UA-65882359-1

20/09/2017

A l'ONU, l'état islamique n'est pas l'ennemi de...Trump !!

Devant l'assemblée générale de l'ONU, à laquelle Poutine est absent [occupé à des manoeuvres.... militaires ! ] le président US a donné son discours très .... trumpiste autour de la rhétorique "America first".

Il liste violemment quantité d'ennemis. Mais l'EI manque à sa liste !

Il reprend à son compte  le  jugement binaire, simpliste  très bushien mais finalement hyper  américain qui classe le monde entre l'axe du Bien et l'axe du Mal.

Une rhétorique à l'antithèse de toute méandre - et richesse-  diplomatique qu'il soit onusien ou non.

Bazooka Trump cible celui qu'il a nommé Rocket Man, le dirigeant coréen, lequel répond le lendemain en traitant l'autre de chien : un très bas niveau de vocabulaire ... historique dans cette enceinte !!

Un discours décousu, incohérent qui "rabaisse l'ONU " selon le média Monde.

Très  révélateur, Trump ne désigne PAS l' état islamique comme posant problème !

Cela confirme ce qui   s'est  vu à Palmyre-Tadmor et se voit encore aujourd'hui  sur le terrain  à Deir Ez Zor ( traversée de l'Euphrate) lorsque des actions militaires alliées s'opposent aux avancées de l'état syrien +Russie contre l'EI et rebelles.

[ info du 10/10 sur le thème de liens avec l'EI

http://jrbelliard.blog.tdg.ch/archive/2017/10/10/syrie-le...]

 L'homme  orangé a désigne à New-York -par grand manque de culture - l'Iran, majoritairement chiite,  comme soutenant le terrorisme islamiste actuel qui est 100%....sunnite !!

Alors que ce sont bien ses... alliés  du Golfe rigoristes (Arabie Saoudite, Qatar et autres) qui sont liés à  l'idéologie islamiste agissante actuellement. On se souvient de la phrase choc de l'écrivain algérien Kamel Daoud, selon qui  "l'Arabie Saoudite serait  un Daesh qui a réussi".

 

               UN MONDE PLUS INQUIETANT APRES CE DISCOURS

 

Trump veut donc quitter l'accord sur le nucléaire iranien signé et validé. Un accord international que même le président   de la grande nation américaine ne peut défaire à lui tout seul...Principe juridique.

Par ailleurs, le président des Etats-Unis  signale payer trop cher  la facture de l'ONU.   Or, 22% n'est pas un chiffre inouï au sens où le PIB de  son pays est environ de ce pourcentage.  Il réclame un leadership naturel sans contribution. Ou s'il contribue, réclame  de diriger toutes les nations comme il l'entend.

En résumé, d'une façon contradictoire, il signifie vouloir  s'isoler et dans le même temps désigne ses éventuels futurs ennemis : tout le contraire de la philosophie des Nations Unies qui consiste à trouver des terrains d'entente et faire des concessions pour pouvoir solutionner (ou non !) les multiples problème latéraux.

L'essence même de la mission onusienne, ancienne société des nations!

En résumé, on a juste compris à New-York que Trump compte beaucoup d'ennemis mais ne range pas l'EI dans cette catégorie.

La communauté internationale a réagi de son côté à ses annonces:

Sur la renégociation de l'accord nucléaire iranien, c'est non.

D'ailleurs, le pays concerné, l'Iran, refuse

Sur la remise en cause de l'accord climat, c'est non.

Sous réserve du prochain ...épisode.

Après son discours, le monde est plus inquiétant.  Cela était très probablement  son objectif !

                                             TRUMP : CASH !

 

A vrai dire, avec Trump, c'est cash et brut de décoffrage.

Cela a au moins le mérite d'être clair sur ce point: c 'est ...offensif ( bien que le discours soit confus) ...trup,discours onu,ei,iran

Cette  Amérique  conservatrice se compare  à un empire,  compte  régner sur les mers et l'espace. Elle se compare souvent à l'empire romain d'ailleurs et entend diriger unilatéralement : cette Amérique n'est absolument  pas une nouveauté de l'ère trumpienne !

 C'est une vieille antienne. Une vieille rengaine.

Cette orientation hégémonique était également présente  sous le sourire de Barack Obama. Et de toutes façons présente au Congrès.

Obama voulait tout de même engager une désescalade et retirer des troupes, il a produit l'accord sur l'Iran.

