19/04/2017

BIG DATA contre sondages (obsolètes?)

Sondages contre algorithmes.   Les premiers sont devenus totalement inopérants. Récemment, ils n'ont pas prévu Trump, ni le Brexit, ni Fillon à la primaire.

Concernant les primaires de droite hexagonales,  un jeune étudiant me disait. "C'était bizarre. Les sondages annonçaient Juppé et moi lorsque j'interrogeais autour de moi ceux  clairement de droite, ils évoquaient Fillon. La droite du sud-est, normalement sarkoziste avait basculé. Il suffisait d'interroger les bonnes personnes! Quel décalage. Et mes potes de gauche votent pour Mélenchon massivement depuis le début"

Radio-copains plus fort que les sondages...

La présidentielle française 2017 va être probablement "saignante" pour les-dits  instituts.

Cela fait des mois qu'ils installent en tête le couple Le Pen/ Macron avec certitude au quart de  point près  quand par ailleurs ils confirment que  40% des votants potentiels  n'ont pas encore fait leur choix ou sont abstentionnistes. Bizarre et suspecte cette précision en tête dans ce contexte d'un gros tiers manquant !

Ces sondages finalement ne servent-ils pas juste  à modeler l'opinion en période électorale ???? Plutôt qu'à une photographie exacte du résultat au temps T.

La question est posée .

Les  limites de crédibilité  des sondage sont désormais atteintes. D'autant que de nouvelles méthodes d'étude d'opinion arrivent  basées  sur le BIG DATA,  avec les données récoltées sur le "bruit" fait sur les réseaux sociaux.

 https://www.sciencesetavenir.fr/politique/les-algorithmes...

Cette nouvelle méthode d'analyse  a prévu Trump et le brexit.

Pour la France et son élection, Filteris (entre autres) place F Fillon en position de passer le premier tour contrairement aux sondages. Et finaliser.

Il ne reste plus que quelques jours avant de savoir qui des sondages ou des algorithmes ont gagné les prévisions électorales !

La méthode -logique -du jeune étudiant n'est pas mauvaise non plus. Il me dit :" Le Pen? Non, car  les français ne veulent pas quitter l'UE ni revenir au franc.  Mélenchon-Hamon-Macron ? Non, ils ne veulent plus de la gauche qu'ils viennent de subir avec Hollande. Si ils veulent l'alternance donc c'est  à droite, ils votent pour Fillon, ancien premier ministre expérimenté et qui vient de prouver sa forte résistance."

C'est rationnel.

 Macron qui se compare au Christ, à Jupiter et Jeanne d'arc, une trinité à lui seul joue en plus  au séducteur de vieilles dames. C'est freudien mais  beaucoup moins rationnel. Ceci dit l'ovni boosté par les médias entend gouverner hyper verticalement et par ordonnances. L'Amour marketing, c'est juste pour les élections.

A voir, dimanche qui des sondages, des big data et/ou de "radio copains" auront  gagné.

Mais dans le fond, c'est hyper sain de savoir que les résultats ne sont pas courus d'avance. Sinon quid de la démocratie ?

En revanche, la manipulation d'opinion autour  "d'enquêtes" type sondage est scandaleuse.Avant l'égalité du temps de parole, Macron fut hyper boosté et valorisé dans les résultats sondagiés. Au point d'une overdose.

Le candidat Dupont-Aignan, convaincu de cette manipulation  posait cette question aux journalistes qui lui faisaient le procès hyper facile de leur part de "complotisme" : "cherchez à qui appartiennent les médias. Cherchez à qui appartiennent les instituts de sondage". Cherchez.

 

 

                                                                    Sylvie Neidinger

 

http://www.latribune.fr/economie/presidentielle-2017/presidentielle-2017-le-big-data-donne-fillon-au-second-tour-pas-les-sondages-qui-aura-raison-693731.html

http://www.latribune.fr/economie/presidentielle-2017/presidentielle-la-grande-trouille-des-instituts-de-sondage-690584.html

Présidentielles 2017: Blog-série n°14 du #blogneidinger