01/10/2018

Macron adore la provoc'. Il en rajoute chaque jour. Aujourd'hui le selfie des torses nus. On ne suit plus...

Il n'en rate pas une. Chaque jour que dieu fait E Macron ajoute le cliché ou la provoc' langagière qui hérisse.

Aujourd'hui des clichés pris en corps à corps à Saint-Martin  avec deux individus dont un  torse nus et contre lequel il se colle. Les selfies ont bon dos !#macron,selfie,provocateur,pré&sident provocateur,doigt d'honneur,corps à corps,irrespect,tableau de chasse médiatique

En outre, les personnes en question font le doigt d' honneur.

Un selfie qui fait fulminer droite, extrême-droite et autres.

Les lecteurs du Figaro expriment leur lassitude face au "happening permanent"

A chaque déplacement il créé du buzz négatif. Le protocole est fait pour éviter ces situations; Ils est président tout de même. A sa façon, il abîme la fonction. Il se ridiculise.

On se souvient de la leçon de morale longue et lourde à cet ado juste par ce qu'il l'appela "manu".

Ici, Le doigt d'honneur a  été voulu, par ce  Président atypique.Qui tolère ce geste.

Qui installe la provoc' comme mode de gouverner. Lui qui se décrit comme réinstallant la fonction présidentielle dans sa dignité : beau mensonge électoral.

Ceci étant acquis, on s'aperçoit dans la foulée que l'on parle en permanence de Lui de ses phrases, ses frasques. Il anime le show de cette façon. Facile.

Du coup le locataire de l'Elysée monopolise l'attention sachant qu'il s'agit de provocation volontaire...

Un  président peut et doit aller au contact du terrain. Mais pas pour ramener ce genre de cliché dans son tableau de chasse médiatique.

A savoir, personne ne l'a souligné Macron dans son périple, s'introduit chez ces jeunes qui chez eux sont torse nu.

Difficile de dire qu'ils ont manqué de respect  ne s'habillant pas. Le président s'est introduit à leur domicile par surprise.

Peu de dirigeants se prêtent à ce genre de populisme. 

Macron est lui " gratiné".... De plus,  extrêmement perturbant d'inconstance.

En avril un retraité vosgien qui lui a fait un doigt d'honneur fut interpellé et passa en jugement.

Ici tout est ok pour lui. Il défend même ce selfie.. Deux poids deux mesures.

Le doigt d'honneur antillais est même défendu et valorisé par ce  président  juste ....insensé.

Le locataire de l'Elysée ne comprend toujours  pas que, en terme de com' , un seul cliché provoc' va effacer tout le positif de son voyage.

Il va se plaindre ensuite que la presse ne focalise que sur les détails. Et donner ses supposées leçons de journalisme...

Alors que c'est lui-même qui provoque ce... circus.

 

                                                                                Sylvie Neidinger

 

(cliché capture Le Progrès)

T'es pas habillé. T'es torse nu : le Président de la République t'enlace ! Ensuite, tu peux faire  le doigt d'honneur...Il te l'autorise. Toi , tu ne passes pas par la case Tribunal ( d'autres oui.., dans les Vosges)

#macron,selfie,provocateur,pré&sident provocateur,doigt d'honneur,corps à corps,irrespect,tableau de chasse médiatique

Analyse du politogue PH Moreau Chevrolet

"Bien sûr, tous les présidents font des bains de foule. Beaucoup aiment particulièrement l’exercice d’ailleurs. C’était plutôt même une bonne idée de faire ces bains de foule aux Antilles, un terrain plus chaleureux, plus sympathique à l’égard du président qu’en métropole. Mais dans ces situations-là, lorsqu’on s’aventure sur des terrains que l’on ne maîtrise pas, un président de la République doit accepter d’avoir une oreille pour son entourage et de ne pas sortir du cadre. Or samedi, Emmanuel Macron a bouleversé le programme en s’engouffrant dans un immeuble au hasard. Il se retrouve alors dans un appartement avec deux jeunes torses nus, dont l’un fait un doigt d’honneur à l’objectif et le second est un ancien braqueur à qui le président tient un discours qu’il aurait pu tenir à un enfant de trois ans. Il lui fait promettre de ne pas recommencer ses bêtises pour ne pas faire de peine à sa maman.

Quand on est Président de la République, que l’on engage à tout instant la France, cette scène n’est pas concevable. Ces improvisations sont d’autant préjudiciables aujourd’hui qu’il y a une violence beaucoup plus forte à l’encontre des Présidents de la République dans les médias, sur les réseaux sociaux et sur tout le terrain. Il suffit d’une ou deux seconde d’images pour que tout s’emballe. Claude Chirac, qui conseillait son père en communication, veillait particulièrement à ce qu’il ne soit jamais ainsi mis dans des situations embarrassantes de ce type. Nicolas Sarkozy avait aussi pléthore de conseillers en communication. Ce qui n’empêchait pas des couacs"

L'humoriste Fabrice Eboué sur Macron dans sa relation selon lui avec les "noirs torse nus"

"/C'est-à-dire que, dès qu'il voit des Noirs, il s'émoustille. Dès que c'est des Noirs torse nu. Ça a commencé à la finale de la Coupe du monde. Il était dans le vestiaire avec les joueurs noirs torse nu et le mec a pété un plomb. (...) Là, à Saint-Martin il est avec le mec, il lui dit : Oh, t'es costaud, toi, tu devrais faire du bâtiment. Et puis il le tâte. Tu sais qu'est ce que c'est que cette histoire, Monsieur le président de la République. Vous avez trop regardé Case départ ou quoi ?"(..)

