identité européenne

  • Nouveau billet d'euro: Europe est phénicienne, sémite et non grecque !

    Imprimer

    Quand la  numismatique pose des questions d'identité culturelle  européenne !!!!

     La Déesse Europe a été choisie pour illustrer les nouveaux billets d'euros- dont ceux de 5 -qui vont entrer en circulation le 2 mai prochain.

    Problème majeur, les  médias dans les premiers articles (dont malheureusement je n'ai pas fait copie)par manque évident de connaissance ont présenté Europe comme étant une déesse grecque.

    Ce qui est faux, évidemment. Elle est phénicienne ! Elle eut une telle importance fondatrice que les Grecs l'ont racontée...billet d'euro,numismatique,déesse europe,désinformaton,grèce,phénicie,sémite,maison orient et méditerranée

    Or  la dépêche de l'AFP du 10/01/13 rédigée  suite à l'intervention médiatique de Jean-Michel Grimal de la BCE reprise, corrigée,  reste muette sur l'origine  d'Europe ! 

    Pas inexacte mais incomplète en signalant uniquement que cette princesse appartient à la mythologie grecque.

    Seule la Tribune évoque cette déesse phénicienne avec exactitude"le nouveau visage du nouveau billet de 5 euros enfin dévoilé" "

    Et précise " Le billet  vient d'être dévoilé par la Banque Centrale Européenne (BCE) à l'occasion de l'inauguration de l'exposition "Le nouveau visage de l'euro", ouverte jusqu'au 10 mars 2013 au musée archéologique de Francfort. Le dévoilement des autres nouveaux billets se fera par ordre croissant, et s'étalera sur plusieurs années"

    Les autres articles du jour sur le thème  restent sur la base de la dépêche AFP:

    l'Expansion : La BCE dévoile le nouveau billet de 5 euros premier de la série Europe 

    Le Télégramme :Euro les billets changeront bientôt de visage"

     Extrait :"Une nouvelle série de billets, la toute première depuis l'apparition de l'euro en janvier 2002, commencera à être mise en circulation, à partir de mai prochain. La coupure de cinq euros inaugure ce renouvellement.La Grèce revient au premier plan. Sur les billets de banque. En effet, le doux visage d'Europe, cette princesse de la mythologie grecque séduite et enlevée par le dieu Zeus métamorphosé en taureau et qui a par la suite donné son nom au continent, figurera dans le filigrane et l'hologramme des nouvelles coupures. Histoire de donner «une touche d'humanité aux billets», indique la Banque centrale européenne. Le portrait choisi provient d'un vase antique en céramique datant du IVesiècle avant notre ère et faisant partie de la collection du musée du Louvre à Paris. «Le choix d'Europe s'est assez rapidement imposé après des discussions préliminaires», a expliqué Jean-Michel Grimal, responsable de la division du développement fiduciaire au sein de la BCE. Le choix de personnalités européennes ayant réellement existé aurait pu, à l'inverse, heurter des «sensibilités nationales», selon lui."

     Jean-Pierre Grimal, responsable de la division du développement fiduciaire à la Banque Centrale Européenne exprime que faute d'entente sur une personnalité européenne issue d'un pays de la zone euro, le choix s'est porté sur celle qui a donné son nom au continent.

    Logique. Essentiel. Encore faut-il mettre toute l'histoire sur la table ! Affronter le réel.

    A fortiori quand l'expo inaugurale se déroule dans un musée archéologique, celui de Francfort en l'occurrence.

    HOMMAGE A LA PRINCESSE PHENICIENNE EUROPE, UR'P, FILLE D'AGENOR, ROI DE TYR

     La mythologie est au monde antique ce que le document imprimé et internet sont à notre vie moderne: un moyen de raconter l'Histoire, un média.

    Les grecs antiques ont tenu par ce cycle légendaire thébain a affirmer combien leur savoir puise ses racines dans la rive orientale de la méditerranée. Cela vaut pour Kadmos (ou Cadmus) et l'importation de l'alphabet phénicien de Tyr (Liban actuel) alphabet   lui même découvert légèrement au nord à Ugarit (Syrie actuelle, ancienne côte syro-cannano-phénicienne)

    Le mythe : la jeune Europe est enlevée par Zeus déguisé en  taureau blanc  sur une plage phénicienne pour partir en  Crête. A la demande de son  père Agenor, ses frères (dont Kadmus) ont ordre de  partir à sa rechercher dans toute l'actuelle Grèce. Et de ne jamais rentrer sans elle. Devant l'impossibilité de  la retrouver, il consultera l'oracle de Delphes et fondera une ville "là où il rencontrera une génisse blanche" . Kadmus fondera Thèbes en Béotie. Le cycle ovidien des Métamorphoses est essentiel: les textes sur Oedipe en seront issus.

    Les écrits de Thèbes présentent un fort caractère généalogique, à la fois sur les descendants donc la fusion avec les peuples locaux mais aussi sur les ascendants. Passion généalogique...tout comme dans l'univers sémitique...

     Les Grecs antiques ont par la voie mythologique mentionnés combien l'expansion de leurs cultures s'inscrit dans un contexte méditerranéen très large qui a véritablement façonné l'histoire avant eux   : Sumer, Mésopotamie, Phénicie, Hittites etc.

    Je signale l'excellent pôle de recherche sur le Proche-Orient ancien ( de niveau mondial)  à la Maison de l'Orient et de  la Méditerrannée, MOM Lyon 2, qui met à disposition de l'internaute une base de donnée accessible et gratuite (podcast ou autres) Plusieurs laboratoires de Recherche  dont Hisoma (textes et langues anciennes) et Archéorient

    Les sources de la civilisation grecque puisent dans les apports venus de la côte orientale.

    Le rapport entre l'Europe et le Proche-orient est des plus complexes !

    Si l'on change le curseur de la période historique pour s'intéresser à la période néolithique (premières néolithisations proche-orientales à la fin du 9ème millénaire avant JC) on constate pareillement  que l'élevage et les techniques d'agriculture sont importées dans nos contrées  par des bergers orientaux venus essaimer en Europe et dans les Alpes...

    Oui, même si la chose déplait à ceux qui tracent "l'identité culturelle" comme unique et  enfermée dans des frontières,  l'identité européenne comme l'identité grecque dans leurs racines et   structures sont totalement sur la base de sources Est  Proche-orientales , celles du fameux croissant fertile, géographiquement au coeur de l'Asie, l'Afrique et l'Europe.

    Ah si les archéologues se mêlaient de quitter leurs chers tessons et autres ostracons pour venir par des articles simples diffuser leurs précieuses informations !

    L'AFP alors rédigerait mieux sa dépêche sur la déesse/princesse EUROPE, celle dont le   nom a baptisé notre  continent !

                                                                  Sylvie Neidinger

     

     Rétrolien: Blog latinistes Suisses Félix Tuscher