tamedia

  • Lente et progressive disparition de la presse traditionnelle et des journalistes. En Suisse et ailleurs

    Imprimer

    Lu avec émotion l'article Mabut du jour

    http://jfmabut.blog.tdg.ch/archive/2017/08/23/la-tribune-de-geneve-sera-produite-a-lausanne-285820.html

    Après la disparition de journaux romans cette année, ici une restructuration "déménagement" de La Tribune de Genève à Lausanne.

    Probablement une rationalisation. Mais encore un petit pas ...

    Journaliste? Profession sinistrée face aux  GAFA (google et autres) et récente joyeuseté : les robots d'écriture ( on va rire ....)

    Et toujours... les écoles de journalisme qui fournissent leurs bataillons.

    Pour quelle guerre?

    Larges bataillons en France surtout où  de TROP nombreuses écoles servent essentiellement  à fournir les entreprises de presse en ...stagiaires pratiquement gratuits. Lesquels seront rarement en perspective d'embauche.

    Personne n'appelle un chat un chat et personne ne  signale ce fait. Car les stages de formations sont longs : trois mois  au minimum et l'étudiant en totale condition normale et réelle  de travail. Si c'est la radio, le futur journaliste va faire de la "conduite de nuit"  bosser la nuit quoi. En lieu et place des journalistes qui auraient pu être embauchés pour le poste.

    Personne ne signale le scandale du système d'étude qui donne un écart entre le  trop grand nombre d'étudiants en journalisme au regard de la réalité du métier et de ses embauches réelles en titulaires.

    Exemple dans l'aire du très très  Grand Genève, Grenoble et ses deux écoles qui fournissent chaque année des promos en vingtaines. Beaucoup trop pour les besoins.

    Et fourvoient des jeunes étudiants au potentiel ( souvent hyper sélectionnés) important vers un métier instable et non rémunérateur dans les conditions actuelles.

    Voire même les fourvoient carrément en acceptant leur article au titre de correspondant de presse payé à la ligne.  Un correspondant n'est pas journaliste mais traditionnellement un retraité ou un instituteur qui  envoie un  écrit avec photo pour la locale. On parle ici de 5 euros de rémunération...

    Rares sont ceux qui décrochent la carte de presse. Le nombre de titulaires diminue drastiquement. Pour l'obtenir, il faut tirer ses revenus essentiellement du journalisme. Cas de figure de plus en plus rare.

    Grand mouvement de disparition, invisible des statistiques .

    Car devenir ...free-lance est désormais  fortement conseillé aux "journalistes" il faut  aujourd'hui travailler sous statut d'entreprise (auto-entrepreneur en France ou autre) Vendre son article comme une entreprise commerciale.

    Je mets entre parenthèse "journalistes" car si c'est sous statut d'entreprise normalement cela ne correspond plus à la  définition du métier, déontologie etc..

    Et les collusions avec la com' deviennent alors légion.

    Pigiste est un mode de rémunération précaire ( dit  travail à la tâche) mais il est sous forme salariale et reste  totalement conventionnel de cette profession..

     Certes  rédactions,   journalistes et pigistes "classiques"existent toujours...

    Mais là où les besoins se mesuraient à 10 peut-être n'a-t-on plus besoin que de deux. Effet de la numérisation.

    En Suisse et ailleurs...

                                                            Sylvie Neidinger

  • "Mon" Salon du Livre & Presse 2014, Genève

    Imprimer

     Présentez armes ! rts,28ème salon du livre de genève,falconnier

    japon,tamedia,germaine cousin,editions d'en bas,le courrier,gutenberg,rts,28ème salon du livre de genève,falconnierA l’heure de l’inauguration mercredi  30 avril de la  28ème édition, les Vieux-Grenadiers en tenue d’apparat entraînaient dans leur sillage les officiels dont la Présidente Isabelle Falconnier.

    Périple qui démarre non loin du Baobab, Totem du Salon Africain visible de partout. Proche du stand de la RTS où les tablettes numériques attendent le chaland,  outils plats, gros de leurs milliards d’octets cachés dans leurs entrailles. Pouvant archiver non pas des kilos-octets ni  des hectolitres, mais des giga-tonnesrts,28ème salon du livre de genève,falconnier!

     Ere de l’écrit …électrique.

    Toutefois l’écrit…végétal n’a pas dit son dernier mot.

