03/07/2017

Trump en harcelant journalistes et médias, humilie les USA (Daily News)

En humiliant les femmes - les femmes et leur sang, une fois encore (bizarre) -  les hommes journalistes, les médias par tweet, Donald Trump fait bouillir la marmite qui bout sous lui: son pays.trump vautour.GIF

Moins il met en place une bonne gestion administrative, plus la presse le critique et plus il répond en attaquant la presse au lieu de se remettre en question, lui.

Lumière brillante, phare d'intelligence autoproclamée, cet homme à la dérive  ne peut se remettre en question puisqu'il est Monsieur Parfait.

L'Amérique est en grand danger, prise dans le piège du dingo qu'elle s'est choisi comme président.

Nombreux réagissent avec un énorme sentiment de malaise voire de honte.

http://www.courrierinternational.com/une/etats-unis-trump...

Le titre du New York Daily News est terrible. Il résume l'ambiance délétère qui s'installe jusque dans les rangs républicains.

 En réponse les deux journalistes attaquée ad hominem s'interrogent sur la santé mentale.

 Il fait l'unanimité contre lui.

 

                     TRUMP HARCELE JOURNALISTES ET MEDIAS

 

La salve de vendredi ne suffit pas. Il continue dans un jeu sans fin qui s'apparente au harcèlement.

Dans une focalisation et phobie maladive, le président des Etats-Unis en remet une couche samedi matin. Et dimanche avec son  tweet délirant où il tabasse ....CNN.

Qu'il publie à l'heure où des manifestants réclament son départ dans les rues de 50 villes US pour destitution.

Les journalistes et médias signalent que cette vidéo violente met un scène un tabassage symbolique de journaliste : image dangereuse pour eux.

Le monde entier commence à se moquer.

Le roi est nu, désormais déclaré fou suite à l'observation de SON comportement et non par attaque politique contre lui (comme ses soutiens pourraient le dire).

Le président  passe son temps à attaquer les médias au lieu de diriger le pays.

Il est complètement dingo, taré, givré, cinglé. Amérique humiliée.

Un titre au hasard : paranoia.

Jusqu'à quand? Et jusqu'à quel incident ?  qu'il provoquera immanquablement ....

 Le Washington Post publie  l'article le plus court de son histoire." Stop. Just stop."

Mais la machine folle Trump semble impossible à se calmer.

                                                                        Sylvie Neidinger

usa,trump ; cinglé,fou;journalistes,femmes,sang,harceleur,malade mental médias

                                                                                       

 

 usa,trump ; cinglé,fou;journalistes,femmes,sang,harceleur,malade mental médias*On se souvient de la terrible Une du Spiegel

* Donald Trump is not well Washington Post Version originale

*bon résumé sur Slate 'article " Roi fou":"Reste que le résultat n'aura été que chaos et confusion, contradiction et paralysie. Il est désormais évident que le président des États-Unis est quelqu'un qui ne lit pas ses dossiers, n'écoute pas les conseils des experts du renseignement ou de n'importe quel autre domaine, pérore sans réfléchir à la cohésion entre ses paroles et l'action de son gouvernement, est apparemment incapable de construire une phrase avec un sujet, un verbe et un complément, est susceptible de révéler des secrets d’État à une puissance étrangère et ne semble respecter ni la vérité ni la Constitution (du moins en ce qui concerne la liberté religieuse et la liberté d'expression). Trump n'est peut-être pas fou, mais on entend de plus en plus qu'il pourrait souffrir de démence sénile, qu'il serait intellectuellement déficient ou atteint d'un quelconque trouble de la personnalité."

*Excellente analyse du fake sport de Trump : le catch comme sport bidon

*La réponse humoristique de CNN à Trump !"Mon nom est CNN et j'ai été agressé par le Président des USA"Lundi, l'écrivain Mark Humphries a tweeté en réponse une vidéo créée par Viceland (la chaîne du site d'infos Vice) et qui reprend les codes de la vidéo diffusée 24 heures plus tôt par le président américain. La séquence démarre d'ailleurs par celle-ci, suivie du témoignage du logo CNN agressé par Trump: "Il y a beaucoup de risques associés au métier de journalisme mais je ne savais pas qu'être tabassé par le président en serait un et pourtant. Mon nom est CNN et j'ai été agressé par le Président des Etats-Unis".