19/10/2017

Cuisine en papillote: attention à l'alu et au papier sulfurisé !

 C'est un (petit) lancement d'alerte.

Mais important.

Invitée à un repas... il nous fut présenté un plat en papillotes d'alu.

Mon hôte, jeune personne  par ailleurs très sensible à l'écologie, avait  zappé le danger de son papier alu en cuisson, comme beaucoup de monde en fait.

Et au delà, le danger de :

1) chauffer de l'alu (migration de neuro-toxiques)

2) mélanger alu et citron (=poison car cela accentue la migration)

3) avoir  recours au papier sulfurisé (moins grave que l'alu mais tout de même chimique, le vitriol!)

D'où cette mini-alerte ....ménagère.

Elle ne pouvait pas savoir puisque les recettes de cuisine réclament sans vergogne d'utiliser de l'alu ou du papier sulfurisé !

Il faut préciser : les migrations en question ont lieu seulement si l'aliment est en contact avec ces papiers d'aide à la cuisson.

Poser simplement une feuille d'alu ou de papier sulfurisé en surface d'un plat à mettre au four pour mieux répartir la chaleur, pour éviter que la surface alimentaire ne brûle semble ne générer aucun problème de santé.

C'est en usage de réceptacle, de récipient-bis que le problème se pose.

D'où l'importance de cette "alerte"!

La papillote  est par définition un papier torsadé qui emballe.

Il est un mode de cuisiner absolument parfait pour les poissons (entre autres aliments) afin qu'il garde la saveur, le moelleux. Qu'il exhale les parfums.

Encore faut-il ne pas ajouter de toxicité !

Un site  explique les dangers précis des papiers de cuisine . Voire des plastiques qui eux aussi trônent dans les cuisines, des films plastiques alimentaires etc.(attention, vigilance, ce site web  donné en lien possède aussi une partie "astro" que je ne valide pas du tout mais je garde ici ke lien car les articles  sur la toxicité y sont intéressants)

               LES INDUSTRIELS DEVRAIENT Y SONGER: LA PAPILLOTE EN SILICONE??

La solution ??

Il semble que des rouleaux de papier dit  "écologique" soient en vente. Mais bon. Quelle substance les imprègne-t-elle?

On sait qu'un produit bio est rarement à 100% bio. Alors ce genre de papier traité pour passage à forte chaleur sans auto-combustion est imbibé ...de quoi??? Est-ce inerte? Pas sûr...

J'ai une idée. Et un industriel devrait s'en emparer (si cela n'est déjà fait?)

Une nouvelle matière apparemment inerte a fait son apparition dans les fours: le récipient  souple silicone.

Je vais tester prochainement une néo-papillote en enfermant l'aliment au four dans un système silicone ( 2 plateaux à tarte silicones  inversés ? ou autre bricolage en fonction du type de format que je trouve dans les tiroirs... ).

Rétropédalage post article. Un commentateur avisé (@Grindsel) me signale que lui se méfie du silicone. Il a raison en fait !!!

Renseignements pris  le silicone pose lui aussi problème! OUF .

Bon on fait quoi? On abandonne la cuisson  auto vapeur dite "en papillote?"

      ELLES FAISAIENT COMMENT, LES GRAND-MERES ?

Autre idée toute simple: enfermer au four l'aliment en circuit fermé dans une petite cocotte à couvercle. Cocotte en matière inerte (verre type pyrex ou acier genre casserolesetc...)

Et puis finalement pourquoi ne pas recouvrir le récipient d'un basique couvercle qui passe au four, qui aura la même fonction de conserver en circuit fermé le temps du passage au four.

Mais alors cela ne doit plus s'appeler "en papillote".

Finalement pourquoi tout ce ...cinéma  et ces dangers d'usage de papiers non conformes , autour de la cuisson dite "en papillote": juste ...une mode ?

Rendez-vous ....après tests de cuisson par la  voie basique du récipient fermé passé au four  pour donner le résultat.

Est- ce aussi...bon ? A suivre.

                                                                           Sylvie Neidinger

 

                              RUBRIQUE SCIENCES-SANTE/MEDECINE

                                                       RUBRIQUE ALERTE CONSO

02/05/2017

Morte en photographiant du Street Art à Paris le Bronx

Le fait divers date d'avril 2917, un bail.

Mais il me reste en mémoire. Par identification.

Une  américaine, venue voir sa fille vient photographier une fresque  de street art à Montreuil est morte sur place.

Cette dame  a été tout simplement poignardée dans le dos alors qu'elle photographiait tranquillement une fresque rue Marcel Dufriche par un déséquilibré.

Rue, street devenue violente.

Tout autre qu'elle pouvait venir photographier. J'ai photographié du street art...dans les rues de Paris et ailleurs.

