11/10/2016

Hollande, "cocufié" par la Pologne, snobe Poutine et se fait Père la morale (hypocrite)

Encore une grenouillade....

François Hollande qui avait soigneusement et inutilement dialogué en duplex international avec... Leonarda afin de demander à la demoiselle de revenir (...!) refuse la politesse à  Vladimir Poutine pour venir inaugurer le nouveau  centre culturel russe de bord de Seine.

On a la politique internationale que l'on mérite...

Cette semaine est cruelle pour  le  président français et ses tergiversations.

           LA POLOGNE NE LUI RENVOIE PAS LA MONNAIE   DE SA PIECE

Un peu "cocufié", trompé tout de même, le président socialiste! Dans cette affaire, il avait renoncé au contrat des Mistrals livrables à la Russie à la demande  de la Pologne justement.

Une renonciation qui d'une part a positionné la France comme pays ne sachant pas  respecter  un contrat industriel.  Une défilade qui d'autre part ,présente  un coût financier majeur non encore absorbé par la DCN .L'Etat n'ayant à ce jour rien réglé, preuve d'une grande improvisation.

François Hollande s'attendait (en retour de ce refus officiel de livrer aux russes les navires commandés) à bénéficier d'un achat, par la Pologne,  de 50 hélicoptères Caracal d'Eurocopter.     Or il est cette semaine le dindon de la farce!

La Pologne se défile et renonce au contrat hexagonal profit d'un armement américain.

Grosse colère du chef d'Etat impuissant qui annule une visite. Les polonais s'en moquent. Coup de froid.

 

                      HOLLANDE SE  RIDICULISE FACE A POUTINE

 

François Hollande est  cette semaine, d'une vulgarité et d'une impolitesse  sans nom  à oser jouer au chantage à l'invitation autour de la tradition d'accueil du  pays.

Poutine se moque en retour "quand François Hollande sera à l'aise, je viendrai"

La grande question qui agite le dirigeant français est l'actuelle offensive sur Alep.

Sur le dossier syrien, François vient  même de  réclamer le jugement de  Poutine par un Tribunal international.  Bigre.

Les éditorialistes s'étranglent :

 http://www.lepoint.fr/monde/ou-va-le-monde-pierre-beylau/...

 https://www.letemps.ch/opinions/2016/10/11/pitoyables-rod...

http://www.liberation.fr/france/2016/10/12/visite-reporte...

                         

 La diplomatie est un art subtil peut-on y lire...

C'est ennuyeux cette propension du président Hollande  à juger en "père la morale" car lui et  son ancien  ministre Fabius ont eux -mêmes des comptes à rendre devant leur population autour d eleur politique en Syrie. Ce qui n'a pas été fait à ce jour.

Le gouvernement français est  l'une des composantes du conflit syrien, par son soutien aux dénommés "rebelles", dans la lignée belliciste américaine.

  François Hollande a livré en  2012 /2013 des armes aux islamistes du front Al Nosra. (seul pays à le faire) Un front subordonné à Al Qaida. Ces armes  françaises se sont alors  immédiatement retrouvées en usage chez ces groupes actifs  et chez  l'Etat Islamique.

Rappel des exactions actuelles du groupe terroriste soutenu par l'équipe Hollande (Fabius à Marrakech)

La France fait partie de ceux qui initialement   mirent de l'essence sur les étincelles du conflit syrien, rangée  dans la coalition islamiste avec  le Qatar, l'Arabie Saoudite, la Turquie, les USA,  GB, etc..

Tous avaient juste oublié ce détail: la très ancienne relation entre la Syrie et la Russie.

C'était un peu "pousse toi de là, on arrive" Imagine -t-on une seconde Poutine qui aurait intimé à Israel pays de sphère état-uniène en disant "poussez-vous je m'installe".

Les "printemps arabes" que le patriarche maronite nomma l'hiver arabe arrivèrent à point nommé pour installer cette politique expansionniste occidentale dans la zone...

