu qu'il aurait été mis à mort et découpé? Ou au Consulat ?

    L'enregistrement  peut provenir de la montre ou ...des services secrets. Ce n'est pas encore bien établi. La montre en tous cas géolocalise !

    En fait, le consulat et la résidence du consul étaient surveillés et enregistré en direct par les autorités turques . Une donnée de services secrets qui est moins facile à dire." Des doutes que partagent Robert Baer, consultant sur CNN pour les questions de renseignement. Selon lui, il est possible que les services turcs aient effectivement en leur possession des enregistrements de l'exécution. Mais uniquement en raison de la mise sur écoute du consulat. Ce qui, d'un point de vue diplomatique, est impossible à admettre."(Huffington Post 13 octobre)

    Le résultat est au final le même : l'exécution a bien été enregistrée.

    Observation: l'amour a eu raison de Khashoggi  (il voulait de son pays juste un document administratif pour se marier) mais l'amour a par ailleurs  tout révélé. Sa fiancée Hatice Cengiz l'attendait dehors. Elle ne l'a jamais vu ressortir. Elle avait son téléphone. Et un numéro officiel turc à contacter.

                     ARABIE SAOUDITE, MBS...LES OCCIDENTAUX FONT QUOI ???

     

    On remarque que les officiels politique occidentaux ont pris du temps avant de réagir. Macron ne réagit que....le 12 octobre juste quand  la presse occidentale évoque les preuves tangibles de la montre connectée. Avant c'était plutôt ...mou comme réaction. Idem pour  Trump. Son fils Jared et lui sont très liés à MBS.

    Il commence aujourd'hui à tonner.

                        DROITS DE L'HOMME ET DE LA FEMME BAFOUES

                               

    Les citoyens eux  ont intérêt à suivre le dossier saoudien de près, concernant les droits de l'homme et de la femme.

    Car enfin, combien de temps va continuer la danse du ventre devant l'Arabie Saoudite pour lui vendre de l'armement par les dirigeants occidentaux?

    Alors que le pays est "hors des clous?

    Rappel :

    1) Des saoudiens sont à l'origine de l'attaque du 11 septembre

    2) Al Qaida est une émanation du saoudien Ben Laden.

    3) Daesh est l'émanation suivante .L'organisation fut alors  financée en partie par le pays wahhabite  dont l'idéologie est très proche. Soit par l'Etat soit des versements privés saoudiens.

    4) Le pays  est en partie à l'origine du conflit en Libye, Syrie avec ses alliés.Et très directement à l'origine de la guerre  au Yémen.

    5) Financement des groupes rebelles  en Syrie type Ahrar el Sham (Al Nosra); Jeish el Islam

    6) Droits de l'homme et de la femme bafoués. Disparition de membres opposants à l'intérieur de la famille royale, d'opposants type journalistes, d'opposants même minimes.

                 L'HONNEUR DU CANADA DE TRUDEAU ET FREELAND ET DE LA SUEDE

     A ce stade ds informations sur les crimes et enlèvements,  les responsables politiques occidentaux tellement .... "amis" de cet Etat  ont probablement des comptes démocratiques à rendre à leur propre population.

     Honneur à la Suède, au Canada.

    La Suède a renoncé à la coopération militaire avec l'Arabie Saoudite et subi les foudres. Car l'Arabie Saoudite pratique l'intimidation à l'extérieur, la répression et les disparitions à l'intérieur.

    Le Canada de Justin Trudeau,  de Chrystia Freeland   eut maille à partir avec MBS cet été au nom des droits de l'homme et de la femme.

    Ce pays  fut  solitaire face au chantage exercé par l'Arabie Saoudite... Peu d'aide des alliés. Peu de gouvernants occidentaux ne l'ayant alors  soutenu. Honneur au Canada. Les européens, l'#UE ont fait profil bas et lâché le Canada au mois d'août 2018..

    L'Espagne elle a préféré se taire face au chantage saoudien d'Etat  pour pouvoir ...vendre ses 400 bombes tueuse de population yémenite.*

    On ne parle pas des autres Etats occidentaux silencieux, du FMI de Lagarde ....

    JUSQU'A QUAND CETTE MANSUETUDE ??

     

                                                      Sylvie Neidinger

     

    RFI 13/09 "L'Espagne est loin d'être le seul pays à choisir de préserver ses intérêts économiques. Riyad est l'un des principaux clients de la France sur le marché de l'armement. Les ONG dénoncent une violation du traité sur le commerce des armes qui prévoit qu'un pays interdise ces ventes s'il sait que les armes peuvent servir contre des civils"

     
  • SHUT DOWN aux USA depuis ce matin 6h !

    L'Amérique entend diriger le monde tout en se protégeant.

    Elle ne réussit pas à se ...protéger d'elle-même.

    Elle vient de se mettre en shutdown: une mésentente qui bloque les financements.

    Les services fédéraux sont paralysés, les militaires plus payés.

    Pagaille et paralysie qui décrédibilisent.

    Depuis ce matin 6h une fermeture partielle.

    (citation ) "Le pays vit depuis minuit heure locale (06h à Paris) son premier "shutdown" depuis octobre 2013, qui avait duré 16 jours, synonyme de chômage technique sans paie pour plus de 850.000 fonctionnaires considérés comme "non essentiel"."(...)

    "Les premiers effets du "shutdown" devraient se faire sentir lundi. Les activités de nombreuses agences fédérales, comme les services fiscaux, seront réduites mais les services de sécurité seront globalement épargnés. Les 1,4 million de militaires américains poursuivront leurs opérations mais sans être payés.

    "Notre pays a été fondé par des génies mais il est dirigé par des idiots", a lancé le sénateur républicain de Louisiane John Kennedy, résumant d'un trait d'esprit l'ambiance générale."

    Ambiance !                            Je cite....