Mais retirer les troupes n'est pas se retirer des affaires du monde, loin de là !

Avec Trump au moins, le deal est sur la table, brutalement.

Où? Dans l'antre du multilatéralisme, l'AG de l'ONU.

Attention: porter seul l'univers sur les épaules est probablement donné au seul titan Atlas.

La tâche que se donne l'Amérique semble visiblement trop lourde pour elle. Trump à longueur de tweets semble en pleurer ...

A fortiori Trump n'a pas les qualités intellectuelles et politiques pour mener l'Univers. Encore moins à la baguette et dans le sens que lui seul l'entend.

 

                                                         Sylvie Neidinger

 

Réponse de l'EU ( Mogherini ) et iranienne

"Le président iranien, Hassan Rohani, a affirmé qu’il « répliquera avec détermination » à toute violation de l’accord. Après le discours très offensif de Donald Trump, la veille, contre un texte qu’il a qualifié de « honteux », M. Rohani a insisté sur le fait que l’Iran n’avait « trompé personne » et n’avait « pas été malhonnête ».

« Il serait dommage que l’accord soit détruit par des voyous qui viennent d’arriver sur la scène internationale », a déclaré le président iranien, visant directement M. Trump, qui avait fustigé, la veille, des « Etats voyous ». L’Iran est un pays « qui prône la modération, le respect des droits de l’homme et un engagement constructif dans le monde », a affirmé M. Rohani, répliquant point par point au président américain. Le discours du président Trump est une « rhétorique haineuse » qui « porte atteinte à la confiance internationale », a encore dit M. Rohani.

« L’accord appartient à la communauté internationale et pas à un ou deux pays », a lancé M. Rohani mercredi. Il a exclu, après son discours, toute nouvelle discussion sur l’accord nucléaire avec les Etats-Unis. Selon des diplomates français, toute réouverture des débats reste une « ligne rouge » pour les Iraniens.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/international/article/2017/09/20/assemblee-generale-de-l-onu-hassan-rohani-replique-a-donald-trump_5188756_3210.html#md7AjXzZoL8BPr76.99"
 
Trump évoque un pays qui n'existe pas : la Nambie lors de ce discours
 
Atlas =photo capture d'écran

11/11/2013

Iran à Genève: le veto fabiusien

Laurent Fabius opposa ce week-end son veto aux  négociations sur le nucléaire iranien. Les discussions ont achoppé à Genève ce samedi 9 novembre au milieu de la nuit.iran,négociation,geneve,fabius,kerry

L'aboutissement de la négociation était sérieusement en l'air  puisque les chefs des diplomaties 5+1(Iran, Chine, USA, Russie, GB, France+ Allemagne) avait rejoint en urgence les négociateurs initiaux sur  les bords du Léman: le secrétaire d'Etat américain John Kerry (interrompant une tournée au Proche-Orient) l'Allemand Guido Westerwelle, le Britannique William Hague et du Français Laurent Fabius. Le Russe Sergueï Lavrov et le Chinois, Li Baodong  arrivés plus tard.

Une  signature d'accord dit "provisoire"  pour 6 mois, en vue. Annulée. Echec imputé au français.

5+1 (Etats-Unis, Russie Chine, France Grande-Bretagne plus l'Allemagne)
En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orien...Mais au matin du dimanche: l'annonce d'un échecmputé au français.

La presse s'en fait l'écho par un vocabulaire guerrier : Fabius a torpillé l'accord (selon  le fondateur  de Rue 89 Pierre Haski ) ou Les raisons de l'échec.

Une volée de bois vert s'abat alors sur Laurent Fabius, issue du monde anglo-saxon et iranien principalement.

Il recueille en revanche le soutien  "twittique" marqué  du républicain Mc Cain -original vu le french basing habituel local- et de certains autres politiciens qui ont dit vouloir à nouveau goûter aux... french fries !

 Une certaine impolitesse lui est même reprochée pour avoir "grillé"Catherine Ashton, la représentante de l'Union européenne en  annonçant seul  l'échec  face à la presse.

Plus accusateur, un diplomate occidental en off : «Les Américains, l'Union européenne et les Iraniens ont travaillé de façon intensive pendant des mois sur cette proposition et ce n'est rien de plus qu'une tentative par Fabius de se donner de l'importance tardivement»

Un ministre des Affaires étrangères qui viendrait en quelque sorte jouer les gros bras, pour s'attirer l'attention médiatique...

