design

  • DESIGN: derniers jours pour la Biennale de Saint-Etienne

    Imprimer

    Le thème de cette année est consacré aux objets du design au travail. Attention la Biennale ferme demain dimanche.

    Saint-Etienne à 200 km de Genève, soit 2,5 heures de route en passant par Lyon.

    Invité d'honneur cette année : Detroit, the Motown, la célèbre ville hyper industrialisée fondée en 1701 par Antoine de Lamothe-Cadillac.

    http://www.biennale-design.com/saint-etienne/2017/fr/programme/

    biennale.GIF

  • Il Hoon Roh, architecte-designer sud-coréen qui décortique les structures naturelles

    Imprimer

    Avant dernier jour de la présentation des oeuvres de Il Hoon Roh chez Tajan Art Studio, Paris.

    Le designer sud-coréen, qui vit à Londres, avait déjà exposé à la Biennale Design Saint-Etienne en 2015. Séoul étant l'invité d'honneur de la manifestation.fibre carbone,design,architecte,il hoon roh,tajan artstudio,corée du sud,design saint etienne

    Je l'avais rencontré et discuté longuement, intéressée par ses tressages.

               ARCHITECTE-DESIGNER DE LA FIBRE CARBONE

    Il Hoon Roh  est architecte d'origine. Et c'est un immense plus pour le design que celui de connaître mathématiquement  les forces naturelles et les lois de la gravité.

    Il pose son regard expert sur le monde naturel qui nous entoure pour en découvrir et mieux en usiter les structures.

    Pas la peine de redire ce qui a été bien décrit de ce regard design sur le site Tajan (lire infra).

    Interview Neidinger du designer  (à venir quand le fichier actuellement trop lourd sera "embedé") .

                                                                                                     Sylvie Neidinger

     

    crédit image neidinger

     

     

    Présentation sur site Tajan IL HOON ROH est le fer de lance d’une nouvelle génération de designers. Architecte, diplômé à Londres, il a intégré toutes les visées fondatrices des Arts & Crafts. De sa génération, il connaît tout de l’architecture et du design organiques et expérimentaux.
    Son imagination, en quête de formes épurées et aériennes s’appuie sur les lois naturelles de la physique, tension et gravité, pour inventer des formes harmonieuses d’une remarquable justesse.
    La nouveauté éclatante de sa démarche consiste essentiellement à composer ou à recomposer la matière en s’appuyant sur les matériaux les plus innovants, en explorant scientifiquement leurs limites techniques et esthétiques, et en requérant les technologies les plus avancées, développées sur mesure pour ses créations. La finalisation du propos consistant en un artisanat haut de gamme extrêmement précis qui imbrique les traditions artisanales aux produits industriels les plus parfaits, en établissant idéalement une création humaniste qui intègre toutes les données du savoir.
    Né en 1978 en Corée du Sud, IL HOON ROH s’établit à Londres en 1991. Il y effectue des études d’architecte et d’artiste et obtient successivement un diplôme de l’Architectural Association School of Architecture et un Master in Design Products au Royal Collège of Art. Il rejoint comme architecte le cabinet Foster and Partners , puis devient membre du Royal Institute of British Architects. En 2010, il décide de s’exprimer en créant des sculptures fonctionnelles. Pour développer pleinement sa démarche de chercheur, il crée alors son propre studio à Londres. Puis, en 2013, il installe son studio au cœur de Séoul, dans une zone d’échoppes manufacturières promptes à réagir à ses demandes.
    L’imagination guidée par les lois de la nature
    Pour s’exprimer Il Hoon a choisi des fils conducteurs issus de la nature, et plus particulièrement liés à la matière, à la structure de la matière. Ainsi ses compositions architecturales ne sont pas des efflorescences revisitées mais des recherches sur les lois ou les contraintes qui ont présidé aux compositions vivantes ancestrales dans leurs approches les plus harmonieuses ou les plus audacieuses. Il Hoon utilise plutôt les lois de la nature, comme la gravité, les tensions et autres jeux de forces physiques, afin de guider son dessin et ses réalisations vers des courbes naturelles telles que les végétaux les ont appréhendé(s) au cours de leur évolution. Ainsi son œuvre se déploie comme le monde végétal en une exploration spatiale guidée à la fois par un désir de conquête optimale au sein de la troisième dimension, par une sorte d’expansion réfléchie guidée par la structure même de l’objet qui fonctionne comme un être désireux de s’exprimer dans une vision unitaire intégrant les recherches d’équilibre et d’harmonie.'   (...suite la  suite sur le site)

     

     

  • Design d'objet: une clef USB tentacule qui remue!

    Imprimer

    La pieuvre s'introduit dans vos  données personnelles.design,usb-pieuvre,thinkgeek,réseaux sociaux

    Non, je ne parle pas de la mafia. Mais d'un objet traité "design" au résultat si rigolo, si  surprenant que je le propose ici.

    Un produit ThinKGeek [la marque est citée  alors que mon blog n'est strictement pas commercial car c' est réellement novateur et tendance] le usb Squirming Tentacle.

    Bon produit pour les geeks que nous sommes devenus !

     Attention cela ne va pas plaire au chef ( du bureau) si nous nous amusons au travail avec cet objet parfaitement inutile.