     La vénérable imprimerie « à l’ancienne » sur papier, -elle-même de bois- se permettait même des caprices de star au salon. Toute bichonnée par l’Association Gutenberg (EBLC Chailly-Montreux) rts,28ème salon du livre de genève,falconnier

     Un peu plus loin, rencontre avec les hommes de presse qui publient  Le Courrier  de Genève. Un dinosaure soutenu par son lectorat. Première édition: le  5 janvier 1868. Il se présente comme « un rts,28ème salon du livre de genève,falconnierquotidien d'information et d'opinion, humaniste et progressiste, lié à aucun parti politique, syndicat ou association; un journal engagé, mais non partisan; un journal indépendant qui s'efforce de pratiquer un journalisme sans concession ni compromis. » Un tyrannosaurus, je vous dis! Qui se bat pour la survie de l’espèce, papier et désormais web comme il se doit.

     A quelques pas, le  catalan Josep Bosch, qui fut journaliste, expose sa collection particulière de journaux anciens sauvés de la destruction autour de la thématique de la guerre. Centenaire 1ère guerre mondiale oblige ? Pourquoi le choix de ces montagnes de palettes?  rts,28ème salon du livre de genève,falconnier

    rts,28ème salon du livre de genève,falconnierIl me donne deux raisons. Raison pratique : l’expo thématique va voyager. La palette est un produit universel facilement disponible pour remonter la scène en tous lieux (malin question logistique!). Raison théorique: il recréé ainsi  une sorte de …tranchée de guerre. Cela fonctionne : on se sent coupé du temps présent, en immersion ![ à propo, ne jetez pas vos anciens journaux!]

     A côté de ce panorama de la presse…antique de 14-18, le petit stand des Editions Glyphe (Paris) présentes pour la toute première fois à Genève par leur secteur de la "publication à compte d’auteur" (avec isbn : c’est du sérieux!) En direction des particuliers ou associations qui ont quelque chose à …écrire, des traces de vies à formaliser.

    EDITEUR: PROFESSION COURAGEUSE

    rts,28ème salon du livre de genève,falconnier Au Salon de Genève, les libraires et distributeurs ont réservé des périmètres impressionnants, colorés, attractifs.

     Mais c’est aux éditeurs que je rends visite. Aux purs et durs qui engagent leurs finances dans les choix éditoriaux. Les courageux. Ceux sans qui le livre n’existe pas.

    1.  Mes favoris tout d’abord parce qu’ils m’aident à comprendre la Suisse par son histoire: Eric Caboussat et tous les éclairages historiques de Cabéditarts,28ème salon du livre de genève,falconnierIl avait réuni pas moins de quatre écrivains sur son stand ce jour là dont George Pop pour son  ouvrage qui se vend bien au titre dans l'air du temps:"Les Français ne sont pas Suisses". Et vice versa d'ailleurs !

    Un peu plus loin l'univers BD avec  Alain-Jacques Tornare et Bob Garcia (pour Penthes.)

    Sans oublier le genevois Slatkine.

     Chez l’éditeur spécialiste des réalités sociales Editions d’En Bas, Lausanne, on me signale avec passion « Une goutte de splendeur » chronique de la vie d'un enseignant, du tessinois Fabio Pusterla. "Un petit bijou"...  Quand le professeur saisit pile  l’instant où l’adolescent entre dans l’acte de lire: une réflexion opportune sur le rôle de l’école.

    Alors cet ouvrage devient peut être le plus important du Salon...

    japon,tamedia,germaine cousin,editions d'en bas,le courrier,gutenberg,rts,28ème salon du livre de genève,falconnierCar l’avenir du monde de l'Edition appartient-il à l'électricité ou au papier  ?? Entre Androids et autres tablettes ou bons vieux livres dont on tourne les pages….Derrière les choix individuels des actuels scolaires, des enjeux économiques majeurs de "l'industrie du Livre". Putatifs et prospectifs!