*Dans cette affaire, L. Fabius n'agissait tout de même pas en solo mais au nom de F Hollande et de ses choix politiques.

*Cette intransigeance française sur le nucléaire iranien relayait directement la position israélienne, cet autre  Etat -paradoxal-de la zone moyen-orientale qui  possède un arsenal nucléaire civil et  militaire important, ne veut pas en rendre compte devant aucune instance internationale (AIEA) Mais... demande à la communauté internationale de supprimer l'arsenal de ses voisins.

*L'inflexion pro-israélienne de la politique française ne date pas de l'actuel gouvernement. Sarkozy avait complètement liquidé la politique gaulliste,  décimé l'autonomie gaullienne de la France qui a perduré jusqu'à Jacques Chirac. L'Hexagone a quitté avec  le départ du Corrézien,  sa position  originale, hors Otan. Et avec lui,  la  politique traditionnellement suivie au   Quai d'Orsay, illustrée par le refus de la guerre en Irak et du respect des Indépendances.

*Remarque annexe. Si, en politique intérieure, François Hollande marque d'une façon insistante son rejet de N Sarkozy,  en politique externe,  il est totalement, à 140 %, dans le même schéma !

*Les iraniens évidemment  farsi et non arabes sont acteurs majeurs du proche-orient de part leur position géo-stratégique et leurs  réserves.  L'occident  leur demande  des comptes pour les problématiques de contrôle et de sécurité générale et pour la garantie de sécurité de l'Etat hébreux. L'Iran réplique par son droit au nucléaire tout comme son voisin et du même type de contrôle. Ni plus , ni moins.

*Les dés des influences sont globalement  relancées par les occidentaux dans les  pays arabes possesseurs d'hydro-carbures: invasion de l' Irak, bombardements de l'Otan en Libye,  aide logistique aux rebelles en Syrie...Donc la zone pétrolière de l'Est  a été détachée."Ils ne pensent qu'à ça"...

*L'Iran, perse et chiite, atteste du 4ème rang mondial des réserves prouvées du pétrole. Il dérange cette tri -coalition occidentale de la nouvelle diplomatie mondiale: le format"Otan +pétromonarchies islamistes+ Israël ". 1-Israël évoque le danger nucléaire (mais  pas son propre arsenal... ) 2-les monarchies pétrolières sont engagées dans une guerre de religion sunno-chiite et soutiennent tout ce qui peut contrer l'Iran. 3-Les occidentaux s'intéressent aux hydro-carbures.

*A savoir, pour réagir à l'embargo,  l'Iran a par exemple  interdit l'exportation vers l'UE

LE PETROLE IRANIEN MANQUE AU MARCHE !

* Les hydrocarbures iraniennes manquent sur le marché mondial. Surtout avec la chute de production  libyenne consécutive à  l'anarchie locale  installée  par  Sarkozy et l'Otan  :"L'Iran reviendra à l'avenir sur le marché mondial du pétrole et du gaz, mais cela ne se produira pas de sitôt, estime le PDG de Royal Dutch Shell, Peter Voser.dans un entretien"Vous connaissez la situation concernant l'Iran. Ce pays fait l'objet de sanctions internationales, et il faut nécessairement trouver une solution politique à ce problème… J'estime néanmoins que l'Iran pourrait revenir à long terme sur le marché du pétrole et du gaz", vient de  déclarer M. Voser à Londres lors de la conférence Oil&Money ce 1er octobre 2013.

En fait, son arrière pensée réelle est de comprendre: court terme !

* La  nécessité de réintégrer l'Iran au concert des nations  pétrolières exportatrices explique la réunion de Genève et l'empressement américain en vue d'un accord.

 *D'où l'originalité des positions politiques proposées ce week-end. Car habituellement,  les USA sont les soutiens inconditionnels de l'Etat hébreu. Ici, la France en solo !

*La position française dure vis à vis de l'Iran a tout pour plaire aux monarchies pétrolières

*Face aux attaques dont il fait l'objet,  l'entourage de L Fabius, annonce  en Off,  que John Kerry est arrivé à Genève avec un texte déjà ficelé, jamais présenté devant ses partenaires qui  devaient juste avaliser sans discussion.

 * Très concrètement, le blocage du processus de règlement du dossier nucléaire iranien par la France  permet à B Nétanyahou de s'envoler aux USA dès demain mardi  pour chercher des appuis au Congrès face à B Obama et la volonté du démocrate de régler  enfin le dossier iranien.

