29/06/2013

Les Pieds dans la colophane

 La  colophane, résine issue du pin est enduite par le danseur classique sous forme de poudre sur ses chaussons pour faciliter l’accroche au sol.les pieds dans le colophane,matthieu barrucand,mugette !berment,compagnie choryphée,editeur chryspée

 Détail pratique d’un univers artistique: celui du pas glissé qui veut retenir quelque peu son temps de pose entre deux envolées.

Deux compères ont uni leurs quatre mains pour produire ce regard  introspectif sur la danse: Muguette Berment la journaliste et Matthieu Barrucand, le  danseur, chorégraphe, interprète,directeur artistique de la compagnie Choryphée.

Ils se la dansent plutôt...  tango. Droit dans les yeux en face à face dialogué.

L’une n’est pas vraiment  la plume de l’autre ! Les deux, si différents, produisent ensemble  un ouvrage original, polyforme, autour d’une passion commune.

De tous styles: des pages complètes  à  la première personne du singulier (10 fois  « je » en page 19) au « nous » employé dès que le travail d’équipe est évoqué.

Le chorégraphe  dit faire oeuvre d’artisan "face à" l’artiste danseur et au final, au public.

Un passionné : « Que fait-on du temps imparti entre notre naissance et notre mort ? Consacrer entièrement sa vie à la danse en risquant de sombrer dans l’emprisonnement de la passion de soi à travers l’autosatisfaction dans le travail du corps ? »(p27)

Il évoque ses premiers contacts, enfant, avec la lumière de la "vraie"scène, publique. Il est très jeune. Puis ses processus de création adultes. Ses rencontres avec Maurice Béjart et Sylvie Guillem etc.

En 2003, il fut invité en Suisse par  Floriane Vergères à chorégraphier pour le ''Jeune Ballet du Léman''. "Dans ses productions, il intègre parfois les élèves de la région, leur permettant ainsi de côtoyer des professionnels et de susciter des vocations."est-il écrit sur le site web.

Des passages sont traités en dialogues entre la journaliste et le chorégraphe.

IL SE MOQUE DES "CONTENTS-POUR-RIEN"

Plusieurs pages relèvent son point de vue sur les évolutions danse classique/contemporain. Il donne son mot sur  les divers grands chorégraphes du siècle :

« Il y a 60 ans quand la danse était exclusivement hiérarchisée (coryphée, sujet, danseur étoile) les solistes pouvaient facilement  parader autour de leur belle personne. Les chorégraphe de l’après-guerre puis Maguy Martin, Maryse Delente  jusqu’aux chorégraphes actuels se penchent sur l’être humain. Balayant la performance technique pour la technique au profit du sensuel. Nous avons vite fait le tour du lever de jambe derrière l’oreille… » p 31.

 les pieds dans le colophane,matthieu barrucand,mugette !berment,compagnie choryphée,editeur chryspéeIl se moque des faux nez avec humour : « que c’est long une heure trente de spectacle quand les idées manquent alors ces faux chorégraphes  n’hésitent pas à demander  leurs interprètes de gigoter dans une baignoire, de ramper sous le tapis, de hurler dans un haut-parleur, de balancer des serpillières trempées éclaboussant le public » Et le problème du multi-média utilisé à outrance...

Par respect pour la danse contemporaine, la vraie, il nomme ces inconsistants- suffisants les « contents-pour-rien » 

 Le livre "co-produit" est principalement une tranche de vie particulière, sincère  autour du chausson colophané.

 Elève de Rudy Bryans à Montpellier, qui reste  définitivement  son maître à danser et à penser Matthieu  Barrucand pose en exergue la magnifique assertion qui clôture cette note « ce n’est pas le chemin qui est difficile mais le difficile qui est le chemin »

                                                                              Sylvie Neidinger

 

Les Pieds dans le colophane. Isbn 978-2-919737-01-7 Editions Chrysopée. F-73000 Chambéry.