capitalisme rhénan

  • Protestantisme rhénan contre orthodoxie grecque...et socialisme français

    Imprimer

    L'article publié sur ce blog Neidinger le 16 février dernier n'a pas pris une ride :

    Protestantisme rhénan contre orthodoxie grecque. Je lui fais prendre un peu l'air car  il est toujours d'actualité.

    Sauf- détail important - qu'aujourd'hui, on peut remplacer le pays "Grèce"par  "France" au titre des inquiétudes données aux autres partenaires européens dont l'Allemagne.

    Ce soir, le Président Hollande devra lors de sa conférence de presse élyséenne  apaiser non seulement les préoccupations  des français mais aussi celles son partenaire historique germanique, en donnant un cap clair. Surtout  en matière économique.

    Rappel : la semaine dernière, le ministre allemand des finances Wolfgang Schäuble a demandé d'une manière informelle une évaluation de la politique économique de l'actuel gouvernement français. Un coup dur à la souveraineté du pays et son amour-propre.

    Article de boursier.com :"Le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble aurait demandé au Conseil des experts économiques de son pays de réfléchir à des propositions de réformes économiques pour la France, craignant une chute de la deuxième économie de la zone euro et de ses conséquences sur le devenir de l'Europe dans son ensemble..."

    Un choc pour la France qui se considérait jusque là comme un partenaire, le fameux moteur franco-allemand (caricature) qui semble connaître  d'énormes ratés...

    Raison majeure : personne  ni à l'intérieur, ni à l'extérieur ne comprend rien à la France depuis six mois.

    1 LE RAPPORT GALLOIS OU LE SURREALISME MAXIMAL EN POLITIQUE 

    Pourquoi  l'actuel gouvernement de la (supposée ) cinquième puissance mondiale a-t-il  attendu la publication  récente du rapport d'un haut fonctionnaire pour savoir quoi faire et comme agir ?

    Quand l'économie réelle  se balance dans le vide sidéral  au bout de la plume d'un expert !

    M. Gallois et son rapport-certes intéressant et intelligent-  devenu plus puissant que le gouvernement socialiste en place ?!

    L'action globale d'un pays serait-elle alors   dictée par la vision  d'un seul individu , même pas titulaire d'un mandat électoral. Au simple motif que le Président lui aurait demandé une réflexion ?? C'est stupéfiant.

    A y  réfechir, cela semble finalement une habitude de droite comme de gauche  puisque  il faut se souvenir du rapport  Attali sous Sarkozy...

    2 LE CENTRALISME ELITISTE REPUBLICAIN

    Avec ces rapports rédigés par des "premiers de la classe " supposés tout régler, la France atteint là les limites extrêmes du centralisme de son système politique et de son élitisme républicain,  bien  éloigné du terrain.

    L'actuel Président concentre tous les pouvoirs comme historiquement jamais aucun président de  la Cinquième république  ne l'a fait.

    François Hollande  en  plaçant les écrits  d'un expert sur sa tête en haut de la pyramide ...hexagonale commet une curieuse géométrie du pouvoir -profondément anti-démocratique selon moi.

    D'autant  que les acteurs réels de l'économie réelle  sont dans le même temps villipendés...

    Les chefs d'entreprises qui eux seuls président aux manettes de la fabrique  hyper fragile  des emplois subissent une  stigmatisation   caricaturale.

    Cet été M.  Peugeot par A. Montebourg et François Hollande en attaque frontale très idéologique. Bernard Arnaud ensuite  mais aussi les entrepreneurs, grands, moyens et petits,  la net-économie au point de créer en réaction  une nouvelle race de volatiles, les Geonpi .

    Un autre univers professionnel, celui  des médecins  désigné du doigt à la population par le ministre Touraine, commence actuellement sa  révolte.

    Cette façon totalement surréaliste de pratiquer l'économie-et la politique-  stupéfie. L'Allemagne a bien  raison de s'affoler et de vouloir d'y mettre son grain de sel au nom de la stabilité de l'euro, les économies étant liées.

    Ceci dit, la droite française avait  aussi  gouverné en désignant des catégories complètes de populations professionnelles  à la vindicte publique...

    3 LE DENI DE REALISME ECO- POLITIQUE

    A sa décharge, le Président Hollande hérite d'une situation financière incroyablement négative. Il ne trouve pas simplement les caisses vides mais un niveau d'endettement majeur. Comme pour la Grèce. 

    Problème: les français sont encore dans le déni de leur   réalité économique difficile.

    Un déni volontairement  masqué par les  dirigeants politiques avec les rodomontades de la France à l'international en matière d'interventionnisme actif à l'extérieur. Comme par exemples en Libye ou  en Syrie sous Juppé puis Fabius. Après les leçons d'économie médiatique données à la Grèce par N Sarkozy en décembre 2011.

    Grèce ...que la France  rejoint  aujourd'hui dans le cadre du  club des maillons faibles de l'Europe.

    Fort de son  droit de veto onusien, l'hexagone se  berce encore d'illusions sur  sa place et son  poids  réel  au sein des nations.

    Il y a effectivement une contradiction majeure pour la France à se vouloir géant politique, à se projeter comme tel...avec une économie malade et rétrécie.

    L'Allemagne est là pour le lui  rappeler .