Résué.Le N°1 israélien  part aux USA pour s'opposer frontalement à Barack Obama, qui, tout de même, dirige les Etats-Unis.

*Le veto fabiusien aura servi  à donner du temps au dirigeant israélien pour lancer une campagne médiatique et politique directement outre-atlantique.

*Le 20 novembre est la  date normalement prévue pour la  reprise des discussions.

VENGEANCE "DIPLOMATIQUE" ?

* Le NON  français  aura été aussi - même si personne ne le dit !!!- une manière très directe par la France de remettre Obama et son équipe à leur place. Un renvoi d'ascenseur en quelque sorte. François Hollande et l'armée  ayant été gravement humiliés  par  le volte-face du président américain à propos du bombardement conjoint programmé de Damas puis stoppé.

Humiliation comme jamais peut-être à ce niveau,  dans histoire de la France.Immense ridicule de la journée folle du dirigeant français qui avait  été prévenu seulement en fin d'après-midi. Alors que certains politiciens US  savaient dès  le matin que Obama renonçait.

Humiliation maximale de l'hexagone.  Hollande faisant vombrir les moteurs de ses armes opérationnelles prévues durant une journée complète. Toute l'armée médiatique en sur-régime qui préparait l'opinion à une intervention. France que les américains voulaient à leurs côtés pour lancer les bombes; puis qu'ils ont lâché sans prévenir. Sans  remerciement public ultérieur. Et ensuite, France négligée  dans les négociations qui s'ensuivirent sur la Syrie.

La position de refus de ce week-end par Fabius des propositions Kerry est aussi une manière de rendre par la biais du  dossier iranien la monnaie de la pièce du traitement du dossier syrien, calamiteux pour l'image de la France en risée interne et externe.

Juste une petite vengeance entre amis.

                                                                            Sylvie Neidinger

16:07 Publié dans P-Politis International, Proche-Orient. Surya | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : iran, négociation, geneve, fabius, kerry | |  Facebook | | | |

09/10/2013

Twitter réagit par le rire à B. Netanyahou mal informé sur le... jeans iranien !

Pas de jeans en Iran selon B Netanyahou ? Résultat: un buzz de la blogosphère.

Comment une prise de parole publique, médiatique du premier ministre israélien (mais  mal informé car son assertion se  base sur des préjugés très réducteurs) .

Donc comment une parole rapide, simpliste  mène à une réaction humoristique  en retour sur Twitter et Facebook :

http://www.courrierinternational.com/article/2013/10/08/r...

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-orient/iran...

http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2013/10/07/97001-201310...

http://www.lesoir.be/334878/article/actualite/monde/2013-...

http://www.lapresse.ca/international/moyen-orient/201310/...

Multiple  autres dizaines articles...

Il est étonnant -voire un peu  orgueilleux- effectivement en terme d'intérêt, pour un homme politique de premier plan, d'aller faire des commentaires sur les tenues vestimentaires de populations. La sienne ou ici, celle des autres. En se trompant en plus !netanyahou,iran,twitter,geo-stratégie du rire,blogosphère,facebook,onu,assemblée générale,jeans,mode

C'est un peu :"de quoi je me mêle?"

Cette vision à gros sabots   s'ajoute, en plus, à l'affaire du schéma  qui avait déjà  écorné l'image du responsable israélien  à New-York en septembre 2012 avec son dessin là encore simpliste présenté   à  l'Assemblée générale de l'ONU, cette tribune de la représentation mondiale.

Image comme sortie d'une Bd pour moins de 8 ans, un peu Bibi Fricotin bricoleur.

Ce croquis pour école maternelle avait vivement fait réagir les membres de l'Assemblée pris un peu pour des.... idiots ce jour là.netanyahou,iran,twitter,jeans,mode

http://www.bfmtv.com/international/dessiner-une-bombe-ira...

Les politiciens internationaux, responsables de premier plan n'avaient pas tweeté, eux,  en retour.

Silence gêné plutôt, dans ces assemblées de politiciens professionnels.

  En revanche, les dommages collatéraux sont directement visibles l'année qui suit: B Netanyahou vient de tenir son discours le 1er octobre  2013 à la Tribune de l'Assemblée Générale devant une salle..très  clairsemée.

