#benalla

  • 14 juillet 2019: Macron parade avec De Rugy. Il ne comprend toujours rien à l'état réel du pays, toujours GJ !

    Imprimer

    L'affaire de Rugy devient  le scandale macroniste de l'été. Moral plus que  judiciaire. Il touche l'image de la gouvernance Macron au coeur.

    Grâce à un bon  travail d'enquête des journalistes de Médiapart : essentielle presse  qui n'est pas "coupeuse de tête" comme souligné par le ministre. Et précieuse Liberté de la presse

    La période estivale 2017 vit les démissions au sein du Modem  dont Bayrou (encore un père la morale qui confondait les caisses...)- 2018 : l'affaire Benalla.

    En 2019, l'actuel numéro 2 de l'Etat est pris la main dans le pot de confiture, accentuant le mensonge de   l'hyper-centre boursouflé En Marche.

    La galaxie Macron allait- devait !- laver plus blanc que blanc l'ancien monde des vieilles pratiques du "trop  bien vivre au sommet de l'Etat,  "se servir sur la bête",   la "singerie républicaine de la  monarchie", l'Etat vache à lait de certaines catégories.

    Un  ministre de l'économie alors inconnu, Macron, avant lancé cette antienne et pris le pouvoir à coup de Une people.

    Elle échoue sur les affaires en question. De Rugy devient parfait exemple du dysfonctionnement que les Gilets Jaunes exècrent.

    Macron choisit pourtant en ce 14 juillet 2019 de parader  avec son ministre de l'écologie. Il sera hué.

    Le président  reçoit les sifflets, ballons jaunes et  quolibets de la part des Gilets Jaunes   qui réclament eux aussi du homard en référence à l'affaire de Rugy.

    Ce macroniste a mené grand train sur les deniers de l'Etat: appart de fonction,  peintures des murs à 35 000 euros, dressing à 17 000 euros, réceptions/invitations  au faste "royal"pour ses réception privées (les fameux homards XXL , les vins à 500 euros) un  3ème chauffeur pour mener le fils de sa femme à l'école, un logement HLM en plus de l'Hôtel particulier de fonction!!! 

    On se pince : un sèche-cheveu doré à l'or fin pour son épouse sur les deniers de l'Etat. Goût douteux 500 euros. Marianne se moque des dorures.

    Ce, alors que le personnage fut intraitable pour lutter contre les privilèges...des autres (députés) en bon soldat prêchant la parole de l'Evangile selon Macron.

    Rugy,   "homme politique"   ose en outre virer sèchement  sa directrice de cabinet  (dans l'heure : c'est violent !!) pour un acte que.... lui aussi a commis:  le HLM!  Nicole Klein résume ainsi "il a voulu sauver sa tête en s'offrant la mienne

    Or, il n'a pas démissionné, lui. Macron ne l'a pas démissionné non plus. Mansuétude.

    Du coup le gouvernement Macron est sali par cette affaire, la supposée exemplarité d'En Marche touchée. Comment ensuite faire serrer la ceinture à la population autour des retraites, des APL à 5 euros, des baisses aux handicapés ?

    Macron, maladroit n'a toujours  rien compris au pays et parade en compagnie dudit ministre.

    Provocateur.

    L'année dernière il soutenait outrageusement A. Benalla "venez me chercher" lançait-il. Is sont venus...Ce 14 juillet 2019 encore.

    Ils se nomment les Gilets Jaunes. Toujours en forme contrairement aux prédictions d'un sondage Paris Match

    D'ailleurs le 14 juillet est "Leur" jour bastille. La date  de ceux qui pensent l'Etat français confisqué par une oligarchie parisienne souvent énarque. Une caste de hauts fonctionnaires qui dirigent l'Etat profond et confisquent la démocratie tout en la prônant. 

    Rappel : les GJ ont démarré avec tout le vocabulaire de la Révolution française, la Marseillaise, le drapeau tricolore...

    Gilet Jaune, la version automobile du sans culotte ! Aujourd'hui sur les Champs. Malgré les arrestations préventives  arbitraires des leaders du mouvement qui ont bénéficié de cette erreur majeure de "communication" de la préfecture de police car cela se retourne au profit des premiers : Maxime Nicolle, Eric Drouet , Jérôme Rodriguez. Relâchés peu après.