                                                                    Sylvie Neidinger

     

     

  • F52: TRUMP annonce la vente d'avions qui n'existent que dans le jeu video Call of Duty !

    Trump est un président consternant qui accumule les bourdes en rafale.

    Le 10 janvier dernier,  en recevant Erna Solberg,  premier ministre norvégien, il  confondait tout.

    Au lieu des F-35 Lightening II, Trump évoque les F-52, modèle d'avions de combat US qui n'existe que dans le jeu vidéo Call of Duty.

    Dans un communiqué Lockheed Martin annonce que les norvégiens ont acheté quarante F-35.

    Le 45ème président des USA se disqualifie chaque jour.

    Il semble certain qu'il joue beaucoup aux jeux video.

    Question: où?  A la Maison Blanche? Au lieu de "bosser"?

    En résumé, l'armée norvégienne va avoir certaines difficultés à agir sur le terrain avec ces... avions virtuels là.

    Il faudrait peut-être revoir le contrat !

                                                                               Sylvie Neidinger

     

     

    F 52.GIF

  • Incroyable comment deux livres font trembler deux présidences majeures!

    Les deux livres en question sont publiés à un environ an d'intervalle.

    "Un président ne devrait pas dire cela" ou le "Davet Lhomme" a flingué la présidence Hollande. Lequel n'a même pas pu se représenter à la primaire de son parti.

    L'effet de Fire and Fury, inside the Trump White House de Michael Wolff éditeur Henri Holt est tout autant dévastateur pour la présidence Trump qui tremble sur sa base depuis la parution.

    Dans les deux cas le procédé journalistique est douteux. Mais ce qu'il révèle reste 100% intéressant. Voire historique. Au sens de l'histoire politique. Tout autant par le contenu que justement par les débats qui suivent la parution.

    favet.GIFHollande a lui-même organisé les rencontres pour ce qu'il pensait, immodeste,  comme un livre dédié à sa gloire.

    Les journalistes ont sauté sur l'occasion mais dans un mélange de genre non déontologique. Ce n'est pas du "journalisme d'enquête" mais du "journalisme  gastronomique" entre autres.

    Ils viennent et souvent mangent à l'Elysée. Ou invitent le président chez eux pour une pizza et notent les conversations. Bizarre les concernant. Un mode douteux de "journalisme".

    Mais  ce que le livre dévoile est effectivement scandaleux: il relate des insultes de Hollande, président en exercice, sur des collaborateurs, sur des catégories de population ( les juges, les pauvres sans-dents entre autres) sur des dirigeants etc. Il apparait moralement odieux.

    Le livre dévoile que le président de la république téléphone à un chef d'Etat étranger (Grèce) DEVANT les journalistes sans prévenir celui ci que la conversation est écoutée (....!) Ce procédé disqualifie François Hollande comme dirigeant international compétent.

    Orgueilleux et fier de lui sur la Syrie (aveugle sur le caractère litigieux de son action notamment ses liens avec les rebelles di Front Al Nosra)  il balance des secrets militaires : son plan d'attaque du gouvernement. 

    Donner des secrets militaires relève d'un tribunal. 

    Suite au "Davet Lhomme", Hollande va subir le tribunal médiatique qu'il a convoqué lui même et lui seul!

    OUT, Hollande , éliminé.

     

      TRUMP, PRESENTé COMME ENFANTIN, PSY ET AUTOCENTRé DIRIGE LES USA EN... REGARDANT  LA TV ET TWITTANT INTEMPESTIVEMENT

     

    gg.GIFConcernant Trump, l 'auteur  Michael Wolff, rapporte des "choses entendues". Tout n'est pas vérifié. Mais il décrit de l'intérieur le Trump que tout le monde voit de l'extérieur avec visiblement de graves  problèmes psychologiques.

    Peu cultivé, voire inculte, il regarde beaucoup la tv, réagi sur Twitter, en gosse égocentrique qu'il ne faut pas perturber et qu'il faut glorifier à longueur de journée.

    Les collaborateurs sont décrits comme épuisés. Beaucoup ont déjà quitté.

    En résumé, un profil très inquiétant incompatible avec la direction d' un pays.

    Le conseiller d'extrême-droite Bannon personnage ambigu, à l'origine de beaucoup d'infos du livre en prend pour son grade suite à la diffusion car le livre remue en tous sens. Cet homme sulfureux prône ouvertement la destruction de l'Etat.

    Beaucoup dénoncent le procédé d'écriture employé : avec des "on-dit-que".

    Pour autant ces deux document vont carrément perturber les présidences.

    Dans les deux cas de Hollande et Trump, la publication de ce que font exactement ces deux présidents de leur pouvoir et dans les lieux du pouvoir Elysée et White House  tient du best seller.

    Elle répond à une inquiétude globale sur des modes inhabituels voire inaptes de gouverner. Un Trump agressif sans stabilité, voire pathologique,  inquiète..

    Un Trump que ses collaborateurs, épuisés, empêcheraient -est-il écrit- de réagir en politique externe tellement il accumule les problèmes (rappel il s'est fâché avec les alliés) .. Mais c'est impossible. L'homme est sans limite.

    Il twitte tout ce qui lui passe par la tête ( dernier en acte: il est génialement stable et a un plus gros bouton nucléaire). Sa "diplomatie"est ainsi résumée dans les ambassades :

    "La diplomatie à la Trump, c’est comme jouer aux échecs contre un pigeon. Quel que soit votre niveau, le volatile arrive, renverse les pièces, défèque sur l’échiquier, et repart en se pavanant comme s’il avait gagné"

    Tout est résumé.

    Et l'oiseau de twitter, gazouiller...

    Le livre confirme et  met les américains devant la pression du   réel  de leur choix démocratique.

    L'influence et la crédibilité de l'Amérique sont en jeu pour le long terme.

