UA-65882359-1

04/06/2017

Pour la planète: bien vider les fonds de récipients

Une amie de bobologie certaine -gros revenus mais conscience aigüe du cycle des objets- est venue me rendre visite, me donnant la leçon sur le nombre important de récipients qui finalement sont hébergés à domicile: shampoings, savons  liquides etc.

Je lui réponds en reconnaissant la présence  de ces "plastiques" issus du pétrole, flacons de verre mais dont une fois terminés, les emballages repartent pour le tri sélectif comme il se doit.

Pas assez me dit-elle. Il faut désormais fabriquer ses produits avec du vinaigre blanc, du bicarbonate etc...

Sur ce point  je commence doucement, à utiliser le vinaigre blanc par exemple.

Doucement  car n'ayant pas encore fait le choix justement d'éliminer  les produits issus de l'industrie.

                                            TESTING

Mais alors qu'il fallait jeter un tube de dentifrice normalement "terminé' je me suis amusée à le tester. Une paire de ciseaux, une découpe. Et la surprise de constater la part importante de pâte qui restait dans le tube et qui allait être tout bonnement  jetée.

Plus du dixième.

Et cela est valable pour le reste: les lessives liquides peuvent au niveau de la dernière versée, subir une addition d'eau+ secouer et vider en machine.

Alors calculons. Si tous les habitants de la terre en perdent un dixième a minima,  c'est ENORME comme gaspillage du produit pur. 

Et tous ces emballage plastiques, verre  dont un dixième repart en poubelle génèrent un gros gaspillage de contenu et de facto de contenant.

Alors, en 2017, ce n'est plus de la radinerie que d'aller chercher la dernière goutte de produit.

C'est une pensée pour la planète en attendant de faire mieux avec moins de récipients.

Quitte alors à moins faire tourner la machine économique des industriels fabricants.

Mais en l'état, à défaut de se passer de son shampoo  bien précis acheté en pharmacie, parfumerie ou grande distribution : chasser le gaspi...

Cela donne meilleure conscience "pour la planète" en tous cas.

 

                                                Sylvie Neidinger

 

http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2014/06/05/lessive-digitale-vraiment-256660.html

26/05/2014

Le cycle du vélo

Culture Vélo.

Le basique acte de pédaler génère désormais toute une organisation  économique, du développement durable -moins d'empreinte carbone- à l'économie solidaire en passant par les politiques de gestion urbaine.vélos,bicyclette,vosges,repérages,sschéma écolo-économique,benin,holande,velo hollandais,grenoble,metrovelo,pro vélo genève,rubrique vélo,vélibois,vélo en bois,développement durable,économi solidaire

-De l'innovation technologique aussi. La Tribune de Genève présente dans ses colonnes Vélibois, le premier vélo électrique urbain  en bois, un produit vosgien.

-A 130 km de Genève, la ville de Grenoble organisait ce week-end la "Vélorution".

Tellement d'anniversaires sur place liés à la petite reine ! Les 40 ans de ADTC, 20 ans de "Un p'tit vélo dans la tête" et 10 ans de Métrovélo, le service public local de la bicyclette  avec démonstrations et stages de sécurité...

Il faut dire que le terrain local est très favorable au développement de ce mode de transport vu la configuration plane de la ville, ses larges avenues et son importante population estudiantine.

                                   VELO + ECONOMIE SOLIDAIRE

Dans cette agglomération Repérages une association liée au deux-roues intéresse particulièrement par son originalité.vélos,bicyclette,vosges,repérages,sschéma écolo-économique,benin,holande,velo hollandais,grenoble,metrovelo,pro vélo genève,rubrique vélo,vélibois,vélo en bois,développement durable,économi solidaire

Elle développe un schéma économique fort innovant, inédit dans son approche du "cycle de vie du vélo" qui comme tout bien, change de mains, se répare, se jette.

Pour le changement de mains, le modèle classique est souvent celui des bourses d'échange.L'association genevoise Pro Vélo par exemple en organise régulièrement.