    Ce dernier portant plainte pour "violation des libertés individuelles".

    C'est un mouvement inédit qui prône la démocratie réelle et regarde du coté des votations suisses comme modèle.

    Le consensus de Fête nationale n'a pas été respecté. Après midi chaude pour les policiers au dispositifs probablement inadapté: gilets jaunes sans gilet, casseurs, blacks blocs et #GJ....au milieu des badauds et touristes qui se sont pris des gaz lacrymo...Policiers au bout du rouleau, toujours en première ligne.

    Le symbole négatif  de ce qui s'est passé aux Champs ce 14 juillet 2019 est fort.

    Défilé: au lieu de rester sur l'impression d'une armée qui se voit puissante, se projette dans l'espace, intervient  à tout bout de champ  dans des conflits internationaux avec des armements capables de pulvériser, le malaise social accentué par ce gouvernement laisse devant les caméras la vision d'une France en difficulté de gestion de personnes "non identifiées" car habillées comme tout le monde : quelques Gilets Jaunes, extrémistes des Blocs et casseurs.

    Supporteurs-casseurs liés au match de la CAN victorieux pour l'Algérie, le soir.

    Climat social difficile, destructions de biens à répétition par une minorité très agissante.

    Très long 14 juillet 2019 entaché.

                                                              Sylvie Neidinger

     

                                                       overdose fiscale,#giletsjaunes,17 novembre,révolutionnaires,1789,#macron,#blogneidinger,#carburant,#csg,ecologie punitive,benjamin #griveauxRubrique #GiletsJaunes

     

                        

  • Une affaire de...corneculs, dit Castaner

    Imprimer

    Si le ministre de l'intérieur Castaner  le dit... 

    Il affirme ce dimanche 10 février que "Les enregistrements d'Alexandre Benalla constituent « plus une affaire de corneculs qu’une affaire de James Bond »

    On valide à 100%. TOUS les protagonistes de cette affaire d'Etat  sont  bien des Corneculs. Ou Corne-culs. Les deux écritures se valent.

    Mais qui ne font rire personne contrairement à la définition hilare.

    Certainement pas rire la Justice ni la Commission du Sénat (excellent Philppe Bas)

    Ni ceux qui considèrent le dossier Benalla comme une affaire d'Etat autour de ce que le président Macron a choisi comme organisation personnelle de l'Elysée.

    "Cornes au cul, vive le Père Ubu ! "disait ...Jarry.

    Ubu Roi. Hubris, aussi...

                                                          Sylvie Neidinger

     

     C'est à la fois une affaire Cornecul ET James Bond, vu l'implication de A Benalla qui a bien évidemment menti devant le Sénat . Ce qui est illégal.
    Corne culs.GIF

     

     

    http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2019/02/09/rappel-quand-e-macron-demandait-de-l-indulgence-pour-a-benal-297226.html

     

    http://www.bvoltaire.fr/castaner-progresse-il-reconnait-enfin-lultra-gauche-dans-les-violences-et-du-cornecul-dans-laffaire-benalla/

     

    https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/benalla-2-2-millions-d-euros-pour-des-contrats-avec-un-oligarque-russe-proche-de-poutine-7796517123

  • Indulgence: vocabularia du macronisme

    Imprimer

    Face à l'affaire Benalla ,scandale d'Etat, le président Macron défend son ( ....son quoi au fait?) collaborateur direct   bec et ongles.

    Le 24 juillet avec sa provocation "qu'ils viennent me chercher"....

     Ils sont venus ! Sous forme de Gilets Jaunes.

    Le 6 novembre dernier il réclame de ...l'indulgence pour le même Benalla. 

    Le  président, juge et partie, évoque une ...excitation collective. Il a lui même beaucoup.... d'indulgence pour ce personnage: "On a peut-être perdu l'esprit de mesure", juge-t-il, fustigeant "l'emballement" créé par l'affaire. Emmanuel Macron va même jusqu'à réclamer… "de l'indulgence", à l'égard "de tous ceux qui se sont emportés, ont dit des choses peut-être excessives y compris contre [lui] à l'époque", mais aussi d'Alexandre Benalla : "Il a fait des fautes. Est-ce qu'il mérite d'être traité comme le plus grand criminel en liberté, je ne suis pas sûr", plaide le président (l'Express)

                                                NOTION CHRISTIQUE

    Indulgence est une notion du vocabulaire religieux à l'origine. C'est d'ailleurs face aux indulgences monnayées de l'église catholique que le protestantisme a ...protesté !