"L'assistance clairsemée présente dans l'hémicycle a montré éloquemment que, pour la plupart des Etats membres de l'ONU, la tonalité belliciste – sans surprise – du discours de M. Nétanyahou n'était pas, pour cette année au moins, pertinent" (le Monde)

GEO-STRATEGIE DU RIRE DE LA BLOGOSPHERE

Vue l'éminence de sa position politique,  M. Netanyahou  pose surtout problème  par ce genre de sortie  médiatique mal informée...à ses services secrets.

L'attitude du responsable  montre surtout qu' il y a du pain sur la planche au Proche-orient pour une meilleure inter-connaissance. L'ignorance de l'Autre est abyssale. Inquiétante. 

Visiblement, elle n'empêche pas  de prendre  la parole. Quitte à  se ridiculiser car en 2013, la monnaie de la pièce arrive immédiatement en boomerang d'humour par voie de  la ....géo-stratégie du rire de la blogosphère.

Ceci dit,  il n'est pas si banal en ce moment, de rire au Proche-Orient, en dangereuse surchauffe...

                                                                                                         Sylvie Neidinger

 

 

 

 

16/08/2012

Clinton-Israël en "intelligence amie". Les Etats Arabes le sont-ils?

« Intelligente avec ses amis israéliens » avec comme objectif stratégique désigné l'axe chiite : les récentes déclarations de la secrétaire d'Etat américaine  Hilary Clinton donnent un décodage  significatif autour du « Printemps arabe »

Lors de sa visite à ses alliés hébreux le 16 juillet dernier, elle répond à  Benjamin Netanyahu (qui évoque  la  période actuelle pleine  de changements sans précédents  et beaucoup de défis à relever)  que les Etats-Unis entendent : « continuer à se concerter étroitement avec Israël comme nous le faisons sur une base quasi quotidienne au niveau de nos deux  gouvernements »

Face au Président Shimon  Peres, elle  développe  un commentaire hyper significatif : "C'est une période d'incertitude, mais aussi un moment où se présentent des occasions. Nous avons la possibilité de faire avancer nos objectifs communs en matière de sécurité, de stabilité, de paix et de démocratie. C'est dans ces moments-là que des amis comme nous doivent penser ensemble, agir ensemble.  Nous sommes appelés à être intelligents, créatifs et courageux. »

USA et Israël en intelligence ensemble, amis intelligents face aux ...autres. Ce,  alors que la responsable américaine arrive  d'une visite en Egypte à la rencontre du nouveau  Président  islamiste Morsi.

Quid des Etats arabes par déduction logique ? Non intelligents ? ? Ils  n'ont pas eu, en tous cas, l'honneur  de cette proximité spirituelle et amicale. Remarque ...aucun n'a protesté !

Ensuite, en visitant  ses alliés turcs le 11 août dernier, la secrétaire d'Etat américaine a réaffirmé  l'objectif prioritaire  US de  « casser les liens Hezbollah, Syrie, Iran »

Iran et Syrie étaient déjà dans la liste des Etats dits « voyous » par la doctrine Bush énoncée le 20 septembre 2002, listing dit    de «  l' axe du mal » suivant la terminologie moralisante de l'époque.

Le premier Etat militaire au monde n'entendait  plus voir sa suprématie contestée comme elle le fut pendant la guerre froide. Surtout après les  évènements du 11 septembre.

En lieu et place aujourd'hui  est annoncée comme objectif martial une liste de pays  exclusivement ...chiites moins l'Irak-passé entre temps sous domination américaine- et moins la Corée du Nord, hors actualité.

En quoi le chiisme, cet islam à clergé, dérange -t-il  au point d'une telle focalisation...mondiale ?

Les réalités présentées par Madame Clinton ne sont pas toutes de même nature -car l'Iran est perse, non arabe. Mais les trois  désignés se soutiennent effectivement sur le terrain:

-          Le Hezbollah est l'un des partis politiques au pouvoir au Liban, celui des chiites  qui, dans le jeu confessionnel institutionnel dirige le Parlement (présidé par Nabih Berri du parti islamique chiite Amal) Analyse : s'attaquer au Hezbollah, composante du paysage politique, c'est aussi s'attaquer à l'Etat souverain du pays du Cèdre !

-          La Syrie est baassiste, socialiste et LAIQUE dans sa constitution. Son président de confession  alaouite (une version chiia  très particulière, ésotérique)  appartient à une composante minoritaire du pays mais au pouvoir.

