17/11/2018

Pub de propagande anti-européenne. Rubrique Sémiologie de l'image

Alors que D. Trump "clashait" sur Twitter Macron- lequel entend  créer une armée européenne (projet bien hypothétique à ce stade ) - et que Potus  était dans son avion Air Force One de retour des cérémonies du 11 novembre, je lis le fil d'actu et reçois sur mon écran  cette pub ( infra)

Une pub d'aspirateur qui   se  nomme.. Air-Force-All-in-One ! 

L'image ? Un aspirateur qui  en aspirant  démolit un simili drapeau européen.

Bizarre. Pour dire quoi?#rowenta,#ue union européenne,europe,cambridge analytica,air force all in one,aspirateur,pub d epropagande,elections européennes

Que le président US entend démolir l'Europe?  On l'avait compris....L'américain  dézingue à tout va. Méprise les dirigeants européens, Merkel et les autres. 

Bizarre dont cette introduction absolument pas humoristique d'une firme (Rowenta du groupe SEB)  en communication par un acte de  propagande politique et non une basique promotion commerciale.

Le drapeau européen vidé de ses étoiles par "air force one", ce quelques mois avant les élections européennes devient une image à la symbolique douteuse.

 Bien évidemment ce n'est pas hyper grave. Juste un bandeau d'écran qui disparaît rapidement.

Mais à l'heure des propagandes tous azimuts par toutes les méthodes dont les Cambridge Analytica,  on peut....ne pas se laisser "propagander" en rond !

Bien évidemment c'est un peu pervers car en  signalant la pub, j'ai un effet Streisand.

Tant pis.

Inévitablement,  ceux qui n'entendent pas valider ces petits jeux  médiatiques ont toujours loisir de rayer ce genre de marque de leurs choix d'achat.

                                                                 Sylvie Neidinger

 

#rowenta,#ue union européenne,europe,cambridge analytica,air force all in one,aspirateur,pub d epropagande,elections européennes

Rubrique politis Sémiologie de l'image

25/06/2016

"Gueule de bois" au ROYAUME-DESUNI

Lendemains d'ivresse "nationaliste" et de  victoire du camp  Brexit: la tête tourne pour les britanniques, désintégrés.

Les conséquences du Non à L'UE s'invitent immédiatement  avec la baisse de 10% de la livre en quelques heures, Ecosse (Nicola Sturgeon, 1er ministre)et Irlande qui évoquent leur  indépendance (unification de l'Irlande demandée par le Sinn Fein), Espagne qui veut récupérer les 7 km carrés  stratégiques de Gibraltar, les accords du Touquet remis en cause par les nordistes qui réclament que les anglais gèrent leur frontière chez eux et non sur le territoire français...

La boîte de Pandore des conséquences en cascades absolument non maîtrisées voire non apparentes  est ouverte.

Le  vote fut net pourtant, sans ambiguïté avec un écart de  plus de un million de voix.

Enorme problème sociologique: les villes et les jeunes (à 3/4) ont misé sur l'Europe, les campagnes, les retraités, les personnes âgées ont voté non.

Jeunesse en colère. Britanniques expatriés inquiet. City de Londres aux abois.

La campagne fut violente avec tout un raout anti européen, une haine  de fiel marqué par l'assassinat d'une jeune mère de famille, député (Jo COX) par un nationaliste d'extrême droite.

Ce, alors que la Grande -Bretagne bénéficiait d'un régime de faveur de l'UE et d"un" rabais" suivant le langage des boutiquiers!

 

                               POPULISME MENSONGES ET AMATEURISME

 

Incroyable. Sur les trending topics de google la recherche la plus forte au Royaume-Désuni au LENDEMAIN du vote est "qu'est ce que l'UE ?"

Question: ils ne pouvaient pas se renseigner AVANT???!!!!

(preuve qu'un référendum est faussement une bonne idée démocratique, c'est un choix  politique caricatural, en fait !)arguùent faux.PNG

A ce manque d'info, le N°1de Ukip Mickael Farage avoue hier un mensonge dans la campagne de son camp autour des 350 millions de livres/semaine que le Leave aurait soit-disant permis de rétrocéder au système social de la NHS.