    Le Salon 2014 avait bien identifié les Pôles thématiques : la Scène Suisse, la Scène du crime, la Place du Moi, l’Apostrophe, la BD, la Jeune Photographie Suisse et son  sol photo  marbré sur lequel nous étions autorisés à marcher…

     Près de la Scène Suisse, rencontre  impromptue avec une sacrée valaisanne: Germaine Cousin rts,28ème salon du livre de genève,falconnierZermatten et son sourireUn tempérament, cette mamie. Souvent invitée sur les plateaux car un « bon client » comme on dit en télévision. Ses remèdes de Grand-mère sont son combat. Motivation juste au sens où elle ne prétend pas guérir par les plantes mais donner les recettes de prévention qu’elle tient de la tradition orale de sa vallée d’Hérens. Souvent à base de végétaux ou d'essences. Son positionnement invalide de facto ceux qui dans le passé la jugeaient illuminée. Elle mérite au contraire grand respect pour avoir récolté puis  transmis un savoir pluri-centenaire alpin qui allait se perdre. Dame d’un contact simple et abordable dont la pleine forme physique et intellectuelle valide la démarche. Elle me confie avoir  91 ans et 15 ans de projets devant elle au minimum dont une Fondation. Business woman en plus, la butineuse d'alpages !


      LE JAPON EN LIGNE ELEGANTE

    rts,28ème salon du livre de genève,falconnier Le 28ème Salon du Livre et de la Presse de Genève n’a pas de fin.

    Dix tablettes connectées ne pourraient épuiser tout ce qui pouvait être dit, entre les remises de prix, les éditeurs que je n’ai pu visiter sur stand, les discussions possibles avec les écrivains, définitivement perdues…

     Alors je suis allée vers l’invité d’honneur, le Japon qui fête les 150 ans de relations diplomatiques suisso-nippones.rts,28ème salon du livre de genève,falconnier

    Sublime lieu clair, fleuri,  à la ligne épurée, élégant.

    rts,28ème salon du livre de genève,falconnierVite! Découvrir  les auteurs du Pays du Soleil Levant.

    Surtout ceux dont l’écriture est à l’image du stand, une écriture épurée,  "design" qui  retient de  la réalité uniquement l’essentiel.

    Le reste n’étant que paroles inutiles envolées.

    Aligato.

                                                            Sylvie Neidinger


        Crédits photos ©Sylvie Neidinger

    rts,28ème salon du livre de genève,falconnier

  • Blème: toujours pas de statistique de blogs TDG. Explications talkSpirit?

    Imprimer

    Désolée. Encore de la cuisine interne numérique qui n'intéresse pas le lecteur.

    Désolée. Mais j'ai le mental 1000/100% enquêteur. Jusqu'à  obtenir résultat, sans jamais lâcher prise. statistiques blog,tamedia,talkspirit,cusine interne

    Toujours pas de réponse au problème déja signalé ici il y  a deux jours:

    2013/10/31/blogeurs-de-tdg-vous-avez-vos-statistiques ?

    Nous sommes le 3 novembre, matin. Toujours pas de statistique du 01/11 ni du 02/11. Alors qu'auparavant elles tombaient dans la nuit du jour qui suivait.

    Pour le blogueur cette mesure mathématique est importante.

    Il sait quel article, quelle thématique a le vent en poupe ou non.

     C'est un tableau de pilotage. Qui motive pour rédiger l'article suivant. Car le bloging est une activité hyper chronophage non rémunérée.  Soucis largement compensés par la satisfaction d'un lectorat qui suit, qui réagit à sa manière par ses clics, son volume.

    Lectorat que le blogueur couve comme le lait sur le feu....

    Les haloweeneurs grimés ont-ils eu raison des stats de la Tribune?

    statistiques blog,tamedia,talkspirit,cusine interneUn commentateur @Pacha dont le blog était hier  à la une des blogs  les plus lus de 24H confirmait dans les commentaires. Pas de stat chez lui non plus depuis Haloween sur cet autre portail numérique du groupe Tamedia.

    Il faut cesser de chercher des explications à droite à gauche. La question est désormais posée à l'hébergeur des blogs Tribune de Genève et  son gestionnaire.

     TALKSPIRIT HEBERGEUR PARISIEN DU SITE FRANCOPHONE TRIBUNE DE GENEVE

    Y-a-t-il  un changement de  politique? Les stats vont-elles tomber à un autre rythme ?

    C'est volontaire de la part de TDG ou subi ?

    Les organismes fournisseurs des stats à TDG modifient-ils leurs contrats?

    Ont-ils une panne ?