-          Le chiisme islamique iranien  est religion d'Etat. L'Iran possède ou veut posséder l'arme nucléaire. Les occidentaux lui envoient  pour contrôle, l'agence onusienne AIEA. Les iraniens ne comprennent pas pourquoi Israël, sur-équipé en arsenal nucléaire, ne rend de comptes à personne. La  dite communauté internationale- dont les européens habituellement exigeants- ne lui demandant  aucune comptabilisation ni surveillance de l'AIEA ! Signe que tous les pays ne vivent pas une égalité de traitement sur le terrain même onusien, selon les observateurs.

Ce qui unit ces trois  chiismes désignés "Ennemi mondial numéro 1"? Très  certainement le fait qu'ils sont non alignés  et qu'ils ont la dent dure contre Israël en plus évidemment de positions géostratégiques majeures !

Ils réclament toujours haut et fort le principe de la « paix israélo-palestinienne  contre les territoires de 1967 » alors que l'Etat hébreu, les USA amis, les alliés européens et autres   prônent plus ou moins ouvertement  une paix armée gratuite, en échange de ...rien du tout !

Les chiites de facto restent la composante du « grand moyen-orient » non alignée à l'Occident  toujours pro-russe  et/ou pro-chinoise.

Depuis plusieurs années, Israël menace d'attaquer l'Iran par la voie aérienne. Et semble toujours prêt à le faire.

En revanche, son activisme contre les chiites n'a pas toujours été gagnant. Son intervention directe  du 12 juillet 2006 contre le Hezbollah fut un échec. Trop sûre d'elle, l'armée israélienne  attaque à froid  le Liban pour  démanteler la milice. L'opération vire au vinaigre. Elle s'y casse les dents. La communauté internationale désapprouve massivement l'attaque du Liban au cœur de l'été. Par les doubles nationalités- détail oublié de l'état-major israélien !- tous les pays du monde presque  avaient des nationaux coincés au Liban et le faisaient remarquer haut et fort. Israël s'est retiré. La milice  chiite a ensuite  paradé de sa victoire, celle d' une milice contre une armée d'Etat.

Avec le «  Printemps arabe »  l'objectif US de démolir l'axe  chiite s'applique directement à la Syrie. Les USA ont compris avec l'Irak combien une occupation directe leur  coûte en vies de soldats, en moyens financiers colossaux, en symbolique négative d'occupant. L'Etat hébreu a compris avec le Liban que les attaques au sol sur le terrain coûtent  cher en vie de soldats, en images médiatiques désastreuses.

Usa et Israël sont  effectivement hyper intelligents en Syrie. Puisqu'aujourd'hui une partie des arabes sunnites  et chiites   s'y battent désormais... entre eux ! Ils  réalisent de fait  les objectifs américains du  GMEI (great middle east initiative)

Le « Printemps arabe »  dans sa version syrienne est absolument productif pour les deux protagonistes  amis qui bénéficent d'une une guerre par procuration sur le terrain ( certes avec des appuis logistiques indispensables. Tout comme en Libye , ceux de Misrata ne pouvaient rien  bouger  ni réussir sans l'Otan)

Dans "balad el sham" la "révolution" médiatiquement dénommée,  avait commencé chaque vendredi après-midi au sortir des mosquées de quartiers traditionalistes sunnites du type Baba Amro à Homs etc.

Lors des  manifestations par ceux que nos médias occidentaux nommaient les « démocrates » le spectateur télévisuel  pouvait lire les slogans confessionels mortifères  du type «  alaouites au cimetière, chrétiens au Liban »  Au programme : guerre civile et déplacements de populations. Pas moins. Ce dès le printemps 2011, dès le début. Avec l'appui des...grandes démocraties mondiales: USA, France, GB etc...

Les occidentaux sur le terrain syrien ont enclenché, démultiplié les faits par un accompagnement certain des  services secrets français au Liban,  de la Cia en Turquie etc. Le tout financé par l'Arabie Saoudite et le Qatar un conflit interne.

Résultat : aujourd'hui des arabes sunnites se  battent en Syrie contre des arabes chiites mais aussi de facto  contre   les autres confessions... pour répondre aux objectifs atlantistes !!!

En résumé : en Syrie,  les arabes se battent entre eux, dont les sunnites pour éliminer l'axe chiite au profit de l'axe de l'Otan, avec la bénédiction de l'actuelle Ligue Arabe.

