10/12/2018

Le pillard évoque le ....droit en... cassant la vitre!

Une scène de pillage samedi dernier dans le XVIIème arrondissement de Paris a été captée. 

Ce direct impressionne. D'une part, info, les casseurs disposent d'un matériel sophistiqué pour forcer une porte par pression. Preuve d'un "professionnalisme" certain.

Le bijoutier retranché dans son magasin veut fermer le rideau. Un assaillant bloque cette manoeuvre à mi-hauteur. Les casseurs s'attaquent à la vitrine qui commence à céder.

Soudain, des bruits de détonations sortent depuis  l'intérieur. Self défense. Le commerçant tire au flash-ball. Il dira pour se justifier avoir craint pour sa vie. 

Un pillard sera blessé à la main, sa main qui commençait à travers la vitrine à piller.

Surréaliste : on entend alors un pillard dire "mais il n'a pas le droit de faire ça!" Quel constat de la part de cet individu.

Parce que lui a le droit d'attaquer violemment un commerce, peut-être? A la tombée de la nuit et profitant du désordre des rues. Non !

                                                              Sylvie Neidinger 

overdose fiscale,#giletsjaunes,17 novembre,révolutionnaires,1789,#macron,#blogneidinger,#carburant,#csg,ecologie punitive,benjamin #griveauxRubrique #GiletsJaunes

 

03/12/2018

Le Sénat, contre pouvoir démocratique essentiel

Après  A. Benalla, le Sénat convoque mardi prochain les ministres de l'Intérieur Castaner et Nunez.

Pas pour les même raisons mais tout est lié à l'exercice du même pouvoir macroniste. Vertical et "haut-fonctionnarisé".

En période de gravissimes turbulences gouvernementales par un président perché dans ses certitudes, qui insulte sa population, cette Institution démontre tout ce pourquoi elle est là: le CONTRE-POUVOIR démocratique.

Le Sénat  n'a pas encore rendu son rapport sur l'affaire Benalla que l'urgence frappe à sa porte: le Président Gérard Larcher indique qu'un troisième samedi noir semble  inenvisageable tant l'ambiance autour du mouvement des Gilets Jaunes est insurrectionnelle et révolutionnaire. (Les forces de l'ordre ont à gérer une violence inouïe) 

Ce Printemps français est hyper violent. L'Arc de Tromphe fut vandalisé, Paris à sac. Avignon, Toulouse, le Puy-en-Velay....Les barrages filtrants se créent jusque dans les petits villages, radars et péages détruits en masse. Ras-le-bol fiscal profond.

En   convoquant "les" deux ministres de l'Intérieur, le Sénat entend comprendre que ce le gouvernement entend faire pour faire cesser le désordre public liés aux augmentations de tous ordres.

 https://www.publicsenat.fr/article/politique/violen...

" Tous les sénateurs qui se sont exprimés ont soigneusement évité de mettre en cause les gilets jaunes dans les violences qui ont éclaté hier. Ils mettent en revanche en cause le gouvernement et sa « volonté de ne rien changer considérant que la seule vérité est détenue par une partie de ceux qui nous gouvernent », comme le disait le sénateur LR Jean-François Husson. Président de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable, Hervé Maurey fustige, lui, « une approche de l’écologie trop technocratique, trop théorique, trop dogmatique, trop punitive, trop coupée de la réalité du terrain"

                        LE SENAT DEMANDE DES COMPTES AU GOUVERNEMENT

Certains mots d'ordre #GJ clamant la suppression du Sénat n'ont pas compris combien la dualité de Chambres est absolument nécessaire pour garantir l'équilibre démocratique tripartite : gouvernement-sénant-parlement.

En cette  période d' exercice du pouvoir autocratique macroniste, le Sénat est essentiel.

Le président de la République le sait. Dans sa prise de pouvoir, Macron  a mis à son programme la "réforme des institutions" Il entend même  s'attaquer à ce bastion.

Les Gilets Jaunes - c'est à dire les français tellement le mouvement est large ! -doivent comprendre combien le Sénat est essentiel à la démocratie française.