Avec l'Europe, la Grande-Bretagne a  toujours eu cette relation de  boutiquier qui compte ses sous, de '"petite monnaie".

Comme au temps de Thatcher qui voulait sa monnaie "back"...

Les britanniques et leur vision de petits épiciers...

 

                             CAMERON A-T-IL EU RAISON ?OUI/NON

La démarche du référendum semble une voie démocratique.

En l'espèce, les enjeux étaient trop lourds pour une réponse par oui ou non, entre populismes, petits mensonges etc..

Le référendum est en réalité un piège démocratique.

Tous les excès furent permis ici.  Boris Johnson n'hésita pas à comparer l'UE à Hitler ....!

Bruxelles et les européens étaient lancés à la pâture publique comme le diable qui empêchait la Grande -Bretagne de redevenir le superbe Empire Britannique dans son superbe isolement mais toujours à la manette pour tout contrôler....chez les autres.

Un incroyable pêché d'orgueil qui se retourne magistralement  aujourd'hui.

Alors Cameron ???

Il entre dans l'histoire mais pas comme lui l'entendait. Avec le mauvais rôle.

Tous les problèmes à venir lui seront reprochés, c'est évident.

Il a fait prendre un risque inouï pour des petites questions de politique intérieure.

Les européens sont d'ailleurs actuellement  à nouveau étonnés, une fois  le vote OUT décidé, de voir Cameron vouloir décider du timing de sortie comme bon lui semble. C'est exactement cette attitude pénible  qui a marqué les relations GB-UE depuis l'origine. Boris Johnson dit ne pas être pressé lui non plus . Une façon de "tirer un max" des futures négociations ...

In c'est In, out c'est out.

Il  commence à  être demandé de rapidement mettre en oeuvre la sortie et de ne plus entrer dans les négociations de marchands de tapis!

Bruxelles s'agace.

JC Juncker est clair ( article du point) :"Sortir de l'Europe, "ce n'est pas un divorce à l'amiable, mais après tout, ce n'était pas non plus une grande relation amoureuse". C'ette sortie de Jean-Claude Juncker montre assez l'exaspération de Bruxelles devant l'attitude de Londres. Car après avoir signifié à l'Europe sa décision de rompre, la Grande-Bretagne se montre peu désireuse d'accélérer le départ effectif de la maison commune. Ce qui agace prodigieusement le président de la Commission européenne, qui a exigé que Londres dépose "immédiatement" sa demande de quitter l'UE. "Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement britannique a besoin d'attendre jusqu'au mois d'octobre pour décider si oui ou non il envoie la lettre de divorce à Bruxelles. J'aimerais l'avoir immédiatement", a-t-il déclaré."

Juncker remet les pendules à l'heure. Il critique directement David Cameron et son ambivalence:

"Quand on peste du lundi au samedi sur l'Europe, il est difficile de passer pour un Européen convaincu le dimanche", a accusé M. Juncker. Pour le président de la Commission européenne Bruxelles ne porte "aucune responsabilité" dans les résultats d'un scrutin voulu par M. Cameron "et non par le Parlement européen, la Commission ou le Conseil européen".

 

Le président du Parlement européen, Martin Schulz, avait jugé « scandaleux » le choix de M. Cameron de ne quitter ses fonctions qu’en octobre. « Tout un continent est pris en otage » par cette décision, a-t-il déclaré vendredi à la chaîne allemande ARD.


 

    La mise en réserve immédiate des députés et fonctionnaires européens britanniques est également réclamée. "Il ne faut pas leur faire de cadeau" est-il demandé !

                                SALUTAIRE  CLARIFICATION

Au sein de l'Union Européenne la sidération règne en ce premier jour de résultat.

Pour autant, certains affirment que ce vote a permis de clarifier les positions imbuvables des britanniques des dernières années ni dans l'euro, ni dans Schengen, avec avantages financiers mais voulant imposer leur vision et rythme.

Comme effectivement autour de l'euro.