                 HOLLANDE PEPERE LA MORALE

 

Il joue au donneur de leçons comme son ancien ministre des affaires étrangères pratiquait la  diplomatie de sermon.

Se donnant à soi-même bonne conscience et bons points  !

Répétition: la France est l'un des acteurs  du conflit  néocolonial qui agite le proche-orient  pour redécoupage et contrôle au motif des intérêts gaziers et pétroliers. Ce, dans la foulée de  l'invasion américaine en Irak.

Acteur en Syrie  comment ? Par groupes rebelles interposés opportunément baptisés "modérés"pour vendre le sujet à la population. Ce qu'ils ne sont absolument pas.

Ce jour, la France de Hollande continue à soutenir  avec ses alliés,  les rebelles islamistes à Alep et ailleurs, dont  certains... coupeurs de tête  (type Fateh el cham entre autres groupes rebelles de même joyeuseté...)

Un groupe proche des américains vient de décapiter un enfant de 13 ans.

La même info en anglais :

Je cite l'article "Un deuxième extrait montre un combattant procédant à la décapitation du garçon, lequel n’émet aucun cri de protestation, allongé à l’arrière du camion. Son forfait accompli, le combattant brandit la tête de la victime et lance : "Voilà ce qu’on fait de tes hommes Bachar. Bientôt, il ne restera plus personne à Handarat."
Handarat est une localité du nord d’Alep, qui marque une ligne de front entre les forces du régime syrien et les combattants rebelles. Dans cette zone se situe, depuis 1962, un camp de réfugiés palestiniens.
Cet acte ignoble a été commis par des hommes du groupe de combattants rebelle Noureddine Zinki, considéré comme "modéré", notamment par l’Arabie saoudite, le Qatar et les États-Unis qui lui ont fourni officiellement des équipements militaires pendant plusieurs mois, au moins jusqu’à fin 2015.
Face au tollé suscité par ces images, le groupe rebelle a publié un communiqué, mercredi, où il affirme que cet acte est une  "une erreur individuelle qui ne représente pas la politique générale du groupe". "Les personnes qui ont commis cette infraction ont été arrêtées et confiées à une commission d’enquête", ajoute le document.
Le département d'État américain a réagi à son tour et declaré qu'une enquête était en cours et que si cette bavure venait à être confirmée, les États-Unis pourraient suspendre toute aide à ce groupe."

Voici donc le style des rebelles "modérés " soutenus par les occidentaux à Alep. L'aide aux coupeurs de tête est bien  confirmée par les USA !

USA  actuellement en souci  autour d'un autre champ de bataille saoudien: le Yémen. L'Amérique du Nord  qui fournit la logistique militaire est inquiète d'y être accusée de crimes de guerre !

http://www.lefigaro.fr/international/2016/10/11/01003-201...

 Ils participent à la logistique saoudienne.

 *Sur Alep je donne à lire un article   de Jean Gowrié, chrétien originaire de cette ville qui s'époumone  sur son blog à établir  assez vertement une autre façon d'informer. Il est syriaque araméen.

http://independanceetverite.blog.tdg.ch/archive/2016/10/0...

 

*Sur Hollande et sa relation méprisante à Poutine, une partie de  droite française  crie au scandale. François Fillon considère que la France doit  maintenir sa relation diplomatique  avec...  Vladimir Poutine. Sarkozy réagit également, tout chef d'état qu'il fut. Mélanchon, à gauche réagit.

La définition de diplomatie (= double vue) consiste justement à rester en contact avec celui dont on ne partage pas la vision.

François Hollande est lui de courte vue.

La force de la France, ce petit pays fort de son droit de veto était son indépendance entre les deux grands blocs.

En ayant pris position dans un camp unique, elle a perdu son "+" diplomatique.

La gouvernance Hollande aura été sur ce plan lamentable.

