28/10/2017

Boris Johnson se croit en 1386: grand délire "national-historique" des brexiteurs!

Boris Johnson, l'inénarrable ministre britannique des affaires étrangères est à la tete de johnson.JPGpointe du  délire nationaliste et historique qui s'est emparé des brexiteurs.

Il n'est pas le seul.

On se souvient de la parade  sur la Tamise, organisée  en juin 2016 par Nigel Farage (alors Ukip) qui rejouait la bataille de Trafalgar

Lui modeste,  endossant juste les habits de ...l'amiral Nelson.

Theresa May elle même avait choisi de donner son discours-réponse aux européens à Florence ville des anciens échanges bancaires internationaux  au sortir  du moyen-âge. Dans la Toscane du libre-échange...à la Renaissance. Douche écossaise !

On entend ça et là les brexiteurs annoncer que le Royaume-Uni va s'en sortir seul en renouant ses liens  juste  avec ....l'Empire britannique....Lequel régnait à l'époque  sur tous les océans.

Problème: à l'époque !

Boris Johnson est allé  récemment chercher à Lisbonne un  soutien auprès de son homologue portugais Augusto Santos Silva.

 Pour le convaincre, il fait référence juste au

...Traité de Windsor de ...  1386 !!

 Soit, le plus vieux traité diplomatique du monde signé entre l'Angleterre et le Portugal, une alliance militaire.

Qui fait suite à l'alliance anglo-portugaise de 1373.Captureh.JPG

(citation presse GB)"Speaking to reporters after talks with Portuguese counterpart Augusto Santos Silva in Lisbon, Mr Johnson appealed to the 1386 Treaty of Windsor to suggest Portugal help in unblocking Brexit negotiations.

He said: “In the Treaty of Windsor, if you read it very carefully, somewhere I’m sure, there is a clause that says ‘if one side is involved in some very difficult European negotiations, it is the duty of one side to come to the aid of the other.”

Mr Johnson also brought up he Duke of Wellington’s role in chasing Napoleon’s troops out of Portugal in the early 19th century.

In addition, he mentioned the fact that British fictional super spy James Bond had been “conceived, at least intellectually, in Estoril,” a Lisbon beach suburb."

        CRISE PASSEISTE

Le Royaume-Uni  est carrément pris en otage intellectuel par un Boris Johnson, bonimenteur cabré,  juste en retard de... sept siècles sur la réalité de son île.

Et par plusieurs de ses compères, tous  en actuel total délire de grandeur historique passée qui resurgit à propos de la sortie de l'UE.

L'illusion de croire et de faire croire aux citoyens que, une fois la sortie effective, l'Empire revient !

 Décadent. Le brexit sent la naphtaline. C'est la course au "plus vieux".

Qui  s'accompagne sur le terrain de relents xénophobes.

Grand saut à pieds joints du grand blond  souvent décoiffé,  dans....le passé.

Au risque de ...son pays.

Le Gardian qualifie l'équipe en place, les Johnson, Davis et Hammond de "morts vivants".

Les donateurs  conservateurs sont jusqu'au boutistes.

Les brexiteurs n'ont pas compris leur réalité.

Selon Michel Barnier, la transition ne fera pas de "sur mesure". Selon Pascal Lamy, ancien dirigeant de l'OMC, "organiser le brexit n'est pas  marchander mais limiter les dégâts";

De facto, le Royaume-Uni qui entend quitter doit comprendre qu'il s'installe dans une position structurelle de faiblesse.

Alors la partie  théatrale des matamores Johnson, Hammond, David est surannée.

Un grand délire s'est emparé d'une partie conservatrice de la classe politique britannique, positionnement idéologique  que je qualifie de "national-historique".

Par des "conservateurs" au sens étymologique pur et dur du terme : la conserve.