Une monnaie qu'ils n'avaient pas adoptée mais qu'ils se plaisaient à  gérer impérativement depuis la City de Londres (Euribord)

Le Royaume-Désuni qui s'est endormi en se rêvant maître unique  de son destin et de ses petits sous, maître du monde de l'Empire sur lequel le soleil ne se couche jamais... se réveille face à une incertitude qui sape les fondements de son Etat, un premier ministre qui démissionne, en plus.

Grande-Bretagne: splendidement auto-isolée. royaume désuni,brexit,irlande,ecosse,gibraltat,ue,europe,orgueil,jo cox,cameron,thatcher,boris johnson

Pour l'Europe, le mérite de la clarification est puissant.

A la fois pour repenser l'Europe autour d'un noyau dur et au delà les autres (27 ) à réfléchir sur les éventuels élargissements.

La phrase du jour du ministre allemand des affaires étrangères FW Steinmeier évoque  la PAIX et la STABILITE.

"Les six membres fondateurs de l'Union se retrouvent aujourd'hui à Berlin pour des pourparlers post-Brexit. Je suis sûr que ces États vont envoyer comme message qu'on ne laissera personne nous prendre notre Europe, ce projet de paix et de stabilité".

                                                Sylvie Neidinger

 

royaume désuni,jo cox,brexit,irlande,ecosse,gibraltat,ue,europe,orgueil

L'Ecosse veut des négociations directes avec l'UE

 HUMOUR SUR LES RESEAUX SOCIAUX:

royaume désuni,brexit,irlande,ecosse,gibraltat,ue,europe,orgueil,jo cox,cameron,thatcher,boris johnson

....cherche de mariages blancs pour passeport !

 

crédit images capture d'écran sites web cités en lien

 

 

 

 

20/02/2016

Brexit...exit

Nombreux sont ceux qui pensent désormais que la sortie du Royaume-Uni, ce pays qui négocie autoritairement et "à la carte",  sera bienvenue.

Il vient d' obtienir par chantage des dérogations non réciproques.

Rappel du résultat: le Royaume-Uni pourra discriminer des citoyens européens sur l'accès à certaines prestations tout en sachant que les 27 autres pays ne pourront pas appliquer une telle règle aux citoyens britanniques présents sur leur sol !

Idem pour la City et ses banques non assujetties aux mêmes règles.

Alors que formellement, je cite marianne:restant dans l’Europe (si les électeurs britanniques le décident lors du référendum qui aura lieu, a-t-on appris ce samedi, le 23 juin), Londres gardera toutes les prérogatives d’un pays membre éminent : aucune réunion formelle d’aucune institution de l’UE ne peut avoir lieu sans la présence de représentants de la Grande-Bretagne : les juges britanniques de la cour de justice européenne, par exemple, tranchent les litiges relatifs à l’euro ou à l’espace Schengen, ou à la charte des droits européens, ou a l’espace de justice européen, alors que l’Angleterre est exempte d’appliquer ces volets des traités. C’est vrai aussi pour le Parlement européen, le conseil écofin (la zone euro est « informelle »)… Etc "

                                            LA CHANCE DU BREXIT... POUR LES 27

Le futur vote... anti-européen (?) lors du référendum du 23 juin prochain par le  peuple britannique qui veut le beurre et l'argent du beurre, les avantages d'un grand marché sans les inconvénients, contrôler la zone euro sans en faire partie et autres contradictions à l'avenant sera donc  une chance...pour l'Europe.  

De nombreux britanno-sceptiques naissent  de la dernière séquence bruxelloise.

Quand un dirigeant, tout seul, Davis Cameron force les 27 autres, devant les caméras du monde entier.

Ses arrivées tonitruantes...

Ne manquait que le colt ....

Dans un égoïsme absolu et nombriliste alors que les discussions devaient porter sur la crise migratoire.

Dirigeant  souverainiste pour lui mais en même temps libéral... pour les autres que surtout il entend... diriger. Comment les 27 chefs d'Etat ont-ils pu laisser faire?