    Lorsqu'il est connecté le tentacule de pieuvre bouge!

    L'art et la manière de rendre un inanimé animé.

    La photo publicitaire qui met en scène une femme nous laisse ajouter le son: beurk.

    Forte réaction féminine qui puise dans l'inconscient devant cette tentacule mobile....

    On va s'amuser dans les bureaux les lundi matin ou free-friday !

     A noter, cet intéressant trajet de l'info. Elle m'arrive par Twitter [@sylvieneidinger]

    Issue d'un blog Nouvelles Technologies et retwittée par d'autres.

    Je la "redistribue" par le "blog Neidinger"

    Logique de réseaux sociaux et de nouveau médias. 

     Tendance geek jusqu'au bout des ventouses cette clef USB vivante !     SN

    design,usb-pieuvre,réseaux sociaux

     

    design,usb-pieuvre,ThinkGeek,réseaux sociaux

  • L'Oignon Haute Couture !

    Imprimer

    Margot Dagan est une jeune créatrice en herbe. Pas encore 20 ans et déjà du talent à revendre.jupe 2.PNG

    Elle a eu l'idée hyper intéressante-pour un travail d'école- de mêler deux univers a priori  antinomiques : celui de la couture et celui d'une herbacée potagère à bulbe plus qu'odorante. On ne parle pas de la tulipe mais bien de l'oignon !

    Comment cette liliaceae bisannuelle à la fois légume et condiment  devient-elle matière à design ?

    A l'observer avec des yeux neufs, cette  plante est magnifique  avec ses  couleurs blanches rosacées, jaunes, beiges ou carrément rouges. En prime :  sa transparence, sa brillance.chapeau.PNG

    De là à l'imaginer traitée   en chaussures, en chapeaux et en jupes bulbes ...

    La haute couture s'ajuste autour du corps, sur le corps, sur la peau, sur les pores, portes de notre intime.

    Porter de l'oignon  devient alors  un curieux exercice de style !

    Mais de ce détournement d'usage va résider justement le secret de l'acte créatif.

    La jeune inventive décrit parfaitement son processus :

    « Après ces observations et expérimentations, je me suis rendue compte que bien qu'il soit un légume commun, l'oignon à de nombreux atouts qu'il dévoile au fur et à mesure de son épluchage.

    J'ai donc voulu le rendre rare et précieux en exploitant sa matière.

    J'ai par ailleurs assimilé son épluchage à un déshabillage et j'ai pensé que le déshabillage de l'oignon pouvait faire l'habillement de l'homme.

    Ces réflexions m'ont conduite dans le domaine du style. J'ai donc décidé de changer l'oignon de destination.

    Le sujet n'interdisant pas l'apparition de structures pour la conception de pièces vestimentaires et d'accessoires, j'ai décidé de créer une mini collection :

    « L'Oignon Haute Couture. »

    Mon travail porte sur la création de modèles de taille réelle pour me rapprocher davantage du domaine de l'architecture qui travaille à l'échelle humaine.(...)

    Ma collection se poursuit par la conception d'une jupe.

    J'ai décidé de partir sur une jupe boulle pour rappeler la forme sphérique du bulbe de l'oignon.

    J'ai commencé la réalisation de ce vêtement par la mise en place de sa structure, par son ossature.

    J'ai assemblé 5 morceaux de tuyaux en cercle pour obtenir  des anneaux de trois tailles différentes. Ces anneaux, placés horizontalement ont été reliés par des fils de fer épais afin de donner une certaine solidité à la structure. Une base solide étant essentielle pour débuter mon projet.chaussure.PNG

    J'ai ensuite recouvert ma structure par les différentes parties qui composent un oignon : les pelures, ses écailles.J'ai travaillé sur diverses techniques de coupes pour diversifier le style et montrer plusieurs possibilités de transformations de l'oignon  par la coupe au couteau M.D. »

    L'INTERIEUR POUR EXTERIEUR et vice versa

    Elle se situe clairement dans l'art éphémère car les oignons de l'exercice ont déjà disparu.

    Ne restent que les photos et le jeu entre celui qui propose ses traces numériques -univers virtuel- et celui qui les regarde.

    Au final : l'objet réel initial importe peu. La "chaussure-oignon-éclairée" n'était évidemment pas faite pour marcher mais uniquement  pour donner à réfléchir !

    En cassant la frontière des codes. En cassant un interdit, un blocage. En libérant ?main.PNG

    En franchissant deux univers que personne n'avait franchi  jusqu'alors, celui du précieux -car il nous habille à l'extérieur - et  celui d'un banal objet alimentaire de cuisson, malodorant  destiné lui, à l'intérieur du corps, Margot Dagan  nous a positionné dans l'essence de l'acte créatif : le regard nouveau.

    En découle  l'immense liberté issue  de son choix de cette  Haute couture à l'Oignon, rendant le créateur maître. Car avec lui et son imaginaire représenté, tout devient  possible !

    Qui n'a déjà observé dans les expos ce que je baptise le "junk art" avec ses boîtes de conserve ouvertes peu ragoûtantes-même si vides- tout  comme il existe la "junk food" ?

    Ici la jeune artiste a inventé, avec grande élégance, le design de... haute gastronomie !

    Sylvie Neidinger

     

    jupe1.PNG