rhône

  • Gen'Eva, Genua, la fondatrice

    Imprimer

    J'aime les musées, Genève et donc les musées de Genève.genève,archéologie,mah,genova,statue,rhône

    On ne peut comprendre le présent sans l'épaisseur de l'histoire. Nous sommes forgés par le passé.

    Dans la salle du MAH -musée gratuit- dédiée à l'archéologie régionale, le visiteur a rendez-vous avec une genevoise parmi les plus charmantes et girondes.

    LA GENEVOISE, Genua?

    En fait une tête dite de "déesse au diadème" [et boucles d'oreilles ma chère] surgie des eaux sur le bras gauche du Rhône près de l'île, lors des travaux des Forces Motrices en 1884.

    Elle date d'un atelier gallo-romain, conçue en marbre de marmara.

    Certains voudraient qu'elle fût la déesse locale Genova ou Genua.

    Mais la mystérieuse reste de marbre. Bouche fermée. Muette sur son identité.

    Historiquement l'artefact archéologique sauvé des eaux -par miracle !- est non informatif. Aucune dédicace, rien.


    Elle a même subi décapitation et nez disparu, dégradations dues à  l'immense orgueil humain qui croit faire table rase du passé en détruisant des objets sans défense.( Cela produit actuellement au Proche-orient au marteau piqueur et à la dynamite par des ignorants....)

    Toutefois, la symbolique de cette dame si bien coiffée malgré quelques siècles d'immersion est ultra puissante, comme ...pour signifier qu'elle est importante pour la ville. Voire fondatrice.

    Car la  naïade revoit le jour,  trouvée non seulement au coeur du système urbain local mais au fond du Rhône - lequel est lui même identificatoire de la ville qui se créé en confluence du lac, du fleuve et de l'Arve.

    L'endroit effectivement le plus symbolique de la ville. La statue  prend de facto sa  dimension mythique en tout état de cause.

    Qu'elle soit la statue vénérée au IIIème siècle au titre de la déesse attestée nommée Genua/Genova ou... sa parèdre.

    Son long baptême aquatique  permet de proposer de la nommer... Gen'Eva !??

                                                                             Sylvie Neidinger

    Musée d'Art et d'Histoire  MAH de Genève

    genève,archéologie,mah,genova,statue,rhône

     crédit photos Neidinger

  • Genève d'un point de vue original: perspective du Rhône vers... l'amont à Seyssel

    Imprimer

     Trouvé sur le site de geol-alp.com un cliché- dont l'auteur se nomme Maurice Gidon- fort intéressant.

    La perspective est inversée par rapport à l'habitude que l'on a de "lire" les paysages d'un fleuve vers l'aval !

    C'est extrêmement scientifique que de bousculer les habitudes et chercher d'autres voies d'observation  SN

     

    crédit images /capture d'écran du site évoqué

     

    Capture.GIF

    Lien permanent Catégories : A-GeneVie, A-Grand Genève 0 commentaire
  • Le Rhône: réparation d'un fleuve

    Imprimer

    Rendre ses bras au fleuve ! Rétropédalage.  Déconstruire ce que main de l'homme a mal fait.geneve,léman,rhône,fleuve,restauration,barrage electrique

    L'ingénieur Girardon, au XIXème siècle avait  entre autres, trop aménagé au béton les rives du fleuve.

    Le rétrécir pour le rendre navigable.

    Pas seulement. Avoir posé  des.... marches d'escalier: les barrages pour turbiner l'eau et produire de l'électricité.

    Le vieux Rhône, dit  en "débit réservé" reçoit 10 mètre  cubes/seconde là où il en avait  400 450.

    On parle ici de Rhône court-circuité pour la CRN, compagnie électrique. Faible débit, centrales nucléaires = augmentation de température.

    Aujourd'hui: 1/3 du fleuve fonctionne avec un à 5 % de son eau "normale" !

    Une "incision" qui réduit drastiquement la largeur et creuse le fond que l'on a même...pavé à gros blocs de pierre. Eco-système mis à mort.

    Aujourd'hui, on restaure les bras, les débits, les vitesses..... Les espèces naturelles reviennent dans les lônes restaurées.

    geneve,léman,rhône,fleuve,restauration,barrage electriqueLe fleuve sauvage  étouffé, revit.