Ceci dit, le futur vote va permettre de clarifier une bonne fois pour toutes la relation ambigüe( que certains voient comme... hypocrite) du Royaume-Uni.

Une dame de 80 ans me disait hier que l'Angleterre ne peut être en même temps dedans et dehors.

C'est évident.

   Brexit... Exit.                                                                       Sylvie Neidinger

 

 

 

SUIVI D'INFOS

http://www.franceinfo.fr/fil-info/article/brexit-je-me-de...

http://www.lemonde.fr/economie/article/2016/02/24/pour-la...

http://www.lesechos.fr/monde/europe/021739520956-macron-m...

 

21:55 Publié dans Politis International | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : brexit, exit, royaume uni, sortie, zone euro, europe, britanno-septiques | |  Facebook | | | |

04/09/2015

85 millions de "migrants potentiels" simplement du si proche... Orient

Ce chiffre est juste celui de la population cumulée de trois pays dont un pourcentage tend à vouloir émigrer.

Les migrants  fuient le proche et moyen-orient ( puisque venant aussi de l' Afghanistan) pour raisons de guerre, raisons économiques  ou politiques.

Ils veulent majoritairement rejoindre l'Europe du Nord, plus riche: l'Allemagne, la  GB, la Suède.

Alors qu'ils traversent sans aucun papier ni visa- ce que la législation réclame partout dans le monde-  ils démarrent leur voyage avec des certitudes très fortes, notamment pour les Syriens " on va nous donner un appartement et un travail" entend-on régulièrement.

Les migrants évidement parlent rarement les langues européennes.

Ce "donner" est surréaliste. La France pour prendre son cas  souffre d'un chômage de masse estimé à plus de  trois millions d'individus. Des milliers de  jeunes de banlieue, de jeunes des campagnes, formés    sont actuellement   sans boulot à 18 ans /25, sans argent ni  aucune aide de l'Etat contrairement à ce qui est imaginé  (car pas droit au rsa à cet âge) Des jeunes des classes moyennes font leurs études sans aucune bourse ni aide de l'Etat. Certains immigrés installés depuis des années et avec enfants se voient reconduits à la frontière.

Or ceux  qui arrivent et  poussent la porte sont en nombre  incontrôlable.

                          ISSUS DE PAYS D'ORIGINE  A FORTE POPULATION

Se bousculent au portillon des....centaines de milliers de migrants dans une situation qui n'est pas limitée. Des familles et individus que les Etats vont devoir  prendre en charge de force. Comme actuellement le Liban, la Jordanie et la Turquie, la... Syrie qui avait accueilli à l'époque palestiniens puis irakiens..

 La population globale estimée en Irak: 32 millions, en Afghanistan 31 et Syrie 22 millions. Tous fort heureusement pour eux aussi ne vont  pas quitter leur pays.  Mais juste 20% de ces trois pays là  et cela fait ....17 millions d'individus. Sans parler d'autres patries de départ ( Egypte, Soudan, Palestine , Erythrée... )

 

                       LE PROCHE PROCHE-ORIENT

La situation est tendue pour les deux parties.

- POUR LES ETATS Bien évidemment dans le passé de nombreux migrants ont pu s'installer (en Suède, Allemagne, GB , France) mais ils n'étaient pas arrivés s nombreux.

Comment l'Europe pourra t-elle digérer les actuelles arrivées de masse ??On parle de "camps" en Hongrie mais cela sera la même chose en Allemagne puisque  des tentes  vont  être montées sur les places publiques, autour des gares.

-POUR LES MIGRANTS il y a le choc de la réalité,  le différentiel entre leur rêve,  ce qu'on leur a dit, ce qu'ils ont entendu à la TV  ("on nous donne en Europe  un travail et un appartement !"disent-ils) et le réel.

Au fur et à mesure des reportages on écoute leur décalage. Ils pensaient être attendus. On entend des migrants exiger, revendiquer telle destination et pas telle autre. C'est surréaliste. Ils ont en tête leur destin individuel et se sentent pris au piège dans cette masse humaine ingérable qui est accueillie par la... police ou l'armée. Certains naïvement raconte qu'on va leur donner 300 euros par mois, sans travailler: soit  une somme énorme dans leur pays d'origine mais... juste de quoi survivre ici.