 

Il y a trente ans, le prototype de la rue dangereuse était représenté par New-York, Bronx....

On disait à l'époque qu'une voiture arrêtée au feu rouge pouvait même subir un car jaking.

Une américaine photographiait des fresques de street-art à Montreuil.

Elle en est décédée, poignardée par un SDF migrant sans abri de Gambie visiblement en délire psychiatrique. Il a été immédiatement arrêté. Il est interné.

La photographe n'a pas survécu.

A Lyon un autre fait divers devenu banal: tué pour avoir refusé une cigarette.

Dans les années 80 on disait " c'est le Bronx"un quartier précis de  pour exprimer la violence urbaine gratuite exacerbée.

Aujourd'hui le vrai Bronx semble aller mieux.

Mais la vieille Europe a plongé.

 

Se rappeler des touristes chinois agressés...

On fait quoi ?? On continue à marcher dans les rues et admirer le street-art?

                                                   Sylvie Neidinger

 

             RUBRIQUE MIROIR DE L'URBAIN STREET ART'

 

 

 

11/08/2015

Maiou n'aime pas les aires de stationnement des autoroutes

La faute à ne pas commettre cet été. Ni toute l'année. Danger !

Lors d'une pause  au cours  d'une transhumance autoroutière,  penser  que le chat pourrait lui aussi en profiter pour se détendre peut lui nuire gravement.

Lui particulièrement coincé dans sa malle de transport, souffrant de la chaleur si le véhicule n'est pas climatisé.

 Maiou n'aime pas. Toutou non plus.

Car l'erreur est fatale. Il file illico se cacher sous une voiture ou grimpe direct  à un arbre.

Hors de la vue en trois secondes.

Impossibilité quasi absolue de le récupérer.

Le bon sentiment humain, mal calculé ici lui ouvre une vie de galère voire même une certitude de mourir écrasé rapidement.

Certains se laissent encore piéger par cette vraie fausse "bonne idée".

Cela arrive...tous les jours.

 

                                                                               Sylvie Neidinger

17:55 Publié dans C-C'est animal, C-C'est chat | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : #chat chat, aire de stationnement, autoroute, danger | |  Facebook | | | |

30/10/2014

Vélo maso

Désolée pour le caractère perso de la note mais la thématique est générale.

Hier 29 je me rendais vers un "boutduborddulac" qui m'était inconnu, celui d'Yvoire pour la très intéressante expo Défilé alpin Mode et Montagne du XIXème à nos jours juste avant qu'elle ne ferme au 31 octobre.

En mode écolo-économique-développement durable. Donc programme: train+vélo (en tout état de cause, les transports publics pour se rendre à Yvoire sont presque inexistants)

Sur mappy: arriver en gare de Perrignier, traverser une forêt, arriver à Sciez puis longer le lac aux eaux sublimes du côté d'un rivage au nom imprononçable Excenevex puis Domaine la Rovorée (Yvoire).

Une quinzaine de kms, trente aller retour: jouable.

Y aller ou pas?

La dernière  fois que j'avais roulé sur une départementale en bicyclette remonte à l'adolescence, un bail...Choix d'essayer à nouveau.

Problème: le trajet réel  fut  immédiatement inquiétant. Sur ces routes souvent larges et droites, donc magnifiques, les véhicules roulent à la vitesse autorisée souvent 90km /h.

Voitures et camions,  surtout si rien ne vient  en face, doublent donc à cette vitesse juste en se déportant  un peu à gauche.

Et frôlent le cycliste  à un mètre à peine ...à 90 km/h, voire moins (80,70..) s'ils sont prudents. Mais cela fait encore beaucoup.

                                              ROULETTE RUSSE

Quelle inquiétude d'entendre arriver un engin mobile et de se dire à chaque fois: j'espère que le conducteur est bien là, qu'il ne regarde pas sur sa gauche ou son portable.

Tension...alors que la route était bucolique: arbres et champs puis sublimes vues sur le lac.

Sentiment de mettre sa propre sécurité dans les mains d'inconnus dont on ne peut préjuger du comportement. Roulette russe.

La cycliste que j'étais se tenait le plus à droite possible sans embardée évidemment dans la stricte attitude du "partage de route" et sans atteinte au code de la route.

Bien à la droite de la chaussée également  en pleine  ville à Sciez. Pourtant dans cette agglomération, une automobiliste (une "furieuse" au sens hoolywoodien du terme des Furious, à la "orange mécanique") descend sa vitre et hurle que je dois rouler sur le ...trottoir. Sympa! L'idéal évidemment est la piste cyclable quand elle existe.

