28/09/2018

Le Méprisant de la République, le tiroir caisse de la boutique, son bavardage externe...

Le Président Macron continue inlassablement à dégainer ses ires contre des catégories de la population. Un mode de fonctionnement.

Mon titre du coup ne varie pas en évoquant à nouveau le Méprisant.

En même temps c'est comme pour les pointer à la vindicte des autres : les derniers de cordée, ceux qui ne sont rien mais qui  traversent les gares, ceux qui ne traversent pas la route pour faire les bars, les gaulois irréductibles, les retraités, les  chômeurs....cadres, les étudiants qui se shootent à l'APL...

Il casse un consensus (Hollande avant lui) celui pour tout Président de la République digne de ce nom d'éviter de dégoiser à l'étranger sur son propre pays. D'éviter d'y aborder les sujets intérieurs.

Le Coq sur ses ergots  y va lui, au bakooza, pour s'exprimer autour  de sujets nationaux.

A l'étranger, le Méprisant de la République en rajoute. Au Danemark,  il  opposait aux protestants presbytériens locaux  ses gaulois réfractaires.

Soit un populisme crasse digne des années 30 : choc de périodes historiques et problématiques n'ayant rien à voir l'une avec l'autre

Attention l'individu se croit malin lorsqu'il exprime ses inepties stigmatisantes.

Il continue : avant hier après l'assemblée générale de l'ONU...Interviewé par  la chaine Bloomberg il affirme refuser " de donner de l'argent aux gens pour qu'il monte dans les sondages"

La phrase  un peu enfantine, à la Trump (donner de l'argent aux gens) est choquante. Pour lui gouverner se résume à  donner (ou pas ) du fric: quelle vulgarité!

Il confond la présidentialité avec la gestion du tiroir-caisse de la boutique. Gérer la tirelire.

Les français ne seraient en attente que de monnaie? Quel mépris.

Question: E Macron compte-il ses billets à la machine automatique ou à la salive avec le pouce ??

Il vient de transformer l'Elysée en marque commerciale pour mieux vendre son effigie...

Aujourd'hui vendredi 28 septembre  une catégorie professionnelle  passe à la casserole. Il  est question de dégressivité du chômage des cadres.

Un syndicaliste résume à juste titre : la France est gouvernée par le ...café du commerce.              

Il est fort méprisable du coup, ce méprisant.

                                                  Sylvie Neidinger

 

17/09/2018

Macron, Méprisant de la République

Un tract distribué cet été sur le Tour de France évoquait le Méprisant de la République.

Bien vu !

Dans le registre, Macron n'arrête pas.

Ses petites phrases qu'il ne maîtrise visiblement pas  démolissent médiatiquement  ce président à petit feu.

Ses paroles cash, brutales  et sans filet sont indignes de sa fonction.

Hier encore vis à vis d'un jeune chômeur. Avant hier donneur de leçon vis à vis de l'adolescent Manu. Après l'insupportable "gaulois réfractaire" d'un populisme crasse, les femmes illettrées et le reste....

La classe politique de droite comme de gauche trouve sa réponse ( je cite) "glaçante, insupportable, du  mépris de classe."

https://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/ins...

 

Il n'est plus un article sur lui sans évoquer son mépris.

Le pays a découvert le fonctionnement de Macron cet  inconnu sorti de nulle part, politiquement parlant. 

Elu par la bonne grâce d'un boostage médiatique inédit dans l'hexagone.

  Cela passe mal. Il y a dans le pays overdose de cette parole décalée, souvent narcissique, agressive et garantie méprisante.

 

                                                   Sylvie Neidinger