-C'est un effet boomerang. L'Europe a accompagné en arrière base la déstabilisation militaire du proche et moyen orient: Irak +Libye+Syrie, autour d'une approche confessionnelle en lien avec les Etats islamistes.

Or, le proche-orient est ....à ses portes.

Au XIXème siècle et fin XXème siècle, période des interventions colonialistes, les populations locales restaient généralement sur place (mis à part les terribles  déplacements forcés type génocide arménien )

La situation néo-colonialiste que vit le proche-orient en cette  fin du XXème  pour I'Irak et  début XXIème pour les autres Etats (Syrie, Libye) suite aux  interventions occidentales+ Arabie Saoudite+Qatar+Turquie dans la foulée de" l'hiver arabe", ajoutée à l'installation de l'EI  et des rebelles, a probablement surpris les gestionnaires politiques européens qui n'avaient pas vu la proximité géographique....

Accueillir,  l'Europe le fait en permanence par une immigration constante et continuelle mais de faible intensité. Effectivement de nombreuses personnes ont pu s'installer, travailler  tels les centaines de médecins syriens dans les hôpitaux européens  depuis des dizaines d'années, les chrétiens assyro-chaldéens en Suède etc...

L'Allemagne de A Merkel en position  démographique déficitaire semble aujourd'hui  ravie de ces arrivées (la population est-elle vraiment d'accord, au fait ??? A voir )

Le problème est le nombre de migrants qui viennent de ...partout: corne de l'Afrique, Afrique de l'ouest, du nord.

Accueillir, certes....jusqu'à quelle limite, dans quelles conditions ?

Nota: cette note avait vu juste - malgré le risque de "sensationnalisme mal placé" en citant ces 85 millions juste le nombre d'habitants des pays d'origine de certains migrants  : les politiciens européens sont très inquiets du nombre potentiel de populations qui comptent se déplacer.

Gérer un nombre important mais limité est une chose. Mais gérer un flux migratoire ouvert sans limite devient un défi.

                                                    Sylvie Neidinger

 http://www.tdg.ch/elections-federales-2015/suisse-devrait-accueillir-jusqu-20000-migrants/story/21386101

migrants,europe,allemagne,moyen-orient

 

 

 

16:11 Publié dans Pays-Surya, Politis International | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : migrants, europe, allemagne, moyen-orient | |  Facebook | | | |

30/08/2015

REVE D'EUROPA...

Reuropa, europe, drapeau, boat people

Rêve d'Europe

17:08 Publié dans Pays-Surya, Politis International | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : europa, europe, drapeau, boat people | |  Facebook | | | |

19/08/2015

Migrants en Europe: clairement la faute à l'Otan

100 000 migrants pour le seul mois de juillet. Une incroyable accélération et qui n'est pas prête de s'arrêter. 107 500 précisément selon RTS.

http://www.rts.ch/info/monde/7011488-nombre-record-de-107-500-migrants-aux-frontieres-de-l-ue-en-juillet.html

Une conséquence directe des tripatouillages externes sur la zone péri-méditerranéenne.

1- l'intervention américaine en Irak, pays devenu chaotique

2-l'intervention de l'Otan en Libye, pays devenu chaotique, passoire d'armes et de migrants

3-l'intervention en cours des pays de l'Otan et du Golfe en Syrie

4-et autres conflits sourds: Palestine, Afghanistan, Soudan etc...

Le robinet ouvert n'est pas prêt de se fermer car ils sont quelques millions dans les pays d'origine. Et cela correspond bien au rythme de 100 000 pour un  seul mois !

Les territoires de l'Europe mis brutalement devant le fait accompli.