                                                                Sylvie Neidinger

 

 

overdose fiscale,#giletsjaunes,17 novembre,révolutionnaires,1789,#macron,#blogneidinger,#carburant,#csg,ecologie punitive,benjamin #griveauxRubrique #GiletsJaunes

 


 

 

senat,parlement,gouvernement française,a benalla,castaner,nunez emmanuel macron,#gj,gilets jaunes,printemps français,#blogneidinger,contre-pouvoir

30/11/2018

Les Gilets Jaunes: un Printemps français 2.0, dégagisme compris !

84 % des français soutiennent les Gilets Jaunes. Renforcement depuis le discours jugé verbeux du Président.

Rupture de stock gilets dans les magasins. Les klaxons les soutiennent en  masse aux rond points occupés.

Toujours soutenus malgré la tentative- ratée- de  discrédit gouvernemental qui qualifiait  le mouvement de peste brune et autres factieux..(G Darmanin,  Castaner...) Une diabolisation maladroite qui a jeté de l'huile sur le feu!

#GJ discrédités par des médias méprisants [également l'inénarrable @quatremer de Libé entre  autres] auxquels il est répondu ceci dans le (certes droitier) magazine Valeurs Actuelles en évoquant un racisme social :

« Tous les hommes naissent libres et égaux en droits » ; voilà pourquoi nous nous sommes battus en 1789 ! Par conséquent, que Jean Quatremer et Charles Dantzig respectent cet héritage et qu’ils laissent les Gilets jaunes s’exprimer, en cessant de les insulter et de les salir, car ils ont droit, autant qu’eux, à la parole. Mépriser le peuple comme ils le font, ou du moins la représentation qu’ils s’en font, c’est finalement remettre en cause les valeurs démocratiques qui sont aux fondements mêmes de notre République. Cracher sur les milieux populaires, de manière aussi immonde et aussi sotte, c’est, au final, s’ériger en nouveaux promoteurs du mépris de classe et du racisme social."gilets jaunes,dégagisme,printemps français,#macron,printemps français jaune,#blogneidinger

 

Le" mouvement GJ du 17 décembre "est révolutionnaire par son vocabulaire, sa violence (2 morts, des centres des impôts et radars attaqués, des véritables blocages, des députés ciblés en direct ad hominem. Champs Elysées "démolis"par les casseurs dans la foulée...)

De graves dérapages. Les blocages contreviennent à la liberté de circulation. Ici : un incident sur un barrage. Leur provocation est maximale: le domicile personnel du ministre de l'Intérieur Castaner visité!

Etonnantes que  ces références multiples à 1789: le "peuple"la Marseillaise chantée en permanence, les doléances.

Mais une révolution en mode 2.0. La capacité de mobiliser passe par les réseaux sociaux. On se doute que le lien 2.0 et une telle révolte sociale vont être analysées.

Mobilisation de tous profils: des plus jeunes aux retraités, ayant voté ou non, salariés, indépendants. 

Beaucoup d'indépendants dont la barque fiscale est lourdement chargée en France (le RSI et suivant)  juste bons à payer sans percevoir pour eux ne serait-ce qu'une  retraite décente. 

Le passage brutal sans concertation aux 80  km/h cet été juste pour récupérer les pv par l'Etat a tendu la situation.

Le spectre politique installé aux carrefours est simple : de l'extrême gauche à l'extrême droite, les électeurs de Macron compris. Mais ils ne veulent en aucun cas se voir récupérés par les partis en place, François Hollande compris, ce champion de la taxe, ancien patron de Macron qui s'en mêle sans vergogne...

Les  #GJ sont dégagistes, Macron  ciblé directement. 

L'inconnu qui a pris le pouvoir avec une nouvelle offre qui balayait les partis a dirigé de la façon la plus verticale possible puisque sa références en Bonaparte.

Macron qui a beaucoup insultéla population.

Et contribué à accentuer la délégitimation du pouvoir. De son pouvoir.

Un échec pour lui. 