    Mais pas partout. Et pas en volume.

    Des barrages hydro-électriques l'aménagent massivement et en limitent les flots destinés aux bras annexes.

    Tout est aujourd'hui négociation entre différents acteurs: politiques, scientifiques, producteurs d'électricité.

    La température en été monte à 27 ° en raison du changement climatique et des centrales nucléaires. Définitivement trop chaud.

    Rhône surexploité. Un équilibre à trouver entre les besoins de nature et les besoins d'énergie.

    Rendez-vous dans trois siècles.

    #BlogNeidinger signale un documentaire de C.J Parisot qui intéressera particulièrement les lémaniques, à la source du Rhône !

    Il passe ce soir vendredi 23 janvier sur Arte à 22h20 et  après en replay. SN

    rhone.GIF

     

    crédits images captures d'écrans de l'émission

  • Vélo maso

    Imprimer

    Désolée pour le caractère perso de la note mais la thématique est générale.

    Hier 29 je me rendais vers un "boutduborddulac" qui m'était inconnu, celui d'Yvoire pour la très intéressante expo Défilé alpin Mode et Montagne du XIXème à nos jours juste avant qu'elle ne ferme au 31 octobre.

    En mode écolo-économique-développement durable. Donc programme: train+vélo (en tout état de cause, les transports publics pour se rendre à Yvoire sont presque inexistants)

    Sur mappy: arriver en gare de Perrignier, traverser une forêt, arriver à Sciez puis longer le lac aux eaux sublimes du côté d'un rivage au nom imprononçable Excenevex puis Domaine la Rovorée (Yvoire).

    Une quinzaine de kms, trente aller retour: jouable.

    Y aller ou pas?

    La dernière  fois que j'avais roulé sur une départementale en bicyclette remonte à l'adolescence, un bail...Choix d'essayer à nouveau.

    Problème: le trajet réel  fut  immédiatement inquiétant. Sur ces routes souvent larges et droites, donc magnifiques, les véhicules roulent à la vitesse autorisée souvent 90km /h.

    Voitures et camions,  surtout si rien ne vient  en face, doublent donc à cette vitesse juste en se déportant  un peu à gauche.

    Et frôlent le cycliste  à un mètre à peine ...à 90 km/h, voire moins (80,70..) s'ils sont prudents. Mais cela fait encore beaucoup.

                                                  ROULETTE RUSSE

    Quelle inquiétude d'entendre arriver un engin mobile et de se dire à chaque fois: j'espère que le conducteur est bien là, qu'il ne regarde pas sur sa gauche ou son portable.

    Tension...alors que la route était bucolique: arbres et champs puis sublimes vues sur le lac.

    Sentiment de mettre sa propre sécurité dans les mains d'inconnus dont on ne peut préjuger du comportement. Roulette russe.

    La cycliste que j'étais se tenait le plus à droite possible sans embardée évidemment dans la stricte attitude du "partage de route" et sans atteinte au code de la route.

    Bien à la droite de la chaussée également  en pleine  ville à Sciez. Pourtant dans cette agglomération, une automobiliste (une "furieuse" au sens hoolywoodien du terme des Furious, à la "orange mécanique") descend sa vitre et hurle que je dois rouler sur le ...trottoir. Sympa! L'idéal évidemment est la piste cyclable quand elle existe.

    Sur ce trajet de bord de Léman, je traverse par deux fois des chantiers routiers, des travaux en cours dont les panneaux annoncent  des aménagements d'une  vélo route que le département 74 t les collectivités locales mettent en place.

    vélo,vélo maso,cyclisme,cg74,rhône,danger,sciez,excenex,chemin de halage,léman,route,véloroute du sud léman  Enfin à destination, je fais part aux chargées d'accueil du lieu culturel La Rovorée de cette difficulté vécue  à avoir "testé" le mode de transport vélo sur route normale.

    Par le plus grand des hasards,  arrive sur ces lieux une employée, visiblement en  retard. " Il vient d'y avoir un gravissime accident, dit-elle- vélo,cyclisme,danger,sciez,excenex,chemin de halage,léman,route,véloroute du sud lémanil y a 10mn: une cycliste renversée".