 

 

                                                                           Sylvie Neidinger

(INFO SUITE)

gb,royaume-uni,brexit,brexiteurs,boris johnson,nigel farage,ukip,traité de windsor,treaty of windsor,augusto santos silva,portugal,1386,délire national-historique

 Annexe: (wiki) citation

Traité anglo-portugais de 1373

 Le traité de Londres, ou traité anglo-portugais de 1373, est un traité d'alliance signé le 16 juin 1373 entre le roi Édouard III d'Angleterre et le roi Ferdinand et la reine Éléonore du Portugal. Il établit un traité « d'amitié, d’union et d’alliance perpétuelle » entre les deux nations maritimes. Il est le plus ancien traité actif au monde.

Il fut renforcé tout au long de l'histoire, en particulier en 1386, 1643, 1654, 1660, 1661, 1703, 1815 et par une déclaration secrète en 1899. Il fut reconnu dans les traités d'arbitrage au XXe siècle entre le Royaume-Uni et le Portugal en 1904 et 1914.

Le traité fut temporairement mis en sommeil pendant l'Union ibérique de 1580 à 1640, lorsque les monarchies d'Espagne et le Portugal étaient dans une union dynastique. Cependant, avec la restauration de l'indépendance du Portugal, l'alliance reprit et prit une nouvelle importance pendant les guerres napoléoniennes, lorsque les Britanniques envoyèrent leur meilleur général, le duc de Wellington, saper les armées de Napoléon dans la guerre d'indépendance espagnole.

Il fut réactivé au cours de la Seconde Guerre mondiale, en vertu duquel les Portugais restèrent neutres, en accord avec la Grande-Bretagne, laquelle ne voulait pas étendre la guerre à la péninsule Ibérique, jusqu'en 1943, quand il fut entièrement réactivé par le gouvernement d’union nationale de Winston Churchill et le Portugal. La Grande-Bretagne, après trois mois de négociations, reçut l’autorisation d’utiliser l’aérodrome et les installations maritimes des Açores pour l’aider à combattre la menace des U-Boots. Les Britanniques citèrent également le traité au cours de la guerre des Malouines, en 1982.

(crédit images =capture site cité en lien)

                                                                 ******

SUNDERLAND et le mythe de la grandeur passée !

gb,royaume-uni,brexit,brexiteurs,boris johnson,nigel farage,ukip,traité de windsor,treaty of windsor,augusto santos silva,portugal,1386,délire national-historique,theresa may,délire national-historique;alliance anglo-portugaise de 1373,david davis,philip hammond

23/06/2017

La dose d'humour british: le bibi...pro-européen d'Elisabeth II

Sa Majesté la Reine n'a pas  le droit de s'exprimer.

Pourtant Queen Elisabeth II sait parfaitement communiquer ses  messages !

Tenez le pour dit. Elle goûte peu le crime de lèse-majesté. L'impolitesse, quoi.

Elle avait refusé de recevoir en retour, chez elle, François Hollande qui s'était comporté comme un goujat lors de sa royale visite parisienne. Un malpoli qui la laissa moisir....debout.

Le (la?)  maire de Paris n'était pas en reste: Anne Hidalgo la choqua elle aussi.

La reine vient de critiquer récemment l'impolitesse des dirigeants chinois en visite par un "off" très "on" puisqu'une caméra trainait par là,  "comme par hasard";

On croit savoir qu'elle n'est pas très favorable non plus  à l'accueil plein pot du dingo d'outre atlantique, le twitos golfique nommé Trump....

                              LE COUVRE-CHEF TENDANCE UE COMME MESSAGER

gb,queen elisabeth,elisabenth 2,chapeau,bleu,ue,dress code,humoir britanniqueHier était jour d'éclat de rire, au Royaume-Uni, quoique un peu désuni en ce moment.

Alors que son Altesse Royale devait lire le discours du Trône écrit par la hard brexiteuse locale, Theresa May

Soit une perspective pas  "exiting"du tout que  de citer la hardeuse de Downing Street

.....la titulaire en chef du Trône a opté pour une tenue des plus .....européennes  !

