UA-65882359-1

17/10/2017

#balancetonporc, le hashtag contre les PORCS HUMAINS mais #lecochoncestmignon

Une certaine Sandra Muller est à l'origine du hashtag #balancetonporc qui va marquer le féminisme.

Elle bosse à New-York, explique la genèse de ce qu'elle  a mis en place sans imaginer le succès (interview à France Antilles) que cela allait donner.

Son idée est reprise en anglais

"Tout est parti d'une "blague" avec une amie au téléphone, raconte Sandra Muller, initiatrice vendredi du hashtag #balancetonporc qui, dans la foulée des révélations sur Harvey Weinstein, a enflammé Twitter en France et au-delà.#femmes,#feminisme,féminisme,#balancetonporc,porc humain,weinstein,trump,berlusconi,sandra muller,philippe sollers

Cette femme de 46 ans, directrice d'une lettre spécialisée sur l'audiovisuel et installée à New York depuis quatre ans avec ses deux enfants, explique comment le scandale sur le tout-puissant producteur de cinéma américain l'a affectée, et comment elle espère que son hashtag pourra faire avancer les choses face au harcèlement sexuel.

QUESTION: Comment est venue l'idée de lancer ce hashtag sur Twitter, et comment avez-vous réagi face à son succès?

REPONSE: J'étais très choquée par l'affaire Weinstein ici, je trouvais que ça prenait des proportions incroyables (...) Ensuite j'ai vu une énorme photo dans Le Parisien où ils appelaient (Weinstein) +le porc+, et puis j'étais avec une amie au téléphone et on parlait des problèmes de harcèlement, et c'est venu comme une blague, je lui ait dit, tiens, +Je vais lancer un hashtag qui va s'appeler #balancetonporc+, c'est absolument pas classe mais c'est rigolo, et je l'ai lancé pendant que je lui parlais et au départ ça n'a pas donné grand chose... ça n'a pas été immédiat, mais au bout de cinq, six heures, j'ai commencé à avoir un flot de tweets incontrôlables, à tel point que j'ai reçu un message pour savoir si c'était bien mon tweet qui était utilisé.

Je ne suis absolument pas professionnelle des tweets, je ne cherchais pas le +buzz+ (...) J'ai été dépassée. Maintenant j'essaie de contrôler tout ça, de répondre vraiment aux gens, surtout ceux qui ne sont pas d'accord avec nous - je dis +nous+ parce que c'est pas moi, c'est les autres, moi j'ai juste créé un hashtag!"

                     WEINSTEIN, BERLUSCONI, TRUMP ...ENTRENT DANS LA CATEGORIE DES PORCS...HUMAINS

A propos de porc et de toute expression de dénigrement humain utilisant l'image porcine, on rappelle toutefois que l'animal domestique, le vrai, celui qui grogne et se roule dans la fange est  infiniment différent du PORC HUMAIN.

 Je publie ici les commentaires venus sous l'article du 13 octobre Certes Weinstein...et Trump ?

Le commentateur Gislebert, qui se présente avec humour  comme... cochon de contribuable !  y défend cet animal avec justesse.

                                          GENTILS COCHONS

L'image de cet animal est effectivement  prisonnière de l'usage qui en est fait.... depuis l'antiquité et les fables d'Esope. Voire avant.#lecochoncestmignon,#femmes,#feminisme,féminisme,#balancetonporc,porc humain,weinstein,trump,berlusconi,sandra muller,philippe sollers

Il faudra alors distinguer les porcs humains des pauvres porcins, animaux  si aptes à nous prouver leur affection alors qu'ils sont élevés pour passer à la poêle en côtelettes et rôtis !

Alors.... #lecochoncestmignon

                                                                                            Sylvie Neidinger

 

 

Commentaires

*Mais qu’avez-vous donc toutes contre le porc ? Un animal plein de charme et de finesse, il n’est qu’à lire l’éloge qu’en fait Philippe Sollers (lien ci-dessous).
Et pourtant, il est le plus souvent élevé, nourri et abattu dans des conditions indignes, rendu responsable de pires parasitoses, ostracisé et traîné sur le banc d’infamie… Pourriez-pas vous trouver une autre tête de turc (si j’ose, pas très approprié…) pour qualifier les agissements des harceleurs très humains ? Le porc ne mérite vraiment pas cet opprobre, croyez-moi, c’est un cochon de contribuable qui vous l’affirme… :))

http://www.philippesollers.net/eloge-du-porc.html

Écrit par : Gislebert | 16/10/2017

Répondre à ce commentaire

*Bonne remarque ! Les humains utilisent dans leur langage des expressions liées aux animaux pour des affaires qui les concernent eux...
Je m'étais justement posé cette question d'écriture  la semaine dernière à propos des chiens (du genre "ce type est un chien") alors que le chien et le porc sont des animaux domestiqués totalement dépendants de l'homme.
Un "sale porc" pour parler d'un humain est une expression qui instrumentalise l'animal ( enfin ça c'est depuis l'antiquité ..les fables d'Esope etc)
Il a été effectivement démontré que le porc est aussi affectueux qu'un chien mais l'homme ne le laisse pas entretenir cette relation de proximité.
Et ces pauvres animaux victimes d'être élevés pour être bouffés ou servir de gardien etc sont en plus stigmatisés dans le langage . Le lobby de défense de....l'image du chien et du porc n'est pas encore en place...!

Écrit par : Sylvie Neidinger | 17/10/2017

 (crédit image : capture écran de l'article en lien web)

04/10/2017

Belgique: folies meurtrières parentales inouïes: pourquoi ?

Mais que se passe-t-il en Belgique ?belgique,ârentalité malade,cronos,crimes sordides

Tel Cronos qui mange ses propres enfants, ce pays est en proie à une série de faits divers absolument hors normes dans le champ privé (qui n'est pas ici celui des attentats publics malheureusement cet autre type de violence "moderne" et inacceptable)

On évoque ici une typologie de crimes particulièrement violente inscrite au sein de la famille:

 En septembre, une femme tue son fils à coups de hache.

Une mère fait griller son enfant de deux ans au barbecue.

 Un enseignant tue ses deux fils à coup de disqueuse

Les professionnels qui ont eu à traiter ces dossiers ont eu besoin d'accompagnement psychologique face aux visions d'horreur.

Parentalité malade. Comment expliquer ?

Où faire  entrer cette catégorie de faits divers: "drame de la séparation"?, de la solitude ? de la dépression?  "décompensation psychiatrique"?

Dans un autre pays, les USA, un récent fait divers intra-familial s'explique par une volonté d'imiter... un film de cinéma de la part des parents d'une fillette de huit ans, leur victime. Un couple a torturé son enfant " comme au cinéma"

Quel est l'impact des écrans ?

La criminalité existe depuis toujours.

Pourtant, la violence commise sur ces enfants est indicible.

Et probablement le signe d'une décomposition sociale avancée derrière la décomposition mortifère de la cellule familiale.

Pourriture.

Pas seulement en Belgique.

 

                                                                                Sylvie Neidinger

belgique,ârentalité malade,cronos,crimes sordides