    (wiki) Indulgerer (accorder en latin) est la rémission partielle devant ...Dieu de la peine temporelle.

    Le Code de droit canonique consacre aux indulgences le chapitre IV du titre IV portant sur le sacrement de pénitence. Le canon 992 définit l'indulgence comme : « la rémission devant Dieu de la peine temporelle due pour les péchés dont la faute est déjà effacée, rémission que le fidèle bien disposé obtient à certaines conditions déterminées, par l'action de l'Église, laquelle, en tant que dispensatrice de la rédemption, distribue et applique par son autorité le trésor des satisfactions du Christ et des saints ». Cette définition est tirée de l'encyclique Indulgentiarum doctrina de Paul VI et reprise dans le Catéchisme de l'Église catholique au point 1471 suivie d'une explication. L'ensemble des indulgences est présenté dans l'Enchiridion des indulgences publié par la Pénitencerie apostolique. Bien que toutes n'y puissent figurer. On peut cerner la notion par :

    • son effet : remise des peines temporelles restant à satisfaire pour des péchés remis ;
    • sa forme : un acte de piété, de charité, de dévotion, etc., qui est substitué désormais aux extrêmes rigueurs pénitentielles exigées dans les premiers temps de l'Église ;
    • sa nature : l'Église se considérant gestionnaire en quelque manière du dépôt des mérites acquis par les saints et dispensatrice de la satisfaction du Christ.

    Dans l'affaire Benalla, Christ-Président est-il finalement... satisfait ??

     

                                                                        Sylvie Neidinger

     

    Emmanuel Macron  s'est effectivement comparé au Christ. Sans rire.

    http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2017/02/19/macron-se-compare-modestement-au-christ-2-2-282192.html

    http://duboutduborddulac.blog.tdg.ch/archive/2017/02/20/macron-christ-et-jeanne-d-arc-282214.html

    larousse.PNG

  • Elysée et #AffaireBenalla: mythologie pourrie !

    Imprimer

     

    Selon le Président Macron, Alexandre Benalla n'était pas son amant...

    Dixit..lui-même.

    ô surprenante confession de la part d'un chef d'Etat !

     

    Il  était donc son.... fils ( de Dieu) !

     

                @sylvieneidinger

     

     

     

    banalla twwet sn.PNG

     

     

    pourrie de l'été 2018. Entre "fils de Dieu" (=étymologie) et - ,"père des Dieux". Où? A l' . Soit l'Enfer en Grèce ancienne =là où les héros goûtent leur repos après leur mort (définition de Elysée !) Quelle histoire...

  • L'affaire d'Etat Benalla sort GRACE A LA PRESSE

    Imprimer

    1-La gravissime affaire d'Etat  Benalla est sortie GRACE à la presse (et les réseaux sociaux..). Toute atteinte au droit de la presse est donc inacceptable.

    2- Elle sort au moment où la majorité entend réduire le rôle du Parlement par la modification de la Constitution (carrément)  alors que cette institution démontre l'extrême nécessité de garder le pouvoir de contrôle du gouvernement

    3- Le ministre Castaner MENT  et se moque des français en indiquant que dans le bus des Bleus M Benalla est un porteur de bagage. !!! Non il continuait à assumer ses fonctions. Il n'avait PAS été sanctionné contrairement aux dires du gouvernement.

    4- Macron s'offusque aujourd'hui mais bien trop tard . Suite à l'affaire du 1er mai aucune mesure n'a été prise le 2 mai. Il a été protégé par le président Macron avec en plus logement quai Branly ( juillet) et voiture de fonction. Macronie :  une autocratie insensée.

    5-Cette affaire a l'immense mérite de faire ENFIN entendre l'opposition à Macron.

    6-Il est temps que le mirage Macron s'estompe et que sa gouvernance hautaine méprisante, donneuse de  leçon et surtout autocratique soit sous observation.