Il a tout de même régulièrement pointé du doigt des catégories de population française contre d'autres !!

Les #GiletJaunes n'entendent plus les "politiques". Leur réaction indifférente aux rencontres (ou non rencontres ) avec les ministres le démontre. François de Rugy, le Premier Ministre Edouard Philippe:  paroles politiques ultra démonétisées auprès des révoltés.

Inaudible. Le lien est cassé.

           TROP DE TAXE TUE LA TAXE. TROP D'INSULTE DECREDIBILISE

En 1938 Keynes disait que plus de 25% de taxe le système se grippe. En France le taux de prélèvement  est de 48,7% le plus haut d'Europe.

Trop de taxe tue la taxe. Dans la foulée, les doléances partent en tout sens jusqu'à la suppression du Sénat.

Erreur majeure car le Sénat est un véritable contre pouvoir. Il joue parfaitement son rôle d'alerte actuellement face au dirigisme macroniste vertical.

Face à la colère profonde,Macron est en complet déni ou incompétence. Il joue de la parlotte, du langage, d'un "haut"conseil inutile,( haut évidemment dans son idéologie du premier de cordée) 

Il use "pédagogie " hyper méprisante comme si les français étaient des enfants.

Au passage le président Macron  n'explique pas pourquoi il a supprimé les dispositifs fiscaux... environnementaux  de façon illogique complète (aide pour chaudières plus performantes, fenêtres) Pouvoir cynique.

Face à  des Gilets Jaunes hyper structurés ( ceux du  Vaucluse par exemple) 

Décalage de paroles. Sans compter les multiples INSULTES de E Macron  à la population, du jamais vu que cette morgue, cette attitude de petit maquis se croyant roi de France.

En résumé pour janvier : hausse prévue de l'électricité, du gaz, du carburant, des péages. Et la fiche de salaire coupée par le prélèvement à la source.

                                              PROBLEMES DE FOND

Il existe  pourtant des pistes de  réforme de l'Etat que souligne   la Fondation  IFRAP et son économiste vedette, la très libérale  Agnès Verdier-Molinié. Coeur de cible la recherche sur la gestion de l'Etat. Selon elle:  augmenter le temps travail de certains fonctionnaires (40 000 équivalents salaires récupérables) réduire le nombre, augmenter  l'âge de la retraite.  

Une Education Nationale à la peine  qui... peine à bien placer le pays dans le classement  Pisa.

Une réflexion à poser sur la propension de la France à se mêler en direct  de multiples conflits dans le monde. Certes elle est vendeur d'armes et cela "rapporte". ( ô Yémen...)  Mais a-t-elle juste les moyens ne serait-ce que de lancer le programme d'un second bâtiment nucléaire?

Fondamentalement la France souffre de sa verticalité accentuée avec la pratique macronnienne du pouvoir. Qui balance du jour au lendemain sans concertation par exemple les 80 km/h.

Cette 5ème république centralisée en pyramide pose un véritable problème.

Le président peut au petit déjeuner décider d'une guerre sans rendre de compte à personne, pas même au parlement. Qu'il est  juste tenu d'informer a posteriori.

Or, toucher à ces curseurs, c'est aussi de la dynamite sociale ou politique  en perspective....

 

Il y avait les Printemps des peuples de 1848, le Printemps de Prague.#GJ

Les policiers n'ont  jamais vu: cela des plaintes déposées contre le président Macron !

On peut voir se dessiner la colère d' un Printemps français gilets jaunes

 Les inquiétudes sont majeures pour l'économie, en cette période de Fêtes en plus!

Macron cristallise toutes les rancoeurs.

Quand on met en perspective la fin du mois contre la fin du monde, la différence d'analyse est abyssale!