     

                                                                 Sylvie Neidinger

     

    oiseaux.GIF

                                                                                   

  • Trump, selon les ambassades: "comme un pigeon se pavanant sur un jeu d'échec"

    La dernière blague à la mode dans les ambassades qui synthétise finalement  une année de relations internationales trumpesques:

    "La diplomatie à la Trump, c’est comme jouer aux échecs contre un pigeon. Quel que soit votre niveau, le volatile arrive, renverse les pièces, défèque sur l’échiquier, et repart en se pavanant comme s’il avait gagné" (source : L'obs)

    Aujourd'hui, en grande solitude, lui et son pays, sur le dossier de Jérusalem [dossier que soit dit en passant, il a ré-animé, lui ] le président américain menace le monde pour influencer le prochain vote de  l'Assemblée Générale de l'ONU.

    C'est de  l'anti-diplomatie. La sortie du colt du shérif.

    Mais le monde n'est ni le far-west ni le jardin personnel de Donald Trump.

    Il est évidemment MULTILATERAL. Et pas simplement de couleur orangée.

                                                                                   Sylvie Neidinger

     

    Amérique d'abord. Mais de plus en plus seule.

  • Macron tout comme Trump charge violement les médias du pays dirigé !

    Les deux récents dirigeants partagent de nombreux points communs dont le narcissisme exacerbé.

    Macron vient de rejoindre le dirigeant américain dans la violence de la critique adressée aux médias du pays qu'il dirige !

    Devant les députés de la Commission audiovisuel, il a utilisé récemment une anaphore d'une violence extrême. 

    Le président de la république  a dit clairement par  "trois fois"avoir  "honte" de l'audiovisuel public.

    Emmanuel Macron a la mémoire courte.

    Les médias français - les people et les autres -ont dans leur majorité concouru  à booster la candidature de celui qui était alors un jeune ministre relativement inconnu, précédemment conseiller et fait connaître par la même occasion  sa femme Brigitte  à coup de Unes people insistantes.Ce dès 2016.

    Médias qui ont concouru dans le même temps à démolir Fillon le candidat issu de la primaire de droite.

    Là, effectivement c'était  une véritable...honte.

    Aujourd'hui, que l 'audiovisuel public soit en crise est une chose.  Que le président de la république soit si violent à son  encontre est juste...une macrono-trumpisterie  supplémentaire.

    La dernière étant lors du récent voyage officiel en Afrique. Il s'est moqué devant auditoire du président du Burkina-Faso soit disant parti "réparer la clim".

    Habituellement, les présidents, hyper clivants pendant la campagne, rassemblent une fois élu. Car dès lors ils représentent...tout le monde.

    Les deux néo-présidents  continuent à cliver d'une façon agressive. Ils  sont en roue libre ...

     

                                                                                            Sylvie Neidinger

                                            

  • #balancetonporc, le hashtag contre les supposés "porcs humains" mais... #lecochoncestmignon !

    Une certaine Sandra Muller est à l'origine du hashtag #balancetonporc qui va marquer le féminisme dans sa version 2017.. 

    Attention pas forcément dans le bon sens. "balancer"appartient au vocabulaire détestable de la délation!

    Et le mouvement peut déraper à généraliser, à accuser à tort...

    L'inventeur du terme  bosse à New-York. Cette femme  explique la genèse de ce qu'elle  a mis en place sans imaginer le succès (interview à France Antilles) que cela allait donner.

    Son idée est reprise en anglais.

    Sauf au #MeeToo est une appellation moins vulgaire et problématique

    "Tout est parti d'une "blague" avec une amie au téléphone, raconte Sandra Muller, initiatrice vendredi du hashtag #balancetonporc qui, dans la foulée des révélations sur Harvey Weinstein, a enflammé Twitter en France et au-delà.#femmes,#feminisme,féminisme,#balancetonporc,porc humain,weinstein,trump,berlusconi,sandra muller,philippe sollers

    Cette femme de 46 ans, directrice d'une lettre spécialisée sur l'audiovisuel et installée à New York depuis quatre ans avec ses deux enfants, explique comment le scandale sur le tout-puissant producteur de cinéma américain l'a affectée, et comment elle espère que son hashtag pourra faire avancer les choses face au harcèlement sexuel.

    QUESTION: Comment est venue l'idée de lancer ce hashtag sur Twitter, et comment avez-vous réagi face à son succès?

    REPONSE: J'étais très choquée par l'affaire Weinstein ici, je trouvais que ça prenait des proportions incroyables (...) Ensuite j'ai vu une énorme photo dans Le Parisien où ils appelaient (Weinstein) +le porc+, et puis j'étais avec une amie au téléphone et on parlait des problèmes de harcèlement, et c'est venu comme une blague, je lui ait dit, tiens, +Je vais lancer un hashtag qui va s'appeler #balancetonporc+, c'est absolument pas classe mais c'est rigolo, et je l'ai lancé pendant que je lui parlais et au départ ça n'a pas donné grand chose... ça n'a pas été immédiat, mais au bout de cinq, six heures, j'ai commencé à avoir un flot de tweets incontrôlables, à tel point que j'ai reçu un message pour savoir si c'était bien mon tweet qui était utilisé.

    Je ne suis absolument pas professionnelle des tweets, je ne cherchais pas le +buzz+ (...) J'ai été dépassée. Maintenant j'essaie de contrôler tout ça, de répondre vraiment aux gens, surtout ceux qui ne sont pas d'accord avec nous - je dis +nous+ parce que c'est pas moi, c'est les autres, moi j'ai juste créé un hashtag!"

                         WEINSTEIN, BERLUSCONI, ...

    Attention toutefois à ce que les réseaux sociaux ne se transforment pas en délateurs en désignant publiquement et nommament, au regard de personnes que seule la justice pourra, pourrait  juger. Et pour des acte répréhensibles.