 A suivre -voire précéder-en armeant ....la voie islamiste de l'Arabie Saoudite, du Qatar et autres alliés.

 

                                                          Sylvie Neidinger

 

 http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industr...

.http://www.ladepeche.fr/article/2016/10/20/2443143-stx-e...

02/09/2013

Vers la fin des pleins pouvoirs présidentiels carrément anti-démocratiques ?

Enfin la classe politique française sort de sa torpeur sur ce sujet: la faculté  totalement antidémocratique du Président de la république d'engager un conflit quand bon lui semble et sans en rendre compte à personne ! La Constitution le lui permet effectivement.

 La perfide albion cette vieille cousine, vient de donner une leçon magistrale au monde -et au passage aux français-en votant le refus de l'engagement en Syrie, épopée de cow-boy en dehors de toute voie légale.

François Hollande lance de la manière la pire qui soit deux conflits en moins de 9 mois!

Avec des relents de néo-colonialisme. Les deux nations en question sont d'anciens pays colonisés par la France: Mali et Syrie. Le tout sans l'aval de l'ONU.

NAPOLEON PAS MORT

Effectivement, il peut  venir l'envie, à ce Président, à l'heure du petit déjeuner, d'attaquer un pays. Et alors, rien dans le système politique hexagonale ne peut s'opposer à ce caprice !!!!

L'article 35 de la Constitution  prévoit que "le gouvernement informe le Parlement de sa décision de faire intervenir les forces armées à l'étranger, au plus tard trois jours après le début de l'intervention", un simple débat qui "n'est suivi d'aucun vote".

Ne récrivons pas ce qui a été bien expliqué :

Syrie: de gauche à droite, ils demandent un vote au parlement français

Des réactions à droite lues dans les Dernières Nouvelles d'Alsace :
Pour le député UMP Jacques Myard, qui fustige « l’amateurisme » et « l’aventurisme » de François Hollande, « il n’y a qu’une issue : demander au Parlement de rejeter par un vote toute intervention militaire. La démocratie reste la meilleure solution ! »

« La « politique de la canonnière de François Hollande est aventureuse », renchérit Philippe Meunier, député UMP du Rhône. Christophe Guilloteau, également élu dans le département, ajoute : « Si on met le doigt dans l’engrenage, jusqu’où cela va aller ? »

Mais aussi à gauche:

 Mélanchon veut un vote et dénonce l'atlantisme de la France

Excellente synthèse dans Le Parisien Qui décide des interventions militaires française mode d'emploi  Extrait :
"En , où le chef de l'Etat est aussi le «chef des armées» (article 15 de la Constitution) et le seul «garant de l’indépendance nationale, de l’intégrité du territoire et du respect des traités» (article 5), et où le Premier ministre est «responsable de la Défense nationale» (article 21), c'est l'exécutif qui décide en matière d'intervention militaire et les législateurs n'ont par définition pas vraiment leur mot à dire... sauf en cas d'urgence.

Lorsque le pays fait face à une menace «grave et immédiate» (ce qui n'est pas le cas dans le cadre de la crise en Syrie), le président a en effet le droit de s'octroyer des «pouvoirs exceptionnels» et de prendre toutes les «mesures exigées par ces circonstances», à condition seulement d'avoir consulté au préalable le Premier ministre, les Présidents des assemblées et le Conseil constitutionnel (article 16). Au bout de trente jours de pouvoirs exceptionnels, les parlementaires ont le droit de saisir le Conseil constitutionnel pour décider de prolonger ces pouvoirs d'un mois supplémentaire, ou de les suspendre. Mais ce genre de situation d'urgence ne s'est pas présenté depuis... 1961, après le putsch d'Alger visant à renverser le général de Gaulle."

Lorsque la France veut frontalement déclarer la guerre à un Etat ennemi, là aussi, le Parlement doit être consulté. «La déclaration de guerre est autorisée par le Parlement», stipule l'article 35 de la Constitution. Mais là encore, cette situation ne s'est pas présentée depuis... 1940.