    Cela ne nomme la démocratie.

                                                                                Sylvie Neidinger

  • Macron piégé par sa gouvernance autocratique (souligne la presse mondiale)

    Imprimer

    Il n'y a pas d'affaire Benalla. Mais une affaire Macron-Benalla.

    Du nom de cet homme lige à qui tout était permis: avoir les attributs d'un policier, être officier de réserve de la  gendarmerie, presque devenir  sous-préfet, posséder un badge open (H)  pour entrer à l'Assemblée Nationale, réformer la sécurité de la Présidence, être devant, dans le bus des bleus alors qu'il était soit disant mis à pied..

    Par le fait du PRINCE. Garde du corps du Roi, protégé . Comportement illégal non dénoncé par l'Elysée une fois informé, le 2 mai suite à ses exactions sur des manifestants.

    Un homme de Cour. Même pas dans l'organigramme du palais.

    La presse internationale ricane un peu. Le poisson est énorme.  D'une part, Macron donneur de leçon face aux régimes autoritaires fait actuellement discuter au Parlement une réforme de la Constitution qui ....limitera fortement le pouvoir du Parlement !!  L'examen de loi  est rendu impossible par l'affaire Benalla, stoppé ce jour.

    Mais d'autre surgit cette affaire de supposée "police" parallèle voire personnelle.

    Et pour cause.  En résumé, Alexandre Benalla était hors la loi mais  sous protection de l'Elysée.

     Tout lui était permis!

    Macron en tant que Président ne peut lui-même traîner dans les couloirs du Parlement (en raison de la séparation des pouvoirs) mais son bras droit sbire-barbouze Benalla...oui. Qu'allai faire ce nervi au Parlement ?

      L'homme s'autorise à se défouler sur des manifestants en usurpant les attributs de la fonction régalienne qu'est le policier!

                            MACRON CONCENTRE ET CONFOND LES POUVOIRS COMPARé A MACHIAVEL

    Macron concentre dangereusement  les pouvoirs, organise une confusion des fonctions, n'agit pas en Président démocratique !

    Trop tôt pour dire que la démocratie française est en danger.

    Mais constat:  toute l'opposition politique et de nombreux citoyens n'acceptent pas cette tendance autoritaire bonapartiste assumée avec morgue et mépris ....qui commence à déraper.

    Le député LR Guillaume Larrivé le compare à Machiavel.

    L'orgueil de Macron  qui se prend sans rire  - c'est incroyable !- juste  pour Jésus, Jeanne d'Arc, Jupiter, Louis XIV et Napoléon, maître des horloges aussi..N'en jetez plus

    Qui MODIFIE la sécurité de l'Elysée en la privatisant,  qui se moque de la loi quand elle le concerne est désormais largement   critiqué.

    C'est une DERIVE MONARCHIQUE.

    L'affaire d'Etat ne fait que commencer..

    Car la France  est une vieille démocratie d'expérience.

    Qui a tendance à faire facilement la révolution et passer ses rois sous la guillotine.

    Même symbolique.

     

                                                   Sylvie Neidinger

     

    -Macron impose verticalement les 80 km/h sur les routes mais a pris un Falcon pour un trajet terrestre de 110 km le 15 juin dernier!

    -Sa communication a été catastrophique.

    -Sa gouvernance n'est que polémiques à répétition.

    -Il continue à décrocher dans l'opinion.(sondage)

                                                                                     

     

  • Benalla, le faux policier préféré de Macron hors-la-loi

    Imprimer

    L'affaire Benalla qui sort grâce à la presse ( journal Le Monde ) est gravissime, explosive.

    Ici les pratiques insensées d'un proche du premier cercle de la macronie.

    Elle expose à la lumière crue ce que Emmanuel Macron fait de la présidence française. 

    Une gouvernance autoritaire, à son bon vouloir avec son entourage aux fonctions indéterminées parfois.

    On avait déjà évoqué le phénomène de cour avec l'article sur la Cour du Roi de la République française.

    Macron  installe autour de lui des individus aux fonctions troubles, en autarcie. (Tous les collaborateurs n'apparaissent pas dans les organigrammes ...) Benalla est un "chargé de mission policier ". Nervi issu à l'origine du service d'ordre du PS (Martine Aubry, Montebourg)

    Quel est le lien exact entre ce nervi de 26 ans non policier mais homme violent  qui "joue au policier" à ses heures perdues et le Président ??