    A propos de porc et de toute expression de dénigrement humain utilisant l'image porcine, on rappelle toutefois que l'animal domestique, le vrai, celui qui grogne et se roule dans la fange est  infiniment différent du PORC supposé ...masculin! 

     Je publie ici les commentaires venus sous l'article du 13 octobre Certes Weinstein...et Trump ?

    Le commentateur Gislebert, qui se présente avec humour  comme... cochon de contribuable !  y défend cet animal avec justesse.

                                              GENTILS COCHONS

    L'image de cet animal est effectivement  prisonnière de l'usage qui en est fait.... depuis l'antiquité et les fables d'Esope. Voire avant.#lecochoncestmignon,#femmes,#feminisme,féminisme,#balancetonporc,porc humain,weinstein,trump,berlusconi,sandra muller,philippe sollers

    Il faudra alors distinguer les porcs dits "humains" des pauvres porcins, animaux  si aptes à nous prouver leur affection alors qu'ils sont élevés pour passer à la poêle en côtelettes et rôtis !

    Alors.... #lecochoncestmignon

                                                                                                Sylvie Neidinger

     

     

    Commentaires

    *Mais qu’avez-vous donc toutes contre le porc ? Un animal plein de charme et de finesse, il n’est qu’à lire l’éloge qu’en fait Philippe Sollers (lien ci-dessous).
    Et pourtant, il est le plus souvent élevé, nourri et abattu dans des conditions indignes, rendu responsable de pires parasitoses, ostracisé et traîné sur le banc d’infamie… Pourriez-pas vous trouver une autre tête de turc (si j’ose, pas très approprié…) pour qualifier les agissements des harceleurs très humains ? Le porc ne mérite vraiment pas cet opprobre, croyez-moi, c’est un cochon de contribuable qui vous l’affirme… :))

    http://www.philippesollers.net/eloge-du-porc.html

    Écrit par : Gislebert | 16/10/2017

    Répondre à ce commentaire

    *Bonne remarque ! Les humains utilisent dans leur langage des expressions liées aux animaux pour des affaires qui les concernent eux...
    Je m'étais justement posé cette question d'écriture  la semaine dernière à propos des chiens (du genre "ce type est un chien") alors que le chien et le porc sont des animaux domestiqués totalement dépendants de l'homme.
    Un "sale porc" pour parler d'un humain est une expression qui instrumentalise l'animal ( enfin ça c'est depuis l'antiquité ..les fables d'Esope etc)
    Il a été effectivement démontré que le porc est aussi affectueux qu'un chien mais l'homme ne le laisse pas entretenir cette relation de proximité.
    Et ces pauvres animaux victimes d'être élevés pour être bouffés ou servir de gardien etc sont en plus stigmatisés dans le langage . Le lobby de défense de....l'image du chien et du porc n'est pas encore en place...!

    Écrit par : Sylvie Neidinger | 17/10/2017

    *Une italienne évoque le "porc Weinstein"

     

    *http://www.boursier.com/actualites/economie/donald-trump-au-summum-de-l-impopularite-en-europe-37306.html?google_editors_picks=true

    *Suite en janvier 2018:

    La créatrice du hashtag, Sandra  Muller est assignée par celui dont elle donne le nom à la vindicte et qui s'estime diffamé :

    http://www.lepoint.fr/societe/la-creatrice-de-balancetonporc-poursuivie-en-diffamation-18-01-2018-2187820_23.php

     

     (crédit image : capture écran de l'article en lien web)

  • Certes Weinstein...et Trump ?

    « Grab them by the pussy… » On se remémore la célèbre phrase prononcée par  Donald Trump pour exprimer tout le respect de celui qui est entre temps devenu président des Etats-Unis, à l’encontre des femmes.

     Hollywood est actuellement  touché par la révélation du  scandale lié au prédateur sexuel Harvey Weinstein.

    Les cris des actrices fusent de toutes parts dans un étonnant « coming out » planétaire  de la part de victimes jusqu'alors silencieuses.

    La charge  de la preuve  vient  de la Côte Est.

     Le New-York Time a fait son job : une enquête sur le producteur Harvey Weinstein mais surtout la dénonciation dans le New-Yorker par ..Ronan Farrow, fils de Woody Allen, peu amène avec les turpitudes de son célèbre père à l’encontre de la gente féminine. Et qui agit frontalement contre Weinstein.

    La machine à rêve et à attrape-dollars qui se nomme Hollywood est salie, le monde masculin du cinéma (producteurs , réalisateurs)  touché par la prédation sexuelle: Weinstein, Bill Cosby,  Woody Allen, Polanski en son temps….

     Sophie Durocher dans le Journal de Montréal stigmatise lhypocrisie du petit microcosme hollywoodien fort silencieux aujourd’hui

     Autre silence assourdissant: une certaine Amérique a voté pour Trump, probable misogyne,  lui-même responsable de la phrase la plus abjecte entendue en la matière.

    La phrase ne vient pas d'une conversation de comptoir ou d'un parrain de Hollywood à la Weinstein mais bien de celui qui exerce la fonction politique suprême: la Présidence!

                                                                              Sylvie Neidinger.

    Suite:

    http://www.lemonde.fr/cinema/article/2017/10/14/affaire-weinstein-le-producteur-exclu-de-l-academie-des-oscars_5201126_3476.html

    https://www.closermag.fr/politique/affaire-weinstein-hillary-clinton-en-profite-pour-dezinguer-trump-753812

    Trump affaire Zervos

    http://www.lemonde.fr/cinema/article/2017/10/13/ronan-farrow-le-tombeur-d-harvey-weinstein_5200274_3476.html

    https://start.lesechos.fr/continuer-etudes/etudier-a-letranger/l-affaire-de-harcelement-sexuel-qui-secoue-le-monde-universitaire-9812.php

    Rozon aussi !: http://tvmag.lefigaro.fr/programme-tv/affaire-gilbert-rozon-la-saison-12-de-la-france-a-un-incroyable-talent-deprogrammee_68e0ca0c-b4ba-11e7-8aca-c6cafecb3960/

    https://www.tdg.ch/monde/Trump-esquive-le-scandale-du-harcelement-sexuel/story/28731590

     

    La dénonciation des violences faites aux femmes prend une ampleur mondiale inédite:

    Démission du ministre de la défense britannique

    Pérou

     

    http://madame.lefigaro.fr/societe/donald-trump-le-grand-oublie-du-mouvement-me-too-harcelement-sexuel-agression-femmes-160118-146451

  • Macron, vulgaire, insulte sa population. Tout ...comme Trump: ils se ressemblent !