Pour toute autre forme d'intervention militaire, c'est à dire hors cas d'urgence et hors déclaration de guerre à un Etat, les représentants du peuple français sont simplement tenus informés de l'évolution des événements. Les entrées en guerre au XXIème siècle se faisant principalement au sein de coalitions internationales sous mandat de l'ONU ou de l'OTAN, le chef de l'Etat prend sa décision en amont, en vertu de chartes internationales, de résolutions du Conseil de sécurité onusien, et de discussions avec ses alliés. Le président n'est même pas obligé de consulter le Parlement avant d'envoyer ses troupes "

LA DOCTRINE CHIRAC PRO- LEGALITE NON RESPECTEE PAR HOLLANDE

Etonnant : ces pleins pouvoirs du numéro 1 sont  habituellement le fait de régimes dictatoriaux  ! De plus l'expédition punitive de François hollande  vient rompre la DOCTRINE CHIRAC DE 2003.

A noter l'argument de l'ancien Président de l'Assemblée Nationale: selon Bernard Accoyer (UMP), «si François Hollande choisit de rompre avec la doctrine Chirac de 2003 sur l'Irak, c'est-à-dire que les forces françaises ne peuvent être engagées à l'extérieur que dans le cadre d'une opération de l'ONU, alors il doit y avoir un vote parlementaire à l'issue du débat annoncé». Selon l'ancien président de l'Assemblée nationale, ce vote peut désormais se faire grâce à l'article 50-1 de la Constitution introduit par la réforme constitutionnelle de 2008, qui prévoit que le gouvernement peut accepter un vote à l'issue d'un débat, vote qui n'engage pas sa responsabilité."

Le responsable du PS répond de la pire des façons en traitant de munichois *ceux qui veulent une clarté dans un engagement du pays hors de la  légalité internationale.

Et les Ministres M Touraine, Sapin etc..de venir ramer devant les médias pour justifier l'injustifiable mais légale position de guerroyer.

Il serait peut-être temps de modifier la Constitution française pour la rendre démocratique, non?

                                                                               Sylvie Neidinger


Extrait de mon commentaire posté le 2 septembre "Au XXIème siècle un homme ne peut décider seul d'une telle politique ( du pire en plus)
Je prends personnellement le pari que cette expédition est une affaire expédition Suez bis.(non pas GB plus France ) mais USA et France face à une réprobation internationale ...."Sylvie Neidinger

*Parler d'esprit munichois est scandaleux (Borloo)

François Hollande seul et piégé

14/04/2012

Sarko, son affiche et la mer: il prend l'eau!

Le Président Sarkozy donne à lire ces derniers temps  une intéressante corrélation de son Moi avec l'univers marin  par une série d'actions significatives décalées.

On se souvient. La première action   régalienne de gouvernance qu'il commet une fois élu en mai 2007   consiste à s'isoler au large de Malte   avec son épouse sur le Paloma, yacht de luxe appartenant à Vincent Bolloré. Un  site parodique met la balade navale surprise  en exergue.

Cet  acte politique manqué - se mettre en vacances en mer  au démarrage !-reste encore  aujourd'hui incompréhensible aux yeux des français car l'homme politique  fut élu sous la thématique de la valeur travail entre autres.

Acte 2 : Pour la campagne 2012, l'affiche retenue est composée à moitié dans sa verticale droite  d'une étendue aquatique   calme et bleue de rêve.

DSCN2169.JPG

(Avec un  petit scandale au passage. L'agence de création a repris  un cliché grec de la mer Egée trouvé gratuitement sur internet au lieu de se payer une photographie des eaux territoriales de la France !)

Il eut été prudent que Nicolas Sarkozy s'éloignât de toute référence maritime  qui donnait corps au souvenir mal vécu de ce yacht.