                                               Sylvie Neidinger 

 

Suite la manifestation du 1er décembre dite  révolutionnaire

Suite Le Sénat veut entendre mardi 4/12/18 Castaner "Tous les sénateurs qui se sont exprimés ont soigneusement évité de mettre en cause les gilets jaunes dans les violences qui ont éclaté hier. Ils mettent en revanche en cause le gouvernement et sa « volonté de ne rien changer considérant que la seule vérité est détenue par une partie de ceux qui nous gouvernent », comme le disait le sénateur LR Jean-François Husson. Président de la commission de l'aménagement du territoire et du développement durable, Hervé Maurey fustige, lui, « une approche de l’écologie trop technocratique, trop théorique, trop dogmatique, trop punitive, trop coupée de la réalité du terrain ». "

 

 

 

 

overdose fiscale,#giletsjaunes,17 novembre,révolutionnaires,1789,#macron,#blogneidinger,#carburant,#csg,ecologie punitive,benjamin #griveauxRubrique #GiletsJaunes

 

 

25/11/2018

Rire. Réponse de E Macron: un Haut Conseil pour le Climat....SOCIAL?

Aux lendemains de scènes de guerre sur les Champs-Elysées liées au mouvement des Gilets Jaunes ( et les dérives liées aux 200 casseurs de l'ultra droite et 200 de l'ultra gauche du matin, des casseurs venus  des banlieues en fin de journée  qui se sont attaqués aux magasins)... la réponse du Président de la République  aux attentes de la population basique qui n'en peut plus des hausses et taxations de tous bords  est très   technocrate.

Presque une voix et voie  sans issue.

Le président entend fonder un  Haut Conseil pour le Climat ..Mais visiblement pas celui du Climat Social !!!!

 

Discuter de quoi, en fait??

 Cela peut même être vécu comme une provocation de sa part par les esprits échauffés du terrain.

D'autant que le procédé est  bien connu:  lorsqu'on veut enterrer un problème, on créé, en France, une ....commission.

 Les assemblées de parlottes qu'il entend également fonder dans tous les territoires semblent  hors sujets face au  niveau de révolte sociale actuel.  

A l'heure des réseaux sociaux, ces rencontres de discussion sur la transition écologique qu'il entend installer dans le territoire ressemblent tellement à des cahiers de doléances à remplir. Genre 1789, sous Louis XVI. 

Il semble évident que ce "grand débat" sur l'écologie est voué à l'échec, face à une crise sociale majeure. Comme botter en touche.

D'autant que seulement 20% des taxes carburant partent pour l'écologie !

                                       Sylvie Neidinger

 

 Suite- Macron n'est décidément pas de ce temps ! Le vocabulaire par lui employé ce jour de "classe laborieuse" est directement issu du XIXème siècle.

 

 

overdose fiscale,#giletsjaunes,17 novembre,révolutionnaires,1789,#macron,#blogneidinger,#carburant,#csg,ecologie punitive,benjamin #griveauxRubrique #GiletsJaunes

 

 

 

24/11/2018

Paris: les gilets jaunes déjà sur les Champs. Journée insurrectionnelle en perspective

Les gilets jaunes sont déjà à 10h30 en ce samedi 24 novembre 2018 à quelques encablures de l'Elysée et dans un climat... déjà insurrectionnel.

Champs-Elysées qui normalement étaient interdits de manifestation.

Ils demandent la démission de Macron. 

Ils convergent de la rue de Rivoli et des Champs vers la Concorde.

Ce n'est pas une manifestation classique encadrée par syndicat et partis: aucun service d'ordre, la pire des situations pour les forces de l'ordre dont la mission va être difficile ce jour....

La journée s'annonce chaude.

Les premières grenades lacrymos sont lancées. Le mobilier urbain commence à être démoli par les casseurs qui construisent des barricades.

Quel échec du macronisme! Le Président de la République  a démoli les corps intermédiaires et se retrouve en face à face direct.

Comme en 1789, ceux qui se présentent comme étant "le peuple" s'en prennent direct à la tête du pouvoir.  Ils manifestent en chantant la Marseillaise.

Macron, narcissique,  s'est pris pour un  roi de France, hyper vertical.

Macron a insulté des catégories de population. Les augmentations, taxes, diesel et autres,  PV  pleuvent de tous côtés.