 

 La tendance UE version Buckingham c'est :

-un ensemble bleu roi

- un bibi  de la même couleur  agrémenté de fleurs, couleur jaune genre... étoile du

....drapeau européen :

Chapeau l'artiste !

 Elisabeth II  tellement tenue par son devoir de réserve,  par le protocole est  si libre, si drôle !

Et clairement non brexiteuse, elle. Ni hard. Ni soft.

Juste trolleuse en habit bleu pétrole! Mais surtout , sans le dire. Chut...

 

                                                      Sylvie Neidinger

 Capture.GIF

   oui géniale !

 

 

 

27/03/2017

Chypre: massacre de 2,3 millions d'oiseaux migrateurs dont 800 000 sur une base britannique

L'île de Chypre subit un braconnage professionnel à grande échelle d'oiseaux migrateurs. Dont évidemment des espèces en voie de disparition

Un carnage de 2,3 millions de volatils l'automne dernier

La base militaire  britannique de Dhekelia est pointée du doigt.

Localement tout le monde s'en lave les doigts.  

Le commandant divisionnaire de la base concernée accuse lui les politiciens qui soutiennent cette pratique officieusement.

Les restaurateurs servent sous le manteau les rouge-gorges et autres passereaux en un repas nommé l'ambelopoulia.

"deux millions d'oiseaux ont été tués l'an dernier sur l'île méditerranéenne selon les défenseurs de la nature, qui dénoncent un «désastre écologique».Lieu de passage majeur pour les migrateurs, «Chypre est de loin le pire pays en Europe concernant le nombre d'oiseaux tués chaque année et le nombre d'espèces concernées», souligne Andrea Rutigliano. Membre du Comité contre le massacre des oiseaux (Cabs), il est venu participer à son énième campagne sur l'île, où certains migrateurs --fauvettes à tête noire, grives ou encore rouge-gorges-- constituent un mets très recherché --mais interdit-- l'ambelopoulia."

Un scandale au coeur de l'Europe

                                                Sylvie Neidinger

 

http://www.francetvinfo.fr/monde/chypre/chypre-plus-de-2-...

 

http://www.20minutes.fr/planete/1379421-20140519-20140519...

 

18/02/2017

Psychanalyse du Brexit ou le rêve du retour impérial.

Le Royaume -Uni se replie sur lui même en évoquant sa grandeur passée.

L'image qu'il porte sur lui-même, victorienne, date des XVIIIème et XIXème siècles.

Toute la problématique du brexit se base sur le mythe d'une Angleterre au centre du Monde (avec  libre échange à tout va et son Empire maritime) et non sur sa réalité actuelle.

Ou réalité future.

Elle pense en quittant l'UE revenir automatiquement à ce passé.

C'est un pari osé.

 

 

Je signale cet article sur le thème qui signale que cet état d'esprit témoigne plus d'un déclin que d'une avancée:

https://www.franceculture.fr/emissions/le-tour-du-monde-d...

https://www.nytimes.com/2017/02/15/opinion/theresa-mays-e...

 

                                                           SN

07:17 Publié dans Politis International | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : brexit, gb, ru, période impériale, déclin psychanalyse | |  Facebook | | | |

04/07/2016

Après le Brexit, Farage et Johnson filent.... à l'anglaise !

Gonflés.

Ou plutôt dégonflés...

Les deux leaders acharnés anti-européens pro-brexit, Nigel Farage et Boris Johnson filent à l'anglaise, une fois mis devant la réalité du vote anti-européen.

Devant les  conséquences en cascades non prévues, non analysées.

Leur forfait commis, leur campagne violente, nauséabonde pliée (qui comparait l'Europe à Hitler et a vu le meurtre de la député Cox par un néo-nazi) leur campagne mensongère derrière eux (pluri-mensonges notamment sur  les chiffres de transfert d'argent) ils se défilent!

Assez lâches en fait.

Ils ont vendu un retour vers la grande Grande-Bretagne ce pays mythique encore dans les têtes simplistes prêtes à  le croire.