Repérages, elle, présente une structure encore plus complexe.

vélos,bicyclette,vosges,repérages,sschéma écolo-économique,benin,holande,velo hollandais,grenoble,metrovelo,pro vélo genève,rubrique vélo,vélibois,vélo en bois,développement durable,économi solidaireElle relie le monde du vélo à celui du travail solidaire  avec pas moins de 13 emplois de réinsertion sociale à la clef. 

A regarder de près le schéma est très sophistiqué:

- Les vélos proviennent de dons de particuliers ou autres, de campagnes de récupération ou objets abandonnés. Réparés, ils peuvent non seulement revivre mais revivre deux vies!

- Ils sont soit remis en vente sur place. Soit envoyés au Burkina Faso. Une fois par an, un camion remorque quitte l'Isère pour ce pays d'Afrique où les besoins sont criants pour le mode de déplacement humain sans carburant. Une association sur place prend le relais.

France, Burkina-Faso... Ajoutons pour compléter la Hollande, pays du vélo devant l' Eternel puisqu'un partenariat est signé avec la commune d'Amsterdam.

En effet, Repérages  récupère  régulièrement aux Pays-Bas des grands "hollandais" hauts sur pattes (attention il ne faut pas avoir le vertige pour rouler avec) les révise et les remet en vente sur le marché local (notamment sur les campus universitaires)

Dans ce type de configuration, l'argent tourne. Il en faut ! Il n'est pas mal venu. Des subventions sont également accordées par les organismes publics notamment pour  le nombre important des emplois solidaires  créés.

vélos,bicyclette,vosges,repérages,sschéma écolo-économique,benin,holande,velo hollandais,grenoble,metrovelo,pro vélo genève,rubrique vélo,vélibois,vélo en bois,développement durable,économi solidaireAu final,  l'association  génère à Fontaine une quinzaine d'emplois, fournit aux burkinabés les vélos qu'ils ne pourraient se procurer autrement, approvisionne les grenoblois dont les étudiants en vélos "pas chers".

La bicyclette  déjà usagée, recyclée, poursuit elle sa courbe de vie  grâce à cette action  concrète, active, productive et collective. Les pièces détachées sont également récupérées avec intérêt.

Le modèle économique est donc  très intéressant en terme de de développement  durable pour:

- favoriser le mode de transport deux-roues en mettant à disposition les vélos soit aux moins fortunés localement ou au Burkina, soit aux plus fortunés mais militants de la cause écologique du recyclage.vélos,bicyclette,vosges,repérages,sschéma écolo-économique,benin,holande,velo hollandais,grenoble,metrovelo,pro vélo genève,rubrique vélo,vélibois,vélo en bois,développement durable,économi solidaire

- valoriser des vélos qui sans ce Sav partiraient à la déchetterie dans un gaspillage général (non durable et  quelque part immoral !?)

- former des personnes en difficulté d'emploi et donner sens à leur travail présent, à leur futur, à reprendre confiance en eux.

- installer une véritable communauté de travail structurée avec horaires légaux, vacances..

- disposer d'un atelier ouvert, qui peut réparer tout vélo de particulier à un coût très intéressant. Qui entretient aussi les vélos de la Ville.

-mener des actions de quartiers pour à la fois récupérer des bicyclettes données mais aussi procéder  aux réparations accessibles financièrement . Car une fois sur place, les demandes sont souvent importantes, du vélo d'enfant à celui d'adulte!

                                       ACTION  ECOLO-ECONOMIQUE

"De l'insertion à la coopération " : les mots ont ici pris une résonance concrète.

On n'a à aucun moment évoqué la "politique"...politicienne. Mais on est entré  dans le Politis absolu au sens grec de vie commune.

La démarche est profondément, viscéralement écologique =logique de faire ces économies!

Logique de ne pas jeter des tonnes de vélos alors qu'ils peuvent être valorisés. Logique de fournir du travail. Logique des efforts croisés entre particuliers, associations et pouvoirs publics. Logique d'une action de solidarité internationale connectée entre trois pays, entre Europe et Afrique.

Un schéma écolo-économique 100% adopté.

                                                              Sylvie Neidinger

 

Sur Genève, récupération des vieux vélos pour seconde vie à la fourrière.


   Crédits photos ©Sylvie Neidinger +capture d'écran site web /repérages/TDG

 

Rubrique cycle du vélo,

Rubrique économie solidaire