UA-65882359-1

09/10/2017

Humour des Nobel. Le prix d'économie attribué à Monsieur Dollar, soit Richard... Thaler

 Décidément le comité Nobel eut de l'humour cette année pour ses choix !

Après le suisse Jacques Dubochet et son curriculum vitea marrant, le Nobel d'économie est attribué à un chercheur qui porte le nom de Richard H. Thaler.... à la source du mot..... dollar .

J'avais écrit un article sur le thème en 2012: Le dollar, ce thaler cette très ancienne dénomination de monnaie européenne.

Liée au suisse Gallatin.

                                                            Sylvie Neidinger

02/08/2016

Comprendre les taux bancaires négatifs...

Les taux négatifs sont a priori une vue de l'esprit, un insensé économique.

Vous prêtez et en plus, vous devriez payer ??

De quelle catégorie d'investisseur s'agit-il?

Et de quel prêteur  s'agit-il ?

Lu sur Boursorama un article fort synthétique que je signale aux lecteurs qui souhaitent s'informer sur cette bizarrerie.

Justement intitulé "comprendre les taux négatifs"'1/2) par Jacques Tebeka, directeur de Markus AM

et l'article  suivant  "qui achète des obligations à taux négatifs et quelles conséquences 2/2)

 

 " Les banques centrales franchissent une nouvelle étape aujourd’hui en expérimentant de nouveaux outils pour relancer l’activité : le passage aux taux durablement négatifs. Occasionnellement en effet, les taux ont pu passer négatifs. Par exemple aux Etats-Unis dans les années 60 ou en Suisse dans les années 70.  Le mouvement est aujourd’hui plus global et plus durable semble-t-il."....

 

                                                             Compliqué !

                                                                               SN

              

16:17 Publié dans E-Economie | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : économie, taux bancaire négatif, marché des obligations | |  Facebook | | | |

16/02/2012

Protestantisme rhénan contre orthodoxie grecque

On signale l'excellent article paru sous la plume de Sophia Mappa intitulé « la Grèce tragique et ottomane expliquée à l'Allemagne luthérienne » (Rue89, rubrique  Tribune du 4/02/2002) qui décrypte les incompréhensions fondamentales entre l'éthique protestante(cf son lien avec le capitalisme, Max Weber) et l'absence profonde d'adhésion à ces valeurs de la part de la Grèce. Rue 89 (lire) Il évoque la Grèce byzantine et ottomane.

Nous pouvons remonter  plus loin encore dans l'histoire. Un grec sur "C dans l'air France 5" hier soir évoquait «  les occidentaux » en parlant de l'Allemagne, la Hollande, la France....La remarque lui a été faite. Il assume. Son pays est en transition entre deux mondes.

Effectivement, Docteur Economie doit comprendre aujourd'hui que son malade est aussi oriental. Il partage avec toute la zone levantine  le poids de la religion comme squelette constitutif " réel  "de l'Etat, le poids  de l'absence d' instruments de mesure fiables (peu de comptabilités publiques et privées normalisées ) le poids d'éventuels comportement clientélistes claniques « antiques »

C'est un autre fonctionnement ...politique parfaitement accepté, assumé par les populations de   l'est méditerranéen.

En  Israel , le fait religieux déborde souvent sur l'espace public. En Palestine aussi.

L'Etat syrien laïc et socialiste fonctionne  également sur la base des lois  spécifiques à chaque religion en matière d'Etat civil et de transmission de patrimoine - par exemple, seul le mariage religieux y est reconnu.

Au Liban, l'exercice est porté à son comble puisque les fonctions régaliennes de l'Etat sont constitutionnellement partagées entre cultes : un président toujours maronite, un premier ministre toujours sunnite et un président de l'Assemblée toujours chiite.

L'EUROPE DE L'EURO SIDEREE OUBLIE SES PROPRES CHOIX INITIAUX CATASTROPHIQUES

« L'Europe de l'euro » découvre avec stupéfaction les rapports incestueux entre l'Etat grec et  l'Eglise  orthodoxe, premier propriétaire terrien du pays (130 000 hectares) sans cadastre ni impôt foncier.

« L'Etat autonome orthodoxe »  ne paie aucun impôt mais peut vendre très cher des parts du littoral, ne paie pas toujours les cotisations sociales de son personnel. Les popes quant à eux sont des fonctionnaires rémunérés par l'Etat  laic.

Constatation :  la Grèce semble  aimer fonctionner ainsi ! La question est :  pourquoi avoir fait entrer dans la zone euro un pays visiblement non préparé ?

Parce que le capitalisme libéral l'y a poussé !! On veut encore aujourd'hui faire entrer la Turquie dans l'Europe pour élargir le « marché commun » si cher aux Anglais.

Les fondateurs de la monnaie unique ont pêché par optimisme et naïveté en pensant régler  avec l'euro devenu une  sorte de « dénominateur commun unificateur »  les problèmes par automatisme, par régulation ...naturelle du marché en quelque sorte.

Ils ont parié. Ils ont perdu.

Le capitalisme protestant rhénan doit, avant de fustiger  «  les menteurs grecs » , reconnaître qu'il a cru aux.... Miracles de Saint Optimisme et Saint Libéralisme sans règle du jeu préalable.