    Beaucoup voient du Sarkozy en Macron. Le supposé côté "président des riches", bling-bling, people, l'absence de sur-moi qui lui fait dire n'importe quoi, sans filtre.

    Quoique Sarko se tenait un peu mieux que Macron...

      L'ancien président s'était certes fendu d'un "cass"toi pov'con"  adressé à un individu, comptait karchériser des quartiers entiers. C'était comme incontrôlé.

    Des dérapages...mais finalement relativement limités en nombre sur le quinquennat.

    Sarkozy avait une expérience politique certaine. Il avait pris la tête de son parti avant la conquête du pouvoir présidentiel. Aucun doute sur sa légitimité.

      Macron le néophyte lui, insulte régulièrement des catégories entières  de population, ceux qui ne sont pas énarques ni hauts fonctionnaires, banquiers, people, philosophes  etc. Qui finalement ne sont rien. Dixit.

    Il plane à 5000. Seul avec Brigitte.

    Il présente un inouï mépris de classe, dans ses "sorties de route" ultra fréquentes, provocatrices et inquiétantes pour la démocratie...

    Du préjugé social à la louche.

    Les ouvrières seraient  analphabètes, les gens du nord alcoolos, les comoriens des noyés en puissance, les femmes africaines des pondeuses d'enfants, les fénéants...Bizarre comme mode d'expression politique !

    Un président doit régler les problèmes du pays avec le consensus maximal.

    Son vocabulaire  vulgaire détonne, de  "foutre le bordelà "les gens qui ne sont rien" (expression sans vocabulaire  insultant mais d'une violence sociale  rare.)

    Il semble méconnaître le fonctionnement des médias? D'une manière évidente dire "foutre le bordel" à propos d'ouvriers menacés de licenciement dans la Creuse,   terre relativement désertifiée va créer le buzz et se SUBSTITUER à l'info qu'il comptait transmettre: ici l'apprentissage.

    Ou trop le connaître ?

    Deux solutions :

    1) il le fait EXPRES. Alors le président de la république joue à la téléréalité. Indigne de sa fonction.

    2) cela lui échappe. Alors il est en roue libre, psychologiquement parlant. Indigne de sa fonction, aussi...

    En tous cas cette attitude le dessert et brouille son image. D'une part il veut jouer au roi de France ou sa version Empereur et rendre la dignité  à la fonction.. Mais d'un autre côté il évoque ceux qui "foutent le bordel".

     

                          TRUMP, MACRON: MEME NARCISSISME PATHOLOGIQUE

     

     Macron ressemble  probablement plus encore à Trump qu'à Sarko par le maniement régulier d'insultes 1) devant médias alors que 2) les deux sont présidents et  3) par des diatribes dirigées entre autres contre la..... population qu'ils représentent.

    Rappel  Trump a carrément  nommé certains sportifs américains "fils de pute"la semaine dernière. D'une élégance rare.

    Les latinos, il n'aime  pas trop, les afro-américains pas trop, les Porto-Ricains, pas trop non plus, les écolos pas du tout..

    Problème, ces "sorties" régulières qui stigmatisent, avec un vocabulaire de gros mots contredisent l'exigence de présidentialité liée à la fonction.

    Macron et Trump ont également en commun un narcissisme aigu.

    Le profil narcissique est une caractéristique de nombreux dirigeants et leaders. En soi c'est un possible moteur d'action potentiel de la part de ceux qui croient hyper fort  en leur étoile perso...Un plus, un atout positif.

    Problème,  chez ces deux dirigeants le narcissisme semble pathologique. Il dépasse les bornes.

    De fait, tout ce qu'ils engagent eux serait... merveilleux ( Trump parle ainsi de lui-même et décrit son action en des terme dignes de contes de fée kitchs)

    Macron s'est modestement auto-comparé au Christ et à Jupiter, dieu des dieux et à bien d'autres... dont Napoléon, celui qui voulait mettre au pas l'Europe par la guerre.

    Jupiter comme toute déité qui se respecte châtie tout autant qu'il accorde ses faveurs. Macron châtie bien.

    Sa pensée serait si complexe que les commentateurs n'ont rien à commenter. Ces dires signent un délire grave sur la représentation verticale que le président français se fait de lui-même.

    Comme Trump, il bat le pavé chaque jour. Il communique, sur le terrain. Au risque du dérapage incontrôlé (comme l'expression "ils foutent le bordel" enregistrée en Corrèze). Incapable de se remettre en cause il accuse les journalistes. Facile..

                                                      LEUR MONDE FAKELAND

    Le fonctionnement narcissique repose sur une dualité. Tout ce qui va bien vient de l'individu.

    Pour Trump comme pour Macron , tout ce qui ne va pas vient évidemment des autres,  des collaborateurs, des ministres, des députés, du parti et surtout  du monde baptisé " fakes", hautement représenté par la presse selon leur vision déformée. Les deux hommes ont en commun d'abhorrer et d' agonir les journalistes.

    Du coup Trump et Macron n'ont aucun problème de sur-moi, de conscience. 

    Ils sont en roue libre pour insulter à tout va.