Oui, vraiment américains et israéliens sont effectivement... redoutablement  intelligents ! Mais au risque de jouer avec le feu qui allumera un  embrasement général incontrôlé.

La suite se joue ces jours -ci sous nos yeux  au....  Liban (patrie du Hezbollah ) qui commence à se voir destabilisé par les évènements du grand voisin, le pays de Sham, dénomination  antique de la Syrie. L'Irak à majorité chiite qui connait chaque jour son lot d'attentats peut aussi s'enflammer.

Sylvie Neidinger

Série Surya sur blog TDG "neidinger" :

Article 1-Baal Hadad lance ses foudres en Syrie.

Article 2-Le printemps néo-colonial arabe

Article 3- Clinton-Israël en "intelligence amie". Les Etats Arabes le sont-ils?

Article 4 à venir - Michel Aflak est mort trois fois


Résumé-Abstract de Clinton-Israël en "intelligence amie'Les Etats Arabes le sont-ils?:

L'axe chiite Hezbollah-Iran-Syrie, non aligné, est dans le viseur des occidentaux . En Syrie, par le Printemps arabe, les USA, Israel et les alliés réalisent cet objectif par procuration : une guerre civile confessionnelle interposée entre musulmans sunnites et chiites.

Photo issue de capture d'écran de Libération, en lien web avec cet article.

Cet article a créé deux liens web avec des articles intéressants produits par l'Université de Sherbrooke( Québéc- Canada) Nota : ce site très intéressant baptisé "Ecole de politique appliquée"web

 

 

                                      RUBRIQUE PROCHE-ORIENT SERIE SURYA

 

 

 

 

12:14 Publié dans Proche-Orient. Surya | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : syrie, iran, israel, irak, chine, russie, usa, hilary clinton, printemps arabe, chiites, sunnites | |  Facebook | | | |

30/07/2012

Baal Hadad lance ses foudres en Syrie

Baal Hadad, l'antique dieu syro-cananéen- plus ancien que la bible- reprend du service. La Syrie plonge dans la guerre.

Il s'agira dans cette série d'articles de proposer une analyse sans concession et sans langue de bois  des sources et  évènements qui agitent le monde arabe,  plus particulièrement dans ce pays levantin au cœur de l'actualité.

C'est bien un mouvement d'Indignés qui ouvre la révolte et enflamme le monde arabe (répliques lointaines du mot d'ordre de  Stéphane Hessel: "indignez-vous" )

Le suicide du jeune Bouazizi en Tunisie révèle les  conditions économiques difficiles de pans entiers de populations face au gouvernement corrompu  de M Ben Ali...et de son épouse, impliquée. Le pouvoir est évacué en peu de jours.

L'indignation qui gagne est toutefois à relativiser à propos d'autres pays telle la Libye où elle est se produit dans une ville éloignée, Mirsata dont la révolte va être prise en charge,  épaulée par les forces, services secrets des pays membres  de l'Otan.

Les actions revendicatives sont  rapidement baptisées par nos médias -pas neutres dans le confit comme on le verra- le Printemps arabe, une appellation extrêmement significative, un nom de code presque :

1-Printemps Arabe  fait directement référence au Printemps de Prague, clairement lieu de la guerre froide  Est-Ouest, au profit de l'Ouest !

On peut considérer que l'Alliance atlantique fait une OPA sur ces actes populaires, à son profit. D'où la réaction de l'Est.

Le dit « printemps »  développe sous nos yeux une lutte d'intérêts entre Alliance atlantique et une  "Alliance russo-chinoise" pays d'un futur leadership économique mondial. En effet, la doctrine Bush de "remodelage du grand moyen-orient" ne pouvait pas rêver de meilleure situation.

Le Patriache maronite, Monseigneur  Al Rai fut  le premier à  renommer « l'hiver arabe » en  2011, lors de sa visite à Marseille...

Une néo-guerre froide   a  bien lieu à l'ONU  évidemment  autour des vetos ou non vetos.

Conflit pas si froid que cela. Tiède plutôt.

Les médias arabes signalaient hier dimanche 29 juillet  la volonté des Chinois, de l'Iran d'envoyer des bateaux à Tartous pour  rejoindre les navires russes, en vue de  contrer l'axe golfo-turco-occidental à l'offensive  non seulement sur le  plan diplomatique, médiatique, du langage (martial ou de diabolisation ou qui intime l'ordre de déguerpir) Egalement  ...sur le terrain de la logistique, des moyens de communication, du financement des groupuscules, de l'armée dite libre.