 

                        LES POLITICIENS DES DEMOCRATIES ONT JOUE AVEC LE FEU EN BOMBARDANT POUR MODIFIER LES POLITIQUES LOCALES

 

Politiciens européens qui ont joué avec le feu, croyant, dans une mentalité colonialiste digne du XIXème  pas morte, contrôler,  gérer une situation: typiquement le cas de la France de Sarkozy qui a poussé tout le monde à la manoeuvre (aérienne) avec son inénarrable clown médiatique BHL devenu alors ministre bis des affaires étrangères et qui se faisait photographier, poitrail ouvert sur les "champs de bataille" libyens.

La Russie était alors encore de la partie avec l'aval de l'ONU mais  mise devant ce fait accompli. Depuis un front est-ouest s'est carrément ouvert en Ukraine

Or, fin XXème (attaque de l'Irak) début  XXIème siècle (la suite: Libye, Syrie), les tactiques typiquement militaires engagées dans ces pays en l'occurrence le bombardement aérien pour ....changer les régimes politiques (ouf! ??) ont engendré des réactions modernes totalement non prévues par les stratèges  militaires et  politiques: montée des terrorismes, mouvements massifs de populations et une nouveauté internationale barbare, l'Etat islamique.

Conséquences non prévues sauf à dire que le chaos était programmé, ce qui n'est qu'une théorie prônée par certains (dite du chaos)

Ou alors, conséquences non programmées  tout simplement liées à l'incompétence et  la prise de risque inconsidérée des gouvernants des nations de l'Otan à vouloir modifier des situations politiques par la guerre pour motifs géo-stratégiques.

Leur rage certaine   à modifier militairement les équilibres internationaux:

-pour mieux contrôler les ressources gaz+pétrole(=Irak, Libye, Syrie)

-à faire financer les opérations par les Etats du Golfe qui eux veulent imposer leur conception religieuse unique radicale  dans des territoires à caractères multiconfessionnels: montée d'une radicalité sunnite/chiite, élimination carrément d'autres religions (chrétiens, yazidis...) Positions de la France de  François Hollande dont le ministre Fabius a soutenu un temps carréement le front Al Nosra et position actuelle des américains qui  forment et placent sur le terrrain des rebelles intégristes religieux que seul l'humour macabre de militaires en goguette  peut qualifier de ....modérés.

La nature ayant horreur du vide, l'anarchie créé par le vide politique de zones détachées d'un pouvoir régalien établi a engendré un état islamique noir qui s'installe en Irak, Syrie, Libye justement.

Ce nouveau pouvoir "kmer noir" prend en charge des populations civiles et pratique les horreurs d'une intensité jamais vue et médiatiquement relayées dans le monde  par les néo massmédias basés aux USA ( internet)

100 000 migrants en juillet en Europe: ce n'est que le début de cette hémorragie de population conséquence de... politiques militaires hasardeuses.

L'équilibre post 2ème guerre mondiale a carrément disparu et ouvre une ère nouvelle.

La Chine, future N°1 économique...regarde.

 

                                                                                 Sylvie Neidinger

 

 

 

 

 

16/02/2012

Protestantisme rhénan contre orthodoxie grecque

On signale l'excellent article paru sous la plume de Sophia Mappa intitulé « la Grèce tragique et ottomane expliquée à l'Allemagne luthérienne » (Rue89, rubrique  Tribune du 4/02/2002) qui décrypte les incompréhensions fondamentales entre l'éthique protestante(cf son lien avec le capitalisme, Max Weber) et l'absence profonde d'adhésion à ces valeurs de la part de la Grèce. Rue 89 (lire) Il évoque la Grèce byzantine et ottomane.

Nous pouvons remonter  plus loin encore dans l'histoire. Un grec sur "C dans l'air France 5" hier soir évoquait «  les occidentaux » en parlant de l'Allemagne, la Hollande, la France....La remarque lui a été faite. Il assume. Son pays est en transition entre deux mondes.

Effectivement, Docteur Economie doit comprendre aujourd'hui que son malade est aussi oriental. Il partage avec toute la zone levantine  le poids de la religion comme squelette constitutif " réel  "de l'Etat, le poids  de l'absence d' instruments de mesure fiables (peu de comptabilités publiques et privées normalisées ) le poids d'éventuels comportement clientélistes claniques « antiques »

C'est un autre fonctionnement ...politique parfaitement accepté, assumé par les populations de   l'est méditerranéen.