    Signe de décomposition politique que de voir précisément ces profils là: 1) avoir été élu pourtant inconnus en politique . Donc non testés par les voies démocratiques avant l'élection majeure : la présidentielle.

    2) élus dans une ambiance délétère, populiste.

     3) diriger  de cette manière  leur Etat et ainsi des affaires du monde...

    Les deux ont en commun de ne pas appartenir au sérail politique.

    Le danger de personnages jamais élus, donc jamais testés  "sortis de nulle part" pour prendre le pouvoir suprême par fulgurance.

     

                                                                    Sylvie Neidinger

     

  • "America first" le slogan qui a le... mérite d'être clair

    Donald Trump a été élu démocratiquement  président des USA.

    Créant une onde choc par son côté totalement  atypique, décalé, tweetesque, fantasque.

    Il est peu cultivé souvent vulgaire. Les psy lisent en lui une pathologie narcissique.

    Cela ne l'empêche pas de diriger. Certes avec un chaperon..... On lui a collé un général dans son équipe de com, pour limiter la casse.

    Il  garde toujours la confiance d'une partie importante de son électorat et la défiance majeure des autres.

    Les autres pays restent encore stupéfaits, sidérés. Son  récent discours à l'ONU était agressif.

    Certains en Europe ironisent et disent que c'est l'occasion de s'affranchir d'un tel partenaire imprévisible qui remet en question unilatéralement  les traités qu'il signe.

    L'occasion de fonder une UE puissante.

    Dans ses leitmotiv, Trump n'a que ce mot à la bouche "America first" .

    Un slogan qu'il compte appliquer de courte vue, ne se rendant pas toujours compte des dégâts qu'il peut commettre dans sa bonne intention (comme ses ordres donnés aux industriels pour les investissements)

    Car la réalité économique est toujours plus complexe que les slogans de pub. En effet, défendre à outrance un pan de l'économie peut en fragiliser un autre.

    Toutefois ce slogan a le mérite d'une immense clarté.

                             FIRST... UNE VIEILLE IDEE!

    A noter, les USA qui  se voient Empire agissent dans le monde pour  être "first" depuis le début du... 20ème siècle. L'idée est  loin d'être neuve!

    Soit en interne (actuelle politique de Trump pour l'emploi national favorisé par exemple)  soit en externe (guerres pour contrôle de ressources, de positions géostratégiques etc., activisme en Europe de l'est contre la Russie, mer, espace)

    A titre personnel je trouve nettement plus CLAIRE cette position américaine trumpienne  à celle qui prévalait avant.

    Même si elle est à son "corps défendant". Il ne se rend même pas compte de l'image qu'il donne de son pays.

    Je me souviens d'une discussion animée avec un ami, vétéran américain âgé,  lors de la première guerre irakienne, fin des années 80.

    Je n'étais pas d'accord sur l'invasion d'un pays tiers, hors du cadre de l'ONU et sur un casus belli fallacieux. Comme par hasard l'Irak... pays riche en pétrole. Quelle qu'en soit sa gouvernance.

    Lui était dans une toute autre logique "Nous sommes un peuple moral et apportons la démocratie".

    Un type de slogan qui sur le terrain apporte surtout les.... guerres.

    Bizarre d'ailleurs d'associer le concept de guerre à celui de moralité!

    Nous n'avons pas réussi à joindre nos deux points de vue à ce moment précis. Lui gardant  le sien et moi le mien. En toute amitié...démocratique.

    Léonard eut toutefois un retour vers moi après l'enlisement de son pays lors  de la 2ème guerre américano-irakienne des années 90. Avec ses doutes sur sa position initiale...

                                     SINCERITE CASH DE TRUMP

     

    Combien cet "apport de démocratie par la force" a-t-il été vanté sous les précédentes présidences. ...Mais : comme une avancée masquée.

    Jusqu'aux printemps-hivers arabes qui étaient "vendus" de la sorte. Avec en prime une supposée démocratie numérique prônée surtout...par les médias !

    D'ailleurs à propos du monde arabe, l'étape suivante  de ces guerres   proche-orientales récentes fut l'évolution dangereuse du  concept de  "démocratie importée"  pour intégrer  le jeu local .... confessionnel.

    On a vu le résultat avec la montée de islamisme, l'EI et autres coupeurs de têtes.

    C'est un échec cuisant.

    L'Amérique qui parle de démocratie pour en fait,  aller gérer les affaires de pays regorgeant de ressources naturelles ou de bonnes positions géostratégiques n'est pas exacte sur les buts réels.

    Et tous les observateurs le savent. Elle tient dans ce cas un discours sur elle-même non conforme à la réalité de ses ambitions.

    Au moins, l'Amérique de Trump qui clame hors et fort "America first" est-elle brute de décoffrage certes mais  hyper sincère.

    Avec Trump les cartes sont sur la table.

    Il faut reconnaître au  président TRUMP le mérite de sa SINCERITE.

     

                                                                            Sylvie Neidinger

     

  • Macron, une chimère mi-Sarko mi-Trump

    L'homme était inconnu et se révèle à l'usage de sa présidence de trois mois déjà.

    Macron et ses contradictions, Macron et ses références.

    HYPER PEOPLE ET NE SACHANT DELEGUER:  COMME SARKOZY!

    Alors qu'il veut redonner dignité à la fonction, il s'expose en vacances comme Hollande le fit  dans le Var, le bidochon en moins.

    Macron choisit Marseille. Une très bonne idée pour un président de la république que de passer un séjour dans les villes du pays.

    Mais que fait-il de ses vacances à Marseille qui auraient pu être moins visibles ?

    Jogging au Prado ( il y a plus discret comme zone que la plage principale et la corniche d'une ville de un million d'habitants !!!!).

    Visite aux footballeurs avec photo de  lui déguisé avec le maillot. Comme un  "vendeur de marque" marque OM et/ou marque Macron ?