La jacquerie populaire nationale déborde.

Avec ses excès inacceptables (personnel politique visé directement attaques racistes...)

Comme ce samedi.

La violence démarre en début de manifestation le matin: il y a déjà des affrontements. Dans une manifestation classique la violence est en fin de manif vers 17 h. 

Les ultras droite et ultra gauche sont déjà identifiés sur place selon les policiers et gendarmes. 

La situation se tend. C'est ultra inquiétant.

                           CONSENSUS A L'IMPOT

 Violence aussi sur les routes de France, le mouvement de casse des radars continue.

Un restaurant a brûlé cette nuit à Hénin-Beaumont..

                    

Le consensus national à l'impôt s'est cassé par la surcharge de taxes et hausses. 

Le consensus tout court. Et pas seulement  celui des catégories défavorisées ou ceux  présentés comme "campagnards". Ou "provinciaux" par le gouvernement et les médias.

Les français en général  soutiennent le mouvement à 70 %. Ceux des villes aussi concernant les augmentations du coup de la vie.

Malgré les violences inacceptables de ces manifestations: 2 morts, des centaines de blessés, destructions de biens, actes racistes, attaques ad hominem contre le députés, à leur domicile, contre leur famille, blocages total de circulation, attaques contre les journalistes... Cela dérape sec et pourtant cela dure.

Quel échec pour ce Méprisant de la République.

  Jamais un tel mouvement à l'échelle nationale, spontané, organisé sur les réseaux sociaux n'a existé en France.

Cette coagulation des multi-mécontentements des insultés, des  gaulois réfractaires, des ouvrières illettrées, des  dieselistes clop au bec, des  gens qui ne sont rien mais qui traversent les gares (on en passe...) est inédite.

Le roi Macron est nu face cette colère  immense et profonde.

 

                                                          Sylvie Neidinger

 

overdose fiscale,#giletsjaunes,17 novembre,révolutionnaires,1789,#macron,#blogneidinger,#carburant,#csg,ecologie punitive,benjamin #griveauxRubrique #GiletsJaunes

 

 

22/11/2018

Gilets Jaunes, jacquerie de type révolutionnaire: 200 radars détruits en un week-end

Certains y voient du poujadisme. Le mouvement des #GiletsJaunes  semble d'un autre type: une véritable jacquerie révolutionnaire. Un échec majeur de la politique macroniste, ce nouveau monde finalement très versaillais ! 

On notait dans les prémices du mouvement l'usage du vocabulaire de 1789. Le drapeau, la Marseillaise chantée. Il s'attribue le terme de   "peuple" "qui veut monter sur Paris", peuple qui veut "chercher Macron". Ils veulent abattre le pouvoir, dissoudre l'Assemblée Nationale; "le peuple est souverain" entend-on.

Tout y est, les piques en moins.

Le mouvement  cible celui qui se comporte d'une façon saugrenue en monarque républicain vertical, cassant, insultant sur les "gens qui ne sont rien et qui emplissent les gares". Insultant régulièrement à tout bout de champ "les ouvrières illettrées", on en passe et des meilleures...

 Emmanuel Macron  eut cet été cette parole terrible  pour un Président de la République" "venez me cherchez". ....Les #GiletsJaunes actuellement viennent le chercher ! Message entendu.

Il a supprimé les corps intermédiaires, partis et syndicats. Il est donc en direct face à eux.

Il  en est devenu totalement inaudible aujourd'hui lui et son gouvernement.

Les bonnets rouges bretons faisaient eux  aussi référence à la période révolutionnaire  à commencer par l'usage de... bonnets rouges. Leur révolte, toutefois plus circonscrite au monde des transporteurs, des agriculteurs, a obtenu gain de cause quand le gouvernement de l'époque (Hollande, Royal) prit peur. En effet les individus commençaient à s'attaquer aux lieux physiques de l'impôt: les perceptions. L'idée de taxation automatique par portiques sur toutes les routes fut vite abandonnée. Les sans-dents,expression scandaleuse du président Hollande, avaient gagné.

