17/11/2018

Pub de propagande anti-européenne. Rubrique Sémiologie de l'image

Alors que D. Trump "clashait" sur Twitter Macron- lequel entend  créer une armée européenne (projet bien hypothétique à ce stade ) - et que Potus  était dans son avion Air Force One de retour des cérémonies du 11 novembre, je lis le fil d'actu et reçois sur mon écran  cette pub ( infra)

Une pub d'aspirateur qui   se  nomme.. Air-Force-All-in-One ! 

L'image ? Un aspirateur qui  en aspirant  démolit un simili drapeau européen.

Bizarre. Pour dire quoi?#rowenta,#ue union européenne,europe,cambridge analytica,air force all in one,aspirateur,pub d epropagande,elections européennes

Que le président US entend démolir l'Europe?  On l'avait compris....L'américain  dézingue à tout va. Méprise les dirigeants européens, Merkel et les autres. 

Bizarre dont cette introduction absolument pas humoristique d'une firme (Rowenta du groupe SEB)  en communication par un acte de  propagande politique et non une basique promotion commerciale.

Le drapeau européen vidé de ses étoiles par "air force one", ce quelques mois avant les élections européennes devient une image à la symbolique douteuse.

 Bien évidemment ce n'est pas hyper grave. Juste un bandeau d'écran qui disparaît rapidement.

Mais à l'heure des propagandes tous azimuts par toutes les méthodes dont les Cambridge Analytica,  on peut....ne pas se laisser "propagander" en rond !

Bien évidemment c'est un peu pervers car en  signalant la pub, j'ai un effet Streisand.

Tant pis.

Inévitablement,  ceux qui n'entendent pas valider ces petits jeux  médiatiques ont toujours loisir de rayer ce genre de marque de leurs choix d'achat.

                                                                 Sylvie Neidinger

 

#rowenta,#ue union européenne,europe,cambridge analytica,air force all in one,aspirateur,pub d epropagande,elections européennes

Rubrique politis Sémiologie de l'image

15/09/2015

Détournements d'identité numérique du Blog: et vous les autres blogueurs?

CUISINE DE BLOGS/ C'est très certainement la rançon du  succès de blogs qui, si ils n'ont pas les audiences de médias "grand public"  à millions peuvent avoir  tout de même des audiences fort intéressantes, à milliers quelquefois.

Au point d'intéresser des individus très mal intentionnés.

Pour exemple, mon blog:

http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/

J'ai aimé le  baptiser  'du bout du bord du lac'

Puis l'exercice de blogueur étant tellement personnalisé que l'usage du véritable nom a prévalu par commodité:  Blog Neidinger ou le blog de Sylvie Neidinger.

                                      DETOURNEMENTS DE BLOG

Gérer un blog d'actu sur la Tribune de Genève est  un choix formidable de liberté d'expression.

C'est également fastidieux, sans rémunération mais engageant, dans le bon sens, celui de défendre un point de vue et participer  au débat public.

Débat mondialisé désormais par internet...

C'est d'une force inouïe. Puissance médiatique ultra visible -car repérable par l'adresse IP inversée.... Quand vous lancez votre article et que rapidement un commentaire peut vous arriver de Hong Kong,  New-York ou Genève, la ville source majoritaire des commentaires des blogs TDG !

Cette mondialisation de nos petites idées couchées sur pixel a un revers: le détournement incontrôlable !

Quel énervement de constater la prise en otage d'une identité de blogueur comme  ici  par un site américain ( apparemment de commerce) comme le montre  cette capture d'écran.

Un site nommé basel-ii-usa.com  réutilise carrément mon nom [que je suis seule à porter, sans homonyme]

En fait c'est un captage de "notoriété".

détournement.GIF.

Des captages peuvent aussi être faits en direction de sites peu recommandables, soit politiquement marqués soit pour les moeurs.

Les sites web en question créés à l'occasion  sont basés dans des pays à l'autre bout du monde.

On repère ces usages détournés en googelisant le nom en question et en faisant défiler.

Ces détournements apparaissent certes très loin. Ils sont  très peu vus et peu cliqués fort heureusement car dans les profondeurs et le  ventre mou des moteurs de recherches. Mais tout de même ils existent ! Et polluent.

C'est là une véritable arnaque.

Voire une malveillance. Certains  mêlent volontairement  l'identité numérique personnelle d'un blogueur voire son nom -quand il blogue sans pseudo-  à des sites totalement improbables (non cités ici comme preuve pour ne pas les valoriser évidemment et créer un effet Streisand)

C'est énervant pour le blogueur qui n'a pas fait le choix initial  du pseudo justement  et a directement exposé son identité par transparence.

Il n'y a aucune parade.

On ne dépose pas de "marque" parce que entrer dans un dépôt ...mondial coûterait une fortune et n'empêcherait pas les détournements faciles et malveillants. Aller  en procédure sur des îles dont personne n'a même jamais entendu parler n'a aucun sens...

 Alors le blogueur qui fait un travail d'info, avec son point de vue original-qui ne plait pas à tout le monde par définition-  doit vivre avec ces détournements malveillants pour divers motifs (commerciaux etc?) qui peuvent prêter à ...confusion.

L'internet étant en constante évolution,  totalement inédite, impensable....se pose la question de savoir où vont mener  ces captures d'identité pour la personne concernée?

Pour ma part

1-il n'y a pas d'autre personne portant ce nom à ce jour, a priori

2-je blogue uniquement  sur la Tribune de Genève site "duboutduborddulac"

3-tout site utilisant le nom  "sylvie neidinger" dans un autre contexte est évidemment non souhaité et illégal.

Blogueurs, googelisez vous et vous observerez le sort qui vous est jeté par des tiers peu recommandables.

C'est un phénomène récent, cela fait six mois à peine  que je constate ces pollutions. Avec internet, en constante évolution, on ne sait jusqu'où cet épiphénomène peut mener. Au point de gêner un jour qui sait ?

Celui qui a blogué sous pseudo finalement avait fait le bon choix??

Et vous les autres blogueurs de TDG, vous réagissez comment à ces usurpations d'identités numériques de blogs ou de blogueurs?

                                                                         Sylvie Neidinger