En  Israel , le fait religieux déborde souvent sur l'espace public. En Palestine aussi.

L'Etat syrien laïc et socialiste fonctionne  également sur la base des lois  spécifiques à chaque religion en matière d'Etat civil et de transmission de patrimoine - par exemple, seul le mariage religieux y est reconnu.

Au Liban, l'exercice est porté à son comble puisque les fonctions régaliennes de l'Etat sont constitutionnellement partagées entre cultes : un président toujours maronite, un premier ministre toujours sunnite et un président de l'Assemblée toujours chiite.

L'EUROPE DE L'EURO SIDEREE OUBLIE SES PROPRES CHOIX INITIAUX CATASTROPHIQUES

« L'Europe de l'euro » découvre avec stupéfaction les rapports incestueux entre l'Etat grec et  l'Eglise  orthodoxe, premier propriétaire terrien du pays (130 000 hectares) sans cadastre ni impôt foncier.

« L'Etat autonome orthodoxe »  ne paie aucun impôt mais peut vendre très cher des parts du littoral, ne paie pas toujours les cotisations sociales de son personnel. Les popes quant à eux sont des fonctionnaires rémunérés par l'Etat  laic.

Constatation :  la Grèce semble  aimer fonctionner ainsi ! La question est :  pourquoi avoir fait entrer dans la zone euro un pays visiblement non préparé ?

Parce que le capitalisme libéral l'y a poussé !! On veut encore aujourd'hui faire entrer la Turquie dans l'Europe pour élargir le « marché commun » si cher aux Anglais.

Les fondateurs de la monnaie unique ont pêché par optimisme et naïveté en pensant régler  avec l'euro devenu une  sorte de « dénominateur commun unificateur »  les problèmes par automatisme, par régulation ...naturelle du marché en quelque sorte.

Ils ont parié. Ils ont perdu.

Le capitalisme protestant rhénan doit, avant de fustiger  «  les menteurs grecs » , reconnaître qu'il a cru aux.... Miracles de Saint Optimisme et Saint Libéralisme sans règle du jeu préalable.

Accuser  aujourd'hui la Grèce de  tonneau des danaïdes a des limites déontologiques. Quand on choisit de bâtir l'immeuble EUROLAND pour mieux faire vivre ensemble les   co-propriétaires,  le comité des architectes se devait de ne  pas accepter dès le départ la présence à la fois  de  piliers solides  aux normes sismiques  et de piliers au béton pourri car saturé de sable.

Aujourd'hui, des pans entiers du bâtiment Europe s'écroulent sous les yeux médusés de tous.

Cette  sidération globale paralyse les prises de décision.

Le pire dans cette affaire sera de bouc- émissairiser la Grèce !

Certes , ne pas payer ce que l'on doit ruine la confiance et semble évidemment trop facile...

Pour autant les prêteurs doivent balayer devant leur porte et réfléchir à cette construction d'une Europe monétaire sans structure politique sérieuse à l'origine parce que l'on a cru que les « lois du marché » allaient d'elles-mêmes réguler les aspérités par enchantement.

La baguette ...magique pour transformer la Grèce en profondeur n'est même pas encore inventée.

Le mythe d'une Economie qui tournerait  seule indépendamment  du poids des cultures, des histoires, des pensées, des peuples est la principale erreur du capitalisme libéral qu'il soit rhénan, anglo-saxon ou capitalisme tout court.

Le cadre de la régulation politique semble évident. Cette constatation basiquement réaliste aurait coûté moins cher si elle avait été faite au départ de la construction et non quand l'immeuble s'écroule !

Sylvie Neidinger

Tags : capitalisme rhénan, Grèce, Allemagne, Liban,Syrie, économie, Sophia Mappa, rue 89, euro, europe

rubrique eco techno blanc.png

 

09:15 Publié dans E-Economie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : capitalisme rhénan, euroland, neidinger, sophia mappa, euro, europe, rue89, liban, syrie, économie, grèce, allemagne | |  Facebook | | | |