Sur ce trajet de bord de Léman, je traverse par deux fois des chantiers routiers, des travaux en cours dont les panneaux annoncent  des aménagements d'une  vélo route que le département 74 t les collectivités locales mettent en place.

vélo,vélo maso,cyclisme,cg74,rhône,danger,sciez,excenex,chemin de halage,léman,route,véloroute du sud léman  Enfin à destination, je fais part aux chargées d'accueil du lieu culturel La Rovorée de cette difficulté vécue  à avoir "testé" le mode de transport vélo sur route normale.

Par le plus grand des hasards,  arrive sur ces lieux une employée, visiblement en  retard. " Il vient d'y avoir un gravissime accident, dit-elle- vélo,cyclisme,danger,sciez,excenex,chemin de halage,léman,route,véloroute du sud lémanil y a 10mn: une cycliste renversée".

Exactement là où j'étais 10 mn avant. Sur la vélo route dit " internationale" et  "verte".

Toutes mes intuitions n'étaient pas vaines. La roulette russe est bien tombée... sur une autre cycliste.

Cette dame inconnue  touchée, fauchée, c'est nous tous en fait. Tous ceux qui prennent le vélo sur route ordinaire.

                                        VELO ROUTE INTERNATIONALE

 

Renseignements pris, cette  voie est bien  dédiée au vélo mais "en partage": un peu ambigu comme programme..!

Elle se nomme la Vélo route du Sud Léman. Elle est à caractère international, car  se connectant à la Suisse  pour un futur tour complet du lac. Donc connectée au Valais.

 "La véloroute du Sud Léman est en cours de réalisation et s’étendra sur environ 80 km. Elle a pour vocation de prolonger l’itinéraire du Léman à la mer par la rive sud du Lac Léman et rejoindre la Route du Rhône Suisse dans le Valais

Un tel itinéraire à pour ambition de proposer un bouclage du tour du lac Léman certes, mais surtout un grande véloroute internationale le long du Fleuve Rhône (de sa source en Suisse jusqu’à la méditerranée) Celle-ci pourrai faire l’objet d’une inscription au Schéma des véloroutes européen Eurovélo.

 

vélo,cyclisme,danger,route,véloroute du sud léman

Je m'intéresse à cette vélo route et son aménageur qui indique sur site évidemment sa non responsabilité:
"Vous vous engagez sur ces parcours sous votre propre responsabilité. Les collectivités et voiesvertes.com ne peuvent être tenus responsables des accidents qui pourraient survenir sur les itinéraires décrits dans ces pages. Bonne balade à tous."

Cette phrase est exacte: le CG74 investit et améliore le réseau. Il ne peut gérer les comportements individuels comme ici, dans l'accident, celui du  premier chauffeur qui aurait évité le vélo en toute dernière minute, le second véhicule derrière n'ayant pas pu éviter lui car n'ayant rien vu, son champ visuel étant pris par la première voiture.

Tout au plus l'aménageur public  peut-il  faire un affichage spécifique  signalant  spécifiquement une mixité vélo/route ?

Et tout de même, gérer ce problème de communication majeur? Signaler que ces routes ne sont pas dédiées au cyclotourisme  pur car elles sont, en réel  hyper fréquentées par voitures et camions.

A savoir le Chablais, enclavé, souffre de ses routes. Il y manque une voie rapide.

De tout cela, je ne tire aucune conclusion à caractère général. Et très certainement aucune  contre l'opérateur public qui investit pour améliorer les routes, pour tenter de rendre les paysages de bord de lac faciles aux cyclos. Juste suggérer de faire attention à la communication sur la réalité de la densité et nature de la circulation.

Une conclusion à titre privé toutefois : mon auto-promesse de ne jamais plus emprunter un vélo sur voie publique nulle part. Et pas spécialement en bord de lac !

Donc plus jamais  en mode écolo-économique-développement durable.

Juste garder l'aspect vélo loisir. Mais alors il faut aller le chercher le long de pistes cyclables spécifiques si elles existent.

Comme sur les anciens chemins de halage (Rhône, Isère et autres fleuves) garantis hors circulation moteur. Car c'est bien  en proximité  du mode fluvial que la bicyclette trouve sa sécurité maximale.

Historiquement, les bords du Léman  n'étaient pas concernés par le halage. Le lac étant  traversé toutes voiles dehors par de vrais coursiers rapides. Les chemins spécifiques n'existent pas.

Il faut donc faire avec la mixité   si l'on veut malgré tout jouer à la roulette russe sur les routes bucoliques dites vertes (!!) ou noires. Cela se nomme le vélo maso.


                                                               Sylvie Neidinger


*Où rouler dans le "grand grand Genève"? Nombreux venant de Suisse ou France  s'arrêtent en gare de Bellegarde (Ain) et suivent les voies de halage du Rhône à bicyclette.