    La croissance des blogs est-elle lourde à gérer et physiquement (moyens informatiques) et financièrement ? Ce qui peut se comprendre-

    Au passage : MERCI  TDG d'héberger autant de blogs et de pages lues.

    Veut-on individualiser le suivi ? Pousser le blogueur à s'abonner lui-même à des organismes qui produisent l'analyse de fréquentation?

    L'obliger à aller vers Facebook et ses stats, option déjà possible?? 

    Nombreuses sont les sociétés présentes au Salon Swiss ecom pour le référencement payant  qui proposent le  suivi ad words et compagnie...

    On lit en bas de page  qu'un certain organisme talkSpirit supporte les blogs de TDG .

    statistiques blog,talkspirit,cusine interne

    Basé en région parisienne. Son credo sur site :

     Depuis 2004, talkSpirit apporte aux entreprises et aux organisations des média sociaux, plateformes collaboratives, des réseaux sociaux pour gagner en compétitivité. Les plateformes collaboratives développées par talkSpirit permettent de travailler plus efficacement à l’échelle de l’écosystème de l’organisation. Plus de collaboration, c’est plus d’idées et savoirs échangés, plus d’intelligence collective, plus de performance, tout simplement. La plateforme collaborative permet ainsi de réunir toutes les parties prenantes au sein de différents espaces de travail ou communautés pour partager des contenus, partager les connaissances, innover, travailler ensemble au sein d’un projet. Utilisées pour l’animation de réseaux, de communautés d’intérêts, de communautés de pratique… la plateforme collaborative talkSpirit permet de renforcer la relation avec vos publics, partenaires et clients. Déclinée sous la forme d’un réseau social pour les employés, la plateforme collaborative talkSpirit améliore la communication interne, fluidifie et dynamise l’échange d’informations, facilite la gestion des connaissances, stimule le partage et la veille collaborative, stimule l’innovation ouverte ou open innovation.

    Je vais essayer de comprendre demain lundi  en me rapprochant de cet organisme.

    C'est un réseau pour entreprises visiblement. Ils ne tiennent pas un langage presse. Ils  parlent de clients, d'employés...De plate forme collaborative client, outils social CRM : univers professionnels complètement différents !

    BLOGS DE PRESSE: LES MEDIAS DANS LE MEDIA

     Tribune de Genève porte  le poids  de ses " clients blogueurs" sur sa plate-forme probablement immensément plus lourd que la normale d'une entreprise  basique et son petit réseau social de clientèle, indéniablement.

    Puisque c'est lui même un média !

    Question fondamentale: le néo-micro-média nommé blog de presse prend-il une extension difficile à gérer pour le média nommé TDG qui la propose effectivement gracieusement ? 

    Le nombre de blogs commence-t-il  à peser en gigas octets pour Tamedia?

    Autre constatation autour de la planète blogosphère en train de se construire sous nos yeux: le lectorat entre par le portail TDG mais pas toujours ! Le cliqueur entre aussi par référencement direct google par exemple. De facto le blog devient autonome vis à vis de son hébergeur TDG! Un micro-média dans le média TDG qui pourtant  doit financer la l'infrastructure logistique informatique ...

    Nous sommes  là dans les "terra incognita", les territoires nouveaux  de l'information, de la révolution numérique.

    Et un casse-tête de plus du modèle économique de la presse en  gravissime crise mutation.

     A noter, TDG n'impose pas de page de pub sur les blogs.

    Quel est le modèle économique de cet hébergement ??

    A tâtons...TDG avait à un moment donné une hyper visibilité aux blogs qui étaient placés en time line à gauche du site numérique d'info. Ils furent ensuite  mis à part dans un onglet blog difficile d'accès, comme cachés. Puis un onglet blog plus visible est revenu. Tout ceci en 2 ans !

    La blogosphère, elle, est têtue, elle vit sa vie. Et sa croissance.

     Les articles référencés sur google sont lisibles par un clic direct. Sans même  passer par le portail TDG ! Là est  peut-être le problème de l'hébergeur-financeur Tribune ? Chaque blog devenant son propre petit média autonome.

    Hypothèse : les blogs deviennent-ils si   lourds à gérer...  au point de ne plus être suivi en statistiques ?

     TDG pourrait peut-être expliquer le changement /stats?

                

                                                                                                    Sylvie Neidinger


    8 novembre 2013 : les statistiques reviennent bien le lendemain matin. Merci TDG.