    Question majeure car tout a été pardonné à cet homme. 

    Pire le sommet de l'Etat a voulu étouffer cette affaire !

    L'individu à la carrière fulgurante  va  casser du manifestant le 1er mai. Problème : la scène est filmée.  Il se livre à des violences et l'Elysée le protège.

     Ce personnage a commis plusieurs délits: usurpation de fonction, de titres en plus des  violences volontaires.

    Protégé par l'Elysée, grassement payé, logé depuis le 9 JUILLET par la République Quai Branly dans l'ancien appartement Pingeot !!

    APRES le 9 juillet,ce qui signifie que l'Elysée n'a pas sanctionné contrairement aux fausses affirmations du service de com' de Emmanuel Macron.

    L'individu semble avoir tous les droits. Qui lui a   donné les attributs de fonctionnaire d'Etat, de  policier  ( girophare, casque etc..) ? Qui a donné à Alexandre Benalla un véhicule de police super équipé ?

    A 26 ans il a même été porté au grade de  lieutenant  colonel réserviste de gendarmerie.

    Dès lors, une tempête politique et judiciaire démarre, un scandale d'Etat qui discrédite totalement le coeur de la  gouvernance Macron.

    La démission de Gérard Coulomb est demandée car le 2 mai il n' a pas alerté la Justice. Il sera auditionné par le'Assemblée lundi et le Sénat mardi. Le ministre de l'intérieur n'a pas fait jouer l'article 40 qui demande à tout fonctionnaire de dénoncer des faits.

     

                                   BENALLA "BARBOUZE"PROCHE DE MACRON

     

    Macron et sa garde rapprochée tellement enfermés dans leur morgue et leur  sentiment de toute puissance ont cru que cela allait passer. Il est supposé au départ avoir été "mis à pied" deux semaines...Gag : sans retrait de salaire  !

     

    Pour se défendre l'Elysée croyant s'en tirer ainsi va jusqu'à mentir :

    1-en affirmant que l'individu avait été sanctionné. Faux. Mensonge du service com de l'Elysée !

    2-mis au placard . Faux car lundi dernier  Benalla, à Roissy a voulu prendre le contrôle de la sécurité des bleus contre la ..gendarmerie !

    Gestion de crise catastrophique de l'Elysée.

    Macron tord les cou aux pratiques légales. Benalla occupait sous statut privé des responsabilités dans le fonctionnement de la sécurité du président  en dehors du service spécialisé GSPR !

    Le pouvoir aujourd'hui se débine. La commission des Lois (macroniste) n'a toujours pas pris la mesure des faits.

    Macron drapé dans son  orgueil pathologique n'assume rien. Et fait actuellement  porter le chapeaux sur les policiers qui  ont fourni à Alexandre Benalla des vidéos hors cadre légal.

    Raz de marrée de colère chez les policiers, leurs syndicat qui voient un type usurper leur métier juste parce que "proche "de Macron.

    L'homme agissait avec des brassards de police, leur matériel.

     

    "BENALLA" est un dossier poupées russes. Dès qu'on soulève le tapis Benalla plusieurs affaires surgissent qui entachent la présidence.

    Quelle est  exactement  la nature du lien de cet Alexandre Benalla qui skie avec Macron  et clairement occupe un rôle au delà de son rôle dit de "sécurité".

    Jean -Paul Mégret du Syndicat de police donne une excellente interview qui résume tout. L'exécutif dans ce dossier est responsable. Selon lui , les barbouzes n'ont pas à gérer la sécurité du président ! Alors que Macron voulait s'orienter vers une privatisation des services de sécurité du sommet de l'Etat !

    Macron qui a fait voter une loi de moralisation est silencieux sur la dérive de son entourage barbouze que lui  même organise autour de SA personne.

    C'est, mine de rien une affaire d'Etat majeure.

    Ne pas réagir à ceci serait un signe de pourrissement de la démocratie française, laquelle est bousculée chaque jour par la présidence autoritaire et solitaire de Macron Bonaparte, Roi de la République française.

                                                                                            Sylvie Neidinger