    Sylvie Neidinger

                                                                       Rubrique #Protestantisme

     

    Complément :

    Les Allemands sont impatients que la France se rétablisse Lire

  • Protestantisme rhénan contre orthodoxie grecque

    Imprimer

    On signale l'excellent article paru sous la plume de Sophia Mappa intitulé « la Grèce tragique et ottomane expliquée à l'Allemagne luthérienne » (Rue89, rubrique  Tribune du 4/02/2002) qui décrypte les incompréhensions fondamentales entre l'éthique protestante(cf son lien avec le capitalisme, Max Weber) et l'absence profonde d'adhésion à ces valeurs de la part de la Grèce. Rue 89 (lire) Il évoque la Grèce byzantine et ottomane.

    Nous pouvons remonter  plus loin encore dans l'histoire. Un grec sur "C dans l'air France 5" hier soir évoquait «  les occidentaux » en parlant de l'Allemagne, la Hollande, la France....La remarque lui a été faite. Il assume. Son pays est en transition entre deux mondes.

    Effectivement, Docteur Economie doit comprendre aujourd'hui que son malade est aussi oriental. Il partage avec toute la zone levantine  le poids de la religion comme squelette constitutif " réel  "de l'Etat, le poids  de l'absence d' instruments de mesure fiables (peu de comptabilités publiques et privées normalisées ) le poids d'éventuels comportement clientélistes claniques « antiques »

    C'est un autre fonctionnement ...politique parfaitement accepté, assumé par les populations de   l'est méditerranéen.

    En  Israel , le fait religieux déborde souvent sur l'espace public. En Palestine aussi.

    L'Etat syrien laïc et socialiste fonctionne  également sur la base des lois  spécifiques à chaque religion en matière d'Etat civil et de transmission de patrimoine - par exemple, seul le mariage religieux y est reconnu.

    Au Liban, l'exercice est porté à son comble puisque les fonctions régaliennes de l'Etat sont constitutionnellement partagées entre cultes : un président toujours maronite, un premier ministre toujours sunnite et un président de l'Assemblée toujours chiite.

    L'EUROPE DE L'EURO SIDEREE OUBLIE SES PROPRES CHOIX INITIAUX CATASTROPHIQUES

    « L'Europe de l'euro » découvre avec stupéfaction les rapports incestueux entre l'Etat grec et  l'Eglise  orthodoxe, premier propriétaire terrien du pays (130 000 hectares) sans cadastre ni impôt foncier.

    « L'Etat autonome orthodoxe »  ne paie aucun impôt mais peut vendre très cher des parts du littoral, ne paie pas toujours les cotisations sociales de son personnel. Les popes quant à eux sont des fonctionnaires rémunérés par l'Etat  laic.

    Constatation :  la Grèce semble  aimer fonctionner ainsi ! La question est :  pourquoi avoir fait entrer dans la zone euro un pays visiblement non préparé ?

    Parce que le capitalisme libéral l'y a poussé !! On veut encore aujourd'hui faire entrer la Turquie dans l'Europe pour élargir le « marché commun » si cher aux Anglais.

    Les fondateurs de la monnaie unique ont pêché par optimisme et naïveté en pensant régler  avec l'euro devenu une  sorte de « dénominateur commun unificateur »  les problèmes par automatisme, par régulation ...naturelle du marché en quelque sorte.

    Ils ont parié. Ils ont perdu.

    Le capitalisme protestant rhénan doit, avant de fustiger  «  les menteurs grecs » , reconnaître qu'il a cru aux.... Miracles de Saint Optimisme et Saint Libéralisme sans règle du jeu préalable.

    Accuser  aujourd'hui la Grèce de  tonneau des danaïdes a des limites déontologiques. Quand on choisit de bâtir l'immeuble EUROLAND pour mieux faire vivre ensemble les   co-propriétaires,  le comité des architectes se devait de ne  pas accepter dès le départ la présence à la fois  de  piliers solides  aux normes sismiques  et de piliers au béton pourri car saturé de sable.

    Aujourd'hui, des pans entiers du bâtiment Europe s'écroulent sous les yeux médusés de tous.

    Cette  sidération globale paralyse les prises de décision.

    Le pire dans cette affaire sera de bouc- émissairiser la Grèce !

    Certes , ne pas payer ce que l'on doit ruine la confiance et semble évidemment trop facile...

    Pour autant les prêteurs doivent balayer devant leur porte et réfléchir à cette construction d'une Europe monétaire sans structure politique sérieuse à l'origine parce que l'on a cru que les « lois du marché » allaient d'elles-mêmes réguler les aspérités par enchantement.

    La baguette ...magique pour transformer la Grèce en profondeur n'est même pas encore inventée.

    Le mythe d'une Economie qui tournerait  seule indépendamment  du poids des cultures, des histoires, des pensées, des peuples est la principale erreur du capitalisme libéral qu'il soit rhénan, anglo-saxon ou capitalisme tout court.

    Le cadre de la régulation politique semble évident. Cette constatation basiquement réaliste aurait coûté moins cher si elle avait été faite au départ de la construction et non quand l'immeuble s'écroule !

    Sylvie Neidinger

    Tags : capitalisme rhénan, Grèce, Allemagne, Liban,Syrie, économie, Sophia Mappa, rue 89, euro, europe

    rubrique eco techno blanc.png