                    #GILETSJAUNES : MADAME ET MONSIEUR TOUT LE MONDE

 Les gilets jaunes ne sont pas simplement circonscrits au monde professionnel des transporteurs: sur les barrages on observe les gens  de  tous âges et tous métiers dont  les retraités pour la hausse de CSG (hypermotivés) les indépendants et tous les gens"ordinaires" qui n'en peuvent plus de leur plein d'essence pour la mobilité entre autres hausses, du passage à 80 km/h pour selon eux faire entrer encore plus de pv dans les caisses de l'Etat.

Dire que la colère est plus rurale que urbaine n'est pas exact. Certes les mobilités autonomes sont essentielles en campagne. Mais les urbains souffrent aussi des hausses.

Parler d'un monde supposé d'en bas face à un monde supposé d'en haut est également  un clivage méprisant, inexact qui se lit à tout bout de champ dans les analyses en cours. 

Parler des invisibles est également inexact: c'est la France du quotidien, bien visible.

Salariés, indépendants, retraités... la fameuse convergence des luttes réussie par les gilets jaunes et pas par les syndicats ou autres.

Il faut surtout analyser la situation  en termes de consentement à l'impôt sous toutes ses formes. Et de rupture. 

Ici le mouvement des Gilets Jaunes est beaucoup plus inquiétant pour le gouvernement qu'une révolte étudiante sur les pavés  car la rupture est effectivement consommée avec la population.

Le Gilet Jaune, c'est  Madame ou Monsieur Tout le monde, automobiliste et pas que. 

La colère gronde. Se structure par les réseaux sociaux. 

Une violence se fait jour, des dérapages racistes et autres sur les barrages.

Une colère protéiforme qui n'entend pas s'arrêter. On compte plusieurs décès déjà. Deux morts, 500 blessés. Les dépôts de carburant  bloqués.

Un péage a subi des dégradations majeures à Virsac.

Plus de 200 radars furent  vandalisés en un seul week-end

C'est assez inquiétant car hors de contrôle, transversal, concerne  la société sous diverses composantes. L'île de la  Réunion est très impactée.

Lors des manifestations étudiantes, qui lancent  des milliers de jeunes dans les rues certains responsables ou journalistes ont parfois cette expression en bouche: "quand le tube de dentifrice est vidé, c'est difficile de remettre la pâte dans  le tube". Ils font  référence à la difficulté du retour à l'ordre.

Or, le mouvement des gilets jaunes ne concerne pas les seuls étudiants mais toutes les typologies. C'est la société dans sa profondeur qui est impactée. Comme actif sur les barrage ou soutiens (rappel 70 % favorables dans les sondages)

Les policiers  savent qui puisqu'ils partageaient avec eux les premiers barrages de terrains, dans une ambiance bon enfant au départ.

Les  autorités  justifient la hausse d'une façon maladroite : la distorsion du réel et l'écologie qui a bon dos. L'argent en fait est rapatrié au budget général pour combler les déficits.

La future hausse programmée  pour 2021 sous couvert de taxation écologique doit porter le plein de carburant à 100 euros

Cela semble intenable dans le contexte des Gilets Jaunes. Sans compter les hausses prévues de péage urbain, d'essence  et le prélèvement à la source mis en place à fin janvier 2019.

La crise est majeure, la colère profonde. Traiter cette colère sur le mode répressif et policier ne suffira pas à l'éteindre. 

La voie de sortie de ce mouvement sans porte parole semble totalement difficile.

 

                                                                                       Sylvie Neidinger

 

Suite. Le mouvement s'amplifie. La CGT entre dans la danse et bloque les dépôts de carburant; La situation est insurrectionnelle à la Réunion. La population soutient le mouvement plus encore.(sondage) Le Président n'a pas pris la mesure du problème. Il entend "expliquer "

 

overdose fiscale,#giletsjaunes,17 novembre,révolutionnaires,1789,#macron,#blogneidinger,#carburant,#csg,ecologie punitive,benjamin #griveauxRubrique #GiletsJaunes