tromperie

  • Infidélité: "criser" n'est pas tromper

    Celui qui est pris le doigt dans la confiture. Pris en flagrant délit d'adultère évoque assez souvent - pour se sortir de la situation socialement  inconfortable- une supposée   "crise de son couple".

    Laquelle aurait "justifié" d'aller voir ailleurs si l'herbe était plus tendre

    Problème: cela s'apparente à de la justification face à une certaine opprobre. Mais pas forcément à la réalité !

    Cette explication à l'avantage pour le trompeur ou la trompeuse   de faire accuser l'ancienne tendre moitié et ainsi se dédouaner de toute responsabilité !

    De se donner  le beau rôle de victime (de crise) par celui -celle- qui en réalité commet  l'adultère, cet acte problématique  de "trahison" de la confiance.

    Fausse justification. En  effet un couple peut être en grave crise et pourtant  ne pas passer par la case tromperie. Et à l'inverse, certains trompent leur conjoint sans rien dire ni perturber la vie familiale du couple initial, en masquant à mort. Ils ne quitteront jamais leur conjoint si pas pris. Cela peut durer des années...

    Pris même la main dans le soutien gorge, certains  trompeurs seraient d'ailleurs encore capables de nier  !

     Une crise de couple, entre  deux êtres est une exposition ouverte et souvent violente  de problèmes conjugaux..

    La tromperie elle est masquée, cachée. Donc négativement connotée. Elle peut avoir parfaitement lieu sans que le trompeur(se) n'informe jamais son conjoint de quoi que ce soit et dissimule  totalement les faits.

    La tromperie est véritable mensonge. Un 5/7 ou 7/9, le séminaire pro (ou le reste... toujours caché) sous le prétexte de la surcharge de travail.  Montée d'adrénaline. Jeu  borderline.

    Or, tout le monde ne peut pas mentir. Il faut avoir ce profil et cette capacité là pour prendre amant ou maîtresse. Cela n'est pas donné à tout le monde...

                                                  MANIPULATION

     L'infidélité fait vendre et couler beaucoup d'encre. Plusieurs sites se sont  amusés à lister les signes de l'infidélité qui sont de plusieurs ordres. Attention  selon eux au conjoint qui deviendrait  soudainement hyper adorable attentionné et couvrirait de cadeaux son élue officielle: cela peut aussi cacher une vaste  tromperie !

    Et confirmer par là même que "conflit et tromperie "n'appartiennent  pas forcément au même registre. Bien évidemment le cas est possible: crise=tromperie. Cet article souligne juste que cela n'est pas automatique...

    L'anecdote la plus savoureuse à donner n'est pas le "gayet-gate" et la réponse officielle  du président en conférence de presse qui évoque sa... crise de couple. Car la fin du "vaudeville au sommet "est à ce jour  inconnue.

    Mais plutôt cette anecdote savoureuse issue du monde notarial :

    Au décès d'un Monsieur, chef d'entreprise, un  notaire a dû convoquer ...deux familles complètes interloquées. Celle de son épouse qui habitait sur la commune de son usine. Celle d'une seconde femme qui habitait dans une autre ville  lieu des bureaux , du  business. Avec plusieurs enfants majeurs des deux côtés !! Et le choc de la surprise. Car aucune entité n'avait visiblement connaissance de l'existence de l'autre ( là réside le gag) Chapeau l'artiste....Même si un tel triste sire par sa tromperie polygame sur des années (masquée par les absences liées au "travail" comme justificatif) était bien  chantre de la manipulation poussée à l'extrême. Sans crise de couple.

                                                                        Sylvie Neidinger