26/10/2018

Ce que l'affaire de Kirby Evans, défiguré par un cancer, dit des USA

 Le fait divers récent de Walterboro (Caroline du Sud) fit l'objet d'un écho mondial. Un homme défiguré par un cancer n'a pu consommer tranquillement dans un resto. Eliminé manu militari par la gérante au motif qu'il effraye la clientèle.

Elle l'aurait même tiré par la chemise dans son bureau. Et intimé l'ordre de cacher son visage.evans.PNG

 La  fille de Kirby Evans  en colère dénonça le dit-commerce.

Elle explique que son père n'avait pu se payer de chirurgie reconstructrice.

Cette histoire commence mal mais finit bien par une cagnotte solidaire pour permettre à l'individu de se soigner.

Le story-telling avec l'argent récolté semble donner une morale positive à cette affaire sordide. Elle tient du registre de la solidarité autour d'un cas individuel personnalisé.

Pourtant, un deuxième niveau de lecture s'impose, beaucoup plus politique !

Jamais en Europe (UE,Suisse et autres ) on ne  pourrait croiser un homme en telle souffrance physique.

Tout simplement parce qu'un cancer y est réparé jusqu'au bout, chirurgie réparatrice comprise. Une économie solidaire commune  européenne.

Aux USA, pas d'équivalent en sécurité sociale.De facto ceux qui ne peuvent payer restent en marge, alors que la médecine pratiquée peut y être excellente.

Une médecine de pointe non accessible à tous. Sinon par la charité.

Kirby Evans, par son histoire  individuelle avec "happy end" va pouvoir se soigner.

Mais  il est permis de se poser la question des inégalités sociales collectives en Amérique, obérant l'accès aux soins, au regard  de l'argent dépensé par ailleurs.

Comme pour l'exemple de la semaine : la relance de la guerre nucléaire et son coût induit

 

                                                            Sylvie Neidinger

#usa,#médecine,kirby evans,chirurgie reconstructrice,walterboro,caroline du sud

 

crédit photo  : capture photo article lui même issu du facebook de l'individu

crédit photo Sylvie Neidinger graffiti sur roche