    Exactement là où j'étais 10 mn avant. Sur la vélo route dit " internationale" et  "verte".

    Toutes mes intuitions n'étaient pas vaines. La roulette russe est bien tombée... sur une autre cycliste.

    Cette dame inconnue  touchée, fauchée, c'est nous tous en fait. Tous ceux qui prennent le vélo sur route ordinaire.

                                            VELO ROUTE INTERNATIONALE

     

    Renseignements pris, cette  voie est bien  dédiée au vélo mais "en partage": un peu ambigu comme programme..!

    Elle se nomme la Vélo route du Sud Léman. Elle est à caractère international, car  se connectant à la Suisse  pour un futur tour complet du lac. Donc connectée au Valais.

     "La véloroute du Sud Léman est en cours de réalisation et s’étendra sur environ 80 km. Elle a pour vocation de prolonger l’itinéraire du Léman à la mer par la rive sud du Lac Léman et rejoindre la Route du Rhône Suisse dans le Valais

    Un tel itinéraire à pour ambition de proposer un bouclage du tour du lac Léman certes, mais surtout un grande véloroute internationale le long du Fleuve Rhône (de sa source en Suisse jusqu’à la méditerranée) Celle-ci pourrai faire l’objet d’une inscription au Schéma des véloroutes européen Eurovélo.

     

    vélo,cyclisme,danger,route,véloroute du sud léman

    Je m'intéresse à cette vélo route et son aménageur qui indique sur site évidemment sa non responsabilité:
    "Vous vous engagez sur ces parcours sous votre propre responsabilité. Les collectivités et voiesvertes.com ne peuvent être tenus responsables des accidents qui pourraient survenir sur les itinéraires décrits dans ces pages. Bonne balade à tous."

    Cette phrase est exacte: le CG74 investit et améliore le réseau. Il ne peut gérer les comportements individuels comme ici, dans l'accident, celui du  premier chauffeur qui aurait évité le vélo en toute dernière minute, le second véhicule derrière n'ayant pas pu éviter lui car n'ayant rien vu, son champ visuel étant pris par la première voiture.

    Tout au plus l'aménageur public  peut-il  faire un affichage spécifique  signalant  spécifiquement une mixité vélo/route ?

    Et tout de même, gérer ce problème de communication majeur? Signaler que ces routes ne sont pas dédiées au cyclotourisme  pur car elles sont, en réel  hyper fréquentées par voitures et camions.

    A savoir le Chablais, enclavé, souffre de ses routes. Il y manque une voie rapide.

    De tout cela, je ne tire aucune conclusion à caractère général. Et très certainement aucune  contre l'opérateur public qui investit pour améliorer les routes, pour tenter de rendre les paysages de bord de lac faciles aux cyclos. Juste suggérer de faire attention à la communication sur la réalité de la densité et nature de la circulation.

    Une conclusion à titre privé toutefois : mon auto-promesse de ne jamais plus emprunter un vélo sur voie publique nulle part. Et pas spécialement en bord de lac !

    Donc plus jamais  en mode écolo-économique-développement durable.

    Juste garder l'aspect vélo loisir. Mais alors il faut aller le chercher le long de pistes cyclables spécifiques si elles existent.

    Comme sur les anciens chemins de halage (Rhône, Isère et autres fleuves) garantis hors circulation moteur. Car c'est bien  en proximité  du mode fluvial que la bicyclette trouve sa sécurité maximale.

    Historiquement, les bords du Léman  n'étaient pas concernés par le halage. Le lac étant  traversé toutes voiles dehors par de vrais coursiers rapides. Les chemins spécifiques n'existent pas.

    Il faut donc faire avec la mixité   si l'on veut malgré tout jouer à la roulette russe sur les routes bucoliques dites vertes (!!) ou noires. Cela se nomme le vélo maso.


                                                                   Sylvie Neidinger


    *Où rouler dans le "grand grand Genève"? Nombreux venant de Suisse ou France  s'arrêtent en gare de Bellegarde (Ain) et suivent les voies de halage du Rhône à bicyclette.