    60 policiers et gendarmes dédiés à sa sécurité pour la visite supposée discrète!. C'est le feuilleton médiatique de l'été imposé et dont les gens en général n'ont que faire. A Marseille, comme ailleurs.

    Aller à Marseille c'est aussi politique. C'est envoyer un message à Mélenchon...

    On note que le premier ministre Richard Philippe est lui très régalien, discret en villégiature. Ce qui est possible pour l'un ne semble pas l'être pour l'autre.

    Macron fonctionne intrinsèquement avec sa com' people. Mais dans le même temps se plaint d'être suivi par la presse  ô contradiction macronienne parfaite.

    Jean-Michel Macron, père du président avait d'ailleurs dit ne pas être en phase avec son fils sur ce côté people...justement.

    Un comparatif direct se fait dans la pratique avec Nicolas Sarkozy, hyper people.

    Les deux hommes semblent s'apprécier d'ailleurs.

    Autre point commun avec Sarko, le côté   "ils sont tellement nuls que je dois tout faire" A commencer par prendre leur  premier ministre pour le larbin de service.

    Macron   plus encore que Sarkozy  joue " pour de vrai" à Napoléon .

    Il veut un gouvernement, des députés...un sénat, un parti sans opposition, sans tête qui dépasse. Tous à  sa botte dans un délire certain.

    Macron est ainsi apparu comme se mêlant de  tout dans les trois premiers mois.

    Jusqu'à virer le général de Villers pour des paroles prononcées à huis clos devant la Commission Défense de l'Assemblée. Beaucoup de ministres virés...

            MACRON, HOMME PARFAIT NE SE REMET PAS EN QUESTION LORSQU'IL RATE

    Et puis patatras la dégringolade dans les sondages de Macron est inédite et majeure.

    Les français prennent la mesure de ses manques, ses contradictions,  son autoritarisme.

    Et Macron, au lieu de se remettre en question...stigmatise....les Autres, le gouvernement, les ministres, les députés, les collaborateurs, les médias évidemment etc.dans une parfaite malhonnêteté intellectuelle.

    Je gagne: c'est moi. Je rate, c'est les autres !

    Macron a été vachard avec ses affidés pour recadrer tout le monde quand les mauvais sondages sont sortis.

    Sa position ambivalente très sarkozyste consiste à  dire une chose ET son contraire. Macron fait volontairement son "quéqué" à Marseille devant les médias et vient en même temps jouer le grand seigneur gêné dans ses vacances.

    Macron  se dit homme à la parole rare voulant redonner du lustre à la fonction présidentielle mais donne à VOIR une image déguisée de lui toutes les cinq minutes...

     

    MACRON HYPER  NARCISSIQUE COMME TRUMP

    Les deux s'étaient bien retrouvés, bien jaugés et bien appréciés.

    Trump présente une instabilité majeure difficilement compatible avec l'exercice du pouvoir.

    On sent la même faille chez Macron. Il a pris le pouvoir alors que personne ne le voyait venir.

    Cela lui donne des ailes pour se sentir pousser des idées nouvelles qui ne seraient pas forcément bienvenues pour le pays et que le pouvoir lui permettrait de mettre en oeuvre sans contradiction. Je pense à la politique étrangère qu'il pratique depuis son élection comme des "coups médiatiques".

    Autant une Angela Merkel ne va pas détonner dans un discours. Autant le narcissisme de Macron peut nuire et le mener à dire n'importe quoi. Il a déjà commencé par des remarques déplacées sur la démographie africaine entre autres remarques choquantes sur les "gens de rien".

    Il est déjà qualifié de Napoléon. L'Italie et l'Espagne traditionnellement méfiantes de la France ( ils ont justement subi Napoléon !) se méfient déjà de Macron et ses projets "européens"

    Comme Trump, il est un peu délirant . Macron ose se comparer à Jupiter, au Christ, à Napoléon, sans rire. C'est sérieux.

    Comme Trump il est népotique et met en avant d'une façon exagérée sa famille; en l'occurrence son épouse.

    Sur  le cas "Brigitte" la démocratie se rappelle actuellement à lu . Une pétition contre toute tentative de donner un statut non élu au conjoint (et des moyens importants) est en train de calmer les ardeurs du couple...

    Le comparatif avec Trump porte  aussi sur le narcissisme.

    Particulièrement une forte immaturité narcissique.

    L'homme élu au sommet (présidence)  à ce poste serait  donc forcément  le plus "beau, le meilleur."

    Tout le monde certes  ne peut  atteindre la fonction de gouvernance mondiale. (il faut   analyser plus précisément les conditions de leurs élections respectives)

    Attention toutefois.  Les deux présentent un narcissisme exacerbé: il  faudrait tresser leur louanges en permanence !

    Macron est délirant à Marseille. Il expose sa vie privée et en même temps porte plainte pour crime de lèse -majesté face à un journaliste. Il sature et en fait trop.

    ( épisode Om)

    Idem:  la même non  relation aux médias  de la part des deux hommes.

    Comme Trump ,Macron refuse la presse qui va forcément avoir du recul et ne va pas transmettre sa com' telle quelle . Pardon: sa propagande.

    Comme Trump il veut entrer en contact "en direct" pour tenter de court-circuiter le 4ème pouvoir qui pourtant l'a installé! (cf campagne anti-Fillon et pro-Macron)

    Macron va utiliser face-de-book à la rentrée, apprend-on.

    Comme Trump qui tweete chaque jour,  Macron  sature l'espace médiatique avec les photos de ses déguisements. Dernier en date, en footballeur.

    Les deux hommes autoritaires vont déchanter de toutes façons.

    Dans un régime autoritaire,  on peut réussir à faire taire toute parole critique.

    En démocratie non. Les tentatives de contrôler les infos les concernant iront à l'échec.

    La France comme les USA sont encore... des démocraties.