« J'étais à l'école avec Macron »#macron,selfie,provocateur,pré&sident provocateur,doigt d'honneur,corps à corps,irrespect,tableau de chasse médiatique,antilles;#blogneidinger,macron circus,vosges,fabrice #eboué,#amiens

Mais, comme le mentionne Fabrice Éboué dans la suite de la vidéo, il partage un lien particulier avec Emmanuel Macron : une jeunesse amiénoise. Et il ne manque pas d'ironiser dessus dans la fin de sa vidéo. « J'étais à l'école avec Macron, j'étais à la Providence à Amiens. Et je m'en rappelle : dès qu'on était dans les vestiaires en cours d'EPS, dès que j'étais torse nu, tout de suite, il s'émoustillait. Il venait vers moi comme ça. J'ai dit : Mais laisse-moi, Emmanuel, va voir la prof de français. » « Mais c'est une aubaine pour nous les Noirs, il y a un mouvement qui peut se mettre en marche. Si vous avez une demande au président de la République de logement, de boulot, que vous êtes Noir, allez demander torse nu. Il va s'émoustiller et c'est gagné. (...) Il y a eu les sans-culottes, il va y avoir les sans-tee-shirts », conclut-il.

Des clichés qui apportent de l'eau au moulin de la théorie de Eboué sur le penchant du président pour les torses nus..blacks ! Concert Elysée (JUIN 2018)+ Mendy au vestiaire de la finale de coupe du monde (JUILLET 2018)

#macron,selfie,provocateur,pré&sident provocateur,doigt d'honneur,corps à corps,irrespect,tableau de chasse médiatique,antilles;#blogneidinger,macron circus,vosges,fabrice #eboué,#amiens

 

13/02/2014

Bureau ovale, journalistes en goguette, américains stupéfaits

A l'heure du média à vitesse éclair, la visite d'Etat du Président français aux USA sera symbolisée par quelques images seulement. On retiendra François Hollande posant seul entre le couple Obama et....les photos hors normes postées sur tweeter des journalistes dans le Bureau Ovale.bureau ovale,selfie,thomas wieder,obama,hollande,journalistes obséquieux

Ces gogos en goguette s'y tirent les auto-portraits (selfies...) avec en fond deux petites têtes qui dépassent.  Juste celles de deux présidents: celui de la puissante invitante et première puissance mondiale et de son invité.

Ces clowns de presse en vacances  commettent un sacrilège car le lieu est éminemment symbolique, celui du pouvoir US, qu'il leur a été par exception permis de visiter.

Idem le pupitre de presse US et son nouveau porte parole...

Un certain Thomas Wieder, salarié  d'un journal qui fut un temps sérieux lui aussi, le Monde, a pris la vedette. Il va désormais être vedette du web et de ses détournements à l'infini.

 bureau ovale,selfie,thomas wieder,obama,hollande,journalistes obséquieuxLes américains sont en tous cas offusqués.

On peut contre-argumenter en disant que c'est de l"humour, que Barak Obama 'himself -selfself" a lui même fait un selfy déplacé aux obsèques de Mandela.

Or ce qui ne va pas avec les trublions du bureau ovale est le comparatif.  Les mêmes,  lorsqu'ils franchissent les portes de l'Elysée se plient à l'étiquette, à la déférence.

Il faut  se souvenir combien les mêmes "professionnels de l'info" furent obséquieux lors de la conférence de presse à l'Elysée, lieu de pouvoir qui les rendait amnésiques au point d'omettre de poser des vraies questions  à l'anglo-saxonne.

Ce que démontre ce comportement de colonie de vacance des journalistes sélectionnés pour accompagner François Hollande ?

Leur habitude à côtoyer le pouvoir, dans une grande proximité au point de tout mélanger!

Une notion d'indépendance de la presse si lointaine des critères anglo-saxons...

Le pool sélectionné pour entrer  était  une sorte de "garde rapprochée médiatique" de François Hollande.  Thomas Wieder est  pour le Monde  "chargé de l'Elysée et du gouvernement"

(d'ailleurs, sa rédaction le soutient dans cette affaire !!!)

Ils entrainent avec eux dans cette action  toute l'image de la communication du Président Hollande ridiculisée.

Si même le chroniqueur de gauche Roger Bruno-Petit le dit....:

"Ce selfie dit ce qu'est devenu l'autorité présidentielle sous François Hollande, une dérisoire hochet prétexte à se balader dans le monde entier, sous l’œil ébahi des citoyens internautes.

Ce selfie ridiculise aussi et surtout François Hollande... Qu'est-ce donc que ce président si peu sérieux, si peu grave, si peu président finalement, qu'il en est réduit à laisser suivre ses activités par des journalistes qui ne se tiennent pas mieux que Loana dans le "Loft" ?

Ce ne serait pas grave, en vérité, si cela ne touchait pas à la communication élyséenne, soit au cœur du réacteur de l'image présidentielle. Dans cette affaire, le coupable, ce n'est pas l'auteur du selfie, c'est le président lui-même. C'est en cela que l'anecdote prend sens et s'avère inquiétante."


On continue: cela ne serait pas si grave en vérité si cela ne touchait à l'image de sérieux de la France. Crédibilité  que d'autres tels les chefs d'entreprises qui ont des produits et des services à vendre préféreraient voir .

Plutôt que les clowneries vaseuses et l'amateurisme absolu.

L'image si légère est terriblement contre-productive car elle va donner du carburant au "french bashing" en désignant au delà de l'attitude des journalistes en question un peuple peu sérieux, pas fiable.

Le story- telling hexagonal continue décidément son vaudeville....

                                                               Sylvie Neidinger