Mais probablement attiré par un futur bon jeu de mot du type  «  je ne suis pas capitaine de pédalo, moi, je dirige le navire France » le Président sortant s'est imaginé en Pacha.

 J L Mélenchon avait effectivement traité François Hollande de capitaine de pédalo lors des primaires.

A cette erreur initiale  du choix  sarkoziste  de la symbolique  croisiériste s'ajoute le « coquin de sort » qui s'acharne. Mauvaise chance, l'affiche de campagne sort en pleine tragédie italienne du Costa Concordia !

Acte 3 : le Président  déclare dans le JDD du 7 avril dernier «  je sens la vague monter » Phrase qui  a bien  fait  rire les surfeurs. Certaines vagues sont attendues longtemps voire  ne présentent jamais le bout de leurs gouttelettes.

Présence à Fukushima : mensonge délibéré ou « délire   à verbe ouvert »?

Acte 4 : N Sarkozy  déclare le 6 avril dernier à Caen   en meeting, avoir visité Fukushima avec NKM, comme il  avait dans le passé faussement  déclaré être allé à Berlin au... premier  jour de la Chute du Mur , soit avant même presque que le peuple allemand  n'ait pris la mesure de l'évènement !

L'incroyable mensonge de  sa  fausse présence   sur les lieux du raz de marée nippon -tragédie étrangère qu'il instrumentalise dans le cadre de la campagne électorale française -vient d'être sanctionné d'une protestation officielle du Japon !

S'agit-il d'un délire incontrôlé  très inquiétant de la part d'un Président de la République en surchauffe ou d'un mensonge volontaire? C'est inédit.

L'AFFICHE BIZARRE

Revenons à la sémiologie de son affiche électorale méditerranéenne. Curieux choix d'une moitié du document  consacrée à l'élément aquatique, vital certes mais matière instable.

L'eau n'appartient pas à  un univers politique naturel ! Océan des loisirs,  des poissons et des pêcheurs : certainement pas lieu de vie comme ne l'était le village de fond des affiches de F.Mitterand. Ou plutôt les pommiers de J Chirac pour rester dans le même bord politique.

Sans même convoquer l'ancêtre socialiste, l'affiche de François Hollande s'inscrit dans un paysage que l'on soupçonne corrézien. Du très classique. Il nous regarde droit dans les yeux.

Le regard de Nicolas Sarkozy semble lui, perdu dans le  -la !- vague.

Dans l'image, N Sarkozy semble flotter, sans support. Doit-on  lire en message inconscient un remake de mauvais goût du Christ marchant sur les eaux ?  Lui seul, N Sarkozy étant capable de l'exploit,  surtout avec le slogan « une France forte » ?

Slogan douteux car on y entend aussi ....Frankfort !

Autre message de l'affiche : la mer est calme, étale. Lui, si fort, aurait donc calmé, dominé, les éléments naturels si puissants ? Bigre.

Demain dimanche 15 avril, Nicolas Sarkozy attend   à Paris une.... marée humaine pour le soutenir.

Là encore : mauvaise pioche ! Il a choisi la place de la Concorde, ce centre de commandement de la politique française idéalement placé entre l'Elysée et le Parlement.

Attention ! Concorde est la version française du  nom du yacht « Concordia »  lamentablement échoué sur les roches de l'île du Giglio par la négligence du désormais célèbre Francesco Schettino.

Il y a un danger certain en politique à se laisser comparer, même indirectement  à ce  capitaine italien incompétent, inconscient,  coupable d'absence de décision.

Sarkozy a décidément bien du fil à retordre avec  ses choix et symboles  d'une campagne...qui prend l'eau ?

                                                                                              Sylvie Neidinger

Tags : Sarkozy, Hollande, Capitaine de pédalo, Fukushima, Concordia, Concorde, yacht, Schettino, Mélenchon

crédit images copie d'écran web