Accuser  aujourd'hui la Grèce de  tonneau des danaïdes a des limites déontologiques. Quand on choisit de bâtir l'immeuble EUROLAND pour mieux faire vivre ensemble les   co-propriétaires,  le comité des architectes se devait de ne  pas accepter dès le départ la présence à la fois  de  piliers solides  aux normes sismiques  et de piliers au béton pourri car saturé de sable.

Aujourd'hui, des pans entiers du bâtiment Europe s'écroulent sous les yeux médusés de tous.

Cette  sidération globale paralyse les prises de décision.

Le pire dans cette affaire sera de bouc- émissairiser la Grèce !

Certes , ne pas payer ce que l'on doit ruine la confiance et semble évidemment trop facile...

Pour autant les prêteurs doivent balayer devant leur porte et réfléchir à cette construction d'une Europe monétaire sans structure politique sérieuse à l'origine parce que l'on a cru que les « lois du marché » allaient d'elles-mêmes réguler les aspérités par enchantement.

La baguette ...magique pour transformer la Grèce en profondeur n'est même pas encore inventée.

Le mythe d'une Economie qui tournerait  seule indépendamment  du poids des cultures, des histoires, des pensées, des peuples est la principale erreur du capitalisme libéral qu'il soit rhénan, anglo-saxon ou capitalisme tout court.

Le cadre de la régulation politique semble évident. Cette constatation basiquement réaliste aurait coûté moins cher si elle avait été faite au départ de la construction et non quand l'immeuble s'écroule !

Sylvie Neidinger

Tags : capitalisme rhénan, Grèce, Allemagne, Liban,Syrie, économie, Sophia Mappa, rue 89, euro, europe

rubrique eco techno blanc.png

 

09:15 Publié dans E-Economie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : capitalisme rhénan, euroland, neidinger, sophia mappa, euro, europe, rue89, liban, syrie, économie, grèce, allemagne | |  Facebook | | | |

23/12/2011

Les pendulaires frontaliers (2/2)

 Cette semaine, plusieurs  articles de la Tribune évoquent ce sujet récurrent. Le terme  de « pendulaire » appartient au vocabulaire général de l'Aménagement du territoire, de la Géographie péri-urbaine, que ce soit au Brésil ou en Chine.

Pendulaires: pendus en l'air ? Pendouillards ? Pendules à air ? Pendus à quoi exactement ?

L'expression (pas si heureuse !) trouve toutefois  une savoureuse actualité au bord du Léman et de son industrie...horlogère. Dans l'arc valdo-franco-genevois, elle  présente en plus,  la particularité  d'école de se décliner... à l'international.

Au 30 juin 2011, les seuls titulaires du permis G étaient au nombre de 246.252 (en excluant les binationaux et  frontaliers suisses. Sources : Office Fédéral de la Statistique.Soit pour eux seuls un demi -million de transhumances journalières (cf :60.510 actifs recensés à Genève,19.791 pour le  canton de Vaud, 33.569 à Bâle Ville etc.)

LE PENDULAIRE HUILE LES ROUAGES FRANCO-UISSE

Son destin quotidien-connu par avance-ne tient qu'à un fil: celui de la régularité.

Le saute-frontière craint comme la peste toute panne automobile. Inquiet : peut-il même le soir s'autoriser à  tarder un peu avec ses collègues  autour d'une bière en la bonne ville calviniste,  sans mettre à mal le système général ?

Ce passeur-bi  compte en nonante durant la journée et en quatre-vingt-dix la nuit. Il impose aux douaniers une gymnastique révolutionnaire à 360 ° laquelle engendre moult torticolis pour vérifier que le nombre des entrants correspond bien au nombre des sortants !

Le pendulaire est cette balle de ping-pong que deux états se renvoient  à heure précise  dans une mécanique irréprochable.

Certains partis politique helvètes nationalistes (donc....cantonistes) voudraient expulser cette  petite boule dans le décor au risque de dérégler la partie.

Mais aimantée, attirée, elle se replace automatiquement au centre de la table de jeu.

caricature.jpg caricature sur blog Sylvie Neidinger

Ce boomerang jamais disparu, est un être attendu au comportement prévu. Que d'enjeux invisibles mais réels autour de sa spécialisation professionnelle, sa couverture santé, ses revenus à investir en France voisine, les emprunts qu'il va contracter, ses enfants à scolariser etc.


Le petit pion vit en toute  inconscience de la mécanique sociale, politico- économique internationale qui se met en place autour de son ron-ron quotidien.

Son employeur suisse défend  son choix,  de l'employer lui et pas un autre,  à un poste précis.Le frontalier défend son choix  de travailler là où bon lui semble, quitte à traverser une frontière..

A coup sûr, ce journalier   n'accepterait pas en cette période de récession économique de devenir le bouc-émissaire de tous les mots et de tous les maux. De part... et d'autre.

Globule rouge le matin rendu globule blanc le soir vidé de son énergie, il participe aux fluides de la mécanique  comme variable d'ajustement.  Enjeu de taille pour le futur développement  des zones frontalières,  il est le tic et le tac du cœur économique franco -suisse et de Genève métropole.           

                                                         Sylvie Neidinger


Série n°2 #BlogNeidinger Les pendulaires frontaliers

2/2- Les pendulaires frontaliers

1/2-Caricature