Au point de ne pas avoir écouté la jeune génération et voté Leave.

Farage s'était même offert une bataille navale ridicule de petits bateaux sur la Tamise et lui se la jouant Amiral Nelson.

On parle aujourd'hui sur place  d'une situation shakespearienne  autour de crimes et trahisons.

Avec Johnson et Farage il faut parler plutôt  de burlesque, de tragi-comédie. Un Laurel décoiffé, bizarre, excentrique et son Hardy bien sapé.

Johnson comme "journaliste"à Bruxelles dans  le début de sa carrière   écrivait des articles de moquerie sur l'Europe...ses uniques  faits d'armes avant de prendre  la tête de Londres.

Les britanniques ont très nettement voté pour ces individus avec plus d'un millions de bulletins  d'écart.

En connaissance de cause. Tout avait été dit. Ils avaient été prévenus.

                         ENGLISHNESS

Ils se trouvent pris à leur propre piège d'un difficile Brexit.

La Grande-Bretagne se vit comme "indépendante". Elle réclame par ce vote  une sorte d'englishness, tout en  contrôlant le monde depuis la City.

Image surfaite des propres ressources et capacité solitaires en selfy orgueilleux...

En réalité le Royaume veut de l'Europe le beurre et l'argent du beurre: les avantages sans les inconvénients (libre circulation des capitaux mais refusant la libre circulation des personnes, un des quatre piliers).

Avec une morgue et une suffisance exagérée et déplacée. Cameron en février jouait la carte du chantage, une habitude.

Farage est venu parader/insulter le Parlement européen après le Brexit . Il lui a été  demandé "mais que faites vous encore ici?"

Le Royaume-Désuni, cette île humoristique, capable de  considérer le continent comme coupé... en cas de brouillard tient  à  son libre-arbitre politique.

Mais alors, qu'elle laisse les autres tranquilles et qu'elle vive dans son coin !

Le problème est que ce schéma ne lui convient pas. Elle réclame le beurre et l'argent du beurre.

Exemple majeur: la Grande-Bretagne qui n'était pas dans la zone euro détenait à la City la chambre de compensation des milliards d'euros en circulation....

Paradoxe de cette tragédie grecques: plus les britanniques ont voulu contrôler leur destin et plus ils ont décroché. Ils viennent de lancer  leur pays sur la planète mars, en apesanteur.

La classe politique déboussolée a l'illusion de croire qu'elle va encore  pouvoir peser sur les négociations futures à son avantage et grâce à son habituel chantage.

Les désormais 27 ont répondu fermement. Le scénario UE est le suivant

1-La Grande-Bretagne annonce officiellement qu'elle quitte l'EU et les négociations commenceront APRES.

2- Accéder au marché unique c'est respecter la libre circulation des personnes

 La livre sterling a diminué de 10% environ.

Des scènes d'un racisme certains sont enregistrées contre les étrangers, même sur les campus.

 

L'armada Farage ne sait plus sur quelle rive accoster. Une débandade des pro-brexit.

La reine,élément fédérateur, lors d'un déplacement en Irlande du Nord a indiqué " je ne suis pas encore morte"signe de sa grande inquiétude. Elle mesure toutes les difficultés à venir.

Drôle de spectacle sur la Tamise...

 

                                     Sylvie Neidinger

 

Jean-Claude Junker et les eurodéputés se moquent des lâches qui "quittent le navire". Il est rappelé que Nigel Farage n'a pas encore démissionné de son siège d'euro-député....pour continuer à en toucher le salaire..

http://www.lepoint.fr/europe/brexit-les-eurodeputes-tacle...

SUITE juillet : Boris Johnson revient, comme ministre des affaires étrangères. Il ne s'est donc pas défilé. Mais la nomination de celui dont le langage n'est pas diplomatique a surpris Bruxelles.

SUITE septembre 2016 David Cameron lui aussi file à l'anglaise en démissionnant de son poste de député. Il ne veut pas assumer les conséquences de son choix de faire voter pour la sortie de l'UE