    Et le  feuilleton  people médiatique de l'été de Macron peut encore être qualifié de mise en scène de cinéma.

     

                                      Sylvie Neidinger

     

  • TRUMP si proche des WHITE VADORS perd la face et des appuis politiques

    Face aux évènements racistes gravissimes  de Charlottesville, l'assassinat d'une trentenaire, Donald Trump (et  son épouse qui  twitta sur la "liberté d'expression" qui ici, n'a ....rien à voir avec le sujet) n'avait pas bien  pris la mesure de son obligation de signaler que les suprémacistes,  ku klux klan et autres nazillons  n'ont... rien à faire dans l'Amérique d'aujourd'hui.

    Il mettait tout le monde dans le même pot !

    Il a fallu lui arracher de la bouche une déclaration contre les manifestants racistes de cette -normalement - tranquille petite ville de Virginie ( 50 000 habitants).

    Et encore, le 15 août il refait machine arrière

    Aujourd'hui, plusieurs patrons en fonction de " lconseillers" le quittent .

    "Dans le sillage du patron de Merck, quelques heures plus tard Kevin Plank, PDG et fondateur de l'équipementier sportif Under Armour, a également annoncé son départ du groupe de conseillers en soulignant que sa compagnie était «active dans l'innovation et les sports, pas la politique»"

    Problème :

    1-Les suprémacistes, ces protestants radicaux  à l'idéologie raciste white,  anti-juifs et anti catholiques  sont en partie sa base électorale

    2-Trump  porte en lui pour partie cette idéologie.

    3-Son père Fred Trump participa activement à une réunion du KKK. Il avait 21 ans et fut arrêté.

    Ses stigmatisations de  catégories de populations ( latinos etc.) lors de ses premiers mois de présidence tiennent de ce climat malsain.

    3- Trump a dans son équipe le fameux Bannon dit black vador et que j'ai rebaptisé évidemment le "white vador de Trump", un suprémaciste.

    L'Amérique est choquée par ces miasmes qui resurgissent.

    Elle se défend.

    Certains manifestants extrêmistes, racistes de Charlottesville reconnus par leurs patrons à la tv et sur le net ont déjà perdu leur job.

    On ne pleurera pas pour leurs emplois.

    Il manque juste désormais que Donald Trump perde lui aussi son job.

    L'Amérique et le Monde s'en porteront  mieux.

     

                                              Sylvie Neidinger

     

     

  • L'Ambassade US de Londres... contretweete Trump. Amérique déboussolée.

    Les USA sont dans une énorme impasse avec le "drôle" de type qui les dirige.

    Un triste sire.

    Leur "tweet-président" déverse son agressivité et ses approximations en direct par le site de micromessagerie.

    Hors de toute convenance, de toute diplomatie, de tout sens politique.

    Ivre de lui-même, à l'international désormais...

    Sans qu'on  ne vienne lui demander son avis, il impose ses lubies.

    Comme si il n'avait rien d'autre à faire. A savoir, il n'a toujours pas nommé d'ambassadeur en Europe....

    Le président  caractériel a instrumentalisé les récents attentats de Londres avant même d'avoir eu la politesse de condoléances à Theresa May et au peuple britannique.

    La politesse, Trump ne connait pas.

    Il attaque ad hominen le maire de Londres en interprétant mal ce que celui-ci a dit.

    Une provocation agressive dont S Khan s'est moqué par l'indifférence au départ, ayant bien d'autres chats à fouetter pour gérer la crise due aux attentats... que de contrecarrer les remarques de la houppette blonde.

    Extraordinaire. L'agressivité et la méthode de Trump sont tellement hors normes que l'Ambassade Américaine de Londres a réagit en twittant CONTRE Trump en réaction.

    Désormais on contredit Trump en le "contre-tweetant" ! Du verbe contre-tweeter !

                TRUMP EN FOLLE INGERENCE ET COMME UN VOYOU

    Trump est entré dans une folle ingérence vis à vis du Royaume-Uni et ce  n'est pas du tout le job d'un président des Etats-Unis !

     Aujourd'hui , vindicatif, le magnat de l'immobilier, roi de la téléréalité en rajoute à nouveau  une couche contre le maire, démontrant par là une obsession qui frise la maladie mentale.

    Le maire de Londres réagit finalement sur la BBC et signale qu'il ne laissera pas Trump diviser les communautés britanniques.

    Théresa  May, en colère a elle aussi réagi  :" en public, la Première ministre britannique Theresa May a affiché sans détour son soutien au maire travailliste de Londres, opposant un démenti à peine masqué au président américain. « Sadiq Khan fait du bon travail et c’est incorrect de dire le contraire », a déclaré la conservatrice."

     

    Réaction du Washington Post: Tout en admirant le sens civique et la réaction stoïque du peuple britannique face à ce nouvel attentat, le journal déplore l’attitude de Donald Trump qui se comporte comme, je cite « une brute, un voyou sans cœur ». « On se demande s’il a perdu la raison », poursuit la journaliste Jennifer Rubin. « Mais non, c’est du Trump pur jus, impulsif cruel sans la moindre classe ou décence humaine. Si son comportement ne nous surprend plus, il devrait toutefois nous offenser et nous déranger ».

    L'activisme "à côté de la plaque" de Trump le fragilise.

    Et fragilise gravement les USA.

     Contre-tweeter ne suffira pas face à la folie de ce "dirigeant" qui "plante" le pays .

     

                                                        Sylvie Neidinger

     

     Le contre-tweet:

    londres,trump,tweet,agressif,usa,attentats,maire,sadiq kahn

     Trump a même twitté une parole incompréhensible dont la toile s'est moquée: COVFEFE.londres,trump,tweet,agressif,usa,attentats,maire,sadiq kahn

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     Trump: homme du passé ivre de lui-même

     Trump a donné un interview incohérente à l'Associated Press

    Trump pathétique

    Trump vu par les psychiatres