L'accès aérien -que l'Otan avaient obtenu en Libye par l'ONU  -  lui est interdit en Syrie en raison des   vetos successifs. Le récent test des défenses aériennes syriennes par la Turquie au large de Lattaquié avait abouti à la perte d'un avion de chasse et de son équipage clairement dans les eaux territoriales syriennes. En violation de la souveraineté de ce pays.

2-Printemps  Arabe fait référence à l'herbe qui repousse verte lors de la nouvelle saison. On observe effectivement un  islam radical  vert venir remplacer les anciens régimes nationalistes et souvent laïcs.

Le résultat des changements politiques   en Tunisie( cf article sur la policie tunisienne en miettes ) en  Egypte, Libye  est l'installation au pouvoir de mouvements islamistes qui prônent la vision la plus rigoriste de la religion musulmane (stricte application de la charia)  d'une manière  ouverte ou un peu plus cachée... quand leurs alliés occidentaux leur suggèrent d'évoquer la démocratie plutôt que la charia.

Vert plutôt foncé. Différence fondamentale entre islam et islamisme, plus radical.

Ce, avec l'aide de  l'Otan ( USA, France , GB, Turquie)  allié aux  Pays du Golfe à rente pétrolière et médias actifs ( Arabie Saoudite et Qatar)

L'Occident est encore  aujourd'hui en  guerre en Afghanistan- où de nombreux jeunes militaires français sont décédés -  pour dit-on, lutter contre les islamistes locaux nommés talibans. Or, il favorise l'arrivée au pouvoir des mêmes idéologies  dans des pays majeurs du monde arabe  !!

La contradiction qui pourrait s'apparenter à de l'hypocrisie n'est qu'apparente.

Dans les deux cas, l'Ouest  suit ses intérêts : la prise de contrôle géo-stratégique d'une hyper-région au carrefour du monde et des échanges maritimes: passage des super tankers au Détroit d'Ormuz, Canal de Suez, Dardanelles, passage en  Mer noire, précieuse Méditerranée.

Le monde arabe extraordinairement placé au cœur de trois continents,  entre Afrique, Europe et Asie est évidemment le lieu des réserves mondiales en gaz et pétrole...

Après le cas de la Syrie, l'axe atlantique compte évidemment s'attaquer à l'Iran. Si la Russie et la Chine laissent faire, ce dont on peut douter.

Seules, les monarchies sont totalement exclues des changements de régimes programmés.

Nous comprendrons pourquoi.

Sylvie Neidinger

 

*Baal Hadad est le dieu ugaritique de  Ras Shamra, site archéologique majeur pour l'histoire de l'humanité. Il a vu la naissance du premier alphabet, en cunéiforme, ancêtre de celui de Tyr.

 

deraa 2 001.jpgEn Syrie les évènements partent de Deraa, ville frontalière avec le Liban  puis de Idleb, frontalière avec la Turquie.Ils atteignent certains quartiers traditionnalistes, à Homs. Et progressent. Mais le scenario n'est pas celui de la Tunisie. Si le peuple avait voulu le changement, depuis un an et demi, le changement aurait eu lieu.

Or les grandes villes sunnites de Damas et de Alep n'ont pas bougé dans leur majorité. Nous expliquerons pourquoi. Très certainement la crainte du processus d'irakisation (= implosion anarchique)

 

deraa 1 001.jpg

 

 

 

 

 

Reproduction partielle de cartes anciennes du début du XXème siècle, de paysages urbains totalement disparus au profit d'une ville moderne (collection particulière)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Série d'articles :                   SURYA- N°1- BAAL HADAD LANCE SES FOUDRES EN SYRIE

Prochain:                             SURYA- N°2-LE PRINTEMPS NEOCOLONIASLISTE ARABE (1/2)

 

Résumé, abstract : L'analyse de la terminologie de Printemps arabe fait référence à un conflit est-ouest, vu de l'ouest

( = Printemps de Prague) et à la montée de l'islam ( printemps qui rend vert )

 

                                      RUBRIQUE PROCHE-ORIENT SERIE SURYA

18:14 Publié dans Proche-Orient. Surya | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : syrie, otan, russie, iran, libye | |  Facebook | | | |